Toujours pour changer un peu, la vision du paleolibéral Charles Gave

Source : Institut des Libertés, Charles Gave, 18-10-2017

Plusieurs événements ont attiré mon attention lors des derniers mois, et tous confirment mes pires craintes : une attaque fort bien menée contre notre système démocratique est en cours.

Commençons par l’élection présidentielle.

Les hommes de Davos (HdD) et autres oints du Seigneur (ODS) qui gouvernent la France depuis trop longtemps déjà ont eu une peur bleue lorsqu’ils se sont réveillés les matins suivants les votes pour le Brexit et pour monsieur Trump. Les peuples se révoltaient contre leurs maîtres, les incultes se rendaient compte que le Roi était nu et votaient en conséquence, ce qui était insupportable.

Une contre-attaque fut donc organisée pour que la même chose ne se produise pas chez nous.

Dans le droit français traditionnel, il existe plusieurs principes généraux dont le premier est que « on ne choisit pas son juge ». Ce qui veut dire que les parties à un procès, parquet y compris, en matière pénale n’ont pas la possibilité de choisir tel ou tel juge, ou telle ou telle juridiction. Il y a des règles générales de compétence territoriale, ou de spécialités techniques qui vont amener des juridictions à intervenir mais ce sera par détermination de la loi. C’est la raison pour laquelle ce que l’on appelait « les juridictions d’exception » sont aujourd’hui proscrites.

Le deuxième principe est celui que les juridictions du fond ne peuvent pas s’auto saisir. Elles ne peuvent l’être qu’ à l’initiative d’une partie. Or le parquet est lui aussi une partie au procès en matière pénale, doté de prérogatives spéciales puisqu’il est « l’avocat de la République ».

En application de ces principes, si à la suite d’une enquête préliminaire qui n’est pas contradictoire, il considère qu’il faut ouvrir une procédure d’instruction, il saisit le doyen des juges d’instruction, qui désignera le juge du siège qui diligentera « l’information judiciaire ». Celle-ci devra se dérouler de façon contradictoire dans le respect rigoureux du code de procédure pénale et respecter le principe de la loyauté. Ces règles élémentaires ont été foulées aux pieds à l’occasion de la campagne présidentielle. Le Parquet National Financier (PNF) est une institution d’exception créée après l’affaire Cahuzac. Sa composition soigneusement organisée par l’Élysée Christiane Taubira en son temps, en ont fait une officine totalement dévouée au pouvoir en place.

Gros avantage, cette nouvelle entité, qui n’a répétons-le aucun pouvoir juridictionnel a la capacité de s’autosaisir, c’est-à-dire qu’elle peut lancer une enquête préliminaire à sa guise et au moment de son choix sur une personnalité qui deviendrait gênante pour le pouvoir en place (par exemple). On sait le rôle des médias, immédiatement destinataires des pièces de la procédure pourtant secrète, qui rendent ces enquêtes préliminaire politiquement meurtrières. Mais comme si cela ne suffisait pas, on a créé au tribunal de grande instance de Paris un pôle financier chargé de l’instruction. Dont les magistrats entretiennent avec ceux du parquet des relations étroites ce qui constitue une violation au principe de choisir son juge. Et en étant sur, de surcroît, que celui qui sera désigné aura les bonnes orientations politiques.

 

Rétrospectivement, l’idée de monsieur Hollande apparait très clairement : il était persuadé que son opposant aux élections présidentielles suivantes serait monsieur Sarkozy et qu’il était donc nécessaire de préparer des dossiers contre lui, que l’on ferait fuir au Canard Enchainé quelques semaines avant l’élection, ce qui permettait à un juge du PNF (ancien du syndicat de la magistrature ou pas) de s’autosaisir, permettant de ce fait la réélection du président sortant.

Monsieur Hollande ayant été par trop lamentable, il a fallu que nos hommes de Davos réorganisent hâtivement le plan de campagne compte tenu du désastre Brexitien et de l’élection de monsieur Trump.

L’ennemi à battre n’était plus monsieur Sarkozy, mais le Peuple.

Commençons par le but à atteindre. Il fallait qu’au deuxième tour nous ayons face à face un candidat représentant les hommes de Davos contre madame Le Pen, pour assurer le maintien au pouvoir de notre caste.

Il fallait donc attendre les résultats des primaires de la droite.

Si par hasard ce candidat était monsieur Juppé ou monsieur Sarkozy, il n’y avait aucune inquiétude à avoir, l’un et l’autre étant des membres solides et patentés de l’internationale de Davos.

Monsieur Fillon était plus embêtant avec son attachement à Philippe Seguin, ses racines régionales et sa femme anglaise (Galloise). A l’évidence, l’homme n’avait pas beaucoup de caractère, mais à l’évidence encore il ne pouvait pas être considéré comme « sûr ». A tout hasard donc, un homme jeune et propre sur lui fut lancé dans la bagarre pour permettre de procéder le cas échéant à un gambit, un peu comme aux échecs.

Au grand dépit des hommes de Davos et des media, Fillon sortit vainqueur de la primaire de la droite et la machine se mit en route.

Notre « propre sur lui » bénéficia immédiatement du soutien de tous les patrons du capitalisme de connivence français qui fort opportunément détenaient une grande partie des media et fut rejoint par quelques vieux chevaux de retour de la démocratie chrétienne …et Fillon fut inculpé en temps utile par le PNF, ce qui garantissait la présence au deuxième tour du jeune homme propre sur lui.

Le but était atteint : l’homme de Davos fût élu, mais ce dont le peuple commença à se rendre compte c’est que nous avions eu en fait un coup d’état organisé par les hommes de Davos appuyés par une partie de la magistrature et avec la complicité de la quasi-totalité de la presse pour fausser une élection. Et du coup les électeurs se sont à peine donnés la peine d’aller voter au deuxième tour et encore moins aux législatives.

Et donc le nouveau président est certes légal, mais pas du tout légitime. Il n’y a pas eu « une rencontre entre un homme et un peuple » mais tout au plus une rencontre entre un homme et 20 % de l’électorat qui pensent comme lui, le candidat ayant été choisi parce qu’il faisait partie de ces 20 %.

Et ce qui me gêne aujourd’hui est bien sûr que notre président ait été élu grâce à un putsch organisée fort intelligemment par les hommes de Davos et les oints du seigneur, et que nous, les électeurs « normaux » avons été une fois de plus roulés dans la farine par ces mêmes hommes de Davos.

Mais si j’ai raison, ces hommes sans foi ni loi ne vont pas s’arrêter en si bon chemin.

Leur but étant de créer un état européen technocratique et qui n’aurait pas besoin de se soumettre aux élections –le vieux rêve de Jean Monnet- il va leur falloir accélérer autant que faire se peut le mouvement vers un tel système, car les peuples se réveillent parfois de leurs assoupissements et de tels réveils peuvent être douloureux pour ceux au pouvoir. Surtout quand le Président n’a aucune légitimité…

Il leur va falloir donc agir très, très rapidement, pour essayer de rendre la situation irréversible le plus vite possible.

L’étape suivante va sans doute aucun se produire au niveau européen et monsieur Juncker, comme d’habitude a été suffisamment stupide pour nous annoncer quel était le plan de bataille.

La monnaie européenne est un échec flagrant, qui a fait la fortune de l’Allemagne et ruiné tous les pays de l’Europe du Sud, chacun en conviendra, mais ce n’est un échec flagrant nous disent ceux qui l’ont créé que parce que le mouvement vers l’Europe a été trop lent.

La solution ce n’est donc pas moins d’Europe et plus de démocratie mais plus d’Europe et moins de démocratie.

Plus d’Europe veut dire mettre sur pied de toute urgence un Etat Européen muni d’un vrai Président Européen, qui aura prééminence sur les pouvoirs exécutifs locaux flanqué d’un ministre des finances européen qui aura droit de regard sur les finances de chaque état européen, mais aussi créer une armée européenne, des députés européens qui ne soient rattachés à aucune nation et que sais-je encore.

Et bien entendu, ce projet sera lancé dès que les élections allemandes seront passées et il s’agira et en premier lieu de transférer à des organismes européens non élus la souveraineté militaire française contre une promesse par l’Allemagne de financer nos déficits budgétaires et notre système social. L’Allemagne paiera pour les erreurs de nos hauts fonctionnaires, avec le sang des soldats français telle est l’offre française…Monsieur Macron est en train de réinventer le STO de sinistre mémoire.

Pour cela, il fallait d’abord se débarrasser du chef de l’armée, le général Pierre de Villiers tant cet homme était sourcilleux sur tout ce qui concernait la souveraineté militaire de la France, ce qui fut fait fort proprement et fort rapidement.

(Question : Mais qu’est qu’attend le General Pierre de Villiers pour se lancer en politique en créant un parti appelé « Souveraineté Française » qui mettrait fin aux souffrances du FN et des Républicains ?)

 

Résumons-nous.

La France a déjà perdu sa souveraineté

  • sur ses frontières avec les accords de Schengen.
  • sure sa Justice
  • sur sa Loi Constitutionnelle
  • sur qui peut ou ne pas vivre en France avec le Traité de Lisbonne qui avait été refusé par la population française quand il avait été présenté sous le nom de constitution européenne.
  • sur sa monnaie avec le traité de Maastricht et l’euro.

Dans les mois qui viennent, tout le travail de monsieur Macron va être que la France finisse de perdre sa souveraineté budgétaire, déjà bien entamée hélas, mais surtout sa souveraineté militaire.

A ce moment-là, la France n’aura plus qu’une seule chose à vendre à l’Allemagne (lire l’Europe) pour boucler ses fins de mois : le siège de la France au conseil de sécurité aux Nations Unies, ce qui ne saurait tarder. Resteront peut-être l’Alsace et la Lorraine dont monsieur Macron, en fin négociateur qu’il est pourrait tirer sans aucun doute un bon prix, mais là j’anticipe un peu.

Que le gouvernement français actuel veuille lancer une telle initiative, je n’en doute pas une seconde.

Que cela réussisse à mon avis a à peu près autant de chances qu’une enclume a de voler, et pour deux séries de raison, les unes intérieures, les autres extérieures.

Commençons par les raisons intérieures.

Les hommes de Davos et autres ODS ont réussi à gouverner la France sans interruption depuis 1974 en faisant croire au peuple qu’il y avait une droite et une gauche, alors qu’en fait ces deux partis avaient été complètement noyautés par les HdD et les ODS qui avaient violemment expulsé tous ceux qui n’acceptaient pas leurs projets à long terme.

La dernière élection les a fait sortir du bois et chacun sait qui gouverne vraiment aujourd’hui notre pays et l’a gouverné depuis quarante ans. Et donc où ils réussissent, ou ils sont foutus telle est la réalité puisqu’ils sont maintenant en pleine lumière. Ils ne peuvent plus se cacher

Et comme ils le savent, je crains le pire pour nos Libertés. Les journalistes qui s’y opposeront seront virés, les sites des opposants seront hackés, les contrôles fiscaux vont pleuvoir sur ceux qui manifesteraient leur désaccord, la propagande sur les radios et dans les media sera insupportable. Ma chère épouse ne cesse de me dire que je vais avoir un accident de voiture…etc.

L’année qui vient à être dure, très dure pour l’IDL. Mais oh combien passionnante…

Venons-en aux raisons extérieures.

Le but de nos ODS est d’inféoder la France à l’Allemagne en offrant à cette dernière la force militaire française comme appât. L’idée est : vous payez nos (hauts) fonctionnaires et on vous apporte l’armée française et le feu nucléaire sur un plateau.

Cette tentative va amener à une levée de boucliers partout en Europe où voir resurgir l’empire de Charlemagne va susciter un enthousiasme très moyen (que le lecteur imagine la réaction des Grecs, des Tchèques, des Italiens, des Polonais, des Hollandais, des Anglais, des Espagnols…) Voilà qui ferait monter la détestation d’une Europe gérée par un condominium franco-allemand à des niveaux inouïs immédiatement.

Aucune chance que les Allemands n’acceptent.

Qui plus est, les USA risquent de faire les gros yeux et de faire comprendre au gouvernement allemand, voir au gouvernement français que la recréation était terminée.

Mais si l’Allemagne ne paye pas –ce qui semble le plus probable- alors la tentative des HdD et ODS français de créer un Etat (Européen) franco-allemand implosera et les ODS français se retrouveront bien isolés face au désastre économique qui surviendra.

L’année qui vient va être intéressante.

NDLR: Un immense merci à notre ami Régis de Castelnau pour son aide avisée dans le rédaction de la partie juridique de cet article que le lecteur saura reconnaitre.

Source : Institut des Libertés, Charles Gave, 18-10-2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

66 réponses à Ami, entends-tu le bruit sourd du pays qu’on enchaine ? Par Charles Gave

Commentaires recommandés

Homère d'Allore Le 17 novembre 2017 à 06h58

Charles Gave aurait pu rendre à César ce qui appartient à César.

L’analyse comme quoi la force de frappe et le droit de véto français seraient transférés à l’UE contre quelques grâces budgétaires est une analyse faite depuis longtemps par l’UPR.

Exemple d’article récent écrit par Vincent Brousseau sur ce sujet :

https://www.upr.fr/actualite/france/se-cache-derriere-projet-euro-nukes-dossier-etabli-vincent-brousseau

  1. Guasilas Le 17 novembre 2017 à 06h55
    Afficher/Masquer

    Il faut croire que d’être paleoliberal donne de bonnes lunettes.
    http://www.lepoint.fr/monde/l-ue-avance-un-nouveau-pion-pour-relancer-l-europe-de-la-defense-13-11-2017-2171868_24.php

    On n’importe lequel d’une vingtaine d’autre sites qui reprennent tous les mêmes “éléments de langage”


  2. WASTERLAIN Le 17 novembre 2017 à 06h57
    Afficher/Masquer

    Dommage qu’il n’y ait pas en annexe la liste des hommes de Davos (HdD) et autres oints du Seigneur (ODS) qui gouvernent la France !
    Mais là on n’aurait peut-être plus été dans la théorie du complot, mais dans le registre de la diffamation.


    • Raphaël Le 17 novembre 2017 à 10h09
      Afficher/Masquer

      Ou dans l’évocation d’autres mots paralysants que la modération m’empecherait de citer.


    • kess Le 17 novembre 2017 à 19h16
      Afficher/Masquer

      OUI, la terminologie de cet article et ces généralisations hâtives sont trop malsaines pour moi … que comprend-on dans cet article? Si ce n’est qu’une histoire suffisamment simple à raconter est fédératrice des colères et des peurs. On est à la limite de la manipulation mentale.

      Cela me fait penser à la statistique et la théorie du chaos … La statistique permet de mettre à jour les structures moyennes des phénomènes chaotiques, imprévisibles individuellement.

      Tout comme C. Gaves (-ant) décrit moyennement ce qui lui semble été trop compliqué à comprendre finement. Au final, des conclusions justes, en moyenne, mais après être passé par tant d’approximations que s’en est une insulte à l’intelligence. La statistique, elle se passe de blabla et va à la conclusion.

      Comprenez moi bien, amoureux de cette prose … ce n’est pas qu’il n’y est pas besoin d’efforts de l’intellect pour suivre les raisonnements de C. Gaves (-ant), mais c’est que cette lecture a pour but de flatter l’orgeuil, la colère, le dégout … et ce faisant promeut l’inadaptation sociale des gens qui s’y réfèrent pour penser la société …Au final, si j’étais complotiste, le mec est tellement contre-productif que je serais tenté de penser qu’il est un agent de Davos 🙂


    • Alfred Le 18 novembre 2017 à 21h10
      Afficher/Masquer

      À défaut vous pouvez trouvez en deux clics la liste officielle de ceux que soros considère comme “sûrs” au parlement européen. La section française de la liste de ceux qui vont à la gamelle ne réserve aucune surprise.


      • WASTERLAIN Le 19 novembre 2017 à 09h15
        Afficher/Masquer

        J’ai fait plus de deux clics sans trouver. Avez vous un lien URL à proposer ?


  3. Homère d'Allore Le 17 novembre 2017 à 06h58
    Afficher/Masquer

    Charles Gave aurait pu rendre à César ce qui appartient à César.

    L’analyse comme quoi la force de frappe et le droit de véto français seraient transférés à l’UE contre quelques grâces budgétaires est une analyse faite depuis longtemps par l’UPR.

    Exemple d’article récent écrit par Vincent Brousseau sur ce sujet :

    https://www.upr.fr/actualite/france/se-cache-derriere-projet-euro-nukes-dossier-etabli-vincent-brousseau


    • LBSSO Le 17 novembre 2017 à 20h05
      Afficher/Masquer

      L’article de Vincent Brousseau date du 15 07 2017.

      -Concernant la vente de sous-marins allemands à Israël en 2012, A Merkel avait été obligé de dire ,face au tollé engendré par cette vente ,qu’elle l’avait conditionné à un engagement israélien de gel de la colonisation des territoires palestiniens .Les intéressés ont depuis apprécié…

      -Les experts militaires ont expliqué cet automne que ces sous-marins allemands susceptibles d’embarquer des missiles nucléaires sont destinés à des missions d’espionnage des côtes iraniennes ou à des attaques en cas de guerre nucléaire entre les deux pays…Tiens tiens…

      ps :la réponse à votre dernière question est ,malheureusement, négative.


      • Homère d'Allore Le 18 novembre 2017 à 07h15
        Afficher/Masquer

        @ LBSSO : Bonne lecture de Mike Davis, alors ! 😉


  4. jonn Le 17 novembre 2017 à 07h05
    Afficher/Masquer

    Pensez printemps Charles, ne pensez pas hiver ! Si la rencontre entre un homme et un peuple n’a pas eu lieu, a eu lieu celle entre un homme et une presse. En marche.

    Je me demande si les OSD français, ou autres, ne sont pas avant tout des OSD. Il y a certes des enjeux nationaux mais aussi des enjeux de pourcentage. Les 0,0(…)1% contre les autres. La dette (depuis que la création monétaire est devenue privée) et la finance casino leur donne leur lait avec quoi ils font leur beurre. Que l’emballage soit jaune, noir, bleu, blanc, rouge, avec des étoiles en cercle ou alignées, … est-ce vraiment essentiel ?


  5. gracques Le 17 novembre 2017 à 07h11
    Afficher/Masquer

    Bof , un vieux réac qui interprète tout en terme de politique politicienne pour pas dire complotiste parano…… mais les faits sont là !
    Il ne suffira pas de chanier quelques hommes , les forts pertinament baptisés Oints Du Seigneurs sont nos aristos moderne , et il a fallu une révolution politique et une révolution industrielle pour les reléguer au second plan.


    • Dizalch Le 17 novembre 2017 à 07h23
      Afficher/Masquer

      @wasterlain et Gracques: en parlant de “vieux réac” et “théorie du complot” et “diffamation”, vous vous posez là hein… le doigt, la lune… l’hôpital qui se fou de la charité… bref


  6. Dizalch Le 17 novembre 2017 à 07h19
    Afficher/Masquer

    Bien que je ne sois pas toujours d’accord avec certains points de vue de M. Gaves, il a quasi toujours, cette faculté, notamment sur les sujets de Souveraineté Nationale et les sujets connexes s’y rattachant (UE, nos dirigeants, etc.), a non seulement très bien dépeindre / anticiper; Mais le tout avec une plume que j’adore. Merci donc à OB et CG

    ps: la question reste entière sur ce que “le peuple” est en mesure de faire; et j’anticipe déjà les éternels “révolutionnaires”, aucune solution par la force, n’est jamais souhaitable, cf. catalogne, etc. Mais la question reste posée, étant donné le degré de “propagande / instrumentalisation” de nos chères élections…


    • marc Le 17 novembre 2017 à 09h14
      Afficher/Masquer

      “la question reste entière sur ce que “le peuple” est en mesure de faire”

      dire que le peuple n’est pas engourdi serait mentir


    • kess Le 17 novembre 2017 à 19h27
      Afficher/Masquer

      “aucune solution par la force, n’est jamais souhaitable, cf. catalogne, etc. Mais la question reste posée”. Aucune … n’est jamais souhaitable … mais elle reste sur la table ???

      Typique des gens sensibles à cette prose. Comme le maître, exprimons des tensions incohérentes et perturbateurs … du mauvais discours de sectes, on dirait un sensei de self défense débile sur youtube: “ne pas exprimer la violence et être toujours en alerte” … oui, oui …


  7. Georges Clounaud Le 17 novembre 2017 à 07h56
    Afficher/Masquer

    En prenant connaissance de ces lignes, le lecteur se voulant avisé pourra se dire que l’auteur est atteint d’une forme de “complotite” particulièrement aigüe.
    Puis il prendra du recul, lira à nouveaux ces propos et les confrontera à sa propre perception de l’actualité politique et géopolitique. Et là, en déroulant le film de l’actualité des derniers mois, il sera saisi d’effroi tant l’analyse qui lui est soumise semble évidente…
    Quand le principe de réalité s’impose, la brutale disparition des illusions est douloureuse.


    • Georges Clounaud Le 17 novembre 2017 à 08h14
      Afficher/Masquer

      Alors que faire : accepter ce funeste destin ? Pas très glorieux en ces jours qui suivent le 11 novembre surtout si ce même lecteur se remémore le sacrifice tragique de son arrière-grand-père disparu il y a 100 ans quelque part dans l’est du pays fauché par une rafale de mitrailleuse ou un obus allemand…
      Il se dit alors que ces révélations (qu’il ressentaient sans pour autant être capable de les formaliser avec autant de talent) doivent être une chance, favorisant une prise de conscience collective, le passage d’une classe en soi en une classe pour soi (au sens marxiste du terme). Lorsque l’ennemi est clairement identifié il est plus facile de se reconnaitre, de se retrouver et de construire collectivement de belles choses. Souvenons-nous du Conseil National de la Résistance.
      Amis sans-dents, quels que soient nos origines, mobilisons-nous, organisons la ré-existence ! En marche !


      • patrick Le 17 novembre 2017 à 09h39
        Afficher/Masquer

        et on pense aussi à l’arrière-grand-mère qui s’est retrouvée veuve avec 3 gosses.


      • Toubib53 Le 17 novembre 2017 à 12h02
        Afficher/Masquer

        Et que dire de ceux qui ont été fusillés pour l’exemple …
        “Vous penser faire la guerre pour votre pays alors que vous faites la guerre pour des financiers”
        …. valable quelle que soit la guerre


        • Fritz Le 17 novembre 2017 à 15h16
          Afficher/Masquer

          Valable quelle que soit la guerre ?

          Les maquisards de 1944, les miliciens du Donbass, les combattants du Hezbollah libanais auraient donc fait la guerre pour des banquiers ?

          Attention à ne pas généraliser. Cette citation d’Anatole France est en passe de devenir un topos conformiste.


      • SARTON Bernard Le 17 novembre 2017 à 16h01
        Afficher/Masquer

        En effet Charles Gave parle d’or malgré son anticommunisme originelle . Depuis que je l’écoute il me semble qu’il est plus marxiste que shumpeterien ,son idéologie d’économiste capitalistique . En critiquant Davos , temple moderne de la réflexion du capitalisme international, Charles GAVE essaye de “sauver” son capitalisme idéologique en déclin avancé.
        La crise du capitalisme français ,amorcée sous Giscard-Mitterrand-Chirac et amplifiée sous Sarkozy-Hollande , va s’accentuer sous Macron par sa pratique anglo-saxonne de régression sociale catastrophique . Charles Gave , en vieux briscard de l’économie capitaliste , voit juste sur l’Europe, l’Euro , l’armée , les élites dites bourgeoises . Faisant parti de ce milieu il les connaît très bien et à BFM business ,quand il est invité, on l’écoute avec de “gros yeux” culpabilisants . Doze et compagnie , grand défenseur du système qui ne marche pas , n’ont sûrement pas eu les bons profs d’économie capitaliste comme Charles Gave . En tant que communiste je me régale de l’écouter , et s’il avait raison ????


        • K Le 17 novembre 2017 à 21h31
          Afficher/Masquer

          Gave est un partisan du capitalisme liberal. Et a ce titre, il combat le capitalisme illiberal (ou capitalisme de connivence) symbolise par Davos : des hommes d’affaires qui n’ont aucune qualite autre que leur carnet d’adresse politique, et qui s’en servent pour assurer leur fortune au detriment de la societe.

          Vous n’entendrez jamais Gave dire du mal d’un entrepreneur qui a fait fortune par son talent, son travail et sa prise de risque.

          D’ailleurs, le mal que les Francais denoncent en l’appelant “ultraliberalisme” est en realite le capitalisme antiliberal (nepotisme, grands corps d’Etat, pantouflage, parachutes dores, monopoles prives du genre autoroutes, rentes de situations, rentes relationelles et plus generalement : “nationalisation des pertes et privatisation des profits”…)


    • kess Le 17 novembre 2017 à 19h55
      Afficher/Masquer

      Ouais, ouais, faut peut-être relire 4 ou 5 fois, boire une mixture de racines psychotropes, bien s’hypnotiser avec le texte et on finit par comprendre … Charles Gaves ne produit pas des écrits complotistes qui rendent les gens mal à l’aise (une réaction normale, d’après les agents de Davos … ce serait le premier effet kisscool du complotisme), il est simplement extrêmement talentueux … OUF, j’avais peur d’avoir lu de la m….


  8. Jean Guéneron Le 17 novembre 2017 à 08h16
    Afficher/Masquer

    Hommes de Davos, j’aurais plutôt penché pour hommes du BIlderberg (exemple: De Castries)…


    • Lili Le 17 novembre 2017 à 12h03
      Afficher/Masquer

      confusion habituelle dans les esprits… “Bilderberg” … sigle dont tout le monde parle et use en long en large et en travers sans savoir de quoi il cause est ancré sciemment dans les esprits servant ainsi de paravent à Davos … qui ont compris que lâcher un os en pâture à la vindicte populaire était largement suffisant à leur tranquillité, la réflexion n’étant plus de ce monde…


  9. Mr K. Le 17 novembre 2017 à 08h16
    Afficher/Masquer

    Charles Gave est un peu comme le grand oncle aux réunions de famille qui fait les délices des jeunes générations par son franc parler.

    Certes il est mû par des principes un peu vieillots par moment, mais quelle jubilation quand il met les pieds dans le plat en énonçant des vérités bien senties.

    Même si on est en désaccord fondamental avec son socle idéologique, on l’adore quand même.
    C’est aussi sa sincérité évidente qui le rend si attachant.

    Il est quand même beaucoup moins ringard que les perroquets de la théorie du complot. On sait maintenant que ce concept vieillot a été monté de toute pièce par la CIA immédiatement après l’assassinat de John Kennedy en 1963, pour discréditer dans les médias les contestataires de la version officielle.

    Avec un tel pedigree il faut vraiment n’avoir honte de rien pour continuer à utiliser cet écran de fumée nauséabond…


    • Julien Le 17 novembre 2017 à 08h56
      Afficher/Masquer

      Je partage votre avis sur M. GAVE. Ces analyses sont excellentes et bien écrites. Je ne m en lasse pas.

      Ces papiers sur les US et Trump sont de très bonnes factures.


    • Barbe Le 17 novembre 2017 à 14h38
      Afficher/Masquer

      Je suis d’accord avec votre commentaire.

      J’ajoute que le trait de Mr Gave est de raisonner en terme de personnes et pas de système : je m’appelle charles gave et je dis que le capitalisme c’est super, c’est juste les gens qui sont pas à la hauteur de ce magnifique système, à cause de leur relation, du copinage itou itou… mais sinon y a rien à redire à la concentration de l’argent, à la tendance à la privatisation de ce qui est commun, aux discours des msm qui disent que les fonctionnaires sont des feignants et qu’ils ne produisent rien…

      On déplace la responsabilité chez le seul individu (ce qui est cohérent avec le libéralisme) sans voir que le rôle des organisations, de la société dirait Jean Jacques…
      C’est pourtant le système qui arrive à sa fin. Il suffit d’ouvrir les yeux, et Mr Gave nous y aide en partie.


  10. Crapaud Rouge Le 17 novembre 2017 à 08h24
    Afficher/Masquer

    Il y a quelque temps encore, l’idée d’une défense européenne n’était qu’une illusion. Maintenant, hélas, avec un type comme Macron, il se pourrait que ce ne soit plus qu’une formalité. Ils sont tellement c*** que rien ne leur est impossible. Pour nos “Oints du Seigneur”, les souverainetés nationales sont comme inexistantes, ne restent que des problèmes techniques : une armée française intégrée dans une armée européenne serait gérée comme une entreprise, façon Airbus. Son usage serait malgré tout problématique : l’Europe interviendrait-elle au Mali, et dans les anciennes colonies françaises ? Pas sûr. Une armée européenne ne pourrait être que très frileuse, et ne sortirait de ses bases que pour faire plaisir à nos “Amirecains”…


    • Fred Le 17 novembre 2017 à 12h05
      Afficher/Masquer

      Le seul blocage, et le salut pourrait, paradoxalement, nous venir des pays de l’Est, qui sont eux très jaloux de leur souveraineté (Hongrie, Pologne, République Tchèque).
      Dans son article http://www.lepoint.fr/monde/l-ue-avance-un-nouveau-pion-pour-relancer-l-europe-de-la-defense-13-11-2017-2171868_24.php Le point ne dit pas quel est le 4ème pays qui ne participe pas. (28-Royaume Uni = 27- 3 = 24) Est-ce que quelqu’un le sait? Je penserai à la Suède, mais il se pourrait tout autant que ce soit la Finlande.


    • UnKnown Le 17 novembre 2017 à 15h37
      Afficher/Masquer

      L’Europe de la défense restera une illusion pendant un bout de temps AMHA. Le projet PESCO est totalement méconnu d’une bonne partie des parlementaires des différents pays signataires, et les seuls ayant produits des travaux sur le sujet sont les Français…
      En fait, il n’y a que Macron et les tarés d’européistes de son acabit qui gobent cette idée. Le fait que le Parlement Allemand produise une note d’intérêt pour le F-35 concernant le remplacement des vieux Paviano Tornado sans même demander une lettre d’information à Dassault pour le Rafale ou à Saab pour le Gripen ne les effleure même pas. Ils sont comme beaucoup de Parlementaires, totalement ignares en questions défenses et intérêts nationaux… S’ils avaient demandé à des gens au fait des affaires, ils auraient peut-être su qu’il y a un truc qui cloche dans cet intérêt “officiel” pour le F-35 étant donné que depuis la centaine de pilotes morts aux commandes des F-104 de Lockheed Martin, la Luftwaffe à toujours refusé d’entendre parler d’avion de combat mono-réacteur…. Il y a anguille sous roche.

      20 ans qu’on parle du drone européen MALE, résultat on achète des Reaper américains…


      • bizmarco Le 17 novembre 2017 à 16h15
        Afficher/Masquer
      • Crapaud Rouge Le 17 novembre 2017 à 18h43
        Afficher/Masquer

        Quand vous dites que l'”Europe de la défense restera une illusion pendant un bout de temps”, je suis bien d’accord mais, comme expliqué dans le lien de bizmarco, ils peuvent fort bien “faire avancer les choses”, c’est-à-dire monter une structure à la noix comme ce “CSP”, (Coopération structurée permanente), en forme de microscopique OTAN avec tout le fric et la bureaucratie galonnée qui vont avec. Mais ensuite, une autorité militaire ayant été créée au niveau européen, il suffirait de peu de chose pour qu’elle ne vienne “coiffer” les défenses nationales, car ce ne serait plus qu’un jeu d’écritures à grands renforts de directives par ci et de directives par là.


        • UnKnown Le 20 novembre 2017 à 10h39
          Afficher/Masquer

          Ce genre d’usine à gaz est par nature vouée à s’auto-détruire: dès qu’il s’agira de définir les objectifs politiques extérieurs communs (qui n’existent pas pour l’UE, les Polonais n’ayant pas les mêmes lubies que les Français ou que les Allemands), chacun tirera la couverture, et tout ça partira en lambeau ou dans les poubelles des projets inutilement chers et complètement stériles.
          Mais qui sait, ils sont peut-être capables de réussir hein, après tout l’Euro, les migrants, c’est une grande réussite Européenne!


  11. Fox 23 Le 17 novembre 2017 à 09h00
    Afficher/Masquer

    Charles Gave est bon, comme toujours serais-je tenté de dire.
    Une petite erreur, toutefois, l’asservissement par les Hommes de Davos n’a pas commencé en 1974 (sous Giscard) mais en 1969 avec Pompidou, (déjà) homme lige de la Banque Rothschild.

    C’est “grâce” à lui que notre budget national croule sous le poids de la dette, lui qui a obligé la France à emprunter auprès des établissements financiers… dont celui dont il sortait.


  12. keg Le 17 novembre 2017 à 09h13
    Afficher/Masquer

    @charles Gave

    Je n’ai pu entendre le “bruit sourd…..” puisque inconnu….

    https://wp.me/p4Im0Q-2ag


  13. sud Le 17 novembre 2017 à 09h13
    Afficher/Masquer

    Il faut aussi lire du même homme (et ses 70 commentaires…), un de ses derniers billets qui ouvre des horizons intéressants sur la soi-disante ” solidarité européenne ” !..
    On en est très loin, non ?

    http://institutdeslibertes.org/les-elections-en-autriche-ou-le-grand-retour-de-lempire-austrois-hongrois/


  14. fougnard Le 17 novembre 2017 à 09h23
    Afficher/Masquer

    Franchement, je ne vois pas en quoi l’élection de M. Fillon aurait pu changer quoi que ce soit dans ce plan. Il a fait preuve d’un neolibéralisme pur et dur pendant sa campagne et trahi M. Seguin depuis longtemps.
    Par ailleurs, ceux qui s’intéressent politiquement ou philosophiquement au libéralisme savent pertinemment que ce système (celui des hdD) n’a de cesse de s’étendre sur toute la planète et de s’enraciner profondément dans toutes les têtes (je crois d’ailleurs que la tête de M. Gave n’a pas échappé à ses ravages; elle est même une des plus atteintes. M. Gave dirige en effet le think tank libéral “Institut des libertés”)
    Le charlegavisme serait-il devenu un charlegatisme ?


    • Raphaël Le 17 novembre 2017 à 09h55
      Afficher/Masquer

      Fillon avait une espèce d’attachement à la terre et de fond chrétien qui étaient encore trop subversifs, et malgré tout le mal que je pense du personnage, il avait quelque chose de très français.


      • fougnard Le 17 novembre 2017 à 10h29
        Afficher/Masquer

        Certes mais on voit apparaître ce fond chrétien chez beaucoup de candidats de droite au moment des élections. C’est un véritable bonheur de les voir déclamer, la main sur le coeur, l’amour de la patrie, de l’église et de la famille. Bien entendu, pendant les années qui suivent, ils sapent consciencieusement toutes ces belles valeurs qu’ils juraient défendre pendant leur campagne. Un des meilleurs en la mati_re fut Sarkozy, mais Fillon est pas mal non plus. Avoir vu toutes ces turpitudes financières et le savoir cupide modèrent sérieusement ce “vieux fond chrétien” dont vous parlez !
        Ce serait pitié de voir ce spectacle seulement pendant les campagnes électorales. Pour notre plus grande joie, on peut assister à quelques répétitions : par exemple, le Figaro; se faisant le chantre du conservatisme chrétien, loue le dimanche comme le jour du seigneur mais quelques jours plus tard; prendra position pour le travail le dimanche (libération du marché du travail oblige).
        Il en est ainsi du charlegavisme. Il accompagne les hdD dans leur guerre contre l’Humanité mais par devant raconte de belles histoires pour nous endormir.


    • Crapaud Rouge Le 17 novembre 2017 à 10h37
      Afficher/Masquer

      Fillon, d’après ce que j’ai compris, n’était pas trop du genre à promouvoir LGBT, PMA et Cie, et il était plutôt “pro-Poutine”. C’est tout ça qui l’a perdu et rien d’autre, parce que le système ne pouvait prendre le risque de voir un président français tirer des pavés dans sa vitrine.


  15. réveur Le 17 novembre 2017 à 09h23
    Afficher/Masquer

    Quand je prends toutes les citations de ce blog dont Camus, Arendt et surtout Hessel s’appropeir le chant des partisans cela me dire fait doucement rire. Gave n’est rien d’autre qu’un épiphénomène d’une pensée réductrice monolithique. Non décidément à vraiment éviter de s’inspirer ou le lire si nous voulons grandir.


  16. Raphaël Le 17 novembre 2017 à 09h53
    Afficher/Masquer

    Merci pour ce texte qui résume parfaitement la situation, sans fards.
    Tout simplement Bravo !


  17. Raphaël Le 17 novembre 2017 à 10h05
    Afficher/Masquer

    Juste une remarque supplémentaire. Les ONG étrangères (Greenpeace et consorts) sont toujours en train de monter au créneau contre le nucléaire civil (ce qui mettrait la France en péril énergétiquement, sans parler des gaz à effet de serre) et jamais contre le nucléaire militaire (qui renforce l’Otan mais dont nous n’avons strictement plus besoin, cette arme étant juste dangereuse aux mains des baltringues qui gèrent le pays). Ceci tend à confirmer l’analyse de ce texte.


    • UnKnown Le 17 novembre 2017 à 15h56
      Afficher/Masquer

      L’arme nucléaire, quand on a une armée qui arrive “à l’os” comme le disait De Villiers, devient vitale si on veut encore assurer un poil la sécurité de notre territoire et rester audible, même à minima. Pas sûr que l’Allemagne serait si “patiente” avec l’hexagone concernant les réformes exigées par Bruxelles. La curée Grecque ne serait pas loin à mon avis…
      C’est la logique Gaullienne de la menace du plus faible au plus fort. Et qui nous donne le luxe, si jamais cela est nécessaire dans le futur, de quitter l’OTAN à nos conditions. (exemple: un conflit OTAN vs Russie, avec imaginons une débandade des forces OTANienne avant même l’arrivée des troupes US. La France pourrait s’en sortir dans ce cas en délaissant officiellement l’OTAN et en menaçant les Russes de représailles si jamais ils mettaient un pied dans l’hexagone. C’est un scénario que l’école de guerre Russe à développé et intégré dès les années 70)


      • Raphaël Le 17 novembre 2017 à 18h29
        Afficher/Masquer

        Nous ne sommes déjà plus audibles, même à minima. Il faut se battre pour désarmer du feu nucléaire les fous qui nous gouvernent.


      • Crapaud Rouge Le 17 novembre 2017 à 18h50
        Afficher/Masquer

        Mille fois d’accord UnKnown ! Avec la bombe en poche, il est possible de dire “non” à certaines limites qu’on ne veut pas franchir. Sans elle, il n’y a plus de limites qui tiennent, il faut toutes les avaler.


        • Raphaël Le 17 novembre 2017 à 18h55
          Afficher/Masquer

          Tout dépend de qui a le droit d’appuyer sur le bouton. Là c’est Macron… Personnellement ça me fait plus peur que les centrales nucléaires !


  18. calal Le 17 novembre 2017 à 10h17
    Afficher/Masquer

    il est vrai que l’on peut s’interroger sur le “verrouillage” anti democratique et le carcan liberticide qui s’abat sur la france depuis quelque temps. la fin de l’etat d’urgence et la passage des lois qui y sont liees dans le droit commun est encore un clou en plus dans le cercueil.

    quelquepart c’est cela qui me gene dans un eventuel vote fi et melenchon. faire peur au grand capital,d’accord. voter pour quelqu’un qui veut changer la constitution,garantie des dernieres libertes individuelles face au collectivisme des oints du seigneur (oui cela peut s’appliquer a certains membres de fiparadoxalement 😉 ) ou des hommes de davos,tres peu pour moi dans le climat actuel.


  19. SanKuKai Le 17 novembre 2017 à 10h31
    Afficher/Masquer

    “Mais qu’est qu’attend le General Pierre de Villiers pour se lancer en politique en créant un parti appelé « Souveraineté Française » qui mettrait fin aux souffrances du FN et des Républicains ?”

    En lisant çà j’ai plutot pensé: Mais qu’attend le Général Pierre de Villiers pour lever son armée?


    • Daniel MENUET Le 17 novembre 2017 à 11h36
      Afficher/Masquer

      Il y a déjà quelqu’un de ce profil qui crée un nouveau parti : Régis Chamagne
      https://www.regischamagne.fr/ligne-politique-de-nouveau-parti/

      c’est peut être cela que vous attendiez ?


    • LOL Le 17 novembre 2017 à 11h45
      Afficher/Masquer

      Il attend probablement qu’on ai une armée : L’armée française c’est 80 000 hommes d’active (ça tient dans un stade de foot) mais 5500 généraux !!!! LOL ! Ce ne sont que des grattes papiers, des planqués. Et le pire c’est que je tiens cette info d’un élève officier que j’ai pris en BlaBla car. Ca veut dire que tout le monde le sait et que tout le monde cours après la bonne plaplace rémunérée 3500 Euro/mois à vie. Pendant ce temps là, ceux sur le terrain doivent acheter eux-même leurs gilets pare-balles. La pomme est vérolée jusqu’au trognon.


      • UnKnown Le 17 novembre 2017 à 15h48
        Afficher/Masquer

        Un général reste en fonction tout au long de sa carrière, donc les réductions d’effectifs continues depuis 1990 ne les concernaient pas. Effectivement, on se retrouve désormais avec une armée Mexicaine en moins de 20 ans, ce qui n’est pas un mince exploit…


  20. Louis Robert Le 17 novembre 2017 à 11h34
    Afficher/Masquer

    « Et ce qui me gêne aujourd’hui est bien sûr que notre président ait été élu grâce à un putsch organisée fort intelligemment par les hommes de Davos et les oints du seigneur, et que nous, les électeurs « normaux » avons été une fois de plus roulés dans la farine par ces mêmes hommes de Davos. »

    *

    «Une fois de plus roulés dans la farine »? Mais non. Non pas victimes mais complices.

    C’est tout simplement que par millions, les Dupond et Dupont n’ont pas eu et n’ont toujours pas le courage de se lever et, debouts enfin, de dire catégoriquement « NON! » au Pouvoir… puis d’agir en conséquence! Cela s’appelle la « servitude volontaire » des personnes qui croient faussement penser et agir librement, sans même devoir en payer le prix. Or la liberté se paie toujours au prix fort.


  21. Bellettre Maryse Le 17 novembre 2017 à 11h49
    Afficher/Masquer

    La lecture de ces lignes renforce mon sentiment pour des lendemains désenchantés parce que j’ai la désagréable impression que peu de gens perçoivent le régime autoritaire de UE. Intentionnellement ou non, en plus de son coût, elle spolie ses Etats membres de leur liberté de penser, leur liberté d’action appropriée, leur liberté de choisir ses partenaires économiques… L’article démontre le socle des “inquiétudes” à venir. Grâce à certaines personnes, nous sommes de mieux en mieux informés des vrais intentions de UE. Pourtant, le mode “léthargique” domine. C’est le désert. Quel est le futur élu qui aura la véritable intention de faire “dévier” ce qui sera néfaste à la France ? Quel homme ou quelle femme aura la volonté de se faire entendre sur ce qui ira contre l’intérêt de notre pays. Je n’entends personne ! Pour réussir, la France doit maîtriser son futur. Elle se doit d’ avoir une position loyale vis à vis du reste du Monde. Je suis Française et j’aime l’Europe.


    • Raphaël Le 17 novembre 2017 à 12h13
      Afficher/Masquer

      Il faut déjà débusquer et éliminer politiquement les faux ennemis du pouvoir (Le Pen et Mélenchon), ce qui demande déjà d’avoir identifié les lacunes du pouvoir, puis discréditer les vrais ennemis mais juste là pour la soupe (NDA, UPR et autres potes Enarques à Tibéri). Conclusion « Notre route est droite, mais la pente est forte ».


  22. Alexandre34 Le 17 novembre 2017 à 13h05
    Afficher/Masquer

    Seule consolation: “ils” sont passés tout près de la catastrophe absolue, de l’apocalypse, du moment d’intérêt inhabituel: un deuxième tour entre JLM et MLP.
    Mais on me souffle dans l’oreillette que le vent du boulet n’a pas fini de les décoiffer….


    • Raphaël Le 17 novembre 2017 à 14h15
      Afficher/Masquer

      J’attendais la commedia dell’arte avec impatience. Peut-être en 2022 si le suffrage universel existe toujours ?


    • Gil Le 17 novembre 2017 à 17h08
      Afficher/Masquer

      Bonjour

      Finalement, je me demande si ça n’aurait pas été ça le choc salvateur. Un deuxième tour JLM/MLP.

      Cordialement


  23. LaurentL Le 17 novembre 2017 à 14h29
    Afficher/Masquer

    Fillon parlait d’un rapprochement avec les russes et aussi de négociations en Syrie incluant Assad.
    Pas bon du tout, ça.
    Et pour couronner le tout , pas assez “atlantisto-dépendant”. Ces prises de position à la De Gaulle , toutes proportions gardées, ont du beaucoup agacer nos bons maitres.
    Dégagez moi ça du paysage électoral des fromages qui puent !

    http://www.lejdd.fr/Politique/Ce-que-dit-vraiment-Fillon-sur-Poutine-et-Assad-826597


  24. Fritz Le 17 novembre 2017 à 14h30
    Afficher/Masquer

    Analyse lucide, décapante, désespérante.
    Que nous reste-t-il ? Le devoir de haine ?


    • Gil Le 17 novembre 2017 à 17h11
      Afficher/Masquer

      Que nous reste-t-il ?

      Rien, c’est trop tard.


    • patrick Le 18 novembre 2017 à 13h56
      Afficher/Masquer

      Ce qui nous reste ? la patience.
      L’occident a été vaincu en Syrie , en Ukraine.
      Les sanctions anti-russes sont inefficaces alors que les contre sanctions prises par les Russes le sont.

      Vu l’état de nos économies , ça ne devrait pas prendre bien longtemps avant que tout parte en c….

      Vous connaissez ? http://www.deagel.com/country/forecast.aspx


  25. Cédric Le 18 novembre 2017 à 18h57
    Afficher/Masquer

    beaucoup trop compliqué pour le français moyen qui voit son QI baisser d’année en année.


  26. BA Le 20 novembre 2017 à 08h38
    Afficher/Masquer

    L’Allemagne est ingouvernable.

    Les élections fédérales allemandes de 2017 se sont tenues le 24 septembre 2017. Elles ont vu l’élection de 94 députés d’extrême-droite : je dis bien 94 députés d’extrême-droite.

    Depuis ce jour-là, l’Allemagne est ingouvernable.

    CITATION :

    L’arrivée à la chambre des députés de l’AfD, qui était resté sous la barre des 5% en 2013, constitue un tournant dans l’histoire allemande d’après-guerre.

    Car elle signifie que pour “la première fois depuis 70 ans, des nazis vont s’exprimer au Reichstag”, le bâtiment qui abrite la chambre basse du Parlement, a tonné avant le scrutin le ministre des Affaires étrangères et figure des sociaux-démocrates, Sigmar Gabriel.

    https://www.romandie.com/news/ZOOM-Allemagne-la-droite-nationaliste-brise-un-tabou-avec-une-percee-historique/836022.rom

    Nous avons déjà vu ce film.

    Nous savons ce que sera le XXIe siècle en Europe.

    En Allemagne en particulier, la catastrophe sociale provoque en réaction la catastrophe politique.


Charte de modérations des commentaires