Les Crises Les Crises
29.octobre.201729.10.2017 // Les Crises

[Vidéo] Fascisme SA

Merci 29
J'envoie

“Fascisme – INC” ( “Fascisme – Société Anonyme”) est le nouveau film d’Aris Hadjistéphanou et de son équipe.

A voir absolument, avec un sous-titrage en français, sur le site : http://infowarproductions.com/fascisme_sa/

(cliquez sur le bouton cc si les sous-titres ne sont pas là)

Je cite la présentation du film telle qu’elle figure sur le site :

 

Etant donné que le fascisme ne se limite pas à Aube Dorée mais est également promu par des dirigeants politiques, des entrepreneurs et des éditeurs…

Etant donné que les conditions de la crise qui favorisent le fascisme nous entourent et ne sont pas derrière nous…

Etant donné que toute l’Europe s’enfonce rapidement dans l’obscurité de l’extrême-droite…

L’équipe qui a produit Debtocracy et Catastroika’s entre dans le débat avec un nouveau documentaire

Cette fois nous vous présenterons de brèves histoires inconnues du passé, du présent et du futur du fascisme et de sa relation avec les intérêts économiques de chaque époque. Nous voyagerons de l’Italie de Mussolini à la Grèce pendant l’occupation nazie, la guerre civile et la dictature; et de l’Allemagne de Hitler au fascisme moderne en Grèce et en Europe. Ce nouveau documentaire suivra les traces de Debtocracy et de Catastroika, qui décrivaient les causes de la crise de la dette, l’impact des mesures d’austérité, l’érosion de la démocratie et le bradage des richesses du pays..

Plusieurs médias indépendants, entre autres la radiotélévision nationale ERT, à présent contrôlée par ses employés, nous int déjà offfert leur soutien en tant que sponsors médias. Mais les co-producteurs de cet effort, ce sera toujours vous.

Notre troisième documentaire s’inspire et aspire à motiver les mouvements anti-fascistes en Europe, tout en demeurant une des plus grandes expériences de production indépendante dans le genre du documentaire. Encore une fois, nous refusons catégoriquement tout financement provenant de compagnies privées ou de partis politiques et ce documentaire sera diffusé sous une licence Creative Commons. Dans cet effort nous avons besoin de votre aide. Vous pouvez devenir co-producteurs à travers Paypal ou un virement sur un compte en banque.

Cliquez ici pour le don. (en bas de la page)

Commentaire recommandé

isidor ducasse // 29.10.2017 à 09h02

Le seul fascisme que je connaisse c’est la construction européenne:

Elle s’essuie les pieds sur la démocratie, en ne la respectant pas et en traitant les peuples qui veulent retrouver leur souveraineté de fascistes, de populistes, de nationalistes: Gandhi etait-il un fasciste ?
Elle prend les peuples pour des imbéciles en usant d’une propagande digne du nazisme, endort les citoyens avec des belles promesses, piétine la constitution des états et des parlements élus, le CETA en est la preuve, bafoue le droit, la loi, ses propres lois, comme lorsqu’elle a bloqué les mouvements de capitaux à Chypre allant à l’encontre de l’article 63 des traitées européen.
Elle raquette les peuples, laissant les grecques s’enfoncer dans la misère ect…..

“Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons?…”

56 réactions et commentaires

  • Silk // 29.10.2017 à 01h02

    Le lien pointe vers une proposition d’hébergement, il n’y aurai pas une erreur ?
    Voici un lien pour l’avoir la version sous-titrage multilingue (1h23)
    https://youtu.be/-L5Xlgc8S2Q

      +7

    Alerter
    • Jérémy // 29.10.2017 à 01h08

      En effet, il faut se rendre sur https://info-war.gr/infowarproductions/

        +2

      Alerter
    • L’Éco-fascisme est un Humanisme // 29.10.2017 à 08h54

      Les antifas sont les i.diots utiles du Système. Leur action (non comprise par eux d’ailleurs…) consiste à dresser un rideau de fumée entre des espoirs utopiques irréalistes et la perpétuation de la manipulation des peuples par une oligarchie parasitaire qui se délecte de disposer de complices aussi efficaces en matière d’organisation chaotique de façade…

      Précisons par ailleurs, que l’Eco-fascisme n’a qu’un lointain rapport avec le fascisme originel qui prône l’industrialisation à tout crin. L’Eco-fascisme est un autoritarisme radical certes, mais entièrement tourné vers l’Homme et son intégration, la plus harmonieuse possible dans une Nature considérée comme terre nourricière primordiale.

      Il y aurait bien plus à dire. Attendons cependant de visionner le documentaire pour déciller certaines idées reçues et rapprochements potentiellement incongrus.

        +9

      Alerter
      • Alfred // 29.10.2017 à 10h09

        Le facisme pour lutter contre l’oligarchie prédatrice ce n’est pas un peu un contre sens?

          +14

        Alerter
        • L’Éco-fascisme est un Humanisme // 29.10.2017 à 10h57

          Et la pseudo-Démocratie qui nous empoisonne depuis des décennies vous croyez qu’elle sert les intérêts de qui ?!!

          Par ailleurs, sachez lire, l’Éco-fascisme est davantage un mode opératoire qu’une idéologie en soi et je le répète, il n’a qu’un lointain rapport avec le fascisme historique. Ce qui ne le rend pas pour autant sympathique aux yeux de ceux qui continuent lâchement de se voiler la face devant l’abominable exploitation de l’homme dit « moderne » et la destruction lamentable et programmée de la Nature.

          Le fascisme en soi (disons dans son acception historique) est un anti-Humanisme, en cela il sied très bien a l’oligarchie. L’Éco-fascisme, très proche de l’Écologie profonde est quant à lui proprement un Humanisme.

          Au risque de faire hurler les pucelles d’Orléans et d’ailleurs en voici quelques éléments de base :

          – État fort (dictatorial s’il le faut. Provisoire, oui oui, je sais, mais c’est à nous décrire l’Histoire et de tirer en toute lucidité, les leçons du passé. D’autant que nous sommes tombés à un tel niveau d’avilissement et de crétinisation des masses qu’une rééducation, fut-elle musclée, s’impose désormais comme une condition nécessaire d’application)
          – Eugénisme
          – Stérilisation (forcée s’il le faut)
          – Anti-productivisme
          – Anti-industrialisme
          – Respect de la Nature (qui nous offre ce dont on a besoin et rien de plus. Quid des besoins, certes. Rien à voir avec la société post-industrielle et transhumaniste actuelle…)
          – Anti-oligarchique et financière
          – Patriotique et spirituelle.

            +4

          Alerter
          • Sandrine // 29.10.2017 à 14h44

            Ça me rappelle le titre d’un chapitre d’un livre de Johann Chapouteau (le nazisme et l’antiquité): « le nazisme est un humanisme »…

              +2

            Alerter
            • L’Éco-fascisme est un Humanisme // 29.10.2017 à 16h15

              Très bon Chapouteau !

              Sauf quand il s’agit de regarder la réalité historique du Temps présent droit dans les yeux. Là, Chapouteau l’Historien se métamorphose en Cheaupouta l’histrion, digne du charlisme le plus raz des pâquerettes qui soit, avec toujours cette condescendance de l’argument d’autorité de celui qui écrit l’Histoire parce qu’il fait partie de la caste des vainqueurs (temporaires…)

              Mais les Ulmiens d’aujourd’hui ne sont-ils pas exclusivement de ceux-là ? (Comme le pitre Entovent, qui est à la Philosophie ce que Michel Cymes est à la Médecine… Dans un cas comme dans l’autre, je peux vous garantir qu’eux aussi « font du bon boulot ») À quelques rares exceptions près, heureusement. Mais eux ne pérorent pas dans les merdia de la masse décérébrés.

                +3

              Alerter
          • Jean // 30.10.2017 à 02h10

            De nombreux hommes durant notre Histoire se sont proposés de faire notre bien fût-ce même contre la volonté du plus grand nombre et cela à toujours finit dans un bain de sang. Je crois au contraire qu’il faut accepter que le plus grand nombre puisse se tromper et apprenne de ses erreurs, comme un enfant tombe lorsqu il apprend à marcher, car c’est la seule façon de parvenir à une société dans laquelle chaque citoyen souverain coopère de son plein gré au plus grand bien de tous.

              +3

            Alerter
            • L’Éco-fascisme est un Humanisme // 31.10.2017 à 08h29

              Le bain de sang ne me pose absolument aucun problème quand il s’agit d’un sang impur, nonobstant les considérations d’ordre religieux notamment.

              Le sang impur est celui de la vermine au pouvoir qui elle, s’arroge justement le droìt de dicter sa conduite à l’Humanité dans son ensemble à seule fin de satisfaire exclusivement ses propres besoins et envies; ceux-ci étant marqués par une hybris de plus en plus marquée à mesure que les obstacles qui font barrage à leur folies mortifères se dissipent. Quant à la masse parlons-en, elle n’apprend JAMAIS de rien et de quiconque qui sort de son rang. De génération en génération, elle reproduit le même schéma de sujétion qui lui est systématiquement défavorable.

              Il faut une conscience supérieure qui la guide, dut-elle pour cela faire usage de la violence. L’édification des masses en vue de son émancipation doit hélas passer par là.

              Vous verrez, vous y viendrez aussi, à moins que la lumière de la conscience surgisse quand vous et les vôtres vous vous retrouverez derrière les barbelés, juste avant d’aller « prendre la douche » comme dirait l’autre.

              Il serait temps de perdre cette sale habitude de croire que les changements réels se réalisent de manière démocratique !

              Il faut réapprendre le sens du combat

                +2

              Alerter
        • eric le goff // 29.10.2017 à 13h47

          ou le fascisme pour lutter contre le fascisme ….CQFD

            +8

          Alerter
          • L’Éco-fascisme est un Humanisme // 29.10.2017 à 14h06

            Décidément les kons sont vraiment trop nombreux…
            Ne vous plaignez donc pas de vous faire exploiter alors. Mais quand on a une âme d’esclave, à quel sacrifice ceux-là ne se sentent-ils pas prêt…

            Il est toujours particulièrement sidérant de constater à quel point certains font preuve de tolérance à l’égard de ceux qui les exploitent et qu’ils font mine de combattre . Les mêmes crachent avec un mépris condescendant sur ceux qui dénoncent radicalement les travers des exploiteurs et autres pa.rasites en tous genres. Ceux dont il faut se débarrasser.

              +3

            Alerter
            • Sandrine // 29.10.2017 à 15h20

              En quoi l’eugénisme peut être compatible avec l’idée d’écologie?

                +7

              Alerter
            • L’Éco-fascisme est un Humanisme // 29.10.2017 à 16h08

              La droit de réponse n’est pas en vigueur sur le site Les Crises visiblement. Vous êtes un peu fascistes les gars, sur ce coup-là…

              Ainsi donc est-il plus profitable (pour qui ?) de laisser apparaître des questions idiotes plutôt que des débuts de réponses sensées…

                +2

              Alerter
            • Alfred // 29.10.2017 à 17h25

              Ça fait peur. (Ça n’étant pas forcément ce que vous pensez).
              En tout cas vous avez bien raison: il n’y a pas d’autre façon d’appliquer votre programme que si vous êtes dictateur !
              C’est d’ailleurs exactement comme ça que l’on fabrique des totalitarismes, quelle que soit la justesse des vues des uns ou des autres.

                +7

              Alerter
            • Sandrine // 29.10.2017 à 19h46

              @Alfred. La dictature peut être légitime dans certaines circonstances (cf droit romain). Le problème c’est quand elle s’exerce au profit exclusif d’une minorité en prétendant s’exercer au nom du bien du peuple.
              C’ est ce qui s’est passé avec le fascisme historique; mais avec d’autres types de régimes aussi. C’est ce qui pourrait se passer aussi si le pouvoir de la techno-science continue à s’amplifier.

                +3

              Alerter
            • Fritz // 29.10.2017 à 22h58

              – Eugénisme
              – Stérilisation (forcée s’il le faut)

              (programme de l’éco-fascisme, qui est un humanisme)

              Appétissant. La stérilisation des “tarés” en 1933 avait précédé l’opération T4, ou “anéantissement de la vie indigne d’être vécue”.

                +4

              Alerter
            • Jean // 30.10.2017 à 02h20

              Faut-il résister à la tentation de devenir un monstre pour lutter plus efficacement contre la monstruosité ? Huxley pensait que la plus grande victoire du fascisme était de condamner les états qui voulaient lui résister à lui ressembler.

                +2

              Alerter
            • lvzor // 01.11.2017 à 08h04

              “Il faut une conscience supérieure qui la guide…”

              Ce que vous illustrez, entre autres multiples exemples par cette expression aussi ridicule que léniniste, c’est que “eco-fascisme” est juste un pléonasme. (Ce que quiconque ayant la plus légère notion de ce qu’est Heidegger sait depuis longtemps).

                +0

              Alerter
            • barbe // 01.11.2017 à 09h46

              A Ivzor
              je ne connais pas : vous pouvez éclairer ma lanterne?

              cdt

                +0

              Alerter
  • Sviéta31 // 29.10.2017 à 01h48

    Autre lien (ceux du billet ne fonctionnent pas)

    https:/info-war.gr/en/fascism-inc/

      +0

    Alerter
  • Sviéta31 // 29.10.2017 à 02h08

    rectification sur ce lien:
    Entrer seulement: https://info-war.gr/en/

      +1

    Alerter
  • DUGUESCLIN // 29.10.2017 à 06h06

    A partir du moment où on impose un idéal collectif suprême qu’il soit nationaliste ou internationaliste l’aboutissement est un régime totalitaire qui nie à l’être humain le libre arbitre.
    L’ontologie pourrait être une forme d’antidote.
    Mais pas ceux qui s’appellent les antifas qui usent de méthodes totalitaires et de violences au nom de leur vision très particulière de la liberté.
    Pendant ce temps la finance est, pour certains adeptes, le dieu suprême qui permet à ceux qui la détiennent, de s’auto-déifier et de dominer le monde.
    Ce sont ceux-là, aussi, qui pour les besoins de leur cause, financent aussi bien les néonazis en Ukraine que les antifas chez nous (lesquels, d’ailleurs, n’ont pas protesté contre le coup d’état fasciste à Kiev) pour asseoir leur domination.

      +19

    Alerter
  • Paul // 29.10.2017 à 07h30

    Merci pour cette vidéo de remise a l’heure ” hivernale” d’aujourd’hui.

    En marche…dans les ornières de l’imbécillité, nous avançons sous la lumière jupitérienne
    d’un minable foutriquet.

      +19

    Alerter
  • Catalina // 29.10.2017 à 07h51

    attention aux anti-fa qui sont parfois plus fascistes que les fascistes !!!

      +51

    Alerter
    • Condello // 29.10.2017 à 19h22

      Je ne sais que répondre à ça :”attention aux anti-fa qui sont parfois plus fascistes que les fascistes !!!”

      Sur quoi se base cette affirmation, sur rien.

      Que l’on trouve quelques antifa qui n’aient rien compris, c’est évident. Maintenant faire croire que le mouvement antifa est fasciste est une malhonnêteté intellectuelle qui ne correspond à rien. C’est du même niveau que “c’est les antiracistes qui font le racisme” de la propagande de bas niveau de droite.

      L’antifascisme lutte contre toutes les oppressions. Y compris contre la votre Catalina, celle du silence des pantoufles qui attend patiemment le bruit des bottes.

        +6

      Alerter
      • Alfred // 29.10.2017 à 21h37

        “L’antifascisme lutte contre toutes les oppressions. Y compris contre la votre Catalina, celle du silence des pantoufles qui attend patiemment le bruit des bottes”
        Vous illustrez vous même le propos. Vous êtes en guerre contre les mous, les pas assez enragés, les pas assez d’accord et pour leur bonheur même vous leur promettez la shlague. Vous faites le bruit des bottes.
        Désolé mais cela c’est déjà vu et revu et rerevu dans l’histoire (notamment avec le fascisme mais pas que).
        C’est bien le problème des anti fa actuels, il ne leur manque qu’une chemise monotone pour les identifier. (Vous avez totalement oublié que les SA étaient de gauche?).
        Je vous dis ça en étant de gauche. Prenez la peine de réfléchir un peu sur vos actions. Et relisez Elsa Morante (“la fin ne justifie pas les moyens mais les moyens dénoncent la fin”).
        Enfin ” Cui nono”. Bien trop souvent les actions des antifa bénéficient à l’oligarchie. C’est un problème.

          +7

        Alerter
      • Catalina // 30.10.2017 à 00h28

        Condello,
        On se calme, svp,
        Aujourd’hui oui, car les anti-fa sont les idiots utiles de soros par exemple, mais pas que …

        L’hypocrisie des antifas
        “Pour ceux d’entre nous qui sont dans les universités et les collèges, ces contre-manifestants, et en particulier les manifestants antifas masqués, sont une présence perturbatrice, et en croissance, sur nos campus. Ils agressent les gens et bloquent les discours depuis des années avec relativement peu de condamnations. Ils prospèrent dans un environnement où toute critique est dénoncée comme reflétant des sentiments racistes ou fascistes.

        Cependant, comme le montrent abondamment les dernières violences de Berkeley, il n’y a pas de distinction entre ces manifestants et les fascistes auxquels ils prétendent résister. Ils sont tous fascistes dans leur utilisation de la peur et de la violence pour faire taire les autres. Ce qui fait particulièrement froid dans le dos, c’est la façon dont certains universitaires ont donné une légitimité à ces atteintes à la liberté d’expression, à travers des rationalisations pseudo-philosophiques.”

        http://thehill.com/blogs/pundits-blog/civil-rights/348389-opinion-antifa-threatens-to-turn-america-into-an

          +7

        Alerter
      • Jean // 30.10.2017 à 02h36

        La fin ne justifie jamais les moyens et celui qui se propose de lutter contre le racisme, ou toutes autres formes d’ostracismes, par l’intolérance ne fait qu’attiser les forces qu’il croit combattre. C’est probablement parce que ces forces sont présentes en lui, sans qu’il en ai conscience, qu’il met une telle violence pour détruire le miroir de son propre reflet.

          +4

        Alerter
        • Catalina // 30.10.2017 à 08h51

          vous avez raison, Condello, d’ailleurs j’entends chaque jour le bruit des bottes, ici au Donbass où je suis venue vivre et mes pantoufles aussi les entendent, d’ailleurs ! Ici, l’un des seuls endroits d’Europe où le fascisme est armé par son gouvernement, et s”appelle Svoboda, PrAviy sector, OUN;;;;sous la plus grande cachotterie de lémédias unioneuropéens….m^me que les représentants de ce pays voient le tapis rouge de l’Elysée se dérouler devant eux.
          Voyez vous, mon clavier n’était plus assez pour exprimer ma honte alors, j’ai rejoint les anti-fascites , les vrais !

            +9

          Alerter
          • Fritz // 30.10.2017 à 10h08

            En effet, les seuls antifascistes crédibles aujourd’hui sont au Donbass, et ils se battent vraiment, eux.

              +5

            Alerter
          • Owen // 30.10.2017 à 10h53

            Les groupes antifas ne pourraient-ils pas vous inviter pour des soirées conférences-débats ?

              +1

            Alerter
            • Catalina // 30.10.2017 à 11h30

              Bonjour,
              J’ai fait maison plus de 5000 tracts pour une conférence au sujet de cette guerre fratricide, 11 personnes sont venues, ça parle ça…de l’intérêt des gens. à cette heure, la taille de la jupe de la jupiterienne semble plus les intéresser….c’est d’une telle tristesse de voir un peuple si peut intéressé par son présent….si lâche.Enfin, ce n’est que mon avis.Les groupes anti-fas tout comme une grosse majorité des gens se biberonne à la tv….. il est vain d’essayer de leur ouvrir les yeux.

                +6

              Alerter
  • Catalina // 29.10.2017 à 07h57

    il me semble qu’il y a une ressemblance frappante avec ce qu’il s’est passé en Allemagne et ce qui se passe en France aujourd’hui…
    à 16:00
    ceci dit, je ne pense pas que macron fasse l’affaire, il n’a rien d’un gouvernant et je me demande qui alors sera notre “chancelier”.
    Valls semble réunir les qualités requises.pas parce qu’il a des qualités de gouvernant mais parce qu’il est expert en postillons et à ne jurer que sur la peur
    ;O)

      +10

    Alerter
  • isidor ducasse // 29.10.2017 à 09h02

    Le seul fascisme que je connaisse c’est la construction européenne:

    Elle s’essuie les pieds sur la démocratie, en ne la respectant pas et en traitant les peuples qui veulent retrouver leur souveraineté de fascistes, de populistes, de nationalistes: Gandhi etait-il un fasciste ?
    Elle prend les peuples pour des imbéciles en usant d’une propagande digne du nazisme, endort les citoyens avec des belles promesses, piétine la constitution des états et des parlements élus, le CETA en est la preuve, bafoue le droit, la loi, ses propres lois, comme lorsqu’elle a bloqué les mouvements de capitaux à Chypre allant à l’encontre de l’article 63 des traitées européen.
    Elle raquette les peuples, laissant les grecques s’enfoncer dans la misère ect…..

    “Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons?…”

      +60

    Alerter
  • Raphaël // 29.10.2017 à 09h03

    Même pas peur : le fascisme est déjà au pouvoir. La seule différence est qu’il s’insinue lentement, sournoisement. Les antifas sont leurs sections d’assaut.

      +26

    Alerter
  • Dagobert // 29.10.2017 à 09h19

    Le fascisme est un mot valise qui ne sert qu’à disqualifier son adversaire . Autrefois , de Gaulle était “fâchiste” pour les enragés , qui se la coulent douce aujourd’hui ds les assemblées … Non ce dans quoi l’Europe s’enfonce lentement , mais en accélérant , c’est l’islam . Càd le pire totalitarisme (“fascisme” si vous voulez) , qui ait jamais existé dans notre ère . D’ailleurs , Hitler en se cachait pas de sympathies pour ce système (qui n’est pas une religion , ne l’oublions pas ) , et plusieurs chefs musulmans , dont le fameux grand mufti de Jérusalem (le grand oncle de ce cher Tarik Ramadan , ci-devant “porc balançé” , ne se sont pas fait faute de s’allier , y compris militairement , avec Hitler . Voilà le vrai danger . Et c’est justement celui que ne veulent pas voir journaleux , intellos et ministres , car ils crèvent de trouille . Comme avant-guerre . Encore un instant , monsieur le bourreau . Mais voilà , la position de collabo est toujours beaucoup plus confortable . A court terme . Pas à long terme , car un jour chaque collabo devra rendre des comptes …En attendant , chaque jour perdu dans la mise en oeuvre de la remigration se paiera de plus de larmes , de plus de sueur et de plus de sang .

      +17

    Alerter
    • Raphaël // 29.10.2017 à 09h26

      Il fait en tout cas plaisir de voir que l’épouvantail fasciste ne fonctionne plus. Il est temps de dénoncer les ennemis du peuple français : UE, banques, politiques larbins, idiots utiles du capitalisme et leur armée de ” migrants climatiques “.

        +17

      Alerter
    • Alfred // 29.10.2017 à 10h15

      Le plus simple ce serait de rappeler que le fascisme est une idéologie politique qui possède des caractéristiques propres. Si toutes les cases sont cochées c’en est. Sinon c’en est pas. Utile par les temps qui courrent ou le danger ne vient pas forcément d’où on l’attend. Le totalitarisme c’est plus large.

        +11

      Alerter
      • moshedayan // 29.10.2017 à 20h20

        Vous avez raison. Il ne sert à rien d’employer “à tous les plats” la sauce du mot “fascisme” et même du totalitarisme.
        Personnellement, je me méfie et n’ai pas encore compris comment en France vous avez accepté sans nuance que l’on enseigne dans les manuels dans la même “case” les ” totalitarismes “: soviétique, italien et allemand.
        C’est très vrai que c’est un bel exercice d’historiens français, mais le résultat en est catastrophique ! Elle aboutit à la confusion entre Staline et Hitler, au mélange des chronologies. Et pire, les jeunes Français sont tous incapables d’expliquer la “déstalinisation”, le “brejnevisme” ou comment la société soviétique s’est effondrée d’elle-même sans une agression extérieure. Que dire de leur compréhension de la Russie actuelle ! (au même rang que la “dictature de Corée” d’après ce que j’ai entendu de certains). Je serais historien français -j’aurais presque honte !

          +10

        Alerter
    • Emmanuel // 29.10.2017 à 21h43

      Bonjour la simplification (ou l’aberration), de qualifier une religion de fasciste ! Alors celle-là plutôt que celle-ci, ou de ne pas en avoir ! Et puis de parler de “remigration”, puis de faire un rapprochement entre Hitler et l’Islam…..une nouveauté historique ! Du calme ! Notez bien que ceux qui fondent leurs jugements sur des critères ethnico-religieux sont très très mal barrés, quels que soient leurs bords…. (voyez un peu l’histoire contemporaine ou plus ancienne)….

        +1

      Alerter
      • Dagobert // 30.10.2017 à 16h41

        On lira avec profit , enfin , vous peut-être pas , vu la couche que vous paraissez tenir , l’excellent livre d’histoire “Croissant fertile et croix gammée” de Martin Cüppers et Klaus -Michaël Mallman aux éditions Verdier . Il faut savoir de quoi on parle , mon petit bonhomme avant de proférer des âneries …Evidemment , je sais , rappeler la complicité active du III ième Reich et de l’islam , ça fait un peu désordre , mais que voulez-vous , rien n’est simple . Sauf pour les esprits simplistes . Voire simplets .

          +1

        Alerter
  • Owen // 29.10.2017 à 10h08

    J’avoue avoir abandonné le reportage. On sait bien que le capitalisme, qui consiste à se faire de l’argent, fait feu tout bois et recycle toute idéologie quand c’est possible.
    L’inventeur du fascisme, Mussolini, avait un projet nostalgique: retrouver le prestige de la Rome antique, retrouver le génie industriel pour faire le bonheur du peuple avec son chef. Le projet nazi était une vision d’un monde organisé par une race de seigneurs physiquement parfaits et intellectuellement supérieurs. Le projet pétainiste était de restaurer un féodalité sous régime républicain. Etc… Et le contexte était à la contre-proposition communiste, qui à son tour a pris une forme autoritaire en URSS, et qui affolait les partis et dirigeants des pays d’Europe de l’Ouest.

    Aujourd’hui, le fascisme est un anathème qui nourrit ceux qui le profèrent (médias, faiseurs d’opinions, associations, partis politiques). Cet anathème gêne la compréhension de ce qui s’est passé au siècle dernier et transforme aujourd’hui en malédiction l’expression de certaines souffrances.

    Il aurait mieux valu populariser le mot dictature, dont les courants fascistes des années 30 en sont un aspect. Il y a la dictature financière, militaire, politique, de classe sociale, d’opinion, religieuse, etc… Cela aurait permis de décomposer les débats, de mieux comprendre les contradictions, plutôt que de fabriquer la pensée puérile.

      +36

    Alerter
    • Fritz // 29.10.2017 à 11h22

      Entièrement d’accord avec vous, Owen. “Notre doctrine, c’est l’action” (Mussolini) : comment voulez-vous “définir” le fascisme à partir de cette déclaration ? Entre la milice patronale de 1920-22 et la République sociale de 1943-45, c’est le grand écart, sans même quitter l’Italie.

      Le fascisme est un phénomène historique du XXe siècle, ce n’est ni un label ni un épouvantail. Ce qui m’agace, c’est que ledit épouvantail est agité contre des personnes ou des mouvements : le FN français, l’AfD allemande, Viktor Orbán… qui contestent plus ou moins le … IVe Reich (alias U. E.) ; jamais pas à propos de Svoboda, de Pravyi Sektor, l’avant-garde fasciste de l’OTAN.

        +16

      Alerter
    • Sandrine // 29.10.2017 à 16h15

      Oui le fascisme, c’ est la dictature.
      Mais une dictature d’un genre particulier : la dictature au nom du peuple. C’est une sorte de dictature qui découle directement des idéaux de la souveraineté populaire et de la volonté générale telle que l’a théorisée Rousseau – maïs de manière subversive bien entendu, Rousseau n’aurait certainement pas été fasciste.
      C’est là que réside sa force et son caractère infiniment dangereux pour l’idée même de démocratie.

        +1

      Alerter
  • Louis Robert // 29.10.2017 à 11h40

    Le capitalisme impérialiste a pour progéniture essentielle le fascisme et le nazisme qu’à ce jour il perpétue, répand à travers le monde et protège au vu et au su de tous. Aujourd’hui, c’est l’Empire qui s’en porte garant, responsabilité assumée avant même la fin de la dernière Grande Guerre et sans interruption depuis lors.

    Écrasés par le vainqueur soviétique durant la Grande Guerre Patriotique, les revoilà, massés à distance de tir de l’héroïque Léningrad, tandis que l’Empire, multipliant provocations, menaces et actes de guerre, y compris toujours plus près de Vladivostok et du Yalu, n’a de cesse de quémander la guerre totale, possiblement nucléaire. Cette fois-ci, comme le leur permet la force dévastatrice des armes, avec tous leurs soutiens et commanditaires («sponsors»), les vainqueurs d’hier les anéantiront.

      +6

    Alerter
    • Jean // 29.10.2017 à 13h54

      “Le fascisme devrait plutôt s’appeler Corporatisme, puisqu’il s’agit en fait de l’intégration des pouvoirs de l’état et des pouvoirs du marché.” Benito Mussolini

      La corporation, l’ancêtre de la multinationale. Càd un acteur économique exerçant un monopole ou quasi-monopole dont le poids économique lui confère une puissance politique.

        +8

      Alerter
      • Louis Robert // 29.10.2017 à 14h31

        Bonjour, Jean,

        Je me permets de penser autrement là-dessus. Le corporatisme ne fut, je crois, que l’une des composantes du fascisme que nous avons connu et qui sévit encore. Le fascisme est beaucoup plus vaste, par des caractéristiques idéologiques autrement inhumaines, dont les conséquences sont davantage encore barbares voire bestiales. Je crois que le corporatisme peut exister sans elles, à moins bien sûr que l’on me prouve le contraire…

        Cdlt

        Précision: je ne suis pas un partisan du corporatisme…

          +4

        Alerter
        • Sandrine // 29.10.2017 à 15h06

          Je trouve au contraire que Jean met le doigt sur une caractéristique essentielle du fascisme : le corporatiste ou en d’autres termes la suppression artificielle de la lutte des classe.
          On retrouve cet idéal dans l’ordo-liberalisme.
          En ce sens les derniers traités de l’UE sont d’inspiration fasciste car ils écartent le politique de tout ce qui touche de près ou de loin aux relations économiques des hommes entre eux au non de prétendues lois naturelles du marché: c’est une approche proprement totalitaire de la société que je suis sure Mussolini n’aurait pas reniée

            +9

          Alerter
          • barbe // 29.10.2017 à 17h11

            Vous êtes plutôt pour une suppression naturelle de la lutte des classes? par exemple faute de combattants?
            Expliquez moi…
            L’avantage du corporatisme, incontestable, qui va avec le mouvement d’émancipation du XII (les serfs fuient les fiefs pour constituer le mouvement communal), est que les règles viennent ou venaient d’en bas, de ceux qui produisaient quelque chose, qui savaient comment et quoi : aujourd’hui, il n’y a certes plus de règles, ou bien l’exception est devenue la régle (W Benjamin) : il ne reste aux élites, plus que la hiérarchie, le pouvoir, sans la légitimité, puissance, autorité…
            Quelque chose, toujours, vient d’en haut, mais le seuil de l’intolérable va bientôt être franchi puisque les gens ne produisent plus ce qu’ils consomment.

              +3

            Alerter
            • Sandrine // 29.10.2017 à 19h28

              Je parle du corporatisme d’etat – non des corporations de l’ancien régime qui au contraire des organisations étatistes sont des corps intermédiaires (un frein donc au totalitarisme, pas du tout la même choses que les structures verticales mises en place par les régimes fascistes)

                +8

              Alerter
            • barbe // 30.10.2017 à 09h06

              L’armée a une structure verticale sans être forcément fasciste.
              Le corporatisme d’état, je ne sais pas à quoi vous faites référence : le sens du corporatisme c’est que les gens qui travaillent dans un domaine énoncent les règles de fonctionnement de ce domaine, et ne se laissent pas dicter les règles par ailleurs.
              L’état a une structure verticale, non corporatiste au sens que je viens de dire : il n’est pas dit que les petits fonctionnaires aient leur mot à dire sur les décisions prises en haut et qu’on leur demande d’appliquer.
              La verticalité de l’armée s’accompagnait de la protection, en cas de pépins : ce n’est plus le cas dans la verticalité étatique, où naguère, le supérieur avait un vrai rôle de chef en protégeant le personnel sous ses ordres. Ne plus le faire porte à la dérive mafieuse de nos institutions, à savoir que les hauteurs se protègent et exposent les subalternes ; je n’appelle pas cela du corporatisme…

                +2

              Alerter
        • Jean // 30.10.2017 à 03h25

          Bonjour Louis,

          Je crois que l’idéologie n’est qu’un prétexte car la barbarie est encore une des composantes essentielles de la nature humaine que seules les circonstances nous empêchent d’exprimer librement. Il suffirait que les garde-fous de cette société volent en éclats pour qu’un grand nombre d’entre-nous redeviennent des animaux sauvages, au premier rang desquels seront ceux qui se croient les plus civilisés ou les plus modernes.
          Le corporatisme peut et a existé sans le fascisme mais je pense que le fascisme devient inévitable lorsque le poids d’un groupe minoritaire, ayant les mêmes intérêts économiques, devient si disproportionné qu’il acquière le pouvoir d’imposer à tous ses choix dans l’organisation politique. Ce qui revient effectivement à une suppression artificielle de la lutte des classes et il n’y a que la guerre et/ou un régime autoritaire qui puisse faire perdurer cette injustice.

            +3

          Alerter
          • Louis Robert // 30.10.2017 à 13h18

            « … le fascisme devient inévitable lorsque… ». Je m’explique ainsi que le capitalisme impérialiste ait pour progéniture essentielle le fascisme et le nazisme.

              +0

            Alerter
  • astap66 // 29.10.2017 à 21h16

    J’ai lu “Les élites françaises entre 1940 et 1944” d’Annie Lacroix Riz et je suis en train de lire “industriels et banquiers sous l’occupation” et il s’est exactement passé la même chose en France. Le Comité des Forges et autres grands capitalistes français ont tenté eux aussi de provoquer un soulèvement fasciste en 1934, qui a raté car la classe ouvrière était encore pugnace. Par contre, en 1938, Daladier ne gouvernait déjà plus que par ordonnance, et les élites françaises ont accueilli avec satisfaction d’invasion allemande qui leur a permis de réaliser leur grand rêve : la baisse du salaire, l’interdiction des syndicats et celle du droit de grève.
    A noter d’ailleurs que peu de collaborateurs ont été “puni” après guerre, à l’exception de quelques cas symboliques: les Bettencourt, les Lesieurs…ont conservé leur fortune

      +12

    Alerter
  • Babar // 30.10.2017 à 09h37

    Gardons nous des clichés manichéens des idéologies. Dans la période de la seconde guerre mondiale et la décennie qui l’a précédée on a vu tout et son contraire:
    “Un paradoxe français : Antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance est un ouvrage du chercheur et universitaire Simon Epstein, historien dont les travaux portent sur l’histoire … Wikipédia”

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications