Billet invité

Pour une science ouverte à la liberté d’expression des chercheurs.

Demande de réouverture du Carnet en ligne de Jacques Sapir

 

Les autorités de la plate-forme Hypotheses.org et de Open Edition ont pris la décision de suspendre le carnet de recherches Russeurope qu’avait ouvert Jacques Sapir en 2012. Il ne peut donc plus écrire dessus.

Les raisons qui ont été avancées pour justifier cette décision semblent controuvées et fausses. Le communiqué de Marin Dacos, Directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte (CLÉO) stipule : « À de nombreuses reprises, l’auteur du carnet y a publié des textes s’inscrivant dans une démarche de tribune politique partisane, déconnectés du contexte académique et scientifique propre à Hypothèses et constituant une condition indispensable pour publier sur la plateforme. ». Or, jamais, le contenu de ce carnet n’a contrevenu à la charte d’Open Edition ou à une règle du droit français. La base juridique du gel fait donc défaut. Son contenu, de plus, a été constant depuis son ouverture en septembre 2012. Arguer d’un changement dans la nature de la publication est ici une position impossible à défendre. On peut aussi constater que d’autres carnets se livrent plus ou moins régulièrement à des analyses qui ne sont pas simplement des éclairages mais aussi des prises de position. Par ailleurs, l’idée que l’on puisse établir une séparation claire entre écrits de nature académique et écrits de nature politique est pour le moins douteuse en Sciences Humaines et Sociales.

De nombreux juristes se sont exprimés sur ce sujet. Comme l’observe M. Stéphane Rials : « la légalité d’une mesure aussi générale, assez mal motivée semble-t-il, manquant du moins de base légale, pourrait être contestée ». Nous rejoignons aussi l’analyse de Mme Letteron : « Aux termes de l’article L 952-2 du code de l’éducation, issu de l’article 57 de la loi Savary du 26 janvier 1984,les enseignants-chercheurs, les enseignants et les chercheurs jouissent d’une pleine indépendance et d’une entière liberté d’expression dans l’exercice de leurs fonctions d’enseignement et de leurs activités de recherche, sous les réserves que leur imposent, conformément aux traditions universitaires et aux dispositions du présent code, les principes de tolérance et d’objectivité“. (…) La liberté est donc entière, non seulement dans l’enseignement mais aussi dans l’activité de recherche et dans les médias qui permettent de la faire connaître. (…) Un service chargé de gérer une plateforme de blogs, au nom des Universités membres, a le même devoir. »

Cette mesure de suspension a donc suscité légitimement, dans les milieux académiques ou non-académiques, en France ou à l’étranger, une profonde émotion. En effet, le combat pour la liberté d’expression des chercheurs et des scientifiques concerne chacun d’entre nous, quelles que soient nos convictions politiques. Cette émotion est de nature à porter préjudice à hypotheses.org, ce qu’il convient de constater, de déplorer, mais aussi de considérer comme inévitable si cette mesure n’était point rapportée.

Conscients de nos responsabilités envers nos collègues et la communauté scientifique française, conscients enfin du discrédit que la prolongation d’une telle mesure pourrait faire porter sur les institutions de la recherche française à l’étranger, nous, signataires de cette pétition, demandons aux organes dirigeants d’hypotheses.org et d’Open Edition de rapporter cette mesure et de ré-ouvrir dans les plus brefs délais le carnet concerné.

Les présents signataires soutiennent cette pétition et demandent instamment la réouverture le plus rapide possible de Russeurope

Signer ici

 

*M. Denis Alland, Professeur en Droit Public, Université de Panthéon-Assas (Paris-2)

*Bernard Cassen, Professeur émérite d’Anglais à l’Université de Paris-8.

*David Cayla (Maître de Conférences en économie à l’université d’Angers).

*Franck Collard, Professeur d’Histoire Médiévale à Paris-Ouest (Paris-10, Nanterre)

*Daniel Bachet, Professeur des Universités, Sociologie, Université Paris-Saclay

*Michel Bergès, Professeur de Sciences Politiques, Université de Bordeaux

*Olivier Berruyer, actuaire et blogueur (Lescrises.fr)

*Bernard Bourdin, Professeur à l’Institut Catholique de Paris, Historien des idées, philosophe politique.

*Coralie Delaume, écrivain et blogueur (l-arene-nue.blogspot.fr)

*Eric Desmons, Professeur de Droit Public, Université de Paris-XIII

*Marcel Gaucher, Directeur d’études (retraité) à l’EHESS, Philosophe.

*Jacques Généreux, économiste, maitre de conférences des Universités, professeur à l’IEPP – Sciences Po.

*Jacques A. Gilbert, Professeur de Littérature comparée, Université de Nantes

*Brigitte Granville, Professor of International Economics and Economic Policy, Chevalier des Palmes Academiques, Fellow of The Higher Education Academy (FHEA), School of Business and Management, Queen Mary University of London

*Alain Guery, Directeur de recherche au CNRS, Historien.

*Éric Guichard, Philosophe de l’internet et du numérique, Enssib-Ens, Ancien Directeur de programme au Collège international de philosophie

*Laurent Herblay, blogueur (gaullistelibre.com)

*Annie Lacroix-Riz, professeur émérite d’histoire contemporaine, université Paris 7.

*Dominique Lecourt, Philosophe, professeur émérite des universités, ancien recteur d’académie, président d’honneur des Presses Universitaires de France.

*Laurent Loty, Historien des imaginaires et des idées scientifiques et politiques au CNRS, Président d’honneur de la Société Française pour l’Histoire des Sciences de l’Homme

*Roseline Letteron, Professeur des Universités, professeur de Droit à Paris-Sorbonne.

*Laurent Loti, Chargé de recherche au Centre d’Étude de la Langue et des Littératures Françaises (CNRS—Université Paris-Sorbonne)

*Jérôme Maucourant, Maître de conférences (HDR) en sciences économique à l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne

*Nicolas Pons-Vignon, Senior researcher in development economics, University of the Witwatersrand, Afrique du Sud

*Benedetto Ponti, professeur de Droit administratif au département de Science Politique de l’Université de Perugia, professeur de droit des médias numériques.

*Bertrand Renouvin, Journaliste et écrivain.

*Stéphane Rials, professeur de relations internationales et de philosophie politique à Panthéon-Assas (Paris 2).

*Claude Roddier, Professeur des universités, retraitée depuis 2001. Professeur d’astronomie à l’université Aix-Marseille

*François Roddier, Professeur des universités, retraité depuis 2001. Directeur du département d’Astrophysique de l’Université de Nice

*Antoni Soy, Honorary Professor of Applied Economy, University of Barcelona. Former Deputy Minister of Industry and Business, Government of Catalonia. Former Mayor of Argentona

*Serge Sur, Professeur émérite à l’Université Panthéon-Assas (Paris 2)

*Pierre-André Taguieff, philosophe et historien des idées, directeur de recherche au CNRS

*Véronique Taquin, écrivain, normalienne et agrégée de Lettres modernes, professeur de chaire supérieure en khâgne au lycée Condorcet.

*Bruno Tinel, économiste, Maître de conférences, HDR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

*Michèle Tribalat, démographe

*Jérôme Valluy, Maître de Conférences (HDR) de Sciences Politiques à Paris-1

*Alain Venturini, archiviste-paléographe, conservateur général du patrimoine, directeur des Archives départementales de l’Aveyron

31 réponses à Pétition pour la réouverture immédiate du carnet Russeurope, par Jacques Sapir

Commentaires recommandés

basile Le 10 octobre 2017 à 07h30

je suis sceptique sur les pétitions, et celle là encore plus. Elle revient à quémander, et cela sous entend que l’adversaire est indispensable, on leur demande une faveur. Mes adversaires, lorsqu’ils se trompent, je ne le leur dit pas, je les laisse s’enfoncer plus

D’ailleurs, en allant sur Russeurope, je n’ai jamais rien lu d’autre que les écrits de Sapir, au point que je croyais que c’était son propre blog. Donc, ses adversaires, pour moi, n’existent pas. Inutile de leur faire de la pub en allant chez eux pour lire Sapir.

  1. Eric Le 10 octobre 2017 à 02h31
    Afficher/Masquer

    Pourquoi ne pas choisir une autre plateforme de pétition car “change.org” limite les signatures à 1 par adresse IP ce qui fait que ma femme ne peut pas signer ?!

    D’autre part cela peut permettre de toucher d’autres publics ?


    • gryzor Le 10 octobre 2017 à 12h44
      Afficher/Masquer

      Change.org ne fait pas que limiter les signatures à 1 par IP.
      Il profile votre identité, selon les pétitions pour lesquelles vous avez signé, et établit des bases marketing très élaborées à but commercial.

      J’évite pour ces raisons absolument cette plateforme! qui n’est qu’un outil commercial de plus, et qui espionne ses utilisateurs, les fiche et viole leur droit à la vie privée, et revend leurs adresses à des partenaires commerciaux.

      Pour Jacques Sapir, j’ai fait exception et signé cette pétition, mais ma règle de conduite normale est que je ne signe pas de pétition sur ce site!

      Lisez : https://framablog.org/2016/07/20/ce-que-valent-nos-adresses-quand-nous-signons-une-petition/


      • Alfred Le 10 octobre 2017 à 14h38
        Afficher/Masquer

        Exact. Je ne fais plus d’exception, même pour sapir. Avaz et change.org hors de.mon paysage.


        • Rouméas Le 11 octobre 2017 à 01h38
          Afficher/Masquer

          Bien et j’ai remarqué que mesopinions est orienté défense des animaux … !
          Mais connaissez-vous d’autres plateformes assez connues, neutres ?

          Car rien n’empêche de lancer la même pétition sur plusieurs. Il faudra éventuellement faire le delta mais cela doit être faisable ?

          unepetition.fr ?
          lapetition.be ?
          petitions24.net ?
          jesigne.fr ?

          Je ne les connais pas qu’en pensez-vous ?

          Le but étant d’aider dans cette situation mais aussi pour d’autres sujets.


  2. Fritz Le 10 octobre 2017 à 05h08
    Afficher/Masquer

    Pétition signée. Avec grand plaisir !
    Et je suis ravi de lire les noms de Mmes Lacroix-Riz, Delaume, Tribalat, de MM. Berruyer, Cassen, Venturini, entre autres… Voir M. Taguieff soutenir lui aussi Jacques Sapir est une bonne surprise.

    Unité contre le sectarisme ! La censure ne passera pas !


  3. DUGUESCLIN Le 10 octobre 2017 à 06h27
    Afficher/Masquer

    Plutôt que censurer, je préfère qu’on me permette de lire des analyses contradictoires.
    Petit lecteur soucieux d’affiner ma compréhension, vous me traitez comme un crétin incapable de réfléchir. Après les sans dents, les hommes qui ne sont rien, et les fainéants, je ne suis plus qu’un simple abruti, un crétin qui n’a pas compris que vous me proposez la seule et unique “bonne voie”. Vous me soustrayez, par votre censure, à d’autres compréhensions parce que vous me soupçonnez de débilité peut-être? Simplement parce que je souhaite m’interroger sur la pensée unique.
    Moi, petit peuple, vous me méprisez.


  4. Owen Le 10 octobre 2017 à 06h41
    Afficher/Masquer

    Signé.

    Je cherche aussi la pétition en soutien au FISPA, collectif d’associations qui a porté plainte contre Sarkozy pour crimes de guerre et que la serpillère mainstream a oublié.


  5. basile Le 10 octobre 2017 à 07h30
    Afficher/Masquer

    je suis sceptique sur les pétitions, et celle là encore plus. Elle revient à quémander, et cela sous entend que l’adversaire est indispensable, on leur demande une faveur. Mes adversaires, lorsqu’ils se trompent, je ne le leur dit pas, je les laisse s’enfoncer plus

    D’ailleurs, en allant sur Russeurope, je n’ai jamais rien lu d’autre que les écrits de Sapir, au point que je croyais que c’était son propre blog. Donc, ses adversaires, pour moi, n’existent pas. Inutile de leur faire de la pub en allant chez eux pour lire Sapir.


    • Fritz Le 10 octobre 2017 à 08h38
      Afficher/Masquer

      Ce n’est pas leur faire de la pub. C’est permettre à un universitaire de s’exprimer sur une plateforme universitaire.


      • P. Peterovich Le 10 octobre 2017 à 09h19
        Afficher/Masquer

        Comment dire ? Malgré toute la sympathie que j’ai pour Jacques Sapir, je ne pense pas que l’on puisse considérer que cadre avec les principes de l’analyse universitaire le fait d’écrire, à propos de Macron, “Qu’il ne s’étonne pas si, par malheur, sa tête devait finir au bout d’une pique…”

        Ce genre de pique (sic) est difficilement justifiable sur une plate-forme universitaire…


        • Fritz Le 10 octobre 2017 à 09h57
          Afficher/Masquer

          La polémique n’est pas interdite aux universitaires.
          Sapir ? Qui s’y frotte s’y pique. N’est-ce pas, M. Moscovici ?


          • Greg Le 10 octobre 2017 à 22h24
            Afficher/Masquer

            Ce n’est pas une polémique, c’est un appel à la violence.


            • Fritz Le 10 octobre 2017 à 22h44
              Afficher/Masquer

              Que dis-je ? C’est un appel au meurtre. Vite ! Appelons le GIGN pour neutraliser le terroriste Sapir.

              La polémique (du grec polemos “la guerre”), ce n’est pas une conversation entre copains journalistes…


    • Manuel Le 10 octobre 2017 à 14h00
      Afficher/Masquer

      Exactement. Ce n’est pas comme si Sapir ne pouvait plus s’exprimer en France. Mais je crois comprendre que c’est plutôt une blessure narcissique sur son statut et ce qu’il considére comme une injustice. Mais il aurait été prévenu par plusieurs lettres, auxquelles il n’aurait pas répondues. Il s’était déjà engagé dans un rapport de force. De là à fermer son bloc définitivement ?!
      J’imagine aussi depuis qu’il a travaillé avec le FN beaucoup lui ont tourné le dos, je m’avance peut-être, mais je l’imagine ni sur asi ni sur le bloc de Mediapart – je rappelle que nombreux blogs ont une voix très différente de Plenel, il ne trouvera refuge…

      Par ailleurs, Sapir aurait récupéré tous ses billets et informations pour créer une nouveau blog.

      Donc j’imagine que rouvrir le blog sur hypothèses.org doit avoir une autre portée. Symbolique ?

      Finalement on ne sait pas grand chose de cette histoire…


      • Patte blanche Le 10 octobre 2017 à 19h03
        Afficher/Masquer

        Une portée symbolique : Oh que oui.

        Narcissisme et injustice : Il s’agit d’une prise de position du créateur du site au delà des règles écrites établies, un peu comme si vous vous étiez renvoyé d’un restaurant à partir du dessert car la couleur de votre chemise ne plaisait pas (j’invente au pif, il y a sans doute de meilleurs exemples). Si vous protestiez et refusiez de sortir, ce serait alors davantage pour une question de principe bafoué.

        J.Sapir a récupéré tous ses billets. Exact (et encore heureux), mais si je reprends mon exemple précédent, même si le gérant du restaurant vous permettait de récupérer vos affaires et même s’il ne demandait pas le règlement de la note, cela ne changerait rien.

        On ne sait pas grand chose de cette histoire : je suis d’accord qu’il faut douter des versions qui nous sont proposées. Pour ma part, la confrontation des informations entre les deux parties m’a suffit à choisir de signer la pétition.


    • Grégory Le 10 octobre 2017 à 19h51
      Afficher/Masquer

      Il faut aussi voir l’aspect financier. A partir d’une certaine notoriété, les coûts des plateformes sont de vrais problèmes pour les bloggeurs. Ici ou chez Jorion les choses se règlent en faisant la manche. Ca n’était pas forcément malvenu d’avoir l’état qui paye pour celui de Sapir.

      La décision est éminemment imbécile de la part de l’administration (“faisons un blog pour le public !” “ouh, le public est nombreux ” “mais le contenu n’est pas forcément bien pour l’administration, alors fermons ce blog”). Je peux surtout voir l’absence de système d’avertissement ou de feedback qui démontre bien qu’il ne s’agit pas ici d’autre chose que de satisfaire une hierarchie. Rappellons que la dissémination est au coeur de la mission de tout scientifique : c’est dans le contrat de base de la finance de la recherche par le public. Couper la dissémination de Sapir est donc saboter la mission de service public. Jacques Sapir est bien sur tenu à la neutralité mais dans son domaine, celle ci n’existe tout simplement pas pour commencer.


  6. Polo Le 10 octobre 2017 à 08h36
    Afficher/Masquer

    Ce que vous ne comprenez pas Mr Sapir c’est qu’ils n’ouvriront plus jamais votre blog.


  7. LaFleche78 Le 10 octobre 2017 à 09h07
    Afficher/Masquer

    Perso, je ne comprends pas que Sapir ne crée pas son propre blog, sur son propre serveur.
    De ce fait, pas de censure possible.

    Si l’énergie dépensée autour de ce sujet était utilisée à collecter les (environ) 200 € annuels nécessaires à ce genre de projet (et encore, je suis large), l’affaire serait réglée depuis longtemps.


    • Alfred Le 10 octobre 2017 à 10h24
      Afficher/Masquer

      Je pense que c’est ce qu’il doit faire mais APRES avoir obtenu la réouverture du précédent (pour le principe) Entre temps il peut très bien rester hébergé dans plein d’endroits.


    • jef Le 12 octobre 2017 à 09h35
      Afficher/Masquer

      Entièrement d’accord. Soit dit en passant j’ai d’ailleurs été surpris d’apprendre grâce à cette histoire que jacques Sapir “squattait” un site au risque de se faire dégager du jour au lendemain!? Risqué, je trouve… Étonné qu’il fasse l’étonné et que sachant cela il n’ait pas pris ses précautions en créant son propre blog afin d’être complètement libre, investissement qui d’ailleurs ne lui aurait pas coûté si cher. Enfin étonné, de la forme et la durée que prend sa rancune et ce côté victimaire mis un peu trop en avant. Je ne sais pas à combien d’articles on en est sur le sujet mais ça commence à faire un peu beaucoup je trouve, on a compris maintenant je pense? On passe à un autre chapitre à présent: construire un nouveau blog Monsieur Sapir et oublier l’ancien, c’est du passé, fini!


  8. Crapaud Rouge Le 10 octobre 2017 à 09h15
    Afficher/Masquer

    Ils reprochent à J. Sapir de “prendre parti” ? J’ai signé en disant que les citoyens ont besoin que des scientifiques de renom “prennent position” pour éclairer démocratiquement les débats, et que les prises de position “gênantes” pour le pouvoir sont précisément le but, pas un écueil à éviter.


    • Eric Le 10 octobre 2017 à 12h26
      Afficher/Masquer

      Je plussoie en ajoutant que je leur accorde d’avoir un brin de folie au milieu de la folie institutionnalisée et même d’avoir le droit de déraper un peu devant le cynisme, l’arrogance, la prétention, l’orgueil démesuré de parvenus ignobles…


    • Alfred Le 10 octobre 2017 à 14h36
      Afficher/Masquer

      Il ne lui reprochent pas de prendre parti bien sur (tous mes journalistes prennent parti ainsi que Jean tirole) mais de prendre un autre parti que le seul autorisé. Cette accusation est simplement pathétique.


  9. Roland011 Le 10 octobre 2017 à 10h29
    Afficher/Masquer

    Sur le principe, je signe
    Mais d’accord avec Basile, et ici il y a des avis, c’est mieux
    Bravo a Olivier


  10. Arcousan09 Le 10 octobre 2017 à 10h56
    Afficher/Masquer

    Quand vous adressez un message aux deux censeurs, il n’est pas distribué ….
    Preuve qu’ils sont à l’aise dans leurs baskets


  11. Fritz Le 10 octobre 2017 à 11h35
    Afficher/Masquer

    C’est un détail, mais parmi les pétitionnaires, j’aurais aimé que les titres du professeur Soy fussent écrits en catalan, ou en français, ou même en castillan, plutôt qu’en angliche.


    • Chris Le 10 octobre 2017 à 12h00
      Afficher/Masquer

      Mais nous vivons dans le glacis anglo-saxonne !
      Et l’OTAN attaque les Etats récalcitrants à la pax americana à commencer par le bombardement de la Serbie en 1999 au prétexte de guerres humanitaires et démocratie. Fi l’article n° 5 de l’alliance indiquant la mission de l’OTAN : défendre ses membres en cas d’attaque.
      Une extension probable de “en cas d’attaque… de leurs intérêts économiques” ?


  12. Nicolas Le 10 octobre 2017 à 16h56
    Afficher/Masquer

    Personne n’a encore expliqué quelle différence ça peut faire que le blog de Sapir soit sur la plateforme Skyblog universitaire (aka hypoténuses org) ou un WordPress monté sur russeurope fr (ou .com ou .info ou …) ou autre. Et puis les mecs de la plateforme hypothénuses sont quand même libres d’imposer les règles qu’ils veulent chez eux. Les mecs qui veulent pas enlever leur godasses, chez moi, ils sortent. Si les mecs de cotangentes veulent pas de propos polémiques du style “la tête de Macron va finir au bout d’une pique”, ben c’est leur droit. C’est quoi cette histoire d’exiger le rétablissement du blog. J’ai des trucs à raconter beaucoup plus intéressants que les conneries que racontent la plupart des blogs sur la plateforme du Monde. Il me viendrait pas à l’idée d’exiger auprès de Béachelle (aka le Playboy belliciste) l’ouverture d’un blog sur leur plateforme pour moi. J’ai dû louper des épisodes parce que ça me paraît absurde. Il eût fallu raconter ces épisode dans la pétition.


  13. Hélène Clément-Pitiot Le 10 octobre 2017 à 17h46
    Afficher/Masquer

    D’une grande contrariété et d’une dérive anti-démocratique…tirons l’avantage de la révélation:

    la fin des faux semblants…ce n’est en aucun cas une perte de temps.

    Signer / ne pas signer, mais assurément “montrez ce que vous avez dans le ventre”!

    Dur de choisir son camps dans le monde académique des promesses et de la tentation…

    Gênant la logique binaire… un peu comme pour collabo vs résistant! Eh oui en effet!
    Il sera difficile de réécrire cette histoire là…et de faire semblant encore.


  14. Ducdecoeur Le 10 octobre 2017 à 19h01
    Afficher/Masquer

    Pourquoi Michèle Tribalat s’est retirée de la pétition ?


  15. Jef Le 10 octobre 2017 à 20h16
    Afficher/Masquer

    Cette pétition n’est pas le bon moyen d’action. Il s’agit ici d’un différent entre jacques Sapir et un hébergeur qui a décidé de ne plus lui donner accès à sa plateforme. Quelques soient les raisons de leur différent contestables ou non, ce n’est pas une pétition qui changera la donne. Quel en sera d’ailleurs le résultat? 1000, ou peut 2 ou 3000 signatures… et quand bien même il y en aurait 10000! Si cette information ne bénéficie d’aucun relais dans les médias, c’est sans lendemain. Au delà il n’est pas question il me semble de bâillonner ou de censurer Jacques Sapir… Alors prendre à témoin les lecteurs et sympathisants de son blog de cette façon est à mon sens complètement stérile. Non, il faut raison garder et tourner cette page, l’oublier pour mieux rebondir, et rebondir pour Jacques Sapir c’est créer dès maintenant son propre blog. C’est ce que nous attendons tous et non pas des pétitions mortes nées. Aller Jacques Sapir, regardez devant vous maintenant et non en arrière sur cette triste histoire, on vous attend…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires