Billet invité

La suspension de mon carnet Russeurope par Hypotheses.org a légitimement choqué. J’en veux pour preuve le succès de la pétition à laquelle se sont associés des universitaires reconnus. Mais, cette suspension suscite aussi de légitimes questions auxquelles il me faut répondre.

Pourquoi se battre pour le réouverture de Russeurope ?

Russeurope fut ouvert sur le portail Hypotheses.org en septembre 2012, après que j’ai été démarché par des personnes travaillant pour ce portail. Il était d’une grande facilité d’utilisation, et en un sens lié, même si très indirectement et symboliquement, à l’EHESS (mon institution) et à la FMSH. J’ai signalé dès l’ouverture que, outre des articles théoriques, des billets servant à tester des hypothèses de travail, je comptais publier aussi des textes plus politiques et polémiques. Ce fut accepté, mais hélas sans trace écrite. Je pensais avoir affaire à des personnes « décentes » au sens ou Orwell parle de « common decency ». J’avoue que j’ai probablement eu tort, du moins pour certaines.

Les responsables m’ont fait connaître, de diverses manières, la satisfaction qu’ils avaient à voir le nombre de connexion sur mon carnet progresser rapidement, de mois en mois.

Alors, oui, je considère Hypotheses.org comme un bon outil, une remarquable plate-forme. Je pensais pouvoir bénéficier de l’équivalent de ce que l’on appelle les « franchises universitaires » sur ce carnet. Il semble que je me sois, là aussi, trompé. Mais, l’iniquité de la mesure qui me frappe est une raison supplémentaire pour vouloir justement voir mon carnet ré-ouvert. De plus, je suis fondé à penser qu’Hypotheses.org constitue une délégation de service public. Dès lors, mon éviction prend un sens symbolique très fort, pour l’ensemble des chercheurs, qu’ils partagent ou non mes idées et mes positions.

La science et la politique

On le sait, le grief principal qui m’est fait est d’avoir publié des textes qui seraient purement politiques sans aucun aspect de recherche. D’une part, cela part de l’hypothèse, difficile à soutenir, que textes scientifiques et textes politiques pourraient être clairement séparés. En réalité, c’est une impossibilité dans les sciences sociales. Ensuite, je peux montrer que TOUS mes textes que l’on veut faire passer pour des tribunes partisanes sont tous complètement insérés dans mes travaux de recherche. Enfin, prétendre qu’il y aurait eu un « changement de ligne » est un mensonge complet.

Dès septembre 2012, j’ai publié des textes que l’on rangerait aujourd’hui dans la catégorie de polémiques, même si pour moi ce sont de simples textes politiques. Ainsi, sur les 14 notes publiées en septembre 2012, pas moins de 4 entraient dans cette catégorie. En octobre 2012, mois dans lequel j’ai publié 13 notes, ce sont cette fois 6 notes que l’on peut considérer comme « politiques ». On voit que les responsables d’Open Edition et d’Hypotheses.org ne peuvent nullement plaider un « changement de ligne » survenu depuis ces derniers mois dans le carnet. S’ils étaient gênés, ils auraient dû protester dès novembre 2012. Par ailleurs rien que cette expression est déjà étrange. Car, cette expression s’applique à un parti, ou au moins à une organisation, qui est susceptible de « changer de ligne ». Serais-je donc devenu un parti politique à moi tout seul ?

On voit où l’argument se ridiculise lui-même, comme un grand, et sans qu’il soit besoin d’y revenir.

Qu’en est-il de la liberté des universitaires ?

Le portail Hypotheses.org a été développé par le Centre pour une édition électronique ouverte (Cléo), un centre qui est lui-même placé sous la quadruple tutelle du CNRS, de l’Université d’Aix Marseille, de l’Université d’Avignon et de l’EHESS. Nous sommes donc bien au cœur de l’Université.

Or, il faut savoir que les libertés des universitaires ont été bien précisées par différentes lois. On peut ainsi citer l‘article L 952-2 du code de l’éducation, issu lui-même de l’article 57 de la loi Savary du 26 janvier 1984, et qui dit très précisément : “les enseignants-chercheurs, les enseignants et les chercheurs jouissent d’une pleine indépendance et d’une entière liberté d’expression dans l’exercice de leurs fonctions d’enseignement et de leurs activités de recherche, sous les réserves que leur imposent, conformément aux traditions universitaires et aux dispositions du présent code, les principes de tolérance et d’objectivité[1]. Les chercheurs sont ainsi traités de la même manière que les enseignants chercheurs, professeurs et maîtres de conférence. Un Directeur d’études à l’EHESS est, de plus, assimilé à un professeur des universités. Leur liberté est donc entière, dans le respect de la loi qui réprime la diffamation, dans l’enseignement, dans l’activité de recherche et dans les médias qui permettent de la faire connaître. Ces principes ont été rappelés par diverses juridictions, allant de la Cour Européenne des Droit de l’Homme (CEDH) au Conseil Constitutionnel. On peut ainsi citer l’arrêt du CEDH du 27 mai 2014 n°346/04 et 39779/04) mais la jurisprudence du Conseil Constitutionnel français (CC n° 83-165 DC du 20 janvier 1984 et n° 94-355 du 10 janvier1995) ou encore l’article L.111-1/al. 4 du Code de la propriété intellectuelle qui fait dérogation, pour les universitaires, au statut général de la fonction publique. Par ailleurs, on peut encore citer l’article L.411-3 du code de la recherche qui protège l’autonomie de la démarche scientifique ainsi que les articles L.123-9, L.141-6, L.952-2 du code de l’éducation qui rappellent une norme d’indépendance et de liberté d’expression des enseignants, chercheurs et enseignants-chercheurs[2].

Il est aujourd’hui clair que ces principes n’ont pas été respectés par Hypotheses.org et par OpenEdition

Une plateforme indépendante est-elle liée par les règles de l’Etat ?

Il semble que les responsables d’Hypotheses.org et d’OpenEdition ont tellement conscience d’avoir ici franchi une ligne rouge qu’ils argumentent aujourd’hui, sur divers blogs, de la manière suivante : Hypothèses.org n’est pas une instance universitaire, mais une institution originale, indépendante, de droit privé. Elle peut parfaitement se doter d’un règlement intérieur particulier et si l’un de ses membres y contrevient prendre des mesures contre lui. Notons ici que j’étais loin d’être le seul à publier des article dits « politiques » sur Hypotheses.org. On trouvera ici une liste non exhaustive[3]. Dès lors se pose une autre question, celle de l’inégalité de traitement. Or, cette question relève, elle, du droit commun et non de la sphère du droit public. Rien que pour cela, les responsables d’Hypotheses.org et d’OpenEdition ont commis une faute grave.

Mais, revenons à l’argument qui prétend qu’Hypothèses est une plate-forme privée, donc qu’elle ne serait pas concernée par le droit de l’administration et de l’éducation nationale.

Fort bien ; mais, ce qu’oublient ces responsables, c’est qu’Hypotheses.org fonctionne en réalité dans un régime que l’on peut assimiler à celui d’une délégation de service public[4]. Car, nul ne contestera que le travail fait par ce portail correspond bien à un service public. Dès lors, il apparaît pour le moins étrange que cette plate-forme ne se sente pas concernée par les règles et la jurisprudence du service public. Il n’en aurait pas été de même si Hypothèses.org avait été un service payant. Mais, la gratuité du service offert, son lien avec des centres de recherches et le financement public d’Hypotheses.org, renforce la parenté avec la délégation de service public. On peut ici remarquer au parallèle avec certaines associations sportives qui reçoivent, conformément à l’article L.131-14 du code du sport, une délégation de mission de service public.

Par ailleurs, des principes généraux, comme ceux énoncés dans les arrêts du Conseil Constitutionnel et de la CEDH s’appliquent normalement à TOUT acteur de droit français. Ils s’appliquent alors évidemment à Hypotheses.org, et ils semblent bien qu’ils aient été violés dans mon cas.

C’est pour l’ensemble de ces raisons que j’appelle à signer et à faire signer la pétition qui circule actuellement ici

Notes

[1] Je remercie Roseline Letteron pour cette citation. Voir : http://libertescheries.blogspot.fr/2017/09/menace-sur-la-pensee-libre-le-blog-de.html

[2] Pour plus de précision on se reportera au blog de Jérôme Valluy « Bâillonner les universitaires », publié le 8 octobre 2017, https://blogs.mediapart.fr/jerome-valluy/blog/081017/baillonner-les-universitaires

[3] Par exemple :

https://brexit.hypotheses.org/804

« Victor Orban a ainsi émis de fortes réserves sur les qualités du chef de l’État français. Ce dernier ne doit, toutefois, pas trop s’inquiéter d’une telle appréciation étant donné la qualité de la personne qui l’a formulée… »

https://brexit.hypotheses.org/760

(à propos des élections parlementaires de 2017 au RU)

« Les discussions sur le Brexit en seront retardées d’autant. Finalement, il aurait fallu que ces élections interviennent bien plus tôt, immédiatement après le référendum de juin 2016 ainsi que nous le soutenions dans d’autres publications. Trop heureuse d’accéder à son graal politique, Mme May avait rapidement écarté cette option. Décidément, she’s not the right person at the right moment.” »

https://brexit.hypotheses.org/632

« La présence de M. Macron au second tour de l’élection présidentielle française face à Mme Le Pen est une bonne nouvelle pour le débat politique, car il contribue à replacer en son cœur la question de l’avenir de l’Union européenne »

“Il est vrai qu’une victoire d’un candidat dont l’avenir politique de l’Europe corrélée à la relance indispensable du couple franco-allemand est une ligne de force du programme, serait un événement majeur – et dès lors que les promesses électorales se traduiront en actions concrètes. Il sera aussi indispensable que le mouvement En Marche ! bénéficie d’une majorité ou d’un soutien parlementaire pour défendre efficacement son projet européen. »

https://politbistro.hypotheses.org/3663

(suite à l’élection de Trump)

« Plus de commentaires sur l’élection elle-même dans quelques jours, une fois que j’aurai complètement absorbé l’idée que cette voix insupportable qui sort de mes enceintes pour appeler à la déportation en masse de populations civiles et à la prolifération d’armements atomiques est celle du commandant en chef de la plus importante force armée mondiale. […]Le personnage est affligeant, l’événement est traumatique, le processus est spectaculaire, et les causes sont inquiétantes. »

http://wieviorka.hypotheses.org/803

« Les Français sont pessimistes, ce souffle d’air frais consécutif à l’élection d’Emmanuel Macron peut avoir un impact sur le moral de la collectivité, nous redonner de la fierté. »

« Quand on écoute les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, on sent de la rage, de la colère, de la frustration, qui celle là n’est pas relative ! S’il n’y pas de réponse à toutes ces attentes, pas de traitement politique, la violence en est l’horizon. »

[4] Lombard M.et G. Dumont, Droit administratif, Dalloz, 8e édition,

39 réponses à [Russeurope en Exil] Les questions et la pétition, par Jacques Sapir

Commentaires recommandés

basile Le 11 octobre 2017 à 06h58

Je comprends pourquoi ces auteurs, Aurélien Antoine et Michel Wieviorka, sont choyés, et que Sacques Sapir perturbe la machine. Ils sont en plein dans la ligne des média grand public.

Dans leur ton, leurs mots, leur humanisme doucereux non violent de bons pères de famille qui « savent », ils sont du même tonneau que tous ces spécialistes des plateaux télés qui diffusent la bonne parole. Que dis-je, la messe.

Un blog qui s’appelle Russ…., c’est déjà suspect. Il suffit de constater comme même chez nos proches amis, même dans notre famille, la propagande anti russe a fait son oeuvre. « Il faut une armée européenne pour contenir la Russie, blablabla »

  1. basile Le 11 octobre 2017 à 06h58
    Afficher/Masquer

    Je comprends pourquoi ces auteurs, Aurélien Antoine et Michel Wieviorka, sont choyés, et que Sacques Sapir perturbe la machine. Ils sont en plein dans la ligne des média grand public.

    Dans leur ton, leurs mots, leur humanisme doucereux non violent de bons pères de famille qui « savent », ils sont du même tonneau que tous ces spécialistes des plateaux télés qui diffusent la bonne parole. Que dis-je, la messe.

    Un blog qui s’appelle Russ…., c’est déjà suspect. Il suffit de constater comme même chez nos proches amis, même dans notre famille, la propagande anti russe a fait son oeuvre. « Il faut une armée européenne pour contenir la Russie, blablabla »


    • Fritz Le 11 octobre 2017 à 07h20
      Afficher/Masquer

      “Il faut une armée européenne pour contenir la Russie…” : ce blabla mensonger et bien-pensant a été contredit au parlement européen par un hérétique notoire, Nigel Farage :
      https://www.youtube.com/watch?v=hI5_pMvLZd8

      Mais là, Martin Schulz fait respecter le droit à la parole d’un eurosceptique.


      • RV Le 11 octobre 2017 à 15h14
        Afficher/Masquer

        il dit quoi le monsieur ?
        quelqu’un résume dans la langue de Robespierre ?


  2. Fritz Le 11 octobre 2017 à 07h12
    Afficher/Masquer

    Les responsables d’OpenEdition (en anglais, c’est tellement plus chic) allèguent le caractère privé de la plateforme Hypothèses.org. C’est une manière de participer à la privatisation de l’université tout en coupant la parole aux hérétiques. Ces gens-là sont bien dans l’air du temps : comme des feuilles mortes…


    • Pascalcs Le 11 octobre 2017 à 10h54
      Afficher/Masquer

      Caractère “privé”: de la plateforme… Et dont les fonds qui la finance proviennent d’ou…?


  3. Theoltd Le 11 octobre 2017 à 07h16
    Afficher/Masquer

    Au cas ou la pétition pour rejoindre le système ne marcherait pas. Il y a aussi ca.

    https://fr.wordpress.com

    C’est simple, efficace. Apres il faut aussi maitriser un peu les mots clés pour un bon référencement, mais Olivier Berruyer pourra vous aider.

    Apres, au moins, on peut dire ce qu’on pense vraiment de Macron et de Victor Orban.

    Et ça, ça s’appelle la vraie liberté, et ça n’a pas de prix.


    • Merlin Le 11 octobre 2017 à 09h23
      Afficher/Masquer

      Bien sûr, les plateformes alternatives ne manquent pas, et WordPress en est une excellente. Mais il me semble qu’il s’agit plus d’une question de principe que de la recherche d’une solution technique pour héberger les écrits de Jacques Sapir.


  4. Toff de Aix Le 11 octobre 2017 à 08h12
    Afficher/Masquer

    Le combat pour obtenir ce qui vous revient (=la réouverture), il est plus que légitime mais j’entends ici et là que c’est une perte de temps. Et bien non : il ne faut pas abdiquer, sinon vous leur donnez raison.

    Ce combat, je l’apparente volontiers à ce qu’il se passe avec les prud’hommes aujourd’hui. Quand il y a licenciement ABUSIF, il s’agit de faire rétablir ses droits légitimes, et d’obtenir réparation. Ou alors, nous ne sommes plus dans un “état de droit” mais à la cour du prince, et il n’y a plus que ceux qui se courbent le plus bas possible qui pourront espérer passer entre les gouttes. Bientôt nous en reviendrons aux lettres de cachet si ça continue.

    Le seul combat qu’on perd est celui qu’on ne mène pas.


    • TOM Le 11 octobre 2017 à 18h04
      Afficher/Masquer

      Non mais quel rapport avec les prud’hommes ???????? Ce que le législateur veut changer sur les prud’hommes, c’est le délire de certaines indemnités versées, sans rapport dans leur montant, souvent, avec le préjudice subi, et qui sont parfois telles qu’elles mettent (dans des cas rares, heureusement), les entreprises en danger. Et c’est sans compter sur les connivences entre les juges et les requérants, par exemple issus des mêmes syndicats, ou encore des avocats pas franchement blancs-blancs…

      Donc désolé, mais franchement, aucun rapport!


      • Silk Le 11 octobre 2017 à 22h55
        Afficher/Masquer

        Ce que vous dites n’a non seulement aucun rapport mais en plus est faux quand on regarde les chiffres (je travaille comme conseiller aux prudhommes justement).
        On dirait un discours rageur d’une personne qui a perdu aux prudhommes.
        Et en face vous avez des gens qui perdent leur métier (qui parfois est toute leur vie) pour une indemnité de misère, et en plus souvent de manière illégale : vous devriez avoir honte.


        • Toff de Aix Le 12 octobre 2017 à 10h15
          Afficher/Masquer

          @Silk Merci de rétablir un peu la vérité… Le discours médiatique à bien pénétré les cerveaux, visiblement… J’avais pourtant mis “abusif” en GRAS….

          Et oui monsieur, ici justement ça a BEAUCOUP a voir, nous parlons de droit, nous sommes dans un pays soi disant de droit, donc quand quelque chose est fait de manière contraire au Droit, dans l’illégalité (que ça soit la fermeture d’un blog ou un licenciement), il est JUSTE et NORMAL qu’un dédommagement à la hauteur du préjudice SUBI et RECONNU soit accordé.

          Mais manifestement, vous n’avez jamais vécu cela, du moins du point de vue d’une victime d’un licenciement abusif, ou d’une censure, comme M Sapir.


  5. LBSSO Le 11 octobre 2017 à 08h17
    Afficher/Masquer

    “En ces temps troublés, plus que jamais, le savoir est une arme, la plus noble et la plus pacifique des armes. Et OpenEdition est notre canon à idées commun”
    “Si le savoir est une arme, c’est parce qu’il est une nourriture pour l’esprit.”

    Discours de remise de la médaille de l’innovation 2016 par Marin Dacos
    https://bn.hypotheses.org/11728

    M.Dacos,
    Votre plateforme supporte donc un canon.Belle image…
    Non, partager le savoir n’est pas une arme ,c’est grandir,grandir soi-même ,avec et pour les autres.

    A signé


  6. Fox 23 Le 11 octobre 2017 à 08h50
    Afficher/Masquer

    Question directe à la “victime”: Monsieur Jacques Sapir, outre que j’ai bien sûr signé cette pétition, pourquoi ne pas saisir la Cour Européenne des Droits de l’Homme ?
    Pour une fois, leur Europe pourrait avoir une utilité…


    • Scytales Le 11 octobre 2017 à 13h07
      Afficher/Masquer

      Il n’est pas possible de saisir directement la cour européenne des droits de l’homme : les requêtes devant cette cour ne sont recevables qu’après épuisement des voies de recours dans le droit interne de chacun des États parties à la convention européenne des droits de l’homme.


  7. basile Le 11 octobre 2017 à 09h19
    Afficher/Masquer

    Ah que j’aimerais diffuser sous leurs fenêtres Прощание славянки et священная война, eux qui ont des boutons à la vue de la moindre lettre cyrillique, et tremblent au moindre air venu du froid


    • Dante Le 11 octobre 2017 à 13h04
      Afficher/Masquer

      Vive la Russie de Poutine ou comment ce dernier a redressé un pays reçu des mains d’Eltsine etc…


  8. Jeanne L Le 11 octobre 2017 à 09h35
    Afficher/Masquer

    Bien sûr, la liberté d’expression des universitaires est toujours revendiquée et pratiquée.
    Par exemple des présidents d’université en tant que tels ont d’ailleurs tout à fait légalement écrit à leurs étudiants en mai 2017 pour les appeler à voter Macron, Conférence des présidents d’université il n’y a pas eu de réaction contre cet appel de la part de la CPU.(conférence des présidents d’université)
    En Bretagne sud le Président s’est expliqué sur son choix et pas seulement en termes “négatifs” pour avertir du danger Le Pen mais en donnant le nom de Macron pour qui il disait aller voter et en invitant chaque étudiant à faire comme lui.
    Je pense que c’est politique , non?
    Il y a les analyses et il y a la pratique, si les analyses académiques mettent en cause une pratique politique cessent -elles pour autant d’être théoriques ? Il semble que la réponse d’hypothèse.org à cette question soit: “cela dépend de la politique mise en cause …” sera politique un texte théorique qui met en cause la politique au pouvoir. Est-ce cela qu’il faut comprendre ?


    • commentaire Le 11 octobre 2017 à 10h42
      Afficher/Masquer

      Des présidents d’université ont également écrit aux personnels universitaires – donc pas seulement aux étudiants – pour qu’ils votent Macron (par exemple recherchez la “Déclaration des Doyens des Facultés de droit et science politique pour la défense des valeurs républicaines et universitaires – 4 mai 2017” – dont je sais qu’elle a été transmise à l’ensemble des personnels de certaines universités, cela me semble méconnaître le lien de subordination inhérent à toute relation de salariat, c’est étonnant pour des enseignants de droit…). Le procédé est assez étonnant, et l’on ne peut pas vraiment imaginer la même chose dans le privé. A minima, c’est méconnaître les mécanismes qui poussent au vote FN.

      PS : je profite de ce commentaire pour dire que je reconnais dans les extraits cités comme exemples d’autres contenus politiques hébergés sur hypothèses.org les extraits que j’avais moi-même collectés et postés en commentaire sur un autre blog (oui oui aucun intérêt, c’est pour la gloriole de mon anonymat).


  9. Bayard Jean Le 11 octobre 2017 à 10h19
    Afficher/Masquer

    Je vous signale que le mail que j’ai envoyé à Marin Dacos :

    “Honte à vous de rétablir la censure en France !
    Un citoyen lambda épris de liberté d’expression.”

    a été rejeté.


    • Silk Le 11 octobre 2017 à 22h58
      Afficher/Masquer

      Soyez plus poli dans la formulation.
      En tout cas rejeté c’est bon signe : le serveur doit avoir du mal à gérer tous les mails (attention aux règles de filtrage sur les mails : évitez les mots clefs 😉


  10. Crapaud Rouge Le 11 octobre 2017 à 10h48
    Afficher/Masquer

    Une solution pour J. Sapir : Repentance et Contrition. Déclarer officiellement qu’il était dans l’erreur, jurer qu’il ne parlera plus positivement de la Russie et de Poutine, que notre Président ne se trompe jamais, qu’avec Lui la France est promise à un brillant avenir, et que l’euro est une monnaie Optimale.


  11. Crapaud Rouge Le 11 octobre 2017 à 10h59
    Afficher/Masquer

    Ecoeuré qu’un sociologue puisse poser la question : “L’optimisme d’Emmanuel Macron peut-il être contagieux ?”

    “ce souffle d’air frais consécutif à l’élection d’Emmanuel Macron peut avoir un impact sur le moral de la collectivité, nous redonner de la fierté.” : et ALSTOM ?


  12. Dominique Le 11 octobre 2017 à 11h03
    Afficher/Masquer

    J’ai peut-être raté un épisode mais qui finance OpenEdition et la plateforme Hypothèses.org?
    En général il suffit de suivre l’argent pour savoir qui commande…


  13. Manuel Le 11 octobre 2017 à 11h21
    Afficher/Masquer

    Merci M. Sapir de cette précision sur l’atteinte de la liberté d’expression, la fonction d’hypothèses.org et de ce billet très convaincant

    Bon courage et toujours au plaisir de vous lire.


  14. Dante Le 11 octobre 2017 à 12h56
    Afficher/Masquer

    Une question, pourquoi les commentaires sont tout à coup bannis ici?


  15. commentaire Le 11 octobre 2017 à 13h37
    Afficher/Masquer

    La note de blog de Jerome Valluy vers laquelle M. Sapir renvoie (https://blogs.mediapart.fr/jerome-valluy/blog/081017/baillonner-les-universitaires – dans sa note [2]) est édifiante … à lire absolument (d’ailleurs ça a l’air “compliqué” l’université de Strasbourg, le Président en était Alain Beretz jusqu’en 2016).


  16. Patrique Le 11 octobre 2017 à 14h27
    Afficher/Masquer

    Comment connaitre les noms des signataires ?
    Je ne signe une pétition que si je suis d’accord avec le texte et qu’il n’y a pas de signataires avec lesquels je ne souhaite pas être associé.


    • commentaire Le 11 octobre 2017 à 19h01
      Afficher/Masquer

      Je lis souvent ce genre de “raisonnement” qui consiste à associer les gens dès lors qu’une idée est partagée … J’avoue ne pas comprendre du tout. D’autant plus que ce type de “raisonnement” ne sert qu’à disqualifier les idées partagées (alors que – potentiellement – c’est tout ce qu’il y aurait eu à sauver chez certaines personnes). Dernièrement, sur twitter, Antonin Grégoire apostrophe Philippe Poutou qu’il accuse de fricoter avec O.Berruyer pour cause de signature commune à une pétition : “Dites @PhilippePoutou signer avec Berruyer, les souverainistes de lvsl, Rabhi, le chouaristo colibri Cyril Dion ça va tjr le média citoyen?” (la pétition https://www.change.org/p/media-citoyen). Je ne comprends pas.


    • François Marquet Le 12 octobre 2017 à 07h17
      Afficher/Masquer

      Pas d’accord avec votre principe Patrique
      Si vous êtes d’accord signez!
      Battez vous pour vos idées, pas contre ceux qui les partagent!


    • Gilles Le 12 octobre 2017 à 13h04
      Afficher/Masquer

      Si je comprends bien, si demain il y avait une petition pour voter contre l’entree en guerre de notre pays, vous seriez pret a sacrifice votre ideal juste parce qu’il y a une personne que vous n’aimez pas, qui est du meme avis? CA ne tient pas debout une seconde. Vous n’avez pas du reflechir…


  17. basile Le 12 octobre 2017 à 17h40
    Afficher/Masquer

    Sapir est partout ! Est-ce lui à 0:20 mn ?
    https://www.youtube.com/watch?v=3QA5AoIHMmo


  18. _HP_ Le 12 octobre 2017 à 19h04
    Afficher/Masquer

    “je suis fondé à penser qu’Hypotheses.org constitue une délégation de service public.”

    Mais non, c’est fonctionnellement une émanation de l’Etat, du moins d’un ministre ayant mit la main dessus, qui n’aime pas voir critiquer son idole. Mais il y a plus grave, bien plus grave, et la raison avancée ne sert qu’à cacher la seule raison : vous connaissez la Russie, vous y avez des contacts, et surtout vous publiez des articles sur la Russie sans critiquer Poutine. Voyons !

    Tant que peu de monde suivait votre carnet votre voix restait confinée dans “l’universitaire”, mais l’audience a gonflé, et le 1 “pas anti-russe” + 1 “pas pro-macron” + de plus en plus de lecteurs = beaucoup trop pour que ça dure.
    Ne me dites pas que vous n’y avez jamais pensé ni senti de pression pour être un peu plus “objectif” sur la Russie telle qu’elle “doit” être vue par l’occident.


    • basile Le 12 octobre 2017 à 19h34
      Afficher/Masquer

      sûr que toutes ces têtes pensantes, qui se croient au dessus de toute émotion primaire qui échapperait à leur contrôle, ne sont au fond d’elles mêmes que des mômes frissonnant encore aux récits de leurs bourgeois de parents, le soir à table, racontant l’homme au couteau entre les dents.

      Pari ? Je serais curieux de connaitre leur origine sociale.


    • Patte blanche Le 12 octobre 2017 à 19h40
      Afficher/Masquer

      C’est bien possible.
      Personnellement, je me mets de plus en plus à penser qu’ils craignent une montée du souverainisme, bien qu’au raz des paquerettes actuellement, qu’ils ne souhaitent aucunement qu’une opposition crédible soit présente dans l’esprit des électeurs. Et carrément que la lutte contre le FN et le “mini-maccarthysme” vis-à-vis de la Russie lors des élections présidentielles cachait cette lutte-là.
      Mon imagination peut-être, pourtant beaucoup de faits coincïdent, dont celui-là.


  19. HELIER Le 12 octobre 2017 à 20h52
    Afficher/Masquer

    Bonsoir à toutes et à tous.
    J’aimerai par cette simple note vous faire partager quelques réflexions. A garder où à jeter, ce sort vous appartient à vous seul(e)s et non à moi.
    Monsieur Sapir, je comprends parfaitement bien vos arguments quoique certains sont, à mon sens sens, sujet à discussions. Je pense, par votre honnêteté affichée et difficilement discutable, que vous le savez très bien !
    Monsieur Sapir, Est-il réellement important d’imaginer, ne serait-ce qu’une seconde, que votre contribution sur le portail Hypotheses.org serait à nouveau visible et surtout lisible par le plus grand nombre ?. Evidemment, l’instinct épidermique qui nous habitaient toutes et tous, assoiffés par la libre pensée, nous inviterait à répondre par une approbation évidente et naturelle (moi le premier).
    Un souci de taille vient malheureusement ternir cette affirmation quelque peu hasardeuse.
    En effet, comment pouvez-vous imaginez un seul instant que ce qui vous a été retiré puisse à nouveau par miracle vous êtes restitué. Ma réflexion est très simple. Comment ceux que vous nommez seraient prêts à vous redonner une parole qui va à l’encontre d’une doctrine que vous dénoncez vous-même, que soit scientifique ou pas, la question et évidente.
    Je pense que vous le savez. Alors pourquoi ne pas affirmer voir assumer vos analyses scientifiques en créant votre propre blog. Je vous assure qu’il n’y a rien de compliqué, ni dans le suivi, ni dans la maintenant.
    Bien cordialement


    • Patte blanche Le 13 octobre 2017 à 04h47
      Afficher/Masquer

      Je pense que c’est ce qu’il fera, là n’est pas le soucis. Mais avant, il y a quelque chose à régler et qui ne concerne pas seulement J.Sapir mais le monde universitaire et nous aussi en tant que citoyens.
      Souhaitons-nous que les échanges au sein d’une plateforme universitaire se fassent selon une liberté orientée ?


  20. EchoGmt7 Le 13 octobre 2017 à 01h57
    Afficher/Masquer

    A signé!

    Bonjour,
    Je n’admets pas cette volonté de plus en plus agissante de faire taire ceux qui explorent des idées déjà odieusement censurées par les médias.
    Nous avons encore le droit de comprendre le monde tel que nous le voyons.
    Non aux œillères et aux ornières de la pensée unique.


  21. Bernard Samson Le 18 octobre 2017 à 14h26
    Afficher/Masquer

    Des nouvelles d’OPEN EDITION :

    L’organisation Open Edition, financée par le CNRS, les universités d’Aix-Marseille et d’Avignon et l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), édite et diffuse une revue électronique universitaire israélienne, dénommée Argumentation et analyse du discours (AAD), dont la nature pose de sérieux problèmes déontologiques.
    (…)
    http://www.aurdip.fr/lettre-d-universitaires-francais-a.html


Charte de modérations des commentaires