Les Crises Les Crises
26.juillet.201826.7.2018 // Les Crises

Benalla et l’arc d’extrême droite, par Frédéric Lordon

Merci 558
J'envoie

Source : Le Monde diplomatique, Frédéric Lordon, 23-07-2018

Hugo Mayer. — Sans titre, de la série « Polices et voleurs », 2015
http://www.hugomayer.com

Laffaire Benalla, c’est la police qui en parle le mieux. « Nous avons le sentiment que d’une affaire Benalla, on est en train de faire une affaire de police (1) », déclare un syndicaliste policier. Précisément. Et d’ajouter dans un éclair de lucidité dévastatrice : « Ce n’est pas ça la police. Il a ruiné notre image. » Bien sûr, avant d’être dévastatrice, cette lucidité est paradoxale puisqu’elle prend la forme retournée de la dénégation, ce tour du psychisme qui fait dire la vérité mais en énonçant le contraire de la vérité. En lieu et place de « ça n’est pas ça la police » et « il a ruiné notre image », le lecteur attentif aura évidemment rectifié de lui-même pour entendre « la police, c’est tout à fait ça (si ça n’est pas bien pire) » et « il a mis en pleine lumière ce que nous sommes ».

La mise au débat public des manières réelles de la police via les méfaits d’un séide de seconde zone fait irrésistiblement penser à Al Capone, tombé pour fraude fiscale. Hegel appelait « ruse de la raison » cette manière particulière qu’emprunte parfois l’histoire pour s’accomplir : les tournants majeurs se négocient au milieu des broutilles, et l’Histoire majestueuse avance par les forces des histoires de cornecul. L’Histoire de la période présente, c’est qu’il y a un problème de police, et même de police-justice, dans ce pays, un problème de première grandeur, où il faudra bien se décider à voir un symptôme politique.

Au reste, il appartiendrait à une minutieuse enquête de sociologie des médias d’éclairer ce mystère de l’émoi qui a saisi les rédactions au spectacle d’une scène de violence que, dans leur propre norme désormais déformée, les manifestants ne seraient pas loin de trouver « ordinaire ». C’est que depuis deux ans, en fait depuis la manifestation COP 21 du 29 octobre 2015, date d’inauguration de l’état d’urgence à usage des opposants politiques, la violence policière déployée contre les manifestants n’a cessé de passer des seuils. La police matraque, la police éborgne, la police grenade, mutile et tue. À qui veut se donner la peine de simplement regarder, les réseaux sociaux offrent depuis deux ans des tombereaux de vidéos de brutalités policières proprement ahurissantes, dont le centième suffirait à horrifier la population… si seulement on les lui donnait à voir. Mais à cette exposition, qui entre normalement dans le minimum minimorum des devoirs de la presse, la population n’a jamais eu droit. Sauf […]

Lire la suite sur : Le Monde diplomatique, Frédéric Lordon, 23-07-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Ovuef2r // 26.07.2018 à 06h46

Il n’a pas tort, mais a t’il raison ?
Ces images sont connues, nous le savons désormais, par le ministère de l’intérieur, la préfecture de police de Paris, l’Elysée depuis le 2 mai. Donc aussi par les journalistes. Mais n’apparaissent que maintenant.
Le jour ou Macron fait envoyer un convoi humanitaire en Syrie, semblant se rapprocher de la Russie dont il a vu le président à 2 reprises pendant la coupe du monde. Publiées par Le Monde dont les accointances avec les néo-conservateurs américains et leur politique en Syrie est flagrante depuis des années. Amplifié par les révélations du Canard Enchaîné d’hier qui, bizarrement, me semble depuis longtemps avoir les mêmes complaisances que la majorité de ses confrères vis.à vis de l’État profond US.
Le moment où ces faits ont été rapportés ne saurait être fortuit. Car Lordon a raison : d’habitude on en parle pas, encore plus quand ça touche la présidence Macron. Alors que Le Monde a fait partie de ceux qui l’ont aidé à en arriver là, avec le bouquin qui a dézingué Hollande (Un président ça ne devrait pas dire ça) et, aidé par le canard, en dézinguant Filllon au quotidien pendant des semaines…
Pourquoi maintenant est la question de tout ce « spectacle ».

181 réactions et commentaires - Page 2

  • fiat // 26.07.2018 à 19h33

    Même si le langage de l’article est malsain et très énervé, l’auteur n’a pas raison. Ce n’est pas l’extrême droite qui fait le jeu de l’ultralibéralisme mais l’extrême gauche. (Sans vouloir défendre l’extrême droite.) C’est bien l’extrême gauche qui casse pendant les manifs des ouvriers et ainsi décrédibilise toute contestation sociale. Des gens issus souvent de la haute bourgeoisie, cagoulés et masquées, voulant casser du flic. Tant que cette phénomène existe aucune chance pour les ouvriers. Il faut voir aussi les différences d’attitude entre ces soi-disant gauchistes concernant tout ce qui touche a l’immigration de masse et l’opinion des ouvriers et en générale les “sans dents” sur ce sujet. L’extrême gauche joue le jeu de la haute finance. C’est tout.

      +11

    Alerter
    • Sam // 27.07.2018 à 12h29

      Attention, l’habit ne fait pas le moine.
      Si ces gens sont issus de la haute bourgeoisie, c’est qu’ils ne sont pas autant d’extrême gauche qu’ils le prétendent.
      D’ailleurs, cette pseudo “extrême gauche” est bien utile à la grande bourgeoisie, qui peut dénoncer les casseurs, les violences, et justifier “pour notre sécurité” des lois toujours plus liberticides (état d’urgence permanent…).

        +1

      Alerter
      • booster // 28.07.2018 à 02h32

        La seule vraie gauche, celle qui défend le prolétaire, a conservé les valeurs de yG. Marchais est anti-immigrationiste et nationaliste. La nation est la richesse du pauvre, en faisant les jeux des mondialistes on poignarde nos classes populaires, attention pas celle des quartiers. En fait, personne ne défend nos pauvres.

          +4

        Alerter
  • Claude // 27.07.2018 à 08h32

    Un bon point pour M. Lordon par rapport à la violence policière dans cette affaire….
    https://youtu.be/K2fgIwkuhUs

      +1

    Alerter
    • Suzanne // 27.07.2018 à 11h30

      Hum non. Justement, dans ce cas précis, qui se déroule après la vidéo publiée de l’affaire, on pourrait se dire que Benalla a influencé les policiers, leur disant de se montrer plus “fermes” (sic). Ou alors juste par son exemple. Et ceux-ci, de peur d’encourir un blâme de la personne de l’Elysée, auraient alors fait du zèle. Non?

        +2

      Alerter
  • jean bete // 27.07.2018 à 20h05

    Frederic Lordon exprime en quelques lignes ce que nous vivons, le néolibéralisme en acte, les actes suivant la perversion des mots, rappelons l’usage de l’idéologie néolibérale: perverti le sens des mots est le propre de toute idéologie totalitaires, comme l’a montré Klemperer dans le langage du troisième reich et chez nous Frédéric Hazan le langage de la V° République. exemppe réforeme est utilisé dans le sens exactement contraire de contre réforme, libéralisme dans le sens exactement opposé d’illibéralisme, responsabiliser dans le sens de culpabiliser, le néolibéralisme responsabilise toujours les dominés, jamais les dominants, qui sont au dessus des lois, les premiers de cordées ont tous le s droits, y compris comme E.Macron de mépriser l’autre, celui qui est différent, qui porte des valeurs différentes de la création de valeur pour l’actionnaire autrement dit la maximisation sans limites du profit au bénéfice des seuls actionnaires et dirigeants actionnaires et leurs porte paroles.
    Nous nous sommes permis de publier dans notre blog cet analyse percutante et cohérente. Elle devrait interpeller beaucoup de lecteurs et de journalistes qui se veulent critqies sans aller au bout de leurs critiques, en restant à mi chemein dans l’incohérence lourde de conséquences, pour des millions de gens qui ne vivent que de leur travail, de leur salaire bloqué depuis 35 ans.

      +2

    Alerter
  • JeanLouis // 28.07.2018 à 07h37

    “on pourrait y voir aussi, et plus classiquement, une parfaite illustration de la souveraineté devenue folle, c’est-à-dire en fait se comprenant elle-même dans la pureté de son concept, comme puissance absolue et absolument déliée, n’ayant à répondre de rien à personne, faisant valoir l’arbitraire de sa volonté comme acte politique par construction licite, le pur « je veux » d’un pouvoir complètement désorbité.” Je suis plutôt d’accord avec ça qu’avec l’histoire de start up de votre ami.
    Il s’agit surtout d’une bande de voyous assez incompétents qui se croient tout permis depuis qu’ils ont conquis le pouvoir par “effraction”.

      +1

    Alerter
  • Sam // 28.07.2018 à 12h32

    http://www.liberation.fr/france/2018/07/27/1er-mai-benalla-et-crase-impliques-dans-une-autre-interpellation_1669273

    Sur à cette vidéo, Benalla déguisé en policier agresse des passants, en fera arrêter un et relâcher l’autre.

    L’un ira raconter aux manifestants qu’il a été tabassé par la police alors qu’il n’a rien fait (et la police non plus), les manifestants seront chauffés à blanc. L’autre ira encombrer pour rien les tribunaux.

    Par la suite, la communication Elyséenne se basera sur la violence des manifestations pour les condamner, seul argument pour contester leurs revendications.
    Violence qu’ils ont eux mêmes favorisé, en montant les manifestants contre la police.

    Ambiguïté des violences policières : les abus sont encouragés et étouffés au plus haut niveau de l’Etat et non par la police elle même.
    Ambiguïté des violences des manifestants : combien de chauffeurs de manifs comme Benalla ?
    Quid des antifas, et autres casseurs ? Pour qui travaillent ils ?

    Et ambiguïté des rôles : s’il suffit de se déguiser en policier pour que les policiers nous obéissent, on est bien…

      +2

    Alerter
  • Sam // 28.07.2018 à 15h12

    Mélenchon “croit reconnaître” une personne dans la vidéo du 1er mai, qui l’aurait “exfiltré” lors de la marche en hommage à Mireille Knoll.
    http://www.lefigaro.fr/politique/2018/07/21/01002-20180721ARTFIG00069-pour-jean-luc-melenchon-l-affaire-benalla-est-du-niveau-du-watergate.php

    Ne peut-on vérifier qui étaient ces gens déguisés en policiers ? Avec tous ces portables, il doit y avoir des vidéos. C’étaient de vrais policiers ?

    Qui “exfiltrent” donc les insoumis et le FN, qui après tout ont bien le droit d’être là mais qui sont menacés par la LDJ. Physiquement menacés.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ligue_de_d%C3%A9fense_juive

    Une milice présidentielle qui couvre une milice néofacho considérée terroriste aux US et en Israël pour dégager l’opposition des rassemblements ?
    Mais alors ? Quid des casseurs ? De la haute bourgeoisie avec des miliciens qui se déguisent en gauchistes psychopathes ?
    https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/la-marche-blanche-pour-mireille-knoll-perturbee-par-des-huees-contre-le-fn-et-la-france-insoumise-1052779.html

    Quels sont les liens entre ces personnes et la LDJ ? D’autres milices du même genre ? Les “casseurs”, qui sont ils vraiment ?

    Quant au FN, ou RN, il serait bon aussi qu’il s’explique de ses propres liens avec la LDJ.
    http://www.liberation.fr/direct/element/_79691/

      +1

    Alerter
  • Zad // 28.07.2018 à 21h34

    La véritable affaire est celle de barbouse. Les médias pour camoufler ce camouflet, le teinte de texture racaille aux mérites. Checher pas loin. Vous trouverez seuls.

      +0

    Alerter
  • Riboul // 30.07.2018 à 19h54

    Sur la forme j’aime bien la langue de Lordon, c’est quand même rare de voir quelqu’un s’exprimer avec cette maitrise et c’est bien dommage car c’est très agréable à lire.
    Sur le fond, que Macron puisse utiliser sans vergogne des moyens traditionnellement attribuées à une extrême droite autoritaire et violente n’est aucunement une surprise.
    Il a fait sortir la France du club des états de droit en autorisant les privations de liberté administrativement, sur simple signature de l’exécutif, privation contrôlées à postériori par un juge administratif, lui même soumis à l’exécutif. C’était déjà énorme et seule la veulerie d’une presse méprisable a fait passer la pilule aux autruches qui nous servent de concitoyens.
    Ensuite il a bafoué le principe de l’égalité de tous devant la loi avec son décret autorisant les préfets à accorder des dérogations à la loi à diverses entreprises, mesure favorisant activement la corruption.
    Bref, non droit, distribution de privilèges à ceux qui sont considérés comme faisant parti de la famille politique, terrorisme envers ses opposants, on a tous les éléments attribués à l’extrême droite dans la politique en marche. Malgré tout ils ont certainement moins de programme politique réels que d’âpreté au gain, ce sont donc plus apparemment une bande de gangsters que d’idéologues fanatiques, leur idéologie ultralibérale ne leur vient que de leur incapacités intellectuelles qui les incite à prendre des pensées déjà prémâchées et qui ont fait la preuve de leur efficacité pour remplir les poches de leurs commanditaires .

      +2

    Alerter
  • rc // 01.08.2018 à 13h08

    BON à SAVOIR: On peut lire du Lordon ailleurs que sur son site du DIPLO
    Et on peut le commenter sans risque de censure, j’espère !!
    Je communique donc au site “lescrises.fr” un commentaire refusé (censuré ?) par le modérateur du blog de F.L (envoyé le vend 27juill vers 23h55). Je n’ai pas conservé l’original mais cette reconstitution me paraît fidèle:

    [ Il m’arrive parfois de consulter le blog de F.L sur le Diplo

    Certes, il est bien fini le temps où le chercheur en économie du CNRS affichait quelques idées originales. Il ne reste plus aujourd’hui qu’ un polémiiste et un style. Dieu qu’il est difficile à déchiffer cet homme ! Je lui suggère de relire, par exemple, J.J Rousseau, qui avait quelques idées et savait les exprimer simplement. Aujourd’hui je ne cherche plus à traduite la prose ampoulée et sybilline, je lis en diagonale, au risque de mal interptréter sa pensée.. Mais ce n’est pas si grave car le plus souvent le verbiage cache des banalités. Le philosophe n’a plus d’idées. C’est bien dommage !!

    J’ai un autre motif pour visiter le site de F.L : la lecture des commentaires.
    Quel monde étrange que celui des lecteurs et laudateurs de F.L ! Ils manient bien la langue et on devine un niveau « bac + cinq » mieux encore « bac + 10 ». Pour simplifier, on peut les rassembler sous le sigle des « bobos contestataires ». Leurs cousins, les « bobos raisonnables » lisent Le Monde ; Eux, pensent s’encanailler en lisant Le Diplo, et cultiver leur égo avec l’auréole des défenseurs des idées généreuses, des couches populaires. En même temps, ils veillent à ne pas se perdre dans les marécages du monde réel. Les Pouvoirs Publics, qui ont entrepris de baillonner de mille façons les organisations populistes, les laissent à leur agitation purement verbale ; ils sont inoffensifs.

    J’entends déjà les protestations indignées des vrais militants, ceux qui affrontent dans la rue la violence « légitime » des gouvernants. Qu’ils ne se méprennent pas, ma critique ne les vise pas. D’ailleurs, ils sont très bien placés pour savoir que dans la rue les lecteurs de F.L ne sont pas légion ]
    CE TEXTE MÉRITAIT-IL UNE CENSURE ?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications