Les Crises Les Crises
20.avril.202120.4.2021 // Les Crises

Pandémie Covid-19 : L’incroyable gestion de Super Macron

Merci 108
J'envoie

Source : Politico, Rym Momtaz

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Les conseillers du président français présentent leur leader comme un super-héros luttant courageusement contre le Coronavirus. Quelquefois…

Illustration de Liam Brazier pour Politico

PARIS – À écouter l’entourage d’Emmanuel Macron parler de la gestion du Coronavirus par le président français, vous pourriez croire qu’on parle de Superman. Ou de Clark Kent. Ou des deux.

Il y a le Macron qui, selon ses conseillers, a courageusement balayé les pronostics des épidémiologistes français et a décidé, en se fondant sur sa propre lecture d’études scientifiques, de braver la troisième vague sans imposer de confinement sévère.

Et puis il y a le Macron qui, comme le spectateur moyen et impuissant, est excédé par la lenteur du déploiement de la vaccination et se met régulièrement en colère contre ses subordonnés qui n’appliquent pas ses politiques assez vite.

À un peu plus d’un an de la prochaine élection présidentielle, les assistants et conseillers de Macron ont joué sur les deux tableaux, essayant de convaincre les électeurs français que leur président est l’option la plus capable de les aider à traverser la crise, mais qu’il n’est en même temps pas responsable des échecs qui se produisent en cours de route.

Il s’agit d’un tour de passe-passe délicat, qui n’est pas rendu plus facile par le penchant de Macron à centraliser les décisions et son habitude de se placer au centre du récit.

Chaque nouvelle phase de la pandémie a donné lieu à un sitcom national désormais bien rodé. Pendant des jours, le pays tout entier, y compris les législateurs, est sur le qui-vive, attendant que Macron se décide à resserrer ou assouplir les restrictions, généralement à la toute dernière minute.

D’autres pays d’Europe ont tout autant lutté contre les flux et reflux imprévisibles de la pandémie, mais peu d’autres dirigeants se sont tout aussi délibérément placés dans un rôle aussi central. Cela s’explique en partie par l’énorme pouvoir du président en vertu de la Constitution française, mais c’est aussi dû au style de gouvernement de Macron et à l’importance cruciale de sa gestion de la crise pour sa réélection l’année prochaine.

« De plus en plus il fait le choix de superviser personnellement certaines questions liées à la pandémie » a déclaré un ministre du gouvernement, sous couvert d’anonymat pour parler plus librement.

« Il passe en revue les livraisons quotidiennes de vaccins, regarde tous les graphiques, a ajouté le ministre. Il sait que la pandémie sera un enjeu majeur dans la prochaine campagne présidentielle. »

Super-héros

Super-Macron s’est montré sous son meilleur jour à la fin du mois de janvier.

Dans la matinée, le président français s’est assis avec un petit groupe de correspondants étrangers au palais de l’Élysée, autour d’une grande table de conférence, pour permettre une bonne distanciation physique. L’une des questions a porté sur le vaccin produit par AstraZeneca.

Bien qu’il ait reconnu qu’il ne disposait pas de suffisamment de données et qu’il attendait l’avis de l’agence de santé, il a déclaré avec assurance que le vaccin semblait « quasi-inefficace » sur les personnes âgées. Il a répété cette affirmation plus d’une fois. (L’après-midi même, il était contredit par l’Agence européenne des médicaments qui recommandait l’utilisation du vaccin pour tous les groupes d’âge).

Popularité du président Emmanuel Macron

Quelques heures plus tard, il a réuni la petite équipe de responsables gouvernementaux qu’il rencontre chaque semaine pour examiner la progression de la pandémie et, allant à l’encontre de l’avis de son Premier ministre et de son ministre de la Santé – un médecin – il leur a dit qu’il n’imposerait pas un confinement alors que le pays se dirigeait vers une troisième vague. Il voulait plutôt essayer de s’en sortir en adoptant une approche différente.

L’entourage de Macron décrit cela non comme une prise de décision irréfléchie mais comme une capacité quasi surhumaine à contredire la science. « Il a cette capacité à défier au sujet d’études médicales le ministre de la Santé et le directeur général de la Santé [tous deux formés en médecine] » a déclaré, avec admiration, un conseiller ministériel.

Bien que Macron n’ait aucune formation réelle en sciences médicales, ses collaborateurs affirment qu’il s’est plongé dans la littérature scientifique, se formant sur les essais cliniques et les nouvelles thérapeutiques, ainsi que sur les modèles épidémiologiques de la propagation de la pandémie.

« Il va finir par devenir épidémiologiste » a déclaré au site d’information France Inter un ministre sous couvert d’anonymat.

Le conseiller ministériel a tenté de justifier cette ligne en soulignant que les parents de Macron ont été formés en médecine. (Alors que les assistants de la chancelière allemande Angela Merkel et de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, qui toutes deux ont une formation scientifique, ont rarement mis en avant les diplômes de leurs patronnes pour mettre en valeur les compétences de celles-ci dans la gestion de la crise).

Néanmoins, certaines des décisions les plus audacieuses de Macron ont donné des résultats. Il a maintenu les écoles ouvertes plus longtemps que la plupart des autres pays européens, et il a réussi à préserver les sacro-saintes vacances d’été et d’hiver de la France, alors même que des experts avaient – à tort – prévenu qu’elles allaient se transformer en clusters catastrophiques.

Il a également ajusté de façon pragmatique sa philosophie fiscale conservatrice pour faire face à la crise. Sous sa direction, le gouvernement a continué de fournir une partie des aides économiques les plus généreuses, en nationalisant essentiellement une grande partie des salaires pour limiter les licenciements.

Kryptonite

Mais il n’a pas été nécessaire que Macron lui-même attrape la COVID pour révéler qu’il n’a pas de cape de superhéros dans son placard, et qu’en privé, il n’est pas aussi déterminé qu’on le montre parfois.

Alors que la pandémie s’éternisait, que la fatigue sociale et les coûts économiques augmentaient, Macron est devenu de plus en plus réfractaire aux mesures de confinement. À un point tel que le professeur Jean-François Delfraissy, chef du conseil scientifique mis en place par Macron au début de la pandémie, s’abstient désormais de recommander des mesures restrictives « parce qu’il a l’impression que plus il dit à Macron qu’il doit confiner, moins celui-ci le fera » selon un haut fonctionnaire du ministère de la Santé.

Sa détermination à trouver des façons inentives pour éviter le confinement l’isole plus encore dans sa prise de décision.

La semaine dernière, alors que le nombre de cas augmentait partout en France, le pays a passé quatre jours sur le qui-vive, suspendu à chaque nouvelle rumeur sur de nouvelles restrictions éventuelles liées au coronavirus : un confinement total ? Un confinement le week-end ? Une solution hybride ? Personne ne pouvait donner de précisions, pas même les ministres du gouvernement qui rencontraient Macron.

« Il est encore dans la réflexion » a envoyé jeudi par texto un conseiller de l’Élysée, quelques heures avant que le premier ministre Jean Castex n’annoncent de nouvelles restrictions lors d’une conférence de presse.

Et en dépit de son intérêt affiché pour la science, Macron a également cédé à la pression politique.

Il l’a montré la semaine dernière en décidant de suspendre l’utilisation du vaccin AstraZeneca en France. Cela n’était pas fondé sur une étude médicale qu’il avait lue. L’EMA et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont répété que cela n’était pas fondé. Selon un ministre, il s’agissait en grande partie d’éviter une controverse politique après que les autorités sanitaires allemandes ont déclaré qu’elles cesseraient d’utiliser le vaccin.

Comme dans le cas de nombreux dirigeants, les décisions de Macron n’ont pas toujours porté leurs fruits. Au début, il a semblé que son plan visant à surmonter la troisième vague sans confinement serait payant. Mais six semaines plus tard, le nombre de cas a fortement augmenté, des centaines de personnes meurent chaque jour et les hôpitaux sont en surcharge, ce qui l’a contraint à fermer toutes les entreprises non essentielles dans la région parisienne, et dans quelques autres régions, pendant au moins quatre semaines, en ce début de printemps.

Cela aussi a été dépeint comme une marque de leadership.

« Face à cette crise sans précédent, il faut avoir l’humilité de tenter des choses, a déclaré le conseiller pour résumer l’approche de Macron. La situation est sans précédent et oblige à oser des choses. Il sait qu’il n’a pas tout réussi. »

Des responsables proches de Macron continuent de défendre son appel à ne pas confiner à la fin du mois de janvier, alors même que le gouvernement fait marche arrière sur sa décision. Lors de sa conférence de presse de la semaine dernière, Castex a passé plusieurs minutes à soutenir que la décision de laisser la France déconfinée en janvier était la bonne, en dépit du fait que Delfraissy avait prédit à juste titre à l’époque que la variante dite anglaise du virus entraînerait une forte augmentation du nombre de cas graves à la mi-mars.

Gouverner par des « fuites »

Alors que la France bascule à nouveau en mode crise, Macron prêche l’humilité mais a eu du mal à seulement reconnaître quand un de ses choix politiques a échoué, ce que font d’autres dirigeants.

« Le maître du temps, c’est le virus, malheureusement » a déclaré, lors d’une conférence de presse lundi, Macron qui se qualifie souvent de « maître des horloges ».

« Nous devons regarder en face la réalité imprévisible et impitoyable de ce virus, et il nous faut donc faire preuve de beaucoup d’humilité » a-t-il ajouté.

Comme d’autres pays confrontés à une pandémie imprévisible, la réponse de la France au coronavirus a été émaillée d’erreurs, petites et grandes, notamment en ce qui concerne sa capacité à fournir des vaccins. Mais lorsque les choses ont mal tourné, au lieu d’un mea culpa clair, l’entourage de Macron fait stratégiquement fuiter sa « colère », accusant l’appareil d’État de ne pas avoir appliqué ses décisions assez vite ou assez bien.

Au début de l’année, alors que le pays ne vaccinait que quelques centaines de personnes par jour, contre des milliers dans les pays voisins, l’entourage de Macron faisait savoir qu’il était furieux de cette situation. Ils ont négligé le fait que c’est le président qui avait approuvé la stratégie de vaccination de la France, qui, selon le gouvernement, avait été conçue pour se concentrer d’abord sur les personnes âgées les plus vulnérables, et – à cause de cela – était lente par nature.

Son équipe a eu recours à la même tactique avant qu’il ne décide de ne pas re-confiner. Ils ont fait savoir qu’il avait dit à son cabinet que « tant qu’il y aura des vaccins dans les frigos, je ne confinerai pas. »

Si Macron a en tête les élections de l’année prochaine, rien ne prouve que sa stratégie à deux faces fonctionne. Les Français ont pris conscience de ses lacunes. Selon un sondage réalisé en février par Odoxa, 60 % d’entre eux disent ne pas faire confiance au pouvoir exécutif pour gérer la pandémie.

Les fuites, conçues pour donner l’impression que le chef de l’État est au contact des préoccupations des gens ordinaires, ont au contraire donné une toute autre impression à une large tranche de la population.

« Les gens de ma circonscription n’ont pas compris cette colère, cela a un effet dévastateur » a déclaré un député de la majorité au pouvoir, s’exprimant sous couvert d’anonymat pour pouvoir parler plus librement. « Selon eux, cela prouve qu’il n’est pas capable de diriger ou de faire avancer les choses. »

Rien n’indique que Macron ait l’intention de changer de méthode. Fin octobre, lorsque Macron a imposé le deuxième confinement, un conseiller a déclaré que le président avait averti son gouvernement : « Je n’en imposerai pas un troisième, débrouillez-vous. »

Ses détracteurs affirment qu’il n’a pas laissé une grande marge de manœuvre à son gouvernement pour y arriver.

« Dans ce gouvernement, les ministres sont ravalés au rang d’associés subalternes qui font ce qu’on leur dit » a récemment déclaré un conseiller d’un ministre de haut rang.

À la différence de Superman, Macron n’a pas institué sa propre Ligue de justice.

Pauline de Saint Remy a participé au reportage.

Source : Politico, Rym Momtaz, 25-03-2021

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

nulnestpropheteensonpays // 20.04.2021 à 08h39

Macron est dangereux , et il ne faut jamais arrêter de le répéter , ce type est persuadé qu’il faut affaiblir la société Française socialement de manière a la rendre compétitive sur le marché mondial .Le but c’est de faire descendre les salaires , les aides sociales , au niveau des indiens ou plus proche des roumains .Nous mettre dans une telle insécurité financière , sociale , pour que les gens se bougent le cul , c’est vraiment ce qu’il pense .Il ne prend absolument pas en compte la richesse produite par notre pays et sa redistribution .Alors bien sur ce n’est valable que pour nous , parce que ses potes eux , reçoivent tout l’argent qui ne nous est plus distribué .Et ça dure depuis 1983 , tout l’argent qui nous ont pris depuis cette époque est simplement phénoménale ! Si Macron est réélu , nous reviendrons a la lampe a huile , mais pas par choix , par manque de moyens ! C’est lui l’amish!

69 réactions et commentaires

  • MDacier // 20.04.2021 à 07h30

    #braver la troisième vague sans imposer de confinement sévère.
    Dixit l’article

    ???

    On est en couvre feu depuis 6 mois.
    Ce serait quoi des mesures sévères ???

      +19

    Alerter
    • Baybee // 20.04.2021 à 21h12

      Bahhh ! le confinement tout simplement …

        +7

      Alerter
    • Kay // 21.04.2021 à 10h33

      Exactement ce que dit Baybee.
      Il n’y a pour ainsi dire, pas eu de confinement en France. Un confinement, c’est ce qui s’est passé en Chine.
      On vous apporte la bouffe chez vous, vous ne sortez pas.

      Petit à petit les derniers de la classe, les pays occidentaux, commencent a se rendre compte que 5 mois de confinement dur et c’est fini, c’était peut être mieux finalement que des années de « confinements légers ».
      En bonus, nous avons maintenant a gérer des variants car le virus circule et s’adapte.
      On en est au 4ème variant. Et nous en sommes toujours à essayer de produire les vaccins du « variant » zéro

      On en a pour des _décénies_ avant de nous en sortir, il faudra que nous construisions et distribuons des vaccins plus rapidement que les variants apparaissent avec cette stratégie de « confinements légers ».
      Bref.

      Comme d’habitude on se moquait des pays d’asie.
      Michel en France content que son confinement ne dure que 2 semaines et que les écoles soient ouvertes ! Trop fort ! On est pas dans un pays totalitaire nous !
      Oui mais, Michel va galérer pendant 10 ans comme cela.

      Alors que Wang en Chine il s’est marié tranquille fin 2020 avec toute sa famille … eh ouais (je dis pas ça au hasard, j’ai un cousin qui en effet s’est marié en Chine).
      Et Wang, il a une perspective d’avenir car son vaccin sera efficace plus longtemps car pas de variants…

      Pourtant, Michel reste persuadé qu’il vit une meilleur vie que ceux oppressés en asie.

        +16

      Alerter
      • Julie // 22.04.2021 à 14h18

        Un confinement sans empêcher les déplacements massifs de population est la garantie d’un échec complet. Italie et Espagne ont eu de meilleurs résultats avec leurs confinements régionaux selon les clusters. Mais il y a des pays, France, Belgique, Pays-Bas, où les plus riches ne semblent pas avoir voulu de contact-tracing trop poussé…

          +5

        Alerter
        • Deres // 28.04.2021 à 15h43

          Quand on voit que Macron a passé le Covid à sa femme qui ne l’a pas déclaré avant la rentrée pour pouvoir passer Noël tranquille en famille, on comprend bien que nos élites ne considèrent pas que le confinement s’applique à eux. Et immédiatement, le médicament ultra-cher de Trump a été autorisé en France, probablement car ils en avait bénéficié et que leurs « amis » qui le savait le demandait aussi.

            +0

          Alerter
  • Ardéchoix // 20.04.2021 à 07h55

    Actualité : l’astrazeneca change de nom, l’ENA aussi.
    L’astrazeneca produit des thromboses, ENA aussi.
    Une thrombose empêche la libre circulation, Macron aussi.
    Ardéchoix: réfléchisseur 2 eme année.

      +46

    Alerter
  • Avunimes // 20.04.2021 à 08h37

    Il est toujours question de vaccins, de confinement et de Macron, jamais de soigner les gens en prévention ou dès l’apparition des symptômes . Pour sortir de cet état d’esclavage, il serait temps de sortir de notre autisme, de cette complaisance à mettre en scène des mirages symptômes de notre société s’accrochant à des concepts mortifères résumé dans cet article par : Macron, vaccin, confinement (catégoriel !).

      +35

    Alerter
    • Cloth // 20.04.2021 à 13h50

      Vous avez vraiment raison !

      Ils sont trop con nos médecins français…

        +1

      Alerter
      • Calal // 20.04.2021 à 14h35

        Y a t il déjà eu un membre du conseil de l’ordre des médecins qui a été viré ? Je suppose que le fait qu’il y a des déserts médicaux en 2021 en France est une preuve de compétence et qu’après avoir bataillé comme un fou pendant ses études de médecine,ça doit être super gratifiant de dire a un malade du covid  » restez a la maison,prenez un doliprane et si ça s’aggrave appelez le samu »…

          +27

        Alerter
    • petitjean // 20.04.2021 à 14h35

      Vacciner tout le monde, dont l’immense majorité de bienportants, ça rapporte des dizaines de milliards aux labos
      Soigner de manière préventive rapporte peu. Et d’autre part soigner uniquement les malades, de fait très peu nombreux, ne permettrait pas au pouvoir d’avoir un prétexte pour confiner tout le monde
      Nous subissons une formidable opération de domestication du peuple :
      1- ça marche !
      2- que nous réserve la suite ?

        +44

      Alerter
      • Havoc // 23.04.2021 à 17h19

        C’est inexact. Vacciner pour une ou plusieurs années rapporte moins que de vendre des traitements.

          +1

        Alerter
  • nulnestpropheteensonpays // 20.04.2021 à 08h39

    Macron est dangereux , et il ne faut jamais arrêter de le répéter , ce type est persuadé qu’il faut affaiblir la société Française socialement de manière a la rendre compétitive sur le marché mondial .Le but c’est de faire descendre les salaires , les aides sociales , au niveau des indiens ou plus proche des roumains .Nous mettre dans une telle insécurité financière , sociale , pour que les gens se bougent le cul , c’est vraiment ce qu’il pense .Il ne prend absolument pas en compte la richesse produite par notre pays et sa redistribution .Alors bien sur ce n’est valable que pour nous , parce que ses potes eux , reçoivent tout l’argent qui ne nous est plus distribué .Et ça dure depuis 1983 , tout l’argent qui nous ont pris depuis cette époque est simplement phénoménale ! Si Macron est réélu , nous reviendrons a la lampe a huile , mais pas par choix , par manque de moyens ! C’est lui l’amish!

      +97

    Alerter
    • Benzo Diap // 20.04.2021 à 11h05

      On subit la dangerosité de Macron depuis bien avant le Covid, et elle continue de s’exercer en parallèle à celui-ci…
      Flat tax, Inflation du TICE, Affaire Benalla, violence inouïe contre les gilets jaunes, la propagande médiatique omniprésente, Les franges les plus extrêmes de la police qui ont investi le législatif, Le préfet Lallemand toujours en place, Le fil conducteur univoque des petites phrases, la mégalomanie évidente du bonhomme renforcée par le culte de la personnalité déployé par ses porte cotons. Sa soumission absolue à ses parrains de la haute finance… les lois scélérates de plus en plus totalitaires…
      La grenouille à l’eau tiède commence à être bien cuite…

        +42

      Alerter
    • j // 20.04.2021 à 12h10

      C’est l’idéologie totalitaire de tous les libéraux, pas uniquement Macron. Ces gens sont des barbares.

        +19

      Alerter
      • Kasper // 20.04.2021 à 15h02

        Le problème c’est que ce ne sont pas des libéraux, juste des capitalistes.

          +11

        Alerter
        • Deres // 28.04.2021 à 15h46

          Attention vous utilisez un vocabulaire perverti. Ils ne sont ni libéraux ni capitalistes. Ce sont des étatistes centralisateurs doublés de capitalistes de connivence. Ils veulent le collectivisme pour le peuple, pas pour les élites.

            +0

          Alerter
    • step // 20.04.2021 à 17h35

      a part repose fesse à touriste argenté et l’aerospatial, c’est quoi nos secteurs à haute valeur ajoutée ?
      S’imaginer que la france est la 8eme merveille du monde et que les chinois sont trop co… pour faire aussi pointu que nous à l’heure actuelle c’est ce mettre le doigt dans l’oeil franchouillard. Donc maintenant que la fuite vers des « niches » est impossible que fait-on ?

        +12

      Alerter
    • Guise // 21.04.2021 à 05h07

      @Observations, pour les chiffres sur : « ce type est persuadé qu’il faut affaiblir la société Française socialement de manière a la rendre compétitive sur le marché mondial .Le but c’est de faire descendre les salaires , les aides sociales , au niveau des indiens ou plus proche des roumains », je lance une réponse :
      c’est exactement ce qu’à fait l’UE en Grèce. C’est leur projet.
      Quelques chiffres ici :
      https://www.lepoint.fr/monde/grece-il-y-a-35-de-pauvres-et-1-salarie-sur-3-gagne-317-euros-07-07-2019-2323135_24.php

      https://www.inegalites.fr/La-pauvrete-en-Europe?id_theme=23

      Et, comme c’était prévisible, c’est une hécatombe.

        +14

      Alerter
    • BOURDEAUX // 21.04.2021 à 07h08

      En effet, et là est certainement l’explication des difficultés insurmontables qu’éprouvent nos banquiers centraux à atteindre leur fameuse « cible d’inflation », malgré les tombereaux de liquidités déversés : c’est qu’ils rament à contre-courant sur un fleuve déflationniste généralisé, prenant sa source dans tous les pays « émergeants ».

        +2

      Alerter
    • Marire // 21.04.2021 à 09h54

      Merci Observations d’aborder le problème de la mondialisation de la production. Mais on ne peut pas comparer les salaires de différents pays sans aborder le problème des taux de change entre monnaies. N’oublions pas que le sabotage de l’économie française a été favorisé par un euro fort. Le cour élevé de l’euro a été réglé par les allemands qui en ont tiré profit en bousillant notre production industrielle.
      La mondialisation, le cout bas des transports de marchandises ( qui ne tient pas compte de la pollution engendrée), la concurrence idiote entre des pays trop différents, bref la mondialisation a bousillé notre économie. Seul un retour aux frontières redonnerait une logique aux rapports commerciaux
      Rien que pour la crise du covid, faisons le bilan de la désindustrialisation de la France: manque de masques, manque de respirateurs, manque de tests, manque de vaccin ( composants fabriqués en Inde)

        +2

      Alerter
  • Fabrice // 20.04.2021 à 08h45

    Cela fait plus d’un an que les français ont été spolié de leur vie, et qu’ils vivent comme des prisonniers je me demande ce que ça serait un confinement total, un confinement où les gens mourraient de faim dans leur logement car n’ayant plus le droit de se ravitailler ?

    Ce qui m’attriste c’est que l’on vole à la nouvelle génération leur jeunesse sur quels souvenirs, amitiés se reposeront-ils pour faire face à leur avenir sans une période d’insouciance ? je sais qu’on leur tape souvent dessus mais je vois peu souligner ces étudiants réduits à faire la soupe populaire, pour poursuivre leurs études loin de leur famille, ou le niveau de dépression jamais atteint pour les moins de 20 ans.

      +37

    Alerter
    • Kiwixar // 20.04.2021 à 09h21

      « je me demande ce que ça serait un confinement total, un confinement où les gens mourraient de faim »

      Ça réduirait l’empreinte carbone, la pollution, les gaz à effet de serre… tout bénéfice pour les 20% du haut qui pourraient continuer à se gaver comme avant au niveau énergétique.

      C’est peut-être le but, non? Pour réduire de x% la consommation énergétique, soit tout le monde réduit de x%, soit les 80% du bas (qui consomment la moitié) réduisent leur conso de 2x% tandis que les 20% du haut (nantis) ne changent rien. Dans une dictature bourgeoise comme la nôtre, le choix est vite fait.

        +29

      Alerter
    • Fritz // 20.04.2021 à 10h02

      Macron a fait le choix de sacrifier la jeunesse, au nom de la lutte contre une maladie qui est dangereuse pour les vieux. C’est parfaitement cohérent avec sa politique générale qui est de détruire l’avenir de notre pays. Quel était l’âge moyen des électeurs de Macron le 23 avril 2017 ?

        +13

      Alerter
      • JohnnyCash // 20.04.2021 à 16h27

        Quelle est votre source pour avancer qu’il y a plus de décès chez les jeunes?
        Et c’est quoi les « jeunes » ? Moins de 65 ans ? Moins de 45 ans ? Moins de 30 ans ?

        Je viens de lire de le dernier rapport de Santé Publique France (du 15 Avril 2021):
        ● Parmi les 1 098 personnes décédées au cours de la semaine écoulée,dont le certificat contenait une mention de COVID-19, 792 (72%) étaient âgées de 75 ans et plus, 196 (18%) de 65 à 74 ans et 99 (9%) de 45 à 64 ans. Onze personnes décédées étaient âgées de 15 à 44 ans. Les effectifs étaient en légère hausse chez les personnes de plus de 75 ans (+5%).

        => 11 décès sur 1098 dits du COVID19, soit 1%. Et vous savez quoi ? C’est exactement le pourcentage de décès des 15-44 ans du COVID19 depuis Mars 2020 en France.

          +17

        Alerter
      • Guise // 21.04.2021 à 05h17

        @Observations : les électeurs de Macron en 2017 ont voté pour la destruction de notre système de santé, pour la destruction du système social, pour soutenir le capital, les financiers, pour l’UE. On espère qu’ils sont contents du résultat.

          +7

        Alerter
      • Havoc // 23.04.2021 à 17h20

        La saturation des hôpitaux est dangereuse pour chaque Français, quel que soit son âge.

          +1

        Alerter
    • Brigitte // 20.04.2021 à 11h30

      Un confinement strict c’est comme le premier mais avec des masques, des tests et des contrôles à l’entrée des lieux publics autorisés par nécessité impérieuse. Ce n’est plus possible de faire ça, avec tout ce que l’on a déjà subi depuis mars 2020, personne ne l’accepterait et Macron pense à sa réélection.
      Ce qu’il faut, c’est dépister et isoler les positifs de façon stricte et laisser peu à peu la vie normale reprendre son cours pour les autres. On en est loin car ce 3ème confinement n’est pas mis à profit pour ça. Donc, ça va baisser un peu puis remonter tant que la vaccination n’est pas suffisante en quantité et aussi peut-être en qualité (variants).
      Je ne le souhaite pas bien sur mais ce n’est pas impossible qu’il y ait une quatrième vague européenne tant que l’on a pas adopté la stratégie « zéro-covid » . La France n’est pas la seule dans ce cas. La Grèce lève la quarantaine pour les ressortissants de l’UE. Son économie est exsangue sans le tourisme. Elle mise sur les jeunes et les vaccinés. La roulette grecque…

        +4

      Alerter
      • Boka // 21.04.2021 à 16h07

        A force de répéter qu’un confinement strict n’est plus possible on se prive d’un outil puissant. Certes il a été mal utilisé mais je demande juste qu’on puisse se donner la peine d’y réfléchir, et ceci au niveau international :
        Confinement strict de 10-14 jours max : sorties organisées (rotation) pour éviter les regroupements, pas de commerces ouverts, livraisons uniquement pour ceux qui ne peuvent pas faire des provisions pour deux semaines. Une vraie présence militaire pour faire respecter ce confinement et une vraie anticipation de tous les problèmes que cela peut engendrer.
        Test en sortie d au moins une personne par foyer confiné et confinement prolongé en cas de cas de covid avec test de tout le foyer.
        Confinement prévu de longue date et non improvisé, à la dernière minute, quand aucune autre solution est possible.

        Je pense qu’un confinement court et très strict, une fois par an et international coûterait beaucoup moins que tous ces vaccins (nécessaires pour l’instant pour les personnes fragiles) et toutes ces mesures liberticides qui font souffrir une partie importante de la population.

        Il est faux de dire que la population n’est pas prête à cela. 10 jours à rester chez soi pour ensuite vivre une vie normale, c’est un prix que beaucoup voudrait payer. C’est un prix que je voudrais payer pour être à nouveau libre.

          +3

        Alerter
  • naïf // 20.04.2021 à 08h56

    « En même temps », à chaque fois que dans cet article je vois qu’il a été contredit par l’ema, j’ai l’impression que c’est l’hopital qui se fout de la charité.
    Quelle réelle compétence a l’ema, à part conclure des marchés et nous ressortir les propres chiffres des labos??

      +12

    Alerter
    • Havoc // 23.04.2021 à 17h22

      L’efficacité du vaccin d’Astrazeneca chez les personnes âgées est un fait, monsieur Macron avait tort de parler aussi rapidement à ce sujet.

        +0

      Alerter
  • Calvez // 20.04.2021 à 09h16

    Il me semble qu’il existe au moins 2 indicateurs non contestables sur la gestion de la pandémie : le nombre de morts et le recul du PIB. Sur ces 2 points essentiels, les résultats de Macron ne démontrent aucun savoir faire en épidémiologie, mais mettent au contraire en lumière une immense expertise en pipologie et une maestria certaine en bobards, contrevérités et fanfaronnades.

      +45

    Alerter
  • Claude MAURIER // 20.04.2021 à 09h21

    Notre président a-t-il les coudées franches dans ce grand bazar, non ! Dans ce « rapport » orienté pour ne pas le dévaloriser, approchons-nous des certitudes que nous devrions avoir en tant qu’administrés ? Non ! L’angoisse – posée sur des mensonges répétés et sur des informations non communiquées ou faussées incessants – augmente jour après jour pour qui sent que le navire n’a pas de capitaine pour les tempêtes. L’exercice solitaire ne peut remplacer le travail qui doit nécessairement être collégial dans les circonstances présentes. Encore faudrait-il que les membres du collège ne soient pas pris eux-mêmes dans des faisceaux de contraintes convergentes qui oblitèrent leur liberté de conscience. Beaucoup de bavardages.

      +5

    Alerter
    • vert-de-taire // 20.04.2021 à 10h44

      Le reproche principal fait à Macron est sa volonté enfantine de vouloir tout régenter.
      De par ses compétences (élite)
      et de par son rôle (élu).

      C’est donc une double contrainte, trop forte pour un esprit faible.

      *** C’est un oiseau ! C’est un avion ! C’est … ****

      C’est un oison.

        +10

      Alerter
  • RGT // 20.04.2021 à 09h44

    Quand j’étais jeune, je lisais avec délectation les aventures de Superdupont luttant sans merci contre l’antifrance.

    Aujourd’hui, s’ils étaient encore vivants, ces mêmes auteurs seraient passés à la vitesse supérieure en écrivant les aventures de Superducon.

    Gotlieb, Lob et tous les autres vous nous manquez férocement alors que nous avons tellement besoin de vos talents.

      +16

    Alerter
    • Benzolismes Diap // 20.04.2021 à 10h46

      Macron, c’est l’enfant caché de Superdupont et de l’Antifrance… dans le dernier épisode non écrit, Superdupont chope Negroschwartzandblack… Le fruit de leurs amours illégitimes est mis en nourrice chez sa prof de français… puis les Carabosses de la finance prononcent leurs vœux sur son berceau…
      On a hérité de la créature et subit les plaies de la malédiction…

        +4

      Alerter
  • LibEgaFra // 20.04.2021 à 09h53

    « Et puis il y a le Macron qui, comme le spectateur moyen et impuissant, est excédé par la lenteur du déploiement de la vaccination »

    C’est vrai que deux pays ont accéléré les vaccinations et laissé la France loin derrière. C’est vrai que ces deux pays ne font pas partie de l’ue: RU et Israël. Voilà donc mis en évidence les conséquences de la soumission à l’ue et la perte de souveraineté voulues par Macron.

    Le refus du vaccin russe est un crime contre la santé des Français. Dans un pays avec la séparation des pouvoirs les inculpations devraient pleuvoir, mais évidemment ce n’est pas le cas de la France.

      +12

    Alerter
    • Deres // 28.04.2021 à 15h50

      Nos politiques ont aussi crachés abondamment sur le RU qui espaçaient les doses de façon irresponsables. Maintenant, on adopte la même méthode, mais lentement et discrètement pour qu’on ne voit pas qu’ol le fait, perdant au passage encore plus de temps. L’important n’est pas pour eux de sauver des français mais de sauvegarder leur honneur. Leur image n’a pas de prix, du moins tant que ces ont les contribuables qui payent et qui meurt.

        +0

      Alerter
  • LibEgaFra // 20.04.2021 à 10h10

    « « Dans ce gouvernement, les ministres sont ravalés au rang d’associés subalternes qui font ce qu’on leur dit » a récemment déclaré un conseiller d’un ministre de haut rang. »

    Ce qui est contraire à la constitution où c’est le premier ministre qui décide de la politique du gouvernement et non le président. La constitution est bafouée constamment.

      +14

    Alerter
    • mdacier // 20.04.2021 à 10h36

      Après, vu le pedigree du 1er ministre actuel … je ne sais pas si ce serait une bonne nouvelle que ce dernier décide de la politique du gouvernement …
      0 + 0 = …

        +6

      Alerter
      • mikatypa // 20.04.2021 à 14h26

        Eh bien si ! Caaf le premier ministre est l’émanation de l’Assemblée ! Donc du peuple qui, à travers les partis, choisi le meilleur.. et peut le changer. Alors que le Président est indé ou l’on able… sauf par une législative anticipée

          +2

        Alerter
        • Calal // 20.04.2021 à 14h40

          Assemblée élue avec 57% d’abstention… Ça ne rapporte pas grand chose de voter mais ça coûte rien non plus…

            +7

          Alerter
        • BOURDEAUX // 21.04.2021 à 07h24

          Le 1er ministre émanation de l’assemblée, vous y croyez vraiment ?? Il est désigné théoriquement par elle, mais nommé par le président, c’est un petit détail qui pèse très lourd. L’assemblée peut en changer ? Certes, mais elle peut être dissoute par le président alors que lui est indéboulonnable et ne rend de comptes à personne et surtout pas aux députés. En GB, le 1er ministre peut dissoudre le parlement, mais il est obligé chaque semaine d’aller se faire engueuler devant la chambre des communes…

            +3

          Alerter
    • Dominique65 // 20.04.2021 à 10h43

      La constitution a été vidée de son essence par le quinquennat.

        +14

      Alerter
      • BOURDEAUX // 21.04.2021 à 07h30

        Absolument pas, le quinquennat n’a fait qu’éclaircir les choses, à savoir qu’en France, pays de Montesquieu, l’exécutif n’a qu’une seule tête, et qu’elle est à l’Elysée. Avant le quinquennat, cette réalité était dissimulée en coulisses, maintenant elle se joue tous les jours sur la scène. C’est détestable, mais préférable.

          +2

        Alerter
    • Grim // 20.04.2021 à 12h07

      Oui enfin ça c’est une fiction qui n’avait lieu qu’en période de cohabitation…

        +3

      Alerter
    • petitjean // 20.04.2021 à 19h21

      la Constitution, tout le monde s’assoit dessus
      Elle a été tant de fois charcutée
      depuis longtemps le parlement est une chambre d’enregistrement. C’est l’Exécutif qui fait les lois et contrôle le législatif.
      Ne l’aviez vous pas constaté ?
      un parlementaire reçoit mensuellement et toute indemnité confondue 20 000 euros . A ce prix on se couche facilement
      Quand Sarkozy bafoue le vote des français qui avaient dit NON par référendum au projet de constitution européenne, c’est un coup d’état contre le peuple. Et….personne n’a moufté
      Il ne faut donc s’étonner de rien, nous ne sommes plus en Démocratie depuis longtemps…

        +10

      Alerter
  • pseudo // 20.04.2021 à 10h16

    je dois pas vivre dans le même pays, je n’arrives pas à établir 40% de personnes dans mon entourage large qui « approuve » la politique du gouvernement français.

    Les graphs et ce qu’ont leur fait dire… De plus, et je suis désolé de le dire à l’encontre d’un article critiquant ce gouvernement, mais utiliser un niveau de popularité pour juger de la pertinence d’une action politique c’est vraiment le niveau zéro. C’est biaisé de partout, et surtout, ce n’est pas le bon indicateur, c’est jouer le jeu de ce dictateur en devenir qui avait déjà réussit le coup de se faire élire en faisant jouer cette corde de la popularité.

    Là ils ont voté un budget de 3m d’euros pour instaurer une surveillance des réseaux sociaux. Les uns prétendent que c’est pour mieux percevoir l’état d’esprit des français face à l’action du gouvernement. Je me dis que ce sera surtout utilisé pour générer et avaliser par les statistiques résultante une campagne de propagande pro macron.

    On en est pas tiré de ce parasite, vous verrez.

      +27

    Alerter
    • vert-de-taire // 20.04.2021 à 10h51

      ***On en est pas tiré de ce parasite, vous verrez. ***
      On peut le craindre, en effet
      D’autant qu’il ne faudrait pas oublier que les votants du premier tour sur le nom (ou sur les images des aventures de Martine à la mer, à la montagne, au théâtre, .. ?) de Macron étaient de l’ordre de 17%.

      Il y a du pourri
      dans notre monarchie.

        +4

      Alerter
    • Mickael Jackunin // 21.04.2021 à 14h25

      Nan mais il est très bien fait ce graph en fait, ils ont laissé plein de points entre 0 et 5% … et c’est entre ces points là qu’est la bonne popularité du gars. Ils ont juste inversé la proportion de « ne se prononce pas » et la proportion de « en pâmoison devant Jupiton » , une coquille ; ça arrive :p.
      En vrai, la com ça marche plutôt pas mal, les pensionnaires des EPADs qu’on amène voter en bus sont content d’avoir eut « leur dose » (bande de camés ! ) et de pas mourir tout de suite , le reste du monde peut bien crever … ils sont con-tents.
      Allez expliquer la com à mamie … entre son Alzheimer et BFM en 24/7 c’est mort.

        +4

      Alerter
  • Benzo Diap // 20.04.2021 à 11h09

    Oui, il est très « hole black »… En contradiction absolue avec les valeurs de l’équipe dont vous portez les couleurs

      +0

    Alerter
  • sergeat // 20.04.2021 à 11h13

    Andrei Makine: »il faut juger un homme à son oeuvre » bien on est mal barré !

      +5

    Alerter
  • Jaaz // 20.04.2021 à 11h30

    Macron a reçu un CDD de mission de la part de ses employeurs: liquider la France, terminer la « révolution » conservatrice friedmanienne, qui a eu lieu dès le début des années 80 aux USA et au R-U, et dès 1973 au Chili, qui fut le premier laboratoire. C’est un vieux de 43 ans, il a que 40 années de retard… Un liquidateur, tel un mandataire judiciaire: brader les actifs de la France, et notamment la Sécurité sociale.
    Le prix social va être énorme, je dis bien énorme.

      +23

    Alerter
  • Anfer // 20.04.2021 à 12h13

    Meme Kim-Jong-Un trouverait cette flagornerie excessive…

    En France, c’est un phénomène connu, le bonapartisme.

    Bonapartisme qui imprégne cette 5ème « république » dont il est temps de se débarrasser.

      +3

    Alerter
  • observations // 20.04.2021 à 13h47

    Détester Macron ca soulage..et ca ne donne rien.

    Il suffit de savoir ces 2 tendances, signalé par Thomas Porcher, l’économiste, pas un ami du régime en place.

    Macron est largement le candidat préféré des 18-25 ans.
    Madame Le Pen est la candidate préféré des 25-35 ans. Porcher faisait justement remarquer que cette tranche d’âge qui tente de trouver un emploi ou de le maintenir est sensible au message du FN (immigration, etc.).

    Il y a les plus âgées, les retraités à l’aise, les plus riches qui vont tous se déplacer pour voter, l’abstention sera faible dans ces catégories.

    L’opposition est représentée par des vieux chevaux de retour que l’on voit depuis toujours, il y a de multiples candidatures, à gauche, à droite, idem pour la droite extrême ou la gauche extrême, la France est maintenant largement orientée vers la droite de l’échiquier politique.

    Macron et son équipe continuent le travail de démolition de l’opposition, qui ne s’est jamais relevé du choc de 2017, un tsunami. Cette équipe sait communiquer, utilise habilement les thèmes porteurs de sa principale opposante (cf les propos de Darmanin sur l’Islam..).

    Il y a un terme anglophone pour cette tactique – wedge-politic – trouver et exploiter les thèses qui divisent l’opposition.

    La politique de la division (wedge politics) consiste à lancer un débat social sur des enjeux portant à controverse (wedge issues) pour polariser une population ou un groupe politique. Ce débat est amené dans la sphère publique en vue de fragiliser l’unité du groupe visé, dans le but d’inciter certaines personnes à accorder leur soutien à leur opposant.

    Les campagnes politiques peuvent faire place à la politique de la division afin d’exploiter une tension au sein de la population. L’enjeu polarisant peut être un point de désaccord au sein d’un parti, qui divisera sa base. Souvent, il s’agit de thèmes populistes ou culturels tels que la criminalité, la sécurité nationale, la sexualité (par exemple le mariage gay), ou la race. Un parti politique peut susciter un débat polarisant chez l’opposant pour ensuite s’aligner avec la faction dissidente de cette opposition. Le débat aura pour but de produire des effets tels que :

    Des conflits virulents au sein du parti d’opposition, produisant chez le public une impression de débâcle;
    La défection de militants de la faction minoritaire du parti d’opposition, au profit du parti initiateur, ou d’autres partis;
    La légitimation de sentiments qui, bien qu’ils couvent dans la population, sont généralement considérés comme inappropriés ou politiquement incorrects. Les critiques de l’opposition apparaissent dès lors motivées par des groupes d’intérêts ou des idéologies extrémistes.
    Dans certains cas extrêmes, la politique de la division peut contribuer à l’éclatement effectif d’un parti et amener la formation d’un nouveau parti dissident, entraînant avec lui un certain nombre d’électeurs potentiels.

    Afin de se prémunir de ces risques, le parti visé par la politique de la division peut décider de prendre une voie pragmatique et de soutenir officiellement les vues de sa propre faction minoritaire. Par contre, ceci peut entraîner la défection de militants de la faction majoritaire vers un tiers parti.

    L’abstention va être massive, le candidat ou la candidate élu, mal élu, sans légitimité réelle, obtenir une majorité à l’AN sera probablement impossible, peu importe qui gagne.

    Le candidat ET la candidate qui semblent en tête ont des programmes, à l’exception de l’immigration qui se ressemblent, euro, la dette, la candidate a déclaré que le SMIC français était trop élevé.

    Comme le soulignait Porcher 85 % de la population aurait normalement tout intérêt a tout changer…

    Macron et son équipe sont des maîtres de la communication.

      +10

    Alerter
    • calal // 20.04.2021 à 22h18

      oui,il ne faut pas sous estimer macron et les gars derriere lui: il y a des pros de la manipulation politique qui sont a l’oeuvre et ils ont toute la puissance des medias mainstreams avec eux.

        +7

      Alerter
    • Anonymous_Civ_Sergent // 21.04.2021 à 05h15

      Détester Macron ça revient à ce que disait Orwell dans la ferme des animaux pour Mr.Jones . Au final les fondamentaux du système sont toujours là et le pire c’est que les 18-25 ans trouvent acceptables de se retrouver spoliés. C’est exactement la même chose quand j’avais 18 ans avant les présidentielles de 2007: beaucoup étaient seduit par le sarkosysme et aujourd’hui disent scène mordre les doigts.

      Je vais être cynique mais a ce stade vous savez ce qu’il faudrait : la grande spoliation et la misère du plus grand nombre avec le confort en moins.
      Vu comment sont traités les infirmières, les aides soignantes et vu aussi ce que nous vivons dans les services publics, ça me paraît presque mérite que cette grande masse de crétins du supérieur voient leurs conditions épouvantables.

      Je les croise en me levant le matin, les écouteurs a fond dans les oreilles : jeune homme ou jeune femme, attention le réel va te faire payer cher ton ignorance….

        +9

      Alerter
    • Brigitte // 21.04.2021 à 08h30

      Observations,
      Pourquoi traduire en anglais avec insistance ce que l’on comprend aisément en français… »wedge politics »…ça fait plus sérieux? plus avisé? bahhh….
      Ce qui sépare le candidat et la candidate:
      – dans le style, tout. Le débat de l’entre deux tours de 2017 refera surface le moment venu et elle aura du mal à surmonter cette épreuve.
      – dans le programme politique, peu mais plus que l’immigration tout de même. Mais un programme politique c’est une vitrine. Le stock est en magasin. Il faudrait pouvoir entrer dans le magasin RN pour savoir ce qu’on y vend réellement. N’ayant jamais été aux commandes, impossible de se faire une idée. C’est un handicap et une chance en période de ras le bol général.
      Si Macron passe le premier tour, ce sont les alliances qui vont décider du vainqueur car ils seront au coude à coude.
      Macron est assuré d’avoir la gauche et la droite molle. ça fait du monde. Quelles sont les alliances de Le Pen? des petites formations gaullistes pour l’instant. Debout la France ne veut pas de rallier, sorte de mea culpa de 2017 et les patriotes non plus, ce qui détruirait leur raison d’être. Donc logiquement Macron a l’avantage.
      Sans oublier la crise sanitaire…Macron va multiplier les largesses financières, ce qui marche toujours. Si l’épidémie est derrière nous au printemps prochain, là encore, ce sera tout bonus pour lui. Sinon, il ne passera pas le premier tour et là, tout est à reconsidérer…

        +4

      Alerter
    • utopiste // 22.04.2021 à 17h24

      En fait, ils sont assez mauvais. Mais le système médiatique est, très majoritairement, à leur service. Ça aide …

        +3

      Alerter
  • petitjean // 20.04.2021 à 14h38

    Il est quand même extraordinaire que notre bonne vieille grippe saisonnière et ses victimes ait complétement disparue des écrans radars
    ça n’interroge personne ?
    vais je encore être censuré avec cette réflexion élémentaire et ô combien logique ?

      +11

    Alerter
    • Kasper // 20.04.2021 à 15h12

      Tout le monde porte un masque, les gens ne se touchent plus, n’ont plus le droit de sortir… Évidemment que du coup la grippe saisonnière ne se répand pas et donc tue moins de monde. 🤦 c’est pas encore pour cette fois le grand complot.
      [modéré]

        +4

      Alerter
      • petitjean // 20.04.2021 à 19h24

        « le grand complot. » ou « complotisme »
        élément de langage pour disqualifier tout contradicteur

        qui participe du terrorisme intellectuel…..

          +5

        Alerter
        • Kasper // 20.04.2021 à 23h41

          Le terrorisme intellectuel, c’est de poser ce genre de question ouverte qui sème le trouble , tout en se gardant bien d’exprimer la conclusion à laquelle on veut mener, parce qu’on a évidemment pas le début d’un argument pour l’étayer.

          Vous nous forcez à dessein à devoir deviner votre propos: moi ce que je comprend c’est que pour vous on veut faire passer les morts de la grippe pour des morts du Covid, ce qui implique de fait l’idée ridicule d’un vaste complot du corps médical et du gouvernement entier.

          Mais peut être que je me trompe. La prochaine fois exprimez vous mieux, ça évitera qu’on comprenne de travers vos réflexions « ô combien logiques ».

            +9

          Alerter
        • Havoc // 23.04.2021 à 17h27

          C’est un fait incontestable que les réseaux de surveillance de la grippe n’ont trouvé que deux cas, même pas endémiques me semble-t-il, en France cette année. D’ailleurs, sans avoir vérifié, je parierais qu’il en va de même chez nos voisins européens. Les grippes ont l’habitude de tuer avec beaucoup d’irrégularité, depuis cet hiver à zéro morts, en passant par les saisons autour de 5000 décès jusqu’à la grippe H1N1 de 1918-1919 à plusieurs dizaines de millions de morts dans le monde.

            +1

          Alerter
      • Anonymous_Civ_Sergent // 21.04.2021 à 05h22

        Rassurez vous le complot de l’hyper classe avance sur la servilité et la crédulité des braves gens lobotomises de propagande.

        « Le capitalisme n’es pas capable de garantir cette liberté, puisqu’il s’accompagne toujours d’exploitations dominations et oppressions, si bien que les individus dans ce régime sont pour la majorité d’entre eux, places dans une forme de captivité. »

        Préface écrite par Kevin Victoire-l’empechement de la littérature de Georges Orwell

          +3

        Alerter
  • Idomar // 20.04.2021 à 15h40

    « Cela s’explique en partie par l’énorme pouvoir du président en vertu de la Constitution française »

    Alors là pas d’accord du tout. Certes, la Constitution est ce qu’elle est, mais l’excès provient du comportement de l’individu Macron qui ne sait réagir que de façon égotique, lui qui sait tout, voit tout et peut tout.

    La Constitution n’empêche nullement un président de décider collégialement, ne serait-ce qu’avec son gouvernement, en lieu et place d’imposer brutalement son dictat, uniquement éclairé, soit disant, par un conseil anonyme et irresponsable.

      +6

    Alerter
    • Anonymous_Civ_Sergent // 21.04.2021 à 05h25

      Certes, certes, mais un tel président avec une opposition sérieuse aurait déclenche depuis longtemps la procédure de destitution de cet homme . Or regardez ce que est devenu le dossier de l’upr quand il fut présenté aux socialistes, aux republiquains, a François Ruffin…

        +2

      Alerter
  • pascal // 21.04.2021 à 11h00

    les presidents de l’ ultra liberalisme
    …Bolsonaro Johnson Macaron Trump…..tous infectés…
    un hasard……?

      +3

    Alerter
    • BOURDEAUX // 23.04.2021 à 19h47

      Ainsi donc E.MACRON est un ultra libéral ? Mouwahhaaa !! Merci pour cette touche d’humour…Le jour où la France aura vraiment un ultra libéral à l’Elysée, vous la verrez vite changer, et pas qu’un peu !

        +0

      Alerter
  • Ernesto // 24.04.2021 à 15h46

    Elle changera en bien ou en mal? Pour quelle fraction de la société?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications