Les Crises Les Crises
1.avril.20221.4.2022 // Les Crises

McKinsey : Cabinets de conseil, le rapport au vitriol du Sénat

Merci 281
J'envoie

La commission d’enquête sénatoriale sur l’influence des cabinets de conseil sur les politiques publiques a rendu ses conclusions ce jeudi 17 mars, après quatre mois de travaux. La sénatrice Éliane Assassi met au jour un « phénomène tentaculaire », selon ses mots, et révèle l’appui de cabinets de conseils sur « des pans entiers des politiques publiques ».

Selon le rapport, « les cabinets de conseil sont intervenus sur la plupart des grandes réformes du quinquennat, renforçant ainsi leur place dans la décision publique ». Le recours à des prestations de conseil dans le privé n’a pas démarré sous le quinquennat d’Emmanuel Macron.

Cependant, De 2018 à 2021, la progression est constante. Les dépenses des ministères en la matière ont été multipliées par 2,36. Cette ingérence du secteur privé dans la conduite des politiques publiques pose un réel problème déontologique.

Dans leurs recommandations, les sénateurs demandent que soit publiée chaque année, en « données ouvertes », la liste des prestations de conseil commandées par l’Etat et ses opérateurs.

Source : Public Sénat – 17-03-2022

Commentaire recommandé

Manuuk // 01.04.2022 à 07h25

Macron fait du Macron. Je comprends pas la surprise.
Macron veut défaire le pouvoir public pour des entreprises privées.
Tout va y passer : l’éducation, la santé, la sécurité…
C’est ce que les gens veulent aveuglés par des solutions sur le court terme sans aucune mémoire de ce que veut dire « zéro service public ».
Ces gens-là ont oublié qu’en 2008 c’est l’Etat qui a sauvé McKinsey, quand ce même cabinet pariait sur la faillite des états… Un comble. Une hypocrisie.

17 réactions et commentaires

  • Manuuk // 01.04.2022 à 07h25

    Macron fait du Macron. Je comprends pas la surprise.
    Macron veut défaire le pouvoir public pour des entreprises privées.
    Tout va y passer : l’éducation, la santé, la sécurité…
    C’est ce que les gens veulent aveuglés par des solutions sur le court terme sans aucune mémoire de ce que veut dire « zéro service public ».
    Ces gens-là ont oublié qu’en 2008 c’est l’Etat qui a sauvé McKinsey, quand ce même cabinet pariait sur la faillite des états… Un comble. Une hypocrisie.

      +48

    Alerter
    • Fernet Branca // 01.04.2022 à 07h42

      McKinsey déjà un lourd palmarès de scandales, l’affaire Enron en 2001, les subprimes en 2008, les Opioïdes en 2020 aux USA pour ne parler que des plus connus.
      Pire que la Mafia sicilienne.

        +42

      Alerter
      • Christophe // 04.04.2022 à 16h14

        De mémoire, le scandale Enron, c’était la faute à feu Arthur Andersen (encore un autre joyeux drille) je crois, mais peu importe. Ce qui est symptomatique c’est que même l’intervenant d’Atlantico qui semblait le plus remonté, dise que c’est une faute de « management » du gouvernement. Il dit aussi en substance, qu’une entreprise privée ne survivrait pas à de telles incuries. Cela veut dire d’emblée que « privé » égale efficacité et ça indique à quel point la fascination managériale à tout infiltré, y compris et même ses détracteurs… Car l’entreprise quand elle se trompe est fatalement sanctionnée par la justice immanente des marchés, l’entreprise n’agit pas par idéologie. Eh bien qu’on se détrompe, elle y survit et même parfois elle prospère dessus : la concurrence effrénée favorise plus souvent qu’à son tour des fiascos et un conformisme moutonnier; pour s’en convaincre, il n’y a qu’à voir le marché des média, tenez des radios par exemple : inutile d’y chercher la diversité du service public… Je ne les blâme pas, mais que l’on ne me raconte pas que le privé est par nature synonyme de créativité ou d’objectivité.

          +2

        Alerter
    • Recits d’Yves // 02.04.2022 à 15h02

      Oui mais cette transformation génère aussi beaucoup de déclassement social, de la pauvreté et au final une colère qui monte, qui monte.
      Peu à peu avec le délitement par le le déclassement des classes moyennes qui faisaient amortisseurs entre les classes populaires et les classes supérieures, le rapport en nombre va devenir vite inquiétant pour les pouvoirs. Dit autrement, les pauvres sont plus nombreux que les riches et ils auront de moins à moins à perdre.
      D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si le thème de la sécurité est mis en avant dans la campagne présidentielle, cela justifie les budgets pour acheter ainsi, sans doute, l’équipement anti-émeutes.

        +4

      Alerter
  • Myrkur34 // 01.04.2022 à 07h33

    Un copié-collé de l’entête d’un article de Mr Endeweld (l’auteur de l’Emprise) dans le Monde Diplomatique de ce mois….

    « La France aveugle et brouillonne face à la nouvelle donne internationale

    Les paris diplomatiques perdus du président Macron
    Accueilli par « The Economist » comme le « sauveur de l’Europe » et par « Time » comme le prochain « leader » du Vieux Continent, le président français Emmanuel Macron fait désormais sourire dans la presse étrangère. Son action diplomatique, qui semble orchestrée par des agences de communication, a été rythmée par des « coups », le plus souvent infructueux. »

    Mais bon puisque l’important, c’est de faire des selfies avec ce Tartarin-Tartuffe, arriviste, prétentieux et suffisant….

      +29

    Alerter
  • Araok // 01.04.2022 à 09h30

    Il ne faut pas s’étonner du recours aux sociétés de conseil: c’est la marche vers l’uberisation. C’est un monde infect qui nous est annoncé.

      +15

    Alerter
  • Fritz // 01.04.2022 à 10h44

    Dernière nouvelle : le Parquet national financier s’est saisi en urgence de l’affaire McKinsey. Chaînes de télévision et journaux tirent à boulets rouges sur un régime qui a gaspillé l’argent public et aliéné la décision politique en faveur d’officines privées. Une perquisition vient d’avoir lieu au domicile d’Emmanuel et Brigitte M.

    Poisson d’avril.

      +32

    Alerter
  • Bouddha Vert // 01.04.2022 à 11h03

    Pour paraphraser l’écrit de Manuuk, il n’y a pas de surprise hormis pour ceux qui n’avaient pas lu le programme du « Monarc » en 2017.
    Heureusement que des commissions comme celles du Sénat sont encore possibles, cependant les innocents électeurs qui ont rêvé d’une Start’Up Nation avec plus de milliardaires français et moins d’état se donneront-ils le temps de réévaluer leur prochain choix?
    La presse désormais entre les mains presqu’exclusive du capital fait derechef le maximum pour ringardiser tout retour à un état fort:
    Toute tentative de redonner le pouvoir au politique au détriment de la finance et de l’économique est présenté comme le retour au « mammouth obèse » alors que « l’agilité » du guépard est tellement plus valorisante.

      +14

    Alerter
  • RV // 01.04.2022 à 12h52
  • Sylvain // 01.04.2022 à 14h12

    Ce qui est amusant c’est que celle qui est allée défendre ça devant la presse est la Ministre de la Transformation et de la Fonction publiques.
    Elle est mariée à Guillaume de Montchalin qui a travaillé au Boston Consulting Group.
    Sinon pour apprendre en s’amusant, on a le journal de BLAST :
    https://www.youtube.com/watch?v=fYSo78WWQEs

      +9

    Alerter
  • Spartacus // 01.04.2022 à 14h48

    « Tentaculaire » … Il y a effectivement de la « pieuvre » dans le Delaware, chez l’Oncle Jo « Robinette », le petit père des gentils.
    Le petit voyage à New-York en 2017 prend tout son sens.

      +5

    Alerter
  • Myrkur34 // 02.04.2022 à 07h24

    En adéquation avec ce scandale manifeste, le fameux rapport de l’IGAS sur le scandale des EHPAD privés Orpéa et consorts, n’a pas été rendu public à cause…….du droit des affaires…..dixit le gouvernement.
    Ce fameux droit des affaires qui a été l’une des premières réformes de Macron en 2017. Résultat aujourd’hui, opacité totale sur les rapports administratifs de l’Etat et des administrations publiques malgré les tombereaux d’argent public déversé sur ce secteur. Responsabilité de la Ministre Bourguignon, zéro, Georgina Dufoix, avec son fameux responsable mais pas coupable, enfoncée allégrement. Maintenant on a juste droit à « On va faire des contrôles » :o)
    Couplé au conseil de défense, pour éviter tout recours sur la politique décidée grâce au secret défense associé, nous voici revenus sous Louis Philippe ou Napoléon III pour le coté démocratique de la chose politique. Donc votez pour qui vous voulez au 1er tour et contre au deuxième. Les délinquants légaux en cols blancs des deux sexes, dehors, qu’ils retournent dans le privé puisque ils sont si intelligents quand on les entend pérorer.

      +4

    Alerter
  • pépone // 08.04.2022 à 18h34

    j’aimerais signaler que cette sénatrice est membre du groupe communiste et républicain , et que c’est grâce à elle , que ce scandale a été dévoilé. Mais ce n’est pas trop ébruité pour ne pas gêner Macron éclaboussé avec ce cabinet conseil qui ne payait pas d’impôts en FRANCE et profitais des subsides du gouvernement.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications