Les Crises Les Crises
29.mars.202229.3.2022 // Les Crises

Les liens troubles entre Macron et McKinsey

Merci 421
J'envoie

Source : Le Fil d’Actu – 01-03-2022

Commentaire recommandé

Anicroche // 29.03.2022 à 10h29

Par rapport à Fillon 2017 (gagne petit rétrospectivement!) on est passé à une tout autre dimension: la corruption est devenue industrielle.

L’investissement de McKinsey dans le candidat Macron a été super-rentable.

On remet ça pour 5 ans?

16 réactions et commentaires

  • Araok // 29.03.2022 à 09h09

    Intéressant et atterrant.
    Est-ce par prudence, mais le reportage n’aborde pas le financement des politiques par le biais de fausses factures ou de rétro commissions? Car, je l’ai vu d’assez près, il est facile de surfacturer l’État ou une collectivité pour une prestation intellectuelle puis de reverser une partie de la surfacturation au mouvement du donneur d’ordre. Passez muscade.

      +13

    Alerter
    • Audax // 29.03.2022 à 10h27

      Sidération, colère, indignation et j’en passe. Voilà ce que cela me fait !
      Ce qui est dingue, c’est que ces gens qui nous gouvernent, au-delà d’un problème de compétences très bien souligné, semblent trouver normal ce que cette jeune journaliste ne cesse de mettre en évidence dans ce reportage, à savoir les conflits d’intérêts entre sphère publique et sphère privée. Et cela à bien des niveaux différents.

        +9

      Alerter
      • Audax // 29.03.2022 à 15h55

        Et dire que dans ma société, on nous oblige à déclarer les chocolats (tout cadeau en fait) que peuvent m’offrir les clients lors de la nouvelle année. Ce que je fais bien volontiers dans un souci de transparence 🙂

          +5

        Alerter
    • Fabrice // 29.03.2022 à 11h35

      Ce média n’a pas les moyens de se payer un procès en avançant des accusations sans preuve en béton et risquer de payer des milliers d’euros qui le coulerait, elle est à un étape où ce média doit prouver sa rigueur pas d’être accusé de diffuser des allégations (même si c’est vrai sans prouver ses dires).

        +2

      Alerter
  • Anicroche // 29.03.2022 à 10h23

    Il y avait la privation des entreprises publiques, maintenant on est passé à la privatisation de l’État lui-même.

    Et les chaînes télé restent muettes sur ce scandale qui devrait coûter sa place à Macron.

      +16

    Alerter
    • Anicroche // 29.03.2022 à 10h29

      Par rapport à Fillon 2017 (gagne petit rétrospectivement!) on est passé à une tout autre dimension: la corruption est devenue industrielle.

      L’investissement de McKinsey dans le candidat Macron a été super-rentable.

      On remet ça pour 5 ans?

        +28

      Alerter
    • Recits d’Yves // 30.03.2022 à 20h41

      Je l’ai vu de très près :
      Le transfert de la masse salariale des fonctionnaires vers la facturation des prestations d’entreprises externes.
      Conséquence:
      La dette augmente pour payer ces factures et la connaissance métier disparait.
      Action mise en oeuvre:
      Supprimer encore des postes de fonctionnaires pour transférer davantage vers la facturation de prestations d’entreprises externes
      Conséquence:
      la dette augmente..
      Action mise en oeuvre:
      Supprimer..
      ../..
      A la fin: nationaliser pour socialiser les pertes puis..

        +4

      Alerter
  • Myrkur34 // 29.03.2022 à 20h20

    Il n’y a pas d’argent magique, sauf pour McKinsey et consorts..

      +5

    Alerter
  • BA // 29.03.2022 à 20h20
  • Vercoquin // 30.03.2022 à 02h23

    Au-delà des conflits d’intérêt, il faudrait que les citoyens français soient conscients que le passage d’un secteur d’activité du public au privé a un coût, et ce coût, c’est lui qui le paie.
    Nous vivons au-dessus de nos moyens, l’état est trop endetté, il y a trop de fonctionnaires, etc …
    Le dogme ultra-libéral imposé aux états de l’UE est suivi au pied de la lettre par nos présidents successifs. Il constitue une ESCROQUERIE à grande échelle, car il permet à des personnes privées de s’enrichir aux dépens des citoyens.
    Le top du top, c’est de livrer les secteurs privatisés aux amis du président.
    Effectivement, si on supprime des fonctionnaires, cela coute moins cher à l’état, j’entends : l’administration. Et cela permet de financer les promesses nouvelles et couteuses qui ne manquent pas d’apparaître à chaque élection.
    Il faut bien qu’un secteur d’activité plus ou moins régalien ou captif soit financé. Donc s’il est privatisé, ça fait une ligne de moins au budget de l’état.
    Transport ferroviaire, santé, énergie … privatisés, seront payés par le citoyen.
    Et l’état sera toujours en déficit car il faudra toujours financer les promesses des politiciens, toujours plus coûteuses.

    Exemple :
    En moyenne, en France, la santé coûte 5000 € par citoyen.
    Dans un pays « ami », elle coûte 10 000 € soit deux fois plus cher.
    La différence va dans les poches de profiteurs au lieu d’aller dans les caisses de l’état.

      +3

    Alerter
    • Vercoquin // 30.03.2022 à 02h34

      Suite.
      Si Monsieur Lambda, salarié français gagnant 3 000 € net par mois décide d’aller travailler dans un pays sans cotisations sociales obligatoires, il faut qu’il souscrive à des assurances privées.
      Sachant que les assurances privées sont deux fois plus chères, il devra donc demander un salaire de :
      Net 3000 € + assurances (3000 € x 2) = 9000 € pour pouvoir bénéficier des mêmes prestations qu’en France.
      (Je considère que le salaire total, super-brut, est égal à deux fois le salaire net, en gros).
      En aparté, c’est ainsi que de nombreux « autoentrepreneurs » se sont fait avoir en ne négociant pas le tarif de leurs prestations sur la base du super-brut.
      Super-brut = net + cotisations salariales + cotisations patronales.

        +4

      Alerter
  • joel // 30.03.2022 à 12h45

    Merci au groupe communiste (Eliane Assassi) au sénat d’avoir sortie l’affaire McKinsey.
    Ainsi il supprime de fonctionnaire pour sous traiter au privé……
    https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/il-y-a-une-derive-declare-eliane-assassi-sur-le-recours-aux-cabinets-de

      +6

    Alerter
  • tchoo // 31.03.2022 à 19h40

    Ils ne sont pas corrompus, ils sont la corruption (JB je crois!)

      +2

    Alerter
  • calahan // 31.03.2022 à 21h40

    Et l’acte 2 ne va pas tarder à commencer….

    pauvre France.

      +0

    Alerter
  • Denis Monod-Broca // 01.04.2022 à 09h51

    Le rôle de ces sociétés de conseil, dans leurs missions auprès de leurs clients privés ou publics, est bien souvent de permettre aux dirigeants de se retrancher derrière la compétence objective, ou compétence objective supposée, de ces sociétés extérieures pour faire passer des décisions difficiles en interne. C’est une sorte d’institutionnalisation du manque d’autorité, de la lâcheté parfois, des dirigeants en titre.

      +3

    Alerter
  • hyppocondriac29 // 02.04.2022 à 20h32

    Pourquoi croyez-vous que le politique a flingué les services techniques de l’Etat et notamment les contrôles sur le terrain ?
    Les entreprises ont deux niveaux de contrôles : les contrôles internes à la chaîne de production et les contrôles externes. Très suffisant à ce qu’il est affirmé par les têtes pensantes. Alors pourquoi s’embarrasser de fonctionnaires. La collectivité ou l’Etat n’avaient plus que le contrôle extérieur et encore il fallait presque demander à l’entreprise l’autorisation d’effectuer ce contrôle. S’ajoute à cela tous les BE privés, labo privés, qui si on gratte bien, appartiennent à la même entité que l’entreprise d’exécution. Les fonctionnaires sont tout juste bon à signer le constat d’achèvement des travaux et certifier la facture. Ajouter à cela un déficit de formation des contrôleurs.
    Vous comprenez rapidement à quel système opaque on aboutit et tout ça avec la complicité de la haute fonction publique.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications