J’adore la notion de “informations sensationnelles et souvent fausses.” – ça concerne plus de monde qu’ils ne le pensent à mon avis, et ça va être dur pour les finances du Monde et de Libé… 🙂

Source : France TV, AFP, 16/11/2016

Ils sont épinglés pour leur rôle supposé dans l’élection de Donald Trump et leur influence générale sur l’opinion publique lors de la présidentielle américaine. Les géants internet américains Google et Facebook ont pris des mesures, mardi 15 novembre, pour couper les revenus publicitaires des faux sites d’informations en ligne. Franceinfo vous en dit plus.

Que comptent faire les deux géants ?

L’initiative des deux groupes, qui s’adjugent le plus gros du marché mondial de la publicité en ligne grâce à leurs régies publicitaires, vise à priver de financements une industrie alimentée par des informations sensationnelles et souvent fausses.

Chez Google. “Nous allons commencer à interdire les publicités de Google sur les contenus trompeurs, de la même manière que nous interdisons les publicités mensongères”, a indiqué Google dans un communiqué. “A l’avenir nous allons restreindre les publicités sur les pages qui dénaturent ou masquent les informations sur l’éditeur, ses contenus ou le but premier du propriétaire du site”, ajoute le groupe.

Chez Facebook. Le réseau social créé par Mark Zuckerberg va mettre en place une politique identique. “Nous n’intégrons pas ou ne montrons pas de publicités dans des applications ou des sites dont le contenu est illégal, trompeur ou mensonger, ce qui inclut les fausses informations”, a souligné Facebook dans un communiqué. “C’était jusqu’à présent sous-entendu, mais nous avons mis à jour notre politique pour clairement exprimer que cela concerne les fausses nouvelles.”

Que reproche-t-on à Google et Facebook ?

La victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine, le 8 novembre, a déclenché un débat sur la quantité et l’influence des informations fantaisistes circulant en ligne. Certaines affirmaient par exemple qu’Hillary Clinton appelait “à la guerre civile si Trump était élu” ou que le pape François “soutenait Donald Trump”.

Lundi encore, les internautes cherchant les résultats du scrutin sur Google tombaient sur une fausse information d’un blog baptisé 70News selon laquelle Donald Trump avait remporté le vote populaire en plus de sa victoire chez les grands électeurs. Or, il a effectivement gagné chez ces derniers, mais Hillary Clinton a recueilli davantage de suffrages populaires.

Comment les deux géants réagissent-ils ?

Chez Google. Dans une interview à la BBC (en anglais), le patron de Google, Sundar Pichai, a reconnu qu’il y avait “eu plusieurs incidents” dans lesquels de fausses informations avaient été signalées “et nous n’avons pas pris les bonnes décisions”. “C’est donc un moment d’apprentissage pour nous et nous allons vraiment travailler pour régler ça”, a-t-il ajouté.

Interrogé sur la possibilité que les faux sites d’informations aient pu influencer le vote de certains électeurs à la présidentielle américaine, il a répondu “bien sûr”. “De notre point de vue, les fausses informations ne devraient pas être distribuées, donc nous sommes tous d’accord qu’il faut que les choses s’améliorent”, a-t-il reconnu.

Chez Facebook. Du côté du réseau social, le mea culpa s’avère plus compliqué. Son PDG-fondateur, Mark Zuckerberg, a réfuté l’idée “assez dingue” selon laquelle le réseau social aurait laissé circuler de fausses informations. Il a toutefois promis de faire des efforts pour filtrer davantage les contenus bidons ou désinformant.

Le groupe a également démenti les informations du site Gizmodo (en anglais) qui a affirmé, lundi, que Facebook disposait d’un outil pour faire la chasse aux fausses informations, mais avait renoncé à s’en servir avant l’élection par crainte de s’attirer les foudres des conservateurs. “Identifier la vérité est compliqué, a encore prévenu Mark Zuckerberg. Si certains canulars peuvent être totalement démontés, un grand nombre de contenus, y compris provenant de sources grand public, ont souvent la bonne idée de base mais avec des détails faux ou omis.”

Certains appellent aujourd’hui à considérer Facebook comme une entreprise de médias, et pas comme une plateforme neutre, afin que le réseau social prenne des décisions éditoriales sur les articles qu’il diffuse.

Source : France TV, AFP, 16/11/2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

65 réponses à Critiqués après l’élection américaine, Google et Facebook s’attaquent aux faux sites d’informations, par AFP

Commentaires recommandés

Fritz Le 19 novembre 2016 à 05h18

“S’attaquer aux faux sites d’information” : les sites des médias qui ont relayé “le génocide au Kosovo” (1999), “la menace des armes de destruction massive de Saddam Hussein” (2002-2003), “les bombardements de Kadhafi sur Benghazi” (2011), “le massacre de Houla commis par le régime de Bachar al-Assad” (2012), “le régime de Bachar al-Assad a gazé son peuple” (2013), “les colonnes de blindés russes en Ukraine” (2014), etc.

Chiche !

  1. Xavier Le 19 novembre 2016 à 03h33
    Afficher/Masquer

    Google et Facebook comme juges de ce qui est vrai ou mensonger… Ça promet !

    On avait une version passive de l’écriture de l’histoire (le flux orienté pouvait rendre certaines informations inaudibles), là on est dans un cran de plus : ne pas référencer, autant dire éliminer ce qui leur paraît gênant..,


    • stef1304 Le 20 novembre 2016 à 01h24
      Afficher/Masquer

      Ils le font déjà… ce sera plus de censure, voilà tout (en plus de vendre nos données et de nous fliquer par la même occasion, au prétexte du gratuit ), la pression va juste monter d’un cran. D’ailleurs, Olivier Berruyer avait une remarque très judicieuse à ce propos dans son dernier interview, ou il signalait que la politique conduite par ces groupes pouvait aussi à terme contribuer à décrédibiliser, sinon détruire, leurs avantages concurrentiels.

      Bref, autant dire que je suis content de ne plus utiliser mon compte Facebook depuis quelques années et d’utiliser des moteurs de recherche alternatifs à Google… depuis un an. Vivement que les européens, comme les russes et les chinois, reviennent sur l’aspirateur à données. Peut être même que les américains se décideront un jour à briser en unités plus petites ces monstrueux super groupes qui attaquent directement leur propre “rêve” de liberté. On peut rêver, non ?

      Ps – petit film d’Oliver Stone à propos de Snowden pour ceux qui seraient encore ignorants sur les inquiétudes légitimes sur le sujet.
      [modéré]


  2. pol Le 19 novembre 2016 à 03h38
    Afficher/Masquer

    Alors, si les mots ont un sens, il va falloir fermer tous les médias manipulateurs qui ont donné Hillary gagnante…
    De plus le délai de 24H revendiqué pour l’analyse sémantique et contextuel laissera largement le temps aux infos d’être lues et partagées. Enfin, surfer sur des pages privées de pub me convient tout à fait.

    POL


  3. Jusdorange Le 19 novembre 2016 à 04h23
    Afficher/Masquer

    1) Inutile…

    L’un des intérêts des réseaux sociaux est la promesse (plus ou moins remplie) d’une absence de filtre quant au contenu diffusé. A force de multiplier les efforts pour lever la neutralité de ces réseaux, sous prétexte de lutter contre les fausses infos, l’incitation à la haine, les trolls, le harcèlement etc…, ils en perdront aussi leur intérêt tant et si bien que la concurrence viendra peu à peu grignoter la situation de quasi-monopole des géants actuels d’internet. Ces efforts sont vains sur le moyen et long terme.

    2) … et contre-productif.

    Les bons résultats des sites infos sur Internet viennent de la méfiance du public vis-à-vis des médias (la réciproque est moins vraie, pas fausse, juste moins vraie). Une part significative de ce public a l’impression qu’on lui cache quelque chose, et que ces cachotteries sont politiquement motivées. Lancer une lutte contre les “fausses infos” va alimenter cette méfiance et provoquer l’effet même que l’on voulait éviter.


  4. Laurent K Le 19 novembre 2016 à 04h48
    Afficher/Masquer

    Une preuve de plus qu’il faut des contre-pouvoirs partout pour éviter les abus. Pas seulement dans le monde politique mais également dans le monde de l’entreprise et d’Internet.

    Pour Google, il y a https://duckduckgo.com pour le moteur de recherche. Quelqu’un connait-il une alternative à Facebook ?


    • ynes Le 19 novembre 2016 à 09h07
      Afficher/Masquer

      Framasoft, je crois… Je n’ai pas bcp testé


    • Lysbeth Levy Le 19 novembre 2016 à 09h37
      Afficher/Masquer

      Dans nos médias dominants, les “chiens de garde” habituels ne cessent de dénoncer Rutube ou russia-today comme média d’un pays “anti-démocratique” voir “conspirationniste” les Usa sont les premiers a lancer la chasse aux “méchants médias” russes, iraniens, chinois : https://francais.rt.com/international/29060-departement-etat-rejette-question-rt et encore : https://francais.rt.com/opinions/29196-parlementaire-britannique-john-kirby-rt-effrayant Il faut cesser de céder à ce terrorisme intellectuel qui décide qui est “bon” ou “mauvais” c’est un chantage permanent émanent des censeurs pro-hollandistes ou “proche du pouvoir en place : http://cache.media.education.gouv.fr/file/02_-_fevrier/58/0/DP_theories_complot_web_535580.pdf


      • lvzor Le 19 novembre 2016 à 12h32
        Afficher/Masquer

        Grande continuité et persévérance jamais démentie de l'”establishment” politico-merdiatique :
        il me semble me souvenir qu’il y a quelques années un bon nombre de nos super-démocrates socialistes aussi bien qu’UMP et autres voulaient rendre la carte de presse obligatoire pour tenir un blog…
        Et évidemment ça me rappelle une ministre de l’intérieur très fan de Ben Ali qui a fait supprimer les spots WiFi publics parce qu’on ne pouvait pas filtrer les sites accessibles.

        Je crois qu’ils mettront le temps, mais ne lâcheront jamais l’affaire. Ce sera la “défense de la liberté d’expression”, tout comme comme l’état d’urgence est la “défense de la démocratie”. Ces gens ne connaissent le sens du mot défense que dans des expressions comme “défense de fumer”…


      • stef1304 Le 20 novembre 2016 à 01h36
        Afficher/Masquer

        Cela s’appelle la censure et la “demonisation”. Et c’est un ressort et une recette politique vieux comme le monde: on stigmatise pour arriver à ses fins.
        René Girard, parmi d’autres, à écrit quelques bonnes pages sur le sujet. Les réseaux sociaux ne font qu’amplifier ce phénomène. C’est une sorte de caisse de résonance… Et bien entendu, les propriétaires de ces outils sont les premiers à agir dans ce sens. En ce sens, ils n’agissent pas différemment des grands magnats, patrons de presse. Par exemple: facebook vise à empêcher le partage d’une vidéo par exemple hors facebook (il devrait être poursuivi pour cela). Par exemple: google manipule les résultats de recherche (idem). Etc


    • John V. Doe Le 19 novembre 2016 à 10h29
      Afficher/Masquer

      https://diaspora-fr.org/ est une alternative assez mature mais n’a jamais décollé.

      C’est un “enfant” de Framasoft


    • Luc Le 19 novembre 2016 à 10h31
      Afficher/Masquer

      @ Laurent K,

      Une alternative à Facebook ?
      Oui, ne pas avoir de compte et discuter plus avec les gens dans la vraie vie.


      • lvzor Le 19 novembre 2016 à 12h43
        Afficher/Masquer

        “ne pas avoir de compte et discuter plus avec les gens dans la vraie vie.”

        C’est bien sûr la solution, j’y adhère totalement….

        … En craignant le jour où, en application de la jurisprudence Charlie, je serai convoqué au commissariat et interrogé :
        “– Vous n’avez ni compte Facebook ni Google-plus? C’est suspect. Nous allons vous mettre en garde à vue et analyser vos disques durs pour verifier que vous ne vous connectez pas à des sites ‘d’informations sensationnelles souvent fausses’ non-subventionnés.”


      • Yanka Le 19 novembre 2016 à 18h31
        Afficher/Masquer

        Il est certain qu’en ne discutant qu’avec les gens de Landerneau, vous ne risquez pas d’apprendre ce qui se passe à Landivisiau. C’est justement ce que voudraient certaines de nos-z-élites éclairées : que vous ne vous mêliez que de vos choux.


      • stef1304 Le 20 novembre 2016 à 23h06
        Afficher/Masquer

        La réponse : 75% des français sont sur Facebook.


    • Louis JULIA Le 19 novembre 2016 à 11h16
      Afficher/Masquer

      Il existe VK.com qui est russe mais utilisable dans de multiples langues. Moins facile d’accès que FB, mais plus sûr car soumis à un contrôle d’identité strict: quand vous voulez vous connecter, le site vous envoie un sms sur votre mobile et fournit un code aléatoire à 6 chiffres. Vous l’envoyez et vous êtes connecté.


    • RGT Le 19 novembre 2016 à 15h27
      Afficher/Masquer

      Alternative à Fesse-Bouc ?

      VKontakte peut-être, mais vous risquez d’être assimilé à un barbouze à la solde de Poutine.

      Personnellement, je fuis les réseaux sociaux comme la peste et depuis le début.

      Surtout Facebook qui est infesté par des logiciels de simulation de profils servant à orienter l’opinion de la meute de moutons bêlants décérébrés.

      En 2011, l’armée testait

      http://www.numerama.com/magazine/18319-l-armee-americaine-veut-manipuler-les-reseaux-sociaux-avec-de-faux-profils.html

      En 2014, c’était au point

      https://www.theguardian.com/world/2014/jul/08/darpa-social-networks-research-twitter-influence-studies

      http://www.infowars.com/dozens-more-military-programs-to-control-social-media-revealed/

      Et si l’armée utilise ces logiciels, ne vous en faites pas, les gouvernements, les partis politiques, les transnationales et tous les autres aussi.

      Bientôt il y aura sans doute plus de comptes-robots que de comptes réellement humains sur les réseaux sociaux.


    • Vasco Le 19 novembre 2016 à 16h57
      Afficher/Masquer

      Diaspora*

      En effet Framasoft soutien les projets basés sur des logiciels libres.

      Les nouvelles technologies décentralisée (comme les réseaux peer to peer ou la blockchain) d’une façon générale sont plutôt favorables à la circulation de l’information.


    • Francois Scheurer Le 20 novembre 2016 à 11h40
      Afficher/Masquer

      Duckduckgo est une surcouche au moteur google. Ce n est aucunement une alternative. Ca elimine simplement le tracking, cad le profiling que fait google de nos identites.

      Des moteurs alternatifs?
      Je n en connait pas bcp.. yahoo et bing c est la meme mafia.
      Qwant peut etre? Autres suggestions ?

      La censure de Google facebook et tweeter va peut etre en theorie donner un avantage aux concurrents.

      Mais probleme les concurrents n existent plus vraiment. Et comment concurrencer des infrastructures de centaines de mia de dollars et leurs fermes de serveurs titanesques?
      Comment se passer des robots et algos google et de leur pertinence?
      J ai quasi jamais utilisé FB ou tweeter mais allez essayer de convaincre vos contacts de passer a disons telegram…
      Bref leur monopole est difficilement detronable.
      Il y a une grande inertie a vaincre et il faudra bcp de temps et d énergie.. (Analogie du paquebot )

      Apres pas besoin de jeter le bebe avec l eau du bain.
      Je peux imaginer un moteur de recherche alternatif spécialisé pour les news .
      Et continuer d utiliser google pour le reste.


  5. Fritz Le 19 novembre 2016 à 05h18
    Afficher/Masquer

    “S’attaquer aux faux sites d’information” : les sites des médias qui ont relayé “le génocide au Kosovo” (1999), “la menace des armes de destruction massive de Saddam Hussein” (2002-2003), “les bombardements de Kadhafi sur Benghazi” (2011), “le massacre de Houla commis par le régime de Bachar al-Assad” (2012), “le régime de Bachar al-Assad a gazé son peuple” (2013), “les colonnes de blindés russes en Ukraine” (2014), etc.

    Chiche !


    • Dids Le 19 novembre 2016 à 10h06
      Afficher/Masquer

      Adieu CNN, NYT, WP, Fox, BFM, LCI, BBC, Al Jazeera, et bientôt Adieu AP, Reuters, … Fini les dossiers de presse anglo-saxons mal traduits et nous contant des exploits inventés sur la promenade des Anglais. Ha-ha ! Bientôt un délit de penser.


    • Distrim Le 19 novembre 2016 à 13h24
      Afficher/Masquer

      Il s’agit d’appliquer, là comme ailleurs, la règle non écrite du “double standard”.
      Une règle pour l’officiel qui est hors juridiction et une autre pour l’officieux, impitoyable !
      Exactement ce que dénonce en matière de justice David Koubby…
      https://www.youtube.com/watch?v=-odoA0BauaE

      Cependant, l’abus de position dominante, les excès mus par le sentiment d’impunité semblent avoir fragilisé le mastodonte. Comme l’explique Olivier, la mauvaise gestion d’une situation de monopole finit par se retourner contre son créateur…
      https://www.youtube.com/watch?v=yvY0NozR57s

      Il est donc permis d’espérer :
      “Il n’est rien au monde d’aussi puissant qu’une idée dont l’heure est venue” V. Hugo


    • antoine Le 19 novembre 2016 à 14h09
      Afficher/Masquer

      Et n’oublions pas le fameux massacre de Timisoara !
      TF1 : « Ceaucescu, atteint de leucémie, aurait eu besoin de changer son sang tous les mois. Des jeunes gens vidés de leur sang auraient été découverts dans la forêt des Carpates. Ceaucescu vampire ? Comment y croire ? La rumeur avait annoncé des charniers. On les a trouvés à Timisoara. Et ce ne sont pas les derniers »


    • dominique Le 19 novembre 2016 à 17h16
      Afficher/Masquer

      Dans les « etc », on peut inclure l’AFP lorsqu’elle sous-titre une vidéo en faisant croire que Chavez et Amanidejab veulent envoyer des missiles sur les USA, alors que Chavez est justement en train de dénoncer les médias occidentaux, capables de raconter ce type d’absurdité.


    • Didier Le 20 novembre 2016 à 01h53
      Afficher/Masquer

      … sans oublier “les charniers de Timisoara”, cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_charniers_de_Timisoara


  6. DamFr Le 19 novembre 2016 à 09h13
    Afficher/Masquer

    Ca arrange tlm ça.
    Dire que c est la faute des fausses informations sur FB et Google c est très pratique pour éviter de voir les vraies raisons justifiées qui ont poussé les gens à voter Trump.
    En plus quand on fait cette analyse on idolâtre les médias traditionnels qui seraient eux toujours porteurs de la vérité…Mais bon c est dur pour eux de voir qu ils ne contrôlent plus tous les canaux d information qui leur permettaient de favoriser l élection de certaines personnes.


  7. isidor ducasse Le 19 novembre 2016 à 09h21
    Afficher/Masquer

    Avant la chute de l’Union Soviétique ( US) les gens ne croyaient plus aux médias et aux communisme, un systéme tenu par des familles et leur sbire les aparatchiks. Ils cherchaient l’information en lisant des Samizdats: des billets d’informations clandestins.
    Avant la Révolution Française les français s’informaient en lisant des libelles.
    Est-ce le début de la fin de l’emprise d’une Oligarchie Euro-atlantiste sur les nations, et de leur systéme Ultra-libérale mondialiser qui leurs permettent de tout acheter au dértriment des autochtones.


  8. nico Le 19 novembre 2016 à 09h26
    Afficher/Masquer

    En effet il va y avoir du boulot !

    Il va falloir fermer les comptes Facebook et Google de BFMTV , Itélé , France 2 , le Monde , CNN , NBC , le New York Times , France Inter , France Info , Newsweek, Reuters , Gallup , Los Angeles Times etc etc …


  9. Eric83 Le 19 novembre 2016 à 09h57
    Afficher/Masquer

    Un nouveau de la dictature rampante de la pensée vient d’être franchi et le pouvoir incommensurable détenu par Google et Facebook est de plus en plus inquiétant.

    Dans ce contexte qui ne prête pas à l’optimisme, peut-être que la nomination de Bannon auprès de Trump – dont le site “anti-système” Breitbart a nettement promu la campagne de Trump – contrera les velléités de Google et de Facebook de censurer les sites “anti-système” et les informations qui en sont issues.

    D’autre part, il ne me semble pas que Google et Facebook aient tenté quoique ce soit pour empêcher voire éradiquer les communications et les sites djihadistes de la toile. Au nom de quoi, de la “liberté d’expression” ?


  10. John B Le 19 novembre 2016 à 10h00
    Afficher/Masquer

    Y nous prennent vraiment pour des cons…

    Bien entendu, si Hillary était passé, la quantité de désinformation aurait été exactement la même, mais ca ne les aurait pas dérangé le moins du monde et ils auraient continué sans problème. Mais la le candidat qu’ils voulaient n’est pas passé, alors il faut changer la manière dont les gens s’informent.

    C’est un très bel aveux de malhonnêteté. C’est tellement flagrant que j’arrive pas à comprendre comment des gens peuvent encore tomber dans le panneau …

    “Google est ton ami”, voilà une réplique à bannir de notre répertoire.


    • V_Parlier Le 19 novembre 2016 à 15h59
      Afficher/Masquer

      Je crois sincèrement que Google est complètement indifférent à tout ça, tant que son business n’est pas menacé. C’est parce-qu’il s’est vu attaqué par le politiquement correct dans tout le “monde libre” qu’il a du pondre une déclaration lui évitant des pertes de chiffre d’affaires. Pour Zuckerberg, c’est autre chose: Il était vraiment, comme tout le gratin du show-bizz, supporter de Clinton.


  11. BOURDEAUX Le 19 novembre 2016 à 10h04
    Afficher/Masquer

    “Certains appellent aujourd’hui à considérer Facebook comme une entreprise de médias, et pas comme une plateforme neutre” : c’est à mon avis ici du bon sens, car en effet ces plateformes ne DOIVENT PAS se réfugier derrière une prétendue neutralité. On a jamais vu un communiste coller des affiches pour Sarkozy…


    • Olympi Le 19 novembre 2016 à 10h41
      Afficher/Masquer

      NON, pas du tout, Facebook est une plateforme d’hébergement, ils n’ont pas leurs mots à dire sur ce que je décide de publier !


      • nico Le 19 novembre 2016 à 10h48
        Afficher/Masquer

        NON FAUX Olympi

        Ils ont non seulement leur mot à dire car ils sont éditeurs donc responsables des contenus qu’ils publient , mais en plus ce sont des entreprises média donc ils vivent de la pub …

        Donc 1- ils ont leur mot à dire évidemment et croire le contraire et un peu niais.

        Et 2- ils hiérarchisent les contenus suivant qui paiera le plus donc croire que que ces entreprises ont pour mission d’être neutre est encore plus NIAIS !

        Voila voila …


        • V_Parlier Le 19 novembre 2016 à 16h02
          Afficher/Masquer

          “ils hiérarchisent les contenus suivant qui paiera le plus”
          Ca c’est logique. Mais le blocage de contenus pour non-alignement politique n’est pas sensé être leur travail. Qu’ils cherchent à s’excuser de ne l’avoir pas fait est pour moi le plus problématique.


          • RTFM Le 20 novembre 2016 à 02h20
            Afficher/Masquer

            Si vous aviez lu les conditions d’utilisation, vous sauriez (page 12 en anglais, lors de ma première lecture qui s’est d’ailleurs arrétée là) que TOUT ce qui est télévérsé sur FB, devient la proprièté de FB, et, que de ce fait: ils en font ce qu’ils veulent.


            • nico Le 20 novembre 2016 à 14h25
              Afficher/Masquer

              Exactement écrit en arial 2 sur 36 pages ou il faut un téléscope pour lire tellement c’est écrit petit …


            • lvzor Le 21 novembre 2016 à 09h03
              Afficher/Masquer

              …même si ça n’était pas écrit…
              Toutes les données de tous les sites qui peuvent en collecter sont négociables.
              Et ce n’est pas une garantie lorsqu’ils disent le contraire : tous les commerces prétendent avoir des pratiques honnêtes et en général s’en contrefichent dans la pratique. Pourquoi les marchands de données sur internet (c’est le vrai job de ce qu’on appelle “réseaux sociaux”) seraient-ils différents? Fb ne fait qu’avouer…


  12. nico Le 19 novembre 2016 à 10h11
    Afficher/Masquer

    Tiens je voudrais rajouter un truc surtout après le commentaire très pertinent de BOURDEAUX.

    J’avais lu un article il y a quelques temps dont je vais mettre le lien à la fin.

    Figurez vous que près de 40% des internautes français ne savent pas que les résultats des recherches dans Google sont sponsorisés !!

    Ils ne savent pas , ils ne se posent même pas la question , de savoir si les résultats d’une recherche sur ce moteur de recherche sont hiérarchisés suivant des critères d’argent …

    On a donc ici le rêve devenu réalité de tout marketeux qui se respecte : ne plus distinguer l’information , la vraie , de la pub qui est par essence de la fausse information donc du marketing quoi en mot poli …

    Peut être allez vous croire que c’est hors sujet … Mais pas tant que ça en fait …

    http://www.frenchweb.fr/en-france-36-des-adeptes-de-google-ne-font-pas-la-distinction-entre-les-resultats-naturels-et-sponsorises/121070


    • Didier Le 20 novembre 2016 à 01h55
      Afficher/Masquer

      Tout comme les gens qui se fient aux comparateurs de prix, en oubliant que les marques… paient pour y figurer…


  13. Balthazar Le 19 novembre 2016 à 10h19
    Afficher/Masquer

    Vous voyez, chers amis de Diacrisis, vous ne pouvez plus excuser les soit disants journalistes.
    En effet, au lieu de chercher à comprendre pourquoi les gens ne lisent plus leur journal (racheté par un milliardaire) ou ne regardent plus les “informations télévisées” (là aussi alimentées par l’AFP organe d’état- c’est flagrant lorsque je vois soit disant diverses équipes de journalistes faire les mêmes reportages tous les jours dans le même ordre), ils accusent Internet de propager des complots et d’abrutir les électeurs.
    J’ai bien peur que si leur police du net n’arrive pas à empêcher leur vérité de gagner les élections , bientôt la démocratie, cela ne sera plus ” un citoyen vote pour celui que le système propose” mais ” un collège de gens bien éduqués choisit pour notre bien à tous”.


  14. Raoul Le 19 novembre 2016 à 10h21
    Afficher/Masquer

    Il ne faut pas être naïf. Il ne s’agit en aucun cas de s’en prendre aux propagateurs de fausses nouvelles. Ça, c’est le prétexte. La réalité, c’est qu’après avoir mis la main sur les médias traditionnels, l’oligarchie a trouvé sur son chemin Internet. Le contre-pouvoir, au début faible, est devenu de plus en plus fort au fur et à mesure que la production des sites s’améliorait et qu’à l’inverse les médias aux ordres étaient de moins en moins crédibles.

    Des contre-mesures sont en cours de mise en place. Outre donc l’action de Google et Facebook qui, n’en doutons pas, touchera d’abord les sites d’information alternative, l’Union européenne est en train de mettre en place le blocage de l’accès aux sites « de propagande ». Nul doute que Russia Today sera parmi les premiers sites touchés, mais cela ne s’arrêtera certainement pas là.

    Je crains que la reprise en main d’internet n’ait commencé.


    • Fritz Le 19 novembre 2016 à 10h45
      Afficher/Masquer

      Il faudra en revenir aux bulletins ronéotypés, dans les caves…
      Sans se faire prendre par les patrouilles de ConspiracyWatch…
      Trêve de plaisanterie, le danger que vous évoquez, @Raoul, est gravissime.


  15. RonRon Le 19 novembre 2016 à 10h41
    Afficher/Masquer

    Roh quelle mauvaise foie, c’est facile de distinguer l’information vraie véritable de la méchante information néo-nazi :

    La bonne, c’est celle que le gouvernement et l’oligarchie médiatique mettent en avant.

    Vous pouvez même ignorer les infos de fond de journal ou les communiqués laconiques du gvt.

    Penser juste, c’est être persuadé de connaître la vérité sans avoir le moindre argument, ni connaître les opinions des opposants.

    Penser juste, c’est être sûr que Trump est raciste, sexiste, homophobe, xénophobe sans jamais avoir entendu le moindre discours de celui-ci.


  16. Olympi Le 19 novembre 2016 à 10h51
    Afficher/Masquer

    D’un point de vue économique une information intéressante coute cher : cout d’extraction et de traitement de l’information (voyage, recherche, éducation) et ce cout ne peut être généralement supporté par de la simple publicité. J’ai pour principe de considérer que généralement plus un site à de pub plus ses informations ont peu de valeur.

    Par exemple: un livre exposant la thèse d’un scientifique c’est 30€, Wikipedia c’est un don de 30€, Voici c’est 1,6€ (plus pub)

    Au final, je vous recommande Ghostery, un bloqueur de pub et de mouchard !
    Car un site qui vit par la vente de son audience, qui considère que son lectorat est un produit à vendre ne mérite pas de vivre.


  17. bluetonga Le 19 novembre 2016 à 12h35
    Afficher/Masquer

    Mince, on dirait bien que les médias n’avalent toujours pas la pilule amère du Donald à la maison blanche. Je me demande ce qui les tracasse le plus, d’avoir laissé s’échapper Trumpzilla dans le parc enchanté de la political correctness ou d’avoir perdu tout crédit auprès du public.

    Je pencherais plutôt pour la seconde option. Ils se cherchent un bouc émissaire : c’est la faute aux réseaux sociaux qui n’ont pas filtré le vrai du faux, et comme le citoyen de base est con, il s’est jeté sur le faux.

    Passons sur la mauvaise foi. Soit ils n’ont pas compris qu’on ne les croit plus, donc ils sont vraiment bêtes. Soit ils ont compris, mais ils font semblant de rien et recommencent quand même. Alors c’est très très puéril. En fait ils sont perdus, n’assument pas et pointent du doigt tous les autres coupables possibles.

    Dans la séquence de Kübler-Ross (pour ce qu’elle vaut), ils en sont encore à un stade précoce du deuil. Encore très très loin de l’acceptation et de l’adaptation.


  18. Eric83 Le 19 novembre 2016 à 12h46
    Afficher/Masquer

    Les Google et autre Facebook ont officiellement soutenu Clinton et malgré leur large soutien, cela n’a pas suffi. Ils décident donc d’aller encore plus loin dans la propagande.
    Ce ne sont pas les seuls puisque des mouvements de contestation et de déstabilisation depuis l’élection de Trump se sont organisés aux US.
    Nombre d’entre vous aviez sans doute reçu, avant les élections US, une pétition d’Avaaz invitant à promouvoir le vote Clinton et à dénigrer le vote Trump. Cela, c’était avant l’élection mais comme Trump a tout de même été élu, au grand dam du Système, celui-ci contre-attaque.

    Aussi, nombre d’entre vous ont peut-être trouvé dans leur messagerie hier le mail de propagande d’Amnesty International qui demande à adhérer à cette association au prétexte, pas du tout voilé, que Trump représente un danger pour le respect des droits humains.
    Pour AI, cette initiative ne s’imposait manifestement pas du temps du règne d’Obama tellement celui-ci a apporté de paix dans le monde et a fait preuve d’un immense respect des droits humains des citoyens de la planète.


    • Fritz Le 19 novembre 2016 à 13h08
      Afficher/Masquer

      “un immense respect des droits humains des citoyens de la planète”
      Les habitants des confins Afghanistan-Pakistan peuvent confirmer : grâce aux drones de Barack, ils ont pu s’éclater tous les jours.


      • Eric83 Le 19 novembre 2016 à 14h15
        Afficher/Masquer

        Précision : mes propos concernant Obama étaient totalement ironiques.


    • Eric83 Le 19 novembre 2016 à 14h23
      Afficher/Masquer

      Mail – un peu réduit pour tenir dans un seul commentaire – d’Amnesty International :

      Chère amie, cher ami, La semaine dernière, nous nous sommes réveillés dans un monde où le futur président élu des Etats-Unis, Donald Trump a tenu, pendant sa campagne des propos dérangeants et parfois même toxiques qui ne doivent pas devenir une politique gouvernementale. Cette arrivée au pouvoir nous laisse craindre des lendemains difficiles pour la situation des droits humains dans le monde.

      Ce n’est pas le moment de se résigner. C’est le moment de s’unir.

      Alors que nous sommes encore en train de prendre conscience de cette nouvelle réalité. Je vois dans les résultats de l’élection présidentielle américaine un appel urgent à la mobilisation là-bas et ici.

      Nous devons redoubler d’efforts, porter nos voix plus haut, mener des campagnes plus ambitieuses que jamais : travailler d’arrache-pied pour défendre, faire respecter et protéger nos droits. Les droits de tous. Les droits humains.

      Le sentiment de confusion doit laisser place à une détermination sans faille: le racisme, la xénophobie, l’homophobie, la misogynie et les autres formes d’oppression n’ont pas leur place dans notre monde.

      Nous allons être confrontés à d’immenses défis. Et ensemble nous obtiendrons des victoires.

      J’espère que vous nous rejoindrez.
      Camille Blanc Présidente d’Amnesty International France


  19. Yvan Le 19 novembre 2016 à 13h01
    Afficher/Masquer

    Fausse = ce qui ne correspond a vos propres intérêts…

    Il y a bien entendu du mauvais dans les deux camps, mais la on dirait un bataille contre le décrédibilisation de la contre information.

    J’ai l’impression que le monde médiatique actuel est entrain de sombrer dans une dictature ,si ce n’est pas déjà le cas…

    Comme dit charles gave, une démocratie c’est la liberté d information et sur une information objectiver,la vraisemblablement ce n’est plus le cas


  20. Fabrice Le 19 novembre 2016 à 13h34
    Afficher/Masquer

    Je trouve toujours étonnant jusqu’à quel point les “penseurs sains” peuvent s’abaisser pour museler la contradiction, mais quelque part en s’abaissant de plus en plus ils reçoivent en retour un rejet de plus en plus grand, car ils sont tellement mauvais que leur propos provoquent un rejet quasi-viscérale.

    Ils développent des propos délirants avec des arguments tellement navrant, en l’absence de contradiction, ils ne peuvent plus s’apercevoir des failles de leur raisonnement, pourtant flagrant même pour le citoyen moyen, pourtant gavé par les médias.


  21. Krystyna Hawrot Le 19 novembre 2016 à 13h54
    Afficher/Masquer

    C’est vrai que quand Daesh publie sur Facebook des vidéos de décapitations, ce n’est pas un “contenu trompeur”, donc il n’y a aucune raison que Zuckerberg les supprime! CQFD


  22. Alain Cavaillé Le 19 novembre 2016 à 21h26
    Afficher/Masquer

    Ce qui est incroyable, c’est que la plupart de ces informations “sous fausse bannière” émanaient des gouvernants américains eux-mêmes, et ce jusqu’à la présidence !


  23. bob Le 19 novembre 2016 à 21h38
    Afficher/Masquer

    En France, c’est simple… suffit de répertorier les sites d’information qui refusent farouchement de parler de l’UPR, au mépris de la loi (les Français devraient au moins être informé de son existence, quitte à le dénigrer ou le diffamer ; la charte de Munich, lol) .
    En gros, presque tous (et le presque, c’est ici 😉 ) rentrent dans cette définition …. bon, j’aurais aussi pu dire ceux qui promeuvent l’UE sans regard sur la réalité, qui ont annoncé des pluies de feu sur l’Angleterre, ou qui laissent dire ‘une autre europe’ sans soulever son impossibilité dans les textes…
    pour reprendre une accroche de ce blog : “Plus une société s’éloigne de la vérité, plus elle hait ceux qui la disent.” [George Orwell]


  24. emmanuel Le 19 novembre 2016 à 22h33
    Afficher/Masquer

    Laisser quasi librement des gens répandrent des âneries serait-il aussi un moyen d’attraper du temps de cerveau disponible (au sens le plus péjoratif) ? Facebook et Google ce n’est pas le service public : il y a des actionnaires et des dividendes à la clé. Quand on voit que Google via Youtube met en avant (sélectionne activement) des vidéos ultra crétines du genre ” les extraterrestres sont parmi nous “, il y a des questions à se poser sur les finalités des algorithmes…
    A quand un avertissement légal sous chaque message de réseaux a-sociaux (comme dirait Onfray) à la manière des paquets de cigarettes ? A quand des heures de cours hebdomadaires pour développer l’esprit critique au collège et au lycée ?


  25. Christophe Foulon Le 20 novembre 2016 à 01h12
    Afficher/Masquer

    Encore un délire des cerveaux malades :

    Les faits sont tétus (n’est ce pas M. Berruyer)

    Qui possède quoi :

    http://www.monde-diplomatique.fr/IMG/png/ppa-1-7.png

    Subventions :

    https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F22740

    Les réseaux sociaux, c’est le chien qui a la rage… faut bien l’abattre.


  26. bob Le 20 novembre 2016 à 01h14
    Afficher/Masquer

    La campagne anti “fake news” se prend un sérieux revers de bâton aux US où le mainstream est remis sa place par le Dr Ron Paul : http://www.ronpaullibertyreport.com/archives/revealed-the-real-fake-news-list


  27. kasper Le 20 novembre 2016 à 02h23
    Afficher/Masquer

    Evidement, au moment de tirer le bilan de la defaite, une conclusion du style “la defaite de Clinton est la faute a… Clinton”, ca ne pouvait pas passer. Programme impopulaire, candidate impopulaire, magouilles a tous les etages, oui, mais approuve par le “cercle de la Raison” donc forcement ca devait passer. Et si ca n’est pas passe, ca peut pas etre notre faute.

    Alors donc sur qui on va coller ca ? Twitter et Facebook, tiens, pourquoi se gener ?

    “Avec les rezosociaux qui analysent les preferences des utilisateurs, ceux ci n’ont plus acces qu’a des nouvelles qui flattent leur biais de confirmation”. Comme si les lecteurs du Monde, de Libe, du Figaro, ne choisissaient pas deja inconsciemment leur journal de facon a confirmer leurs prejuges. Sachant qu’a part les journalistes tres peu de gens lisent plus d’un seul journal, il n’y a absolument rien de nouveau sous le soleil.


  28. Eric83 Le 20 novembre 2016 à 11h13
    Afficher/Masquer

    En réponse à la liste des sites Internet ayant soi-disant véhiculé de fausses informations, RON PAUL a réalisé sa liste de médias et de journalites MSM ayant véhiculé de fausses informations pour favoriser la camapagne de Clinton :

    http://www.zerohedge.com/news/2016-11-19/ron-paul-exposes-real-fake-media


  29. Anne Jordan Le 20 novembre 2016 à 16h37
    Afficher/Masquer

    Accrochez vous !
    qui est derrière cette vidéo ?
    https://www.youtube.com/watch?v=e2rN_NTB410

    elle a été trouvée – par hasard – par mon gendre – californien – qui y a cru , un bref moment , et pour cause !
    c’est la BBC , quand même ! c’est comme ABC news ( le vrai , et le faux , même logo, à s’y trumper)


  30. Hellebora Le 20 novembre 2016 à 23h04
    Afficher/Masquer

    Chacun appréciera le positionnement du médiateur de Radio France, grand adepte par ailleurs de Conspiracy Watch à en juger par sa page Facebook (quasiment désertée si l’on en juge par ses “J’aime”) : http://mediateur.radiofrance.fr/non-classe/fausses-informations-elire-president/
    Pendant ce temps-là, l’Institut Ron Paul a bossé et publie la 50 aine de noms de journalistes qui se sont décrédibilisés dans leur traitement de la campagne : http://www.ronpaullibertyreport.com/archives/revealed-the-real-fake-news-list


  31. Lysbeth Levy Le 22 novembre 2016 à 09h21
    Afficher/Masquer

    Comment lutter contre les “fausses nouvelles” (les sites alternatifs ?) et le “terrorisme” menant à la radicalisation expresse ? voici leurs méthodes annoncées, bien que les vidéos d’Al Qaida elles soient visibles partout sans “coupages” : http://www.numerama.com/politique/169282-terrorisme-le-gouvernement-sattaque-aux-bulles-filtrantes-de-facebook-youtube.html et oui tout mène a tout selon un site très connu terrorisme va avec complotisme. Valls avait déjà fait bien les choses !http://www.numerama.com/politique/152081-la-france-sous-traite-aux-geants-du-web-sa-communication-anti-djihad.html
    Avec ça si la France n’est pas tranquille c’est qu’on nous aurait menti ?


  32. Lysbeth Levy Le 24 novembre 2016 à 08h48
    Afficher/Masquer

    Allez encore une fois, on nous prends pour des demeurés a propos des fausses nouvelles :
    http://www.francetvinfo.fr/internet/reseaux-sociaux/facebook/bientot-chaque-like-sur-facebook-vous-coutera-10-centimes_10 ” “Généralement, les rumeurs circulent et explosent quand une émotion est générée par un événement que l’on n’est pas capable d’expliquer soi-même”, a analysé, en 2015, Guillaume Brossard, cofondateur du site français Hoaxbuster, qui débusque les rumeurs sur internet. En effet, de nombreuses fausses informations ont émergé après l’attentat qui a visé la rédaction de Charlie Hebdo. Un phénomène qui s’est répété après les attentats du 13-Novembre.””
    Donc ne doutons plus des médias mainstream ni des hommes politiques, des élus, élites qui sont bien sur sur terre que pour notre intérêt !!


Charte de modérations des commentaires