Les Crises Les Crises
27.mai.202027.5.2020 // Les Crises

Et si Donald Trump rempilait en 2021 ? De l’importance de la prévision sérieuse – par Guillaume Berlat

Merci 77
J'envoie

Source : Proche et Moyen Orient

« La prévision est difficile surtout lorsqu’elle concerne l’avenir » (Pierre Dac). Notre élite auto-proclamée est bien placée pour le savoir tant la liste de ses erreurs d’anticipation sur les questions internationales (ne parlons-pas des questions intérieures), au cours de la dernière décennie, est impressionnante1.

Si la prévision n’est pas et ne sera jamais une science exacte – méfions-nous des mirages de l’intelligence artificielle ! -, elle peut être utile à condition d’être appréhendée raisonnablement. Que voulons-nous dire ? L’expérience passée enseigne les leçons suivantes : importance d’une démarche frappée au sceau de l’humilité ; bannissant l’arrogance à la française ; conjuguant passé, présent et avenir ainsi que temps long et vaste espace de référence ; n’excluant aucune hypothèse de travail, y compris et surtout les plus improbables (« penser l’impensable ») ; réfutant les chemins de l’a priori et de l’idée préconçue…

À ce prix, la prévision peut s’avérer utile dans la mesure où l’on se prépare toujours mieux à une hypothèse que l’on a envisagée qu’à celle que l’on a ignorée (Cf. la crise du Covid-19 que de nombreux experts des pandémies jugées probables après celle du Sras, de la grippe aviaire, du H1N1, d’Ebola…)2. Essayons de nous livrer à un rapide survol de la prévision pour les présidentielles américaines couvrant la période allant de la dernière campagne électorale à l’actuelle, chahutée par la crise du Covid-19.

HILLARY CLINTON DONNÉE À LA MAISON BLANCHE

Souvenons, qu’après le vote sur le « Brexit », hypothèse écartée a priori parce qu’elle contredisait la doxa européiste ambiante, nos crânes d’œufs et leurs courtisans (Cf. notre comique ambassadeur à Washington à l’époque, l’ambassadeur dignitaire de France, Gérard Araud3) moquaient ceux – rares au demeurant – qui pensaient possible la victoire de Donald Trump face à Hillary Clinton4.

Pourquoi une telle erreur impardonnable ? Pour une simple et bonne raison : certains ne voulaient pas envisager – y compris à titre d’hypothèse peu vraisemblable – que le peuple américain préfère l’homme à la mèche blonde à la fausse blonde, ex-première Dame, épouse d’un sacré sauteur. Par ailleurs dans les dîners en ville aux bords du Potomac – la capitale Washington est très démocrate – que fréquentaient l’ambassadeur et sa mauvaise troupe, on ne pariait pas un seul dollar sur la victoire de l’homme dont on ne voulait.

La machine à désinformation de la côte Est fonctionnait à plein régime pour discréditer le milliardaire new-yorkais et répétait que la question de son éventuelle désignation était une simple hypothèse d’école qu’il fallait ignorer. Et tous les gogos sont tombés à pieds joints dans le panneau parce qu’ils le voulaient bien. Nous avons pu mesurer le résultat de cette inconséquence doublée d’incohérence.

DONALD TRUMP RECONDUIT À LA MAISON BLANCHE

À six mois de la prochaine échéance présidentielle aux États-Unis (novembre 2020), les pronostics vont bon train chez les oracles à la boule de cristal opaque. Comment les résumer sommairement ? Avant la crise du Covid-19, ils (Gérard Araud en tête de gondole) n’excluaient plus une victoire de Donald Trump contre le vieux cheval de retour, Joe Biden.

Pour étayer leur pronostic, ils mettaient en avant les raisons suivantes : situation économique satisfaisante, retrait des troupes du Moyen-Orient et d’Afghanistan, bras de fer commercial avec les Chinois5, rappel à l’ordre des alliés de l’OTAN sur l’indispensable partage du fardeau, mépris de l’Union européenne, pression accrue sur l’Iran6,…

En un mot comme en cent, l’imprévisible 45ème président des États-Unis faisait ce qu’il avait annoncé durant sa campagne électorale (retrait de l’accord de Paris sur le climat, de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien…). Pouvait-on le lui reprocher alors que ses homologues étrangers mentaient à leurs électeurs ! Il allait donc falloir supporter ses foucades pour quatre années supplémentaires.

Mais, brusquement la girouette tourne sous l’effet du vent médiatique et de la machine à bobards de la bien-pensance démocrate et insipide. Il est vrai que l’appui de poids – au sens propre et figuré – des Dames Clinton et Obama pour doper la candidature de Joe Biden risque peut-être de se transformer en sérieux handicap durant les prochains mois. D’autant que l’ex-vice-président brille déjà par son évanescence politique et diplomatique (Cf. ses déclarations baroques sur le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem).

DONALD TRUMP ÉCONDUIT DE LA MAISON BLANCHE

Mais depuis la pandémie est passée par là et sa gestion par Donald Trump n’a pas été très brillante. C’est le moins que l’on puisse dire. Du coup, les mêmes qui le voyaient prolonger son séjour à la Maison Blanche pour quatre années, retournent aussitôt leur veste, estimant fort improbable, pour ne pas dire totalement exclu, que le peuple lui fasse à nouveau confiance. Et, brusquement, Joe Biden – vieux cheval de retour – est paré de toutes les plumes du paon alors même que c’est loin d’être un aigle, intellectuellement et diplomatiquement parlant. Il caracole désormais en tête du box-office (surtout de l’électorat féminin) des sachants qui, souvent, sont plus ignorants que les incompétents que nous sommes et que nous assumons d’être.

Selon nos intellectuels aussitôt suivis par le clergé médiatique, le milliardaire fantaisiste retournera, au début de l’année 2021, à la Trump Tower à New-York et pourra sillonner ses nombreux golfs dans le sud du pays. Et, les Occidentaux retrouveront ainsi une Amérique bienveillante à leur endroit, toujours à leur écoute, jouant de nouveau le jeu du multilatéralisme et de tous ses gadgets multiples. Si la victoire de Joe Biden est une hypothèse crédible dans le contexte actuel, rien ne nous dit que la situation ne puisse pas évoluer au cours du semestre prochain tant le monde est aussi complexe qu’imprévisible.

La fameuse « incertitude radicale du monde ». Il faudra s’y faire dans le fameux monde d’après. De la difficulté de poursuivre des chimères au temps du coronavirus et de ses laisser emporter par ses préjugés ! Dans ce contexte, que peut-on imaginer comme hypothèses sérieuses pour imaginer quel pourrait être le futur président des États-Unis en 2021, que cela nous plaise ou pas ?

DONALD TRUMP RECONDUIT À LA MAISON BLANCHE ?

Tout d’abord, Donald Trump reste un excellent débatteur qui pourrait encore faire mal lors de leur future joute télévisée, renversant les pronostics actuels. Ensuite, qui dit que le peuple américain profond porte le même jugement sur l’actuel président que l’intelligentsia de la côte est. Enfin, autre élément, qui pourrait jouer en faveur de Donal Trump, si la situation de l’emploi ne tournait pas à la crise de 1929 dans les semaines à venir, la situation personnelle de son adversaire démocrate7.

Hasard ou coïncidence, Joe Biden, le moralisateur, le pur et l’homme au-dessus de tout soupçon, est confronté aux accusations de viol en 1993 – ni plus ni moins de l’une de ses anciennes collaboratrices8. C’est que de l’autre côté de l’Atlantique, on ne plaisante pas avec le harcèlement moral, et encore plus, avec le harcèlement sexuel surtout lorsqu’il est assimilé à un viol. Tous délits que les Américains ont exporté dans toute l’Europe et dont nous mesurons chaque jour les inconvénients qu’ils comportent dans des pays dotés d’une tradition différente. Quel sera le poids des dénégations de Joe Biden ?9

Parviendra-t-il à vaincre le parfum du soupçon, à conjurer l’air de la calomnie ? Rien n’est moins sûr dans un pays aussi puritain et qui possède une drôle de conception de la présomption d’innocence (elle tourne à la présomption de culpabilité de l’homme face à la femme dans les affaires de mœurs). Très habilement, Donald Trump a encouragé son concurrent à se défendre comme il l’avait fait dans le passé, face à des accusations similaires. Au même moment l’accusatrice de Joe Biden réitère ses accusations sur les plateaux des chaînes de télévision, demande à l’intéresse de retirer sa candidature, se fait assister par une escouade d’avocats qui veulent avoir la peau de l’ex-président dans la lignée de la campagne #metoo.

Par ailleurs, le président américain a lancé une vaste offensive diplomatique contre la campagne de propagande éhontée menées par les autorités chinoises sur le Covid-1910. Il les accuse, preuves à l’appui, d’être à l’origine de la pandémie et leur réclame des réparations11. Argument auquel les électeurs pourraient être sensibles s’il parvenait à obtenir quelques compensations de Pékin (acculée dans les cordes12), y compris symboliques dans la dernière ligne droite13. Qui sait ! Cela d’autant plus que la suspicion grandit autour de la Chine hors des frontières de l’Amérique14.

Rien n’est exclu dans l’actuelle « mêlée mondiale » (Hubert Védrine), y compris le plus baroque, le plus invraisemblable. Vivre dans l’incertitude, dans l’imprévu doit être la tâche prioritaire de nos dirigeants s’ils ne veulent pas se faire emporter par le tsunami du nouveau monde dont ils peinent à comprendre la logique, la grammaire, les paradigmes.

NE RIEN EXCLURE !

Pour prévenir de nouvelles anticipations erronées, rien de telles qu’une ligne claire, des idées claires, portées par une parole calme et sensée. Au diable, les férus d’usines à gaz pseudo-intellectuelles et leurs commentaires impétueux (Cf. l’ambassadeur dignitaire de France, Gérard Araud qui s’est trompé sur tout avec une constance qui mérite louange).

En conclusion, nous pensons que rien n’est joué à ce stade de la course à la Maison Blanche, que les paris restent ouverts et que l’hypothèse d’une éventuelle réélection de Donald Trump ne doit surtout pas être écartée d’un revers de main, ab initio, comme ce fut le cas en 2016. Elle demeure toujours une probabilité. Nous aurions tort d’enterrer trop tôt l’homme à la mèche blonde particulièrement actifs dans les médias face à un Joe Biden confiné et inerte15. Avis à nos prévisionnistes à la petite semaine qui sont légions dans nos médias d’abrutissement et de catastrophisme en continu.

Guillaume Berlat

1 Guillaume Berlat, Diplomatie, prévision, imprévision…, www.prochetmoyen-orient.ch , 27 avril 2020.
2 Nicolas Barotte, Au sein de l’État, des réponses sur le manque d’anticipation face à la crise, Le Figaro, 8 mai 2020, p. 9
3 Gérard Araud, Passeport diplomatique. Quarante ans au Quai d’Orsay, Grasset, 2019.
4 Guillaume Berlat, Et si Donald Trump…, www.prochetmoyen-orient.ch , 25 juillet 2016.
5 Brice Pedroletti/Frédéric Lemaître, Chine : la diplomatie du « loup combattant », Le Monde, 3-4 mai 2020, pp. 24-25.
6 Allan Kaval/Piotr Smolar, Washington intensifie sa campagne contre Téhéran, Le Monde, 3-4 mai 2020, p. 11.
7 Marie Charrel (propos recueillis par), Adam Tooze : « L’ampleur de la crise s’aggrave de jour en jour, sous nos yeux », Le Monde, 3-4 mai 2020, p. 19.
8 Gilles Paris, Le candidat démocrate Joe Biden dément une accusation de viol, Le Monde, 3-4 mai 2020, p. 12.
9 Adrien Jaulmes, Accusé d’agression, Joe Biden nie en bloc, Le Figaro, 2-3 mai 2020, p. 24.
10 Brice Pedroletti (propos recueillis par), Alice Ekman : « Pékin va vouloir se positionner comme le meneur de l’après-Covid », Le Monde, 3-4 mai 2020, p. 26.
11 Frédéric Lemaître, Les médias voient en Pompeo « l’ennemi de l’humanité », Le Monde, 5 mai 2020, p. 8.
12 Sébastien Faletti, Face à Donald Trump, Xi Jinping mobilise le patriotisme en Chine, Le Figaro, 8 mai 2020, p. 20.
13 Gilles Paris, Trump adopte une ligne dure face à la Chine, Le Monde, 5 mai 2020, p. 8.
14 Isabelle Lasserre, Dans la tempête du Covid-19, le vent tourne contre la Chine, Le Figaro, 5 mai 2020, p. 10.
15 Gilles Paris, Aux États-Unis, la trop discrète campagne d’un Biden confiné, Le Monde, 16 mai 2020, p. 5.

Source : Proche et Moyen Orient

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

LibEgaFra // 27.05.2020 à 08h53

Question: comment éviter d’élire un sociopathe aux plus hautes fonctions? Si qqn a la recette…

52 réactions et commentaires

  • François // 27.05.2020 à 07h51

    C’est quoi le problème ? Ce n’est pas notre président. Je suis plus inquiet pour le notre. C’est bien lui qui défend nos intérêts.

    Avec ou sans Trump, les entreprises ou lobbies us nous écrasent bien en France.

      +11

    Alerter
    • sergeat // 27.05.2020 à 08h20

      « les entreprises ou lobbies us nous écrasent » grace à Macron en France et la complicité des directives de l’UE;

        +22

      Alerter
    • Renard // 27.05.2020 à 08h22

      @ François
      Le problème est que nous vivons en « zone d’occupation états-unienne et que l’élection du Donald contre médias et marées a provoqué comme qui dirait un grand trouble dans la force.
      Le mondialisme, qui est un mot poli pour dire zone de prédation des grandes entreprises ricaines ou affiliées (du genre qui produisent en orient, vendent en occident et ne paient leurs impôts nulle part), se retrouve sans chef et en proie à une quasi guerre civile. Le camp « libéral » a en effet préféré paralyser l’action de leur pays phare plutôt que de laisser un hors sein le diriger (campagnes de presse, russiagate, tentative d’impeachment,…), ne lui laissant d’issue que dans les excès nationalistes, militaristes et financier.
      Du jour où Trump sera écarté, la reprise en main (dissidences, internet, souverainismes,…) sera rapide, brutale et efficace.
      Trump représente la révolte des petits milliardaires avec encrage territorial contre les multimilliardaires apatrides. Elle est probablement vouée à l’échec mais peut fournir le temps à certaines forces (re)localistes de s’implanter et de s’organiser.
      Gagner quatre années pour cela ne saurait être indifférent.

        +41

      Alerter
    • Obermeyer // 27.05.2020 à 08h42

      Notre président qui défend nos intérêts ? En vendant la France à la découpe à des groupes privés étrangers ?
      En invitant black rock à l’élysée pendant la ( contre ) réforme des retraites ?
      Il défend bien quelques intérêts , c’est sûr , mais pas les vôtres ni les miens .

        +39

      Alerter
    • Barachin // 27.05.2020 à 11h20

      « C’est quoi le problème ? Ce n’est pas notre président. »

      On est en pleine pandémie, crise sanitaire
      • causée par une zoonose annonciatrice d’épidémies bien pire encore
      • et dont les effets ont été démultipliés par la globalisation des échanges

      … et on devrait ne pas regarder de près ce qui se trame aux Etats-Unis, un pays qui plus que tout autre saccage la nature et promeut via ses formes et son actuel président le libéralisme déboutonné.

      C’est pourtant pas compliqué à comprendre que le sort de l’humanité est lié au pays des gros.

      Et il serait bien de s’y pencher de près, car tout n’est pas si noir aux Etats-Unis : il y a là-bas comme partout dans sur la planète une partie de la jeunesse consciente que la décennie qui s’ouvre va tout changer.

        +9

      Alerter
  • Eric83 // 27.05.2020 à 08h42

    « Obama Gate : Histoire d’un coup d’Etat Foireux ».

    « Et ma dernière remarque sera pour dire que le Président Trump a fait preuve d’une incroyable force et d’une résistance stupéfiante pendant toute cette période. N’importe qui d’autre y aurait laissé sa peau et sa santé mentale, ce qui lui vaut toute mon admiration. S’il est réélu, je ne doute pas que les Clinton et en particulier madame Clinton, rejoindront en prison tous les autres criminels qui se sont essayés à fomenter un coup d’état aux USA. Reste la question de ce qui arrivera à Obama, le comploteur en chef. Peut-être Trump le graciera-t-il par respect pour la fonction Présidentielle ? Voilà qui serait un coup mortel pour la vanité immense de ce tartuffe sanctimonieux ».

    https://institutdeslibertes.org/obama-gate-histoire-dun-coup-detat-foireux/

      +15

    Alerter
    • Eric83 // 27.05.2020 à 09h02

      Comme en 2016, le DNC et 90/95 % les médias MSM tentent de démolir Trump sur tous les sujets.

      Le mois de novembre est encore loin.

      Biden est en train d’être rattrapé à vitesse grand V par l’Ukrainegate.

      L’Obamagate – dans lequel est aussi impliqué Biden – arrivera à son épilogue avant novembre quand Barr et Durham rendront leurs conclusions sur l’enquête menée par ce dernier. Nous savons déjà officiellement que des personnels de Trump ont été espionnés pour des motifs uniquement politiques et les innombrables autorisations d’écoutes qui ont permis cet espionnage ont été obtenues de façon fallacieuse voire frauduleuse.

      Le DNC et l’IS en sortiront laminés et Trump aura un boulevard devant lui…mais ses ennemis, car il s’agit bien d’ennemis et non d’adversaires, ont démontré qu’ils poussaient le bouchon plus loin à chaque revers.
      Jusqu’où s’arrêteront-ils ?

        +16

      Alerter
    • Eric83 // 27.05.2020 à 09h38

      Déclassification de nouveaux documents concernant le piège tendu au Général Flynn.
      Bientôt rendus publics ?

      https://www.zerohedge.com/political/grenell-declassifies-flynn-kislyak-calls-last-day-acting-dni

        +5

      Alerter
    • Diogène // 27.05.2020 à 10h28

      J’aime beaucoup la partie sur cette santé mentale que Trump aurait conservée.
      Un avis d’expert, sans doute.
      Charles Gave Psychiatre de Donald Trump.
      Qui pour nous garantir que Charles Gaves a bien conservé toute sa tête?

        +5

      Alerter
  • LibEgaFra // 27.05.2020 à 08h42

     » la question de son éventuelle désignation était une simple hypothèse d’école qu’il fallait ignorer. »

    C’est faire l’impasse sur le fait que Killary a obtenu plus de 3 millions de voix de plus que Trump. Et que Trump n’a été élu que par l’inversion des résultats dans quatre Etats clés: il s’est agi d’un coup d’Etat destiné à éviter la guerre promise par Killary contre l’Iran.

    https://heavy.com/wp-content/uploads/2016/11/2016-exit-polls-did-hillary-clinton-win-presidential-election-voter-fraud-lose-rigged-donald-trump-results.jpg?quality=65&strip=all&strip=all

      +2

    Alerter
    • alexg81 // 27.05.2020 à 09h11

      On a vu les conséquences de l’élection de Trump : annulation du traité militaire sur le nucléaire civil et tentatives désespérées de renverser Rohani ou de déclencher une guerre avec l’Iran depuis l’Irak. La différence entre les deux candidats de 2016 doit avoir la taille d’une feuille de papier.

        +4

      Alerter
    • red2 // 27.05.2020 à 10h26

      Hillary a fait 3 000 000 de voix en plus mais visiblement elle et l’establishment democrate ne sont plus capables de comprendre un simple fonctionnement d’election… aux US le gagnant est celui qui a le plus de grands électeurs pas celui qui a le plus de voix! Dans ce cadre gagner la Californie à 61% contre 31% est moins utile que de gagner tous les États de la rust belt de quelques voix…

        +14

      Alerter
    • RGT // 27.05.2020 à 10h32

      « Killary a obtenu plus de 3 millions de voix de plus que Trump »…

      Certes, mais cet écart est tout à fait légitime pour le système électoral US.
      Et ce système électoral avait été mis en place à la création de cet état pour permettre aux « élites » de ne pas risquer d’être défaites lors des élections.

      En France, le « découpage électoral » n’est pas mal non plus car il permet aussi de fausser la représentation des « courants de pensée » en permettant que des « élus » doivent leurs sièges à un nombre d’électeurs hautement variable permettant à la « majorité » d’avoir cette majorité à l’assemblée en ayant 10 fois moins d’électeurs que « l’opposition ».

      Sans compter que le mode de scrutin français permette l’élection d’un type qui n’a que 20% de soutiens si par « bonheur » il se retrouve au second tour face à l’épouvantail de service.

      Le principal problème des « élites » US, c’est que le système électoral qu’ils ont mis en place a permis à un « épouvantail » de vaincre la candidate « bien pensante » qui allait servir leurs intérêts.

      Quand un « prétendant » est adulé par l’immense majorité des médias comme le fût Killary, une seule conclusion s’impose : Ce candidat sera totalement inféodé aux intérêts des « élites » et n’hésitera pas à massacrer la population pour préserver leurs intérêts.

      Quand à « l’épouvantail de service », il est dans la majorité des cas un complice complaisant qui aura la garantie, en cas de « défaite » de sa part, de pouvoir vivre à l’abri du besoin jusqu’à la fin de ses jours.

      Dans le cas Trump, l’épouvantail n’a pas respecté les « règles du jeu » et a « volé » la place de « l’élue des Dieux ».

        +12

      Alerter
  • Perret // 27.05.2020 à 08h53

    L’Obamagate est l’une des clés du scrutin. La maladie dégénérative de Biden aussi. Et il n’est pas seulement un violeur mais surtout un pédophile. Quand à la France, elle sera le lieu de réglements de compte des grandes affaires qui secouent l’Amérique : base de prédation de Jeffrey Epstein avec volonté manifeste d’en protéger les affidés ; impliquée dans la construction puis la direction du laboratoire P4 de Wuhan et en plein au milieu du champ de tir de l’affrontement complexe entre Trump et Xi qui est peut-être une alliance Trump/Xi contre les promoteurs de ce labo et tout ce qui s’y rattache.

      +14

    Alerter
    • Kiwixar // 28.05.2020 à 02h49

      « Et il (Biden) n’est pas seulement un violeur mais surtout un pédophile »

      Innocent tant qu’il n’a pas été jugé coupable. Néanmoins, on peut voir une video qui fait froid dans le dos, où Biden a la main qui dérape lentement sur le torse d’une gamine, de manière manifestement délibérée. Quels que soient les sondages bidons incitant à faire voter pour lui, je vois mal quelqu’un de normal (a fortiori un parent ayant des enfants) voter pour lui après avoir vu ça.

      Ca va dépendre de qui va être la colistière de Biden pour le poste de vice-président : Michelle Obama?
      Tout va dépendre des poursuites judiciaires en cours, concernant l’action illégale de Barak Obama de faire espionner la campagne de Trump il y a 4 ans. L’été va être chaud. Voir l’excellent résumé de Charles Gave :
      https://institutdeslibertes.org/obama-gate-histoire-dun-coup-detat-foireux/

      Et il n’est pas encore certain que Trump sera candidat : il est en train enfin de s’attaquer au marais et à l’état profond. Il y a le risque qu’il fasse une crise cardiaque involontaire (vu qu’il prend de la chloroquine).

        +3

      Alerter
  • LibEgaFra // 27.05.2020 à 08h53

    Question: comment éviter d’élire un sociopathe aux plus hautes fonctions? Si qqn a la recette…

      +8

    Alerter
    • RGT // 27.05.2020 à 10h52

      Simplement en ajoutant quelques neurones dans les cerveaux des électeurs.
      Les neurones des électeurs sont actuellement totalement saturés afin de donner du temps de cerveau disponible à Caca-Cola entre deux « expertises » d’éditocrates obnubilés par leur carrière.

      En second lieu, il faudrait modifier la constitution pour que les « élus » soient au service des électeurs et qu’ils puissent être répudiés sans indemnités (voire même embastillés) en cas de trahison et leurs votes annulés.

      En troisième lieu, il faudrait SURTOUT que les « hauts fonctionnaires » aient AUSSI des comptes à rendre à leurs EMPLOYEURS (le peuple) sous peine de se voir virés pour faute lourde sans préavis ni indemnité, voire même « embagnés » pour abus de biens sociaux…

      Je pense que si les « élus », « élites » et autres « experts » étaient objectivement jugés sur leurs actions réelles concernant l’intérêt public ils pourraient purger leurs peines en cassant des cailloux sur les routes perdues de la « France profonde » permettant ainsi de compenser l’absence cruciale de cantonniers dont ils sont les instigateurs.

      Et vu leur niveau de nuisance il faudrait plusieurs générations pour permettre d’indemniser la population de tous les méfaits qu’ils ont commis.

      Nota : Il faudrait qu’ils soient jugés par un tribunal 100% populaire car de nombreux magistrats seraient aussi concernés par les nuisances commises.

        +21

      Alerter
  • iséorcé // 27.05.2020 à 09h03

    Un autre argument en faveur de Trump sera le décompte des décès du covid19 selon la couleur des états : democrates ou republicains. Il semble que les états républicains ont nettement moins de morts en proportion que les États démocrates dans cette gestion.
    https://www.google.com/amp/s/mobile.reuters.com/article/amp/idUSKBN22X14I

      +10

    Alerter
    • Kasper // 28.05.2020 à 00h44

      Notez bien que les états Démocrates sont plutôt plus urbains donc densément peuplés, et les états républicains plus ruraux. A vue de nez elle est la, la corrélation. Faudrait comparer des villes entre elles.

      Cela dit oui, expliquer ce genre de corrélation prend 10 fois plus de temps que de les utiliser fallacieusement, alors l’argument peut faire mouche.

        +2

      Alerter
  • Diogène // 27.05.2020 à 10h18

    Il n’y a rien à tirer de ce salmigondis.
    Si ce n’est l’inclination de son auteur pour le débit à jets continus d’inepties de toutes sortes.
    Conclure sur le fait que l’élection de novembre n’est pas encore jouée en l’illustration la plus parlante.
    Qui jusqu’ici a prétendu qu’elle l’était?
    Personne.

      +4

    Alerter
    • Favouille // 27.05.2020 à 22h51

      Cet article est non seulement confus et sans intérêt, mais il est est écrit de manière très maladroite. L’auteur devrait se relire de manière attentive, ne serait ce que pour éviter les coquilles (nombreuses) et les doublons (Biden est qualifié à deux reprises de « vieux cheval de retour » – et c’est deux fois de trop)

        +0

      Alerter
  • Lohr64 // 27.05.2020 à 10h46

    LibEgaFra // 27.05.2020 à 08h42
    » C’est faire l’impasse sur le fait que Killary a obtenu plus de 3 millions de voix de plus que Trump. Et que Trump n’a été élu que par l’inversion des résultats dans quatre Etats clés: il s’est agi d’un coup d’Etat destiné à éviter la guerre promise par Killary contre l’Iran. »

    Vous semblez ignorer les 1.5 millions de votes frauduleux découverts en Californie. Le DNC qui a négocié une sortie avant procès afin de limiter la publicité sur un nouveau scandale.

    Pour des élections devant se dérouler en Juin, on vient de découvrir des formulaires de vote par correspondance de l’état de Caroline du Sud dans l’état du Mariland….Autant dire que le vote par mail tant désiré par les Démocrates, c’est pas gagné.

      +6

    Alerter
  • RGT // 27.05.2020 à 11h06

    Siouplaît, pourriez-vous, par respect pour ce blog et ses lecteurs, poster des commentaires dans la langue de Molière ?

    Si vous ne le faites pas je suis certain que vous ne tarderez pas à être banni pour trollage permanent.

    Les prochains commentaires que vous posterez dans cette langue (dégénérée, mais cet avis ne concerne que moi) me forceront à signaler ces commentaires comme insultants (manque de respect des auteurs et des lecteurs).

    Quand je vais sur un blog écrit dans une langue étrangère et que je souhaite écrire un commentaire j’ai le respect de l’écrire dans la langue de l’auteur et de ses lecteurs.

    Votre « exceptionnalisme » ne vous soustrait pas à cette simple politesse.

      +15

    Alerter
  • Santerre // 27.05.2020 à 11h37

    Bon, j’ai arrêté aux « preuve » de Trump contre les Chinois. Point trop n’en faut.
    L’auteur parle d’incompétence de notre corps diplomatique alors qu’il veut nous vendre les pires élucubrations à visées electoralistes d’une administration de déments dangereux???? Dieu merci, ce genre de zozo n’est plus aux affaires diplomatiques. Encore un que j’eviterai de lire à l »avenir
    J’invite M. Bernard à simplement considérer les dates, les propos de chacun ces six derniers mois et le consensus régnant dans toutes les agences d’expert, y compris US, avant de tomber dans le complotisme chinophobe basé sur l’évent.Nul

      +7

    Alerter
  • François // 27.05.2020 à 11h49

    Les personnes portant plaintes fait peurs a certains comme BHL.

    Si je comprends bien, il faut porter plaintes pour leurs mettre pression ? Un peu comme ce qu’il se passe aux USA?🤔

    https://fr.sputniknews.com/france/202005271043846943-pour-bhl-les-poseurs-de-plaintes-contre-le-gouvernement-sont-autant-de-poseurs-de-bombes-contre-la/

      +4

    Alerter
    • Kasper // 27.05.2020 à 13h09

      Ces propos haineux tombent ils sous le coup de la loi Avia?

        +2

      Alerter
    • Barachin // 27.05.2020 à 15h00

      Kasper,

      Les propos de BHL sont au contraire couverts par nos élites.

      BHL est devenu l’incarnation de la bourgeoisie acculée dans les cordes, celle qui agite ses petits poings crispés avec la dernière violence. BHL c’est juste la version poudrée de la BAC.

      Voir les conférences de François Bégeaudeau (exemple : https://www.youtube.com/watch?v=309kedfzCgM)

        +5

      Alerter
      • pizza 4 kebabs // 27.05.2020 à 17h03

        « BHL c’est juste la version poudrée de la BAC. »

        Quelle BAC ? la police ? vous n’avez pas l’impression de devenir une caricature de gauchiste avec ce genre de phrase.

        Bégaudeau fait certainement ce parallèle car pour lui, BHL ou la police sont les émanations/représentants du pouvoir en place.
        Les comparer littéralement comme vous le faite n’a pas de sens.
        Si la police représente un des bras armé de l’état, il ne le résume pas (l’état). Et quid des autres services.

          +0

        Alerter
      • Barachin // 27.05.2020 à 21h23

        Vous avez lu le mot Etat dans mon commentaire ?

        Pas grave… je parlais de la violence morale et physique d’une bourgeoisie aux abois.

        Toute cette hargne que l’on retrouve également chez cet ancien ministre qui – nous dit-on – a été un jour philosophe : https://www.youtube.com/watch?v=EkTfoRKwIq0

          +1

        Alerter
    • Narm // 27.05.2020 à 21h49

      L’intellectuel français…..

      il existe encore celui la

        +1

      Alerter
  • Owen // 27.05.2020 à 12h13

    Bien dommage que les intervenants n’écrivent pas en français, les échanges en seraient utiles.
    Ces commentaires indiquent bien que les médias ont complètement mis notre pays sous cloche. Ce qui nous empêche de comprendre le schéma de pensée etatsuniens.
    Ils attendent là-bas d’un président qu’il leur apporte des activités et des emplois, pour faire vivre les familles dans leurs maisons. Y compris les immigrés.
    Ils sont bien dans leur continent intérieur (plus de moitié des habitants n’ont jamais pris de passeport). L’arrière cour, les restes du monde ne les intéresse pas. Sauf quand « les gars » y vont pour calmer des méchants.

    Et voilà pourquoi Tulsi Gabbard ne ramasse rien, électoralement: ce qu’elle dénonce ne leur parle pas. Il y a eu un vidéaste dans la rue avec sa fausse pétition appelant Obama à bombarder la Russie avec des armes nucléaires: bonne idée, plein de gens ont signé.

    Biden ou Trump, les guerres continueront. Epicétou. Peut-être moins avec Trump, mais le sport continuera (une pensée pour les vénézuéliens).
    Et comme Trump n’a pas un caractère lisse, les neuropéens effarouchés essaient quand même de faire semblant d’avoir quelques difficultés à suivre.

      +5

    Alerter
  • Dominique65 // 27.05.2020 à 12h39

    « des Dames Clinton et Obama »
    Guillaume Berlat suggère-t-il qu’Obama n’a pas de c[beep] choses ?

      +0

    Alerter
    • Catalina // 27.05.2020 à 23h00

      non, c’est parce que la femme d’Obama a essayé de se caser aux présidentielles

        +0

      Alerter
      • Patrick // 28.05.2020 à 12h06

        Barak ne peut plus se présenter (limite du nombre de mandats ), donc il envoie madame au front.
        Si Biden est élu et ensuite démis pour cause de pb mentaux , c’est Michelle Obama qui devient présidente , et Barak qui reprend du service en tant que « première dame ».

          +1

        Alerter
      • Dominique65 // 29.05.2020 à 12h17

        Y’a pas de smiley sur les crises pour indiquer le seconde degré.

          +0

        Alerter
  • lit75 // 27.05.2020 à 14h42

    Quelqu’un sait ce qu’il faut penser des rumeurs à propos de la maladiie de Biden ? Bien sûr les media pro-républicains en font leurs choux gras… Mais on commence à en entendre parler ailleurs :

    https://www.politico.com/news/magazine/2020/03/07/2020-dementia-campaign-123106

    Et même à évoquer un ticket Hillary Clinton – Barack Obama pour le remplacer,

    https://thehill.com/opinion/white-house/495580-a-hillary-clinton-barack-obama-ticket-to-replace-joe-biden

      +2

    Alerter
  • sjr // 27.05.2020 à 15h22

    Avez-vous envisagé le cas où Biden ET Trump soient atteints tous deux de démence sénile et que cela se voit d’ici l’élection en Novembre ?

      +2

    Alerter
    • Narm // 27.05.2020 à 21h53

      ça fait longtemps que ça se voit pour les deux ………;;;;

        +1

      Alerter
    • LowCost // 29.05.2020 à 12h57

      C’est justement parce que tout le monde a pris Trump pour un fou qu’il a gagné.
      Manifestement ça marche encore.

        +0

      Alerter
  • François // 27.05.2020 à 15h50

    Et Michelle Obama ? Certains en parlent…

      +3

    Alerter
  • Blabla // 27.05.2020 à 16h33

    Il veut dire que c’est son boulot.
    Le nôtre défend les intérêts de l’UE parce qu’il a séché les cours de géographie (cf. l’île de Guyane), probablement trop occupé avec ses cours de Français

      +1

    Alerter
    • Narm // 27.05.2020 à 21h54

      probablement trop occupé avec ses cours de théâtre, de théatre

        +2

      Alerter
  • Blabla // 27.05.2020 à 16h37

    Pour Joe Biden la seule chose importante est le choix du Vice Président qui pourraît-être une femme (non pas Madame Clinton).

    Oui, on murmure de plus en plus fort Michelle Obama. Clinton pourrait même retrouver un strapontin.

    Maintenant, ce ne sont que des bruits de « sachants » se trompant régulièrement (à peu près à chaque élection)

      +0

    Alerter
  • Rémi // 27.05.2020 à 17h47

    En réalité la situation est plus simple et plus compliquée.
    Les sept déciles les plua pauvres ont gagnés dans la mondialisation.
    Le 1% les plus riches a massivement gagné dans la mondialisation.
    Entre les deux la classe moyenne occidentale qui a perdue dans la mondialisation.
    (pour référence c’est le diagramme de l’éléphant.
    https://www.nouvelobs.com/economie/20160710.OBS4373/decouvrez-le-graphique-elephant-qui-resume-tout.html
    Hors ces perdants de la mondialisation sont certainement exaspérés de perdre contre un système qui les mets en concurrence avec les populations du tiers monde et organise leur perte de pouvoir d’achat.
    En plus ils se font faire la morale par les gagnants. (Connaissez-vous le terme populiste?)

    Donc j’avancerais l’hypohtése que ces gens ont décide que puisqu’ils allaient perdre ils vont entrainer le système avec eux.
    Pas besoin que Trump ou le Brexit réussisse, tout ce que leur votant espérent réellement c’est que ca déraille la mondialisation. Ils savent que quoiqu’il arrive il vont perdre.
    Et encore nous avons de la chance pour l’heure il se limitent à l’arme des buletins de vote.

      +1

    Alerter
  • Marc // 27.05.2020 à 18h32

    Un article moins délirant que la plupart des medias mainstream sur la politique américaine en ce moment.
    Cependant il tombe dans le lieu commun complètement faux comme quoi le coronavirus aurait très gravement nui aux chances de Donald Trump d’être réelu, si on se fie a un institut de sondage très fiable, Rasmussen (le seul ayant prédit la victoire de Donald Trump de façon quasiment parfaite) on voit que en premier lieu le Covid a fait gagner des points dans les sondages a Trump (aux usa les presidents gagnent toujours de la popularité lors des crises importantes, du moins au début).
    Apres on observe une phase ou les gens qui sont tres defavorables augmentent parmi les gens defavorables au début, il perd ses points gagnés grace au covid, le pourcentage de gens tres favorables diminue, mais peu de personnes passent vraiment dans l’autre bord.
    Puis les niveaux de gens très defavorables/favorables se stabilise et il est aujourd’hui au même point quasiment que avant le covid (et au même point que Obama durant son second mandat, au même moment de son mandat).

    L’argument consistant a dire que, de toute évidence, car il n’y a pas besoin d’d’evidences, le covid a nuit a Trump (voir énormément nuit pour les médias mainstream) est en grande partie ideologique.

    Cela a en réalité peu changer l’opinion générale entre maintenant et avant, de la même façon qu’on a présenté pendant des mois l’impeachment comme la fin de trump, avant de reconnaitre discrètement que ca lui avait fait gagner des points, et beaucoup nui a ses opposants.

      +2

    Alerter
  • lon // 27.05.2020 à 19h38

    Il faut être reconnaissant à Trump et son mépris affiché pour l’Union Européenne , grâce à lui on a pu savourer le spectacle des petits roitelets des marges de l’Empire se dandiner d’angoisse devant l’irrationalité apparente du nouvel Empereur .. pour le moment ils ont tous mis
    la main au porte monnaie pour l’Otan , c’est dur mais c’est cohérent, ils comprennent…
    Trump c’est le retour de la réalité dans la basse cour atlantique sociale-libérale , où toutes les poules se prétendent égales

      +1

    Alerter
  • gelmad // 27.05.2020 à 21h35
  • Casimir Ioulianov // 28.05.2020 à 14h04

    Joe Biden , interviewé par CNBC : https://www.youtube.com/watch?v=RgGQjopdltw

    On pourrait pas avoir des candidats normaux ? Enfin normaux au sens Américain du terme , des mecs comme Gil Fulbrigth par exemple : https://www.youtube.com/watch?v=DQTqB5jZ4Lc

      +0

    Alerter
  • Nanker // 29.05.2020 à 14h44

    « C’est quoi le problème ? Ce n’est pas notre président. Je suis plus inquiet pour le notre. C’est bien lui qui défend nos intérêts. »

    Ne vous inquiétez pas pour Macron : il va très bien!
    Il danse en tutu rose dans les couloirs de l’Elysée et donne des interviews surréalistes à la presse étrangère pendant qu’Edouard Philippe (le véritable président) tente lui de relancer la machine France.

      +0

    Alerter
  • Poppie // 02.06.2020 à 14h35

    Bonjour,

    Lorsque l’on consulte le site 270towin sur la carte météo électorale actuelle aux Etats Unis, Etat par Etat, en effet, Donald Trump peut très bien gagner cette élection en 2020. Il a toute ses chances.

    Avec le système des grands électeurs, il suffit de se rendre compte que c’est seulement quelques états américains qui seront encore cette fois-ci les faiseurs de roi et ce sont les mêmes états qu’en 2016.
    Il faut noter que les sondages sont très serrés dans ces états actuellement, ce qui n’est pas de bon augure pour Biden, étant donné qu’en 2016, les mêmes sondages plaçaient dans ces mêmes états Hillary Clinton en tête de plusieurs points.

      +0

    Alerter
  • Lohr64 // 03.06.2020 à 02h49

    Je trouve un peu dommage qu’il n’y ai que peu d’intervenants Américains au niveau des commentaires, vous bénéficieriez de nos apports pour affiner vos analyses situationnelles. Il pourrait être temps de réviser un peu la vision qu’ont certains du personnage Trump. On peut comprendre l’image projetée par la campagne de 2016 mais rester sur cette perception en 2020 ne semble pas raisonnable a moins d’être en plein déni et ça rend certains commentaires absurdes.
    Si votre perception de la société Américaine passe au travers des MSM Européens, vous êtes loin du compte.
    La grande crainte après l’élection de 2016 était que Trump réussisse certains de ses paris.
    Apres avoir été élu en dépit des forces dressées contre lui (MSM, FBI, CIA, DNC sans oublier la communauté internationale) Il est en passe de réussir son tour de force.
    L’article suggère une égalité dans les sondages qu’il est relativement facile de mettre en doute sur le terrain.
    Si dans le cadre du confinement, un doute était permis, il ne l’est plus aujourd’hui, le démarrage des émeutes va encore une foi mettre Trump au devant de la scène et dans ces circonstances, le soutient de Biden au casseur ne peut que desservir ce dernier. Les Gouverneurs démocrates ont gros a perdre en laissant faire.
    Si nous avons peur des virus, nous nous accommodons assez bien de la violence, en tout cas nous n’en avons pas peur.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications