Les Crises Les Crises
23.mai.202023.5.2020 // Les Crises

Comment la France a perdu les armes face à la pandémie

Merci 278
J'envoie

Source : New York Times
Traduit par l’équipe Les-Crises

Les Français considéraient autrefois le matériel médical, comme les avions de chasse, comme un bien de sécurité nationale qui devait être fabriqué chez eux. Mais les coupes budgétaires et l’externalisation les ont contraints à devoir se battre pour des masques, des tests et même des analgésiques.

Lorsque le président Emmanuel Macron a déclaré à plusieurs reprises la « guerre » au coronavirus en mars, il a solennellement promis que la France soutiendrait les travailleurs de la santé « de première ligne » avec « les moyens, la protection ».

La réalité était que la France était presque sans défense.

Les volte-face du gouvernement sur les pandémies passées avaient laissé la réserve nationale de masques faciaux, autrefois formidable, presque épuisée. Les autorités ont également externalisé la capacité de fabrication à des fournisseurs étrangers, malgré les avertissements lancés depuis le début des années 2000 sur les risques croissants de pandémies mondiales.

La France – contrairement à l’Allemagne, son rival pour le leadership européen – est ainsi devenue dépendante des usines étrangères et n’a pas pu augmenter la production nationale de masques faciaux, de kits de test, de ventilateurs et même de thermomètres et de médicaments anti-fièvre en vente libre pour soulager les malades.

Aujourd’hui, alors qu’elle a commencé à desserrer l’un des verrous les plus stricts du monde, la France est devenue un cas d’école dans la mesure où certains pays reconsidèrent aujourd’hui leur dépendance vis-à-vis des chaînes d’approvisionnement mondiales construites au cours des deux dernières décennies sur le mantra des faibles coûts et des livraisons rapides. Même aujourd’hui, la France n’a aucune garantie qu’elle pourra assurer un approvisionnement suffisant dans les semaines à venir pour se protéger contre une éventuelle seconde vague du virus.

« En temps de crise, nous ne pouvons plus passer d’une zone de production à une autre pour obtenir nos produits essentiels« , a déclaré dans une interview Louis Gautier, l’ancien directeur du Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale, une puissante unité interministérielle au sein du cabinet du Premier ministre qui coordonne la réponse aux crises de grande ampleur. « La question des stocks stratégiques et de la sécurité des approvisionnements doit être reconsidérée. Un nouveau modèle doit être inventé« .

La France a longtemps identifié les masques comme indispensables en cas de pandémie, mais le gouvernement a pour la plupart cessé de les stocker au cours de la dernière décennie, principalement pour des raisons budgétaires. La production nationale s’est effondrée au moment même où l’industrie pharmaceutique du pays s’installait également à l’étranger.

La France avait décidé « qu’il n’était plus nécessaire de maintenir des stocks massifs dans le pays, étant donné que les usines de production pouvaient être opérationnelles très rapidement, notamment en Chine« , a déclaré le ministre de la santé, Olivier Véran, au Parlement en mars.

Mais l’ampleur et la rapidité du coronavirus défient cette logique. Encore sous le choc de sa propre épidémie, la Chine, premier fabricant mondial de masques, a été submergée de commandes. L’Inde, l’un des principaux exportateurs de médicaments, a temporairement interdit les exportations par crainte de pénurie.

Lorsque la chaîne d’approvisionnement mondialisée s’est effondrée, les responsables français de la santé ont perdu un temps précieux alors que le gouvernement national – ainsi que les villes, les communes et même les quartiers – se sont empressés d’acheter des fournitures directement en Chine et ailleurs. Le gouvernement a organisé des transports aériens de masques en provenance de Chine qui ont fait l’objet d’une grande publicité, trahissant à la fois son désespoir et sa dépendance.

La France a connu plus de 27 000 décès et l’un des taux de mortalité les plus élevés au monde, soit 60 % plus important qu’aux États-Unis.

« Nous devrons reconstruire l’indépendance agricole, sanitaire, industrielle et technologique de la France« , a déclaré E. Macron dans un récent discours.

Pour de nombreux critiques, l’absence de défense de la France face au virus était la conclusion logique de l’évidement de la base industrielle française – une transformation qui a creusé les inégalités et alimenté de violentes protestations, comme le mouvement des Gilets jaunes.

Au début des années 2000, l’Allemagne avait un léger avantage sur la France dans la fabrication et l’exportation de kits de test PCR – les plus utilisés aujourd’hui pour détecter le virus – et de matériel d’oxygénothérapie, selon les données des Nations unies. Mais en 2018, l’Allemagne avait un excédent commercial de 1,4 milliard de dollars pour les kits de test PCR, alors que la France avait un déficit de 89 millions de dollars.

Alors que l’Allemagne a pu mobiliser rapidement son industrie pour lutter contre la pandémie, la France a été paralysée. Elle ne pouvait pas effectuer de tests à grande échelle car elle manquait de cotons-tiges et de réactifs, des éléments de faible valeur mais essentiels qui avaient été externalisés en Asie.

« La France s’est trop désindustrialisée depuis les années 2000 ; elle en paie le prix aujourd’hui« , a déclaré Philippe Aghion, un économiste qui enseigne à Harvard et au Collège de France.

Dans une étude encore non publiée, M. Aghion et des économistes de l’Université libre de Bruxelles ont constaté que, dans l’ensemble, les pays ayant la capacité de fabriquer des kits de test et des instruments connexes, comme l’Allemagne et l’Autriche, avaient jusqu’à présent subi moins de décès pendant la pandémie.

En France, les pénuries ont même touché les produits de base. Les pharmacies ont manqué de thermomètres. Les stocks de paracétamol sont devenus si dangereusement bas que les autorités ont limité sa vente.

La dernière usine européenne produisant ce médicament se trouvait en France, près de la ville de Lyon, mais elle a fermé en 2008, selon l’Académie nationale de pharmacie française. L’association a longtemps mis en garde contre une dépendance croissante à l’égard des fabricants de médicaments étrangers, notant que 60 à 80 % des ingrédients pharmaceutiques actifs en Europe sont importés – contre 20 % il y a trois décennies.

« Rien n’a été fait au niveau gouvernemental pour arrêter cela« , a déclaré Marie-Christine Belleville, membre de l’académie.

En fait, des avertissements ont été lancés depuis des années.

Au lendemain de la pandémie de SRAS en Asie en 2003, les responsables français ont analysé les risques dans une série de rapports et ont constitué un stock national de masques et autres équipements de protection fabriqués par des fournisseurs nationaux – conformément à une tradition gaulliste de maintien d’une industrie de défense nationale forte qui exporte également des avions de chasse Rafale, des sous-marins, des dragueurs de mines et des frégates dans le monde entier.

En 2006, un plan gouvernemental de lutte contre la pandémie a recommandé une série de mesures, dont la création de stocks de masques. Un an auparavant, le ministère français de la santé avait signé un contrat de cinq ans pour l’achat de 180 millions de masques par an que Bacou-Dalloz, alors le plus grand fabricant de masques en France, produirait dans une usine à Plaintel, à environ 450 km de Paris.

Les détails du contrat, dont une copie a été obtenue par le New York Times, révèlent la pensée stratégique du gouvernement à l’époque. En s’assurant un fournisseur national, la France éviterait d’être « exclusivement dépendante d’importations qui seraient perturbées dans le contexte d’une pandémie« .

Le contrat garantirait au gouvernement le « renouvellement de son stock de masques » au fur et à mesure que les anciens stocks atteindraient leur date d’expiration. Et en cas de pandémie, le gouvernement pourrait réquisitionner la production de l’usine.

L’arrêté gouvernemental « a monopolisé toute la capacité de production de l’usine Plaintel« , a déclaré Jean-Jacques Fuan, un ancien directeur de l’usine.

En 2008, le gouvernement a publié un livre blanc qui, pour la première fois, citait les pandémies comme une menace nationale potentielle, le plaçant au quatrième rang derrière le terrorisme, la cyberguerre et une attaque de missiles balistiques.

« Dans les 15 prochaines années, l’arrivée d’une pandémie est possible« , avertit le document. Elle pourrait être très contagieuse et mortelle, et pourrait se propager par vagues pendant des semaines ou des mois.

Mais peu après, de nombreux politiciens ont commencé à critiquer la politique de stockage des masques et des médicaments, qu’ils considéraient comme du gaspillage. Les quelques 383 millions d’euros dépensés en 2009 pour acquérir 44 millions de vaccins contre la grippe H1N1 ont provoqué un scandale politique après que moins de 9 % des Français aient été vaccinés.

En 2013, le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale a publié de nouvelles directives en cas de pandémie, mettant l’accent sur les « économies globales » et réduisant l’importance du maintien d’un stock. Des masques chirurgicaux seraient stockés, mais pas les masques FFP2, plus sophistiqués, qui, selon le rapport, coûtent dix fois plus cher.

Les directives ont également transféré la responsabilité – et les coûts – de la sécurisation et du stockage des masques aux employeurs publics et privés. Cela a contribué aux graves pénuries dont la France a souffert ces derniers mois, les responsables gouvernementaux s’étant moins engagés sur cette question.

M. Gautier, l’ancien directeur du secrétariat général, a déclaré que les nouvelles directives avaient pour but d’améliorer la distribution des masques en obligeant les employeurs, comme les hôpitaux, à les stocker et en les rendant légalement responsables de la protection de leurs employés.

Mais il a reconnu qu' »il aurait été logique de transférer les crédits et pas seulement les coûts aux employeurs. Nous aurions également dû mettre en place des mesures de contrôle pour nous assurer que les réformes avaient été appliquées correctement« .

Mais la nouvelle politique a également sapé la capacité de la France à produire des masques. Les employeurs, désormais chargés de se procurer des masques, ont naturellement cherché des fournisseurs moins chers à l’étranger.

Et pour réduire les coûts, le gouvernement a passé des commandes importantes que seules les usines chinoises étaient en mesure de satisfaire, a déclaré Francis Delattre, un ancien sénateur dont le rapport de 2015 mettait en garde contre l’épuisement des masques.

« Les petites usines françaises perdaient des commandes« , a déclaré M. Delattre. « Il était très dangereux de ne confier la protection sanitaire du pays qu’à un ou deux conglomérats chinois« .

Et sans son unique client gouvernemental, l’usine de Plaintel, qui fonctionnait autrefois 24 heures sur 24, a vu ses activités se réduire et a finalement fermé en 2018, a déclaré M. Fuan.

Avec la destruction des masques périmés, le stock national français est passé de 1,7 milliard en 2009 à 150 millions en mars.

Et alors que « l’ennemi invisible » commençait à sévir dans toute la France, le pays qui fabriquait certains des équipements militaires les plus sophistiqués au monde était incapable de produire suffisamment de masques faciaux.

« Cette crise doit nous amener à considérer les soins de santé comme un secteur stratégique qui devrait s’appuyer sur une grande partie de ce que nous faisons en matière de défense« , a déclaré Arnaud Danjean, un législateur européen.

« Nous n’étions pas armés pour cela« , a-t-il ajouté.

Source : New York Times
Traduit par l’équipe Les-Crises

Commentaire recommandé

anatole27 // 23.05.2020 à 08h36

Arnaud Danjean est bien sympathique , mais il faudra qu’il nous explique comment il fait pour promouvoir la relocalisation tout en siégeant avec Pascal Lamy (chantre de la délocalisation) au sein de la structure paneuropéenne ECFR.

https://www.ecfr.eu/paris/fr/conseil

On remarquera au passage qu’Ismaël Emelien qui avait quitté l’élysée suite à l’affaire benalla a intégré la susdite structure après un petit saut chez LVMH, la multinationale qui pour soigner son image , envoyait les masques que la france n’avait pas pour ses soignants en chine au début février

https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/le-ministere-et-son-reseau/actualites-du-ministere/informations-coronavirus-covid-19/coronavirus-declarations-et-communiques/article/envoi-de-fret-medical-en-solidarite-avec-la-chine-a-destination-des-structures

63 réactions et commentaires

  • Cordialement // 23.05.2020 à 08h00

    Vite vite encore et un peu plus de sécurité notre bon maître. Nous sommes si faibles et vous si capable! Prions encore que vous puissiez nous sauver, pauvre de nous pauvres pêcheurs, c’est tellement plus simple.

      +12

    Alerter
    • fanfan // 23.05.2020 à 20h26

      Même scénario qu’en 2009 pour la « pandémie » de grippe A H1N1. L’OMS, via les partenariats public-privé, et ces hauts conseillers (ESWI, SAGE, GEIG…), liés aux laboratoires pharmaceutiques, est sous influence et sous la pression d’un lobbying puissant, infiltré partout. Entre autre, Sanofi-Aventis avait des liens financiers avec des hauts conseillers de l’OMS, Albert Osterhaus (ESWI), David Salisbury (SAGE), Bruno Lina (GEIG), pour la gestion de la campagne de vaccination contre la grippe A H1N1
      Au fait, vous vous souvenez du « TAMIFLU, oseltamivir, groupe Roche », de toute la controverse à propos de l’inefficacité de cet antiviral, pourtant coûteux et non dénué d’effets secondaires ? (https://www.theatlantic.com/magazine/archive/2009/12/the-truth-about-tamiflu/307801/ // https://doi.org/10.1136/bmj.b5164 // doi: https://doi.org/10.1136/bmj.b5387 // https://doi.org/10.1136/bmj.39240.497025.80 // https://www.lefigaro.fr/sciences/2007/04/06/01008-20070406ARTFIG90091-le_tamiflu_interdit_en_coree_du_sud.php …)
      Comme l’exigent les dispositions de l’article 185 du Règlement pour constituer une commission d’enquête spéciale temporaire au Parlement Européen pour examiner la gestion de la grippe A/H1N1 au sein de l’UE, la signature d’au moins un quart des députés du Parlement européen, soit 185 signatures étaient nécessaires. La conférence des présidents a opposé une fin de non recevoir, non motivé, à la demande formulée par 210 députés (coup d’état démocratique) !

        +4

      Alerter
  • Brigitte // 23.05.2020 à 08h12

    C’est presque comique de voir les USA parler de la France ainsi, comme d’une état qu’ils n’auront jamais pu complètement annexer, dans une forme d’inversion historique.
    Bien sur la France est à genoux, ce n’est un mystère pour personne. Le « prince charmant », au lieu de la relever, l’a empoisonnée encore un peu plus. Mais que les cow boys s’occupent de leur système de santé et de compter leurs morts. Qu’ils arrêtent de fourrer leur nez artificiel chez les autres. C’est bien en partie à cause d’eux que l’on en est là, de leur domination, de notre servitude volontaire, de la fascination ridicule qu’ils exercent sur les français, qui en perdent leur langue et leur culture.
    Le covid-19 leur aura donné encore plus d’influence. Réservé à l’alimenattion, le « drive » s’impose maintenant pour la santé, chez le pharmacien, au labo d’analyse, le « webinar » s’impose avec la distanciation sociale. Bref, dans la guerre économique et culturelle, ils sortent encore vainqueurs et nous perdants. C’est lassant à force!
    A moins qu’une étude scientifique nous prouve que les polyphénols ont des propriétés anti-virales…. je veux bien être volontaire sain dans l’essai clinique….

      +37

    Alerter
    • jean-pierre georges-pichot // 23.05.2020 à 10h50

      Je ne suis pas certain que les Etats-Unis s’en sortent si bien. Aux dernières nouvelles, et puisque des chiffres fiables commencent, l’épidémie étant terminée, à être accessibles, l’Europe dans son ensemble a eu 222 décès par million d’habitants, et les Etats-Unis 277. A comparer avec les 5,6 décès par million de l’Asie! La France, il est vrai tient un record mondial avec 494 décès par million d’habitants (et la région parisienne passant le millier avec sa stricte politique de non-traitement-non-détection-non-isolement des malades, remplacés par l’usage du carnet à souche et l’interdiction de la bicyclette). En réalité, la France et les Etats-Unis ont noué dans cette affaire un partenariat presque exclusif (la Belgique s’installant en co-opérateur mineur) en raison des liaisons aériennes serrées, laissées ouvertes jusqu’au dernier moment, et sans contrôle sanitaire. Si bien que l’essentiel de notre contamination s’est faite à partir de New-York, et la leur à partir de Roissy. Voilà voilà ce qu’il y a à dire au moment où la foire est finie et se comptent les bouses. A la sortie, c’est la Chine qui surgit comme modèle mondial de gouvernance, adulée du préfet Lallement pour le versant drones et mise au cabinet noir, mais incomprise de Véran et Salomon pour l’organisation des soins. Je suis sûr que lorsque nous reverrons Attali, Moscovici et Lamy, ils se seront mis au chinois.

        +21

      Alerter
      • Fritz // 23.05.2020 à 12h24

        France parisienne et USA, les deux pays les plus dévastés… C’est beau, la « relation transatlantique » que nos zélites voulaient tant reconstruire après la guerre d’Irak.

          +4

        Alerter
      • Pascalcs // 23.05.2020 à 13h51

        La France n’a pas le record mondial de mortalité mesurée en décès par millions d’habitants. Il y à beaucoup d’autres pays plus malheureux encore devant elle. L’Italie, l’Espagne, la Belgique, le Royaume-Uni et d’autres ont une mortalité bien supérieure.

          +9

        Alerter
        • Jean neymar // 24.05.2020 à 11h03

          Supérieure mais pas « bien superieure ». A la fiabilite pres des comptages, c’est la même faillite.

            +1

          Alerter
      • marc // 23.05.2020 à 18h58

        Je ne sais pas d’où vous tenez vos chiffres, mais d’après http://www.worldometers.info/coronavirus , c’est la Belgique qui est championne du monde avec 797 morts par million d’habitants, la France se situe à 433, les USA à 296…
        De plus, il est absurde de considérer l’Europe comme un groupe entier, car il est très hétérogène, malgré les tromperies des grands médias présentant l’Allemagne comme « le bon élève de l’Europe », ce qui relève du pur mensonge : l’Allemagne en est à 100 morts pour un million d’habitants, mais elle est très largement distancée par une dizaine de pays européens, tels que la Grêce (16), la Bulgarie (18), la Pologne (26), la république Tchèque (29) etc etc

          +5

        Alerter
  • anatole27 // 23.05.2020 à 08h19

    IL semble que l’état ait enfin compris , plus de deux mois après le début de la crise qu’il valait mieux produire les masques en france

    https://www.usinenouvelle.com/article/l-etat-commande-1-milliard-de-masques-sanitaires-fabriques-en-france-et-designe-quatre-nouveaux-fabricants.N966471

    Que de temps perdu, on citera le cas de cette usine alsacienne LABONAL qui fabrique des masques étanche à 99,6% et qui a vu lui échapper moultes commandes , par exemple celles de la ville de mulhouse qui a préféré acheter en chine des masques de mauvaises qualités.

    https://www.rue89strasbourg.com/apres-le-couvre-feu-les-mulhousiens-decouvrent-amers-leurs-masques-municipaux-175886

    On remarquera que l’achat des masques a coûté 4 Milliards à l’état

    http://www.lepharmaciendefrance.fr/actualite-web/facture-salee

      +18

    Alerter
    • Catalina // 23.05.2020 à 10h32

      « On remarquera que l’achat des masques a coûté 4 Milliards à l’état » pas à l »état, à nous car c’est nous qui allons REPAYE !! puisqu’on a dejà payé pour ça, un racket incroyable et où est passé l’argent, dans les mêmes poches, toujours, celles de la corruption de l’appareil étatique

        +8

      Alerter
    • François // 23.05.2020 à 10h38

      +1 on ne change pas une équipe qui gagne.
      4millards est un chiffre impressionnant.
      Si l’on ajoute les coûts hospitaliers, de chômage, du manques d’entrée des impôts via la TVA par exemple, etc… La note va être salé.

      J’espère que ces chiffres vont être communiqué par les médias

        +5

      Alerter
      • Jean-François91 // 24.05.2020 à 23h18

        « J’espère que ces chiffres vont être communiqué par les médias »
        Faut pas rêver !
        A nous de choisir des médias qui font leur travail honnêtement. Il n’y en a pas beaucoup, mais il y en a.

          +2

        Alerter
  • Crapaud Rouge // 23.05.2020 à 08h32

    Ce qui me débecte le plus dans cette histoire, c’est qu’on ait pu « critiquer la politique de stockage des masques et des médicaments, [considérée] comme du gaspillage », car c’est ignorer LA donnée fondamentale qui est pourtant simple à comprendre : l’arrivée d’une pandémie est imprévisible, de même que la dangerosité d’un nouvel agent pathogène.

      +27

    Alerter
    • Catalina // 23.05.2020 à 10h33

      oui, mais vu les pieds nickelés qui nous « gouvernent » rien d’étonnant, ces incapables ne méritent pas le premier euro que le peuple paye pour les engraisser !

        +5

      Alerter
    • Patrick // 23.05.2020 à 11h36

      oui mais électoralement ça ne sert à rien .. avec un peu de chance la pandémie arrivera après la réélection. C’est la même chose pour toutes les missions régaliennes.
      Les budgets n’étant pas extensibles à l’infini , ils faut bien récupérer l’argent pour subventionner la clientèle électorale ou des trucs qui se voient , ou des postes et des couches administratives pour nourrir les copains.

        +9

      Alerter
    • Gurney // 23.05.2020 à 12h59

      Tout à fait.
      Si on fait un parallèle, le gouvernement a géré ce risque, comme un individu qui choisirait de ne pas payer ses primes d’assurances responsabilité civil et d’assurance automobile, pour « faire des économies »…
      Une approche de boutiquier sans aucune envergure, et sans aucune notion de gestion du risque.

        +14

      Alerter
      • Crapaud Rouge // 23.05.2020 à 14h20

        Exactement. Excellente comparaison. Mais je pensais aussi aux débats tels qu’on peut les imaginer, avec déclarations enflammées au parlement pour dénoncer la gabegie du gouvernement. Des débats futiles donc, puisqu’ils ont nécessairement oublié la donnée principale du problème qui coupe court à toute discussion.

          +4

        Alerter
  • anatole27 // 23.05.2020 à 08h36

    Arnaud Danjean est bien sympathique , mais il faudra qu’il nous explique comment il fait pour promouvoir la relocalisation tout en siégeant avec Pascal Lamy (chantre de la délocalisation) au sein de la structure paneuropéenne ECFR.

    https://www.ecfr.eu/paris/fr/conseil

    On remarquera au passage qu’Ismaël Emelien qui avait quitté l’élysée suite à l’affaire benalla a intégré la susdite structure après un petit saut chez LVMH, la multinationale qui pour soigner son image , envoyait les masques que la france n’avait pas pour ses soignants en chine au début février

    https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/le-ministere-et-son-reseau/actualites-du-ministere/informations-coronavirus-covid-19/coronavirus-declarations-et-communiques/article/envoi-de-fret-medical-en-solidarite-avec-la-chine-a-destination-des-structures

      +46

    Alerter
  • yann // 23.05.2020 à 08h58

    En plus d’acheter les masques en Chine, il faut aussi acheter le New York Times pour savoir ce qui se passe en France?
    Ouate de phoque?

      +43

    Alerter
    • jean-pierre georges-pichot // 23.05.2020 à 09h55

      Je ne sais pas, mais ce qui est sûr, c’est que vous ne saurez pas ce qui se passe aux Etats-Unis en lisant ‘Le Monde’. Ni rien d’autre.

        +19

      Alerter
      • iMike // 23.05.2020 à 11h16

        Je dirais plutôt, lisez le NYT pour savoir ce que vous lirez dans Le Monde, en éducoré 48h plus tard…

          +22

        Alerter
    • Eric83 // 23.05.2020 à 17h16

      Et oui Yann, c’est bien connu, il n’y a pas de blogs de ré-information aux US et donc pas d’articles intéressants à traduire, hormis ceux du Wapo et du NYT.

      Petite info en passant, depuis une bonne dizaine de jours, Joe Biden se retrouve sous le feu des projecteurs aux US et sous ceux de la justice en Ukraine pour son marchandage démission de Chokine/versement de 1 mds de dollars au gouvernement ukrainien, sous Porochenko.

      Des sénateurs veulent faire comparaître Joe Biden et son fils Hunter devant le Sénat.

      Il y a quelques temps, ce blog s’intéressait de très très prêt aux « Biden en Ukraine » mais il semble que cela ne soit plus le cas.

        +14

      Alerter
  • Perret // 23.05.2020 à 09h03

    Pour des raisons historiques qui remontent à de Gaulle, la France dispose d’un nombre de cadres formés à la relation commerciale avec la Chine tout à fait remarquable. En outre, les groupes français ont pris des participations importantes en Chine. Voir notamment Auchan : https://www.capital.fr/entreprises-marches/auchan-sallie-a-alibaba-dans-le-commerce-physique-et-numerique-en-chine-1256561
    Si Macron avait fait comme Merkel, laissé les entreprises se débrouiller pour acheter des masques, il n’y aurait pas eu de pénurie mais un peu plus de déficit du commerce extérieur, donc de chômage. La délocalisation c’est le chômage, l’incompétence de l’Etat, c’est la pénurie. Il ne faut pas se tromper.

      +3

    Alerter
    • jean-pierre georges-pichot // 23.05.2020 à 09h52

      La délocalisation c’est aussi l’incompétence de l’état. Mais l’incompétence de l’état, c’est sa colonisation par des intérêts privés. Macron, Buzyn, Philippe sont autant l’état que ces mouches qui pondent leurs oeufs dans la chair d’une chenille pour que les larves auxquelles ces oeufs donnent naissance s’en nourrissent. Ils viennent d’ailleurs et retourneront ailleurs après s’être repus.

        +12

      Alerter
  • lon // 23.05.2020 à 09h04

    Faudrait connaître le coût à l’unité d’un masque chinois et d’un masque made in France … quand depuis plus de 10 ans ce pays est dirigé par des sous-banquiers avec des mentalités d’école de commerce, il faut pas s’étonner .

      +22

    Alerter
  • Barachin // 23.05.2020 à 09h39

    Une très bonne interview de deux journalistes du monde Fabrice Lhomme et Gérard Davet

    « Le fiasco des masques : les révélations de Fabrice Lhomme et Gérard Davet du journal Le Monde » : https://www.youtube.com/watch?v=6CYdNT9R-xw

    On a toute la chronologie du fiasco et le nom des responsables, dont certains encore en place.

      +6

    Alerter
    • ManuUK // 23.05.2020 à 20h38

      Très intéressant. Je trouve assez incroyable tout le débat sur la chloroquine (qu’on a trouvé aussi sur les-crises). Ce débat a braqué tous les projecteurs sur Raoult, et tout se passait comme-ci Raoult était le responsable du fiasco français.

      Mais nous savons où se trouvent les coupables ! Ils cherchent à faire diversion, c’est une technique de guerre très connue… Et pendant ce temps-là, ils s’en sortent admirablement bien.

      Tout ira bien pour eux… Et la crise est associée au nom du professeur et non pas à Macron….

        +6

      Alerter
    • Alligator427 // 23.05.2020 à 21h26

      ManuUk

      Je crois que vous compliquez un peu la situation, les politiques et le gouvernement en particulier n’ont fait que suivre la vague médiatique, certains en essayant de surfer dessus.

      L’incroyable popularité du Pr Raoult a été fabriquée par les media, de façon assez banale et sans intentionnalité particulière. On est alors en février, le sujet de la Covid-19 occupe de plus en plus de temps d’antenne, jusqu’à devenir quasiment l’unique sujet d’information.

      Dans ces circonstances les media tournent en boucle sur les mêmes sujets, ils se répètent et – comme à l’accoutumée – se recopient les uns les autres. Et puis d’un coup apparaît un original, bardé de diplômes et au look atypique, qui affirme haut et fort « Corinavirus, fin de partie ».

      Les media ont enfin un os à ronger, du sensationnel à mettre en scène et de quoi faire du remplissage d’antenne à grand renfort de plateaux d’experts de l’expertise. Ils peuvent se tirer la bourre entre eux (leur raison d’être, l’audimat), le sérieux n’est pas le sujet.

      Le sérieux, il fallait venir le chercher sur un site comme Les Crises : https://www.les-crises.fr/didier-raoult-les-graves-manipulations-scientifiques/

        +1

      Alerter
      • Leterrible // 23.05.2020 à 22h51

        @Alligator …
        1) Votre lien de bas de commentaire renvoie au 6 MAI.

        2) Vous écrivez : …  » L’incroyable popularité du Pr Raoult a été fabriquée par les media, de façon assez banale et sans intentionnalité particulière. ON EST ALORS EN FÉVRIER, le sujet de la Covid-19 occupe de plus en plus de temps d’antenne, jusqu’à devenir quasiment l’unique sujet d’information « … (((majuscules personnelles)))

        Or la séquence LesCrises des articles que vous ne souhaitez pas voir qualifiée d' » anti-Raouult  » mais de « scientifiquement sans parti-pris » DÉMARRE LE 26 MARS ( https://www.les-crises.fr/le-professeur-didier-raoult-rebelle-anti-systeme-ou-megalomane-sans-ethique/ )
        Alors votre :  »  »  » Le sérieux, il FALLAIT venir le chercher sur un site comme Les Crises  »  »  » (((maj perso))) …comment dire..??

        Le contenu du commentaire de @ ManuUK // 23.05.2020 à 20h38 est particulièrement pertinent.

          +3

        Alerter
      • Alligator427 // 23.05.2020 à 23h21

        @Leterrible

        Je ne comprends pas vos remarques concernant la chronologie.

        Pour ma part je crois voir une succession logique d’évènements
        • Février / Mars : emballement médiatique autour du Pr Raoult suite à sa vidéo ‘Coronavirus fin de partie »
        • Mars / … : le site Les Crises appelle à la vigilance et dénonce – avec d’autres – les manipulations des études menées à Marseille (https://www.les-crises.fr/le-professeur-didier-raoult-rebelle-anti-systeme-ou-megalomane-sans-ethique/ par exemple)

        Sinon je ne trouve pas vraiment pertinent de croire que le gouvernement s’est servi du Pr Raoult pour masquer son incompétence. Maintenant que l’on sait que le Pr Raoult s’est planté avec son protocole :
        • Macron va devoir expliquer sa virée à Marseille
        • Véran son autorisation – sous la pression populaire / médiatique – de l’emploi de la Chloroquine dans les hôpitaux français
        • sans parler des éditocrates (mais qui eux ne rendent jamais de compte à personne)

        Comme indiqué dans mon premier commentaire,
        • il me semble plus simple de considérer que les hommes politiques ont été opportunistes, ont tenté de tirer profit de l’emballement médiatique autour du Pr Raoult
        • mais c’est beaucoup moins probable qu’ils contrôlent quoi que ce soit dans cet emballement médiatique qui finalement va se retourner contre eux

        Celui qui a le plus à perdre est sans doute Trump.
        C’est de mon point de vue le seul point positif de cette histoire.

          +3

        Alerter
        • Manuuk // 24.05.2020 à 10h21

          « • il me semble plus simple de considérer que les hommes politiques ont été opportunistes, ont tenté de tirer profit de l’emballement médiatique autour du Pr Raoult »

          C’est ce qu’on dit.

          « Macron va devoir expliquer sa virée à Marseille »

          Macrin dit qu’il n’y a pas eu de crise des masques. Alors ses excuses on attend.

          « Celui qui a le plus à perdre est sans doute Trump. »

          Trump a dit que s’ils avaient 100 000 morts, ce serait un bilan positif pour lui. Les États-Unis ont moins de mort que l’Espagne, l’Italie, la France, le RU et l’Allemagne réuni… Donc il n’a rien perdu. Juste que comme d’habitude, il dit de la merde.

            +1

          Alerter
  • jean-pierre georges-pichot // 23.05.2020 à 09h41

    ‘La France avait décidé « qu’il n’était plus nécessaire de maintenir des stocks massifs dans le pays, étant donné que les usines de production pouvaient être opérationnelles très rapidement, notamment en Chine« , a déclaré le ministre de la santé, Olivier Véran, au Parlement en mars. Mais l’ampleur et la rapidité du coronavirus défient cette logique. Encore sous le choc de sa propre épidémie, la Chine, premier fabricant mondial de masques, a été submergée de commandes. L’Inde, l’un des principaux exportateurs de médicaments, a temporairement interdit les exportations par crainte de pénurie.’ C’est extraordinaire. Combien de temps subirons-nous ces imbéciles ? La prochaine crise, bien plus grave, qui nous pend au nez, est la pénurie alimentaire. Il y a déjà des années, je me souviens d’avoir entendu expliquer comment une grève des dockers menaçait notre élevage porcin de mourir de faim. Mais aucune leçon n’a été tirée et d’ores et déjà nous ne sommes plus auto-suffisants. Tout le monde s’en fout et nous signons des accords le libre-échange en carton. Du jour au lendemain, l’Australie, l’Argentine, la Russie, les Etats-Unis peuvent avoir à cesser leurs exportations et nous laisser le bec dans l’eau tandis que nos terres sont mises en jachère par Bruxelles. C’est à rendre fou.

      +29

    Alerter
    • rolland // 23.05.2020 à 10h29

      Business as usual.
      Dans la vie deux choses sont inévitables, les taxes et la mort, reste à travailler pour en insérer d’autres telles les droits humains, le vivre ensemble dans le respect de ces droits, en résumé le respect du vivant puisque finalement tout part de là..

        +2

      Alerter
    • lairderien // 23.05.2020 à 11h43

      Depuis toute la période de confinement, j’ai profité de mes sorties journalières alimentaires pour parcourir (en voiture) via le chemin des écoliers 😉 toutes les routes autour de mon village. Et là j’ai vraiment pris conscience des dizaines d’hectares de terre en jachères que j’observais autour de celui-ci.
      Combien d’exploitants en agriculture raisonnable et raisonnée à taille humaine cela pourrait représenter y compris en terme d’élevage ?
      Dans notre village il reste un seul fermier proche de la retraite qui élève un petit troupeau de vaches (30 têtes) des canards, des poules, des pintades, en petites unités à l’air libre, d’une qualité incomparable, vendus en direct à la ferme. Je vous dis pas les chapons à Noël ou nouvel an, un régal !
      Espérons que d’autres jeunes agriculteurs viennent prendre sa relève !

        +9

      Alerter
    • Patrick // 23.05.2020 à 11h43

      ça fait longtemps que les chaînes logistiques se fragilisent à force d’optimisation des coûts , on l’avait déjà constaté sur le terrain mais ce n’était pas remonté aux oreilles des dirigeants.
      Dans un premier temps , il était facile de contourner les problèmes , par exemple en évitant les ports français , c’est comme ça que Anvers est devenu le « premier port français ».
      Il y a un an ou deux , l’armée US avait étudié son « indépendance » en particulier face à la Chine , la réponse était sans appel : dépendance totale pour la fabrication et la maintenance de ses équipements. Ils ne sont même plus capables de fabriquer leurs toiles de tente.

        +4

      Alerter
      • Barachin // 23.05.2020 à 12h06

        « les chaînes logistiques se fragilisent à force d’optimisation des coûts »

        Tiens, Patrick vient d’admettre que la logique de la concurrence n’avait pas forcément que des avantages. De là à admettre que des règlementations sont nécessaires pour limiter les méfaits de la concurrence…

        Attention à la gôchisation mon Patrick 🙂

          +4

        Alerter
        • Patrick // 23.05.2020 à 13h00

          La concurrence est la meilleure des choses si elle s’exerce dans de bonnes conditions et donc dans un ensemble de pays cohérents La mise en concurrence avec la Chine était pipé d’avance ( régime communiste, travailleurs mal payés , pas de libertés…).

          Après .. ça va tuer les entreprises qui ont trop compté là dessus et donc créer des opportunités pour les autres .. la destruction créatrice est en route.

            +2

          Alerter
        • Barachin // 23.05.2020 à 13h31

          « la destruction créatrice est en route »

          hi hi hi … un libéral retombe toujours sur ses pattes, c’est comme les chats.

          La doctrine :
          • pour que l’économie prospère il faut une concurrence libre et non faussée
          • si ce n’est pas le cas, c’est la ruine
          • mais sur cette ruine émergera la prospérité grâce à la concurrence libre et non faussée

          … on se croirait rendu aux plus belles heures du stalinisme. Si le communisme ne fonctionne pas, c’est qu’il n’y a pas assez de communisme !

          Les structures mentales d’un libéral sont primaires, primitives presque.

          C’est une mythologie en soi, mêlant la pensée magique (la main invisible qui change la somme des intérêts individuels en intérêt collectif) et une assimilation grossière du paradigme évolutionniste (de tous temps seuls les plus forts survivent).

          Intellectuellement c’est tellement pauvre qu’on en aurait presque de la pitié. Malheureusement, aidé en cela par un système médiatique tout acquis à sa cause (cf n’importe quel JT), la mythologie libérale a des effets sur le réel bien concrets 🙁

            +6

          Alerter
          • Patrick // 23.05.2020 à 21h55

            Quel manque d’arguments factuels !!!
            Diarrhée verbale , un peu injurieuse mais vide

              +1

            Alerter
          • Barachin // 23.05.2020 à 23h51

            Toutes mes excuses si j’ai pu voir paraître injurieux : ce n’était pas mon intention. Quand je parle de structure de pensée primitive ou magique, je fais référence indirectement à l’ethnologie.

            Nous avons beaucoup à apprendre des peuples premiers via la démarche comparatiste (https://www.college-de-france.fr/site/philippe-descola/course-2019-02-06-14h00.htm).

            Il y a des invariants dans la pensée humaine, qui sont formulées différemment selon les périodes de l’Histoire. Par exemple, la volonté de mettre le monde en équation était déjà une obsession des Pythagoriciens … et on la retrouve avec la science moderne (dite positiviste) du XIXe.

            Croire que le Marché va tout régler « magiquement » est aussi stupide et dangereux qu’enrégimenter une société toute entière avec le Gosplan (https://www.youtube.com/watch?v=q72RTYDtkY8&t=44s)

            L’idée de départ – tout chiffrer / tout mettre en équation – étant la même pour les libéraux et les communistes, il y a une certaine logique à ce que le point d’arrivée soit le même : la mesure n’est plus un outil mais une fin en soit.

            Concrètement, l’homme mis au service de l’économie.

            Vous souhaitez des éléments factuels ? En fait, en bon libéral, ce sont des chiffres traitant d’économie qui vous « feraient plaisir » ?

              +1

            Alerter
  • François // 23.05.2020 à 09h46

    Bon article de synthèse de l’état actuel de l’économie et de la stratégie de la France. La situation est désastreuse.

    La pandémie n’est qu’un révélateur, cette situation existait avant, elle s’est construite au fil du temps depuis 40ans. Chacun a mis sa pierre pour participer… A cette chute… consciemment ou inconsciemment. Il y a une auto analyse à faire sur nos actes.

    Si nous voulons remonter la pente, cela ne se fera que collectivement et nous devrions aller tous dans le même sens… Cela va être difficile mais le premier problème a résoudre est de l’ordre psychologique collective.

      +9

    Alerter
  • Tikehau // 23.05.2020 à 09h48

    « Au lendemain de la pandémie de SRAS en Asie en 2003,les responsables français ont analysé les risques dans une série de rapports » : en où l’on retrouve le loup http://www2.cnrs.fr/sites/thema/fichier/bioterrorisme03.pdf

      +7

    Alerter
    • François // 23.05.2020 à 10h17

      J’adore ce rapport mais le site les crises ne l’ont jamais mis en avant comme ils ont pu le faire sur le pr Raoult… Je ne comprends pas pourquoi 🤔😉😊

      Et pourtant, ce rapport a du sens sur ce site vu les articles sur le 0911, l’Ukraine, la Syrie.

        +11

      Alerter
        • Patrick // 23.05.2020 à 21h59

          Un truc génial , le gouvernement français a réagit à peine deux jours après la parution de l’article .. comme quoi , ils sont capables de bouger quand ils ont des ordres.
          Il semblerait bien que l’étude ait été financée par des labos qui espèrent bien vendre leurs médocs.

            +2

          Alerter
        • Barachin // 24.05.2020 à 00h07

          Patrick

          « il semblerait que … »

          Vous n’allez pas vous y mette également à diffuser des rumeurs ?
          Ce n’est pas très responsable, où sont vos sources ?

          Pour ma part le lien que je cite fait référence à une étude publiée dans revue scientifique The Lancet. Cette publication confirme les conclusions de 3 études précédentes (si vous lisez l’anglais) :
          > https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2766117
          > https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2012410?query=featured_home
          > https://www.bmj.com/content/369/bmj.m1844

          C’est du très très sérieux (on ne parle pas de 26 patients présélectionnés mais de 96000 cas) et cela m’étonnerait fort qu’ils s’amusent à bidonner leurs études :
          • c’est à une autre échelle qu’un labo en région PACA
          • et la communauté scientifique (et les politiques également) ont en bonne logique les yeux rivés sur cette dernière étude, publiée dans la revue de référence

            +1

          Alerter
          • Séraphim // 24.05.2020 à 16h33

            Qu’est-ce que c’est « une étude de 96000 cas » ? Ben c’est pas une étude ! C’est une analyse de cas constatés dans plein d’institutions diverses, pas homogènes, disparates. Tout ce qu’on a reproché à Raoult quand il voulait comparer ses cas à des cas extérieurs. Il ne s’agit là que d’une lecture de données brutes, au demeurant partiale, contestable et trop rapide

              +0

            Alerter
    • jean-pierre georges-pichot // 23.05.2020 à 11h07

      Un document intéressant. En ce qui me concerne, il ne fait que confirmer ce que je savais. La variole, le charbon, la toxine botulinique sont les agents de choix en matière de guerre bactériologique, et étant donné leur efficacité, je ne crois pas qu’il y ait lieu de se torturer à la pensée qu’il en apparaisse de pires. La nouveauté pour moi : le fait que le docteur Raoult ait rang d’expert d’état en la matière ne conduit-il pas à l’hypothèse que sa démolition par la presse mondialiste fasse partie d’une entreprise d’affaiblissement de nos défenses collectives ? Autre remarque : le document ne cite comme grands vilains susceptibles de recourir à de tels moyens que ‘les Rouges venus de l’Est’, thème classique de manoeuvres otanesques, et les ‘terroristes barbus venus du Moyen-Orient’, thème de substitution pour justifier la destruction de nos libertés. C’est risible. Mais il est vrai que nous avons depuis longtemps délocalisé notre défense nationale à Washington.

        +13

      Alerter
      • lairderien // 23.05.2020 à 11h58

        Peu importe au fond que ce soient les « rouges » ou les « terroristes barbus » qui sont pointés du doigt. Ce qui compte c’est l’analyse globale des mesures à prendre et la critique notamment des pseudos-experts, ainsi que l’absence de coordination dans les politiques sanitaires.
        Ce rapport aurait mérité un large débat et aurait probablement évité le spectacle lamentable de la pandémie actuelle s’il avait été suivi.
        Il ne faut pas s’étonner du nombre d’opposants à Raoult après la lecture de ce rapport de 2003 qui est dévastateur pour les politiques suivies.

          +6

        Alerter
        • Havoc // 24.05.2020 à 13h52

          On parle bien du gars qui trouvait « délirant » qu’on s’inquiète de « trois morts en Chine » ?

            +0

          Alerter
  • tchoo // 23.05.2020 à 09h59

    Et que croyez vous qui l’advint ?
    Il est encore possible de fire redémarrer l’usine de Plaintel mais l’état s’y refusé.
    Avec ceux là demain sera comme hier

      +18

    Alerter
  • Vincent P. // 23.05.2020 à 13h51

    Le Times américain se passe bien de dire que c’est une société américaine très cupide (« LeBonMiel ») qui a fermé l’usine ET détruit l’outil de production, parti chez un ferrailleur.
    C’est vrai que 9% Brut de rentabilité, c’était vraiment trop peu, hein ?
    Mais ça touche combien, un retraité américain dans un ghetto de vieux riches en Floride ?
    Parce que ça coûte cher, surtout aux autres.

      +9

    Alerter
  • Balthazar // 23.05.2020 à 14h07

    Dans quelque temps, vous aurez le même genre d’article sur comment la France s’est retrouvée à cours de munitions lors d’une « vraie » guerre… sauf à courber l’échine et demander à notre bon maître. Qui n’en livrera que si cela sert ses propres intérêts (pourquoi les Emirats Arabes Unis rachètent les manufactures d’arme françaises, lisez « Nos très chers Emirs »)
    Ah ils sont beaux les « Gaulliens » qui dirigent ce protectorat.

      +3

    Alerter
    • bigglop // 24.05.2020 à 00h43

      @Balthazar,
      Pour votre information, la France ne produit plus ses munitions 223 Rem (GIAT) mais les importe.
      Wiki : En 2014, il était prévu qu’elle devait recevoir environ 100 millions de cartouches de 5,56 de trois fournisseurs, chacun apportant un tiers du volume : Companhia Brasileira de Cartuchos (en) (Brésil, maison mère depuis 2007 de Metallwerk Elisenhütte GmbH), BAE Systems (Royaume-Uni) et Alliant Techsystems (États-Unis)5.

        +1

      Alerter
  • Bientôt 78 ans // 23.05.2020 à 20h10

    L’effondrement systémique, c’est quand le Régime est devenu incapable de subvenir aux besoins essentiels de ses.citoyens.

    Le Régime français au pouvoir en est là.

      +2

    Alerter
    • Patrick // 23.05.2020 à 22h03

      En croyant que c’est l’état qui doit subvenir aux besoins essentiels on est sur de se retrouver dans la m…
      On a pu constater ces deniers temps que les citoyens peuvent parfaitement se débrouiller pour pallier aux errements de l’état.

        +0

      Alerter
      • Bientôt 78 ans // 24.05.2020 à 06h43

        « Peuvent parfaitement se débrouiller »? — C’est une mauvaise blague?

        Ils se débrouillent parfaitement en effet pour mourir en nombre record dans la douce France… une honte nationale. Mais quelle importance, ce sont surtout des vieux… hein?

          +3

        Alerter
  • sainsaulieu gerard // 23.05.2020 à 22h04

    Ces informations nous les connaissions plus ou moins.
    A quoi sert de le rappeler si ça ne débuche sur une proposition d’action ? Que faire ? est une injonction qui ne doit pas être laissé à Lénine.

      +3

    Alerter
  • Jean-François91 // 24.05.2020 à 11h06

    Le NYT, qui n’a jamais été très regardant sur la Macronie ou sur la Hollandie, s’amuse à décrire la France d’aujourd’hui, et certes il y a à dire. Mais c’est beaucoup plus facile que de décrire le programme en matière de santé de « leur » candidat, choisi par le DNC après que ce même NYT ait flingué tous les postulants un peu trop soucieux de faire passer l’intérêt général du peuple états-unien avant l’Etat profond.
    Pour ce qui est des manquement criminels de nos gouvernants hexagonaux, un groupe parlementaire de chez nous vient de publier, dans le plus grand silence de nos bons médias, le rapport d’une commission d’enquête. Il fait 180 pages, peut-être trop pour une lecture rapide ?
    https://lafranceinsoumise.fr/app/uploads/2020/05/Rapport-commission-denqu%C3%AAte-Covid19.pdf

      +3

    Alerter
  • Havoc // 24.05.2020 à 13h48

    Il y a une erreur flagrante de perspective statistique dans la façon dont sont comparés les taux de mortalité en France et aux USA. Les USA ont une population environ cinq fois plus importante que la France. La France parvient à environ 30 000 décès à la fin de la première vague importante de l’épidémie (et de la période de confinement). Les USA seront à environ 150 000 décès lorsqu’ils en seront au même stade, très probablement.

    Tout cela signifie qu’il n’existe pas de différences significatives entre les deux pays dans la façon dont la Covid19 a impacté la surmortalité. Il est très probable qu’à la fin, on constatera les mêmes données, à un facteur 5 tenant compte de la proportion de population.

      +0

    Alerter
  • Rémi // 25.05.2020 à 15h01

    Bonjour,

    peut-être un jours aurons-nous un article pour expliquer pourquoi la France n’a pas pu pas su reconvertir des usines pour produire ce qui manquait. Il reste des usines en France et elles ne demandaient qu’à servir.
    Il vaux mieux exporter lÄargent des francais en Chine.

      +1

    Alerter
    • Narm // 25.05.2020 à 23h12

      eh oui

      ce désastre annoncé

      ce désastre en cours

      ce désastre à venir

      la france embourbé dans son / par ses « business manger » / business plan

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications