Les Crises Les Crises
17.janvier.201917.1.2019 // Les Crises

Gilets jaunes : BFMTV défend la doctrine du maintien de l’ordre (médiatique). Par Samuel Gontier

Merci 101
J'envoie

Source : Télérama, Samuel Gontier, 09-01-2019

Sitôt achevée l’intervention d’Edouard Philippe, lundi soir sur TF1, les experts de BFMTV saluent l’ultra-fermeté opposée à l’ultra-ultraviolence des ultra-radicaux, auxquels ils promettent des peines ultra-exemplaires. Reste à savoir comment rendre ultra-répressif notre appareil judiciaire ultra-droit-de-l’hommiste.

« Ce à quoi on assiste aujourd’hui, c’est à une police totalement déchaînée, accuse l’invité de BFMTV. La doctrine du maintien de l’ordre à la française, qui était de ne pas aller au contact, est en train d’être pulvérisée. » C’est le journaliste David Dufresne qui parle. Depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, il recense sur Twitter les témoignages filmés de violences policières. L’invité de BFMTV poursuit : « On assiste à une “révolution policière” qui met totalement à mal le fameux modèle du maintien de l’ordre à la française. » Comment ça ? Je croyais que le monde entier nous l’enviait… « Dont on nous parle encore aujourd’hui en nous disant que c’est le “génie français”. » Oui, sur BFMTV, tous les samedis. « Non, on est dans un mythe. Ce mythe s’écroule sous nos yeux samedi après samedi. » L’interview de David Dufresne sur BFMTV aussi est un mythe. Même si la chaîne l’a bel et bien invité, lundi dernier.

David Dufresne a décliné. Il s’en est expliqué sur Twitter. Pour aggraver son cas, il a accepté l’invitation de Le Média. « Si je suis là, c’est parce que je ne suis pas à BFM qui m’a invité au même moment, explique-t-il au cours de son interview au long cours. L’invitation de BFM était assez rigolote puisqu’ils m’ont demandé de venir parler des manifestants violents… Mais ça fait un mois et demi que je travaille sur les violences policières ! » Et alors ? S’il fallait être compétent pour devenir expert sur BFMTV, ça se saurait.

Le Média

David Dufresne regrette que le message de la plupart des médias soit « unilatéral, univoque. Cette façon de travailler, de diriger le débat empêche la compréhension. Si on ne veut pas voir qu’il y a des milliers de blessés… Des milliers de blessés ! Des dizaines de gens mutilés qui ont perdu œil, main… Ça n’était jamais arrivé ! Pourquoi ce fait-là est-il occulté ? » Bientôt un mois et demi que je me le demande – deux ans et demi si je remonte à ma stupéfaction face à la répression des manifestations contre la loi Travail.

A propos de travail, David Dufresne résume : « Le travail des confrères est nul, au sens où il n’existe pas. » A quelques exceptions près, précise l’invité de BFMTV (et de Le Média). Notamment une enquête d’Envoyé spécial, « Violence, la surenchère », dans laquelle il était également interviewé. Pour ceux que la fréquentation de Le Média ou de France 2 rebuterait, on conseillera aussi l’article d’Olivier Fillieul et Fabien Jobard, Un splendide isolement, écrit à en 2016 à l’occasion des manifestations contre la Loi travail et publié par La vie des idées.

« Il y a des raisons » à l’omerta sur les violences policières, poursuit David Dufresne : « Les journalistes sont alimentés par les syndicats de police. » Et ils ne veulent pas se brouiller avec leurs sources – ni froisser leurs invités, parmi lesquels moult syndicalistes policiers, sans parler du fauteuil attribué à la porte-parole de la préfecture de police sur BFMTV. C’est pourquoi ils défendent avec tant de virulence le piétinement de l’Etat de droit, tel Dominique Rizet vantant la répression préventive face à un représentant de la Ligue des droits de l’homme dont le discours n’est « pas entendable ».

BFM TV

Un autre exemple est donné ce même lundi, après l’interview d’Edouard Philippe au 20 heures de TF1, dans laquelle pas un instant Gilles Bouleau n’évoque les violences policières… mais où le Premier ministre annonce une nouvelle loi « anti-casseurs ». A peine terminée, sa prestation est décryptée sur BFMTV. Son présentateur, Alain Marshall, s’inquiète : « En appelant à cette fermeté, en disant “on mobilise”, est-ce qu’en face ça ne pousse pas les autres à la mobilisation et à la radicalité ? » « Oui, mais il n’a plus le choix ! », réplique Anna Cabana. « Là, il n’a plus le choix », renchérit Thierry Arnaud. Selon les experts de BFMTV, le gouvernement n’a le choix que de la répression.

Anna Cabana développe : « Quand on répond ultra-fermeté à l’ultraviolence, on prend le risque d’avoir de l’ultra-ultraviolence qui exigera une réponse d’ultra-ultra-fermeté. » C’est ultra-ultra-flippant. D’autant qu’« on est dans une surenchère absolument inévitable ». Voire ultra-inévitable. « Que voulez-vous que l’exécutif fasse dans une situation comme ça ? » A part foncer dans le tas ? « Quand il dit : “Ils n’auront pas le dernier mot”, ça veut dire qu’on est dans la guerre ! » Tant qu’on n’est pas dans l’ultra-guerre… « Avec une volonté de ne pas laisser les symboles de la violence de l’autre côté. » Les forces de l’ordre aussi doivent devenir des symboles de la violence. « Un tracteur qui vient défoncer la porte d’un ministère, c’est un truc invraisemblable. » « Les agriculteurs ont déjà saccagé des préfectures ou des ministères », objecte Alain Marshall. Oui mais les agriculteurs ne réclament pas le rétablissement de l’ISF.

Ruth Elkrief est ultra-fataliste : « La radicalisation est déjà là, de toute façon. » Celle des manifestants. Alain Marshall prévient : « Les ultra-radicaux seront encore là samedi prochain. » L’ultra-radicalisation est déjà là, de toute façon. Thierry Arnaud fait un pas de côté pour regretter qu’Edouard Philippe n’ait prévu aucune mesure de répression de la violence sur Internet, il réclame « une fin de l’anonymat sur les réseaux sociaux parce que c’est pas tolérable de se comporter comme ça ». « Le Premier ministre dit que le nouveau dispositif [législatif] va être basé sur les mesures mises en place dans les années 2000 contre le hooliganisme, rapporte Ruth Elkrief. C’est vrai que c’était assez efficace. » En effet, c’est un formidable laboratoire de la répression, comme le rapportait Jérôme Latta en 2015 – et de la régression de l’Etat de droit puisque la liberté de circulation des supporters est entravée pour prévenir des délits qu’ils n’ont pas commis.

Ruth Elkrief précise : « C’est le syndicat Alliance qui l’a proposé. » Un gage de pondération et d’impartialité. « Si on arrête un casseur qui a été fiché, on peut l’interpeller tout de suite et immédiatement le mettre en garde à vue et procéder à une sanction. » Pour des faits qu’il n’a pas commis. « C’est une progression, effectivement. » Des libertés fondamentales, assurément. « C’est une façon d’avoir des moyens plus importants et aussi de parler aux policiers qui sont à bout physiquement et moralement. Il y a une grande crise morale pour les policiers et les gendarmes qui nous défendent. » Qui défendent les éditorialistes de BFMTV ? « J’ai des commandants de CRS qui m’appellent, qui sont effarés de ce qui est en train de se passer », témoigne l’invité de BFMTV, David Dufresne, dans son interview à Le Media.

L’éditorialiste Thierry Arnaud voit dans les annonces du Premier ministre « un changement de philosophie samedi prochain, avec près de 80 000 policiers mobilisés… » Toutes les ressources de la philosophie seront mobilisés. « … Avec une attitude qui sera beaucoup moins “tolérante”, et je mets le mot entre guillemets. »On a vu que la tolérance pouvait blesser et mutiler par inadvertance. A propos de la « loi nouvelle », l’éditorialiste soulève « une question subsidiaire qui ne l’est pas totalement : quel délai ? Cette loi ne pourra pas être votée et encore moins être mise en place d’ici samedi ». C’est embêtant. Il faudrait activer l’article 16 de la Constitution pour donner à Emmanuel Macron les pleins pouvoirs d’instaurer des lois en deux jours.

« On va faire réagir nos invités », annonce Alain Marshall, présentant un plateau représentatif de toutes les sensibilités, garantie d’un débat équilibré. « Jean-Baptiste Djebbari pour La République en marche, Laurence Sailliet pour Les Républicains, Yves Lefebvre, bien sûr, pour les policiers… » Bien sûr. « … Alexandra Gonzalez, du service police-justice de BFMTV et notre éditorialiste, Bruno Jeudy. » L’inventeur du détecteur de faux Gilets jaunes.

Le présentateur sollicite le syndicaliste : « En tant que responsable policier, vous êtes satisfait ou pas ? » « Non. » Ah bon ? Pourtant, Ruth Elkrief disait qu’Edouard Philippe avait tendrement parlé aux mignonnes forces de l’ordre. « 80 000 personnels mobilisés, ça veut encore dire surcharge de travail, surplus de fatigue, suppression de repos… » Ça vaut bien une petite prime, non ? « Le fichier, d’accord, mais dans combien de temps ? » En attendant, on pourrait exploiter celui de la Sécurité sociale. « Imposons, non pas des peines plancher qui étaient contre-productives, mais des peines minimums. » Il suffit de remplacer « plancher » par « minimum » et les peines seront ultra-productives.

« Prenons le cas du “boxeur”… » Christophe Dettinger qui a, selon la Fédération française de boxe, contrevenu aux règles du Noble Art sur la passerelle Léopold-Sedar-Senghor. « Il doit prendre une peine minimum de trois ans. » Trois ans de suspension de toute compétition ? « On aura un effet dissuasif. » Plus aucun boxeur ne viendra nous boxer.

Le policier en a gros sur le cœur : « Ce que je reproche à Edouard Philippe ce soir, c’est de ne pas avoir tenté de tordre le bras à la justice. » Il n’a pas même essayé de lui balancer une GLI-F4. « C’est ça, le sempiternel problème. » L’entrave de la justice à l’établissement d’un Etat policier. « On s’aperçoit que ces voyous, ces criminels… » Dignes de la cour d’assises. « … L’acte du “boxeur”, comme on l’appelle communément, c’est ni plus ni moins qu’une tentative d’homicide. » Il ne mérite pas trois ans mais vingt ans de suspension de toute compétition. « Ils savent qu’ils ne vont rien prendre parce qu’il y a la loi Dati, la loi Taubira. » Maudite Taubira, c’est toujours de sa faute, à celle-là. « On nous dit qu’on va revoir le schéma du maintien de l’ordre mais la doctrine, elle est parfaite en France. » Sur BFMTV, j’admire sa perfection samedi après samedi. « Il faut simplement laisser les décideurs décider au bon endroit. » Laisser les policiers décider à l’endroit des juges, par exemple.

Alain Marshall relance le syndicaliste : « Pour vous, l’ultra-fermeté… » « … n’est pas au rendez-vous », complète le policier, ultra-déçu. « … L’ultra-fermeté dans les peines exemplaires… » Ultra-exemplaires, j’espère.

La parole est au député LREM Jean-Michel Djebbari, celui qui écrasait une larme face à la détresse de Gilets jaunes sur le plateau de Cyril Hanouna. « Je voudrais d’abord rappeler quelques chiffres… » Pas ceux des victimes de LBD (Lanceur de balles de défense) ou de grenades explosives GLI-F4. « Depuis le début du mouvement, c’est 5 600 gardes à vue… » Bravo ! « … C’est 1 000 condamnations pénales… » Hourra ! « … Et c’est 153 mandats de dépôt. » Je suis ultra-content.

Le député est ultra-satisfait que la loi promise par le Premier ministre fasse« passer d’une contravention simple à un délit le port d’une cagoule. Une contravention, c’est une trentaine d’euros, c’est vraiment ridicule. Et ces gens-là commettent des violences, ces gens qui portent des cagoules ». A mon avis, il aurait fallu passer d’une contravention simple à un crime passible des assises… Ça me fait penser que, malgré le froid, je devrais peut-être abandonner le port de la cagoule sous mon casque de vélo (j’ai déjà abandonné le gilet jaune, trop risqué). Je préfère choper une otite plutôt que d’essuyer les plâtres de la toute nouvelle prison de la Santé.

Un bandeau interroge : « La fermeté, et après ? » Je ne sais pas… L’ultra-fermeté, selon Anna Cabana. Alain Marshall angoisse : « Pourquoi on n’arrive pas à désamorcer, de samedi en samedi, ce mouvement des Gilets jaunes ? » Je ne sais pas… Peut-être parce qu’il est plus facile, de samedi en samedi, de dégoupiller des GLI-F4. Jean-Michel Djebbari dénonce les Gilets jaunes « radicalisés » : « Il y a un cœur du mouvement qui est politisé. » De la politique ? Beurk ! Heureusement, le député n’en fait pas.

« On est tous très au courant de ce qui se passe », assure Laurence Sailliet, porte-parole LR abonnée aux plateaux télé – c’est dire si elle est très au courant de ce qui s’y passe. « Y a quand même un noyau de casseurs qui sont connus et qu’on peut tout à fait interpeller par avance. » Ça se fait couramment en Turquie ou en Egypte. « Y a des fichiers… » Oui, mais pas assez. Olivier Marshall tente de la réfréner : « Y a des procédures qui sont légales… » Pas grave : la loi, on peut la changer, Edouard Philippe l’a assuré.

La porte-parole des Républicains se lamente : « Nous avons demandé le retour de l’Etat d’urgence au mois de décembre pour pouvoir assigner à résidence. » « L’assignation à résidence, proteste Jean-Baptiste Djebbari, on l’a ancrée dans la loi ordinaire ! » Re-bravo ! « Non ! C’est dans le périmètre de la commune ! », rétorque Laurence Sailliet. Le policier Yves Lefebvre rappelle tout le monde à la loi :

Lire la suite sur : Télérama, Samuel Gontier, 09-01-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Mohamed // 17.01.2019 à 06h54

Sans se positionner d’un point de vue politique sur les GJ. On peut noter que les médias et les politiques de ce pays marchent sur la tête. D’un coté, Benalla participe à l’interpellation de manifestants agressifs et on en fait une affaire d’état. Par contre un maintien de l’ordre qui nous coûte des centaines de blessés, des mains arrachées, des yeux crevés, une femme décédée, un homme dans le coma et aucun média ou politique pour être consterné ! Pire encore, certains appellent à plus de répression comme pour balayer deux cents ans d’histoire de France.

51 réactions et commentaires

  • Mohamed // 17.01.2019 à 06h54

    Sans se positionner d’un point de vue politique sur les GJ. On peut noter que les médias et les politiques de ce pays marchent sur la tête. D’un coté, Benalla participe à l’interpellation de manifestants agressifs et on en fait une affaire d’état. Par contre un maintien de l’ordre qui nous coûte des centaines de blessés, des mains arrachées, des yeux crevés, une femme décédée, un homme dans le coma et aucun média ou politique pour être consterné ! Pire encore, certains appellent à plus de répression comme pour balayer deux cents ans d’histoire de France.

      +53

    Alerter
    • Ramzacom // 17.01.2019 à 07h51

      Benalla est une putain d’affaire d’Etat , y’a qu’a voir les dernières révélations sur son contrat avec un mafieux russe. (Fin hors sujet). Très bon billet sur la fièvre BFM, qui s’etonnera ensuite de prendre des coups …

        +18

      Alerter
      • Narm // 17.01.2019 à 13h36

        Tout cela n’est fait que pour discutayer dans tous les sens, monter les uns contre les autres, les gens vont incriminer la police alors que les vrais responsable sont les doneurs d’ordre,. Tout cela est politique, ceux qui parle de fermeté et ainsi oublier l’essentiel, avec tous nos escrocs qui nous gouvernent, il y a le 5ème pouvoir

        le 5ème pouvoir c’est quoi ? C’est l’arme de dissuasion massive.

        tu as deja dénoncé les flashbal, mais devant le massacre qui a lieu, tu hausse le ton ….. (Toubon) on sort ton salaire … https://actu.orange.fr/france/jacques-toubon-ne-comprend-pas-la-polemique-sur-ses-revenus-magic-CNT000001c2C0x.html
        Tout comme il y a peu, elle prometait un grand débat national indépendant ….. on sort son salaire.

        c’est aussi à ça que sert toutes les collectes de données, car derrière ça, j’y vois des chantages diaboliques 😉

          +11

        Alerter
        • Vladimir K // 17.01.2019 à 15h10

          En même temps, si les policiers ont ordre de tirer, ils ne sont pas obligés de le faire dans la tête.

          À titre de comparaison, lors de l’attaque de Turku (Finlande) en 2017, après sommation les policiers avaient visé les cuisses pour immobiliser le suspect… de plusieurs meurtres. Et les policiers ont dû faire un rapport sur l’utilisation de leur arme, puisqu’il est obligatoire en Finlande, de justifier chaque cartouche manquante.

          En dehors des séries et films américains, il n’est pas obligatoire de viser la tête.

            +16

          Alerter
          • Narm // 18.01.2019 à 00h41

            LBD

            lanceur de balles de DEFENSE
            dans la majorité des cas, ils n’ont même pas le droit de tirer !

            l’etat de droit, pffffffff

              +1

            Alerter
    • ellilou // 17.01.2019 à 10h59

      “…Benalla participe à l’interpellation de manifestants agressifs …” les gens qu’il a violemment agressés n’étaient pas agressifs, cher monsieur, il faut mieux se renseigner sur les circonstances avant de juger les faits 🙂

        +17

      Alerter
    • gg // 17.01.2019 à 13h29

      Il faut absolument que le pays retrouve sa souveraineté celle du peuple , une union sacrée dépassant les clivages politiciens est nécessaire , sinon on va se retrouver pour longtemps avec ce parti minoritaire qu’est en marche et qui va continuer sa dérive ultra – réact est finir par tirer sur la population à balles réelles , ce gouvernement prépare l’opinion publique dans ce sens via ses relais médiatiques .

        +2

      Alerter
    • fanfan // 18.01.2019 à 00h00

      >>> Témoignage courageux d’Alexandre Langlois, policier.
      Menacé par sa hiérarchie pour “déloyauté”, il dénonce la gestion du maintien de l’ordre par le gouvernement dans le cadre du mouvement des gilets jaunes, l’instrumentalisation des forces de l’ordre par le pouvoir, et les conditions de travail difficiles dans un contexte de hausse des cas de suicides chez les policiers.
      Par Virginie Cresci, Le Média :
      https://www.youtube.com/watch?v=S5CZkNZq7VE

        +4

      Alerter
      • Narm // 18.01.2019 à 00h44

        merci du lien
        il en faudrait beaucoup d’autres

        je vomis castaner et sa clique, qu’ils soient maudits

          +2

        Alerter
        • Narm // 18.01.2019 à 02h02

          j’ai rêvé ou il dit que c’est à cause d’eux que le papi de Lyon a démissionné ?

          1 suicide tous les deux jours dans la police, tout comme chez les agriculteurs ?

            +1

          Alerter
    • fanfan // 18.01.2019 à 00h16

      Hommage et soutien aux Gilets Jaunes Blessés – Violences policières :
      https://www.youtube.com/watch?v=SGIkU-gUKrc

        +1

      Alerter
  • Sharivan // 17.01.2019 à 07h16

    Le grand débat à commencé !!!
    “Ils n’auront pas le dernier mot” (méthode Ultra-Coué)
    Avec un peu de courage, il aurait pu faire précéder sa déclaration de “Moi vivant…”, ou bien la faire suivre de “nous n’hésiterons pas à les faire taire par TOUS les moyens”
    Lorsque je lis ça je me demande vraiment pourquoi les gilets jaunes ont une ultra-aversion pour BFMTV

      +29

    Alerter
    • Bordron Georges // 17.01.2019 à 11h28

      Titré sur Sputnik: “Ils ne se cachent même plus.”
      “Alice Thourot, députée LREM de la deuxième circonscription de la Drôme, invitée d’une émission de BFM TV face à un Gilet jaune, a rétorqué à ce dernier «Je ne peux pas vous laisser dire des choses comme ça à notre antenne»”
      Que rajouter? Toutes leurs émissions représente le système:
      La pression internationale diplomatique et militaire des israelo-anglo-saxons à travers l’OTAN,
      La pression économique et financière des mêmes à travers l’UE
      La manipulation de la politique française à travers Macron et son parti LREM, et bien sûr, l’UE

        +21

      Alerter
  • Bernard d’Oguille // 17.01.2019 à 07h29

    Le gouvernement de pervers et de cyniques au pouvoir s’imagine détenir l’avantage dans le combat actuel qui oppose l’idéologie mortifère de mondialistes dégénérés dont ils sont l’expression la plus aboutie et abêtie (jusqu’à maintenant, mais le pire n’est jamais sûr…) et le bon sens populaire qui prend enfin conscience des ignominies dont il fait l’objet à tous les niveaux.

    Ces ignominies sont de diverses ordres, d’une part sur le plan de la cellule familiale d’abord avec les régressions sociales et économiques qui ont conduit les plus conscients parmi les victimes des « réformes » accomplies depuis 40 ans dans la rue puis, plus collectivement alors, sur les plans à la fois de la répression physique avec les actions policières et judiciaires et d’une autre forme de répression, qui affecte de manière plus individuelle la psychologie du peuple combattant, victime de la part des chiens de garde du pouvoir d’un incessant dénigrement, d’un mépris de classe qui confine de plus en plus souvent à la pathologie mentale… Le grotesque de leurs manœuvres prouve que nos journalopes nagent en pleine pensée magique, donc bien hors du monde réel. Tant mieux !

    Sortir du cadre, absolument. Et ne pas succomber ni au désespoir, ni à la colère aveugle. Avoir en tête, la préservation de la dignité humaine, celle du peuple français (nos ennemi, apatrides eux, qui assument leur déterritorialisation en sont totalement dépourvus) et l’assurance de servir les intérêts du peuple, soit ceux du Bien commun, enraciné dans le tréfonds de leur âme. C’est donc l’exact opposé de la segmentisation d’une société fluide, flexible, liquide et sans âme, telle qu’elle est fantasmée par notre élite autoproclamée qui divise sans cesse pour parvenir à ses fins. Aidons-là à parvenir à sa fin…

      +51

    Alerter
    • Bernard d’Oguille // 17.01.2019 à 15h54

      Un cas d’école ou comment une personne intelligente arrive à se entre audible face à la crétinerie décomplexée et à l’arrogance replète d’un politichien et d’une journalope :

      https://www.youtube.com/watch?v=KaU_ifBPW8Y

      Ces gens-là tremblent et n’ont pas fini de trembler. L’hiver et sa froideur (toute relative d’ailleurs) ne sont pas en cause et voilà que pointe son nez le Printemps français qui déjà réchauffe les cœurs… Plus que jamais affûtons… nos idées.

        +6

      Alerter
  • Xavier // 17.01.2019 à 07h51

    Cet article devrait servir d’exemple dans toutes les écoles pour former les citoyens à la réflexion systémique sur l’information.

    Les médias orientent, leurs micros, leurs caméras, leurs journalistes, dans certaines directions et pas dans d’autres.

    Globalement, ils orientent donc le débat.

    On devrait donc s’assurer des règles de déontologie, cadre de l’activité médiatique.
    Au passage, rappeler le texte commémorant les 60 ans de l’appel à la résistance du CNR, rappelant l’indispensable indépendance des médias vis-à-vis des puissances financières et politiques.

    Le monde occidental a organisé son activité en entassant des richesses dans des secteurs très limités et en les surmédiatisant pour occulter toutes les zones d’ombre, la misère, la corruption.
    Il est bien agréable de ne regarder que ce qui est beau et fait croire aux progrès, mais le réveil est proche, à moins qu’un modèle type IA ne sauve l’empire en permettant un tri de l’information à sa source.
    http://www.nouvellegrille.info/images/imgpre

      +16

    Alerter
  • Recits d’Yves // 17.01.2019 à 08h09

    Sur France Q, hier, David Dufresne:
    https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/police-assiste-t-a-une-montee-des-violences

    Personnellement je trouve David Dufresne meilleur à l’écrit qu’à l’oral.
    C’est dommage car cela ne contribue pas à la mise en lumière des violences policières sur les plateau des médias.

      +5

    Alerter
  • Roselyne Arthaud // 17.01.2019 à 08h11

    c’est à peine croyable! mais il y a encore des êtres HUMAINS qui regardent BFM?

      +24

    Alerter
    • Fritz // 17.01.2019 à 23h58

      Une chose est sûre : ils ne regardent pas des êtres humains sur BFM.

        +4

      Alerter
  • Lysbeth Levy // 17.01.2019 à 08h15

    La France pays des droits de l’homme (??) est le plus armé contre son propre peuple en cas de révoltes ou manifestations : https://reflets.info/articles/les-blesses-eborgnes-par-les-forces-de-l-ordre-ne-le-sont-pas-par-accident C”est éloquent comme nous copions les Usa dans ce qu’ils ont de pire. Les autres pays européens n’ont pas de telles armes de guerre en vue de “pacifier” les foules manifestantes !!
    C’est sidérant les graves blessures, handicaps que vous laissent ces armes “non létales” ?? Voir aussi les explications du site “désarmons les” ..https://desarmons.net/
    Non seulement les lois anti-terroristes sont utilisés contre les manifestants, mais le “vocabulaire” adapté aux terroristes aussi..les éléments de langage parlent de “radicalisation” des gilets jaunes. Les médias aux ordres font de même, comme si ces gilets jaunes n’étaient pas des citoyens comme les autres, mais de dangereux factieux a stopper. (peste jaune ?)

      +30

    Alerter
    • Vladimir K // 17.01.2019 à 15h46

      Ils sont considérés comme des terroristes, ce qui rappelle l’Ukraine avec les régions russophones, elles aussi considérées comme terroristes (d’où la fameuse opération anti-terroriste qui permet à l’armée ukrainienne de faire la guerre contre son peuple).

      À quand les snipers en France ?

        +6

      Alerter
      • Paul // 17.01.2019 à 17h46

        Ne doutez pas que ces derniers mentionnés soient
        en place à chaque déplacement de Zozoteux le Superbe …

          +4

        Alerter
  • Larousse // 17.01.2019 à 08h15

    Le site Les-Crises devrait s’intéresser de plus près dans toute cette histoire au Syndicat Alliance Police, ses responsables et leurs idéologies dominantes et “doctrines”.
    C’est ce syndicat qui a été systématiquement mis en valeur dans tous les événements pour expliquer violences et dérapages sur l’espace public. Cela ne peut pas du tout être un hasard.
    Il y a aussi une pratique courante “d’échanges de bons procédés” entre certains syndicats de police et les médias pour avoir des “tuyaux”, notamment sur des affaires judiciaires, arrestations. Vu ce qui se passe, on est en droit de se demander si ce syndicat “Alliance” n’est pas coutumier de cette violation de la loi sur le secret des affaires en cours.
    Dernier point très négatif pour ce syndicat, c’est lui qui défend sans aucune hésitation le maintien de l’usage du flashball, alors que même le Défenseur des Droits J.Toubon avait averti sur la dangerosité de cette arme et prôné son interdiction afin de mettre la police française à des pratiques moins violentes que l’on voit dans presque tous les autres pays européens.
    Au-delà , il s’agit donc de faire monter une protestation pour enquêter, condamner et juger… en premier le Ministre de l’Intérieur Castagner.

      +30

    Alerter
    • Yannis // 17.01.2019 à 19h55

      “Il y a aussi une pratique courante “d’échanges de bons procédés” entre certains syndicats de police et les médias pour avoir des “tuyaux”, notamment sur des affaires judiciaires, arrestations.”

      Parlez-en à Mediapart et Plenel, ils sont experts pour la communication directe avec les RS ou les flics et leurs syndicats, les “milieux autorisés”, afin de balancer quand le moment est mûr, ou parfois sur un petit conseil amical. Dans ce registre, le Canard a aussi quelque expérience.

      Et en général toute la presse institutionnelle. Fillon en a fait les frais récemment, ce qui en soi n’est pas si important, mais sa chute organisée médiatiquement et juridiquement, afin d’avoir au final un duel Micron-La Peine, nous a amené Jupiter sur un plateau. Et un pays au bord de la guerre civile.

        +3

      Alerter
  • TC // 17.01.2019 à 08h33

    Ca fait belle lurette que la Charte de Munich est piétinée allègrement par nos “journalistes”. Ce qu’oublie de dire David Dufresne, c’est que si les médias ne sont plus des organes d’information, c’est parce qu’ils sont achetés par les multinationales qui ont tout intérêt à voir baisser les impôts, les salaires, les charges sociales qui leur coûtent un pognon de dingue. Et oui, on ne mord pas la main qui nous nourrit.

      +16

    Alerter
  • Jeanne L. // 17.01.2019 à 08h50

    “On ne mord pas la main qui vous nourrit”… Et oui !
    Sans compter l’abattement fiscal de 7650 euros pour les journalistes avant les 10% de tous les salariés sur leur déclaration d’impôts.
    Comment voulez vous- qu’ils comprennent pourquoi les fonctionnaires réclament l’augmentation du point d’indice,que les retraités s’insurgent contre l’augmentation de la CSG, la désindexation de leurs pensions de l’inflation, la liquidation de la SNCF qui permet de bouger si on ne peut ou ne veut avoir de voiture, la fin des services publics etc… etc…

    Ces ultras-radicaux méritent des fouilles préventives, des coups, des gazages s’ils tentent de se réunir, et de râler le samedi jour d’achats obligés.

      +14

    Alerter
  • Ubu // 17.01.2019 à 08h50

    Ce que je remarque surtout au travers du vocabulaire souvent employé, ce sont des mots comme “radicalisation” ; “radicalisé” ; ” déjà fiché” ; ça ne vous rappelle rien ?
    Et quand les casseurs sont eux-même des flics, ils n’en parlent pas, ça s’applique aussi ?
    Et pour les casseurs du code du travail ?
    De la sécu ?
    De ce qui fait que la France est une nation ?
    Du droit international ?
    Désolé pour la redite @Lysbeth.

      +14

    Alerter
  • Toff de Aix // 17.01.2019 à 08h59

    L’ultra l’imbécilité(en essayant de rester poli et objectif) des journalistes français s’affiche de plus en plus, chaque jour.

    C’est tout bonnement extraordinaire qu’on en soit arrivé là, mais j’ai envie de dire que ça n’est pas très grave, ou de moins en moins grave. Les gens sortent de plus en plus sur les ronds-points, ils constatent de plus en plus, chaque jour, que macron leur ment continuellement, que les medias leur mentent, que leur vote est méprisé depuis bien trop longtemps…

    Vous pouvez bien abreuver les gueux de mensonges, au bout d’un moment, quand les ventres sont vides, les mensonges ne suffisent plus a couvrir le bruit des gargouillis. Et les français ne sont pas, n’ont jamais été grecs, ou anglais, ou italiens. Nous sommes les heritiers d’un peuple qui a fait six révolutions.

    Les actes de cette caste parlent pour eux-mêmes, le printemps arrive, et avec lui les beaux jours : dans deux mois il fera chaud, très chaud dans ce pays. Pas sûr que le régime macronien ne survive a cette vague de chaleur, manipulation médiatique ou pas, menaces de flashball ou pas, campagne électorale déguisée en grand débat national ou pas…

    Le régime lacrymocratique de macron vit ses derniers jours. Il suffit d’en être conscient, et de s’y préparer.

      +37

    Alerter
    • ellilou // 17.01.2019 à 11h03

      C’est ce que je ne cesse de dire: les beaux jours arrivent, les beaux jours arrivent, les beaux jours arrivent… 🙂

        +6

      Alerter
  • Ubu // 17.01.2019 à 09h12

    En tout cas, il y en a un qui avait senti le vent venir et qui s’est barré avant que ça ne dégénère, c’est Collomb, qui après l’affaire Benalla a senti qu’il allait avoir chaud aux fesses, et a préféré garder sa cote de popularité sur Lyon plutôt que de se fourvoyer plus avant dans ce gouvernement… comme il respire.
    Quand à Castaner, il sera la honte de l’Histoire, je me demande bien comment il vivra son retour au pays manosquin.

      +16

    Alerter
    • Chris // 17.01.2019 à 13h25

      Bof, quelques villas à Marrakech, Londres ou San Francisco suffiront…

        +2

      Alerter
    • Louis St.O // 17.01.2019 à 13h39

      « En tout cas, il y en a un qui avait senti »
      Il faut être honnête et reconnaître que seul Mélenchon l’avait senti et même prédit dans ses livres avec « qu’ils s’en aille tous » et « L’Ère du peuple » ou même dans ses discours où il parlait de « révolution citoyenne » et expliquait que le peuple de certains pays ce révoltait pour un tiquer de bus ou une augmentation de l’essence ou du pain, et que ça arrivera aussi un jour chez nous.
      Et ça, il y a plusieurs années. On peut dire ce que l’on veut mais le seul qui avait une vision de ce qui arrive aujourd’hui, c’est lui. Peut être avec un peu trop d’avance.

        +12

      Alerter
  • Marie // 17.01.2019 à 09h18

    L’info en continu -BFMTV entre autres -, porte dans sa conception même tous les maux. Ce n’est plus de l’info, c’est le coup de marteau qui assène une vérité et l’impossibilité de réfléchir.S’ensuivent compassion, horreur, commisération, appel à vengeance etc, etc…

      +9

    Alerter
  • Ubu // 17.01.2019 à 10h42

    Un bon exemple illustré de propagande, le mot est assumé par eux-même, sic C.Barbier :
    https://www.qwant.com/?q=barbier%20propagande&t=videos&o=0:1f824dc56511241779b51fad80b83967
    Merci à M. Dufresne pour sa prise de position.

      +8

    Alerter
  • Ubu // 17.01.2019 à 11h00

      +4

    Alerter
  • Jetaimalbert // 17.01.2019 à 12h00

    Le 4ème pouvoir, c’est vraiment la 4ème dimension ..

      +0

    Alerter
  • METZGER // 17.01.2019 à 12h05

    Les yeux grands ouverts, enfin ! Je me suis souvent fait taclé par les habitués des commentaires qui malheureusement n’ont pas encore totalement compris, et encore plus souvent censuré sur ce site pour avoir cité Jean Zigler qui disait que seule une mitraille au creux du ventre arrêterait les possédants. Michel Onfray parle de Légitime défense, en fait de violence légitime ( celle du peuple ). Je reste persuadé que le régime Macron ne pourra pas être renversé par une discussion de salon. Nous sommes maintenant dans le dur, le fond du sujet. Il faudra bien obtenir une Constituante et la rédaction d’une nouvelle Constitution. Et il faut gagner les forces de l’ordre au combat réformiste. Mais comment ? Voilà la question fondamentale qu’il convient de résoudre. Sinon, la propagande va disqualifier la violence du peuple et prétendre celle de la police seule légitime.

      +8

    Alerter
    • Subotai // 17.01.2019 à 23h46

      Metzger, oui un bourre pif, peut marcher dans un cadre restreint et avec un objectif clair.
      Dans le cadre d’un changement politique majeur, un changement de paradigme mondial, c’est quoi l’objectif clair?*
      Dans notre société actuelle déclencher une violence politique armée est la mort assurée pour toute opposition politique.
      Pourquoi?
      Parce que depuis plus d’une quinzaine d’année, tous les Pouvoirs ont mis en place la prévention et les réponses à ce type d’action. (j’étais bien le seul à hurler dans mon coin, quand je voyais tranquille et pas après pas se mettre en place le bidule)
      Le principe des “Gilets Jaunes” EN MASSE EST une bonne réponse dans l’état actuel des choses.
      Ils vont craquer.
      C’est d’ailleurs ce qu’on voit et entends dans les médias et en l’occurrence sur BFMTV.
      Ils sont en train.
      Et dites vous bien que quelques mains, œils et morts, ce n’est vraiment pas cher payé pour une Révolution, malgré la souffrance que engendre et la douleur des proches.
      Pour avoir une idée de ce à quoi on échappe – POUR L’INSTANT – il ne suffit que de regarder ce qui s’est passé au sud de la Méditerranée et ailleurs et ce qui se passe actuellement au sud du Sahara…
      Remerciez votre divinité favorite 🙂 pour ce que les appels au calme et le pacifisme déterminé des gens restent entendus…
      * Pour rappel à partir du 22 janvier, les Forces de l’Ordre Allemandes pourront intervenir sur le territoire de la République (oui, je pousse le bouchon 🙂 )
      Un copain a rigolé: “Ouah cool, ils n’ont qu’à faire ça, mettre des “shleuh” avec des bergers allemands dans les rues de Paris.”..

        +4

      Alerter
  • Louis Robert // 17.01.2019 à 12h30

    Depuis des décennies déjà, le Pouvoir a besoin de l’épouvantail Front National pour seulement se maintenir en répétant avec succès, d’élections en élections, son « coup du FN ».

    Mais progrès oblige: pour prolonger l’agonie, ce Pouvoir doit désormais avoir recours, semaine après semaine, à l’ennemi intérieur.

    Pendant ce temps, au dessous de tout, nos médias traditionnels dominants continuent de creuser ardemment, avec un enthousiasme toujours croissant, vers les antipodes.

      +2

    Alerter
  • Narm // 17.01.2019 à 13h35

    avec tous nos escrocs qui nous gouvernent, il y a le 5ème pouvoir

    le 5ème pouvoir c’est quoi ? C’est l’arme de dissuasion massive.

    Tu promet un grand débat national indépendant ….. on sort ton salaire.

    tu as deja dénoncé les flashbal, mais devant le massacre qui a lieu, tu hausse le ton ….. on sort ton salaire … https://actu.orange.fr/france/jacques-toubon-ne-comprend-pas-la-polemique-sur-ses-revenus-magic-CNT000001c2C0x.html

    c’est aussi à ça que sert toutes les collectes de données, car derrière ça, j’y vois des chantages diaboliques 😉

      +6

    Alerter
  • Kafka // 17.01.2019 à 17h01

    Bonjou,

    Vous avez tort sur un point quand vous suggérez de passer de la contravention à la cour d’assises et non au délit ? Le régime a bien réfléchi : qui dit cour d’assises, dit jury populaire…. Donc il faudra attendre une vraie réforme pour que des vrais juges sachant pratiquer la forfaiture (pardon la maigstrature) remplaces le populo…

    Quand j’était gosse, je me demandais comment on était passé si vite de la IIIème république au régime de Vichy… Maintenant je sais

      +4

    Alerter
  • Kafka // 17.01.2019 à 17h02

    Moi je vois un avantage au traité d’Aix la Chapelle…. Avant on savait simplement que BFM mentait, après on pourra enfin chanter sans se tromper :
    BFM ment
    BFM est allemand

      +2

    Alerter
  • Dominique // 17.01.2019 à 19h13

    Dans cette excellente émission de Taddeï, Thomas Guénolé explique également que dans un media où il travaillait, comme dans tous les media, les journalistes sont dépendants des infos de la police pour alimenter leurs journaux (télévisés papiers …) ; par conséquent, ils ne parlent pas objectivement des violences policières :

    https://francais.rt.com/magazines/interdit-d-interdire/58032-interdit-dinterdire-twitter-rend-il-fou

    Interdit d’interdire : Twitter rend-il fou ?
    16 janv. 2019, 19:28

      +1

    Alerter
  • Subotai // 17.01.2019 à 23h17

    Mine de rien, c’est très chaud ce qui se passe là.
    Je parle de la forme.
    Nous avons un journaliste/investigateur qui refuse fermement, voire sèchement, une invitation sur une chaine, qui va sur un Media alternatif – ça c’est je dirais dans l’air du temps – mais nous avons un média papier – Télérama – qui reprend, au vitriol, l’émission de cette chaine, assaisonnant les délires d’extrait de l’intervention dudit journaliste sur le dit Média.
    Chais pas, mais pour moi, ça sent le sapin…
    D’autre part, personne pour saisir la Justice des propos pour le moins “surprenant” proféré en public par les un et les autres. Sûr qu’il y quelques violations des lois.
    Ils veulent donner dans le procès.
    Faisons leur des procès, en rafale…

      +2

    Alerter
  • Louis Robert // 18.01.2019 à 01h00

    Recommandé:

    « Un policier met en cause le gouvernement »

    https://www.youtube.com/watch?v=S5CZkNZq7VE

      +1

    Alerter
  • JEWDOCHA // 18.01.2019 à 21h07

    Lettre adressée aux forces de l’ordre par le ministre de l’intérieur: Passé le choc inévitable du contact avec les manifestants agressifs qu’il faut repousser, les hommes d’ordre que vous êtes doivent aussitôt reprendre toute leur maitrise. Frapper un manifestant tombé à terre, c’est se frapper soi même en apparaissant sous un jour qui atteint toute la fonction policière. Il est encore plus grave de frapper des manifestants après arrestation et lorsqu’ils sont conduits dans les locaux de police. Ce ministre de l’intérieur n’est pas celui qui nous subissons actuellement mais Maurice GRIMAUD le 29 MAI 1968. Autre temps autre moeurs.

      +0

    Alerter
  • Haricophile // 19.01.2019 à 01h32

    Il y a une coquille dans votre chapô.
    remplacer :
    «Reste à savoir comment rendre ultra-répressif notre appareil judiciaire ultra-droit-de-l’hommiste.»
    par :
    «Reste à savoir comment rendre ultra-répressif notre appareil judiciaire ultra-droit-de-l’économiste»

    Amicalement

      +0

    Alerter
  • clauzip12 // 19.01.2019 à 16h52

    Cette manif des GJ était prévisible.Je disais ,sans fanfaronner,qqs jour avant le début des manif,ça va finir par exploser,un gouvernement ne peut impunément dédaigner la population à ce point.
    Les incompétents ont cru que tous allaient courber l’échine sans rien dire.
    Des le début,Castaner avait annoncé que d’aller dans une manif,c’est dangereux!
    Il a jouint la parole aux actes.L’équipe de casseurs qui n’a jamais été freinée a permis le déclenchement de le l’ultra violence dite légale.
    La preuve de leur erreur et fautes ,c’est le grand débat national au bout de 5 semaines.
    S’ils ne s’étaient pas sentis coupables ils auraient tenté les discussions et une approche pacifique des ou avant le début! Ah non,il fallait que Macron gonfle ses petits muscles;
    Quand on souffle la merde on récolte la tempête!
    Je crois qu’a ce jour,19 dec,ce n’est pas fini;
    Macron n’arrêtera pas ,même avec l’eurogendarmform,militaires européens ‘les manifestations .
    C’est bien tard ,les discours ne sont plus que de fin de règne…mais auparavant il y aura beaucoup de GJ décédés!Ce sera de leur fautes,au mauvais endroit au mauvais moment!La justice des élites passera et provoquera toujours plus de violence.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications