Les Crises Les Crises
30.mai.201930.5.2019 // Les Crises

Interdit d’interdire : 20 ans de l’euro : quel bilan ?

Merci 215
J'envoie

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire, 22-05-2019

Frédéric #Taddeï reçoit :

– Nathalie Janson, économiste

– Jacques Généreux, économiste

– David Cayla, économiste

– Franck Dedieu, journaliste

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire, 22-05-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Urko // 30.05.2019 à 08h59

L’Euro : immense réussite pour une (trop réduite) partie de la population des pays d’Europe du Sud ainsi que pour l’industrie allemande et ses satellites. Désastre prévisible et insidieux pour tous les autres ? Le SME avait constitué un échec retentissant, d’ailleurs logique, et au lieu de reconnaître leur erreur fondamentale, certains chantres de la construction européenne n’ont voulu y voir qu’un défaut technique et ont insisté : ils ont donc créé un SME plus rigide encore, c’est à dire plus déséquilibré et plus difficile à défaire. L’aspect ironique de l’histoire, c’est que l’Euro pourrait in fine se révéler l’instrument de la destruction de l’UE. Il reviendrait en théorie soit à l’Italie soit à l’Allemagne, paradoxalement, d’en finir mais l’inéluctable advient souvent par là où personne ne l’attendait. Quoi qu’il arrive, espérons que cela servira de leçon aux apprentis sorciers de tout poil : des régimes de parité fixe, même fondé sur les meilleures intentions, ne peuvent que générer des désastres à plus ou moins brève échéance.

17 réactions et commentaires

  • Urko // 30.05.2019 à 08h59

    L’Euro : immense réussite pour une (trop réduite) partie de la population des pays d’Europe du Sud ainsi que pour l’industrie allemande et ses satellites. Désastre prévisible et insidieux pour tous les autres ? Le SME avait constitué un échec retentissant, d’ailleurs logique, et au lieu de reconnaître leur erreur fondamentale, certains chantres de la construction européenne n’ont voulu y voir qu’un défaut technique et ont insisté : ils ont donc créé un SME plus rigide encore, c’est à dire plus déséquilibré et plus difficile à défaire. L’aspect ironique de l’histoire, c’est que l’Euro pourrait in fine se révéler l’instrument de la destruction de l’UE. Il reviendrait en théorie soit à l’Italie soit à l’Allemagne, paradoxalement, d’en finir mais l’inéluctable advient souvent par là où personne ne l’attendait. Quoi qu’il arrive, espérons que cela servira de leçon aux apprentis sorciers de tout poil : des régimes de parité fixe, même fondé sur les meilleures intentions, ne peuvent que générer des désastres à plus ou moins brève échéance.

      +19

    Alerter
    • acmro // 30.05.2019 à 17h57

      L’Italie…Salvini peut faire le malin…mais il va devoir s’inquiéter sérieusement.

      https://www.zerohedge.com/news/2019-05-29/eu-confirms-italy-risks-massive-fine-over-debt-sending-euro-session-lows

      Salvini veut accroître le déficit italien, privatiser et augmenter la productivité. On va lui souhaiter bonne chance. S’il tente d’établir une autre devise en plus de l’Euro ou de quitter l’Euro il en verra rapidement les conséquences sur les banques italiennes et les taux d’intérêts pour les emprunts nécessaires au financement de la dette italienne. Il peut protester contre la BCE sans elle les banques italiennes auraient été vaporisées après 2008 (comme la BNP en France…).

      En fait personne ne peut dire ce qui va se passer si l’Euro disparaît, pas plus Sapir, malgré ses calculs sur les différentiels franco-allemand, que les autres. Il y a des problèmes structurels en France et en Italie qui contribuent au chomâge et n’ont rien a voir avec l’Euro, productivité, législation, formation de la main d’oeuvre, peu de pme/pmi exportatrices (le contraire en Allemagne).

      Pour l’Allemagne les ennuis commencent et son économie est en récession. L’industrie automobile, un énorme moteur, est en crise car les ventes d’auto se sont écroulées en Chine.

      Pour le reste Milton Friedmann avait raison…

      https://www.project-syndicate.org/commentary/the-euro–monetary-unity-to-political-disunity

        +1

      Alerter
      • K // 30.05.2019 à 18h15

        La France n’a ni des problèmes de productivité (l’une des plus haute au monde) ni des problèmes significatifs de formation (décrocheurs scolaires exceptés).
        Le seul énorme problème, c’est d’avoir instauré un taux de change fixe avec un pays qui a la horeur de l’inflation et qui a des prélevements obligatoires bien plus bas qu’en France (infrastructures publiques non entretenues et peu d’enfants à scolariser aux frais de l’Etat).

        Si on sort de l’euro, la consequence c’est qu’on relance l’economie a long terme (baisse su chomage, hausse des recettee fiscales et sociales et baisse des besoins sociaux). A court terme ça posera quelques problèmes car hausse des taux d’où un crack obligataire (assurance vie), baisse de l’immo et nécessité de renflouer les banques.
        Mais le jeu en vaut vraiment la chandelle. Il y a beaucoup plus de danger à rester dans l’euro qu’à en sortir.

          +13

        Alerter
        • acmro // 30.05.2019 à 19h01

          C’est de la magie ni plus ni moins…on croirait lire la bible à Sapir ou boire son élixir au choix. Relancer l’économie..ou sont les clients…?…la main d’oeuvre française est chère, les produits aussi, vous pensez que les Allemands et les autres vont se précipiter pour acheter des voitures françaises…?…baIsse des besoins sociaux…les vieux ne vieillissent plus, les retraités disparaissent..?

          Merci pour la catastrophe des assurances vies sans parler des fonds de réserves des systèmes de retraite.. La hausse des taux pas seulement…l’inflation qui va avec…renflouer les banques et n’oublions pas les compagnies d’assurance…j’attends encore des prévisions chiffrées de Sapir et des autres

          Il y a des problèmes structurels avec l’Euro d’ou le lien sur les arguments de Milton Friedmann qui était contre..mais c’est en anglais…

          C’est bizarre ni le RN ni LFI ne parlent plus de sortir de l’Euro…

            +2

          Alerter
          • K // 30.05.2019 à 20h11

            Il n’y pas besoin que les consommateurs se ruent sur les voitures française pour que l’écononie soit relancée. Il suffit que les ventes s’améliorent de quelques pourcents seulement. Cet objectif sera atteint lorsque la France aura retrouvé son taux de change propre.
            Lorsque je parle de baisse des besoins sociaux, je veux dire par là qu’il y aura moins de minima sociaux à verser si le chomage baisse grace au retour de la competitivité-prix de l’économie française. Je ne sous-entends évidement pas que la sortie de l’euro va enreiller le phénomène de viellissement de la pop et le besoin de financement des retraites. Je pense que vous avez très bien compris le propos mais que vous faites preuve de mauvaise foi pour essayer de discréditer votre contradicteur.

            Si la FI et le RN sont contre la sortie de l’euro, c’est que l’euro est surement une très bonne chose… CQFD macroniste.

            Quant à votre sous-entendu que vos contradicteurs sont forcément des gens pas bien brillants qui sont incapables de lire 3 lignes en anglais, il est typique du mépris des macronistes vis à vis de ceux qui ne pensent pas comme eux.
            Pour votre information, ça fait des années que je vis et travaille en pays anglosaxon donc vous tombez mal.

              +10

            Alerter
            • amcro // 30.05.2019 à 21h49

              25 années de moins que moi….j’adore cette croissance spontanée venue de nulle part…il faudra s’occuper des banques, etc…et je ne suis ni macrononiste ni partisan de l’Europe..
              Tous les intrants vont augmenter a commencer par l’énergie, tout ce que les Français achètent à l’étranger…quelques points. Vous êtes incapable de savoir quelle pourrait être la valeur de la devise…qui devra flotter à moins que vous refusiez les arbitragistes et controlliez le chsnge…Attendez que les GJ découvrent que le diesel a augmenté de 15 à 20 %..

                +0

              Alerter
          • Véronique // 30.05.2019 à 20h13

            Ils n’en parlent plus parce que la population n’est pas encore assez consciente du problème euro.
            Comme une sortie de l’euro peut avoir des effets négatifs, et même très négatifs (évidemment), ils préfèrent que la situation économique continue de se dégrader en laissant faire (tout en se berçant d’illusions sur l’avenir). Sortir de l’euro c’est trop de responsabilités à assumer.

              +4

            Alerter
            • Véronique // 30.05.2019 à 20h21

              Je précise aussi que cette stratégie de l’autruche, c’est seulement dans le cas où nos politiciens seraient tout de même relativement honnêtes. Mais il y a aussi une autre hypothèse qui consiste à penser qu’ils ne font que protéger leurs intérêts personnels.

                +7

              Alerter
          • moshedayan // 30.05.2019 à 20h41

            Quand l’euro s’effondrera – cela arrivera tôt ou tard avec une crise financière, vous aurez quoi comme réaction? acmro
            Les éléments de l’effondrement de cette monnaie son structurels oui mais pas là où vous les mettez en accusant finalement les peuples d’être irresponsables ou fainéants.
            La Slovaquie n’a aucun endettement sur le papier, pourtant le niveau de vie pour la majorité des gens ici stagne depuis 2 ans au moins. (les statistiques disent le contraire comme chez vous…)

              +2

            Alerter
            • amcro // 30.05.2019 à 22h00

              On fera mieux que le rouble….pas difficile.

                +0

              Alerter
          • Jessim // 31.05.2019 à 04h14

            Si LFI et RN ne veulent pas sortir de l’euro c’est parce que cela effraie encore leur base électorale, ils préfèrent croire qu’ils peuvent changer l’Europe… c’est tout simplement politique.
            Dans l’histoire changer de monnaie n’a jamais rien provoqué de dramatique, preuve en est quand on est passé du franc à l’euro. Cela s’est fait sans encombre

              +1

            Alerter
  • vercin 68 // 30.05.2019 à 16h40

    Bidasse en Allemagne de fin 1964 à début 1966 ,je confirme que l’euro était une folie,je suis arrivé à 1 DM=1 Frs en repartant 14 mois plus tard 1 DM=1 ,16 FRS ,ensuite dans une activité 5 ans plus tard 1971 reprenant un job dans une entreprise important du matériel Allemand : 1 DM= 1,85 FRS toutes les années suivantes et jusqu’en 1982:
    1 DM = 3,40 FRS au moment où l’industrie Française déclinée fortement notamment à l’export vous doutez bien que que quelques années plus tard ,j’ai dit non à la monnaie commune .La situation économique n’a jamais changée c’est à cause de cela que nous somment dépendant d’une monnaie qui nous échappe depuis le début ,qui contribue en grande partie à la situation de l’emploi +la mondialisation ,cette Europe ouverte à tous les vents 20 ans d’une longue descente de notre niveau de vie,des entreprises Françaises peut innovantes ,des fortunes faites depuis des lustres une transmission quasiment royale forcément des riches + riches des pauvres +pauvres,des catégories intermédiaire très
    réduites cela donne Les GJ nous en sommes la !!!!.

      +14

    Alerter
  • Ruoma // 30.05.2019 à 19h15

    Que l’on parle de l’euro ou de “l’union” €uropéenne, la question se résume toujours à savoir d’où nous vient cette utopie. Quelles forces en présence ont pesé et pèsent encore pour que ses institutions, ses règles soient comme elles sont. Savoir que la défense de l’UE se résume à l’OTAN devrait nous interroger.

    Une réponse magistrale se trouve dans cet entretien avec Éric Branca de quelques pages en PDF disponible en téléchargement, qui est une synthèse et une référence de ce qu’il faut savoir sur le sujet :
    http://www.comes-communication.com/files/newsletter/Communication&Influence_septembre_2017_Eric_Branca.pdf

    Mais lorsqu’on voit le résultat des élections européennes en France, on peut affirmer que la population n’est pas encore suffisamment affligée pour admettre que c’est en réalité un poison lent qui nous conduit à la destruction assurée de notre pays.

      +4

    Alerter
  • Yanicol // 30.05.2019 à 22h31

    Bonjour,

    Je regardai récemment c dans l’aire sur France 5 par curiosité et m’informer de quoi pensent les médias mainstream.. il paraît que et RT France est une chaîne à fabriquer des fausses nouvelles (fakenews). Des émissions comme interdis d’interdire avec ses différents sujet et de loin la meilleure émission de vrais débats. Au sujet de l’Euro le maintenir c’est d’aller vers une croissance artificielle par la baisse des salaires et des investissements publique et par ricochet manque d’investissements privés liés à la déflation c’est une prison monétaire et une prison capitaliste a outrance.

      +6

    Alerter
  • antoniob // 30.05.2019 à 23h58

    j’ai là dans ma poche des faits qui contredisent la “théologie” ou religion de l’Euro comme devise nécessaire du continent européen en général, et de l’organisation politique UE en particulier:
    un billet de 200 NOK et un billet de 50SEK . Je vis en Norvège, donc Europe mais pas UE, avec la Suède 100 kms à l’Est de chez moi):
    https://i.imgur.com/E75e3Me.jpg
    il y a d’ailleurs à la frontière norvégo-suédoise une ligne au sol, une barrière (en général levée union scandinave oblige), un poste de douane et un stationnement de dédouanement pour les camions en plaques PL,EST,LV,LT, etc.
    Tout ce que je peux lire dans la presse française au sujet de l’euro, l’euro, l’euro, et la sacro-sainte obligée et inéluctable UE est surréaliste et extrêmement lassant.
    En tant que prolo et pas économiste càd rat-de-bibliothèque sans expérience du monde réel, je suis censé être un tas de m**de, mais mes lieux et ces billets dans ma poche sont une réalité persistante.

      +5

    Alerter
  • moshedayan // 31.05.2019 à 11h42

    Chers lecteurs,
    avez-vous bien apprécié la remarque de l’intervenant amcro “on fera mieux que le rouble… pas difficile”.
    Hallucinant non ? la connaissance de certains Français sur l’Europe de l’Est !!
    donc Précision en GRAS : en Slovaquie, avant l’euro, il y avait la Couronne slovaque ! pas le rouble…Et les touristes occidentaux en profitaient bien. Autre précision : les voisins Tchéquie et Pologne sont restés à leurs monnaies nationales (et ne comptent pas en changer, d’après ce que j’entends) (Couronne tchèque et Zloty).
    Quant au rouble, sa dépréciation est un problème aléatoire, parfois voulue par les autorités, parfois non et surtout liée le plus souvent au cours des matières premières (jusqu’à présent, mais ce dernier facteur s’atténue de plus en plus. Globalement la situation est stable depuis 2 ans déjà. Récemment il y a un rapatriement d’avoirs russes à l’étranger. Les oligarques russes étant soumis aux sanctions occidentales, ils ont tendance à réinvestir dans leur pays ou dans la CEI même. Mais ça, vous ne l’entendrez pas dans vos médias mainstream pro-UE évidemment. D’ailleurs l’UE, indépendamment de ce fait, ne lèvera pas les sanctions parce que comme l’a dit Guy Mettan, cela permet à l’Allemagne d’être leader dans les Pays baltes, Pologne etc.. avec les politiciens russophobes. Bonne journée (à ce qui s’informent sur l’Europe de l’Est sans oeillère…)

      +1

    Alerter
  • Emmanuel // 01.06.2019 à 10h55

    Pour moi, tout ça pour dire qu’il faut démocratiser l’Europe ( et l’Euro ?) – mais on n’en prend pas le chemin….L’UE est dans l’impasse, et je crois comprendre que le vote des députés n’y changera pas grand chose. Peu de chance que l’Allemagne fasse des concessions sur la politique d’austérité et/ou sur une mutualisation de la dette, ou sur une politique de relance économique commune, d’autant que la conjoncture là-bas semble se durcir….le grand écart entre la situation des pays du Sud et ceux du Nord va se poursuivre, sans véritable solution à l’horizon. Que va donner le remplacement du nouveau personnel à la tête des institutions européennes (BCE, Commission, présidence du Parlement ) ? A quoi aboutira le report du Brexit ? Quelle va être l’issue de la politique de relance de l’Italie (50 milliards et une dette publique portée à 135% du PIB) ? Comment va évoluer la politique écologique ici et dans le monde (car on sait bien que ce n’est pas le libéralisme qui va apporter les solutions, au contraire) ? A quoi va aboutir la poursuite du creusement abyssal des inégalités avec son corolaire d’une paupérisation croissante des classes moyennes et une précarisation croissante des jeunes générations (dictature, guerre, révolution, effondrement des Etats ?)….Bref, les questions restent entières…

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications