Source : Amnesty International, 24-05-2017

L’armée américaine a perdu la trace de plus d’un milliard de dollars d’armes et d’autres équipements militaires en Irak et au Koweït, selon un audit du Département de la Défense (DoD) maintenant déclassifié, obtenu par Amnesty International suite à une demande d’accès au nom de la liberté d’information.

L’audit du gouvernement, à partir de septembre 2016, révèle que le ministère de la Défense n’a « pas de dossiers précis et à jour sur la quantité et la localisation » d’une vaste quantité d’équipements déversés sur le Koweït et l’Irak pour approvisionner l’armée irakienne.

« Cette vérification donne un aperçu inquiétant du système défectueux et potentiellement dangereux de l’armée américaine pour contrôler des transferts de millions de dollars d’armes dans une région extrêmement instable », a déclaré Patrick Wilcken, chercheur en contrôle des armements et en droits de l’homme à Amnesty International.

« Cela donne une lecture particulièrement désagréable compte tenu de la longue série de pertes d’armes américaines au profit de multiples groupes armés qui commettent des atrocités en Irak, y compris le groupe armé qui se qualifie d’État Islamique ».

Les transferts militaires se sont déroulés sous le Fond d’Entraînement et d’Équipement en Irak (ITEF), un axe de la coopération en matière de sécurité entre les États-Unis et l’Irak. En 2015, le Congrès des États-Unis a affecté 1,6 milliard de dollars US au programme de lutte contre l’avancée de l’État Islamique.

Les transferts, qui comprennent des dizaines de milliers de fusils d’assaut (d’une valeur de 28 millions de dollars US), des centaines d’obus de mortier et des centaines de véhicules blindés Humvee, étaient destinés à être utilisés par l’armée centrale irakienne, y compris par les Unités de Mobilisation Populaires à majorité chiite, ainsi que par les forces Peshmergas kurdes.

L’audit du Département de la défense a découvert plusieurs graves anomalies dans le traçage et le contrôle des équipements ITEF après la livraison :

  • Une tenue fragmentaire des registres dans les dépôts d’armes au Koweït et en Irak. Des informations enregistrées dans plusieurs feuilles de calcul et bases de données, et même sur des reçus manuscrits.
  • De grandes quantités de matériel saisies manuellement dans de nombreuses feuilles de calcul, augmentant le risque d’erreur humaine.
  • Des enregistrements incomplets, montrant que les responsables de l’équipement étaient incapables de valider son emplacement ou son état.

L’audit a aussi déploré que le Département de la défense n’ait pas la responsabilité du suivi des transferts de ITEF immédiatement après la livraison aux autorités irakiennes, en dépit du fait que le programme Golden Sentry du département a pour mandat d’effectuer les contrôles après livraison.

Un précédent audit DoD en 2015 a pointé du doigt les procédures de surveillance des stocks encore plus laxistes suivies par les forces armées irakiennes. Dans certains cas, l’armée irakienne ignorait ce qui était stocké dans ses propres entrepôts, tandis que d’autres équipements militaires – jamais ouverts ni inventoriés – étaient stockés en plein air dans leurs conteneurs d’expédition.

« La nécessité d’un contrôle après livraison est vitale. Toute fragilité dans la chaîne de transfert augmente considérablement les risques que des armes se perdent, dans une région où des groupes armés ont semé la dévastation et causé d’intenses souffrances humaines », a déclaré Patrick Wilcken.

Les transferts d’armes alimentent les atrocités

Un enquête d’Amnesty International a bien documenté le laxisme des contrôles et de la tenue des registres au sein de la chaîne de commandement irakienne. Comme résultat, des armes fabriquées aux États-Unis ou autres pays sont tombées aux mains de groupes armés connus pour avoir commis des crimes de guerre et autres atrocités, tels que l’EI, ainsi que des milices paramilitaires maintenant incorporées dans l’armée irakienne.

En réponse à l’audit, l’armée américaine a promis de renforcer son système de suivi et de contrôle des futurs transferts d’armes en Irak.

Cependant, le Département de la défense avait pris des engagements presque identiques en réponse à un rapport pour le Congrès qui avait soulevé des préoccupations similaires il y a bien longtemps, en 2007.

« Après tout ce temps et toutes ces alertes, les mêmes problèmes continuent à se reproduire. Cela devrait appeler les États-Unis à se réveiller d’urgence, ainsi que tous les pays fournisseurs d’armes à l’Irak, à mettre en place au plus vite des contrôles et des vérifications. Envoyer des millions de dollars d’armes dans un trou noir en espérant que tout va se passer pour le mieux n’est pas une stratégie viable pour lutter contre le terrorisme ; c’est juste de l’imprudence », a déclaré Patrick Wilcken.

« Tout État vendant des armes à l’Irak doit montrer qu’il a mis en place des mesures strictes afin de s’assurer que les armes ne seront pas utilisées pour violer les droits de l’Homme. Sans ces garanties de sécurité, aucun transfert ne devrait avoir lieu. »

Amnesty International demande instamment aux États-Unis de se conformer à la loi Leahy, qui interdit aux États-Unis de fournir tout type d’aide militaire et de formation, à des forces de sécurité, unités militaires ou de police étrangères soupçonnées d’avoir commis des « violations flagrantes des droits de l’Homme. »

Les États-Unis et l’Irak doivent aussi adhérer au Traité sur le commerce des armes, qui met en place des règles strictes pour arrêter les transferts ou détournements d’armes pouvant alimenter des atrocités.

Source : Amnesty International, 24-05-2017

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

24 réponses à Irak : l’armée américaine reconnaît avoir perdu la trace de plus d’un milliard de dollars d’armes remises, par Amnesty International

Commentaires recommandés

steve Le 24 juin 2017 à 09h08

Ces armes ne sont pas perdues, ni égarées, ne vous inquiétez pas. Elles sont juste dans des endroits ou le Gouvernement US et la CIA souhaitent qu’elles soient, aux mains de factions bien choisies, mais ne peux révéler a personne cet endroit, car cela rendrait le Congrès, Amnesty Int., et l’opinion Publique Américaine, furieux, et cela serait juridiquement illégal de surcroît.
Donc on ne veut juste pas dire dans quelles mains elles sont……c’est tout.

  1. Raoul C, Le 24 juin 2017 à 05h45
    Afficher/Masquer

    Qu’est-ce qu’un milliard aux États-Unis ? Une erreur d’arrondi.


    • basile Le 24 juin 2017 à 06h32
      Afficher/Masquer

      en effet. Et puis, c’est tellement loin de chez eux !


    • Guillaume Le 25 juin 2017 à 10h04
      Afficher/Masquer

      Pour peu que le transfert soit financé par l’Arabie Séoudite, on ne pas vraiment parler de perte financière


  2. Ardéchoix Le 24 juin 2017 à 07h04
    Afficher/Masquer

    “mise en place des mesures strictes afin de s’assurer que les armes ne seront pas utilisées pour violer les droits de l’Homme.” Amnésie internationale.
    Voilà une idée qu’elle est bonne.😈
    Autrement il y a aussi :
    Des balles qui demandent votre n° de sécurité social avant de vous tuer.
    Une comptabilité sur ebp, visible sur le net par le citoyen.
    Un port d’arme obligatoire pour…. Ah, on me dit dans mon oreillette que cela existe déjà.


    • calal Le 24 juin 2017 à 09h09
      Afficher/Masquer

      ben oui,faut mettre des barrieres protectrices a l’entree d’un marche a l’export aussi prometteur que l’irak. faudrait pas que d’autres que nous y vendent des armes.ces 1 milliard d’armes “perdues” c’est un peu comme le dealer qui vous “offre” la premiere dose…
      en 1990,on nous a vendu la guerre en irak comme la promesse d’y installer une “democratie”: nous voila donc en 2017,soit pres de 30 ans plus tard,et on voit le resultat.


  3. TC Le 24 juin 2017 à 07h23
    Afficher/Masquer

    La bonne blague! Depuis quand les Usa s’inquiètent des mains dans lesquelles finissent leurs armes.? Leur seul but est de faire du business et pouvoir toujours continuer à être les plus compétitifs pour le faire et rien d’autre !


  4. isidor ducasse Le 24 juin 2017 à 08h29
    Afficher/Masquer

    Ben ça alors, maintenant que les américains voient les zones occupées par leurs alliés genre DAESH être reprises par les alliés de l’Iran et que par conséquent des dépôts d’armes US vont être retrouvées dans ces zones, vaut mieux commencer à mentir maintenant….


  5. steve Le 24 juin 2017 à 09h08
    Afficher/Masquer

    Ces armes ne sont pas perdues, ni égarées, ne vous inquiétez pas. Elles sont juste dans des endroits ou le Gouvernement US et la CIA souhaitent qu’elles soient, aux mains de factions bien choisies, mais ne peux révéler a personne cet endroit, car cela rendrait le Congrès, Amnesty Int., et l’opinion Publique Américaine, furieux, et cela serait juridiquement illégal de surcroît.
    Donc on ne veut juste pas dire dans quelles mains elles sont……c’est tout.


    • Alain Le 24 juin 2017 à 12h30
      Afficher/Masquer

      Cela répond parfaitement à la logique américaine.


  6. Arcousan09 Le 24 juin 2017 à 09h38
    Afficher/Masquer

    Clair comme de l’eau de roche !!!
    Elles ne sont pas perdues pour tout le monde mais sont là où NSA, CIA, FBI, ou gouvernement “pacifiste” US, modèle des modèles d’une nation “pacifiste” … veulent qu’elles soient.


  7. tchoo Le 24 juin 2017 à 11h27
    Afficher/Masquer

    En fait les dirigeants US savent que désormais avec le recul de Daech grâce à la Syrie, l Iran et la Russie des armes US sont retrouvées au main des terroristes. Il faut donc organiser la com. Des négligences coupables certes mais pas du tout une volonté politique d armer ces bandits. Quand il n’ est plus possible de mentir il leur faut detournet le mensonge


    • TuYolPol Le 24 juin 2017 à 17h59
      Afficher/Masquer

      Voilà l’explication la plus plausible de cette déclassification. Devant cette puanteur, on cessera de chercher davantage, avec tambours et trompettes dans la cour de récré. Mais c’est derrière que ça se passe.


    • Croce Le 24 juin 2017 à 18h12
      Afficher/Masquer

      Les Etats-Unis n’ont jamais eu la moindre intention de lutter contre Daech, étant-donné que ce sont eux qui l’ont créé, et pas-du-tout accidentellement !
      http://www.mondialisation.ca/syrie-le-trajet-des-gazoducs-qatari-decident-des-zones-de-combat/5311934
      Ce analyse journalistique sérieuse explique parfaitement pourquoi il y a la guerre en Syrie.


  8. clauzip12 Le 24 juin 2017 à 11h40
    Afficher/Masquer

    l’erreur est profitable …aux vendeurs américains et aux utilisateurs… qui entretiennent, sans pertes humaines pour les USA,une ou des guerres qui permettront de plus grands profits.
    Et tout ça,pour la DEMOCRATIE!
    On approche manifestement de la FIN globale!


  9. René Fabri Le 24 juin 2017 à 13h17
    Afficher/Masquer

    Les dépenses pour l’armée américaine ne sont certainement pas assez contrôlées. Mais c’est la même chose en France. L’un des rares spécialistes était le député de droite Pierre Lellouche qui a quitté la politique par dégoût, il y a quelques mois.

    Faites un sondage pour demander quel est le budget de l’armée et vous aurez des réponses très éloignées de la réalité, même auprès de personnes cultivées et qui s’informent beaucoup. Le seul chiffre que donnent les médias est 2% (ça parait tout petit, mais c’est très trompeur). Presque personne ne se rend compte de ce que cela représente, combien de vélos ou de Smic ça fait. Même moi, je ne le sais pas.


  10. RGT Le 24 juin 2017 à 14h27
    Afficher/Masquer

    Ce ne serait pas la première fois que des armes se sont “évaporées” dans la nature…

    Ensuite elles ne sont pas perdues pour tout le monde et permettent éventuellement d’en fournir encore plus à ceux qui se défendent contre les “vilains méchants” qui les ont récupérées.

    Business is business. La vie humaine n’a AUCUNE importance dans cette comptabilité qui ne prend en compte que les profits de ceux qui au final fabriquent ces armes.

    Le TOP, c’est quand on arrive à fournir les deux camps, comme ça on maximise les profits.

    Et le top du top c’est quand lesdites armes sont payées avec de l’argent public.


    • Barbier Le 25 juin 2017 à 17h00
      Afficher/Masquer

      Effectivement pour le top…..
      Dans un album de Tintin, l’oreille cassée de mémoire, était illustré un marchand d’armes avec avion privé, qui vendait aux deux camps d’une guerre obscure pour un bout de terre entre deux pays imaginaires d’amérique du sud…:o)


  11. Nicolas Le 24 juin 2017 à 19h41
    Afficher/Masquer

    Il me semble qu’il y avait déjà eu une histoire d’un milliard de dollars “égarées” (=livrées à Daech) il y a au moins 2 ans. C’est un nouveau milliard ?
    Décidément, quelle étourderie !


  12. Toff de Aix Le 25 juin 2017 à 10h02
    Afficher/Masquer

    Il n’y a pas d’erreur : juste un double avantage.

    Le premier, c’est que ces livraisons massives font tourner le complexe militaro-industriel, et c’est vital pour l’économie US.

    Le deuxième, c’est qu’ils savent pertinemment où ces armes ont atterri, et ca permet de maintenir en vie leur créature, à savoir les rebelles “modérés”, l’EI, et toute la ribambelle de coupeurs de têtes qui sévissent au moyen orient et que leur soi disant “meilleure armée du monde” à pas réussi à toucher depuis plus de cinq ans en Syrie.


  13. Barbier Le 25 juin 2017 à 16h55
    Afficher/Masquer

    C’est comme au Nicaragua avec les Contras ?…..D’autres fumeux combattants de la liberté….

    De toute façon, elles ont été payées aux fabricants , le principal , non ?


  14. aleksandar Le 26 juin 2017 à 08h33
    Afficher/Masquer

    Contrairement a de nombreux commentateurs ici, je ne vois aucun objectif caché derrière ces ” pertes”. Ayant travaillé avec l’Armée américaine sur 3 théâtres d’opération, ce manque de contrôle est la norme. A un moment j’ai pu récupérer un lot de jumelles de vision nocturne sans signer le moindre papier, la moindre prise en compte, le soldat américain se contentant de mon nom donné oralement et du nombre de pièces.
    Dans l’armée française quand on perçoit un équipement, on signe une prise en compte et on re-signe quand on rend le matériel. Dans l’armée américaine on perçoit le matériel et on ne le rend jamais.
    Ce laissez aller va parfois très loin, a Bagram, les US ont quand même perdu 6 conteneurs, oui vous lisez bien, SIX conteneurs de marchandises diverses, dont des armes.


  15. Nanker Le 26 juin 2017 à 12h27
    Afficher/Masquer

    @ Aleksandar :

    nous sommes victimes de notre complexe d’infériorité envers les Anglo-Saxons. Quand on apprend à les connaître un peu on se rend vite compte qu’il n’y a pas plus bordéliques anars je-m’en-foutistes et voyous.

    Dans la vie quotidienne ricaine ça donne : “oui je pars au boulot dès 7h du mat et je ne rentre qu’à 20h MAIS si vous croyez que je bosse effectivement pendant les 11 ou 12h de présence au taf, ben… non!” Y a beaucoup de glandouille, beaucoup **d’apparence** de sérieux et de professionnalisme dans le monde du travail aux USA.

    Et l’Armée n’est qu’un boulot comme un autre…


  16. Nanker Le 26 juin 2017 à 20h35
    Afficher/Masquer

    Et ne pas oublier qu’en octobre 2001, juste avant l’invasion… pardon la LIBERATION de l’Afghanistan le Pentagone cherchait à recruter des traducteurs anglais… arabe!

    Ca ne s’invente pas. Allez parler arabe en Afghanistan vous serez bien reçus…


Charte de modérations des commentaires