Les Crises Les Crises
30.octobre.201730.10.2017 // Les Crises

Jacques Attali : « Tout pays doit se penser comme un hôtel »

Merci 1225
J'envoie

Une vision utile à connaître…

Point positif sur le diagnostic du cartel des GAFA à démanteler…

Source : 24 heures, Roland Rossier, 17-10-2017

J’en profite pour saluer les nombreux lecteurs suisses 🙂

Jacques Attali : « La Suisse doit se penser comme un hôtel », par Roland Rossier

De passage à Genève, l’écrivain et essayiste français Jacques Attali s’est exprimé, mercredi à Uni Dufour, sur l’intelligence artificielle, à l’occasion de la remise des Prix Latsis universitaires, récompensant chaque année, notamment, des chercheurs de l’UNIGE et de l’EPFL. Interview

Est-ce que la France peut se réformer?

La France change à une vitesse folle. Et chacun des 60 millions de Français évolue et change chaque jour. On dit que la France est crispée. Mais elle se réforme en permanence et change sans cesse, sur le plan des mœurs, de l’innovation, de l’art, de la culture.

Alors, à quoi est dû ce sentiment largement partagé qui évoque les blocages de la France?

Ce qui est vrai, c’est que la France modifie assez peu ses lois. Pour une mauvaise raison d’ailleurs, car nous avons de la peine à admettre les changements homéopathiques. Et pour une autre raison: les nations maritimes valorisent le changement, les nations rurales valorisent la permanence.

La France borde pourtant plusieurs mers. Elle aurait pu être une nation maritime?

Elle a essayé de le faire à huit reprises, comme je l’aborde dans mon dernier livre. Mais la France a choisi d’être une nation rurale car elle possède des terres et une agriculture très riches.

Le gouvernement Macron peut-il réussir à changer la France?

Lorsque je suis à l’étranger, je n’aborde jamais les questions de politique française. Ce que je peux dire, c’est que la France n’avance pas par réformes lentes, mais par révolutions. Soit sanglantes, soit plus symboliques. Depuis 1945, nous avons connu trois révolutions: 1945, 1958, 1980. Et la quatrième se déroule en ce moment. La France accumule pendant longtemps des besoins de changement, puis elle se met en mouvement. Cela prend du temps car nous sommes une nation centralisée. Notre modèle est très intégrateur: tout le monde y parle la même langue.

Quand a débuté la «révolution» actuelle?

Cela a commencé il y a trois ans, avec une prise de conscience. Une maturation des réformes s’est ensuite effectuée, poursuivie par la dernière élection présidentielle.

La France va donc garder un rôle moteur en Europe?

Je suis convaincu que la France est la première puissance européenne déjà aujourd’hui et qu’elle le sera encore davantage demain, car l’Allemagne est malade, démographiquement, technologiquement et financièrement. Dans vingt ans, la France sera de loin la première puissance d’Europe. Economiquement, nous sommes présents dans les meilleurs secteurs: la santé, l’éducation, la culture, l’assurance, les start-up. Sans compter deux autres domaines, peu utilisés: la mer et la francophonie.

Pourquoi à travers la francophonie?

Aujourd’hui, 180 millions de personnes parlent français. Avec le développement de l’Afrique, il y en aura 700 millions. L’Afrique regroupe un milliard d’habitants, et dans trente ou quarante ans, elle en comptera deux milliards. C’est la grande question du XXIe siècle. Pour l’Europe, cette explosion démographique peut déboucher sur une catastrophe, parce que des centaines de millions d’Africains s’installeront ici, ou alors nous les aidons à bien se développer et le continent sera un formidable marché. Pour l’Europe et pour la France grâce à cette langue commune.

L’immigration a tendance à diviser l’Europe. L’Europe doit-elle accueillir des migrants?

Malheureusement, tous les pays européens sont d’accord pour contenir l’immigration, et même la réduire. Mais regardons les chiffres: nous sommes 600 millions d’habitants en Europe et nous parlons d’accueillir 200 000 migrants par an. En trois ans, cela ferait 600 000, soit 1 pour mille de la population de l’Europe. Vous vous rendez compte? 1 pour mille! Ce n’est pas assez. Nous sommes capables d’en accueillir bien plus. Le Liban doit se débrouiller avec 25% de migrants syriens. L’Europe est aussi confrontée à un effondrement démographique. Et l’accueil des réfugiés fait partie de ses valeurs.

N’existe-t-il pas un décalage entre vos espoirs et les politiques des pays européens? Et puis l’Europe se met-elle en danger en voulant contenir l’immigration?

Non, elle se protège. Mais trop, à mon avis. Je sais que je suis très isolé face à ce consensus européen. Mais c’est honteux de ne pas accueillir tous ces gens dignes, magnifiques, souvent bien formés, jeunes, pleins de dynamisme.

Traversons l’Atlantique et tournons-nous vers les Etats-Unis. Donald Trump est-il un homme dangereux?

Oui. Les Etats-Unis sont représentatifs d’un courant mondial qui se renforce, celui des dictatures de marché. Pourquoi? Parce que les gens ont besoin de sécurité mais ils veulent aussi gagner de l’argent. Ce cocktail est dangereux. Et le monde est instable, comme en 1910. Les gens vivaient alors très bien. Ils avaient déjà la radio, l’automobile, l’électricité. La démocratie, la globalisation. Et puis le terrorisme – qu’on appelait alors nihilisme –, la crise financière et le protectionnisme ont globalement précipité le monde dans 75 ans de barbarie, de 1914 à 1989. Aujourd’hui, c’est pareil: nous connaissons des progrès technologiques, un potentiel de croissance énorme, des moyens de faire des économies d’énergie massives, une espérance de vie qui augmente. Nous avons tout pour être heureux.

Mais tout peut donc basculer?

La question environnementale est urgente. Il faut sauver la mer. Nous devons aussi régler le problème de la répartition inégale des richesses et celui d’un désordre mondial dû au fait que les marchés sont plus puissants que les Etats. La probabilité d’une guerre mondiale est considérable. Elle peut se déclencher sur un rien, sur un incident entre les Chinois et les Américains à propos de la Corée du Nord, ou entre les Polonais et les Russes au sujet des pays Baltes…

Et Donald Trump pourrait être un élément déclencheur?

Oui, car il est imprévisible et erratique. Nous avons échappé à un conflit majeur depuis 1945 car toutes les puissances nucléaires étaient dirigées par des gens raisonnables. Aujourd’hui, à la tête des Etats-Unis et de la Corée du Nord, nous avons affaire à deux personnes peu raisonnables, même si le président des Etats-Unis ne peut pas appuyer sur le bouton nucléaire tout seul. Mais il peut presque le faire tout seul.

Les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) ne représentent-ils pas également une forme de menace?

Ceux-là, ce sont les dictateurs du marché. Ils ont prospéré dans une économie libre et parfaite qui a abouti à la formation de cartels. Les GAFA sont dangereux car ils sont en train de maîtriser les instruments de prédiction.

Faut-il casser ces cartels?

Cela viendra comme ce fut le cas avec l’ancien géant des télécoms ATT aux Etats-Unis. Mais un autre cartel est encore plus dangereux: celui de l’industrie agrochimique, qui prétend breveter la vie sans aucun droit. Les GAFA s’approprient nos données, mais les groupes vendant notamment les semences s’approprient la vie. Ils sont de moins en moins nombreux, après le rachat de Syngenta par ChemChina et de Monsanto par Bayer. Nous devons agir avant qu’ils n’atteignent une trop grande taille.

Comment peut-on contrôler ces groupes? Il faudrait un gouvernement mondial?

Oui, il faudrait un Etat de droit mondial. La seule institution internationale se situe d’ailleurs à Genève. C’est l’OMC (Organisation mondiale du commerce), qui s’appuie sur son système de règlement des conflits. Il faut au moins une institution internationale de décartellisation, mais l’OMC a perdu une partie de son pouvoir.

Qui est le mieux armé pour maîtriser les défis de la numérisation, du big data et de l’intelligence artificielle: la Silicon Valley? La France? L’Europe?

C’est en effet un enjeu majeur. Dans ce cadre, c’est la propriété des données, et ce que l’on en fait, qui va être déterminante. L’analyse des comportements des consommateurs permettra de déduire quels biens ou services peuvent être vendus. J’ai écrit en 2006 que les compagnies d’assurances seraient les mieux armées dans ce domaine, en particulier celles qui seront liées aux groupes maîtrisant les données. Les GAFA sont puissants quand ils sont installés dans de vastes marchés homogènes où ils peuvent accumuler les données et les prédictions. Aujourd’hui, deux marchés se détachent: les Etats-Unis et la Chine. Le marché chinois va combler son retard et sera encore plus rapide que le marché américain, car il s’agit, comme je l’ai dit, d’une dictature de marché.

Et la Suisse? Depuis plusieurs années, le Forum de Davos classe ce pays en tête en termes de compétitivité. A quoi est dû le miracle suisse?

La Suisse, puissance de taille moyenne, est le contre-exemple absolu de la thèse de mon livre. Je n’ai qu’une explication à ce miracle: le travail. Ce pays est aussi avantagé par le fait de ne pas avoir connu de guerre, par un consensus social très fort et par l’utilisation de rentes de situation qui sont en train de disparaître. Je parle du secteur bancaire, dont les services, d’ailleurs, n’ont pas besoin d’accès à la mer. Mais la finance n’a pas respecté les règles du jeu. Cela ne dure jamais bien longtemps. La Suisse est un pays hors jeu. En termes militaires comme en termes bancaires.

Un pays hors jeu peut-il être pérenne?

Non. Pas de façon durable. Donc, un processus de banalisation de la Suisse est en marche. Cela dit, la Suisse joue remarquablement bien sa normalisation, de la manière la plus lente possible (sourire). La Suisse a aussi de grandes capacités à accueillir les étrangers. Le secteur de l’hospitalité, au sens large, sera l’un des principaux de l’avenir. Pas seulement sur le plan hôtelier. Le grand métier de demain sera celui de l’empathie.

Les Suisses sont empathiques?

Oui, à leur façon. D’une manière particulière: c’est ce que j’appelle l’altruisme intéressé!

C’est de l’empathie par rapport à soi-même?

Ce qui se passe à l’EPFL, par exemple, est assez génial. J’envie l’EPFL. Je regrette qu’elle ne soit pas française. L’EPFL est une sorte d’hôtel d’entreprises. Tout pays doit se penser comme un hôtel et ses habitants comme des hôteliers. Recevoir sans cesse des étrangers. Etre accueillant. C’est ce qui rend la Suisse symboliquement maritime.

Et Genève?

C’est un cas particulier, Genève est à la fois suisse et française, suisse et internationale. Genève est un paradis particulier. Je me suis souvent dit que si j’avais à m’exiler, ce serait à Montréal ou à Genève. Des gens de toutes sortes de cultures y vivent et s’y croisent.

La Suisse peut-elle rester hors de l’Europe?

Si j’avais un conseil à donner à la Suisse, c’est d’entrer dans l’Union européenne tout en gardant sa spécificité.

L’Union européenne le permettrait-elle?

Tout se négocie, tout se négocie… A terme, la Suisse perdra beaucoup en restant à l’extérieur de l’Union européenne, qui est un formidable aiguillon pour accomplir des réformes. Rester dehors, c’est se condamner à s’enkyster au moment où ses particularités sont en train de disparaître. Etre hors jeu et se banaliser, c’est embêtant.

Source : 24 heures, Roland Rossier, 17-10-2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Alfred // 30.10.2017 à 07h47

Vous avez tord de prendre ce monsieur à la légère: Vous lui devez pour partie une tranche de vos ennuis passés, présents et à venir. Vous avez totalement raison de prendre ce qu’il dit à la légère: ça sonne creux parceque c’est pour partie insincère. Par exemple ” il faut demanteller les gafa. Pour cela nous avons besoin d’un gouvernement mondial…” est le discours. Entendre: je suis partisan d’un gouvernement mondial demanteller les gafas peut être un prétexte utile (mais une fois ce gouvernement en place les gafa en feront partie).
À écouter absolument hélas. N’en croire pas un mot par contre (c’est un sophiste très efficace). Ce n’est PAS votre ami (on reconnait un arbre à ses fruits et il a beaucoup produit (je ne parle pas des livres de propagande pour la plèbe mais des rapports et conseils pour les puissants).

131 réactions et commentaires

  • franck-y // 30.10.2017 à 06h16

    C’est beau le jacquatalisme, Ca a la profondeur des raffarinades (ex: La route est droite mais la pente est forte). Lao Tseu peut aller se recoucher. J’ai eu l’impression d’écouter France-inter en lisant ces lignes. Ce sera ma matinale.

      +139

    Alerter
    • Alfred // 30.10.2017 à 07h47

      Vous avez tord de prendre ce monsieur à la légère: Vous lui devez pour partie une tranche de vos ennuis passés, présents et à venir. Vous avez totalement raison de prendre ce qu’il dit à la légère: ça sonne creux parceque c’est pour partie insincère. Par exemple ” il faut demanteller les gafa. Pour cela nous avons besoin d’un gouvernement mondial…” est le discours. Entendre: je suis partisan d’un gouvernement mondial demanteller les gafas peut être un prétexte utile (mais une fois ce gouvernement en place les gafa en feront partie).
      À écouter absolument hélas. N’en croire pas un mot par contre (c’est un sophiste très efficace). Ce n’est PAS votre ami (on reconnait un arbre à ses fruits et il a beaucoup produit (je ne parle pas des livres de propagande pour la plèbe mais des rapports et conseils pour les puissants).

        +165

      Alerter
      • Gordion // 31.10.2017 à 00h59

        Vous avez fort bien résumé qui est cet Attila des marchés, et pour qui lui, et d’autres comme Soros et ses fondations, œuvrent.

        Et ce faiseur de rois modernes se verrait bien à la tête de cette tour de Babel de la finance moderne, en remplacement de L’ONU.

        Klaus Kinski, dans le film, disait “nous avons créé l’internationale du pognon”, nous y sommes presque. La police de la pensée achèvera l’assujettissement définitif des peuples, contrôlant la liberté d’expression, dernier bastion que l’oligarchie mondialiste ne contrôle pas entièrement. Les GAFA, à la demande de L’UE et des gouvernements nationaux, sont en train de mettre en place les outils de censure des réseaux sociaux. États-Unis, Chine, idem.
        Goebbels, le précurseur, Orwell, Chomsky, nous ont bien prévenus.

          +20

        Alerter
    • Alfred // 30.10.2017 à 08h40

      Ça c’est le temps 1. Le temps 2 c’est que les enragés passent aussi à la guillotine rejoindre leurs victimes. Après Danton Robespierre.
      Si vous n’êtes pas dans la provocation vous êtes quand même un peu inquiétant…

        +4

      Alerter
  • Fritz // 30.10.2017 à 06h30

    Tu changeras sans cesse.
    Tu recevras sans cesse des étrangers.
    Tu seras accueillant.
    Tu seras compétitif.

    Quelle est la légitimité de ce monsieur à formuler ces nouveaux commandements ? Au nom de quelle raison ultime ? “Tout s’écoule”, disait Héraclite, mais lui au moins, c’était un philosophe.

    Et si on prenait Attali au mot ? Si on s’invitait chez lui, comme Giscard en son temps ? Et on vient avec nos amis, tous ensemble et par roulement… Allez, on se refile l’adresse des hôtels Attali.

      +117

    Alerter
    • patrick // 30.10.2017 à 09h19

      “Le Liban doit se débrouiller avec 25% de migrants syriens ”
      Bon exemple , vous avez envie de devenir le Liban ?

        +30

      Alerter
      • V_Parlier // 30.10.2017 à 23h47

        Et encore, les Syriens sont assez proches des Libanais (à l’origine c’est le même peuple). Quand les Libanais avaient accueilli des Palestiniens ça s’était déjà passé beaucoup moins bien…

          +8

        Alerter
  • Stella2b // 30.10.2017 à 06h33

    L’homme qui fait la pluie et le beau temps essaie toujours de se mettre dans l’habit d’un humaniste qu’il n’est vraiment pas.
    Toujours du côté du plus fort, il est de ceux qui ont vu ” soleil vert ” de Richard Fleischer
    ( 1973 ) et qui pensent que la meilleure solution pour l’économie est que la main-d’œuvre qui permet au capitalisme de prospérer toujours davantage disparaisse dès qu’elle ne sert plus à rien..voici ce qu’il disait en 1981:
    “« Dès qu’il dépasse 60-65 ans l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société. La vieillesse est actuellement un marché, mais il n’est pas solvable. Je suis pour ma part en tant que socialiste contre l’allongement de la vie. L’euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures. »” (1981)
    Cité par ” des pas perdus ”
    Bienvenue dans le monde du cynisme.

      +79

    Alerter
    • Alfred // 30.10.2017 à 12h43

      Comme il a lui même dépassé sa période de productivité optimale je propose qu’on lui applique à lui même ses propres préceptes.

        +64

      Alerter
      • PierreH // 30.10.2017 à 13h22

        Jacques Attali s’est toujours pensé comme une exception, un homme d’une vision inégalée capable de prédire le futur, de comprendre et d’anticiper n’importe quelle révolution, vous ne voulez quand même pas qu’il se considère au même niveau que la plèbe !!??
        Il vous dira que lui bosse encore et abat en une année plus que la plupart en toute une vie…

          +18

        Alerter
        • joe billy // 30.10.2017 à 21h30

          Attali prédire le futur ? Rigolade!
          Il faut le réécouter 21 ans après ; c’est surprenant de constater à quel point il avait tort, le bougre.
          Débat à propos de l’UE, 1996 :
          https://www.youtube.com/watch?v=sLaa6f7Voxs

          A l’époque je marchais à ses arguments. J’étais de son côté. Quel naïf/idélogue je faisais!

            +17

          Alerter
          • Genuflex // 31.10.2017 à 10h46

            C’est vrai qu’il est spectaculaire à quel point ce que Attali expose est éloigné de la réalité 20 ans plus tard. Et bravo à Chevenement. Il voyait juste.

              +15

            Alerter
          • ruhessemen // 31.10.2017 à 16h22

            A l’époque , j.Attali ne mentait point et c’était le cas de bon nombres de politiques. Les accords de libres-échanges , la révolution internet , la disparition de l’URSS , l’Euro, L’IA,ont changé la donne. Je dirais qu’ils se sont vassalisés àl’idéologie libérale actuelle. Le souci est qu’il n’y a pas eu de renouvellement poltiques si bien que l’on peut guère les adouber.

              +0

            Alerter
            • Fred // 02.11.2017 à 07h25

              Petit détail, au moment de cette émission, l’URSS a disparu depuis 5 ans et la libéralisation à outrance qui s’est produite en Russie a engendré la pire crise que le pays ait connue.
              Depuis le protectionnisme économique de Poutine a permis d’améliorer le niveau de vie de tous par rapport à cette époque, même s’il est évident que les inégalités persistent, qu’il y a des très riches, et que les plus pauvres n’ont pas notre standard de vie. Enfin j’aime bien la différence de discours entre ceux qui nous vendent de la peur en disant il faut l’Europe, sinon c’est la guerre et la France est trop petite, et ceux qui ont lu les textes et voient vers quoi on se dirige. Une fois de plus la peur, ça marche. Trop bien malheureusement.

                +2

              Alerter
          • Emmanuel // 31.10.2017 à 23h36

            Ouff… ça fait peur de (re)voir ce débat (video ci-dessus)…. on a l’impression que le temps s’est totalement immobilisé. Les termes du débat sont absolument inchangés aujourd’hui. Echec patent des politiques économiques, mesurable dans les faits plus de 20 ans après (à ce titre, internet est “cruel”, en mettant comme ça à disposition de telles archives…). Sentiment total d’impuissance et de tourner en rond.

              +7

            Alerter
        • Manuel // 31.10.2017 à 14h52

          Et actuellement il ne croit pas au réchauffement climatique posé par l’activité humaine…

          J’ai cette erreur de réflexion de ne plus porter de crédit à des personnes qui sont aussi faux dans des sujets importants.

            +3

          Alerter
    • katherine Maheo // 30.10.2017 à 18h57

      Cet homme qui conseillait Mitterrand en son temps s’est planté sur tout….. dit tout et son contraire lui qui a grand appartement dans les beaux quartiers se devrai t de recevoir un peu de migrants pour donner l’exemple.. curieusement c’est toujours en seine st denis qu’ils sont les pauvres aident les pauvres
      3 dévaluations sous Mitterrand
      contrôle des changes
      Blocage des salaires et pour quel résultat? tout çà?
      devant la catastrophe du on rase gratis ils n’avaient plus le choix
      marche arrière toute en 83 le FMI aux trousses la faillite

      de la France sonnait et que disait ATALI,le gourou de l’époque? il se terrait

        +16

      Alerter
    • NICOLE DE NICOMAQUE // 31.10.2017 à 01h40

      Après avoir lu sa déclaration de 81 – que vous affirmez venir du bonhomme – ce n’est plus du cynisme à ce niveau là, c’est du national-socialisme pur jus . Décidément, à force de ne parler que de pognon, ces gens se sont gâtés l’âme. Ce sont de grands délirants qui se prennent une fois de plus, pour la race des seigneurs.

        +7

      Alerter
    • riton // 31.10.2017 à 09h50

      « Dès qu’il dépasse 60-65 ans l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société. La vieillesse est actuellement un marché, mais il n’est pas solvable. Je suis pour ma part en tant que socialiste contre l’allongement de la vie. L’euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures. »

      Quel âge à M. Attali ? Combien coûte-t-il à la société ?

      Suivant ses propos, qu’en conclure ?

        +8

      Alerter
      • NICOLE DE NICOMAQUE // 01.11.2017 à 02h51

        @Riton

        Merci de rappeler cette hallucinante déclaration du sieur en question. Les internautes jugeront.

          +5

        Alerter
  • christophe // 30.10.2017 à 07h00

    Le pari multiculturaliste consiste à dire: nous ne reviendrons jamais en arrière, tenez-vous le pour dit. Nous avons fait un certain choix, nous irons jusqu’au bout de ce choix. Nous étoufferons dans l’œuf toute velléité de remise en cause de l’option multiculturaliste. Mais en même temps, nous ne voulons pas le chaos. A cette fin, nous construisons l’Etat total. Ce n’est jamais dit explicitement. Mais très certainement c’est ce qui est pensé. Car cela correspond à ce qui *se fait concrètement. On pense en particulier aux lois antiterroristes. Mais pas seulement. Le «tout-numérique» pousse également dans cette direction (4). Comme aussi l’atomisation sociale en général (5). Tel est le pari multiculturaliste. Les adeptes du multiculturalisme jugent ce pari gagnable. Il est peut-être gagnable. Mais à quel prix? Peut-être aussi sera-t-il perdu. Car l’Etat total lui-même ne garantit pas nécessairement la non-guerre civile. On aura alors les deux choses: et l’Etat total, et la guerre civile. source : antipresse n°100 – http://www.antipresse.net/

      +30

    Alerter
    • Claude F // 30.10.2017 à 12h50

      Je ne pense pas que le pari multiculturaliste soit réalisable.
      L’interconnexion totale qu’il induit, est vaine à réaliser, car l’unification qu’elle impose exige de penser à contexte constant, ce qui n’est pas le cas, c’est le moins que l’on puisse dire.
      D’ailleurs, Dieu lui-même y a renoncé !
      La seule issue possible, pour y accéder, serait, du point de vue de la logique, de transformer le monde en une seule et unique vérité, à savoir LA tautologie ultime, la glaciation universelle en quelque sorte.
      Notre Jacquot, est pathétique, pas sympathique, paix à son âme. Il nous parle d’ailleurs. La position en surplomb qu’il adopte en permanence, témoigne qu’il a déjà quitté ce monde.
      Claude F
      PS: merci pour le lien fourni.

        +14

      Alerter
      • DB // 30.10.2017 à 17h21

        Sur le multiculturalisme, je vous invite à lire la thèse de Mathieu Bock-Côté qu’il a pondu dans son bouquin et dont il fait un résumé ici. Mais ce qui est intéressant aussi dans cette thèse c’est l’histoire de la gauche
        https://www.youtube.com/watch?v=qtbbYZdO-fI

          +3

        Alerter
        • Claude F // 31.10.2017 à 21h56

          Merci également pour ce lien.
          Je ne connaissais pas Mathieu Bock-Côté, ses thèses permettent de faire tomber bien des œillères.
          Nombre d’idées salutaires, mais attention au contre-sens qui guette souvent.
          Les possibilités de résistance existent, il faudrait alors pouvoir réaliser un arc du refus, entre droite, même dure, qu’importe, et la gauche républicaine.
          Mais hélas, la gauche, dans sa très grande majorité est passée à l’ennemi, entendez, la mondialisation heureuse.

            +2

          Alerter
  • jules vallés // 30.10.2017 à 07h03

    Et les palestiniens, ils peuvent considérer Israël comme un hôtel?
    T’en penses quoi attali?

      +73

    Alerter
    • V_Parlier // 30.10.2017 à 23h50

      Il vous répondra qu’il y avait le Liban pour ça. Israel c’était trop chic, probablement.

        +7

      Alerter
  • Galvan // 30.10.2017 à 07h04

    Je ne sais pas ce que Jacques Attali fume, mais ça doit être de la bonne !
    Aller conseiller aux Suisses de rejoindre l’UE, ´voilà une idée qu’elle est bonne ´. C’est sûr que l’UE doit les faire rêver : une dictature néolibérale d’un côté, de l’autre côté un des pays les plus démocratiques au monde dont le niveau de vie est également un des plus élevés au monde.
    Des fois, je me dit vraiment que la vieillesse est un naufrage…

      +162

    Alerter
    • raloul // 30.10.2017 à 10h58

      Bonjour !

      Je suis suisse et je peux vous garantir que l’idée-même de rejoindre l’UE n’est à l’agenda politique d’aucun parti. Ce serait suicidaire sur un plan électoral. Le peuple suisse a montré dans diverses votations qu’il est prêt à sacrifier les accords bilatéraux avec l’UE pour garder sa souveraineté en matière d’immigration, notamment.

      Les mondialistes tentent de pourrir la Suisse en détruisant sa monnaie, la BNS (lire Liliane Held Khawam sur ce thème), en achetant le maximum de parlementaires via les multinationales «suisses» et en plaçant leurs pions à tous les postes importants non soumis à un processus démocratique.

        +71

      Alerter
      • Alfred // 30.10.2017 à 13h48

        @ galwan: vous ne savez pas lire l’attali. Exemple. ”
        “Aller conseiller aux Suisses de rejoindre l’UE, ´voilà une idée qu’elle est bonne”. Cela ne se lit pas comme ça. Ça se lit: l’oligarchie mondialiste en a assez de la Suisse contre exemple démocratique alors elle va la faire rentrer à coup de pied au cul dans le nouvel ordre mondial supranational. Et la méthode n’a rien à voir avec le peuple suisse. Elle vous est donnée par raloul.
        Attali doit se lire exclusivement entre les lignes. Il ne raconte que des conneries mais sa pseudo vision, son pseudo point de vue c’est celui des oligarques apatrides et leur programme post national. Sa “vision” n’est pas une vision c’est la direction où l’on veut nous amener (nuance). C’est cela qui est important et c’est pourquoi il faut le lire. Mais ce qu’il dit dans le détail, tous le reste vous pouvez l’oublier comme un bruit de fond. C’est des conneries.

          +57

        Alerter
        • Galvan // 30.10.2017 à 22h11

          Je le comprenais bien dans ce sens, c’est à dire celui d’un serviteur zélé de l’oligarchie qui ne conçoit les notions de pays et de souveraineté qu’au niveau de leur utilité de paradis fiscaux et qui passe son temps sur les plateaux TV a louer l’inéluctabilité de la pensée néolibérale. Contre vents et marées, il faut que le dogme continue d’exister, tel un docteur Diafoirus voulant prouver aux médecins du 21eme siècle que la saignée va soigner les malades du Sida. Mais je m’égare …

          Je vais aller lire les écrits de Liliane Held Khawam pour comprendre ce qui se trame en Suisse.

            +6

          Alerter
      • Des Croissants ? // 31.10.2017 à 00h21

        Allez, allez…
        Je suis aussi citoyen suisse Raloul.

        Et ce que je vois de mon côté, c’est que les partis les plus europhobes, sont aussi les plus xénophobes et ultra-libéraux de l’échiquier politique suisse.

        C’est aussi le même parti dont un parlementaire parle de “nègres”, mais se cache derrière son petit doigt (immunité parlementaire).
        C’est le même parti qui lance des initiatives contre l’immigration de masse, mais touche l’argent des conseils d’administration d’une main, en votant des lois antisociales de l’autre pour favoriser leur business (le désastre lamal vous dit quelque chose ?)

        Vous voyez, je me méfie beaucoup des solutions simplistes, des personnes qui tapent sur plus pauvres que moi, parce qu’un jour ils finiront par taper sur moi.

        Que l’UE soit imparfaite, que Jacques Attali soit un néolibéral déguisé en pseudo socialiste… OK. Mais que l’on se jette dans les bras de l’extrême droite (ou tout au moins de la droite dure) pour se sauver des oligarchies me fait bien rire.

          +3

        Alerter
        • raloul // 31.10.2017 à 09h30

          Bonjour !

          Ah on se sent moins seul…

          J’ai quelques nuances à apporter à vos propos.
          Tout d’abord, l’UDC a été seule à s’opposer à l’EEE à l’époque, et quand on voit l’état de l’UE actuellement, il faut admettre qu’ils avaient raison. Ça ne veut pas dire qu’ils aient raison tout le temps sur tous les sujets, très loin de là.
          Il y a un fort courant de «politiquement correct» qui refuse de débattre rationnellement de l’UDC. On les traite de «xénophobes» et ca suffit, croit-on, pour les disqualifier. Prenons l’initiative sur l’immigration de masse. Ce sont des dispositions légales qui ne sont pas plus sévères que celles qui ont cours dans de nombreux pays. Si vous cherchez une loi authentiquement «raciste», jetez un oeil aux lois sur la nationalité au Libéria…
          Je ne soutiens pas du tout l’UDC, je connais parfaitement l’aile blocherienne, et je ne suis pas dupe de leurs manigances.

          Par ailleurs, la lamal n’est pas l’oeuvre exclusive de la «droite dure». C’est un vrai scandale, nous sommes bien d’accord.

          Enfin, à mon avis le vrai clivage actuel est entre souverainistes et mondialistes, moins entre «gauche» et droite.

            +8

          Alerter
      • fanfan // 01.11.2017 à 01h26

        Sur le blog de Liliane Held-Khawam :

        “SUISSE-UE: Il est grand temps d’expliquer au peuple le transfert de souveraineté…” : https://lilianeheldkhawam.com/2016/12/20/suisse-ue-il-est-grand-temps-dexpliquer-au-peuple-le-transfert-de-souverainete-liliane-held-khawam/

        “Les autorités suisses ont déjà dit « oui » à l’Union Européenne :
        1. le lendemain du 6 décembre 1992” : https://lilianeheldkhawam.com/2014/05/19/les-autorites-suisses-ont-deja-dit-oui-a-lunion-europeenne-partie-1/
        2. la signature des bilatérales I Suisse-UE : https://lilianeheldkhawam.com/2014/05/19/les-autorites-suisses-ont-deja-dit-oui-a-lunion-europeenne-2-la-signature-des-bilaterales-i-suisse-ue/
        3. La signature des Bilatérales II Suisse-UE : https://lilianeheldkhawam.com/2014/05/29/la-multiplication-des-accords-suisse-ue-une-adhesion-de-fait/

          +1

        Alerter
    • Kometa // 30.10.2017 à 17h50

      Vous dites: “Je ne sais pas ce que Jacques Attali fume, mais ça doit être de la bonne !”

      Permettez… Je crois que ce monsieur vous répondrait qu’il n’a jamais au grand jamais fumé quoi que ce soit. Surtout pas de la bonne.

      Et c’est probablement cela son problème: Il aurait dû.

      Cela aurait au moins eu le mérite d’expliquer ses.. comment dire… ‘légers’ délires obsessionnels.

      Mais qu’est-ce qui peut bien en ce moment attirer ‘frère Jacques’ en Suisse? Le prochain référendum sur le 100% monnaie? En glissera-t-il un mot? À suivre.
      ( http://www.initiative-monnaie-pleine.ch)

      Car dites vous bien que ‘frère Jacques’ ne dort jamais et qu’il n’est donc pas nécessaire de lui sonner les matines.

      Quand j’écoute ‘frère Jacques’, j’entends aussi Paul Valéry déclarant: “Le diplôme est l’ennemi mortel de la culture”.

      Yep. Attali en est la preuve vivante.

        +10

      Alerter
    • Zevengeur // 31.10.2017 à 11h57

      Attali ne m’inquiète pas, cet individu est une boussole inversée (*) puisqu’à chaque prédiction il s’est passé l’inverse (recherchez dans les archives Youtube).

      (*) Sauf pour l’élection de Macron, mais là ce fut une stratégie gagnante (de peu) de l’oligarchie et de sa presse mainstream..

        +3

      Alerter
    • Calliste // 02.11.2017 à 06h04

      J’ai personnellement définitivement cessé de penser qu’Attali était « intelligent » à la lecture de cet article publié en janvier 2013 :

      « nous allons lentement vers une humanité unisexe, où les hommes et les femmes seront égaux sur tous les plans, y compris celui de la procréation, qui ne sera plus le privilège, ou le fardeau, des femmes.
      (…)
      Accessoirement, cela résoudrait un problème majeur qui freine l’évolution de l’humanité: l’accumulation de connaissances et des capacités cognitives est limitée par la taille du cerveau, elle-même limitée par le mode de naissance: si l’enfant naissait d’une matrice artificielle, la taille de son cerveau n’aurait plus de limite. Après le passage à la station verticale, qui a permis à l’humanité de surgir, ce serait une autre évolution radicale, à laquelle tout ce qui se passe aujourd’hui nous prépare. Telle est l’humanité que nous préparons, indépendamment de notre sexualité, par l’addition implicite de nos désirs individuels. »

      http://www.slate.fr/story/67709/humanite-unisexe-biologie-immortalite

      Il relève davantage de la catégorie des « illuminés » / propagandistes.
      Un certain nombre de ses affirmations sont tellement grotesques que j’ai même cru à un canular.

        +2

      Alerter
  • Gordion // 30.10.2017 à 07h07

    L’arrogance de cet oligarque, son mépris de l’électeur et des décisions souveraines de 2005, alliés à sa conception de l’homo economicus interchangeable, sans frontières, sans passé et au devenir de consommateur politiquement correct, bref ce démiurge qui pérore en disant connaître le nom de la successeure de Jupiter-Europe (devinez qui) me hérisse.

    Le symbole même de la dictature des marchés et l’assujettissement des peuples et de leurs représentants au système mondial.

      +101

    Alerter
  • DUGUESCLIN // 30.10.2017 à 07h16

    Un grand défenseur de la mondialisation.
    Des sociétés melting-pots, a-acculturées, communautarisées, divisées, sans frontières, transformées en “populaces” qui s’entre-déchirent, se neutralisent les unes les autres et taillables à merci, voilà ce qu’il nous propose. Sociétés dans lesquelles nous sommes tout et rien à la fois, noyés dans une gouvernance mondiale, pour laisser la place à une seule culture, celle des financiers et du dieu de l’argent.

      +73

    Alerter
    • moshedayan // 30.10.2017 à 12h23

      Attali est un homme qui se pense apatride , citoyen du monde – c’est mieux à dire. C’est le roi des affirmations qui “défoncent des portes ouvertes”. Ils jouent avec les mots et survolent les réalités. Il prend d’ailleurs ses désirs (peut-être malsains quelque part) pour des réalités. Croire que la France supplantera l’Allemagne ! C’est fort, croire qu’elle se laissera faire surtout. Quant à croire que le dynamisme démographique français est une chance à l’heure du réchauffement climatique et des problèmes de productions agricoles, c’est une parfaite idiotie. C’est déjà son principal handicap.
      Effectivement Galvan, elle devait être bonne !

        +18

      Alerter
    • Seraphim // 31.10.2017 à 05h09

      Un défenseur de la mondialisation qui fonde ses “théories” sur des idées totalement saugrenues: “les nations rurales favorisent la permanence”. De quoi? L’invention de la charrue, les engrais, le développement de la terre, des villages, des villes, des voyages au Moyen-Age, à pied jusqu’en Terre Sainte, jusqu’à Samarkande et en Chine avec Marco Polo, c’est quoi? de la permanence? idem pour les monastères qui conservent mais développent les écrits savants, les livres, les expériences etc..
      “Les nations maritimes favorisent le changement”; ah bon? C’est exactement le contraire. Les Grecs, maritimes par excellence se sont propagés par essaimage, c’est à dire reproduction du même. Toute colonie (Spartacuse, Marseille etc..) reproduit la cellule, l’essaim d’origine. Ainsi feront les Anglais. Les innovations technologiques grecques sont tout à fait mineures, la permanence est leur obsession.

        +6

      Alerter
      • Alfred // 31.10.2017 à 08h00

        En toute amitié vous êtes vous aussi bien achalandé à spartacuse… ?

          +2

        Alerter
  • Raphaël // 30.10.2017 à 07h21

    Comment cet homme peut-il à la fois être [modéré] si creux ? J’ai certes réglé intellectuellement son cas depuis longtemps, mais je reste fasciné d’horreur à chacune de ses phrases. Ce n’est même pas une boussole qui indique vraiment le sud, c’est juste le cauchemar des peuples et des familles incarné.

      +69

    Alerter
  • brigitte // 30.10.2017 à 07h25

    Le conseiller des princes se donne volontiers une image de prophète, de technocrate, de philosophe, d’économiste, voire même de scientologue. Le tout mélangé donne un cocktail étonnant que l’on peut boire comme une menthe à l’eau mais qui veut nous faire avaler une soupe néolibérale radicale et assumée. Heureusement, n’est pas Raspoutine ou Machiavel qui veut….

      +24

    Alerter
    • moshedayan // 30.10.2017 à 16h08

      Raspoutine était au moins intéressant ! (d’après la version de Gérard Depardieu, excellente, mais je doute qu’Attali apprécie les “amis de la Russie”)

        +10

      Alerter
  • Georges Clounaud // 30.10.2017 à 07h32

    “Point positif sur le cartel des GAFA à démanteler…”
    Ne nous emballons pas et regardons la solution proposée par le”grand penseur”: un État de droit mondial.
    La logique est implacable. On libéralise à tout-va, on dérégule à vau-l’eau, s’en suit des déséquilibres sociaux, économiques insurmontables tous facteurs de misères et de violences.
    Plutôt que de s’interroger sur l’origine du mal Jacques Attali va l’occulter et prôner, avec le condescendance insupportable de celui qui sait, qui détient la lumière, le progressisme et son gouvernement mondial.
    Ce funeste dessein n’est autre que le rhabillage grossier et putassier du projet néo-con qui est né à la chute de l’Union Soviétique : la fin de l’histoire théorisée par Fukuyama et l’avènement d’un marché mondial sans limites.
    Bienvenue dans le meilleur des mondes !

      +67

    Alerter
    • vert-de-taire // 30.10.2017 à 09h21

      A propos du néolibéralisme d’après-guerre je vous invite à écouter ou mieux lire Michel Feher (
      https://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/la-suite-dans-les-idees-samedi-28-octobre-2017).

      Il raconte comment des néolibéraux (société du mont-pélerin) a réussi à transformer la société pour la maintenir sous la coupe des riches et éviter le socialisme, penchant naturel des sociétés démocratiques refusant la dictature des riches, ménageant la classe ouvrière.
      Il raconte comment le capitalisme fordiste (acceptant le compromis entre salariés et actionnaires) a été détruit par la financiarisation du monde. Celle-ci imposant à tous non-plus de maximiser l’entreprenariat (au service des gens par produits et services) mais l’optimisation de la rente, de l’actionnariat. Chaque entité économique (Etat, entreprise, personne) devant se soumettre à l’attractivité du capital, donc conforter la dictature des riches.
      Il explique le basculement de nos sociétés dans la dictature des riches.

        +30

      Alerter
      • Micmac // 30.10.2017 à 12h12

        La Société du Mont Pèlerin est vraiment mal connue. Ce n’est pas une théorie du complot, pas du tout. Cette organisation d’économistes ultra libéraux a vraiment pensé et organisée la “Révolution Conservatrice”, à une époque durant laquelle les idées libérales (au sens économique) était complètement discréditées.

        On y trouvait Hayek (le fondateur), Friedman,etc.

        Après guerre, on reprochait aux libéraux (à raison) d’avoir été à l’origine de la crise de 29, de la gestion catastrophique de celle-ci, et des troubles qui s’en sont suivi, aboutissant à la 2ième guerre mondiale. Les idées libérales étaient ridiculisées. Dur de travailler dans une université pour un libéral, sauf à y faire le ménage…

        La Société du Mont Pèlerin à organisé un prix Nobel d’économie bidon et un entrisme de ses sympathisants (qui souvent cachaient leurs véritables convictions) dans les universités et les centres de décision, pour s’assurer l’hégémonie idéologique. Succès total à partir des années 70…

          +24

        Alerter
      • V_Parlier // 30.10.2017 à 23h57

        Vous dites que c’est pour éviter le socialisme, mais le socialisme occidental contemporain colle tout à fait à ce que vous décrivez. Pas étonnant, donc, qu’Attali se déclare socialiste. (L’entrepreneur est beaucoup plus mal vu que l’actionnaire, “l’investisseur”, le “décideur”…).

          +4

        Alerter
  • rosecestlamort // 30.10.2017 à 07h44

    “nous connaissons des progrès technologiques, un potentiel de croissance énorme, des moyens de faire des économies d’énergie massives, une espérance de vie qui augmente. Nous avons tout pour être heureux”…
    on ne dira jamais assez comment le bonheur des imbéciles heureux ressemble à une arme de destruction massive de l’humain…

      +41

    Alerter
    • PierreH // 30.10.2017 à 13h29

      Ou comment évincer d’un revers de main tout ce qui est spirituel et “non matériel”, en ignorant crassement que le bonheur matériel n’a jamais suffit aux êtres humains…

        +9

      Alerter
  • Fritz // 30.10.2017 à 07h49

    En janvier 2008, la commission Attali remettait son rapport pour “libérer la croissance”. Parmi les mesures-phares préconisées : la relance de l’immigration, la suppression des départements ou la libération du commerce. Et l’intercommunalité… Mais QUI a élu Jacques Attali ?

      +54

    Alerter
    • PierreH // 30.10.2017 à 13h34

      C’est de cette manière-là que ce type de conseiller est influent: il rédige un rapport non contraignant qui est assez vite écarté par le politique qui l’a commandé après la 3e mesure, mais les recommandations rentrent dans la tête des décideurs et ils finissent par le faire tout de même à terme… Et la population en entend parler régulièrement, elle s’habitue à l’idée…
      Une démocratie est faite de pleins de pouvoirs, donc beaucoup non élus, on pourra même vous justifier que ce sont les garde-fous à l’irrationalité et à l’humeur changeante du bas-peuple.

        +8

      Alerter
    • Booster // 30.10.2017 à 23h46

      Tout est dit dans cette video . Cet homme a un mauvais fond par dépit. Sans compter que son idéologie, son racisme l’aveugle. Comme si l’empire romain était la planète !

      https://youtu.be/m0pLPAG465Q

        +3

      Alerter
  • Rond // 30.10.2017 à 07h53

    Attali fait du Attali qui fait du Attali qui fait du Attali qui fabrique du vent puis du vide. Dangereux, mais c’est de saison … J’ai lu en diagonale large, très large.
    Quant aux commentaires, savoureux comme d’hab. Merci

      +24

    Alerter
  • Christian Gedeon // 30.10.2017 à 08h05

    La partie sur la domination des Gaga et des groupes agri chimiques est un monument d’hypocrisie. Et non,la Fance ne doit pas être un hôtel…de passe. Quant à la comparaison avec le Liban en matière d’accueil,elle est ridicule. Le Liban a accueilli,en partie à son corps défendant,des voisins,et dans l’optique qu’ils repartent chez eux le plus vite possible. Et pas des migrants destinés à rester sur le sol du pays d’accueil ! J’en profite pour m’élever contre le légende de la France qui n’accueille personne…entre deux cent et trois cent mille personnes par an depuis quarante ans! C’est personne ça ?

      +29

    Alerter
    • MOREAU // 30.10.2017 à 21h41

      La comparaison avec le Liban n’est pas ‘ridicule’…elle est choisie, nuance, ce monsieur n’est pas un imbécile, il est bien plus dangereux, il sait parfaitement ce qu’il dit et il se paie juste le luxe de se moquer de nous car c’est bien une “libanisation/balkanisation” ethno-religieuse qui attend l’Europe de l’ouest. Grâce à qui ? Toujours lui…

        +12

      Alerter
      • Alfred // 31.10.2017 à 08h05

        Il est effectivement bien plus dangereux qu’il en a l’air. Comme il est littéralement ridicule les gens ne le prennent pas assez au sérieux. Mais le projet qu’il sert est à la fois totalitaire et porteur de massacres. Il ment allègrement sur tout les sujets (ça n’a donc aucune importance qu’il se contredise). Les seuls fois où il dit “vrai” c’est dans les prémices de ses raisonnements: c’est le monde tel qu’il l’espère. Un monde pas fait pour être confortable pour les humbles.

          +6

        Alerter
  • LBSSO // 30.10.2017 à 08h19

    “les nations maritimes valorisent le changement, les nations rurales valorisent la permanence”

    -Si la Suisse peut être perçue comme une nation maritime ce n’est pas en raison de son hospitalité (hum…) mais parce qu’elle gère,comme tout pays de ce type, des flux,ici…financiers.
    -L’opposition entre mer et terre c’est le monde de l’infini contre le fini, des flux contre l’immobilité, du libre échange contre les frontières,des espaces contres les états,de l’universalisme contre le particulier,du protestantisme contre la catholicité ,etc. …
    La mer représente la modernité qui sied tant à J Attali.
    -Plus fondamentale .Cette “société liquide” caractérisée par son imprévisibilité,son incertitude, sa précarité génère par réaction un besoin de sécurité qui fragmente les sociétés et tend à limiter les libertés individuelles.
    Liberté liquide prisonnière d’un verre d’eau dans la main de dictatures “de” marché ou du marché ,peu importe M. Attali.Est-ce votre conception du “grand large” ?

      +8

    Alerter
  • Owen // 30.10.2017 à 08h19

    Aussi chez Guiesbert https://www.youtube.com/watch?v=5vrfToi77W4 (1:30)

    De la cellule au mammifère la membrane régule et varie les échanges, selon que le milieu interne est vulnérable ou solide par rapport à son environnement.

    Dans un environnement à forte pression ce sont les interactions fortes qui permettent la rigidité de la matière (nucléons). A température plus douce, la dureté des rapports cède à la respiration des interactions faibles qui permettent la formation des atomes, leurs combinaisons moléculaires et biologiques. A comparer aux rapports autoritaires/coopératifs.

    En écologie, c’est la permanence du milieu et des constituants qui permettent l’imagination et la productivité organique des interactions et des variétés. Les singularités des biotopes accroissent la richesse des échanges. Un milieu faible ou malade dépérit. Un milieu riche qui reste fermé, c’est l’eutrophisation. Une variété qui devient surpuissante, sans frontière, est invasive et destructrice.

    Le feu est l’exemple même du principe régulateur: il peut chauffer ou brûler la maison.

    Le holisme de Koestler explique les principes d’organisation. Le Yi Jing explique que le monde est à la fois stable et évolutif car les élements et humeurs qui le constituent restent relatifs les uns et les autres.

    La généralisation d’un seul modèle est anti-organique.

      +17

    Alerter
    • ChristineG // 30.10.2017 à 11h59

      “L’analyse des comportements des consommateurs permettra de déduire quels biens ou services peuvent être vendus. […] Les GAFA sont puissants quand ils sont installés dans de vastes marchés homogènes où ils peuvent accumuler les données et les prédictions.”

      Et voilà la raison pour laquelle on veut nous « ac-culturer » : bienvenue dans le monde du Tout-Ikea, où tout est pareil partout : la nourriture, la musique, les vêtements, l’art, l’architecture, tout. C’est tout bénef pour les entreprises supra-nationales qui n’ont plus trop à se creuser pour savoir quoi nous faire produire-consommer-produire-consommer.

      Pourtant je ne suis pas pessimiste, car ce modèle pousse à une stabilité non-naturelle, et il finira lui par éclater comme tous les autres, je suis bien d’accord.

        +5

      Alerter
      • Owen // 30.10.2017 à 14h57

        Je n’ai pas votre optimisme.

        J’ai l’impression que toute l’Asie rentre dans le monde GAFA. Même en Inde, cela m’a fait mal de voir que les Indiens visitent maintenant le Palais des Vents de selfie en selfie. Les temples sont encore épargnés, mais on sent aussi des contractures dans le monde Hindou, qui pourrait passer d’un état naturel d’existence vers un un état arc-bouté de la tradition.

        L’assèchement des oasis culturels continue, l’extinction de la diversité des peuples arrive à son terme.

        Oui, bien sûr, il y aura un après GAFA…

          +6

        Alerter
    • Frédéric // 30.10.2017 à 20h16

      Pour en rester à quelque chose de simple: La vie n’est possible que parcequ’il existe un dedans et un dehors de la cellule. La membranne cellulaire régule le chaos extérieur et permet la pérennité d’un intérieur par l’information contenue dans l’ADN. On peut raisonner de la même manière pour un pays et ses frontières. Attention cependant de ne pas confondre les niveaux d’organisation: L’ADN national c’est sa culture et ça n’a rien à voir avec l’ADN de ses habitants.

        +6

      Alerter
    • Frédéric // 30.10.2017 à 20h18

      Pour en rester à quelque chose de simple: La vie n’est possible que parcequ’il existe un dedans et un dehors de la cellule. La membranne cellulaire régule le chaos extérieur et permet la pérennité d’un intérieur par l’information contenue dans l’ADN. On peut raisonner de la même manière pour un pays et ses frontières. Attention cependant de ne pas confondre les niveaux d’organisation: L’ADN national c’est sa cuture et ça n’a rien à voir avec l’ADN de ses habitants.

        +1

      Alerter
  • Fougnard // 30.10.2017 à 08h20

    La jacatalisme est une sorte de soupe libérale inconsistante, prétentieuse et pleine de contradictions. Par exemple, ce qui ne va pas est du au libéralisme mais vive le libéralisme. Sa façon de pérorer sur le sens de l’histoire (avec ses nations rurales versus maritimes) est, comment dire, un peu gavante. Ce doit être pour ça que ça me rappelle le charlegavisme, dont on a pu admirer quelques perles ici récemment.

      +15

    Alerter
  • Fritz // 30.10.2017 à 08h25

    Finalement, à force d’entendre Attali, on se dit que la rééducation des intellectuels dans la Chine de Mao, ça avait du bon.

      +52

    Alerter
    • PierreH // 30.10.2017 à 13h38

      J’ai ri mais j’ai honte… Et j’ai peur que tout le monde ne capte pas bien l’humour au pH faible, mais bon, tant pis pour eux 😛

        +9

      Alerter
  • Emmanuel // 30.10.2017 à 08h36

    Je serais moins sévère que vous : Attali exprime un courant de pensée, ce qui a le mérite d’être clair. C’est sa vérité, et le problème, c’est qu’il la présente comme une sorte de vérité universelle….(et, comme dirait Pirandello, “à chacun sa vérité”). En ce sens, déjà, il se trompe.

      +6

    Alerter
    • Emmanuel // 30.10.2017 à 09h05

      Mais plus philosophiquement et culturellement, Attali a toujours prôné une société “nomade”, et laissé entendre sa supériorité par rapport à une société “sédentaire”, ce qui n’est pas sans agacer les tenants de la seconde. En ce sens, il est logique qu’il soit “dans le vent” dans le contexte très dominant d’une certaine forme d’ultralibéralisme avec sa logique de marchandisation absolue, qui est survalorisée aujourd’hui (l’hôtel, l’économie de marché, la monnaie toute puissante, la liberté de circulation, l’abolition des frontières, le multiculturalisme, les migrants, etc…). Le problème, à mon sens, c’est que pour “marchandiser”, il faut produire, et pour cela il faut une certaine stabilité, un certain ancrage. L’agriculture en est une illustration. Pour ma part, ayant vécu dans un pays où ces deux cultures existent, j’ai pu observer à la fois les conflits engendrés, mais, il faut aussi le reconnaître, certaines complémentarités….

        +5

      Alerter
      • PierreH // 30.10.2017 à 13h41

        En effet, si le sédentarisme profite du nomadisme, le contraire est tout à fait vrai aussi. Vivre avec l’un des deux seulement c’est se “condamner” à une vie extrêmement simple (pour ne pas dire pauvre, au moins en termes matériels). C’est tout à fait dingue de ne pas le voir…

          +3

        Alerter
    • vert-de-taire // 30.10.2017 à 09h34

      Oui la dictature de la finance donc des riches.
      ce n’est clairement pas un courant de pensé, c’est une dictature qui façonne scientifiquement nos cerveaux au point de faire croire à un courant ..
      Il propose de faire de chacun de nous un élément d’un mécanisme dominé par une logique financière.
      C’est conforter la dévastation planétaire sociale et environnementale.

      Le capitalisme comme forme ultime d’organisation.
      On en crève …

        +18

      Alerter
  • Fougnard // 30.10.2017 à 08h44

    Le jacatalisme est à classer définitivement avec le béhachèlisme, l’élicohenisme, l’éricfassinisme, le michelwieviorkaisme, le philosophisme des plateaux télé, les expertismes des mêmes lieux, c’est à dire dans les poubelles de l’histoire (avec un tout petit “h” car je parle ici de l’histoire des merdia)

      +32

    Alerter
    • LBSSO // 30.10.2017 à 10h38

      Le jacatalisme est un système
      Son passé politique, la publication de ses livres sont autant de moyens pour lui d’entretenir sa notoriété et son image de futurologue expert.
      Ainsi ,il est très sollicité comme intervenant dans de très nombreux colloques (ici en Suisse).Sa participation est recherchée car son nom figurant sur un carton d’invitation garantie alors le sérieux de la réunion et son succès.Son intervention peut être monnayée à hauteur de plusieurs dizaines de milliers d’euros, frais d’hôtel non compris ,Hôtel avec un grand “H” 🙂 .

        +8

      Alerter
      • Gordion // 30.10.2017 à 11h06

        Il fallait effectivement le rappeler, merci à vous.

        Il faut également se souvenir qu’il est à l’origine de la notoriété de Macron depuis la banque jusqu’à l’Elysée. Il n’est pas le seul.

          +17

        Alerter
  • Laurent // 30.10.2017 à 08h48

    Tout ça me semble très contradictoire et superficiel :

    > Les gens vivaient alors très bien. Ils avaient déjà […] La démocratie, la globalisation

    C’est déjà incompatible : la démocratie c’est le peuple qui décide (dit aussi “bottom up”) et la globalisation c’est un groupe de technocrate, souvent non élus, qui décident (dit aussi “top down”), le vécu des uns et des autres est tellement différent que les intérêts divergent et il est impossible d’avoir une démocratie et une globalisation en même temps.
    Simplement il est très difficile de défendre la dictature d’une élite, alors on la maquille et on essaie de la faire passer pour de la démocratie. Heureusement ce subterfuge fonctionne de moins en moins souvent.

    > la crise financière et le protectionnisme ont globalement précipité le monde dans 75 ans de barbarie, de 1914 à 1989.
    > Il faut sauver la mer. Nous devons aussi régler le problème de la répartition inégale des richesses et celui d’un désordre mondial dû au fait que les marchés sont plus puissants que les Etats.

    D’un côté, Mr Attali rend le protectionnisme responsable de la guerre 14-18 et d’un autre il déplore la puissance des marchés et la faiblesse des états. Là encore il veut ménager la chèvre et le chou.

    Au final, des réponses qui partent dans tous les sens pour flatter tout le monde mais qui finir par ne plaire à personne

      +19

    Alerter
    • Alfred // 30.10.2017 à 08h58

      C’est flou parceque c’est mensonger. Comme tout ceux qui nous gouvernent. Ceux qui pensent ce qu’ils disent sont toujours clairs. Exemple: Poutine, Assad, meme Kadhafi, quoi qu’on pense d’eux sont toujours limpides. Contrairement aux Sarkozy Hollande et micron qui eux “naviguent” dans jamais exprimer le fond de leur pensée (on leur fait grâce d’en avoir une même inavouable)..

        +45

      Alerter
  • FARINET // 30.10.2017 à 08h56

    Au pays de Guillaume Tell même les paumés feraient flèche de tout bois au point d’écouter la parole divine et rentrer dans l’UE…. Attali c’est une puissance intellectuelle unique, nous sommes terrassés par la profondeur du regard sur la photo pour s’en convaincre. C’est pour faire court une intelligence tellement brillante, capable de synthétiser clairement la pensée complexe, résumer l’infiniment grand dans l’infiniment petit. Ah si nos astrophysiciens comptaient dans leur rang son talent. Les connaissances sur l’univers seraient enfin abordables.
    Ses dons d’anticipation, de prédiction lui permettent même d’imaginer ce qui n’arrive jamais Nostradamus était vraiment petit joueur. Nous avons là une pépite, si nous pouvions le revendre au prix qu’il s’estime lui et les médias (MMS) par rapport à ce qu’il vaut, cela ferait, grâce à une gestion dynamique des participations de l’état, (traduire vente des bijoux de famille dans la bouche d’Enarque du 1er Ministre) , une jolie plus-value pour clôturer le budget 2018 et pour nous une source d’ apaisement bénéfique dans ces temps difficiles.

      +29

    Alerter
  • Laurent // 30.10.2017 à 08h57

    Tout pays doit se penser comme un hôtel …
    Déclaration pleine de profondeur de Monsieur Attali.
    La preuve c’est que les compétences de Monsieur Sarkozy dans ces domaines particuliers que sont l’hôtellerie et la consuite d’un pays l’ont fait intégrer le conseil d’admnistration d’Accor.

      +14

    Alerter
  • Cristobal // 30.10.2017 à 09h02

    Quel mépris pour la Suisse.
    Et pour les peuples souverains.

      +21

    Alerter
  • Fritz // 30.10.2017 à 09h08

    Tout pays doit se penser comme un hôtel…
    Maxime approuvée par un candidat à la présidence de la République, pro de la mondialisation, depuis la chambre 2806 du Sofitel de New York (géré par le groupe Accor).
    Corollaire : les citoyens doivent être traités comme le personnel de l’hôtel.

      +22

    Alerter
    • Kilsan Aïtous // 31.10.2017 à 07h59

      La seule conclusion qu’on peut tirer de cet interview, c’est qu’Attali nous prend vraiment pour des cons.

      Faire d’un pays, un hôtel, qui ne peut être que de passes pour ce pornocrate qui ne pense que marchandise et pognon, c’est vraiment rabaisser l’humanité au niveau de larbins et d’esclaves. On voit bien quelle place il se réserverait à lui et à ses acolytes dans cet hôtel… (voir le syndrome DSK, Weinstein et tutti).

      On est bien entré dans le monde de la mafia légalisée.

        +7

      Alerter
  • Jacquesjacques // 30.10.2017 à 09h36

    Je ne suis pas allé loin dans la lecture… rien que des banalités ! Où pourrions-nous trouver des solutions dans les bavardages de ce monsieur sans matière ?

      +8

    Alerter
    • Homère d’Allore // 30.10.2017 à 10h38

      De plus, lorsqu’il ne plagie pas, il est franchement mauvais.

      Il cite trois dates de révolutions “symboliques” dans l’histoire de la France contemporaine : 1945, 1958, 1980.

      Si l’on voit bien à quoi correspondent les deux premières années, 1980 ne renvoie à rien.

      Peut-être voulait il parler de 1981 ou, plus vraisemblablement, du tournant de la rigueur de 1983 ?

      Bref, approximations, wishful thinking, optimisme béat sont les caractéristiques de la pseudo-pensée attalienne.

        +13

      Alerter
      • LBSSO // 30.10.2017 à 12h41

        Plaidez coupable @Homère d’Allore !
        Vous êtes pris en flagrant délire de ne pas acheter les livres de JA.Shame on you.
        1980 est ,selon lui, l’avènement de Los Angeles .
        Elle préfigure la société des microprocesseurs d’une part et le transfert de puissance de New York vers la ville californienne ,augurant ainsi,d’autre part, un basculement de l’Atlantique vers le Pacifique et l’Asie .
        Appréciant toujours vos commentaires ,devenus trop rares, je vous acquitte 🙂 .
        http://www.irenees.net/bdf_fiche-documentation-617_fr.html

          +8

        Alerter
        • Chris // 30.10.2017 à 13h29

          J’y voyais plutôt le duo Thatcher-Reagan qui inaugura publiquement le néolibéralisme mondialisant.

            +10

          Alerter
        • Homère d’Allore // 30.10.2017 à 20h03

          Bonsoir LBSSO,

          J’avoue ne pas avoir lu cette prose attalienne sur Los Angeles, lui préférant “City of Quartz” de Mike Davis.

          Mais, même en admettant 1980 comme date importante pour la Californie du Sud, ça ne fait pas une “révolution symbolique” en France…

          Or, Attali parle de la France dans le passage cité.

            +8

          Alerter
          • LBSSO // 30.10.2017 à 21h29

            Je ne connaissais pas “City of Quartz” de Mike Davis.Merci.Je viens d’en lire un résumé sur le net , ce we mon libraire va avoir de la visite.En effet:
            – “Au-delà de Blade Runner : Los Angeles et l’imagination du désastre ” est également un de ses livres .Or après avoir découvert au cinéma “Blade runner” ,je viens de voir “Blade Runner 2049” la suite.
            -Je suis intuitivement convaincu que nos sociétés vont fonctionner de plus en plus sous un mode mafieux qui dépasse largement le concept d’oligarchie.Question trop rarement traitée tant sur un plan théorique qu’empirique.Les indices sont pourtant de plus en plus nombreux et s’accumulent.
            signé : un habitant du village planétaire né avant 1980 🙂 .

              +3

            Alerter
            • Catalina // 31.10.2017 à 00h29

              ils fonctionnent déjà comme ça,la seule différence c’est qu’on peut maintenant l’apercevoir
              ;O)

                +3

              Alerter
            • LBSSO // 31.10.2017 à 19h12

              @Catalina
              pour préciser : par les ” sociétés vont fonctionner de plus en plus sous un mode mafieux ” ,j’entends tous les ” étages ” de celles-ci.

                +0

              Alerter
    • BOURDEAUX // 30.10.2017 à 18h37

      La vieillesse est un naufrage. Naufrage qui peut émouvoir quand il s’agit d’un fier paquebot qui a traversé 1000 fois l’océan, mais qui laisse chacun indifférent s’il ronge une barque mal finie qui a déjà coulé 5 fois sans jamais voguer plus loin que le phare de Concarneau.

        +10

      Alerter
  • Louis Robert // 30.10.2017 à 09h57

    Moi j’aime bien:

    1. La France, comme « première puissance d’Europe »… Ah « la mer et la francophonie »!

    Mais, en ce siècle de l’Asie, rien ne vaut bien sûr cet élan généreux vers une Afrique francophone,

    2. « L’Afrique regroupe un milliard d’habitants, et dans trente ou quarante ans, elle en comptera deux milliards. C’est la grande question du XXIe siècle. Pour l’Europe, cette explosion démographique peut déboucher sur une catastrophe, parce que des centaines de millions d’Africains s’installeront ici, ou alors nous les aidons à bien se développer et le continent sera un formidable marché. Pour l’Europe et pour la France grâce à cette langue commune. »

    Le bonheur de vivre dans un monde nihiliste comme éternel bazar!

      +8

    Alerter
  • jyt // 30.10.2017 à 10h21

    Attali, le fléau de la pensée !

      +18

    Alerter
    • martin // 30.10.2017 à 11h18

      En effet!

      Je me demande comment on peut encore prêter attention aux déclarations de ce triste personnage. Il est la preuve vivante que le premier de la classe n’est pas nécessairement le plus intelligent. Que l’on relise ses prédictions pour le XXI°siècle (Une brève histoire de l’avenir). Tout, absolument tout est infirmé. Le livre pourrait servir de boussole pour le faux, c’en est presque “miraculeux”. Quant à l’action de ce marquis d’ancien régime déguisé en progressiste, je me permets de rappeler que son rôle dans la transition financière de 1983 fût essentiel. Franchement, c’est un tartuffe doublé d’un arrogant. Je ne vois guère à quoi il peut servir, sinon à rire de bon coeur.

        +17

      Alerter
      • Didier // 30.10.2017 à 11h36

        “Une brève histoire de l’avenir” est surtout un pillage, éhonté et systématique, des travaux de Fernand Braudel. Qui est, lui, autrement plus intéressant…

          +13

        Alerter
  • Azza // 30.10.2017 à 10h38

    Son histoire de “nations maritimes”……. pfffff, serieusement…….

    Quand on a passe un peu de temps a lire Todd, les propos d’Attali ressemblent a des discours de medecins du XVIieme siecle. On a l’impression qu’il nous explique la theorie des humeurs.

    Et il est tout content de sa trouvaille en plus.

    “Et pour une autre raison: les nations maritimes valorisent le changement, les nations rurales valorisent la permanence.

    La France borde pourtant plusieurs mers. Elle aurait pu être une nation maritime?

    Elle a essayé de le faire à huit reprises, comme je l’aborde dans mon dernier livre. Mais la France a choisi d’être une nation rurale car elle possède des terres et une agriculture très riches.”

    No Sh*t Sherlock !

    Le Portugal, c’est une nation maritime ou une nation rurale ?

      +10

    Alerter
  • lemoine001 // 30.10.2017 à 11h04

    “les nations maritimes valorisent le changement, les nations rurales valorisent la permanence”.

    ça se veut profond ! ce n’est que du crétinisme prétentieux ! La France était jusque dans les années cinquante un pays dont la population était largement rurale. Elle a était du 18ème siècle à nos jours le pays des révolutions. D’abord une révolution intellectuelle avec les Lumières, puis la grande révolution de 1789, celle après de 1830, puis de 1848, après en 1870 la commune, le front populaire, la libération, mai 68. Rien à voir là-dedans avec la marine, qu’elle soit à voile ou à vapeur !

      +14

    Alerter
  • Arcousan09 // 30.10.2017 à 11h13

    Attali, Minc, BHL ….et autres génies inspirés …

    Quand nous constatons les résultats de leurs élucubrations nous ne pouvons être que dithyrambiques ….

    Nous allons les subir encore pendant combien d’années ces “penseurs” que nous ne pourrons jamais virer avec un bulletin de vote ….

      +21

    Alerter
  • Dieselito // 30.10.2017 à 11h32

    Attali , ce n’est pas l’anagramme d’Attilla?

      +11

    Alerter
    • lvzor // 02.11.2017 à 14h15

      “Attali , ce n’est pas l’anagramme d’Attilla?”

      Mais Attila était cultivé, lui…

        +1

      Alerter
  • staeubli // 30.10.2017 à 12h05

    Y a des bonnes idées, de bons sujets (Syngenta, Bayer/Monsanto, les GAFA), y a du “Attali” (l’histoire de nation maritime / agricole, formulation typique). Et y a du n’importe quoi : l’Allemagne n’a jamais été aussi puissante et influente. C’est le genre de théorie qui met les français et les romands en transe. La francophonie aussi c’est une vaste blague, les pays africains se mettent à l’anglais qui est la langue internationale. Ils ne se sont pas mis au français pour la beauté de la langue ou la bonté de jakatalie mais parce que c’était la langue des dominants, des colons. Aujourd’hui c’est la langue anglaise qui domine seule, et ça fait d’ailleurs un moment (25 ans peut être ?!). Quelle naiveté de croire que les africains voudront s’ouvrir vers la france du fait de la langue. Il a bien dit qu’on était dans une économie mondialisée non ? Sans vouloir faire de mauvais esprit, ça doit être une nostalgie qui atteint beaucoup de pieds-noirs chassés de leur pays.

      +3

    Alerter
  • Le Rouméliote // 30.10.2017 à 12h12

    “les nations maritimes valorisent le changement, les nations rurales valorisent la permanence” : bel exemple de sophisme attalien ! La France, la Russie, la Chine n’ont pas fait de révolutions, peut-être ? Sans des inventeurs français, quid de l’automobile, de l’aviation, de la photo, du cinéma, de la télévision et même du vélocipède ? Les nations maritimes britannique ou japonaise ne valorisent pas leurs traditions ? Tout ça, c’est de l’esbroufe et de la non pensée. Il n’y a pas plus de nations maritimes que de nations rurales, M. Attali aurait dû faire de la géographie avant de débiter de telles âneries.

      +18

    Alerter
    • Chris // 31.10.2017 à 00h41

      Vous avez oublié, le tissu denim jeans, la téléphonie mobile, etc…

        +0

      Alerter
      • Le Rouméliote // 31.10.2017 à 17h43

        Et les lignes à haute tension, etc. c’était juste quelques exemples éclairants…

          +0

        Alerter
  • lon // 30.10.2017 à 12h45

    Et le Tout-Puissant apparut à Jacques, et lui parla ainsi :
    Tu feras de la Terre une auberge
    Tu en mettras la direction à Jerusalem
    La compta à New-York
    Le service technique à Berlin
    Et les cuisines à Paris
    Ainsi la prochaine fois que j’enverrai Mon Fils
    Il sera pas obligé de dormir dans une étable pourrie

      +23

    Alerter
  • René Fabri // 30.10.2017 à 13h29

    D’accord pour critiquer les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), mais pas de manière aveugle en jetant le bébé avec l’eau du bain.

    En effet, Google a tout de même le mérite d’affaiblir Microsoft, qui est pire que lui, même s’il faut reconnaitre que Microsoft en son temps a eu le mérite d’affaiblir IBM. Pour Apple, ils abusent sur les prix, mais ils ont de bonnes idées de temps en temps. Pour Facebook, il y a de la censure, mais moins qu’ailleurs. Enfin pour Amazon, c’est un commerce qui s’impose parce que les autres ne sont pas très bons.

    Ma conclusion est que rien n’est simple. On ne peut -être sûr que d’une chose qui est que les simplifications ne sont pas bonnes. Et malheureusement Jacques Attali s’en fait une spécialité.

      +3

    Alerter
    • Vincent P. // 30.10.2017 à 18h12

      Je considère qu’Attali est très utile en ceci qu’il distille avec brio et en toute impunité la feuille de route impériale.
      A ceci près qu’il faut savoir le lire, et en cela je rejoins Alfred.
      C’est simple : à l’instar de toute la classe politique marchant à la bruxelloise, il faut inverser (!) le système de valeurs décrit ou prôné pour comprendre dans le bon sens !

      Par ailleurs :
      Ce personnage incarne parfaitement le tragique des puissants :
      Ils craignent tellement leur propre mort et leur insignifiance dans l’histoire qu’ils feront tout leur possible pour voir advenir sous leurs yeux l’apocalypse, simplement pour donner du sens à une existence au cours de laquelle la cupidité n’aura jamais qu’entretenu un vide sidéral !
      Ils sont à l’image d’une cellule qui dégénère en cancer et condamne ensuite tout l’organisme: cette cellule, au départ, cesse de fonctionner parce qu’elle “refuse” de mourir et cherche à se multiplier à l’infini…
      Rien d’étonnant à ce que ce soit le mal du siècle donc, ni dans le fait qu’Attali fascine autant qu’il énerve : il est juste un excellent miroir.

        +10

      Alerter
  • wuwei // 30.10.2017 à 13h33

    “Si j’avais un conseil à donner à la Suisse, c’est d’entrer dans l’Union européenne tout en gardant sa spécificité.”

    Entrer dans l’Europe et garder sa spécificité ? Attali ou l’art de l’oxymoron parfait.

    Pour ma part si j’avais un conseil à donner aux Suisses, il serait de toujours faire le contraire de ce que préconise ce médiocrate. Mais peut être et je les comprend ont-ils mieux à faire que de perdre leur temps à l’écouter.

      +10

    Alerter
  • martin // 30.10.2017 à 13h40

    Ce qui me paraît le plus étonnant, et pour tout dire, le plus ridicule chez Attali, c’est son absence totale de tout sens du tragique. Faire de l’histoire, c’est pour lui comme flâner dans une galerie marchande, à la recherche du joli lampadaire qui décorera le guéridon du séjour. Ah! Merveilleuse bourgeoisie, et tellement prévisible avec sa canne à pommeau, son chapeau bien vissé sur le crâne, et ses pouces bien calés dans le gilet. Tellement superficielle, tellement étrangère au malheur.

    “Peu de gens devineront combien il a fallu être triste pour ressuciter Carthage.” Stendhal.

    Attali, ou la philosophie gonflable.

      +20

    Alerter
    • Fritz // 30.10.2017 à 14h42

      Et gonflante.

        +13

      Alerter
  • Subotai // 30.10.2017 à 16h51

    Un vieux schnock, à coté de ses pompes, coincé dans une vision idéologique du monde.
    Juste deux trucs:
    “… le monde est instable, comme en 1910. Les gens vivaient alors très bien. Ils avaient déjà la radio, l’automobile, l’électricité. La démocratie, la globalisation. Et puis le terrorisme – qu’on appelait alors nihilisme –, la crise financière et le protectionnisme ont globalement précipité le monde dans 75 ans de barbarie, de 1914 à 1989…”
    Qu’il me trouve une seule période de 75 ans de l’histoire du monde où ça n’a pas été la même barbarie.

    “”La seule institution internationale se situe d’ailleurs à Genève. C’est l’OMC (Organisation mondiale du commerce), qui s’appuie sur son système de règlement des conflits. “”
    L’ONU c’est pour les chiens.
    Et quand il parle des GAFA que leur pouvoir met en passe de remplacer les Etats, il est incohérent puisque si l’OMC doit remplacer l’ONU (dans sa vision) c’est bien parce qu’il y a des “GAFA”.
    Bref un crétin pontifiant…

      +8

    Alerter
    • martin // 30.10.2017 à 17h24

      J’aime beaucoup ce passage: “les gens vivaient alors très bien”. Aucun doute! On peut être sûr que c’est exactement ce que dirait un paysan ou un ouvrier du début du XX°siècle si on pouvait lui poser la question. Tout allait, tout va, tout ira bien madame la marquise! Ce type est incroyable! S’il n’existait pas il faudrait l’inventer.
      Une sorte de Leibniz de poche pour lecteur pressé.

        +8

      Alerter
      • martin // 30.10.2017 à 17h33

        … pour ne rien dire du préjugé typiquement patronal selon lequel avoir la radio, l’automobile et je ne sais quoi d’autre équivaut à vivre bien. Bonjour le niveau.

          +9

        Alerter
    • RV // 30.10.2017 à 21h20

      moi aussi j’ai sursauté sur son passage sur l’OMC.
      Cet organisme n’a aucune légitimité, tout comme le FMI, les G7, 8 ou 20 . . .
      alors, oui, il faut investir l’ONU de toute urgence . . . !
      La régulation mondiale doit être démocratique, Ni G8, ni G20, mais G192

        +6

      Alerter
  • Louis // 30.10.2017 à 18h03

    “Mais la France a choisi d’être une nation rurale car elle possède des terres et une agriculture très riches.” Est-il allé dire cela devant des agriculteurs français?

      +7

    Alerter
    • Fritz // 30.10.2017 à 19h37

      Je ne pense pas. Il a voulu dire les choses mieux que Sully : “Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France”. C’est vrai que Sully n’arrive pas à la cheville (bien enflée) d’Attali.

        +3

      Alerter
  • lusofranc // 30.10.2017 à 19h36

    Bon,maintenant on attend la prochaine atalinade….

      +1

    Alerter
  • Noone // 30.10.2017 à 19h40

    Le projet d’Attila pour la France :

    – “[Pour sauver les retraites], le troisième choix conduirait à organiser la venue de deux millions d’étrangers par an entre 2020 et 2040, ce qui se traduirait, sur l’ensemble de la période considérée, du fait de l’élargissement des familles, par l’entrée sur notre sol de 93 millions d’immigrés ; la France compterait alors 187 millions d’habitants, dont 68 % d’immigrés de première ou de deuxième génération.” (Jacques Attali, L’avenir du travail, Fayard, 2007)

    – Il faudrait que la population étrangère naturalisée atteigne un tiers de la population globale. Ce qui serait à faire pour éviter le pire est simple à énoncer : encourager la diversité, partager les richesses, favoriser tous les métissages, apprendre à penser globalement” (Jacques Attali, Dictionnaire du XXIe siècle Fayard, Paris,1)

      +9

    Alerter
    • Gordion // 31.10.2017 à 05h00

      Merci pour ce rappel, très utile pour restituer le personnage et son œuvre.

        +3

      Alerter
  • martin // 30.10.2017 à 20h05

    Attention au

    Très

    Tartignolle et

    Assomant

    Liberal

    Intellectuel

      +7

    Alerter
  • Anatole // 30.10.2017 à 20h17

    Je regrette de ne pas être assez riche.
    Si j’étais assez riche, je l’achèterai et je lui ficherai des baffes tous les matins.

      +11

    Alerter
  • Patte blanche // 30.10.2017 à 20h29

    Après avoir lu l’article, la petite phrase d’explication de Les Crises “[…] Point positif sur le diagnostic du cartel des GAFA à démanteler…” résume également ma pensée. Et je n’en vois pas beaucoup d’autres si ce n’est pas le seul.

    Sinon, un point où j’ai été scié : Son optimisme à croire que la France sera la première puissance en Europe, dépassant l’Allemagne (qui serait malade démographiquement, technologiquement et financièrement). Bien que la démographie soit effectivement en baisse chez nos voisins, c’est à l’inverse des analyses qui placent l’Allemagne en tête notamment sur sa balance commerciale excédentaire et du fossé qui s’accroît entre ce pays et les autres pays du sud de l’UE.

      +3

    Alerter
  • pitipitipa // 30.10.2017 à 22h41

    Il raconte toujours les mêmes choses fausses.

    Il y a ceux qui vivent de leur travail et ceux là ont intérêt à ce que la population soit au minimum, parce que plus de gens ne les rend pas plus riche. Au contraire ça fait moins de ressources naturelles à se partager.

    Et il y a ceux qui vivent du travail des autres…

    Bref, pour les gens qui nous dirigent il est hors de question que la france se dépeuple et une planète à 10 milliards d’habitants, pourquoi pas ?

      +5

    Alerter
  • Amoureux de la langue // 30.10.2017 à 22h46

    Le texte d’Attali est insignifiant, mais il a au moins un mérite, c’est de susciter bien des commentaires roboratifs ! Que de plumes alertes ! Que de vifs traits d’esprit ! Quel réconfort à voir ainsi exploitées les ressources de la langue !

      +7

    Alerter
  • Macarel // 31.10.2017 à 10h42

    “Tout pays doit se penser comme un hôtel et ses habitants comme des hôteliers.”

    Ouf… l’on est rassuré, il aurait pu dire :

    “Tout pays doit se penser comme un hôtel de passe et ses habitants comme des tauliers.”

      +5

    Alerter
    • lon // 31.10.2017 à 10h58

      il faut plutôt dire :

      ” tout pays doit se penser comme un bordel, et ses habitants comme des prostituées …”

        +9

      Alerter
      • Macarel // 31.10.2017 à 11h12

        ça c’est la vision de ceux/celles qui vendent leurs services, Attali lui a la vision de ceux/celles qui achètent les services de ceux/celles qui les proposent.
        Il est du côté des entrepreneurs, seuls créateurs de richesses en ce bas monde.
        Comment pourrait-il en aller autrement, venant du mentor de Jupiter en personne !

          +2

        Alerter
        • Kilsan Aïtous // 31.10.2017 à 12h04

          On avait compris que dans sa métaphore du pays-hôtel, ce n’est pas lui qui est de corvée de chiottes. Ni lui qui fait les passes. Ni même lui qui se sentirait redevable de la passe qui lui est forcément due si on ne veut pas se voir éjecter de l’hôtel.

          Lui, c’est la poule d’ultra-luxe qui ne vend son âme volontairement qu’au sommet. Il faut donc qu’il puisse jouir de voir les gueux forcés de se prostituer pour une bouchée de pain.

          Haute “philosophie” de la vie qu’on nous propose.
          # BalanceTonPornocrate

            +10

          Alerter
  • Jacky Soulié // 31.10.2017 à 17h25

    Attali à un congrès sur l’intelligence artificielle : manque de bol, l’artificiel était là, il avait juste oublié de faire venir l’intelligence !

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications