Les Crises Les Crises
3.avril.20203.4.2020 // Les Crises

La France mise sur l’«immunité de groupe» pour arrêter le coronavirus

Merci 10
J'envoie

Source : Le Figaro, Tristan Vey, 13-03-2020

DÉCRYPTAGE – Sans le dire explicitement, le président de la République a opté pour une gestion au long cours de l’épidémie.

C’est en lisant entre les lignes de l’allocution solennelle du président de la République jeudi soir que l’on peut se faire une idée du choix stratégique opéré en coulisse. En déclarant que l’épidémie de Covid-19 en cours était «la plus grave crise sanitaire qu’ait connue la France depuis plus d’un siècle», Emmanuel Macron s’est évidemment projeté dans l’avenir. Car avec 3661 cas identifiés et 79 morts jeudi, ce n’est pas la situation actuelle qui est dramatique, mais bien celle qui nous attend: des millions de personnes infectées, des centaines de milliers de cas graves, et des dizaines de milliers de morts potentiels.

En d’autres termes, décision a été prise de laisser l’épidémie suivre son cours et de ne pas tenter de l’arrêter brutalement. Cela ne veut pas dire ne rien faire: les pouvoirs publics mettent désormais toute leur énergie à ralentir la propagation du virus pour éviter l’engorgement des services d’urgence. Il s’agit «d’aplanir» la courbe épidémique, en limitant les contacts entre les gens, notamment, pour l’étaler dans le temps. Allonger sa durée pour limiter son ampleur à un instant T. C’est le seul moyen de limiter l’engorgement des hôpitaux.

Les mesures drastiques prises en Italie avaient laissé croire pendant un temps que la France pourrait faire elle aussi le pari de l’endiguement

Il faudra ensuite attendre, peut-être plusieurs mois, qu’un nombre suffisant de personnes soient infectées pour atteindre l’«immunité de groupe». Le seuil au-delà duquel le virus ne parvient plus à circuler, car il n’y a plus assez de gens à contaminer. C’est aussi la stratégie adoptée par la Grande-Bretagne et l’Allemagne, de manière plus officielle. Angela Merkel s’attend à ce qu’il faille que 60 à 70 % des Allemands soient infectés! Idem en Grande-Bretagne. On comprend mieux les mots soigneusement choisis par Emmanuel Macron pour préparer les Français.

Ce n’est pas forcément un mauvais choix, entendons-nous. Les mesures drastiques prises en Italie avaient laissé croire pendant un temps que la France pourrait faire elle aussi le pari de l’endiguement. Il aurait fallu pour cela appeler au confinement de toute la population, fermer les commerces, limiter drastiquement les déplacements et mettre en place des systèmes coercitifs pour que ces mesures soient respectées. Cela revenait à tuer l’économie, bouleverser la vie démocratique en reportant les élections, et restreindre in fine la liberté des citoyens.

Une décision d’autant plus difficile que le résultat serait resté incertain. Car si la Chine a réussi à éteindre la flambée du virus aujourd’hui, rien ne dit que le pays ne devra pas faire face à un «rebond» de l’épidémie dans les semaines ou les mois à venir. En effet, avec «seulement» 80.000 malades sur 1,4 milliard d’habitants, la population chinoise dans sa très grande majorité n’a pas «rencontré» le virus et n’est donc pas immunisée.

Le virus présente la particularité d’être aussi transmis par des personnes asymptomatiques, ce qui en fait un cauchemar pour la prévention

«Lorsque l’épidémie est arrêtée de façon artificielle, elle repart dès qu’on réinjecte du virus», rappelle Jean-Stéphane Dhersin, professeur à l’université Sorbonne Paris Nord et directeur adjoint scientifique de l’Institut national des sciences mathématiques et de leurs interactions du CNRS. De nouveaux foyers épidémiques risquent de s’allumer à tout moment. Le virus est très contagieux et présente la particularité d’être aussi transmis par des personnes asymptomatiques, ce qui en fait un cauchemar pour la prévention. L’Italie, si elle parvient elle aussi à stopper l’épidémie, ce qui est loin d’être gagné, devrait faire face à la même situation.

Plutôt que de gérer une épidémie en dents de scie, la France va donc essayer de contrôler une épidémie au long cours. De la «méchanceté» du virus et sa létalité dépendront en grande partie le bilan humain qu’il faudra dresser à la fin de la crise. En Chine, les autorités ont dénombré 20 % de cas graves. Selon des estimations, la mortalité serait comprise entre 0,5 et 1 %… La question du nombre de cas sans aucun symptôme n’est toutefois pas clairement tranchée et pourrait laisser espérer une situation un peu moins dramatique.

On peut s’interroger sur l’opportunité d’avoir maintenu les élections, mais c’est là un arbitrage politique qui dépasse la seule science épidémiologique

À l’inverse, si les hôpitaux n’arrivent pas à absorber l’affluence de malades, le bilan humain pourrait s’envoler. D’où l’urgence de ralentir la propagation du virus. La fermeture des établissements scolaires, qui sont des accélérateurs des contaminations, va bien dans ce sens. De même que l’interdiction de tous les rassemblements de plus de 100 personnes sur tout le territoire prise vendredi. On peut en revanche s’interroger sur l’opportunité d’avoir maintenu les élections dans ce contexte, mais c’est là un arbitrage politique qui dépasse la seule science épidémiologique.

Autre mesure importante annoncée par Emmanuel Macron, l’appel au confinement des personnes vulnérables, à commencer par nos aînés. Ce sont en effet ces personnes qui ont le plus de risque de développer des formes graves à même d’engorger les hôpitaux. La fermeture des Ehpad va aussi dans ce sens. En maintenant ces mesures protectrices à plus long terme (mais est-ce réalisable?) on pourrait espérer construire l’immunité de groupe au maximum sur le reste de la population, moins susceptible de développer une forme grave de la maladie.

Source : Le Figaro, Tristan Vey, 13-03-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Totodu67 // 03.04.2020 à 08h30

Quels visionnaires, c’était clair depuis les premiers jours.
Pour info je peux leur donner mon numéro de téléphone à tous ces spécialistes du décryptage, moi aussi je veux toucher un gros salaire, les prédictions je m’y connais aussi.
Je peux le prouver par un commentaire laissé dans les dernières nouvelles d’Alsace qui doit dater du début de la première semaine de confinement.
Bien entendu on m’a traité de complotiste.

2 réactions et commentaires

  • Totodu67 // 03.04.2020 à 08h30

    Quels visionnaires, c’était clair depuis les premiers jours.
    Pour info je peux leur donner mon numéro de téléphone à tous ces spécialistes du décryptage, moi aussi je veux toucher un gros salaire, les prédictions je m’y connais aussi.
    Je peux le prouver par un commentaire laissé dans les dernières nouvelles d’Alsace qui doit dater du début de la première semaine de confinement.
    Bien entendu on m’a traité de complotiste.

      +5

    Alerter
  • jocker // 06.04.2020 à 08h37

    « L’immunité de groupe » est une « imposture », car en Chine il y a eu de nombreux cas de « personnes guéries » du COVID-19 et qui ont été réinfectées ensuite, puis qui en sont mortes alors très rapidement en quelques jours !!!
    Elle est où « l’immunité » prétendue une fois infecté, « Où » ???

    A moins que pour des raisons financiaro-économiques Macron et sa clique aient décidé de sacrifier les plus fragiles, les malades chroniques, et les seniors en les passant tous par pertes et profits…???
    C’est déjà le cas dans les hôpitaux où avec « La Sélection » ( de triste mémoire ….) qui fait le tri de ne soigner que des personnes âgées de moins de 60 ans ( qui sont considérées par nos dirigeants comme encore « Rentables »…),
    et de faire mourir les personnes âgées de plus de 60 ans ( considérées comme « Non-Rentables »…) par injection de sédatif à très haute dose ( Euthanasie ) ….
    Combien de Morts Macron et sa bande sont ils prêts à mettre dans la balance pour tenter de sauver leur Business, celui de leurs complices, et celui de leurs Maîtres…???

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications