Les Crises Les Crises
21.juin.201821.6.2018 // Les Crises

La macronie en marche pour mettre les médias au pas, par Basile Mathieu

Merci 173
J'envoie

Source : ACRIMED, Basile Mathieu, 18-06-2018

Aux yeux de nombre d’éditocrates, Emmanuel Macron doit paraître bien ingrat ! Alors que sa campagne présidentielle a obnubilé et enchanté la plupart des grands médias, alors que ses réformes déclenchent des vagues d’enthousiasme dans les rédactions, alors que sa présidence est régulièrement qualifiée de « jupitérienne », alors que sa personne même, sous toutes ses facettes, suscite des appréciations louangeuses venues des quatre coins du monde médiatique, Emmanuel Macron fait la fine bouche : « J’ai fait beaucoup de couvertures parce que je fais vendre. Comme une lessive, rien de plus. Les médias me traitent la plupart du temps assez mal. Ma grande chance, c’est que les gens ne lisent que très peu les médias. Ils regardent les titres et les couvertures, c’est tout. » Et pour être sûr que les médias qui ne le traitent pas assez bien à son goût marchent au pas, depuis un an, Emmanuel Macron – mais aussi les membres du gouvernement et de la République en marche – multiplie les déclarations, les décisions et les initiatives législatives portant atteinte à l’indépendance des médias ainsi qu’à la liberté d’informer. En voici une recension plus ou moins exhaustive.

- mai 2017 : à peine élu, le nouveau Président choisit nominativement, au sein des rédactions, et contre tous les usages, les journalistes qui l’accompagneront dans un déplacement au Mali. Une vingtaine de sociétés de journalistes publient une lettre ouverte de protestation dans Le Monde. Ce qui n’empêchera pas le service de presse de l’Élysée de recourir à cette pratique lors de déplacements ultérieurs (voir ci-dessous).

- mai 2017 : En Marche ! dépose plainte contre La lettre A (une publication confidentielle consacrée à l’actualité politique, économique et médiatique en France) pour « recel d’atteinte à un système automatisé de données ». Exploitant les « MacronLeaks », des documents internes au mouvement En Marche ! piratés et dévoilés sur Internet avant l’élection présidentielle, La lettre A avait publié les noms de grands donateurs du parti présidentiel.

- mai 2017 : alors que Richard Ferrand, ex secrétaire général d’En Marche ! et ministre de la Cohésion des territoires est mis en cause pour des conflits d’intérêts lorsqu’il dirigeait les Mutuelles de Bretagne, Emmanuel Macron déclare : « Les choses ne vont pas forcément bien quand la presse devient juge », ajoutant que « dans une société démocratique, chacun doit être à sa place ».

- juin 2017 : François Bayrou, alors ministre de la Justice, appelle en personne le directeur de la cellule d’investigation de Radio France pour se plaindre de ses « méthodes inquisitrices » et le menace de poursuites pour « harcèlement ».

- juin 2017 : le ministère du Travail porte plainte contre X pour « vol et recel » après que Libération a publié le projet de réforme du code du travail. Si la plainte pour recel qui visait directement Libération et les médias ayant publié les documents a été retirée, celle pour vol est maintenue, ciblant ainsi les sources des journalistes de Libération, soit les fonctionnaires leur ayant transmis les documents.

- juin 2017 : tensions lors de la photo officielle du gouvernement, initialement réservée à trois photographes appartenant à une agence de presse, un magazine et un quotidien. Face aux protestations, les autres photographes sont autorisés à prendre la photo mais le moindre cliché des à-côtés leur est interdit.

- juin 2017 : publication d’une tribune dans Le Monde, intitulée « Liberté de la presse : 23 sociétés de journalistes inquiètes de l’attitude du gouvernement », qui alerte sur « des signaux extrêmement préoccupants au regard de l’indépendance des médias et de la protection des sources » envoyés par le gouvernement.

- août 2017 : Bruno Roger-Petit, journaliste multimédias et chroniqueur macroniste officiel à L’Obs durant la campagne présidentielle, est nommé porte-parole de l’Élysée.

- octobre 2017 : seul un petit groupe de journalistes désignés par l’Élysée peut suivre Emmanuel Macron dans l’usine Whirlpool-Amiens qu’il visite après s’y être engagé pendant la campagne présidentielle. Les autres attendent sur le parking.

- novembre 2017 : la ministre de la Culture menace de porter plainte contre X après une nouvelle fuite de documents de travail portant sur la réforme de l’audiovisuel public qui sont publiés dans Le Monde. Finalement, la ministre renonce mais on imagine que l’effet d’intimidation sur les sources des journalistes dans l’administration a dû jouer à plein.

- décembre 2017 : Emmanuel Macron déclare en public que l’audiovisuel public est « une honte pour nos concitoyens ».

- décembre 2017 : Laurent Delahousse, le présentateur vedette de France 2, est invité à déambuler dans le palais de l’Élysée aux côtés du Président, sous l’œil des caméras du service public. Une alternance de compliments, de flagorneries et de flatteries pour une interview présidentielle d’anthologie.

- février 2018 : une journaliste de France 3 Hauts-de-France n’appartenant pas au « pool » de journalistes choisis par Matignon proteste publiquement après avoir été empêchée d’assister à la visite d’une usine L’Oréal par le Premier ministre et le ministre de l’Économie. Elle devra se contenter du dossier de presse, qu’elle présente comme un « joli livret sur papier glacé, avec plein de photos de rouges à lèvres et de shampoings à l’intérieur »…

- février 2018 : la présidence décide unilatéralement de déménager la salle de presse hors des murs du palais de l’Élysée. L’association de la presse présidentielle, soutenue par les sociétés de journalistes de plusieurs médias, déplore la méthode et une décision qui constitue « une entrave à leur travail ».

- mars 2018 : Bertrand Delais, journaliste-militant auteur de deux documentaires apologétiques sur Emmanuel Macron, est nommé président de La Chaîne parlementaire (LCP).

- avril 2018 : Sybile Veil, camarade de promotion d’Emmanuel Macron à l’ENA, est nommée présidente de Radio France.

- avril 2018 : alors qu’ils tentent de couvrir l’évacuation de la ZAD Notre-Dame des Landes, plusieurs journalistes sont empêchés de travailler par… les forces de l’ordre (journalistes « écartés », « bloqués » ou « reconduits sous escorte policière jusqu’à leur point de départ », cartes de presse photographiées, etc.). Des entraves que vient confirmer un communiqué du ministère de l’Intérieur lui-même : « Pour la sécurité de tous, le Ministère de l’Intérieur appelle les équipes de reporters présentes sur place à la responsabilité, en veillant à ne pas se mettre en danger inutilement et à ne pas gêner les manœuvres opérées par la Gendarmerie nationale. Les journalistes sont invités à se rapprocher de la Préfecture de Loire-Atlantique, qui met à leur disposition un espace presse. La Gendarmerie nationale mettra à disposition des rédactions, des photos et vidéos de l’opération libres de droits. » Le même procédé (images et vidéos de la gendarmerie) avait été utilisé lors de l’évacuation de Bure deux mois plus tôt.

- avril 2018 : Emmanuel Macron décide de s’exprimer au cours du JT de 13h de Jean-Pierre Pernaut, sur TF1, dans une école de l’Orne, sélectionnant ainsi son interviewer, et le cadre de l’interview. Trois jours plus tard, il récidive en choisissant cette fois-ci Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin. La première « interview », est mise en ligne sur le site de l’Élysée, comme n’importe quel support de communication de la présidence…

- avril-juin 2018 : lors des mouvements sociaux, des journalistes ont été brutalisés et blessés dans l’exercice de leur travail par les forces de l’ordre. Des violences qui ont suscité l’indignation d’un certain nombre de leurs confrères et des syndicats de journalistes. On peut citer, par exemple, le cas de deux photographes grièvement blessés lors des opérations de Notre-Dame des Landes, celui d’un photojournaliste matraqué et blessé à la tête pendant une manifestation à Paris, ou encore l’arrestation et la poursuite d’un journaliste et d’une documentariste indépendants lors de l’occupation du lycée Arago à Paris.

- mai 2018 : adoption d’une proposition de loi sur le secret des affaires malgré la mobilisation de nombreux journalistes, société de journalistes, collectifs et associations, tous auteurs d’une pétition ayant rassemblé près de 600 000 signatures. Cette loi constitue une menace pour la liberté d’informer en offrant une arme juridique supplémentaire à ceux qui lancent des « poursuites bâillons », ces procédures judiciaires destinées à empêcher les journalistes d’enquêter ou de rendre publiques des informations gênantes.

- juin 2018 : discussion d’une proposition de loi visant à lutter contre la diffusion de « fake news » au cours des périodes électorales ; annoncée de longue date, cette loi potentiellement liberticide a suscité une levée de boucliers de nombreux responsables politiques et de la quasi-totalité des médias.

- juin 2018 : suite à la publication par la cellule investigation de Radio France d’une enquête sur les sous-facturations supposées dont aurait bénéficié la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron, un communiqué de La République en marche s’en prend à toute la profession : « Journalistes, que vous considériez que c’est votre travail de consacrer vos ressources et votre temps à enquêter sur des procédures qui sont closes et qui ont été légalement validées de manière indépendante, c’est votre droit le plus strict. Il vous appartient. Que vous considériez que c’est votre travail de monter en épingle des pseudo-révélations pour jeter le doute sur l’ensemble d’une campagne, c’est votre droit le plus strict, là encore. Mais dans ce cas, faites le travail jusqu’au bout. Car votre crédibilité s’effondre en même temps que vos accusations. »

***
Rien de bien « nouveau », que l’« ancien » monde politique n’ait déjà amplement expérimenté par le passé pour faire pression sur les journalistes récalcitrants, encadrer ou entraver leur travail, parmi ces initiatives, ces interventions et ces commentaires des responsables de la majorité depuis un an. Ce qui semble relativement inédit en revanche, c’est leur accumulation et leur caractère systématique qui dénotent non seulement un mépris souverain pour le journalisme et son indépendance, mais aussi une tolérance à la critique inversement proportionnelle à une volonté obsessionnelle de contrôle de l’image du Président. Sur le front des médias aussi les quatre prochaines années risquent de paraître bien longues…
Basile Mathieu

Source : ACRIMED, Basile Mathieu, 18-06-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Isidor Ducasse // 21.06.2018 à 07h46

Quand vous comprendrez que Macron est le représentant d’une Oligarchie euro atlantiste, une cours internationale dont le Versailles se situe à Washington, que l’Union Européenne est une volonté impériale américaine, qui va contre les intérêts des peuples, et que chacun de ses membres constituent la pierre d’un mur de l’Ouest dont l’objectif est la préparation d’une guerre contre la Russie alors il sera évident pour vous, qu’un tel système ne peut basculer que dans la dictature.
Jean Claude Juncker l’a dit:
Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traitées Européens.

56 réactions et commentaires

  • tchoo // 21.06.2018 à 06h18

    Et pourtant ils continuent de l’encenser
    Les journalistes ont un pouvoir de nuisance qu’ils exercent comme bon leur semble et pour l’instant ils doivent aimer être maltraité par le Maitre

     30

    Alerter
    • bm607 // 21.06.2018 à 10h19

      C’est aussi la réflexion que je me faisais en lisant cette liste à la Prévert.

      Car quand on lit nos torchons, on s’aperçoit malgré les quelques maltraitance relevées dans l’article ci-dessus que tout ou presque est fait pour aller dans le sens de notre Zupiter et de ses discours officiels, avec le survol de certaines informations telles que les grèves (seuls les débordements intéressent les “journalistes”) ou la manière d’en traiter d’autres : Poutine (le mal absolu), Trump (aucune information ou presque sur les mesures économiques mais des articles sur la poignée de main de Mc Rond, la vie intime du Potus, ses débordements de langage, …), ou autres mesures pro-riches et anti-travailleurs (désolé pour le mot qui est presque une insulte de nos jours) ou liberticides (“fake news”, …), les conflits (syrie, …), etc…

      En noyant tout ce qui est véritablement gênant et polémique dans un fatras (des milliers d’articles sur chaque attentat, alors que quelques dizaines suffiraient pour informer, les migrants avec des articles où on tourne en rond, les sports -du pain et des jeux- pour faire oublier le reste, etc..).

      Juste quelques petites piques éparses pas trop méchantes pour faire semblant d’être impartial. Tu parles !

      Du léchage de bottes digne de la presse de l’ex-URSS des années 60-80, et pourtant il n’est pas content notre Zupiter ?

      Mais qu’est-ce que ça va donner quand il sera content, où en sera-t-on ?

       23

      Alerter
    • V_Parlier // 21.06.2018 à 11h16

      Ils sont responsables de ce qui leur arrive, donc je ne les plains pas. Du temps de Hollande ils se soumettaient activement et de leur plein gré (pour soutenir une politique très similaire à quelques détails près), et aujourd’hui certains vont protester parce-qu’ils auraient préféré conserver une servilité estampillée “gauche” (la validité de l’appellation restant à l’appréciation de chacun) mais c’est la seule raison. L’indépendance de la presse ils s’en cognent depuis des lustres.

       13

      Alerter
      • moshedayan // 21.06.2018 à 19h28

        Merci V_Parlier de rappeler aux lecteurs du site cette évidence. Lorsque l”équipe de Monsieur Macron et après votre Président de la République Macron ont organisé une manoeuvre de victimisation face à la dite “fake news” de Sputnik et Russia Today, alors qu’il n’y avait juridiquement qu’une transmission, volontaire certes mais maladroite, de propos de tiers (qui eux n’ont à aucun moment été désignés ou menacés), et bien, vos journalistes ont relayé les plaintes menaçantes du candidat Emmanuel Macron et l’ont défendu dans le concert habituel russophobe.
        Bref, ils ont joué avec le feu et s’ils sont brûlés, à eux de changer réellement, ce qu’ils ne font pas (et peu de chances qu’ils le fassent… hélas). Peu me chaut leur sort !

         4

        Alerter
  • Fabrice // 21.06.2018 à 06h37

    Il y a je pense deux types de journalistes :

    – les éditorialistes, experts et présentateurs qui se pamment devant Macron qui sont une espèce en pleine croissance.

    – les journalistes d’investigation qui font leur travail et sont depuis les lois sur les fake news et sur la loi des affaires une espèce nuisible pour les puissants à faire disparaître au plus vite.

    On comprendra que la réponse schizophrénique des médias à cette chasse à cours paraisse si étrange une partie de la profession étouffant l’agonie de l’autre partie.

     50

    Alerter
    • Suzanne // 21.06.2018 à 09h50

      Oui, Fabrice, je pense que votre vue est juste, et c’est souvent ce qui perturbe, c’est qu’il y a bien deux sortes de journalistes (en gros, les vrais et les courtisans). Je pense aussi que votre deuxième catégorie influence la première, quelque part les courtisans doivent réaliser qu’ils ne sont pas au bon endroit, je suis sûre qu’ils voudraient bien être aussi courageux et héroïques. Il me semble percevoir ce doute, et une évolution : certains courtisans ne se comportent plus comme avant, et par exemple s’oublient jusqu’à laisser parler Mélenchon, Ruffin ou autre phare rebelle, ce qui est quand même très étonnant 🙂

       7

      Alerter
      • cording // 21.06.2018 à 12h00

        Les courtisans peuvent sentir le vent tourner et retourner leur veste pour tenter de se faire une virginité médiatique à bon compte.

         5

        Alerter
    • Kiwixar // 21.06.2018 à 11h02

      Il y a deux types de journalistes : les p*tes, et les chômeurs.
      Oui, “potes”, car ils sont très potes avec leurs directeurs, les actionnaires, l’oligarchie, Zupiter, les officines qui leur livrent des narratives toutes faites qui vont bien dans le sens de l’Otanie.

       21

      Alerter
    • MichelR // 21.06.2018 à 12h03

      il y a les vrais journalistes et il y a aussi l’agence france propagande….

       8

      Alerter
    • RGT // 22.06.2018 à 11h21

      De plus, les journalistes d’investigation coûtent cher et le “retour sur investissement” pour les propriétaires des médias n’est jamais à la hauteur de cet investissement.

      Si de plus ces couillons, dans leur “intégrisme” lèvent le voile sur certaines pratiques qui pourraient entacher les actionnaires “bienveillants” c’est le bouquet.

      Un éditorialiste ne pose pas ce genre de problème.
      Au final il n’est rien d’autre qu’un pigiste qui pond avec une régularité de coucou suisse des articles “d’opinion” sans qu’il soit nécessaire d’apporter la moindre preuve car ce sont bel et bien des “opinions” (toujours favorables aux intérêts de leur employeur).

      Désormais les “journalistes” qui parviennent à s’accrocher à leur poste ne sont plus que des présentateurs qui lisent “avec conviction” le prompteur qui leur dicte les “opinions” qu’ils doivent promouvoir.
      Et ils s’en foutent royalement si leur charabia est totalement déconnecté de la réalité, voire contraire au simple bon sens : Tant que la paye tombe à la fin du mois et qu’ils ont l’assurance de pouvoir exercer “en toute indépendance” leur servitude (à peine cachée) ils continuent à propager la voix de leurs maîtres sans le moindre remord.
      Après tout, ils sont payés pour ça, et c’est marqué noir sur blanc dans leur contrat de travail.

      Et nous, en bons gros idiots, nous continuons à subventionner avec nos impôts les déficits (pas perdus pour tout le monde) de la “liberté de la presse” afin de préserver les “sources indépendantes d’informations” si chères à nos dirigeants avisés.

      Non seulement on se fait embrigader, mais de plus nous somme OBLIGÉS de payer pour maintenir ce système ignoble à flot.

       4

      Alerter
      • Myrkur349 // 25.06.2018 à 16h20

        Et faire les conférences de rédaction l’après midi, c’est pas bien sérieux tout çà à l’heure de la branchitude connectée++++, heureuse et lymphatique. Entre les (nains?)dormeurs, regardeurs de plafonds ou de popotins machine à café et les films de digestion plus ou moins assumées. J’imagine même pas la non-prise de décisions somme toute bas de gamme puisque comme vous le dites si bien, ils/elles sont salariés.ées et la base du salariat, c’est j’obéis, tu obéis,elle/il obéit, nous obéissons, vous obéissez, ils/elles obéissent au patron.
        Donc le quatrième pouvoir est malheureusement d’une part le plus faible de tous et d’autre part une illusion illustrant les faiblesses humaines et la fameuse déontologie journalistique à géométrie hyper-variable.
        https://www.dailymotion.com/video/x4ukkzn (Cf: Après la conférence)

         0

        Alerter
  • patrickv // 21.06.2018 à 06h40

    eh ! oui !
    bienvenus, Mesdames et Messieurs le Journalistes, dans le “monde merveilleux du macronisme” !
    beaucoup de Français avaient prévenu, AVANT les élections, que Macron, c’était du vent !
    [Modéré]

    Maintenant que M. Macron EST élu, grâce à la Presse, il vous crache dessus, comme il le fait sur les Français !
    maintenant (que le mal est fait), j’espère que les VRAIS Journalistes vont se rebeller, et INFORMER les Français !
    merci, Monsieur Basile Mathieu

    ps (post scriptum, pas “parti socialiste” !)
    la démocratie chez LREM, c’est :”La députée Anne-Christine Lang, elle, n’aurait pas caché son agacement: “Tu la boucles! Tu t’assois, et si tu n’es pas contente, tu n’as qu’à tweeter!”” https://www.bfmtv.com/politique/la-deputee-larem-sonia-krimi-priee-de-se-taire-en-reunion-de-groupe-1474386.html

     12

    Alerter
  • Guadet // 21.06.2018 à 06h45

    Ceux qui ont voté Macron pour faire barrage au fascisme ne devraient plus rien comprendre. heureusement qu’on leur explique que tout va très bien et qu’il n’y a pas d’alternative.

     48

    Alerter
    • Alfred // 21.06.2018 à 07h34

      En même temps qu’avaient ils compris?
      Si l’on était jeune on pourrait se dire que ce serait “moins pire” la prochaine fois (“… perseverare diabolicum” toussatoussa). Mais en fait non. Jamais deux sans trois. Tout est fait pour cela et les rails sont posés sous nos yeux d’un côté et démontés de l’autre. La distorsion entre l’offre politique et la réalité du pays me semble phenomenale.

       14

      Alerter
      • TC // 21.06.2018 à 08h36

        Certains disent que Macron est un jeune vieux. Moi, je préfère dire que c’est un vieux sous les traits de la jeunesse. Toute sa personne transpire le vieux monde, occidental, impérialiste, méprisant à l’égard des autres nations et des faibles. Ce monde là est en déclin. Macron, ce n’est pas l’avenir, c’est déjà le passé.

         36

        Alerter
  • Ardéchoix // 21.06.2018 à 07h22

    “Car votre crédibilité s’effondre en même temps que vos accusations. ”
    La chute ne sera pas très importante, grand max 1m environ, tomber sur les fesses n’est pas un effondrement, juste une remise à niveau. 🙂

     11

    Alerter
  • BA // 21.06.2018 à 07h36

    Le couple présidentiel envisage d’installer une piscine dans l’enceinte du fort varois, villégiature du chef de l’Etat.

    Voilà qui risque de jurer dans ce décor classé monument historique depuis le 25 septembre 1968.

    https://www.lexpress.fr/actualite/politique/une-piscine-pour-macron-a-bregancon_2018874.html

     11

    Alerter
    • Ardéchoix // 21.06.2018 à 10h11

      Avec l’affaire Alstom et Général Electric: et la promesse de créer 1000 emplois en France après le rachat d’Alstom, il faudra aussi penser à l’installation d’un remonte-pente à l’Élysée .
      https://francais.rt.com/economie/51711-defaut-emploi-alstom-general-electric-amendes-34-millions

       12

      Alerter
    • V_Parlier // 21.06.2018 à 11h22

      Bregançon c’est le genre de sujet qui permet d’afficher que les médias critiquent leur président et qu’on est donc une grande démocratie. Mais sur ce qui conditionne plus sérieusement notre futur, là silence radio…

       11

      Alerter
      • moshedayan // 22.06.2018 à 09h04

        Encore bien vu, très bien vu V_Parlier, beaucoup de journalistes s’intéressent aux critiques futiles, celles qui en aucun cas ne feront vaciller le système. C’est le genre Olivier Fogiel, Yves Calvi, Caroline Roux (quand mon internet fonctionne…) … des journalistes bien souvent “donneurs faciles de leçon”, “catéchistes”, “bonne conscience” de la France d’en haut… ils pleurent quand il faut, sont enthousiastes quand il faut, critiquent ou se plaignent quand il faut ! Journalistes ou animateurs choisissez (quand à leur culture, je demande à voir aussi)

         2

        Alerter
  • TC // 21.06.2018 à 07h42

    Ils ont voulu Macron, qu’ils se le carent jusqu’au fion ! Par contre, respect aux vrais journalistes qui font leur job.

     24

    Alerter
  • Isidor Ducasse // 21.06.2018 à 07h46

    Quand vous comprendrez que Macron est le représentant d’une Oligarchie euro atlantiste, une cours internationale dont le Versailles se situe à Washington, que l’Union Européenne est une volonté impériale américaine, qui va contre les intérêts des peuples, et que chacun de ses membres constituent la pierre d’un mur de l’Ouest dont l’objectif est la préparation d’une guerre contre la Russie alors il sera évident pour vous, qu’un tel système ne peut basculer que dans la dictature.
    Jean Claude Juncker l’a dit:
    Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traitées Européens.

     66

    Alerter
    • V_Parlier // 21.06.2018 à 11h31

      Probable. Pas encore sûr, car certains européistes calculent peut être que la relative “prospérité” de leur embryon d’empire pourrait être mise à mal (au point de provoquer l’éclatement) en cas de rupture totale avec la Russie et ses alliés. Je vois ça comme explication à cette récente fâcherie affichée (probablement surjouée aussi) avec les USA. Pas un vrai retournement mais une excuse pour conserver un statu-quo, du style: “Ils sont tous méchants alors on doit être forts mais faire avec tous”. La communication officielle n’est d’ailleurs plus très claire en ce moment.

       1

      Alerter
  • Gabin // 21.06.2018 à 08h03

    Moi, je me souviens de Denis Robert seul contre l’adversité dans son enquête sur “Clearstream”; des persécutions dont il a été la cible pendant des années en voulant faire éclater la vérité. Et de ce qu’il avait à dire sur la profession quand finalement, il a remporté la victoire : Qu’il s’était senti abandonné et déprimé au centre du “cordon sanitaire” mis en place par ses chers “confrères”…

     37

    Alerter
  • WASTERLAIN // 21.06.2018 à 08h14

    Bizarrement, l’interdiction faite à RT d’entrer à l’Élysée et de suivre les déplacements du président ne sont pas mentionnés. Oubli ?

     46

    Alerter
    • Francil // 21.06.2018 à 08h39

      Géométrie variable même pour Acrimed 🙂

       14

      Alerter
  • christiangedeon // 21.06.2018 à 09h43

    Donc,il y a mise au pas,dit on. Je ne crois pas. je crois que les médias dits mainstream précèdent largement ladite mise au pas. Et que le langage politiquement correct obligatoire devance largement la “macronie “. Je ne conteste pas l’idée que l’entourage du président cherche à influencer les médias. Ce serait bête. Et même à influencer sans finesse aucune. ET même à faire cette loi fake news complmètement debile.Mais bon,je rappelle quand même que la “bienpensance ” ne date pas de M. Macron et qu’année après année,elle a exercé un terrorisme intellectuel pas vraiment soft sur tous ceux qui ne pensaient pas ” comme il faut”. Que de mots,que d’idées sont aujourd’hui absolument inexprimables sous peine de couperet immédiat et de lynchage généralisé. Dunque,M. Macron ne fait que reprendre,à son avantage,un processus bien rodé engagé depuis déjà bien longtemps, à “gauche “,comme à “droite”…bientôt,nous n’aurons plus plus besoin d’avoir des journalistes et des émissions d’infos. Des algorythmes veilleront à transmettre ce qui doit l’être,et à expurger ce qui doit l’être aussi,avec mots clés,phrases type et tout ce genre de conneries devant les quelles s’esbaudissent les populations aux yeux rivés sur le nouvel horizon indépassable des “applis “…

     9

    Alerter
  • Emmanuel // 21.06.2018 à 10h01

    Le président a déclaré : ” j’ai fait beaucoup de couvertures parce que je fais vendre. (…) Ma grande chance, c’est que les gens ne lisent que très peu les médias ” ; j’admire sa rigueur logique : il fait vendre mais les gens lisent très peu les médias vendus… Les gens achetaient-ils donc de manière compulsive, ou bien n’est-ce que l’art d’affirmer une chose et son contraire en même temps ?
    Quant à seulement regarder titres et couvertures des magazines, comme le soutient Manu, nul besoin d’acheter pour en prendre connaissance (publicités partout).

     2

    Alerter
    • V_Parlier // 21.06.2018 à 11h38

      Je pense que dans son analyse simplissime il n’a hélas pas si tord que ça. On achète le magazine pour apprendre tout sur la vie du couple, les toilettes de Brigitte, les petits secrets personnels et le brillant “parcours professionnel” du jeune premier “qui a réussi”, des “révélations” sans conséquences. Des articles courts là-dessus, avec des images, même pas besoin d’être Voici pour publier ça, et hop ça se vend vite fait!

       5

      Alerter
  • rikardo // 21.06.2018 à 10h02

    Je pense qu’il y a 2 types de journalistes :

    – les corrompus,
    – les lâches.

    Un métier qui mériterait de disparaître : journaliste.

     9

    Alerter
  • chouchounet // 21.06.2018 à 10h03

    Il y a deux petits oublis : la disparition de Génération Identitaire de Face Book et la toute récente attaque contre TV Liberté. Cela ne va pas se passer comme ça, très certainement. Quelque part c’est excellent, cela prouve que nos “politiques” commencent à avoir la trouille.

     13

    Alerter
    • V_Parlier // 21.06.2018 à 11h48

      Ce qui est d’ailleurs intéressant de constater c’est que pour TV Libertés ils n’ont pas attaqué frontalement (procès, tollé médiatique organisé, injonction officielle, etc…). Non, ils ont fait ça “à la Youtube”: L’éternel prétexte des droits d’auteurs quand des vidéos gênantes et difficilement qualifiables “fake news” (même sur des petites chaines) deviennent trop regardées. Pourtant quasiment toutes les vidéos YT contiennent des images, extraits, logos, citations qui enfreignent théoriquement les droits d’auteurs, c’est inévitable. Mais on ne se sert de cette excuse qu’au moment opportun! Ca prouve bien qu’ils marchent sur des oeufs et n’osent pas assumer. Ils ont la trouille.

       13

      Alerter
      • Lapin compris // 21.06.2018 à 14h26

        C’est youtube qui est dans l’illégalité lorsque les sources sont cités, article L122-5 du code de la propriété intellectuelle. Ceci-dit, qui peut se permettre de porter plainte contre yt? Ça serait intéressant de comparer les classements des recherches gogole et yt sur tvl avant et après le dépot de plainte s’il a lieu.

         1

        Alerter
      • Emmanuel // 21.06.2018 à 23h10

        Effectivement, la mauvaise foi de Google – Youtube est criante. Il me semble que ça se plaiderait aisément devant un tribunal.

         0

        Alerter
        • V_Parlier // 22.06.2018 à 09h55

          C’est d’ailleurs pareil pour la classification +18 imposée aux vidéos. Quand je vois tous les trucs bien obscènes ou violents qui trainent en catégorie tout public, je me dis que certaines de mes vidéos qui m’ont été imposées en +18 (alors que le compteur commençait à grimper pas mal) ne l’ont pas été pour les raisons invoquées. Le résultat: Il faut avoir un compte Youtube (et dire qu’on a plus de 18 ans, ce que font tous les collégiens) pour accéder à ces vidéos, alors que les adultes standard (l’audience initialement visée) ne pourront pas les voir. Le but est ainsi atteint.

           1

          Alerter
          • step // 25.06.2018 à 13h28

            c’est encourageant pour les années à venir alors 🙂

             0

            Alerter
  • Kokoba // 21.06.2018 à 10h42

    « J’ai fait beaucoup de couvertures parce que je fais vendre. Comme une lessive, rien de plus. Les médias me traitent la plupart du temps assez mal. Ma grande chance, c’est que les gens ne lisent que très peu les médias. Ils regardent les titres et les couvertures, c’est tout. »

    Du Macron pur poil.
    En 3 lignes à peine, il est capable de cracher son mépris sur la terre entière.

    Mépris des médias : la seule chose qui les intéresse, c’est vendre.
    Mépris des journalistes : Ils me traitent mal, ils ne sont même pas capable de comprendre ma pensée complexe.
    Mépris des Français : de toute manière, les gens sont trop feignants pour lire un article en entier et trop stupides pour le comprendre. Ils regardent juste les images comme des petits enfants.

     13

    Alerter
    • V_Parlier // 21.06.2018 à 13h21

      Mais s’il a été élu, c’est que hélas avait raison dans ses constats…

       8

      Alerter
      • Haricophile // 22.06.2018 à 01h13

        … ou que notre système électif très imparfait ne joue plus du tout son rôle, et que notre démocratie est devenue un théâtre d’ombres. Un truc nommé post-démocratie ou quelque chose comme ça. Un show Walt-Disney ou le si joli château de Blanche-Neige ressemble a un ignoble blockhaus quand on le regarde par derrière.

         1

        Alerter
  • Jaussaud Pierre // 21.06.2018 à 10h48

    Bonjour
    Physicien dit de haut niveau, professeur des universités, je suis consterné par la méconnaissance totale des élus des lois fondamentales qui plus que les politiques, gèrent le monde dans lequel nous vivons. Nos transport ont de quoi alimenter le constat.On apprend en seconde que l’énergie nécessaire pour un mouvement dans l’espace terrestre est proportionnelle à la masse mise en mouvement: atteindre une vitesse v demande une énergie proportionnelle à la masse, idem pour franchir une dénivelée, idem pour les frottements pneus/route. Donc quand mes 70kg prennent leur clio (1200kg), seuls 5% de l’énergie sont utilisés pour me déplacer, les 95% restant le sont pour déplacer ma voiture qui se moque bien de là ou je vais! Quel gaspillage! Qui dit mieux? et que dire des gens qui roulent en 4×4?
    Le seul mode de transport qui échappe à ces difficultés est le transport par câble. Ce mode de déplacement est un des modes de transport sur lequel les Suisses basent leurs déplacements. Nos voisins (et accessoirement mes compatriotes) utilisent 20 (vingt) fois plus les transports publics que nous, et c’est sans doute aussi un hasard (en dehors de la physique des particules le hasard n’existe pas!) si le nombre des morts sur leurs routes par million d’habitants est lui aussi vingt fois plus faible en Suisse qu’en France….
    Je vous laisse le soin de méditer ce commentaire.

     10

    Alerter
    • V_Parlier // 21.06.2018 à 13h28

      “Nos voisins (et accessoirement mes compatriotes) utilisent 20 (vingt) fois plus les transports publics que nous” -> Mais là on entre dans un sujet sensible (avec ou sans Macron, bien qu’il s’en soit mêlé): Les transports publics français, vaste sujet qui déchaine les passions. Je me contenterai juste de déclarer que de nombreux français ont une idée très surfaite de nos transports publics (même dans leurs états actuels et précédents) en rapport de ceux de nos voisins, tous aspects confondus. (Je sais, on va me ressortir les pires exemples comme la GB et quelques autres pas si nombreux, en omettant ceux qui ne vont pas dans le sens qui va bien). Et ça ne m’étonnerait pas que ceux qui les croient les meilleurs du monde n’en soient pas trop dépendants. Bon, c’est vrai que j’ai écrit beaucoup sur ce fil. Promis, je m’arrête!

       0

      Alerter
  • GR20 // 21.06.2018 à 13h58

    Le genre d’articles d’utilité publique que j’apprécie, concrets, factuels.
    Après, chacun reste libre d’en apprécier la teneur en fonction de ses convictions et de sa conception du métier de journaliste.

     2

    Alerter
  • LA ROQUE // 21.06.2018 à 14h02

    Démocratie est t’il le terme approprié ? Ploutocratie ne serait t’il pas plus approprié pour qualifier le régime politique Français…

     8

    Alerter
  • Louis Robert // 21.06.2018 à 14h17

    « Les médias me traitent la plupart du temps assez mal. »

    *

    Décidément le disciple emprunte « la voix de son maître ».

    On croirait entendre Trump, déplorant, encore et encore que, persécuté, l’Empire über alles soit, selon lui, victime du reste du monde.

    Orwell vit!

     1

    Alerter
  • bob // 21.06.2018 à 14h28

    faut pas exagérer! on a vu pendant la dernière campagne à quel point les journaleux pouvaient être orientés et en abuser quitte a modifier le résultat de l’élection. qu’ils se prennent un vent maintenant n’est pas pour me déplaire

     1

    Alerter
    • Barbe // 21.06.2018 à 14h56

      quel vent?
      ils peuvent rentrer dans le rang, faire semblant de travailler comme de plus en plus de gens dans le système, continuer à être payés,
      les derniers non informés étant les gens comme vous et moi.

       0

      Alerter
  • Ben // 21.06.2018 à 15h03

    Ce qui m’étonne le plus c’est la satisfaction claironnante de la plupart des journalistes concernant l’action et l’image de Macron en France et dans le monde. C’est très bizarre, car Macron n’est ni populaire ni efficace. Sur le plan international, objectivement il n’arrête pas de se prendre des râteaux. Au plan national, à part faire le bonheur des riches, sa démolition du pays n’a pas, que je sache, fait baisser le chômage ou améliorer quoi que ce soit. Bref, ce type est nul et tout le monde le voit bien, mais les journalistes l’encensent à longueur de temps. Même sa campagne électorale était nullissime et tous ces idiots étaient en transe quand Macron parlait pour ne rien dire. Il n’y a qu’une explication : ces gens, les journalistes et le petit monde des médias, de la com, de l’Université, de la culture, etc, ne sont pas intelligents mais sont loin de s’en douter. Je pense même qu’ils sont complètement crétins. On a un petit monde des élites auto-satisfait, intellectuellement nul, mais très conscient de ses privilèges et surtout de la façon de les garder. C’est d’ailleurs pour ça qu’on les voit tellement s’agiter de manière aussi peu sérieuse. Ces gens sont dégoûtants.

     13

    Alerter
  • serge // 21.06.2018 à 15h26

    Tout cela est très bien. De thuriféraires avant, pendant et après la campagne de France pour Macron, les journalistes vont devoir vivre avec la pensée unique. Et découvrir que la quasi trentaine de chaines TV qui font de l’info en continu ou non (sans compter les radios) sortiront toutes la même chose. D’où, probablement des suppressions de chaine (cause rentabilité faible) et des batailles homériques pour rester les derniers journalistes recrutés, les autres ayant fait l’objet de charrettes multiples. A ce moment là, peut-être, un certain nombre jugera que pour continuer dans cette branche, il faudra se remettre en cause et probablement faire comme pour les radios libres sous Mitterrand, monter une TV sur un bateau hors des eaux territoriales, ou se délocaliser à l’étranger ou se rapprocher des chaines internet hors territoire national. Auquel cas, nos stupides gouvernants, seront comme des glands à tenter de bloquer toutes ces sources (effet de saturation), qui plus est hors juridiction (on n’est pas les US avec leur extra-territorialité) et avec un vivier de plus fort restreint de cireurs de pompes. Un peu comme radio Paris durant la seconde guerre mondiale…

     3

    Alerter
  • pedrito // 21.06.2018 à 15h43

    En marche? Ou plutôt AU PAS DE COURSE !!!!

     0

    Alerter
    • step // 25.06.2018 à 13h31

      au pas cadencé, tu voulais dire ?

       0

      Alerter
  • Frexit // 21.06.2018 à 22h22

    Nos médias principaux (dits “mainstream”) ne sont que des avatars de la pensée unique diffusée par nos gouvernants et ceux qui les soutiennent; une sorte de “pravda” digne de l’ex URSS (comme le dit “bm607” dans un commentaire ci-dessus)
    Alors, mes chers concitoyens, allez sur les sites d’information alternatifs . Vous n’approcherez la “vérité ” qu’à la condition d’avoir une pluralité des sources d’information.
    Il existe des journalistes honnêtes qui essaient de faire correctement leur métier; mais vous ne les trouverez ni dans les médias publics, ni dans les grands journaux aux ordres de leurs propriétaires.
    Il y a d’autres propagandistes : les “experts” de tout poil autoproclamés qui vont, souvent avec un langage pseudo-scientifique, vous inculquer la bonne façon de penser. Regardez-bien : ce sont toujours les mêmes que vous voyez.
    Alors sortez des grand’messes du 20h, essayez de vous poser les vraies questions et d’apporter VOS réponses.
    Et ne vous jetez pas sur les os qu’on vous donne à ronger (genre vaisselle de l’Elysée); intéressez-vous plutôt aux soldes TARGET2, à la situation catastrophique de l’Italie, au référendum “monnaie pleine” en Suisse etc.; les grands sujets qui ont des conséquences sur votre vie quotidienne ne manquent pas…

     5

    Alerter
    • Christian Gedeon // 22.06.2018 à 00h24

      Je vais vous en donner moi des vrais sujets…en gros quarante pour cent de la production alimentaire dans les pays dits développés finit à la….poubelle. Les mers continuent à être vidées de leurs poissons dont bizzarement quarante pour cent sont rejetés à l’eau,crevés évidemment. La déforestation massive au Brésil en Indonésie en Malaisie et j’en passe se poursuit jour après jour,en silence. La masse salariale des fonctionnaires internationaux,et notamment des organismes onusiens comme l’Unrwa et l’Unesco connaît une inflation digne du Brésil,mais chut,il ne faut pas le dire,ce n’est pas politiquement correct. La création d’une armee islamique a lieu en Bosnie,au Kosovo et dans une partie de l’Albanie dans un silence total…et j’en ai encore quelques unes comme ça…alors Macron et les médias,on s’en fout…tous les jours en Afghanistan des dizaines de morts dans les attentats et les “combats”. Tous les jours en Irak,la même chose. La guerre fait rage dans la région des grands lacs en Afrique,etc….on se réveille un peu,ou pas?

       6

      Alerter
      • Frexit // 22.06.2018 à 21h19

        Bien sûr, les sujets écologiques sont de vrais sujets; mais j’avoue éprouver une certaine lassitude devant les lamentations déchirantes des pleureuses de ce blog. Il faut aller plus loin. La vraie question qui vient après avoir identifié de “vrais sujets” est simple : “à mon humble échelle, que puis-je faire?”
        1/ 40% de la production alimentaire dans les pays développés finit à la poubelle : c’est à chacun de prendre conscience de son propre comportement. Ceux qui se plaignent sont-ils les plus rigoureux? J’ai très peu de pouvoir sur ce qu’il se passe en Malaisie ou en Indonésie, mais j’en ai sur ce qu’il se passe chez nous. Ainsi, une pinède près des calanques à Marseille est sur le point d’être détruite pour y édifier une “Business School” où l’on apprendra aux futurs élèves les bienfaits de l’ultralibéralisme sauvage. Sous prétexte écologique, on va édifier dans notre beau pays plus de 20 000 éoliennes terrestres qui vont défigurer nos paysages. Que puis-je faire? Militer dans des associations dont le but est d’arrêter ce massacre.
        2/ Les fonctionnaires internationaux et surtout les fonctionnaires européens ont des salaires et des avantages exorbitants, à côté desquels les “privilèges” de nos cheminots font pâle figure; un commissaire européen a un salaire supérieur à celui du président de la république. Il y a 40 000 fonctionnaires européens. [modéré]
        3/ Les guerres? Depuis l’effondrement de l’URSS, la plupart des guerres (hormis celles d’Afrique Centrale) ont été menées à l’initiative de l’OTAN, c’est à dire des US. Que puis-je faire? Militer pour un parti qui veut sortir de l’OTAN (du moins de son commandement militaire intégré comme l’avait fait De Gaulle) pour qu’on ne participe plus à des guerres illégales
        Vous dites, à juste titre, “Macron et les médias”, on s’en fout”; vous oui; mais ce n’est pas le cas de la plupart des gens. A force d’entendre tous les jours le catéchisme officiel, ils répètent, sans vraiment en être conscients, ce qu’on leur a mis dans la tête. Soyons un peu pédants en employant un mot savant : cela s’appelle du psittacisme.
        Rien n’est plus beau et plus efficace que l’action. Tout le reste n’est que du “blabla”.

         0

        Alerter
  • gavrilo-sans-principe // 22.06.2018 à 00h24

    Certes. Mais la presse alternative a elle aussi ses travers, quand on voit qu’elle cache pour des raisons idéologiques ce genre d’information :
    https://www.zerohedge.com/news/2018-06-20/spanish-students-given-24-hours-leave-dorms-will-house-aquarius-migrants

     0

    Alerter
    • Frexit // 22.06.2018 à 21h59

      Qui n’a pas ses travers? Je n’ai jamais dit que la presse alternative était parfaite. J’ai seulement suggéré qu’il fallait “s’abreuver” à plusieurs sources, de préférence contradictoires, pour approcher la “vérité” des faits.
      La base de la science est “le doute” (Cf. Descartes). Si tel est le cas en science, alors ce doit être aussi le cas pour l’information. Je ne dois pas prendre pour argent comptant ce qu’on me dit.

       0

      Alerter
  • Verif // 22.06.2018 à 05h35

    La mise au pas concerne tout le monde. Dans mon petit collège de banlieue, le ton change : la liberté pédagogique devient facultative, nous sommes invités à ne pas nous enfermer dans notre confort, les collègues contractuels sont cités en exemple…Pression insidieuse à la France Telecom ? Il faut supprimer 120000 fonctionnaires…Par ailleurs, un “rapport” d’une députée Enmarche, la sulfureuse voire méphitique Aurore Bergé, avait pointé que les enseignants étaient socialement trop éloignés des élèves…Des précaires devraient suffire à former de futurs précaires…
    Cocktail détonnant, non ?

     0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications