Les Crises Les Crises
10.juin.202010.6.2020 // Les Crises

Le ministre italien de la Défense maintient l’achat des F-35 américains

Merci 248
J'envoie

Giuseppe Conte veut profiter du plan d’aide européen pour faire « renaître » l’Italie

Source : Les Echos

Le président du conseil veut saisir l’occasion du plan de relance européen pour affronter la récession post Covid-19. Son pays devrait en être l’un des principaux bénéficiaires. Après avoir affronté l’épreuve de la pandémie, l’Italie espère être en mesure de relever le défi de la reconstruction de son économie en corrigeant ses problèmes structurels.

Lire l’article complet sur Les Echos


Le ministre italien de la Défense entend maintenir le programme F-35 contre vents et marées

Source : Opex360

Lire l’article complet sur Opex360

L’épidémie de Covid-19, avec ses lourdes conséquences sur l’économie italienne [la chute du PIB devrait être de 10% cette année], a relancé l’hostilité du M5S à l’égard de l’avion de 5e génération.

Ainsi, 50 parlementaires du M5S ont demandé un « moratoire » d’un an sur l’achat de F-35 et une baisse du budget de la Défense afin de trouver de l’argent pour les dépenses de santé. « Nous envisageons également de renégocier et de redimensionner ce programme », a annoncé l’un d’eux.

Mais Lorenzo Guerini a fermement l’intention de maintenir le cap. Mieux encore : il est inconcevable de réduire les dépenses militaires italiennes dans le contexte actuel, comme il s’en est expliqué dans les colonnes du magazine Formiche.

« La modernisation des forces armées est avant tout une garantie de sécurité pour le pays. L’avantage technologique est une part de notre souveraineté nationale », a attaqué M. Guerini. Quelques jours plus tôt, devant les parlementaires, il avait estimé, que la crise du Covid-19 allait très probablement se traduire par une « augmentation des menaces et du terrorisme aux frontières de l’Europe. »

« La pandémie à laquelle nous sommes confrontés montre que l’impensable peut se produire. En lien avec les récessions ou les crises économiques, il y a souvent une baisse importante des investissements dans la défense. Face à la nécessité de réduire le déficit et de réorganiser les finances publiques, il y a toujours le risque que la Défense ne soit pas perçue comme une priorité. Il est donc nécessaire que l’opinion publique soit consciente que les coupes budgétaires dans le secteur de la défense affectent principalement les investissements dans la recherche et le développement », a ensuite développé le ministre italien de la Défense.

« Pour cette raison, il est nécessaire d’élargir le débat sur la défense […] en faisant comprendre à nos concitoyens qu’elle représente une part de la compétitivité industrielle de l’Italie et que le maintien des programmes d’armement garantit notre capacité de défense, y compris au sein des alliances auxquelles nous appartenons », a insisté le minstre italien.

Et, a-t-il continué, « à cet égard, le programme F-35, qui met à la disposition de nos forces armées un avion de 5 génération, est confirmé ».

Lire l’article complet sur Opex360

Source : Opex360

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Atchoum // 10.06.2020 à 08h32

3 erreurs terribles dans la décision militaire de Conte :

– Combattre le terrorisme avec des avions supersoniques.

– « Assurer la souveraineté nationale » avec un avion US, 1/ que les US peuvent bloquer au sol par signal satellite 2/ tellement cher qu’il va encore plus endetter le pays et le soumettre à Bruxelles.

– Le F35 est un échec industriel et technique inapte au combat réel, développé à coups de corruption et de chantages divers aux USA et à travers le monde depuis la fin des années 90.

Etant donnée l’époque, il est possible que Conte ne soit ni corrompu ni forcé, mais aveuglé dans le même délire malade que la majorité des dirigeants occidentaux.

45 réactions et commentaires

  • chimiste // 10.06.2020 à 08h15

    « La modernisation des forces armées est avant tout une garantie de sécurité pour le pays ». Faut pas acheter des F35 alors. 15 ans de retard, 1000 milliards de budget, et toujours pas capable de fonctionner correctement. Voir par exemple les articles de défense news sur le sujet –pas vraiment un site d’antiaméricain primaire– ou les chroniques du grand jeu pour des détails en français.
    La dinde volante a un bel avenir au musée des fiascos technologiques. Mais bon, tant que les vassaux achètent vous me direz…

      +39

    Alerter
  • Frexit // 10.06.2020 à 08h29

    L’UE va s’endetter pour permettre à l’Italie d’acheter un avion appelé par certains la « dinde volante ».
    Et qui va payer? Poser la question, c’est déjà donner la réponse. Qui? Nous et nos enfants.
    Et pendant ce temps là, on étrangle financièrement nos hôpitaux publics…
    La solution à toute cette gabegie? Avec un peu d’honnêteté et de jugeotte, il n’est pas difficile de la trouver…

      +29

    Alerter
  • Atchoum // 10.06.2020 à 08h32

    3 erreurs terribles dans la décision militaire de Conte :

    – Combattre le terrorisme avec des avions supersoniques.

    – « Assurer la souveraineté nationale » avec un avion US, 1/ que les US peuvent bloquer au sol par signal satellite 2/ tellement cher qu’il va encore plus endetter le pays et le soumettre à Bruxelles.

    – Le F35 est un échec industriel et technique inapte au combat réel, développé à coups de corruption et de chantages divers aux USA et à travers le monde depuis la fin des années 90.

    Etant donnée l’époque, il est possible que Conte ne soit ni corrompu ni forcé, mais aveuglé dans le même délire malade que la majorité des dirigeants occidentaux.

      +50

    Alerter
    • Valmeysien de Bouvines // 10.06.2020 à 10h11

      Ou bien peut-être que Conte se rend compte que son pays est sous de nombreux aspects inféodés à l’UE et qu’il est plus judicieux de ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier.

      Si en plus de sa monnaie et de son budget, l’Italie voit ses capacités à se défendre également tomber dans la dépendance d’une puissance européenne, ça réduit sa marge de manoeuvre. Il est plus judicieux de diversifier ses suzerains dans l’espoir de pouvoir éventuellement jouer l’un contre les autres si une situation le demande. Donc oui du point de vue de la souveraineté nationale la décision se comprend. Avoir plusieurs patrons peut augmenter votre marge de manoeuvre. Sauf lorsque le conflit devient trop visible, alors là il faut choisir un camp.

        +7

      Alerter
      • Antoine // 10.06.2020 à 11h54

        L’UE a toujours été le vassal des Américains notamment via l’OTAN. On peut même dire qu’elle a été crée pour ça! Donc cela ne changera rien pour les Italiens. Pour être indépendant, il faut fabriquer soi-même ses armes.

          +24

        Alerter
        • Fritz // 10.06.2020 à 14h01

          On peut vous signaler qu’un Airbus A320 n’est pas un avion militaire.

            +3

          Alerter
        • Alfred // 10.06.2020 à 16h50

          Tout a fait donc l’indépendance consiste aussi à se passer autant que possible à la conception de tout matériel américain. Ce n’est pas un embargo ce n’est pas agressif et c’est souvent (mais pas toujours) possible.

            +1

          Alerter
      • eric // 11.06.2020 à 01h55

        Toi visiblement tu n’as strictement rien compris du tout à la géopolitique.

        Dire que l’Italie se rend moins dépendante de l’UE en achetant US est à mourir de rire. Comme le dit mon camarade ci-dessus, l’UE est 100% dans la main des USA, l’UE a été fomentée par les USA dans les années 50 pour être sûr que l’Europe 5France ,Allemagen UK, etc…) n’allaient pas leur faire de l’ombre. Plus il y a de pays dans l’UE, plus c’est compliqué à gérer. Déjà l’UE des 6 était presque ingérable alors l’UE à 27 !!! 26 maintenant que l’UK est parti de ce merdier.

        Acheter US est encore pire que d’acheter Européen, tu racontes n’importe quoi.

        L’UE est sous la coupe de l’OTAN, donc des USA.

        Et je rappelle une chose: faire l’UE avec les autres pays, donner du fric et en recevoir et au lieu d’acheter à des pays de l’UE, DONC de donner du fric à ton pays voisin, qui en retour pourra acheter des choses chez toi, ces cons là achétent des avions US et donc file leur pognon qui part dans les poches des américains au lieu d’aller dans les poches d’un pays européen.

        En achetant US, tu AFFAIBLIS ET ton pays ET l’UE.

          +8

        Alerter
        • Valmeysien de Bouvines // 12.06.2020 à 03h54

          Antoine, Eric,

          Ce que vous dites sur la situation européenne vaut pour la période de 1945 à 1990.
          Toute l’architecture géopolitique états-unienne post seconde guerre mondiale se justifiait par le contre-poids qu’elle pouvait exercer face à l’URSS et sa sphère d’influence notamment en Europe. Les Européens se disaient à eux-mêmes que leur perte relative de souveraineté face au suzerain américain valait le coup car ils bénéficiaient de sa protection et les Américains se disaient à eux-mêmes que le pognon déversé dans toute cette structure militaire et diplomatique valait le coup car l’URSS représentait un rival sérieux en Eurasie.

          C’est ainsi que cette politique se justifiait auprès des Américains et des Européens. A partir du moment où l’URSS n’est plus, où plus grand chose ne justifie un bloc géopolitique Euro-Atlantique, le découplage entre la plaque atlantique et la plaque continentale devient une tendance mécanique que l’on a pu observer avec l’opposition franco-allemande à la guerre en Irak en 2003 ou plus récemment sur le dossier iranien.

          En étant charitable avec le gouvernement Conte et les dirigeants italiens, on peut supposer qu’ils observent cette tendance et qu’ils adaptent leur jeu en conséquence.
          Je ne suis pas dans la tête de Conte ou de l’Etat-major italien, peut-être que ce sont juste des blaireaux, mais j’en doute.

          De la même manière que les pays de l’Est continue d’acheter américain pour garder les Etats-Unis sur le continent en s’attirant ses faveurs afin de ne pas être tiraillés entre une sphère d’influence euro-allemande ou celle russe.

            +0

          Alerter
          • Antoine // 12.06.2020 à 21h55

            Il est vrai que la soumission de l’Europe vis à vis des États-Unis ne se justifie plus aujourd’hui du fait de la disparition de l’URSS, si tant que celle-ci eût un jour l’ambition ou les moyens d’envahir l’Europe de l’Ouest (après les 25 millions de morts de la 2éme guerre mondiale, j’en doute!). Mais la domination américaine perdure dans l’esprit de nos dirigeants. Sinon comment expliquer, par exemple, les sanctions économiques contre la Russie, le financement d’un fond de « reconstruction de Vénézuela etc…?

              +0

            Alerter
            • Valmeysien de Bouvines // 13.06.2020 à 06h21

              Antoine,

              Elle perdure dans une certaine mesure. Mais ne s’agit-il pas simplement d’une convergence d’intérêt ? Prenons un pays comme la Pologne par exemple. Je doute que ce pays, compte tenu de son histoire, ait besoin d’être soumis aux Etats-Unis pour avoir une politique de méfiance vis-à-vis de la Russie. Pas besoin de la propagande américaine pour convaincre les Polonais de se méfier des Russes. Je pense que l’on peut étendre le raisonnement à la plupart des pays de l’Est.

              Et pour revenir à l’Italie, il me semblait que ce pays avait été l’un des plus hostiles aux sanctions russes. Ce qui correspond assez bien au comportement que je décrivais concernant l’achat des F35 : les dirigeants italiens (ou du moins une partie apparemment, je suppose que la classe dirigeante italienne a elle aussi des factions) cherchent à ce que leur pays ne soit pas trop intégré dans le bloc européen en perpétuant des liens « de revers » avec des puissances extérieures. Ainsi s’explique un comportement apparemment contradictoire consistant à la fois à être hostile aux sanctions russes (sans pouvoir y faire grand chose mais quand même, c’est un signe révélateur) et acheter des F35.

              Bon après je le répète : je ne suis pas dans la tête des dirigeants italiens, je ne fais que spéculer. Mais disons que l’hypothèse de dirigeants italiens qui cherchent à se dégager, sans en sortir, du bloc européen, afin de conserver une relative marge de manoeuvre nationale, cette hypothèse a un bon pouvoir explicatif du comportement italien.

                +0

              Alerter
    • UnKnown // 10.06.2020 à 10h45

      La décision de maintenir l’achat des F-35 est pourtant la plus rationnelle pour les Italiens, ils héritent des décisions des gouvernements précédents (30 dernières années) qui ont fait de l’Italie un partenaire de Niveau 2 au sein du programme F-35, .
      De plus l’Italie n’a pas de porte avions CATOBAR, juste des porte-aéronefs doté de rampe (donc ça limite le choix des avions embarqué à deux modèles: Le Sea Harrier produit uniquement aux USA/Royaume Uni, ou le F-35 dont une partie de la production mondiale est déjà assurée en Italie.
      Avec de nombreuses usines sous-traitant la production de pièces de F-35 dans le pays (Alenia Aermacchi/Leonardo/), et vu les pognon déjà investi dans la dinde furtive, il serait idiot de ne pas maintenir l’achat des F-35 (toutes les infrastructures sont là pour les produire).

        +8

      Alerter
      • UnKnown // 10.06.2020 à 16h05

        Donc au final, si on veut du décollage court avec rampe, il n’y pas de choix, c’est le F-35.
        Du coup il n’y a pas vraiment de débat à avoir, sinon sur le nombre d’escadrons embarqués que les Italiens souhaitent faire tourner sur leurs PA.

          +1

        Alerter
    • Fritz // 10.06.2020 à 11h15

      @Atchoum : comme vous, je crois que Conte est aveuglé par ce délire malade occidentaliste. Cela dit, on ne peut écarter la piste d’une corruption. Elle est systémique si l’on se rappelle l’affaire LOCKHEED, infiniment plus importante que le Watergate qui n’a servi qu’à faire mousser la presse américaine :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Lockheed
      Les vassaux des USA : Italie, RFA, Pays-Bas, Japon, Corée du Sud… avaient été éclaboussés au plus haut niveau (le président italien Leone, peut-être aussi Aldo Moro, le prince Bernhard des Pays-Bas, Franz-Joseph Strauss, le Premier ministre japonais, etc.).
      https://it.wikipedia.org/wiki/Scandalo_Lockheed
      https://it.wikipedia.org/wiki/Scandalo_Lockheed_in_Italia
      Tiens ? Les manuels de lycée ne parlent pas de l’affaire Lockheed…

        +9

      Alerter
    • Traroth // 11.06.2020 à 13h30

      « avec un avion US, 1/ que les US peuvent bloquer au sol par signal satellite »

      Vous avez des sources précises sur ça, ou c’est juste une impression ?

        +1

      Alerter
      • François // 11.06.2020 à 16h11

        Bonjour.
        Depuis le temps, des sources précises il y en a plein internet et dans toutes les langues.
        La maintenance de TOUS les F35 dans le monde (hormis ceux d’Israël) est centralisée, planifiée et suivie par Lokheed Martin aux USA: c’est le système informatique et connecté ALIS (Autonomic Logistics Information System), déjà fameux pour sa lourdeur et ses nombreux plantages et en passe d’être remplacé par un nouveau système (ODIN – Operational Data Integrated Network), qui, c’est promis, va marcher beaucoup mieux.
        Les F35 sont reliés directement au constructeur par la voie des ondes: chaque seconde de vol, chaque munition tirée, chaque goutte de kérosène brulée, tout est automatiquement communiqué à Lokheed Martin qui planifie et suit la maintenance de chaque appareil et effectue toutes les mises à jour logicielles de cet engin qui est avant tout un très très gros ordinateur volant. Un « soucis » de maintenance? Une mise à jour manquante? le coucou est bloqué par le constructeur depuis les USA et reste au nid!
        Bref, vous avez acheté l’avion mais c’est Lokheed Martin (ou son gouvernement) qui vous autorise à voler avec. Ou pas. Seul Israël a pu s’affranchir de cette tutelle en obtenant les codes informatiques de ses F35.

          +2

        Alerter
  • Fabrice // 10.06.2020 à 08h49

    On peut aussi ce dire que les Italiens si ils veulent avoir les marges de manoeuvre avec L’UE si celle-ci pousse le bouchon trop loin, ceux-ci n’ont pas intérêt à se mettre en plus l’Amérique sur le dos du coup cela vaut la peine d’acheter un avion même si ces qualités de combats sont plus que douteuses ainsi que son coût.

      +3

    Alerter
    • Laurent K // 10.06.2020 à 09h27

      C’est en effet le seul argument sensé en faveur de cette décision. Mais d’une part l’UE est également plus un vassal des USA qu’un contrepoids, d’autre part je doute que l’UE ou les USA envoient des avions de combat dans ce cas de figure. Ce serait plutôt des actions dans le dos que des combats frontaux.

        +3

      Alerter
  • Docteur Non // 10.06.2020 à 09h25

    L’achat d’un avion de chasse, au delà de l’aspect technique, est toujours un acte profondément politique. Ne pas sous estimer l’hostilité des Italiens à l’égard de l’Europe, de l’Allemagne et de son vassal français …

      +4

    Alerter
  • guzy // 10.06.2020 à 09h55

    Sur un plan technique et opérationnel, l’achat du F 35 est une mauvaise décision. Mais bon, l’armée italienne n’a pas de vastes plans interventionnistes mondiaux. Pour assurer les missions habituelles de l’armée, les dindes volantes feront l’affaire.
    Sur le plan politique, on peut comprendre compte tenu de ce qu’ils subissent depuis des décennies, que les Italiens aient envie de faire un bras d’honneur à l’UE. N’oubliez pas que les Italiens ont été libérés des Allemands par les armées anglo-américaines. A choisir entre deux dominations, pas sûr que les Italiens ne préfèrent pas les US aux allemands. C’est en tout cas une façon de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

    Et puis je crois savoir que les F35 de l’armée italienne seront en grande partie assemblés en Italie. Pas sûr que le bilan économique leur soit défavorable par rapport à une solution européenne.

    Et puis de toute façon, le protectionnisme c’est facho, les européens ne peuvent de plaindre si les Italiens achètent américain

      +6

    Alerter
    • Fritz // 10.06.2020 à 11h32

      « libérés des Allemands par les armées anglo-américaines » ? Et aussi par les partisans (partigiani)…

      Quant aux fascistes de la République sociale italienne, ils n’avaient pas tort quand ils dénonçaient l’armistice de Cassibile qui consacrait la soumission de l’Italie aux Anglo-Américains… Elle dure jusqu’à ce jour, voyez le scandale de Cavalese rappelé par @tachyon.

      Un aspect de la libération anglo-américaine de l’Italie : les bombardements aériens.
      Turin : 792 morts et 914 blessés le 13 juillet 1943.
      Rome : 1 492 morts le 19 juillet 1943.
      Foggia : plus de 7 643 morts le 21 juillet 1943, dont deux mille passagers d’un train brûlés vifs dans un tunnel ; 9 591 morts le 21 août suivant.

      Source : pas Wikipédia, mais une vraie étude dans un vrai livre :
      Amedeo OSTI GUERRAZZI, « I bombardamenti aerei angloamericani sull’Italia », in Vito PATICCHIA, dir., Percorsi della memoria 1940-1945 : la storia, i luoghi, Bologne, 2005, pp. 91-107.

        +9

      Alerter
  • Eliot // 10.06.2020 à 10h20

    Premièrement, la vraie question c’est : pourquoi acheter un avion dont il est de notoriété publique qu’il est dysfonctionnel, beaucoup trop cher, peu apte au combat, très coûteux en entretien et très peu fiable, et de plus, totalement soumis à la volonté des États-Unis, placant l’Italie encore plus sous dépendance de ce pays, quand on pourrait imaginer l’achat d’un avion européen, au hasard, le Rafale, qui lui a fait ses preuves au combat ? Franchement, à part la corruption et une pression gigantesque des étasuniens, je ne vois aucune raison. Il existe plein de modèles moins chers et meilleurs il me semble.

    Deuxièmement, j’aimerais bien savoir en quoi un F-35 aide à résoudre le problème du terrorisme. En admettant des opérations européennes en Afrique et au Moyen-Orient, est-ce vraiment le plus utile ? Et même si on admet l’utilisation d’avions, y a-t-il vraiment besoin de plus d’avions, et de ce modèle ?

      +7

    Alerter
    • Kiwixar // 10.06.2020 à 12h28

      « En quoi un F-35 aide à résoudre le problème du terrorisme »

      Balancer des bombes intelligentes d’1 million de dollars depuis un avion de 80 millions de dollars (achat) sur des tentes made-in-China à 20$ démontre que nous sommes intelligents et pas eux. C’est pas comme si on avait d’autres manières de dépenser notre pognon de dingues (hôpitaux, soignants, éducation, formation, etc)

        +19

      Alerter
      • Dominique65 // 11.06.2020 à 01h00

        Je sens bien la note humoristique, mais même les ricains ne font pas ça : ils utilisent des drones, le dernier connu étant conte le Général Soleimani.

          +2

        Alerter
    • Docteur Non // 12.06.2020 à 16h50

      Les Italiens voient les Français comme les vassaux d’une Allemagne hostile, et ceux ci, obnubilés par un chimérique couple franco-allemand ne font rien pour les détromper. A cet aune, la solution américaine se tient, toute dysfonctionnelle qu’elle puisse être …

        +0

      Alerter
  • Catalina // 10.06.2020 à 10h42

     » La modernisation des forces armées est avant tout une garantie de sécurité pour le pays. L’avantage technologique est une part de notre souveraineté nationale » » euhhhh ????? rappelez moi, l’Italie est bien dans l’OTAN, alors que vient faire le gros mot de souveraineté nationale dans ce texte ?
    ;o)

      +7

    Alerter
  • tachyon // 10.06.2020 à 10h51

    L’Italie n’est pas rancunière …:
    3/2/1998 un avion US coupe un câble de téléphérique dans les Dolomites ==> 20 morts
    Les pilotes sont jugés non-coupables (contrairement au câble) par la justice US évidemment …
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Accident_du_t%C3%A9l%C3%A9ph%C3%A9rique_de_Cavalese

      +9

    Alerter
    • Fritz // 10.06.2020 à 14h14

      Et comme chacun sait, la Hollande, la Malaisie et la Corée du Sud achètent leurs avions militaires à Poutine. L’horrible Poutine dont les armées occupent ces trois pays depuis 1945.

        +3

      Alerter
    • riton // 10.06.2020 à 15h04

      Là, en matière de catastrophe aérienne, c’est vous qui êtes sélectif !

        +1

      Alerter
    • Owen // 10.06.2020 à 15h30

      Les États Unis avaient bien communiqué au tribunal néerlandais, en 2014, un mémorandum informant détenir des photos satellites du missile russe Buck, ayant détruit l’avion MH17 au-dessus du Dombass.
      Mais voilà, Les États Unis ne veulent pas fournir les photos à la cour de justice néerlandaise.
      Les familles des victimes devront encore attendre, en effet.
      http://www.donbass-insider.com/fr/2020/06/09/mh17-les-etats-unis-ne-fourniront-pas-les-images-satellites-du-tir-du-missile-buk/

        +3

      Alerter
  • .Josy // 10.06.2020 à 11h22

    Il ne faut jamais oublier les commissions dans ce genre d’achats : pour le pays , la défense , le soutien américain et le pot de vin.

      +7

    Alerter
  • Patrick // 10.06.2020 à 12h32

    Ben au moins ,si un jour nous devons faire la guerre à d’autres pays européens nous n’aurons pas trop à craindre leur aviation, c’est toujours ça de gagné.

      +6

    Alerter
  • RV // 10.06.2020 à 12h54

    Un article de 2017
    https://www.usinenouvelle.com/article/le-f-35-de-lockheed-martin-s-exporte-un-peu-trop-bien.N580093
    …/…
    Israël a annoncé, lundi 28 août [2017], la commande de 17 F-35 supplémentaires. Le pays a donc commandé un total de 50 avions de chasse à Lockheed Martin. L’entreprise américaine a vendu un total de 711 avions à onze pays autres que les Etats-Unis, qui en ont commandés 2 456. Les plus gros acheteurs sont le Royaume-Uni (138), la Turquie (100) et l’Australie (100), selon Lockheed Martin. Viennent compléter cette liste : le Canada (65), l’Italie (60), la Norvège (52), le Japon (42), la Corée du Sud (40), les Pays-Bas (37), et le Danemark (27).
    …/…
    En cause, deux atouts majeurs du F-35 : sa furtivité et sa connectivité. D’une part, l’avion de chasse développé par Lockheed Martin pourra s’approcher beaucoup plus près d’un objectif puisqu’il ne sera pas détecté par les radars actuels ou beaucoup plus tardivement. D’autre part, le général André Lanata mets en avant les capacités de connectivité du F-35 grâce auxquels l’avion de chasse « connecte massivement des informations avec les autres appareils du système de combat aérien ».
    …/…

      +1

    Alerter
    • Patrick // 10.06.2020 à 20h36

      Connectivité : un rêve de technocrate, encore un truc à se faire brouiller ou pirater et à ne pas pouvoir assurer la mission.
      En plus ça ne fait que complexifier l’usine à gaz du logiciel et créer des bugs supplémentaires.
      Furtivite : le revêtement est fragile et coûteux à entretenir, pas sur qu’une réparation soit possible facilement en temps de guerre. En plus , vu la température du gros réacteur il est détectable à cause des infrarouges émis. Si on ajoute que cette camionnette à bombes doit être escortée par des F18 non furtifs , ça devient compliqué.

        +4

      Alerter
    • diogène de Tours // 15.06.2020 à 23h21

      RV,
      Avant de nous ressortir une vieille pub sur le F 35, essayez de vous informer sur cet avion présumé « furtif » alors qu’il ne l’est pas ; qui doit encore résoudre plus de 220 bugs informatiques qui le rendent inapte à presque tous combats ; qui ne supporte pas du carburant qu’on a laissé chauffer au soleil ( il faut le réfrigérer dans les pays chauds) ; qui a vu sa durée de vie réduite des 3/4 ; et qui ne semble même plus autorisé actuellement à dépasser la vitesse du son.
      Le nom de « dinde volante » est un doux euphémisme. Mais le F 35 a au moins l’avantage de bien faire rigoler les Russes, les Chinois, et … Dassault !

        +0

      Alerter
  • egogo // 10.06.2020 à 13h45

    D’autant que d’après le site  » de defensa  » le F 35 a quelques difficultés opérationnelles ne serais- ce que pour tout simplement .. voler !!

      +6

    Alerter
  • Mickael Jackunin // 10.06.2020 à 13h51

    Les récents conflits nous ont appris que des bandes de guérilleros en babouche étaient capable de bloquer des milliards de dollars de matos avec du savon, de l’engrais, du fil de fer et une 103SP. Et c’est une stratégie aussi efficace face à un ICBM hypersonique qu’une escadre de F35.
    Pour la défense de l’Italie , il donc serait plus censé économiquement de se lancer dans un programme de conversion militaire du Piaggio Ciao que d’acheter des F35.

      +8

    Alerter
  • Anfer // 10.06.2020 à 20h06

    Le F-35 c’est la quadrature du cercle.

    Un avion multirole, furtif, avec une version STOVL.

    Le problème, c’est que la capacité atterrissage vertical a handicapé toutes les versions avec ses contraintes technique, pour maintenir une cellule unique (en fait pas si unique que ça).

    Monoreacteur : Obligatoire pour un atterrissage vertical (Je ne parle pas de la soufflante de sustentation), il faut un reacteur très puissant, et donc très chaud qui est un enfer à refroidir en plus de faciliter la détection aux infrarouges, enfin manque de redondance, une panne moteur et l’avion est au tapis.

    Profil trappu: pareil, une forme ramassé et compact est rendu obligatoire par la contrainte vertical, et malheureusement les lois de l’aerodynamisme sont les mêmes pour tout le monde, vitesse de pointe limité et pas de super croisière.

    Ailes courtes: Comme le Harrier, le Yak-38, et le Yak-141 (dont la formule à été copié), manque de portance, altitude inférieur à ses concurrents, autonomie limité, maniabilité inférieure.

    Si on ajoute les contraintes propres à la furtivité, on a un petit gras du bide qui vole comme une enclume.

    En plus il y a 3 versions, une standard, une aéronavale à catapulte, une à décollage court, atterrissage vertical.
    Au final tellement différentes les une des autres, que développer 3 avions différents aurait coûté moins cher.

      +6

    Alerter
  • tchoo // 11.06.2020 à 06h04

    Encore une manip des russes qui vont être très content que les Italiens d’équipe de cette casserole su’ est le F35, une menace de moins pour eux

      +2

    Alerter
  • michemicheu // 11.06.2020 à 07h22

    Oui bon, il fut un temps ou le Rafale était lui aussi un gouffre à fric vilipendé de toute part… et maintenant c’est peu dire (sans rire) que c’est une des grandes fiertés de notre chère et grande nation! Un modèle de l’excellence à la Française, qui se vend plutot bien, non mais ! Ne prenez pas trop ces bon vieux « amérloque » pour des cons, ils ont largement de quoi vous surprendre, encore…

      +1

    Alerter
    • Anfer // 11.06.2020 à 08h16

      La différence, c’est que nous n’avons jamais eu le budget monstrueux du F-35.

      Le point commun du rafale et du F-35 c’est d’être conçu comme un avion capable de remplacer pleins de modèles spécialisés différents.
      Mais à cette contrainte déjà pas facile, les américains ont ajouté la furtivité passive et la capacité vertical.

        +1

      Alerter
  • RGT // 11.06.2020 à 10h04

    Maintenir l’achat des F35…
    Le F35, surnommé le fer à repasser en or massif (vu son coût) ou la dinde volante ?

    Visiblement les pressions doivent être colossales pour que l’Italie maintienne ces commandes.
    Pressions en provenance de Washington (comme pour l’Australie ou tous les autres pays qui ont commandé ce « machin » hors de prix alors qu’on ne sait même pas s’il sera un jour capable de combattre un simple aéronef de loisirs, voire même simplement de décoller sans s’écraser quelques km après son décollage).
    Mais aussi pressions plus « feutrées » en provenance de Bruxelles qui a dû imposer le maintien des commandes en échange de « l’aide financière » qui permettra de payer une partie de ces « jouets » lamentables.
    Il faut surtout éviter que les avionneurs US ne coulent suite à cette gabegie et ce sont bien sûr, comme d’habitude, le reste de la planète qui devra payer les pots cassés.

    Ça me rappelle le contrat d’hélicoptères polonais financés par l’UE (et donc NOS impôts) qui devait se concrétiser par l’achat de matériel €uropéen et qui, une fois les fonds versés, s’en est allé vers les USA pour acheter du matériel concurrent.
    Et bien sûr, motus sur ce scandale tant au niveau des « dirigeants bienfaisants » qu’au niveau de la « presse libre et indépendante ».

    Une réaction normale aurait consisté à annuler les fonds et laisser le pays « indélicat » se débrouiller pour financer son « projet ».
    Et comme ces états sont « malades », les USA auraient bien sûr refusé de fournir du matériel qui n’aurait sans doute jamais été payé par manque de fonds, même en raclant les fonds de tiroirs.

      +4

    Alerter
  • Christian Gedeon // 12.06.2020 à 13h15

    Hilarant…article et surtout commentaires. Pour moi le problème est plutôt dans l’achat de F35 et pas de Rafales. Mais passons. Quant au F 35 est il ce fer à repasser que les experts des commentaires décrivent? Ben non en fait. Se reporter à Janes qui a pourtant la dent dure tous azimuts. Ses défauts d’origine bien réel ont été corrigés et son système d’armement est aujourd’hui en tous cas le plus performant qui existe. La décision de Conte est con…mais pas à cause du F 35. Mais voyons le bon côté des choses , ça démontre s’il le fallait encore que l’UE est vraiment….rien en fait.

      +0

    Alerter
    • diogène de Tours // 15.06.2020 à 23h38

      Christian Gédéon,
      si vous avez envie de croire Janes, libre à vous, mais Janes ou la Pucelle d’Orléans, ne serait-ce pas la même et fort touchante croyance en des Voix divines pour faire la guerre, non ? Du genre « In God we Trust »…

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications