L’ex-commissaire européenne à la Concurrence était directrice d’une société offshore

Source : Le Point, le 22 septembre 2016.

La presse néerlandaise a révélé que Neelie Kroes dirigeait une société établie aux Bahamas pendant la durée de son mandat européen.

kroes_01

Un nouveau « Bahamas Leaks ». L’ancienne commissaire européenne à la Concurrence Neelie Kroes a été directrice d’une société aux Bahamas durant son mandat, contrairement aux règles européennes, a révélé mercredi la presse néerlandaise. D’après les documents en possession du quotidien Süddeutsche Zeitung et du Consortium international des journalistes d’investigation ICIJ, Neelie Kroes a été directrice de Mint Holdings Ltd, une entreprise offshore établie aux Bahamas, « du 4 juillet 2000 au 1er octobre 2009 », ont indiqué les quotidiens néerlandais De Trouw et Het Financieele Dagblad.

Or, les commissaires européens doivent, au début de leur mandat, renoncer à toutes leurs fonctions de direction et notifier toutes celles, rémunérées ou non, des dix années précédentes dans un registre public. L’ex-ministre néerlandaise des Transports, qui dit s’être désinscrite depuis 2002, assure avoir quitté Mint Holdings au début de son premier mandat comme commissaire européenne en 2004 et évoque une faute administrative en 2009, ont rapporté les médias néerlandais.

Un directeur non exécutif

L’ancienne commissaire « était, selon ses propres dires, un directeur non exécutif et aurait donné des conseils stratégiques à Mint Holdings qui voulait racheter des parts du géant américain de l’énergie Enron pour 6 milliards de dollars », précisent les quotidiens. « Ce rachat a échoué à l’été 2000. » « Parce que Mint Holdings n’a jamais été opérationnelle, selon elle, elle n’a jamais fait état de sa fonction de direction », ajoutent De Trouw et Het Financieele Dagblad, qui publient plusieurs documents dont la source n’a pu être confirmée. Neelie Kroes « reconnaît qu’elle est formellement en infraction avec le code de conduite des commissaires européens », a-t-elle réagi auprès des deux quotidiens néerlandais.

Son avocat a informé le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. Cette docteur en économie assure en prendre l’entière responsabilité et accepter les conséquences, d’après les journaux. Quelque 1,3 million de documents d’entreprises aux Bahamas en possession de Süddeutsche Zeitung et de l’ICIJ ont été révélés sous le nom de « BahamaLeaks », selon De Trouw et Het Financieele Dagblad.


Bahamas Leaks : Neelie Kroes bientôt poursuivie ?

Source : Le Point.

L’ex-commissaire Neelie Kroes, accusée d’avoir dirigé une société offshore durant son mandat, pourrait être poursuivie. Le seul précédent : Édith Cresson.

Au cas où, Neelie Kroes a d’ores et déjà fait appel à un avocat. Et l’ancienne commissaire à la concurrence (2004-2009) et ex-vice présidente (2009-2014) de la Commission Barroso a peut-être raison de se préparer au pire… Aujourd’hui consultante pour la firme Uber, elle pourrait bientôt avoir à s’expliquer devant la Cour de justice de l’Union européenne, à la suite des révélations du Consortium international de journalisme d’investigation sur son rôle d’administratrice d’une société offshore aux Bahamas de 2000 à 2009, soit au cours de son mandat de commissaire à la concurrence. À moins que la commission Juncker, qui croule sous les scandales de son prédécesseur, n’en décide autrement.

Demande de clarifications

Dans une lettre envoyée dans la matinée de jeudi, Jean-Claude Juncker a demandé à l’ancienne commissaire « des clarifications » sur son rôle dans la compagnie et ce qu’elle savait exactement de ces fonctions. Une attitude similaire à celle prise en septembre concernant le président de la commission Barroso. À quelques différences près, toutefois : si le prédécesseur de Juncker n’a informé l’ex-Premier ministre luxembourgeois qu’une fois sa prise de poste rendue publique, Neelie Kroes a eu la délicatesse d’en informer la Commission par mail vendredi dernier. Elle y indique qu’elle n’a pas mentionné l’existence de « ce formulaire » lors de sa déclaration d’intérêt en tant que commissaire à la concurrence en 2004. Pendant six jours, pourtant, la Commission n’a pas réagi à ce mail. « Elle n’en a pris conscience que tardivement », le jour même des révélations, affirme une source européenne qui évoque une « énorme erreur ». Six jours, c’est néanmoins nettement plus rapide que lors de l’affaire Barroso, où il avait fallu deux mois au président Juncker pour saisir le comité d’éthique européen.

Jusqu’où ira la Commission ?

Cette fois-ci, la Commission semble bien vouloir aller plus loin. C’est en tout cas ce qu’on laisse entendre dans les couloirs. Le cas Kroes est en effet jugé plus grave que celui de l’ancien président de la Commission, José Manuel Barroso, la suspicion portant sur un conflit d’intérêts au cours de son mandat. La Commission reste dans l’attente de nouvelles informations données par Neelie Kroes. À 75 ans, l’ancienne commissaire, déjà attaquée par les eurodéputés lors de sa prise de fonction en 2004 pour ses multiples casquettes d’administratrice au sein de sociétés privés – plus de quarante à l’époque – se défend d’avoir été administratrice de la société offshore jusqu’en 2009. Il y a eu une « erreur administrative », a indiqué son avocat au Consortium de journalistes. La société, créée pour racheter les actifs du géant américain de l’énergie Enron Cop, a échoué en 2000 puis a fait faillite. « Elle pensait qu’elle n’était plus administratrice dès le moment où cette société n’était plus nécessaire », a justifié son avocat. Des affirmations qu’elle devra répéter aussi à Juncker.

Mais plusieurs questions se posent. Qui mènera l’enquête ? Les réponses restent vagues. Une chose est sûre : la Direction générale de la concurrence, menée par la Suédoise Magrete Vestager, déjà au cœur de toutes les attentions pour s’être attaquée aux géants économiques américains dont Apple et Google, pourrait l’être encore davantage. Qui dit en effet que l’ancienne commissaire néerlandaise n’a pas usé de sa fonction pour avantager tels ou tels clients lors de son mandat dans la très puissante DG ? Le fils de Badr-El-Din, un autre administrateur de la société, soutient déjà sur son blog avoir fait un stage dans le cabinet de la commissaire, en 2007.

Le précédent Édith Cresson

Lire la suite : Le Point.


« Bahamas Leaks » : la trahison morale des élites

Source : Le Monde / Idées, le 22 septembre 2016.

Editorial du « Monde ». L’affaire est consternante. L’ancienne commissaire européenne à la concurrence Neelie Kroes a été membre du conseil de direction d’une société offshore aux Bahamas jusqu’en 2009, alors qu’elle était en poste à la Commission européenne, entre 2004 et 2014. C’est ce que révèlent les documents confidentiels auxquels Le Monde a eu accès. La Néerlandaise, après avoir nié l’affaire, l’a reconnue.

Cette structure, Mint Holdings Limited, a été mise en place en 2000 avec des investisseurs des Emirats arabes unis pour racheter des actifs d’Enron, géant américain de l’énergie aujourd’hui disparu. Mme Kroes, 75 ans, explique aujourd’hui que cette société n’a jamais été opérationnelle, qu’elle n’a reçu aucun avantage financier et ajoute qu’une « erreur administrative a été commise » : sa présence en tant que directrice sur le registre de la société aurait dû être supprimée en 2002.

On aimerait la croire. Mais comment expliquer qu’elle ait « oublié », lorsqu’elle est devenue commissaire, de mentionner, dans sa déclaration d’intérêts, comme l’exige la règle européenne, cette activité qui remontait à moins de dix ans. Mme Kroes, franchement, on n’oublie pas qu’on a voulu racheter Enron ! Dès lors, c’est toute sa crédibilité qui s’effondre. Sur la prétendue non-activité de cette « coquille » dont on peut être sûr qu’elle était opaque, beaucoup moins qu’elle était vide. Sur son impartialité lorsqu’elle était commissaire à la concurrence et avait un œil sur le secteur de l’énergie…

Une attirance maladive pour l’argent

Lire la suite : Le Monde / Idées, le 22 septembre 2016.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

29 réponses à L’ex-commissaire européenne à la concurrence prise la main dans le pot de confiture

Commentaires recommandés

openmind Le 29 septembre 2016 à 10h03

Je commençais à m’inquiéter de l’inégalité homme femme sur ce sujet.

Merci donc à Mme Kroes de rejoindre notre pauvre Edith dans ce énième scandale qui va occuper la scène médiatique et permettre aux gros escrocs en chef de continuer le racket global en place…tiens le pétrole va remonter au fait….une pénurie? Ah non, on nous indique que, à la surprise générale (incroyable), les pays de l’OPEP se sont entendus pour baisser la production….A vos porte monnaie si vous en avez encore.

  1. openmind Le 29 septembre 2016 à 10h03
    Afficher/Masquer

    Je commençais à m’inquiéter de l’inégalité homme femme sur ce sujet.

    Merci donc à Mme Kroes de rejoindre notre pauvre Edith dans ce énième scandale qui va occuper la scène médiatique et permettre aux gros escrocs en chef de continuer le racket global en place…tiens le pétrole va remonter au fait….une pénurie? Ah non, on nous indique que, à la surprise générale (incroyable), les pays de l’OPEP se sont entendus pour baisser la production….A vos porte monnaie si vous en avez encore.


    • Lysbeth Levy Le 29 septembre 2016 à 10h17
      Afficher/Masquer

      Ne vous inquiétez pas openmind, dieu merci Daesh/ISIL/FSA/ELI vend le pétrôle syrien a l’UE et le robinet ne c’est pas tari, et les scandales n’a jamais empêché “nos élus” qu’ils soient européens” ou nationaux de faire des “petites emplettes ! ON attends l’inculpation de Sarkozy pour diverses “affaires” dont la mort de Kaddafi et autres histoires de gros sous. Le squale qui avait révélé le fait que Valls a refusé les informations syriennes sur de possibles terroristes syriens, va t’il payer le prix d’avoir trop parlé ?:http://www.france24.com/fr/20160929-france-justice-ancien-chef-renseignement-bernard-squarcini-mis-examen-trafic-influence?google_editors_picks=true ?
      Bref si on savait tout hein .


    • AUSSEUR Robert Le 29 septembre 2016 à 11h19
      Afficher/Masquer

      Au risque encore une fois d’être censuré , j’écrierais bien que s’il y a une France de +en en bas et de + en + nombreuse …….Ce n’est pas seulement le fait que nous soyons soumis à un régime politique injuste ……La plupart du temps cette mécanique est , en effet le résultat d’actes voyous ! = Les loyers des logements sociaux empochés , pour les plus anciens + de cent ans = Pourtant les loyers les ont amortis en une quinzaine d’années ……Ou passe le fric …? …..Les salaire , les partenaires dits sociaux ne signent (après les grèves essentiellement ouvrières)que pour des majorations distribuées en % = A force: ne s’agit-il pas de détournement des richesses crées par le travail …..? Les fonds
      “transférés” de l’ARRCO aux profits des cadres : AGIRC et AGFF …….? Et tant d’autres mesures prises à l’encontre des ouvriers (ères) du collège 1 , sans les inviter aux négociations ……Cela se saurait ?


    • theuric Le 29 septembre 2016 à 14h11
      Afficher/Masquer

      Si nous partons du principe, comme je le fais, que nous faisons face à une désindustrialisation d’échelle mondiale, alors une baisse de production pétrolière ne fera qu’accentuer les coûts aux entreprises, donc accélérer cette désindustrialisation.
      Mais si aucune baisse de production n’est effectuée, ce seront les pays producteurs qui en pâtirons.
      Quelle que soit la solution adoptée elle ne pourra qu’être mauvaise, le système est au bord de l’éclatement, alors, chez-vous, faites vos réserves: minimum, de la monnaie de pas plus de dix euro en valeur, trois semaines à un mois de nourriture, un an de produit d’entretien et soin pour le corps, trois ans de quoi faire des échanges, troc, petites ventes.
      Il n’est plus que temps!


    • bats0 Le 30 septembre 2016 à 14h58
      Afficher/Masquer

      Euh.., baisse de la production : 32,5 au lieu de 33 Mbj, c’est 1,5% en moins, et de plus la consommation de pétrole aurait baissée dans les pays de l’OCDE; alors je me suis dit, lors de la lecture de cette information de l’Opep, qu’il se peut très bien qu’ils soient obligés de baisser cette production, surtout si les réserves sont full…
      Donc pas évidente la prévision de la hausse des prix du pétrole, de plus les US seraient bien désabusés de voir la Russie mieux vendre sont pétrole, après toutes les embûches que les US leur mettent pour essayer de contrer la politique économique de Poutine.


      • bats0 Le 30 septembre 2016 à 15h00
        Afficher/Masquer

        Quand à ce nouveau dossier concernant Mme Kroes, je me demande s’il est bien solide pour mettre en cause les responsabilités de cette ex-commissaire de l’UE; il y a pourtant bien d’autres dossiers nettement plus sérieux concernant ces non-élus participant à l’élaboration des lois européennes, entre autre celui de Barroso, qui trouve totalement normal de faire partie d’une banque telle Goldman Sachs, ayant eu des pratiques, plus que douteuses lors de l’adhésion de la Grèce dans l’UE; mais les conflits d’intérêts n’ont pas l’air de déranger cet ancien président de la commission européenne, bien au contraire il semble s’en accommoder.


    • Alice Ferté Le 04 octobre 2016 à 00h05
      Afficher/Masquer

      On nous dit sans cesse: ne pensez pas “tous pourris”
      Le souci est qu’il y en a beaucoup, de plus en plus. Et le plus souvent impunis, faiblement punis ou dont les jugements se font attendre tres tres longtemps (voir le procès de S.Dassault, dans les nuages: ils attendent qu’il meurt !).

      Alors, que doit-on penser ??


  2. Tig Le 29 septembre 2016 à 10h24
    Afficher/Masquer

    C’est pas vrai…
    C’est pas moi…
    C’est pas grave…

    Je vous laisse retrouver l’auteur de cette citation qui se prête bien à la situation, comme d’habitude malheureusement.

    Comment encore oser faire mine de s’étonner et surtout de s’inquieter du ras le bol populaire (ceux qui s’accomodent de telles dérives diront populiste) quand de tels faits sont débusqués?

    Le réflexe d’auto-defense démocratique (demos/cratos) face aux membres des élites non élus, sans comptes à rendre, intouchables et toujours en infraction ‘malgré eux’ me semble sain et vertueux.

    Mais E.C.Alain nous avait déjà prévenu:
    ‘car enfin le trait le plus visible dans l’homme juste est de ne point vouloir du tout gouverner les autres, et de se gouverner seulement lui-même. Cela décide tout. Autant dire que les pires gouverneront.’


  3. SanKuKai Le 29 septembre 2016 à 10h34
    Afficher/Masquer

    La pauvre, elle n’a apparement pas le réseau de Jean-Claude Juncker.
    Les Luxleaks lui ont glissé dessus comme de l’eau sur le dos d’un canard.


  4. Henri Tanson Le 29 septembre 2016 à 10h35
    Afficher/Masquer

    Asselineau alerte à ce sujet depuis des années; il évoque les magouilles incroyables autour de cette dame Neelie Kroes qui a réussi à être choisie deux fois comme Commissaire européenne alors que sa duplicité a été révélée dès le début.
    Et le pire, c’est qu’elle n’est pas la seule dans ce cas-là.
    [Modéré]


    • Henri Tanson Le 29 septembre 2016 à 11h50
      Afficher/Masquer

      Modéré pour avoir dit qu’il n’y a pas beaucoup d’hommes politiques qui justifient leur engagement en politique par la nécessité de dire la vérité aux citoyens…
      En rappelant qu’en ces temps de tromperie universelle, pour paraphraser le visionnaire G. Orwell, dire la vérité devient un acte révolutionnaire.
      Il n’est pas question ici de faire de la pub pour tel ou tel mais de rappeler qu’en politique, nous manquons cruellement de personnes qui osent dire la vérité dans la mesure où l’on s’aperçoit qu’ils ont tous beaucoup à cacher ; Neelie Kroes est là pour le rappeler, et elle n’est pas la seule, les yeux dans les yeux.
      Et en pleine campagne présidentielle, nous cherchons des gens honnêtes qui osent affronter le jugement des électeurs sans se cacher derrière des discours langue de bois.


    • fanfan Le 29 septembre 2016 à 18h45
      Afficher/Masquer

      Corporate Europe Observatory :
      More recently we have seen Ms Kroes’ brazen spins through the revolving door, to Bank of America Merrill Lynch, SalesForce and Uber, alongside the moves by former President Barroso to Goldman Sachs, and the move by former trade commisisoner Karel De Gucht to ArcelorMittal. All of these examples, and more, show the need for an urgent overhaul of rules relating to the ethics of commissioners, including on their declarations of interest and on revolving doors…
      https://www.corporateeurope.org/power-lobbies/2016/09/kroes-and-bahamasleaks-enough-enough


    • fanfan Le 29 septembre 2016 à 19h21
      Afficher/Masquer

      …eight revolving door roles, held by four commissioners, should not have received authorisation at all, due to the risk of possible conflicts of interest :
      These are: authorisation of ex-commissioner (and now MEP) Viviane Reding to sit on the boards of the mining company Nyrstar 1, Agfa Gevaert, and the Bertelsmann Foundation (which has strong ties to the global media giant of the same name), and Siim Kallas to provide consultancy to IT company Nortal. Meanwhile, other members of the Barroso II Commission (which handled the fallout from the global financial crash of the late noughties) are now on the payroll of Bank of America Merrill Lynch (Neelie Kroes) and a major private equity firm CVC and wealth management firm Merit Capital (Karel De Gucht). Former Trade Commissioner De Gucht, who started the EU-US trade negotiations TTIP, has also received the blessing of the current Commission to join the telecoms company Belgacom (now known as Proximus) 2. Additionally, the former Commission President José Manuel Barroso himself has taken on new roles at the corporate lobby-fests of the European Business Summit and Bilderberg Conference…
      https://corporateeurope.org/revolving-doors/2015/10/revolving-doors-spin-again


  5. --gilles-- Le 29 septembre 2016 à 10h36
    Afficher/Masquer

    Déjà sa nomination au poste de Commissaire européen à la concurrence en 2004 avait été controversée notamment par des membres du Parlement européen, des journalistes.
    On pouvait lire dans sa notice wikipédia en février 2014 :
    ********
    Sa nomination dans l’équipe de José Manuel Durão Barroso fut critiquée par le Parlement européen en raison de nombreux conflits d’intérêts potentiels : elle a détenu un mandat d’administrateur dans 43 grandes entreprises (Thales, Volvo, Lucent Technologies, etc.) et siégé au board de 12 entreprises européennes. Pour cette raison, il est prévu que Neelie Kroes soit dessaisie d’un dossier dès qu’il fait intervenir une entreprise pour laquelle elle a travaillé.
    Elle a également été mise en cause aux Pays-Bas pour la gestion de son patrimoine immobilier et des relations d’affaires peu claires avec le promoteur Jan-Dirk Paarlberg proche d’un groupe mafieux dirigé par Willem Holleeder.
    Elle est présente aux conférences de Bilderberg, du 3 au 6 juin 2010 à Sitges en Espagne, du 9 au 13 juin 2011à St-Moritz en Suisse, du 31 mai au 3 juin 2012 à Chantilly.
    ***********
    Fin de citation

    Les buts de la création du système d’intégration européenne, c’est à dire la primauté des dirigeants économiques sur les décisions que prendraient les citoyens, sont convergents avec la nomination de ce type de responsables. Il s’agit d’un effet systémique.


    • kasper Le 29 septembre 2016 à 11h03
      Afficher/Masquer

      Au passage, essayez donc d’expliquer a votre patron que vous voulez bosser pour 11 autres boites en meme temps que la sienne, vou verrez comment vous serrez bien reçu…


  6. Julie Le 29 septembre 2016 à 10h49
    Afficher/Masquer
  7. --gilles-- Le 29 septembre 2016 à 10h49
    Afficher/Masquer

    Précision : Elle était présente en 2012 à Chantilly, oui mais le Chantilly aux États-Unis.
    Sa notice wikipédia en date du 17 mars 2014 nettement plus critique que la page actuelle :
    https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Neelie_Kroes&oldid=102126636


  8. Rice40 Le 29 septembre 2016 à 11h19
    Afficher/Masquer

    Je m’étonne que l’on s’étonne de ces révélations.
    J’observe que les agissements de Madame Kroes étaient connus. François ASSELINEAU les a dénoncés il y a quelques années (dans sa conférence “l’Europe, c’est la paye”), en vain.
    La seule question est la suivante : pourquoi les “affaires” de madame Kroes sortent maintenant ?
    Une idée sur cette “opportune” campagne journalistique ?


    • Henri Tanson Le 29 septembre 2016 à 11h54
      Afficher/Masquer

      Sa première tromperie a été d’avoir “oublié” de révéler une partie de son patrimoine dans la mesure où elle possédait plusieurs immeubles de bureau à Rotterdam; prise en flagrant délit, elle n’a pu fournir aucune explication sur l’origine des fonds expliquant cet investissement autre que “je ne me souviens plus…”.


    • TuYolPol Le 29 septembre 2016 à 12h05
      Afficher/Masquer

      Je m’étonne que vous croyiez qu’on s’étonne. On tonne, ça oui, et on aimerait bien cartonner.


    • ty89 Le 29 septembre 2016 à 20h42
      Afficher/Masquer

      L’élite politique sent bien que le peuple en a mare de ces technocrates au service d’eux même qu’elle a décidé de jeter un petit crocodile a la vindicte populaire. Comme pour soulager un peu la pression d’une marmite sur le point d’exploser.
      Vous remarquerez que c’est toujours quand ils ne sont plus “aux manettes” que les scandales éclate. Pour Barroso c’était pareil.
      Donc pour moi le but c’est redorer le blason des institutions Européennes.


  9. St3ph4n3 L. Le 29 septembre 2016 à 12h15
    Afficher/Masquer

    Il faut arrêter de parler d’évasion fiscale car c’est utiliser le vocabulaire de ceux qui en bénéficient. Qu’est-ce qu’une évasion, si ce n’est la possibilité qu’on se donne d’échapper à une contrainte (en l’occurrence, un impôt) ? Préférez l’expression “Désertion fiscale” !


    • Malbrouck Le 29 septembre 2016 à 15h31
      Afficher/Masquer

      Je préfère délinquance fiscale .
      Car désertion me semble un peu court, comme ma phrase inaugurale qui est une réponse à !


  10. vinc Le 29 septembre 2016 à 14h10
    Afficher/Masquer

    Et ces braves gens sont tellement dans une bulle qu’ils ne s’aperçoivent même pas que ce sont aussi eux par leurs actes (et leur corruption …plus ou moins légale ) qu’ils seront la cause de la chute de l’EU …et accessoirement des démocraties au travers de l’explosion des populisme, extrémisme…et dans le meilleur des cas vote blanc.

    C’est pas moi, c’est le système ma pauvre dame, je ne fais juste qu’en profiter.
    Si je ne le fais pas , quelqu’un d’autre va le faire ….
    blablabla …blablabla


  11. theuric Le 29 septembre 2016 à 14h37
    Afficher/Masquer

    Ce n’est pas tant de savoir si cette dame a triché mais de comprendre pourquoi cette information sort dans les médiats.
    Il se passe en ce moment des événements bien étranges à l’aune de ce que nous connaissons de l’omerta qui sévit au sein de la bienheureuse Union-Européenne.
    J’ai, il y a quelque temps déjà sur mon blog, avancé l’idée que les U.S.A. voulaient se débarrasser de sa créature, non pas par amour de l’art, mais plutôt, comme il en était des colonies européennes juste avant la décolonisation, que cela coûte plus cher à l’empire que cela ne lui rapporte.
    Si en cela j’ai raison, je ne serais pas surpris que des scandales pire que celui-ci éclatent en France et touchent tous les partis euroatlantistes, soit P.S./U.D.I./L.R./F.N., le reste n’étant que du menu fretin.
    Il est vrai que sur le texte de mon site, je situais ça pour le mois de Septembre, mais je peux avoir fait erreur sur la temporalité.
    Pourquoi la France?
    Parce que c’est le pays qui réunit au mieux fragilité, poids, exaspération économique, politique et populaire, ceci accentué par un renouveau politique en plein développement [modéré].


  12. jp Le 29 septembre 2016 à 22h16
    Afficher/Masquer

    et ça continue, cette fois avec une ex-commissaire européenne en charge du climat recrutée par tatadam … Volkswagen !
    https://www.theparliamentmagazine.eu/articles/news/former-eu-climate-commissioner-hedegaard-joins-vws-sustainability-council


  13. Jean Le 29 septembre 2016 à 23h33
    Afficher/Masquer

    Une association d’utilité publique : http://www.anticor.org/


Charte de modérations des commentaires