Les Crises Les Crises
16.avril.202016.4.2020 // Les Crises

Négligences, mensonges et désinvolture : les fautes du gouvernement français dans la gestion de la crise

Merci 1496
J'envoie

source : Bastamag, Agnès Rousseaux

La gestion de la crise sanitaire par le gouvernement français est-elle à la hauteur ? Aux erreurs, lourdes de conséquences, commises jusqu’à mi-mars, s’ajoutent une inquiétante désinvolture face aux alertes de l’OMS et une communication incohérente. L’exécutif se révèle incapable de sortir de ses schémas de pensée.

« Rendre des comptes ». L’expression tourne et s’amplifie de jour en jour. Dans le brouillard de la situation actuelle, face aux contradictions et revirements de l’exécutif, ça bouillonne, ça s’enrage. Les plaintes se multiplient, déposées notamment par des soignants excédés. Fin mars, 79% des Français estiment que l’exécutif a trop tardé à prendre des mesures face à la crise [1]. À court d’arguments, nos dirigeants martèlent leurs éléments de langage, moulinant dans le vide des mots creux, appelant à l’union sacrée, fustigeant les polémiques, tentant vainement de justifier l’injustifiable.

Au-delà du froid décompte quotidien des décès, ce sont des hommes et des femmes qui meurent, coupés de leurs proches, dans des hôpitaux totalement dépassés, entourés de soignants à bout et sans doute pour longtemps traumatisés. Au-delà de la novlangue managériale qui justifie depuis plusieurs décennies la casse de l’hôpital, c’est une communauté de soignants qui se retrouve à faire des choix – qui va-t-on laisser mourir aujourd’hui. Ce sont des jeunes de vingt ans, élèves infirmiers, réquisitionnés pour être envoyés « sur le front » sans préparation, payés entre 28 et 50 euros par semaine, pour mettre des dizaines de corps dans des sacs mortuaires [2]. Ce sont des morts « évitables » qui ne pourront être évités, faute d’anticipation, en raison de choix politiques contestables. Une réalité qu’aucune communication politique ne pourra venir effacer. Résumé de ce fiasco, pour garder mémoire quand l’heure sera venue de rendre des comptes.

Pénurie de masques : non-assistance et négligence

Le plus évident, le plus visible : la pénurie de masques. Nous serions « en guerre », mais nous envoyons au front des soldats sans protection, et nous manquons chacun de la protection la plus élémentaire. Nous connaissons désormais la chronologie de cette débâcle, les responsabilités multiples dans l’effondrement des stocks stratégiques depuis 2011 (lire notre enquête). Le temps perdu au début de cette crise sanitaire laisse cependant perplexe : alors que le premier cas de Covid apparaît en France le 24 janvier, la Direction générale de la santé (DGS) demande à l’agence Santé publique France (SPF) d’acquérir fin janvier 1,1 million de masques FFP2 – ceux qui protègent les soignants et dont l’État n’a pas de stock stratégique. Le 7 février, elle passe à la vitesse supérieure et demande 28 millions de masques. 500 000 seulement seront reçus [3]. À cette époque, la DGS ordonne même de sortir des stocks 810 000 masques chirurgicaux pour les envoyer en Chine.

Des masques, au rythme actuel, il en faut 40 millions par semaine – et encore, cela ne suffit pas pour protéger tous les soignants [4]. Il faut pourtant attendre un mois, fin février, pour que le gouvernement passe une commande plus massive de près de 200 millions de masques FFP2. « Il n’y a pas de sujet de pénurie », déclare pourtant le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon.

Ce n’est que le 3 mars que le Premier ministre ordonne la réquisition de l’ensemble des stocks et productions de masques sur le territoire national, alors que les quatre entreprises françaises qui en fabriquent continuent d’exporter vers la Chine ou le Royaume-Uni. Des entreprises de secteurs « non essentiels » continuent pourtant d’utiliser des masques. Durant les trois premières semaines de mars, seuls 20 millions de masques importés seront livrés. Plutôt que de reconnaître ses erreurs et d’admettre la pénurie, le gouvernement s’enlise dans une communication obscène sur l’inutilité supposée des masques.

Du côté des masques chirurgicaux, la situation est critique. À l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (APHP), il ne reste plus que 294 000 masques en stock le 31 mars : « Le ratio des entrées et sorties sur les derniers jours montre la gravité de la situation : en trois jours, l’APHP a distribué 829 750 masques… et n’en a reçu dans le même temps que 7500 », décrit Mediapart.

Les conséquences sont lourdes, en premier lieu dans les hôpitaux qui tentent de gérer la pénurie – depuis le début de l’épidémie, 1200 salariés de l’APHP ont été contaminés par le Covid-19. Également pour les médecins en ville qui sont contaminés et risquent de contaminer leurs patients. Dans les maisons de retraite, qui accueillent 750 000 résidents et où les équipements manquent, les principales fédérations du secteur craignent 100 000 décès [5]. Conséquences aussi pour l’Aide sociale à l’enfance et ses 300 000 enfants suivis, totalement oubliée (lire ici). Ou pour les travailleurs du nucléaire, alors que dans les centrales les salariés, sans masques et sans gel hydroalcoolique, ne peuvent pas respecter les distances de sécurité (lire notre article). Pour tous les salariés des secteurs « essentiels » ou non, contraints de travailler, et de prendre des risques sanitaires, le manque de masques, voir de gel hydroalcoolique, revient à les mettre en danger. L’exemple le plus flagrant en est le géant Amazon (voir ce témoignage en vidéo), mis en demeure par le ministère du Travail. Faute de masques, on laisse aussi se multiplier les « clusters familiaux », avec des malades restés à domicile, sans protection, qui vont contaminer leurs proches.

Tests de dépistage : contradictions et manque de transparence

L’autre négligence évidente concerne les tests de dépistage, que l’OMS déclare indispensables. Sans tests, les soignants, les personnels des Ehpad continuent d’être contaminés et de contaminer. Sans dépistage systématique, aucune donnée fiable n’est possible, que ce soit sur la progression de la maladie, le taux de complication, de mortalité, le nombre de décès. Sans tests, difficile même de compter les morts du Covid-19, d’évaluer la situation critique que connaissent les maisons de retraite. Puis sans tests sérologiques, impossible aussi de dépasser le confinement.

Le gouvernement multiplie les revirements et les contradictions. « La France n’est pas visée » par la consigne de l’OMS, assure le directeur général de la santé Jérôme Salomon, le 17 mars. Le lendemain, le président du Conseil scientifique constitué par l’Élysée, Jean-François Delfraissy, affirme qu’atteindre un nombre massif de tests est « un enjeu majeur »… Après plusieurs semaines de tergiversation, la production de tests devient une priorité. Mais la pénurie de gants, de lunettes de protection, de masques, empêche les laboratoires de ville de pratiquer les prélèvements. Une partie des machines utilisées ne fonctionnent qu’avec le réactif de la même marque, ralentissant encore le processus (lire notre enquête). Dès le 12 janvier, les autorités chinoises avaient pourtant partagé avec le reste du monde la séquence génétique complète du virus, permettant la fabrication de tests de dépistage.

On nous aurait reproché de dilapider l’argent public, si ces dépenses avaient finalement été inutiles, pointe l’exécutif, cherchant la parade. Un argument peut-être entendable si, depuis le début de son mandat, ce gouvernement n’avait pas multiplié les cadeaux aux plus riches.

Casse de l’hôpital public, délocalisations : la faillite des schémas de pensée néolibéraux

Ce qui rend la situation critique, ce sont bien évidemment aussi ces quatre décennies « d’austérité » imposées aux hôpitaux français. En 20 ans, plus de 60 000 places d’hospitalisation à temps complet (« lits ») ont disparu – dont près de la moitié en médecine et chirurgie (lire ici). Les hôpitaux publics sont passés de près de 400 000 lits en 1981 à moins de 260 000 en 2011. Après une année de grèves et de mobilisations pour alerter sur le manque criant de moyens de l’hôpital public, les quelques mesures promises par l’exécutif paraissent bien dérisoires. Le comble du cynisme ? Le 8 janvier 2020, Brigitte Macron lance une opération « pièces jaunes » pour aider les hôpitaux.

Dans son discours du 25 mars, Emmanuel Macron promet aux soignants : « Les heures supplémentaires que vous effectuez vont être majorées et vous aurez une prime exceptionnelle. Après la crise, un plan massif d’investissements et de revalorisation des carrières sera construit pour notre hôpital. Nous vous le devons ». Quelques semaines plus tôt, ces mêmes soignants étaient malmenés, frappés et gazés par les forces de l’ordre. Alors qu’ils manifestaient pour demander des moyens, non pour eux, mais pour l’hôpital, en tant que bien public. Pendant que nos dirigeants successifs ont créé cette impuissance de l’hôpital à faire face aujourd’hui. Mais depuis le début de la crise sanitaire, aucun mea culpa, aucun mot de l’exécutif pour admettre qu’il aurait dû écouter les alertes que les soignants martèlent depuis des années, que leur inquiétude était légitime, leur mobilisation nécessaire.

On pourrait aussi parler du manque de moyens du secteur de la recherche, du fait du désengagement de l’État (lire ici). Et de ces autres secteurs-clés comme la production de médicaments, totalement délocalisés, sapant notre capacité de réaction. On connaît l’histoire du paracétamol, aujourd’hui importé à 100 % d’Asie, depuis la fermeture en 2008 de la dernière unité de production européenne, détenue par Rhodia (lire notre enquête). On découvre aujourd’hui que nous manquons de tout, et surtout de l’essentiel : ce qui inquiète actuellement les soignants, c’est la menace d’une pénurie de certains sédatifs et anti-douleurs utilisés notamment en réanimation ou pour l’intubation des patients en insuffisance respiratoire.

« Les services hospitaliers sont aujourd’hui contraints d’utiliser « avec parcimonie » et « frugalité » certains médicaments tels que la morphine ou de rationner l’usage des curares. Cette situation dramatique est une atteinte à la sécurité sanitaire des personnes et à leur vie », dénoncent des collectifs de soignants. Certains antibiotiques sont aussi en tension, ainsi que des médicaments pour des malades chroniques. La France est totalement dépendante de ses importations. Pourquoi ces délocalisations ? Pour que quelques multinationales maximisent leurs profits, sans que les pouvoirs publics n’y trouvent rien à redire, malgré les risques évidents concernant l’approvisionnement de ces produits de première nécessité en situation de crise.

Désinvolture de nos dirigeants face aux alertes de l’OMS et des scientifiques

Pour mesurer l’ampleur des insuffisances du gouvernement, il faut faire un détour par l’information scientifique à disposition tout au long de cette crise [6]. Fin janvier, l’OMS considère le nouveau coronavirus comme une « urgence de santé publique au niveau mondial ». Dix-huit pays sont déjà concernés. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, déclare le 24 janvier que le virus ne nous concerne pas – il s’arrêtera sans doute à la frontière. Le 5 février, un article de la revue de référence Science évoque le fait que 20 % des personnes infectées souffrent de formes graves de la maladie, nécessitant une hospitalisation. Il souligne ainsi la probable pression sur les systèmes de santé qui en découlerait. Le 11 février, Science alerte sur la possible pénurie de tests de dépistage.

Tout cela semble bien secondaire pour le gouvernement. Mi-février, Agnès Buzyn quitte son ministère, pour mener campagne électorale à Paris, en remplacement de Benjamin Griveaux. Le Premier ministre Edouard Philippe se lance lui aussi dans la bataille électorale, au Havre. Le 25 février, un autre article de Science estime que « tout est question de vitesse » dans la mise en place de mesures préventives.

Le 28 février, l’OMS publie un rapport sur la stratégie chinoise, montrant que seule la mobilisation de toute la société permet de vaincre l’épidémie. Le lendemain, un Conseil des ministres exceptionnel lié à la crise du coronavirus se tient enfin à l’Élysée. A part l’annulation des rassemblements de plus de 5000 personnes en milieu confiné, aucune mesure nationale n’en sortira. « L’enjeu est de gagner du temps pour mieux se préparer », explique le gouvernement, sans donner de détails sur ce que signifie « se préparer ». Visiblement, d’autres sujets sont bien plus prioritaires : c’est le moment choisi par l’exécutif pour annoncer le recours au 49-3 pour faire passer la réforme des retraites. Alors qu’un krach boursier menace, envisager une réforme qui encourage la capitalisation des retraites, donc le recours aux fonds de pension, éclaire sur la très grande lucidité de l’exécutif.

De cette période restent en mémoire les images du couple Macron exhortant le 6 mars les Français à sortir au théâtre : « La vie continue. Il n’y a aucune raison, mis à part pour les populations fragilisées, de modifier nos habitudes de sortie ». Et la décision, inconcevable aujourd’hui, de maintenir les élections, après avoir ordonné la veille la fermeture des commerces et lieux publics – la France compte alors 127 morts recensés. Le 19 mars, après des déclarations fracassantes de l’ex-ministre de la Santé, des médecins portent plainte contre Agnès Buzyn et Édouard Philippe, les accusant de s’être abstenus « volontairement de prendre ou de provoquer les mesures permettant […] de combattre un sinistre de nature à créer un danger pour la sécurité des personnes ».

« On ne peut pas dire qu’il y a eu un défaut d’anticipation de cette crise, bien au contraire », annone la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, sur CNews le 23 mars. Deux jours plus tard, le Collectif Inter-Urgences dépose une plainte contre X, pour « abstention volontaire de prendre les mesures visant à combattre un sinistre », « homicide involontaire », « mise en danger délibérée de la vie d’autrui », dans l’objectif d’accélérer la prise de décision du gouvernement pour une livraison urgente de matériel médical.

Durant toute cette période, pas une décision politique n’a été « contraire aux choix des scientifiques », se défausse le gouvernement. « Les anthropologues, sociologues et historiens vont avoir la tâche très intéressante d’analyser, dans les années qui viennent, le fiasco qu’a été la gestion de la crise actuelle en particulier en France, en matière d’information scientifique, analyse l’historien des sciences biologiques Laurent-Henri Vignaud (lire notre entretien). Le système de défense des responsables politiques consiste aujourd’hui à déclarer : « Les scientifiques nous disent que… « . Mais les médecins n’ont pas à s’exprimer sur la fermeture ou non des frontières avec les conséquences économiques que cela implique ! (…) Les politiques ont raison de demander leur avis aux médecins, mais cela ne suffit pas. Une décision politique ne se résume pas à une estimation d’experts. »

Renvoyer à la responsabilité individuelle pour mieux dissimuler la débâcle politique

La chute est rude. « Sans prévenir, les corps souriants qui dansaient frénétiquement de réforme en ordonnances, ont été contraints de dessaouler plus tôt que prévu », commente le blog Les infiltrés tenu par des hauts-fonctionnaires opposés aux dogmes néo-libéraux. Emmanuel Macron, droit dans son nouveau costume de chef de guerre, tente se sauver ce qui peut l’être. Le discrédit de l’exécutif se ressent jusque dans sa communication : ton professoral voire paternaliste, argumentations alambiquées et injonctions contradictoires ajoutent à la confusion. On peut aller voter mais pas se réunir, on doit se protéger mais sans avoir le matériel sanitaire adéquat, on est prié de rester chez soi mais de continuer à aller travailler y compris pour des secteurs non essentiels. Des salariés doivent se rendre sur leur lieu de travail, alors que leurs employeurs ne respectent pas les consignes sanitaires – pour cause, entre autres, de pénurie d’équipements de protection. Les entreprises sont appelées à prendre des mesures de prévention, impossibles dans certains secteurs, et la ministre du Travail Muriel Pénicaud, déconnectée de la réalité, fustige le « défaitisme » des entreprises du BTP.

L’État qui s’affirme dans toute sa force, c’est l’État sécuritaire et néolibéral, autant que l’État-providence. Emmanuel Macron choisit le discours martial mais aussi la culpabilisation. Un ton moralisateur, infantilisant, pointant les responsabilité des autres pour mieux faite oublier la sienne. « Une des stratégies les plus efficaces mises en œuvre dans toute situation d’urgence par les pouvoirs forts consiste à culpabiliser les individus pour obtenir d’eux qu’ils intériorisent la narration dominante sur les événements en cours, afin d’éviter toute forme de rébellion envers l’ordre constitué », rappelle Marco Bersani, responsable d’Attac Italie. On met le projecteur sur ceux qui ne se plient pas comme ils le devraient au confinement, resquilleurs, semeurs de virus qui trainent dans la rue – parfois parce qu’ils y vivent –, pour mieux détourner le regard et la colère. « Cette chasse moderne, mais très ancienne, au semeur de peste est particulièrement puissante, car elle interfère avec le besoin individuel de donner un nom à l’angoisse de devoir combattre un ennemi invisible ».

« Je suis en colère et j’ai la rage, quand ils défilent dans les médias, tempête un psychologue de l’hôpital de Mulhouse, toujours pour nous parler d’une situation dont ils sont un facteur aggravant, toujours pour pérorer sur la citoyenneté, sur le risque de récession, sur les responsabilités des habitants, des adversaires politiques, des étrangers… Jamais pour nous présenter leurs excuses, implorer notre pardon, alors même qu’ils sont en partie responsables de ce que nous vivons. (…) Je suis en colère et j’ai la rage, en pensant à toutes ces familles qui vivront avec la terrible douleur d’un deuil impossible, d’un adieu impossible, d’une justice impossible. »

Lire la suite sur Bastamag

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

tepavac // 16.04.2020 à 08h09

« Je suis en colère et j’ai la rage, quand ils défilent dans les médias, tempête un psychologue de l’hôpital de Mulhouse, toujours pour nous parler d’une situation dont ils sont un facteur aggravant, toujours pour pérorer sur la citoyenneté, sur le risque de récession, sur les responsabilités des habitants, des adversaires politiques, des étrangers… Jamais pour nous présenter leurs excuses, implorer notre pardon, alors même qu’ils sont en partie responsables de ce que nous vivons. (…) Je suis en colère et j’ai la rage, en pensant à toutes ces familles qui vivront avec la terrible douleur d’un deuil impossible, d’un adieu impossible, d’une justice impossible. »

tout est dit du sentiment de bien des personnes

146 réactions et commentaires

  • Dbon // 16.04.2020 à 07h45

    Il n’y a rien contre Raoult aujourd’hui.? Je suis déçu !
    Selon nos médias ce serait lui qui a convaincu Macron d’ouvrir les écoles, car l’épidémie baisse à Marseille! ce n’est pas le MEDEF! pour envoyer les gens au boulot coûte que coûte.
    Un effort que diable OB! Mettez ça aussi sur le dos de Raoult

      +45

    Alerter
    • Euls // 16.04.2020 à 09h39

      « Gloire à notre lumière parmi les lumières,
      saint Rahoult
      Le seul phare éclairant cette crise
      Grand enchanteur du Sud
      Pourfendeur du grand Pangolin ailé
      Qu’il nous inonde de sa panacée tonique ! »

        +20

      Alerter
      • Fritz // 16.04.2020 à 11h59

        Mais il connaît pas Raoult ce mec !

          +13

        Alerter
        • tepavac // 16.04.2020 à 13h22

          Puisque nous sommes dans l’extravagance de l’humour noir;
          https://pbs.twimg.com/media/EUidCLwXsAg7LZL?format=jpg&name=900×900

            +6

          Alerter
          • Euls // 16.04.2020 à 17h21

            Raoult a fait un coup d’État ? J’imagine que certains s’y verraient bien en effet, quoi de mieux que Panoramix pour des Gaulois affolés ?

              +3

            Alerter
            • tepavac // 16.04.2020 à 20h06

              Ouais bah vivement que l’école reprenne et que les mômes retournent s’amuser dans les cours.

                +3

              Alerter
    • Marco // 17.04.2020 à 01h22

      Voilà, il est là, le pavé dans la mare de la suffisance !

      https://m.facebook.com/groups/295594234737553/permalink/308482660115377/

        +2

      Alerter
    • Océan de sagesse // 17.04.2020 à 06h57

      L imbécilité des adeptes de la nouvelle secte est sans limites , pourquoi vous faites vous du mal en fréquentant encore ce site ?
      Qui est le médisant ?

        +2

      Alerter
    • Le Minotaure // 17.04.2020 à 11h02

      Article sur Raoult : scandaleux cet acharnement sur Raoult !

      Article sur un autre sujet que Raoult : premier commentaire consacré à Raoult.

        +4

      Alerter
  • Bigtof // 16.04.2020 à 08h00

    Excellent récapitulatif. Très utile pour mémoriser.
    Il faudrait rajouter (liste non exhaustive..) :
    – le refus de nationaliser l’usine de bouteilles d’oxygène qui a fermé définitivement le 21 janvier dernier par Le Maire et qui nous condamne à importer
    – l’interdiction administrative faite à un labo CNRS-CHRU de Lille de produire des tests
    – pareil pour l’usine de test des Pyrénées appartenant à Sanofi
    – le refus de réquisition des cliniques privées dans les régions en souffrance

    Merci d’ajouter tout ce dont vous vous rappeler…

      +63

    Alerter
    • Chris // 16.04.2020 à 16h29

      Une vidéo qui résume très bien le sujet :
      La gestion désastreuse du Covid19
      https://www.youtube.com/watch?v=cIGzTA7-Gh4

      Disons que ça va avec le reste !

        +4

      Alerter
    • TZYACK // 16.04.2020 à 21h34

      Tout se passe comme si le gouvernement souhaite atteindre au plus tôt une immunité collective de la population sans saturer les hôpitaux.

        +5

      Alerter
    • Locksman // 16.04.2020 à 23h50

      Ca ne fait peut être pas consensus mais le refus de fermer les frontières dès le début de l’épidémie est une faute lourde à mon sens.
      Taïwan n’a pas hésiter à fermer ses frontières et on voit la différence.
      A vrai dire quand macron à refuser de fermer les frontières, par aveuglement idéologique, j’ai compris que la France était foutur…

        +3

      Alerter
      • Diogène // 17.04.2020 à 17h22

        « Taïwan n’a pas hésiter à fermer ses frontières ». En y amarrant des péniches?
        Et vos frontières avec la connaissance de la géographie, vous feriez bien de les rouvrir toutes affaires cessantes.

          +0

        Alerter
        • Véro // 21.04.2020 à 18h49

          Il y a aussi des frontières à Taïwan. Le fait que ce soit une île n’a aucune importance.

            +0

          Alerter
    • Dominique65 // 17.04.2020 à 11h37

      « il faudrait rajouter… » l’interdiction aux vétérinaire de tester.

        +1

      Alerter
  • tepavac // 16.04.2020 à 08h09

    « Je suis en colère et j’ai la rage, quand ils défilent dans les médias, tempête un psychologue de l’hôpital de Mulhouse, toujours pour nous parler d’une situation dont ils sont un facteur aggravant, toujours pour pérorer sur la citoyenneté, sur le risque de récession, sur les responsabilités des habitants, des adversaires politiques, des étrangers… Jamais pour nous présenter leurs excuses, implorer notre pardon, alors même qu’ils sont en partie responsables de ce que nous vivons. (…) Je suis en colère et j’ai la rage, en pensant à toutes ces familles qui vivront avec la terrible douleur d’un deuil impossible, d’un adieu impossible, d’une justice impossible. »

    tout est dit du sentiment de bien des personnes

      +90

    Alerter
    • Arcousan09 // 16.04.2020 à 10h00

      A la télévision ils nous ont montré New York avec une tranchée creusée au bulldozer dans laquelle ils entassent les cercueils …
      Voilà ce qui vous attend … dit en filigrane … afin de maintenir la pression sur les cervelles …
      La société a quand même évolué dans le bon sens … puisqu’ils ne sont pas allé jusqu’aux tranchées d’Auschwitz …. dans les tranchées les corps étaient nus .
      En macronie si vous décédez du covid vous serez enterré comme … un chien … et encore
      Radieuse cette société ….. Non ???

        +8

      Alerter
      • Phil // 16.04.2020 à 18h56

        C’est depuis 1845 que cette ile sert de cimetière ou fosse commune pour les morts non réclamés. Ils ont 7 fois plus de clients en ce moment.
        Ce sont des pauvres, aux USA il n’est pas bon être pauvre et malade.

          +7

        Alerter
    • Narm // 16.04.2020 à 10h10

      pas tous
      https://www.youtube.com/watch?v=QE-fLMuBHSo
      assemblée Nationale 19/07/2017 s’adressant aux députés en marche :

      « vos soupirs quand on vous parle du personnel soignant, c’est juste abject ! »

      Caroline Fiat, députée France Insoumise, interroge en commission des affaires sociales, la ministre de la santé Agnès Buzyn, le 12 octobre 2018 à l’Assemblée nationale.
      https://www.youtube.com/watch?v=4L8oua9zq04

      https://www.youtube.com/watch?v=VEc4oC7Ejl0&feature=youtu.be&t=383

      https://www.youtube.com/watch?v=8U16bZcnDfY
      et il n’était pas le seul

      TOUT était écrit
      il s’agit d’une volonté d’un gouverne ment et d’une assemblée verrouillée

        +12

      Alerter
      • calahan // 17.04.2020 à 13h51

        il n’est pas bon être insoumis, français ou pas dans la société marchandise que ne fait que croitre, hallucinée par la déesse croissance et sa main invisible qui régule tout !

        Nous sommes gouvernés par des illuminés.

        L’obscurantisme économique me rappelle celui du religieux (par exemple comment peut on encore croire que Dieu aurait créé le monde en 7 jours quand on sait que la vie sur terre a au moins 3 milliards d’années et c’est pareil pour toutes les religions, un tissu de bêtises et c’est pareil pour l’économie) des affabulateurs aux manettes qui pérorent et abusent du sophisme, irresponsables, aucune intuition, leur dieu argent les a soumis et trahi.

        Et dire que les compagnies aériennes sont en pleine déconfiture parce personne ne peut aller regarder les pandas à l’autre bout du monde !

        Les usines ne produisent rien, ça tombe bien le rien on en a pas besoin, de l’eau, de la nourriture de l’électricité et ça suffit….ah ouai mais y’ a le boulot, l’esclavage moderne, le truc qui serait une raison de vivre.

        Illuminés ou lobotomisés, choisissez vôtre camp… . Ouai ça sert surtout à payer les factures et souvent à remplir les poches de ceux qui ne font rien au détriment de ceux qui ne sont rien.

          +1

        Alerter
  • Anouchka // 16.04.2020 à 08h25

    « Les alertes de l’OMS »
    Ben justement, l’OMS a beaucoup tardé pour alerter. Elle avait clairement dit par exemple que la fermeture des frontières n’était pas une solution pour lutter contre l
    ´épidémie

      +29

    Alerter
    • patrick // 16.04.2020 à 10h03

      tout à fait , l’OMS a eu une action plutôt nuisible dans la gestion de cette crise.
      On peut d’ailleurs se poser la question de l’utilité du « machin » ( l’ONU) et des ses filiales.

        +15

      Alerter
      • Chris // 16.04.2020 à 16h33

        L’OMS, c’est ça :
        https://reseauinternational.net/peut-on-faire-confiance-a-loms/
        Cependant, faut-il accuser cette institution internationale au prétexte que la Chine a fait face à tâtons et de manière responsable et courageuse économiquement parlant, alors que l’Occident, champion des délocalisations à tout va y compris stratégiques, est infoutu d’appliquer ses recommandations en cas de pandémie, ni de s’inspirer de l’expérience asiatique. Une stupide arrogance soutenue par la cupidité.

          +10

        Alerter
      • Christian // 16.04.2020 à 16h34

        Ah l’OMS, le bouc émissaire bien trouvé par Trump (qui en pleine crise lui coupe son budget), l’excuse de Macron (j’ai réagi bien avant que l’OMS ne sonne le tocsin)…

        En quoi l’action de l’OMS a t’elle été nuisible?

        Parce qu’elle alertait clairement le 31 Janvier que « la flambée de 2019-nCoV est une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) »?
        http://www.euro.who.int/fr/health-topics/health-emergencies/pages/news/news/2020/01/2019-ncov-outbreak-is-an-emergency-of-international-concern

        PS à ceux qui vont me répondre que l’OMS est noyautée par big pharma et par la Chine, je le sais déjà, je pose simplement une question, en quoi l’action de l’OMS, dans cette crise, a t’elle été nuisible?

          +10

        Alerter
        • Julie // 16.04.2020 à 19h46

          Il y a 2 jours, l OMS réitérait ses conseils élémentaires:
          la quarantaine c est pour les positifs, pour éviter de mélanger les porteurs et les non-porteurs (comme on le fait en laissant travailler dans les Ehpad des gens qu’on a même pas testé!!)
          et il faut (fallait) faire l’histoire des cas
          tout a été fait pour aller vers cette catastrophe gériatrique (idem en Belgique, Pays Bas, Angleterre et Québec, sans oublier US bien sûr).
          Le problème c est que l’OMS ne fournit pas sur son site un transcript de ses conférences quotidienne, don en visitant juste le site on a effectivement une impression d’indigence.

            +1

          Alerter
    • Eric83 // 16.04.2020 à 10h27

      Il n’y a pas que l’OMS. En France, Yazdan Yazdanpanah, infectiologue, directeur à l’Inserm et membre du conseil scientifique de Macron passait de média en média pour dire l’épidémie n’arriverait pas en France, qu’il y aurait peut-être un cas qui pourrait arriver…

      Très mauvaise prédiction d’autant que lui-même,Yazdan Yazdanpanah, a été infecté et manifestement dans une forme sévère de la maladie.

      https://fr.sputniknews.com/france/202003291043421603-il-ny-aura-pas-depidemie-en-france-car-on-est-prepares-assurait-un-membre-du-conseil-scientifique/

      https://www.liberation.fr/france/2020/04/14/medecin-touche_1785188
      Bizarrement, seul « Libé » a communiqué sur cette information.

      N’est-il pas étonnnant que les médias MSM n’aient pas relayé en boucle que cet éminent chercheur, membre du cs de Macron, avait contracté le Covid19 et se soit retrouvé sous assistance respiratoire ? A-t-il essayé le traitement du Dr Raoult ou l’a-t-il ignoré ?

        +33

      Alerter
      • tepavac // 16.04.2020 à 13h27

        Les médias ne peuvent raisonnablement incriminer une personne d’un acte qu’ils ont eux-même fait la promotion. D’où leur silence.

          +12

        Alerter
      • Euls // 16.04.2020 à 17h24

        Un peu comme Raoult qui évoquait une petite gripette sans gravité il y a quelques semaines. Comme quoi, il ne faut pas croire automatiquement les figures d’autorité sans éléments solides…

          +5

        Alerter
    • Pegaz // 16.04.2020 à 11h12

      1) Dans ce cas L’OMS n’a pas de pouvoir décisionnel, elle émet des recommandations, c’est aux états qu’il revient de décider, d’anticiper et d’organiser. Chacun avaient accès aux informations et chiffres venant de Chine. Pour les chiffres de la semaine précédent sa déclaration d’urgence de santé publique internationale le 30 janvier : C+ confirmé / décédé
      830 / 25 – 1297 / 41 – 1985 / 56 – 2761 / 80 – 4593 / 106 – 5997 / 132 – 9720 / 213
      Sans parler des cas suspectés et sévères, la mortalité double tout les 2 jours !
      2) L’OMS et sa dépendance financière impacte ces choix politiques et priorités sanitaires.
      https://www.rts.ch/info/economie/8660012-les-genereux-donateurs-de-l-oms-orientent-ils-sa-politique-.html
      3) Les frontières… le virus privilégie le transport aérien. Une carte en milieu de document l’illustre parfaitement.
      https://laviedesidees.fr/Covid-19-chronique-d-une-emergence-annoncee.html
      4) Au lendemain de la déclaration de l’OMS, le 31 janvier 106 cas touchant 19 pays
      https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/situation-reports/

        +13

      Alerter
      • tepavac // 16.04.2020 à 13h39

        « Les frontières… le virus privilégie le transport aérien. Une carte en milieu de document l’illustre parfaitement. »

        Il est clair, que les pays les plus touchés sont ceux dont les populations voyages le plus.
        Nous pouvons remarquer, que dans les régions et les pays où le sédentarisme économique est le plus fort, la contagion est aussi la plus faible.

        Face à toutes ces informations, il est évident que les états vont prendre des mesures drastiques contre la liberté de déplacement entre nations. Le « permis à point de circuler » devrait vite voir le jour, dument muni d’un certificat séronégatif, d’un masque, d’une paire de gants et d’un outil de traçage en temps réel.

        Si quelqu’un pense que j’exagère, hé bien soyez certain que je serais heureux qu’il ait raison.

          +10

        Alerter
    • Pegaz // 16.04.2020 à 11h55

      OMS 29 janvier – Conseils sur le port du masque dans les espaces collectifs, lors des soins à domicile et dans les établissements de santé
      https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/330998/WHO-nCov-IPC_Masks-2020.1-fre.pdf
      OMS 30 janvier – Déclaration d’urgence de santé publique internationale
      OMS 16 mars – Comme je ne cesse de le dire, tous les pays doivent adopter une approche globale.
      Mais pour prévenir les infections et sauver des vies, le moyen le plus efficace est de briser les chaînes de transmission. Et pour cela, il faut dépister et isoler.
      Vous ne pouvez pas combattre un incendie les yeux bandés. Et nous ne pouvons pas arrêter cette pandémie si nous ne savons pas qui est infecté par le virus.
      Nous avons un message simple pour tous les pays : testez, testez, testez.
      Testez tous les cas suspects.
      https://www.who.int/fr/dg/speeches/detail/who-director-general-s-opening-remarks-at-the-media-briefing-on-covid-19—16-march-2020

        +13

      Alerter
    • antoniob // 16.04.2020 à 22h42

      atermoiement ou pas de l’OMS, le 30 janvier, lorsqu’ils ont prononcé le risque, les pays frontaliers de la Chine ont fermé et/ou filtré leurs frontières et mis en place des mesures.
      Tout l’air que peuvent brasser ceux qui cherchent à botter en touche pour détourner l’attention, ne tient pas face aux faits de pays tels la Corée ou le Vietnam, qui ont pris au sérieux les chinois.
      Le Vietnam est à peine affecté, alors que la France faute de moyens médicaux en est à perfuser les vieux atteints dans les maisons de retraite, pour les faire mourir en léthargie sédative, et à confiner tout le pays car incapable de cartographie l’épidémie car pas de moyens de tests.

      L’attitude des dits « Occidentaux » est simplement d’avoir considéré la Chine comme un tas de pouilleux qu’on ne peut pas prendre au sérieux.
      Lorsque le cluster de Lombardie s’est mis en place, il n’y a eu aucune coordination européenne.
      L’UE est souvent posé comme une entité unitaire, or là chacun a joué dans son coin et en tirant le tapis sous les pieds de l’autre.
      Si l’UE avait un souçi communautaire il y aurait au moins eu une force d’intervention pour contenir la pandémie en Lombardie. Car à l’échelle d’un pays, c’est bien ce que la Chine a fait avec le Hubeï et la ville de Wouxan. A défaut de containment, organiser la prophylaxie au niveau communautaire. Mais rien de rien de rien du tout.

        +11

      Alerter
  • Urko // 16.04.2020 à 08h35

    Il y a des choix que l’on pourra pardonner au gouvernement car chacun comprend qu’il lui fallait décider vite, sans disposer de beaucoup d’informations, qui plus est sur un domaine de compétences qui lui reste étranger ; il devra en revanche rendre des comptes sur d’autres décisions désastreuses qu’un soupçon de logique et un peu moins d’idéologie suffisaient à éviter. La communication, bon… ne tirons pas sur l’ambulance. Le pire provient des admonestations de Narcisse à la population qu’il tancait pour l’insouciance qu’il avait lui-même prônée : qu’un dirigeant commette des erreurs, soit, on a eu le temps de s’y habituer, mais qu’il s’en defausse sur ses administrés et qu’il les enguirlande, voilà qui s’avère exécrable et inquiétant.

    Reste un point plus important : l’œuvre collective de désarmement sanitaire et industriel menée par nos gouvernants actuels et passés, qui ont au fond appliqué la même politique, ou plutôt, l’ont laissée appliquer. Cela constitue un phénomène plus structurel et qui invite à rejeter non pas ce gouvernement là, mais tout le personnel politique (éditorialistes inclus) se réclamant du principe ayant mené à ce désarmement : l’abdication devant la mondialisation quand il ne s’agissait pas de complicité pure et simple avec ceux en tirant profit. La libre circulation de la main d’œuvre la moins onéreuse, de l’outil de travail vers cette main d’œuvre moins onéreuse, donc des marchandises et des capitaux, a mis des pans entiers des sociétés occidentales à genoux et maintenant, du fait du sars cov2, on ne peut plus le nier. C’est cela l’essentiel

      +44

    Alerter
    • Véro // 16.04.2020 à 15h31

      Il s’agit même de la mise en place volontaire de la mondialisation, pas seulement de complicité, encore moins d’abdication. L’UE a été faite pour ça, sous’l’impulsion des USA. La mondialisation est la création des dirigeants des Etats occidentaux, une entreprise concertée par eux pour satisfaire les besoins de leurs multinationales et de leurs banquiers, et bien sûr sans aucun égard pour la sécurité des populations, que ce soit sur le plan economique ou sur le plan sanitaire.

        +12

      Alerter
      • Urko // 16.04.2020 à 23h27

        Création américaine, oui. Relayée par l’UE, conçue dans ce seul vrai but, oui. De là à y voir un complot ourdi depuis le début dans ses moindres détails, non.

          +2

        Alerter
        • Dominique65 // 17.04.2020 à 11h47

          Qui, à part toi y voit « un complot ourdi depuis le début dans les moindres détails » ?

            +1

          Alerter
          • tepavac // 17.04.2020 à 14h15

            Vous avez raison, c’est pas un complot, c’est seulement l’application d’un programme imaginé en 1942, exposé à l’exposition universelle à Paris sous l’occupation, approuvé par nos amis de la maison blanche dès 45 et méthodiquement développé par les successifs traités, Rome, Maastricht, Schengen et Lisbonne.

            Le complot suppose que les intrigants aient caché des informations capitales aux populations, comme par exemple la perte de la souveraineté monétaire, législative, militaire, économique ou de police.
            1- pour la monnaie c’est clair nous n’avons plus le droit d’émettre.
            2- la Déclaration de 1789, ne peut plus être appliqué dans sa totalité.
            3- les traités et les directives sont supérieurs à nos lois
            4- ……

              +4

            Alerter
        • Véro // 17.04.2020 à 15h59

          Pourquoi parlez-vous de complot ? Vous pensez que c’est un complot ?

            +1

          Alerter
    • Karine // 16.04.2020 à 22h22

      Je placerai assez haut dans la liste la tenue des élections municipales, incompréhensible… et avec beaucoup de conséquences pour les élus et les personnes ayant voté.
      Dans notre campagne reculée, ce dimanche là, nous ne sommes pas allés voter pour cause de virus; mais nous avons vu de nombreuses personnes âgées se déplacer, car voter pour son maire, c’est important!
      Vu le niveau d’information qu’on avait à ce moment-là, c’est criminel de les avoir maintenues, ces élections. Mais y-aura-t-il un jour un bilan? 🙁

        +6

      Alerter
      • Dominique65 // 17.04.2020 à 11h51

        Le bilan, notre, Président vient de le faire : il a estimé que ce sont les sorties au resto qui ont provoqué l’épidémie, et non les élections. Si Jupiter le dit…

          +3

        Alerter
  • jean-pierre Georges-pichot // 16.04.2020 à 08h37

    En décrivant nos maîtres comme irresponsables et inefficaces, on ne risque pas de se tromper de beaucoup. Cette chronologie de la bêtise et du mensonge est utile. Mais on ne m’ôtera pas de l’idée que l’épidémie est un prétexte. Il y a aussi de l’intelligence, des objectifs et des résultats derrière toute cette apparente irrationalité.

      +54

    Alerter
    • Eric83 // 16.04.2020 à 10h09

      Rappelons-nous les paroles d’Etienne Chouard qui alerte sur les politiciens depuis des années.

      Ceux qui arrivent au somment sont les meilleurs menteurs.

      Les politiciens ne sont pas incompétents,ils sont intelligents et corrompus.
      Ils font leur job parfaitement contre l’intérêt général pour les riches qui les ont portés au pouvoir pour çà.

      Dire qu’ils sont incompétents empêche de diagnostiquer la TRAHISON.

        +63

      Alerter
      • L’illustre inconnu // 16.04.2020 à 13h29

        Et par pur hasard bien entendu, il faudra « remercier » Sarkozy d’avoir supprimer le crime pour haute trahison.

          +13

        Alerter
        • Veloute // 16.04.2020 à 20h43

          @L’illustre inconnu,
          La haute trahison a disparu en février 2013, sous Sarkozy, de la Constitution. En effet. La notion n’a pas pour autant disparu du Code pénal, sous d’autres appellations.
          L’article 68 de la Constitution dans sa rédaction actuelle dispose néanmoins que « le Président de la République ne peut être destitué qu’en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat. »
          Cet énoncé est suffisamment assez large pour englober la trahison. Il est suffisamment assez vague pour ne sache pas bien ce qu’il pourrait recouvrir, je l’admets aisément.

          A titre informel, les motifs présidant au retrait de la notion de « haute trahison » de la Constitution sont exposés dans le rapport sur le projet de loi constitutionnelle du 31 janvier 2013 : https://www.senat.fr/rap/l06-194/l06-1943.html

          C’est un peu plus compliqué que de simplement mettre le Président à l’abri de telle accusations.

            +1

          Alerter
          • Dominique65 // 17.04.2020 à 14h31

            Il peut être destitué. C’est une autre chose qu’être jugé pour haute trahison.

              +2

            Alerter
      • Urko // 16.04.2020 à 23h29

        Ne jamais négliger la part d’incompétence. Ce sont des êtres humains.

          +1

        Alerter
    • pseudo // 16.04.2020 à 10h16

      de l’intelligence impropre. https://www.les-crises.fr/rapport-special-les-modelisations-de-la-reaction-mondiale-au-covid-19/

      dépenser autant d’énergie à couper les cheveux en quatre pour compter les morts, c’est affligeant. C’est l’anti raison d’être d’une société. Une société arrivé à ce genre de calcul est en phase terminal.

      Il n’y avait qu’a faire des relevés de la situation, des chiffres fournis par les états pour constater qu’on courrait de toutes façons à la catastrophe.

      Une exponentielle submerge tout système conçu pour fonctionner au minima des besoins, hors c’est un moyen du capitalisme pour atteindre ses objectifs de « rentabilisation », que tout les systèmes fonctionnent au minima de leurs besoins pour en réduire les coûts.

        +7

      Alerter
  • UnJournaliste // 16.04.2020 à 08h50

    Je n’en peux plus de ces éditorialistes, politiques (peu il faut le reconnaître), consultants-experts de tout et de rien, y compris des médecins, qui font le tour des plateaux de télévision pour parler d’un confinement qu’ils ne respectent pas. J’aimerai bien voir leur attestation de déplacement dérogatoire et leur arguments d’activités « ne pouvant pas être organisées sous forme de télétravail ». Il y a des amendes de 135 euros qui se perdent pendant que nous, sommes assignés à résidence dans des conditions plus restrictives que les délinquants multirécidivistes avec un bracelet électronique il faut le rappeler.

      +39

    Alerter
    • Savonarole // 16.04.2020 à 14h15

      Les Français seront restés en détention plus longtemps que Balkany. Pourtant, nous on tape pas dans la caisse : on y met les sous.

        +22

      Alerter
  • wuwei // 16.04.2020 à 08h57

    Il y a un peu plus d’un mois cette clique de neuneus traitaient de fascistes ceux qui osaient émettre l’idée que quand même faudrait, peut-être, un petit peu fermer les frontières si le virus était si dangereux. 28 jours plus tard, alors qu’ils se font pipi dessus (et oui, c’est pas de chance, le virus touche aussi les classes supérieures) ils en sont réduits à pondre sur une base quotidienne des attestations minables qui vont en venir à se contredire les unes avec les autres.
    Devant ce niveau d’incompétence n’importe quel stock manager aurait déjà été licencié depuis 3 semaines pour faute grave.
    Quant au chef, l’androïde obsolète, le Clémenceau des jardins d’enfants, le Churchill des bals des débs ? Il décide de déclarer une guerre sans munition. Ce fut une option risquée. La guerre de la crédibilité, il l’a déjà perdue. Chef de guerre ? Le mec n’est pas capable d’ouvrir une boite de petits pois sans se casser les deux bras et tout ce qu’il a su produire en un mois de paralysie de l’activité, c’est trois types d’attestation dérogatoire différentes. Napoléon serait jaloux devant tant d’audace, d’inventivité et d’ardeur au combat.

      +64

    Alerter
    • Vlad // 16.04.2020 à 09h44

      Lors de sa première allocution M. Macron a dit qu’il ne fallait pas sombrer dans un repli nationaliste lorsque était évoquée l’éventualité d’une fermeture (filtrage en réalité) des frontières….
      M. Macron a mis en avant son idéologie et tant pis si tous les signaux sont rouges, l’idéologie d’abord et la culpabilisation qui va avec pour ceux qui osent penser autrement. Les malades et les morts après.
      C’est impardonnable.
      M. Macron est sûrement bon pour vendre sa start-up au plus offrant mais pas pour diriger un pays.

        +18

      Alerter
      • pseudo // 16.04.2020 à 10h19

        il est bon a caqueter la connerie du moment.

          +9

        Alerter
      • Dominique65 // 17.04.2020 à 14h39

        « Le virus n’a pas de passeport »
        Ça ne veut strictement rien dire, mais c’est passé. D’un autre côté il a réussi à se faire élire sous l’injonction « Pensez printemps, les amis ! » sans que ça n’interroge davantage les éditocrates.

          +2

        Alerter
    • L’illustre inconnu // 16.04.2020 à 13h38

      Chef de guerre sisi et pas qu’un peu. Il envoi même les enfants en 1ere ligne le 11mai!
      Bien entendu les tests ne porterons que sur les personnes symptomatiques…(les enfants ne le sont pas pour la plupart) Laissant le temps aux enfants de contaminer les parents, grand parents etc dans la plus grande discrétion.
      Si on osberve une seconde vague en juin-juillet il ne faudra pas s’étonner, merci macron…

        +4

      Alerter
      • tepavac // 16.04.2020 à 16h16

        Avec la disparition des anciens, c’est toute une mémoire sociale, professionnelle et politique qui disparait des écrans de la conscience collective.
        Que les anciens, pendant qu’ils le peuvent encore, qu’ils transmettent à leurs descendances la richesse de leur expériences passées. Qu’ils les mettent en garde contre les discours qui sont en contradiction avec les actes des personnages politiques et de croire, qu’il y a toujours une voie meilleure que celle qui disqualifient le voisin, l’autre…

        Nous sommes conscient d’être au seuil d’un monde nouveau qui entre avec effraction dans nos vies, rien ne sera plus jamais comme avant, et que c’est à eux, les jeunes générations de préparer aujourd’hui leur monde de demain. S’ils ne luttent pas pour cela, alors d’autres le feront selon leur intérêts et au détriment des leurs.

          +2

        Alerter
        • Dominique65 // 17.04.2020 à 14h43

          Oui, mais il y autre chose qui échappe à ta conscience : c’est le « pognon de dingue » que coûte un résident d’un EHPAD.

            +1

          Alerter
      • Malbrough // 17.04.2020 à 07h20

        Disons qu’à partir d’un certain âge , l’âge de raison , il me semble possible de rouvrir des classes , avec la supervision des enseignants .
        Mais il faudrait au minimum des masques .
        la mise en application de l’hygiène de base me semble possible .
        Par contre en ce qui concerne les petites sections et les moyennes sections de maternelle ça me semble parfaitement déraisonnable .
        D’abord parce que ces classes concentrent traditionnellement les infections contagieuses , ce qui favorise ordinairement leur immunité , mais en mettant les enseignants et les ATSEM à rude épreuve, d’autre part parce que les mesures de base sont quasi impossibles à appliquer .

          +3

        Alerter
  • MS // 16.04.2020 à 09h06

    Et à cette liste s’ajoute aussi le scandale du porte-avions Charles de Gaulle.

      +14

    Alerter
    • Jean neymar // 16.04.2020 à 13h44

      Il fallait bien aller embêter les syriens !

        +3

      Alerter
    • fanfan // 16.04.2020 à 16h09

      Vendredi 10 avril 2020 – Audition de Mme Florence Parly, ministre des armées : premier bilan de l’opération «Résilience»; impact de la crise du Covid-19 sur les opérations (Barkhane)

      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/04/15/florence-parly-devant-les-senateurs-21065.html
      La transcription de l’audition de Florence Parly, ministre des Armées, par la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat, est désormais disponible. La transcription dure une vingtaine de minutes.
      http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20200406/etr.html#toc4
      La ministre y fait un « premier bilan de l’opération Résilience » et détaille l’impact de la crise du Covid-19 sur les opérations (Barkhane). C’est lors de cette audience que la ministre a précisé le nombre de contaminations au sein des forces armées. La question de l’impact de la crise sur la LPM a aussi été abordée.

        +1

      Alerter
  • rivalta // 16.04.2020 à 09h09

    la casse de l’hopital public n’est pas tant un manque de moyen, l’etat français investit plus que l’allemand dans sa santé qu’ une mauvaise gestion / allocation.
    A 56% de depense du PIB par l’etat on n’est pas vraiment dans un monde libéral, peut etre ultraliberal au sens où l’etat et une certaine classe internationaliste se servent de l’argent public.
    Donc pas plus de moyen mais moins de bureaucratie et de comité théodule en charge de tout (ex 5 autorisations pour déplacer un malade, hopital de départ et arrivée, ARS de départ et arrivée , agence gérant la crise !…)
    Pour les masques la requisition par l’etat a ralenti l’arrivée de masques, certains après c’est fait réquisitionner les masques payés en avance ne veulent plus recommencer l’operation avec leur fournisseur habituels depuis des années (donc qualité ok et prix acceptable) car qd seront ils payés ?

      +9

    Alerter
    • patrick // 16.04.2020 à 10h07

      tout à fait.
      On ne peut que constater l’inflation continue des budgets de l’état en général et des hôpitaux en particulier, et une diminution des moyens sur le terrain.
      Une seule question : où passe le pognon ? évaporé en traversant les 250 strates administratives ? ou les 3000 associations à subventionner ?

        +17

      Alerter
      • Urko // 16.04.2020 à 11h40

        Nos services hospitaliers ont en partie servi de variable d’ajustement à la réduction – voulue – de la médecine de ville. Pour rappel, un gouvernement passé, trouvant que le budget santé de l’État s’accroissait par trop, avait jugé malin de limiter l’offre médicale et le nombre de médecins, se disant que cela réduirait la demande. Ainsi, de jeunes étudiants français se voyaient empêchés de poursuivre leurs parcours en faculté de médecine pour créer la pénurie… aujourd’hui colmatee en important des personnels soignants parfois moins bien formés (mais aux dépens des budgets de pays tiers). Reduire l’offre pour réduire la demande ! Idée géniale ! Génial en effet : la demande n’a bien sûr pas disparu mais augmenté (vieillissement de la population, accueil important de populations fragiles immigrées en besoin de soins) et elle s’est déportée vers les hôpitaux… qu’en effet, on a greve de bureaucratie lean management stupide – néo libérale diront les uns, étatique diront les autres – et autres absurdités coûteuses, pour bien achever l’hôpital public. Plus d’impôts, plus de budgets et moins de résultats : la formule magique.

          +11

        Alerter
      • Véro // 16.04.2020 à 17h03

        C’est davantage les budget des collectivités territoriales qui progressent. Celui de l’Etat progresse très peu. Celui de la santé (qui dépasse largement le seul secteur de l’hôpital) progresse, mais moins vite que les besoins, et à l’intérieur de ce budget l’hôpital n’est pas le poste qui progresse le plus.

          +3

        Alerter
        • patrick // 17.04.2020 à 09h43

          L’état a refilé une partie de ses charges aux collectivités territoriales dont les budgets ont donc forcément augmenté , en plus des politiques clientélistes habituelles de distribution de pognon.
          Donc le budget de l’état aurait du diminuer d’autant et là … eh ben non , caramba encore raté !!
          Bilan : tous les budgets ont augmenté

            +1

          Alerter
          • Véro // 17.04.2020 à 16h19

            Le budget de l’État n’a pas tellement augmenté et il ne s’agit pas d’un simple transfert de charges.
            De toutes façons nous avons besoin que l’Etat dépense, pour avoir les infrastructures, les écoles, les hôpitaux, toutes les charges qu’il est préferable de faire supporter à la collectivité entière. Les pays peu développés font peu de dépenses et je ne pense pas que ce soit mieux.
            Ça ne pose aucun problème quand l’Etat peut diriger son économie et sa politique monétaire. Actuellement nous sommes toujours sous contrainte de devoir réduire les dépenses de l’Etat parce que c’est l’idéologie poursuivie donc le programme mis en œuvre grâce à l’UE. Et l’euro ne nous laisse pas de marges de manœuvres. D’oû la propagande sur les 56 % du pib qui en fait ne veulent rien dire.

              +3

            Alerter
      • Karine // 16.04.2020 à 22h29

        Si c’est dans le public comme dans le privé… ce n’est pas une question d’Etat ou de fonctionnaire… mais de théories récentes qui se généralisent.
        Dans l’industrie, les nouvelles procédures issues des innovations managériales et autres machins importés nous obligent à ne faire que de l’indicateur et nous empêchent de produire. Si, il faut rester tard, pour pouvoir enfin travailler! et maquiller un peu l’indicateur, ou oublier une procédure, pour que le travail avance.
        Les motivés craquent, ceux qui restent font un burn-out…
        C’est l’organisation du travail qui est mise à mal, pas le rôle ou le budget de l’Etat.

          +6

        Alerter
    • Paco De La Vega // 16.04.2020 à 11h40

      Parler de 56% de dépense du pib en occultant que nous avons une retraite par répartition et donc en % du pib contrairement à bon nombre de pays fausse totalement votre calcul. Je vous invite à faire le rapport sans les retraites, et à refaire la comparaison , vous serez surpris.

        +9

      Alerter
      • patrick // 16.04.2020 à 11h57

        En ce qui concerne les soins de santé nous sommes au même % de PIB que l’Allemagne ( disons , à peine au dessus de l’Allemagne ) et largement au-dessus de la plupart des pays.
        Le budget global augmente constamment , même hors dépense des retraites.

        Les dépenses publiques représentent 1100 milliards d’euros , les retraites à peine 120 milliards , ça laisse de la marge

          +6

        Alerter
      • Rémi // 16.04.2020 à 14h01

        Non,
        j’avais fait l’analyse en ne prenant que les budgets hopitalier et cela disfonctionne lourdement.
        L’hopital a ces derniéres années par exemple crée un travail de codeur: Le type code l’acte pour la sécu afin qu’il rapporte davantage à l’hôpital. Gain global sur le système 0 Coût une personne à chaque fois et l’on parle de milliers de postes qui pésent sur les coûts. Autant de personnel soignats en moins.
        Ensuite le coût de l’immobiliers.
        On a construit de grands hôpitaux qui ont couté très cher alors que l’offre de soin se réduisait. Moralité beaucoup d’argent dépensé pour moins de lits. Et vu la qualité des construction d’état probablement plus de coûts d’entretient.

          +4

        Alerter
        • Véro // 16.04.2020 à 17h05

          La tarification à l’acte a contribué à dégrader fortement le fonctionnement des hôpitaux.

            +2

          Alerter
    • red2 // 16.04.2020 à 11h52

      Attention avec le trop fameux « 56% de dépense du PIB par l’Etat », en France cela inclu: l’éducation, la sécu, les retraites, l’assurance chomage… ce n’est pas le cas partout et nous ne mesurons pas le même choses dans les différents pays, comparaison n’est pas raison. Par ailleurs le chiffre même de 56% du PIB n’a que peu de sens (les consommations intermediaires sont prises en compte au numérateur et non prises en compte au dénominateur…) et ne veut surtout pas dire que 56% de la richesse nationale est géré par des organismes publics ou paritaires (qui ne sont par ailleurs pas l’Etat mais c’est un autre sujet….).

        +14

      Alerter
      • patrick // 16.04.2020 à 12h02

        Oui, il faut distinguer le budget de l’état lui-même de celui des autres organismes . En étant bien conscient que ces autres organismes sont de facto sous le contrôle de l’état et que leurs dettes sont souvent reprises en compte et gérées par l’état.
        On ne peut que constater que l’augmentation de tous ces budgets ne s’accompagne pas d’une augmentation de la qualité des services rendus , c’est même souvent l’inverse.
        Le gros problème reste l’opacité de la gestion de ces budgets , pas évident de comprendre où va le pognon ( à part les cris d’orfraie réguliers de la Cour des Comptes )

          +3

        Alerter
    • fanfan // 16.04.2020 à 15h34

      >> Mise au point de Gaël Giraud

      « Un peu de comptabilité nationale ne fait jamais de mal: la contribution des administrations publiques à la valeur ajoutée, et donc au PIB, est de l’ordre de 18,2% en France. Elle n’augmente quasiment pas depuis 1983. Les fameux 56,6% brandis trop souvent proviennent d’une erreur consistant à confondre la valeur ajoutée avec les dépenses de fonctionnement: les dépenses des ménages et des entreprises non financières représentent 150% du PIB mais cela n’inquiète personne, à juste titre, car tout le monde sait que ce ratio n’a pas de sens. Quant à nos dépenses publiques de santé, près des deux tiers alimentent la dépense privée: ce sont des revenus des professionnels de santé libéraux, des cliniques privées et des laboratoires pharmaceutiques.
      La Corée du Sud, Taïwan et le Vietnam (dans une version non-démocratique) démontrent qu’un secteur public puissant étroitement articulé à un secteur industriel qui ne rêve pas de se délocaliser en Chine ou en Europe de l’Est sont les clefs du succès économique et sanitaire.
      https://www.lefigaro.fr/vox/economie/gael-giraud-il-est-temps-de-relocaliser-et-de-lancer-une-reindustrialisation-verte-de-l-economie-francaise-20200410

        +11

      Alerter
      • tepavac // 16.04.2020 à 16h38

        Merci Fanfan, voilà qui va remettre de l’ordre dans le débat surréaliste entre dépenses publiques et dépenses privées.

        Dans un autre ordre d’idées sur les mensonges délibérés de ceux qui organisent la désorganisation sociale, une ex lerm, démissionne pour reprendre du service dans les hôpitaux, son témoignage en dit long sur ce parti au pouvoir.
        https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/je-bouillonne-interieurement-annie-chapelier-deputee-et-infirmiere-face-au-covid-19_2123521.html

          +5

        Alerter
        • tepavac // 16.04.2020 à 21h13

          Florence Ader lobbyiste des laboratoires gelead qui préconise le remdesivir est devenu la Présidente de l’étude discovéry.
          Heureusement que dans l’UE, les conflits d’intérêt n’existe pas…

            +12

          Alerter
  • rivalta // 16.04.2020 à 09h09

    La bureaucratie de l’administration tue déliberment les initiatives, car seule elle est capable et doit solutionner la crise
    L’application de la loi de la même facon à Paris 18° et au milieu du cantal (0 Covid) comme le veut notre président traduit un blocage ideologique total.
    Idem avec quel argent l’Etat va empecher les faillites des entreprises à l’arrêt sans trésorerie ?
    Avant de penser au monde d’après, c’est ici et maintenant qu’il faut
    des masques, des tests pour sécuriser les gens (y compris home made et sans certification de l’etat) pour pouvoir redemarrer l’économie avant que les entreprises soient mortes et les gens n’étant plus payés ne puissent se nourrir, et donc éviter une guerre civile.
    Il faut arreter de prendre les Français pour des enfants de 5 ans, ils sont capables de comprendre et de s’adapter ( peu ne respectent pas le confinement, ou la distanciation nécessaire),
    seul l’engagement de chacun permettra de surmonter la crise pas l’ETAT

      +9

    Alerter
  • Czerny // 16.04.2020 à 09h14

    l’OMS c’est bien la voix de Big Pharma ,non ? Pas sur que leurs recommandations soient bonnes pour ma santé.

      +7

    Alerter
    • koral // 16.04.2020 à 09h50

      Ce n’est pas pour vous contredire. Il paraît que la Corée s’est basée avec succès sur les tests de dépistage préconisés par l’OMS.
      Les USA ont préféré le sien.
      Entendu aujourd’hui dans la matinée sur france info: « La santé n’est pas dans les compétences des instances de l’Union Européenne » et quelques instants plus tard: « Au cours des dernières années, la France a été 64 fois relancée par ces mêmes instances au sujet de la réduction du service public de santé. »

        +17

      Alerter
      • Czerny // 16.04.2020 à 11h04

        J’entends surtout, depuis le début de cette crise, une cacophonie hallucinante d’un pays a l’autre ,ou l’on nous dit tout et son contraire, et au final nous ne savons rien de certain .Entre les conflits d’intérêts, la propagande, les dévoiements continus de ceux qui sont en charge ,les agendas cachés des uns et les objectifs des autres ,bien malin celui qui sait à quelle sauce nous serons mangés.Quant à la Corée ,tant mieux pour elle ,et la question pourquoi, dans ce cas, on ne fait pas pareil, reste posée .

          +8

        Alerter
        • Frexit // 16.04.2020 à 14h13

          Parce que nous n’avons pas le matos! Masques, gants, tests, médicaments…

            +4

          Alerter
        • tepavac // 16.04.2020 à 16h48

          Bah si, les bonnes informations éxistent, encore faut-il écarter la masse de fausses infos que nous sur-abreuvent les médias.
          Ecouter, que nous l’aimions ou non, une chose est certaine, personne n’a jamais osé venir le contester, ni devant le public, ni devant les tribunaux, et pour cause…
          Une mine d’information, c’est clair.

          https://youtu.be/hoh0dHx_YtI?t=655

            +2

          Alerter
  • L’artisan // 16.04.2020 à 09h41

    Bonjour un petit lien avec une vidéos d’un médecin urgentiste qui nous raconte la situation dans les hôpitaux https://www.facebook.com/cher.laliberte.12/videos/122658659389790/?t=12. la vidéos est tout en bas du texte.

      +2

    Alerter
  • bordron.georges // 16.04.2020 à 09h49

    Maître Yoda: « Vous ne connaissez pas le pouvoir de la force ».
    La force, c’est celle de la finance, de la propagande, des mensonges, mais aussi de la culture de gauche française qui ne déteste rien tant que son voisin contre lequel il est prêt à tout renier.
    Ne vous y trompez pas! Après quelque temps, tout peut continuer, comme avant!

      +2

    Alerter
    • Gérard // 16.04.2020 à 10h31

      l’expression « culture de gauche française » me gène car dans vos propos vous exonérez les cultures de toutes les droites, pour ma part, ici, le pouvoir de la force, c’est « l’égoïsme crasse » de gauche ou de droite, ferment de toutes les cupidités, de toutes les compromissions et de tous les séparatismes, en opposition au sens du bien commun, du bien-être commun de la bonne volonté et de la solidarité.

        +9

      Alerter
      • bordron.georges // 16.04.2020 à 12h20

        D’accord! Dans mon esprit, une grosse part de droite se trouvait dans la  »phynance » et donc dans la cupidité. De toutes manières chaque côté partage le défaut dominant de l’autre.

          +0

        Alerter
      • tepavac // 16.04.2020 à 17h01

        oui, cela n’a plus rien à voir avec une quelconque dimension de politique , les étiquettes gauches, droites, centre et que sais-je ne sont que des visas pour pirater les ressources de la société, fortune industrielle et financières y compris, en vendant leur entregent au plus offrant, fût-il le pire ennemi de la nation et de l’humanité.
        Les honnêtes gents démissionnent déjà, ou l’ont déjà fait.

          +2

        Alerter
  • Renard // 16.04.2020 à 09h54

    La question à se poser est : « A quel moment les technocrates qui nous gouvernent ont-ils pris conscience de leur erreur de diagnostic ? »
    Il avaient misé, sans le dire, sur la « grosse grippe » et la désormais fameuse « immunité collective » et dans un premier temps ont occulté les signaux qui n’allaient pas dans ce sens. Bizness az iousuale et peut-être sentiment hyper valorisant du dirigeant solitaire qui doit prendre une décision difficile pour le bien de son peuple…
    Jusque là, à ces Bovary (Charles) des temps modernes, on ne peut reprocher que leur arrogance coutumière, leur bêtise crasse et leur erreur fatale.
    A quel moment donc ont-ils compris qu’ils s’étaient trompés et que l’affaire allait provoquer non pas des dizaines mes des centaines de milliers de morts (et de milliards d’euros de manque à gagner) ? Car à partir de ce moment leur incapacité à agir, leur fébrilité à balayer la vérité sous le tapis plutôt que de l’affronter, leur obsession de la communication les entraînant à croire en leurs propres mensonges deviennent criminelles.
    Ils le savent désormais et l’essentiel de leurs actes a moins pour objectif de protéger la population (Trop tard !) que d’enrichir le plaidoyer de leurs avocats quand ils devront rendre des comptes.

      +14

    Alerter
  • Santerre // 16.04.2020 à 10h16

    Super.
    Cet article liste les ratés et horreurs du gouvernement et pas un mot, mais alors pas un seul sur le crime absolu, monstrueux et innommable d’interdire l’accès aux hôpitaux aux pensionnaires dex ehpad. Alors que si pour le reste on peut parler de négligence , là il s’agit du sacrifice délibéré de déjà 6500 personnes.
    Notre société est vraiment enbout de course.
    Beurk

      +6

    Alerter
  • Marire // 16.04.2020 à 10h24

    Comment ne pas comparer la réaction du gouvernement français aux cas de la Corée du Sud et de l’Allemagne? En Allemagne, ils ont fabriqué des tests dès janvier, et ils testent largement. Résultat: 5 fois moins de morts qu’en France.
    On savait depuis longtemps que nos dirigeants en France n’étaient pas au service ni de la France, ni des Français, mais de multinationales apatrides. Ils ne savent pas, ils ne peuvent pas faire autrement. Et ceci à tous les stades. Le soit-disant conseil scientifique, les ARS ne fonctionnent qu’en terme de rentabilité pour les industries pharmaceutiques. Ils sont incapables de raisonner autrement. Honte à nous qui avons voté pour ces gens-là!
    En Allemagne, il y a encore quelques dirigeants qui gardent une notion de l’intérêt de leur pays.

      +12

    Alerter
    • Casimir Ioulianov // 16.04.2020 à 11h43

      Gros plus pour le fonctionnement des ARS : ces gens sont en dessous de tout.
      Renvoyer les gens au travail « dès qu’ils n’ont plus de fièvre » dans le cas de maladies comme la grippe saisonnière est la consigne appliquée par tous les généralistes que j’ai eut à croiser. Tout ça pour pas dépasser les délais de carences. Sauf que la contagion finit par coûter beaucoup plus cher au final, surtout avec des maladies comme ce coronavirus.
      Pour info j’ai été infecté le 2 mars , malade le 6 mars avec de la fièvre et une énorme suspicion vu que le lieu où j’ai été infecté a été placé sous quarantaine COVID le 3 mars , mon généraliste roumain a refusé de me donner plus d’une journée d’arrêt de travail sous prétexte qu’il allait se faire enguirlander par sa caisse… avec tous les éléments en main. Pour rajouter l’incompétence à l’infamie, l’ordonnance ne comprenait qu’une ligne : de l’Advil.
      J’aurais bien porté plainte pour tentative d’homicide mais j’ai pas d’autre médecins à moins de 30km.
      Shithole country.

        +9

      Alerter
  • pseudo // 16.04.2020 à 10h34

    quid de la suite des évènements ? Un putsch militaire commandé par un pays extérieur ? L’allemagne ? Les USA ? La Chine ? Un retour démocratique puissant avec procès et refondation de notre vivre ensemble dans le meilleur des mondes (sans jeu de mot) ? Un délitement accéléré dans l’indifférence du confinement généralisé ? Une guerre opportuniste pour forcer l’union sacrée et l’embrigadement des français de tout poil ? Un retour à la normal moribond soutenu par les mafias pour finir de mettre la main sur les institutions ?

    Clairement ils nous ont mis en danger géopolitique et institutionnel. Reste à savoir ce qu’il va se produire…

      +8

    Alerter
  • Macarel // 16.04.2020 à 11h07
    • Macarel // 16.04.2020 à 11h31

      Ce sont bien +924 décès en EPHADs, versus +514 dans les hôpitaux

      source

      https://mapthenews.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/5df19abcf8714bc590a3b143e14a548c

      C’est bien l’hécatombe dans les EPHADs, qui pèse le plus dans ce triste record journalier…

        +7

      Alerter
      • L’illustre inconnu // 16.04.2020 à 14h37

        Oui et bizarrement au journal de 20h de rance2 ils n’ont pas annoncé le nombre de mort ce jour…

          +1

        Alerter
      • fanfan // 16.04.2020 à 15h52

        Ce sont
        +1 054 décès en EHPAD (total 6 524), un vrai massacre !
        +514 décès à l’hôpital (total 10 643)
        Source : https://mapthenews.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/5df19abcf8714bc590a3b143e14a548c

          +2

        Alerter
        • Narm // 16.04.2020 à 16h19

          ça ne peut-être qu’une volonté politque

          https://www.youtube.com/watch?v=cIGzTA7-Gh4

            +2

          Alerter
          • tepavac // 16.04.2020 à 17h36

            beau papier des infiltrés. qui vous donne raison; lisez leur Charte..
            extrait,
            « Pourtant, d’un coup, la fête s’est arrêtée. On a coupé la musique. Sans prévenir, les corps souriants qui dansaient frénétiquement de réforme en ordonnances, ont été contraints de dessaouler plus tôt que prévu. Il y avait bien eu les Gilets Jaunes quand même, les contestations sur les retraites, qui commençaient à taper avec leur balai sur le plafond du dessous, mais ils n’y croyaient pas, ils tenaient bon, ils montaient le son… »

            https://infiltres.fr/2020/03/24/et-on-coupe-le-son/

              +2

            Alerter
            • Malbrough // 17.04.2020 à 07h30

              Les Ephad privés , aux mains de groupes financiers , représentent des bénéfices de dingues pour leurs proprios et les actionnaires , pour un investissement humain de base minimal …
              Bon je pense qu’aujourd’hui chacun a réalisé .
              Et pourtant des alertes concernant ces centres d’hébergements , il y en a eu ces dernières années .
              Ce qui ne me rend pas optimiste pour la suite de cette crise .

                +2

              Alerter
  • Macarel // 16.04.2020 à 11h53

    Sur Telesur le Vénézuela annonce avoir réalisé au 15 avril 250,213 tests, la France au 15 avril 333,807.

    Vénézuela, Vénézuela…

    Allemagne 1,728,357 nombre de décès 3,804

    France 333,807 nombre de décès 17,167

    En France il paraît que l’on ne sait pas compter le nombre de tests effectués !

    https://www.liberation.fr/checknews/2020/04/15/covid-19-est-il-vrai-que-la-france-est-incapable-de-compter-le-vrai-nombre-de-tests-pratiques-chaque_1785211

      +8

    Alerter
    • Marire // 16.04.2020 à 12h07

      En France: 5 fois moins de tests qu’en Allemagne
      et 5 fois plus de morts
      CQFD

        +3

      Alerter
  • anatole27 // 16.04.2020 à 12h02

    Je félicite mes amis marocains qui arrivent a produire 5 millions de masques par jour et
    j’enrage grave que la France ne soit pas capable d’en faire autant.

    https://atlasinfo.fr/masques-lexemple-marocain-un-exploit-qui-fait-rever-en-france-canard-enchaine-2.html

      +8

    Alerter
    • patrick // 16.04.2020 à 12h08

      ils maîtrisent les hautes technologies que nous ne maîtrisons pas 🙂

      plus sérieusement :
      qui aurait dit il y a un an que la fabrication de masques allait devenir une fabrication stratégique ??
      parmi tous ceux qui s’offusquent aujourd’hui de la fermeture de la dernière usine de masques en France, qui aurait approuver un investissement dans cette usine il y a un an ?

      personne !!
      Tout le monde s’en fichait éperdumment.

        +3

      Alerter
      • Micmac // 16.04.2020 à 13h34

        Pardon, mais je suis vraiment en désaccord total avec vous.

        Depuis plusieurs années, lorsque je parle politique en famille ou avec des amis, lorsque la question de la santé publique arrive dans la discussion, nombreuses étaient les personnes qui faisaient remarquer que la désorganisation des services publics de santé par les plans d’austérité rendait les hôpitaux tout juste capables de faire face aux situations ordinaires. Et donc incapables de faire face à n’importe quelle situation d’urgence, situation d’urgence qui ne peut qu’advenir à un moment ou a un autre.

        Petites parenthèse : ces oncs de néolib sont imprégnés de Fukuyama et de sa « fin de l’Histoire ». Ils sont comme Josué, ils ont arrêté le le Soleil. Pour eux, aujourd’hui sera comme demain, il ne peut y avoir que des incidents à la marge. C’est vraiment complètement débile quand on y réfléchit 2 secondes, et ça a de lourdes conséquences…

        Donc, oui, tout les gens ordinaires qui s’intéressaient à la politique et qui contestaient les politiques d’austérité faisaient ce constat! Et un gestionnaire avisé des stocks des hôpitaux ne peut qu’avoir fait le même constat, et fait ses stocks de matériels en conséquence!

        Mais bon, les stocks chez les néolibs, c’est tabou! Il faut tout gérer en flux tendu, c’est moderne. Y compris les lits d’hôpitaux, hop, en flux tendu, avec des tas de personnels administratifs (inutiles) grassement payés pour « gérer » ces flux.

          +11

        Alerter
        • Patrick // 16.04.2020 à 13h59

          On peut faire des stocks sans pour autant décider que telle ou telle fabrication devient stratégique.
          On peut se préparer sans pour autant garder des usines dont les coûts de production sont trop élevés.

            +0

          Alerter
        • tepavac // 16.04.2020 à 17h46

          C’est comme les décès, c’est aussi à flux tendu avec eux.

            +1

          Alerter
      • step // 16.04.2020 à 15h02

        Houlà non mais peut être qu’entre centraliens, normaliens, énarques et polytechniciens l’idéologie et le sentiment de supériorité des rejetons les ont empêches de faire des constats que beaucoup de pieds à terriens avait fait sans avoir besoin de la clairvoyance des zélites.
        De la production d’energie, la sécurité et la santé, des infrastructures de transport et d’autres secteurs doivent pouvoir être mobilisés en situation de crise sans négociation préalable et sans petite musique personnelle. Y compris la fourniture en amont. Et ce n’est pas à l’autre bout de la planète que cela peut être fait.

          +7

        Alerter
      • fanfan // 16.04.2020 à 15h57

        « Le stock (de masques), la réserve (d’enzymes) ne sont pas des immobilisations inutiles, de l’argent public dormant. Le budget de l’Etablissement de Préparation et de Réponse aux Urgences Sanitaires (EPRUS) créé en 2007 a été, depuis lors, divisé par dix. Résultat: par delà les morts, nous allons prendre au moins dix points supplémentaires de ratio dette publique sur PIB (un autre ratio qui n’a pas de sens) et cela fera hélas la démonstration que, jugé à l’aune de ses propres critères, cet “esprit comptable” conduit à sa propre défaite face au réel: la nécessaire explosion de la dépense publique et la destruction partielle de notre appareil productif pour sauver des vies. Mais ce n’est pas aujourd’hui l’heure des comptes. L’urgence est à la solidarité nationale avec nos compatriotes qui meurent chez eux, dans nos hôpitaux ou nos Ehpads et avec tous ceux qui souffriront de séquelles à vie. Cela doit passer par la réquisition des cliniques privées (comme en Espagne), la production de ventilateurs pour sauver des vies (comme aux Etats-Unis), de masques et matériel de dépistage sans lesquels aucun déconfinement ordonné n’est possible.
        https://www.lefigaro.fr/vox/economie/gael-giraud-il-est-temps-de-relocaliser-et-de-lancer-une-reindustrialisation-verte-de-l-economie-francaise-20200410

          +3

        Alerter
  • Arcousan09 // 16.04.2020 à 12h05

    En France la pénurie de médicaments indispensables arrive à grands pas
    Mais
    en prévision du déconfinement pas de pénurie pour les gaz lacrymogènes …. pour les soignants ?
    https://www.boamp.fr/avis/detail/20-31056

      +3

    Alerter
    • patrick // 16.04.2020 à 12h10

      Justement , les gaz lacrymogènes vont devenir indispensables pour l’état quand la crise économique va vraiment frapper.
      Vous voulez tous « plus d’état » , vous allez en avoir.

        +11

      Alerter
      • tepavac // 16.04.2020 à 18h09

        Ouais, bah il referont un décret pour interdire les masques…

          +1

        Alerter
    • fanfan // 16.04.2020 à 16h00

      Etrange choix du gouvernement français, en mars.
      Le 3 mars, il a publié la commande de gaz lacrymogènes pour plus de 3,6 millions d’euros, « au profit de la police nationale et de la gendarmerie nationale » , précisément des « Aérosols CS à diffusion dispersive petite capacité (40 à 50 ml) », des « Aérosols CS à diffusion dispersive moyenne capacité (300 ml) » et des « Aérosols CS à difffusion dispersive grande capacité (500ml) ».
      Télécharger l’avis d’achat : https://www.boamp.fr/avis/pdf/20-31056

        +3

      Alerter
    • fanfan // 16.04.2020 à 16h03

      Le ministère de l’Intérieur (Service de l’achat, de l’innovation et de la logistique du ministère de l’Intérieur) envisage de  passer un accord-cadre ayant pour objet « l’acquisition de drones, de passerelles de réception des trames wifi des drones collaboratifs et de prestations associées pour les besoins de la sécurité intérieure ».
      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/04/15/drones-21064.html
      L’annonce a été diffusée le 15 avril (https://www.boamp.fr/avis/detail/20-51423)

      Cet accord-cadre, dont le montant est estimé à 3,8 millions d’euros, est alloti en quatre lots.

      Le premier porte sur des micro-drones du quotidien. Le micro-drone du quotidien est destiné aux unités les plus variées de la sécurité intérieure, pour un usage simple et fréquent de renvoi d’image, essentiellement de jour.
      Il comporte trois postes :
      – Poste 1 : fourniture de micro-drones du quotidien
      – Poste 2 : maintien en condition opérationnelle
      – Poste 3 : formation à la maintenance du système de drone
      Sa valeur est estimée à 1 800 000 euros

        +2

      Alerter
      • fanfan // 16.04.2020 à 16h04

        Le second pour des drones de capacité nationale. Le drone de capacité nationale est déployé pour des missions de haute intensité, lors d’événements majeurs régionaux ou nationaux, avec des capacités d’observation et de retransmission sécurisées à longue distance de jour comme de nuit.
        Il comporte trois postes
        – Poste 1 : fourniture de drones de capacité nationale
        – Poste 2 : maintien en condition opérationnelle
        – Poste 3 : formation à la maintenance du système de drone.
        Sa valeur est estimée à 1 580 000 euros

          +1

        Alerter
      • fanfan // 16.04.2020 à 16h04

        Le troisième pour des nano drones spécialisés. Le nano-drone spécialisé est réservé à des unités spécifiques pour des missions de reconnaissance et d’observation discrètes et sécurisées, essentiellement de jour.
        Il comporte trois postes.
        – Poste 1 : fourniture de nano-drones spécialisés
        – Poste 2 : maintien en condition opérationnelle
        – Poste 3 : formation à la maintenance du système de drone
        Sa valeur estimée est de 175 000 euros

        Le dernier lot porte sur des passerelles de réception des trames wifi des drones collaboratifs. Les passerelles ont pour fonction première d’écouter le réseau wifi, de détecter les trames d’un format attendu, d’en extraire le payload, de le décoder avant de le transmettre soit via LAN soit via réseau opérateur (3G, 4G).
        Sa valeur estimée à 240 000 euros

          +2

        Alerter
      • fanfan // 16.04.2020 à 16h07

        Quels sont les volumes ?
        Micro-drones du quotidien: 565
        Drones de capacité nationale: 66
        Nano-drones spécialisés:20
        Passerelles de réception des trames wifi des drones collaboratifs: 300. 
        Ces besoins sont donnés à titre indicatif

          +2

        Alerter
  • anatole27 // 16.04.2020 à 12h06

    Je comprends très bien ceux qui nous disent qu’on ne peut pas changer de chef en pleine bataille
    mais il n’est pas inutile de rappeler qu’en 14 on a eu pas moins de 9 ministres de la défense sur l’ensemble de la guerre. On peut se satisfaire d’incompétents en temps de Paix pas en temps de Guerre

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_ministres_fran%C3%A7ais_de_la_D%C3%A9fense#Troisi%C3%A8me_R%C3%A9publique

    13 juin 1914 – 26 août 1914 : Adolphe Messimy
    26 août 1914 – 29 octobre 1915 : Alexandre Millerand
    29 octobre 1915 – 16 mars 1916 : Maréchal Joseph Gallieni (1849-1916)
    16 mars 1916 – 12 décembre 1916 : général Roques
    12 décembre 1916 – 14 mars 1917 : Maréchal Hubert Lyautey (1854-1934)
    15 mars 1917 – 18 mars 1917 : Contre-amiral Lucien Lacaze (par intérim)
    20 mars 1917 – 7 septembre 1917 : Paul Painlevé
    12 septembre 1917 – 13 novembre 1917 : Paul Painlevé
    16 novembre 1917 – 18 janvier 1920 : Georges Clemenceau

      +7

    Alerter
    • Jean neymar // 16.04.2020 à 13h55

      Il est au contraire urgent de changer de chef de « guerre » tant la liste des méfaits de celui-ci ,en partie rappelee par cet article, est longue et insupportable et tant la gravité de la situation présente et de celle à venir l’impose. Combien de morts, citoyens et entreprises confondus, faudra-t-il donc encore?

        +8

      Alerter
    • Subotai // 16.04.2020 à 21h21

      «  »on ne peut pas changer de chef en pleine bataille » »‘
      ***
      En « PLEINE BATAILLE »
      Pas « Pendant la guerre »
      La crise sanitaire Covid EST UNE bataille. Il finira par se terminer.
      La guerre elle, ne fait QUE commencer – inutile de expliquer ce qu’est cette guerre, vous savez.
      Il y aura toutes les opportunités de changer de Chef des Armées…
      Amen…

        +2

      Alerter
  • Pegaz // 16.04.2020 à 13h08

    Au nécessaire principe de précaution en cas de possible pandémie, la première astreinte devrait être portée par le transport aérien. Seule exception le commerce par contre gel du transport touristique et business et contrôles et mesures stricts pour les rapatriements. Envisager la mise en place de structure de soutien, d’assurance, de compensations à l’intention des acteurs impactés permettrait d’y recourir. A ce postulat, l’impact économique serait bien moindre en rapport de la situation présente. L’impact du transport aérien sur la propagation d’un virus est parfaitement illustré par la carte en milieu de document.
    https://laviedesidees.fr/Covid-19-chronique-d-une-emergence-annoncee.html

      +1

    Alerter
  • BOURDEAUX // 16.04.2020 à 13h40

    Ce type de procès finit par lasser mon indignation. Je trouve piquant d’accuser le « neo-libéralisme » d’être responsable de l’état de nos hôpitaux. Que celui qui a déjà rencontré le neo-libéralisme en France veuille bien se faire connaître…Ils sont comiques, ces plumitifs qui considèrent avec une placide indifférence le jacobinisme où l’on barbotte depuis des lustres ainsi que son inévitable corolaire, la gabegie incontrôlée chaque année plus importante, tout en s’indignant d’une mauvaise allocation de l’argent publique. On ne peut pas applaudir à la nomination d’un pervers sexuel à la papauté et s’autoriser une vertueuse indignation le jour où l’on s’aperçoit que le cardinal-archevèque de Paris est régulièrement violé dans les jardins de la cathédrale Saint Pierre.

      +3

    Alerter
    • Ellilou // 16.04.2020 à 14h08

      Vous vouliez dire quoi exactement? Ma petite tête n’a pas tout compris à votre texte plein de mots tels que « jacobinisme où nous barbotons », « la gabegie incontrôlée »…Vous nous refaites le coup de la »pleurnicherie hospitalière » ?

        +1

      Alerter
  • Macarel // 16.04.2020 à 14h21

    Non, nous ne sommes pas en guerre, n’en déplaise à notre prince Président. Ce à quoi nous sommes confrontés c’est un effondrement civilisationnel. Effondrement d’une civilisation basée sur le productivisme et le consumérisme effréné.
    Une civilisation qui prétend que la nature est chose négligeable et que l’on peut en exploiter les ressources sans limite.
    Une civilisation qui paye aujourd’hui l’arrogance de ses classes dirigeantes, constituées de rapaces en tout genre.
    Une civilisation qui en transformant tout en marchandise, est en plein naufrage moral.
    Votre parole, vous les gens d’en haut, qui pérorez à longueur d’antenne, est aujourd’hui démonétisée.
    Car, plutôt que de faire preuve d’humilité, et reconnaître que vous avez fait des erreurs, aux conséquences des plus graves, vous préférez par de la communication alambiquée vous disculper de toute responsabilité, et essayez de culpabiliser les victimes de votre imprévoyance et de votre désinvolture.
    Gouverner, c’est prévoir dit-on ! Mais que faites-vous donc au pouvoir ? Quel intérêts servez-vous ? Au vu du désastre sanitaire (et bientôt économique et social) auquel nous sommes confrontés, l’on a du mal à croire que votre priorité, soit le service de l’intérêt général de l’ensemble de nos concitoyens.
    Partez, partez, tant qu’il en est encore temps, et laissez la place à des gens qui servent et non qui se servent.

      +10

    Alerter
  • Macarel // 16.04.2020 à 14h48

    Non, nous ne sommes pas en guerre, n’en déplaise à notre prince Président. Ce à quoi nous sommes confrontés c’est à un effondrement civilisationnel. Effondrement d’une civilisation basée sur le productivisme et le consumérisme effréné.
    Une civilisation qui prétend que la nature est chose négligeable et que l’on peut en exploiter les ressources sans limite.
    Une civilisation qui paye aujourd’hui l’arrogance de ses classes dirigeantes, constituées de rapaces en tous genres.
    Une civilisation qui en transformant tout en marchandise, est en plein naufrage moral.
    Votre parole, vous les gens d’en haut, qui pérorez à longueur d’antenne, est aujourd’hui démonétisée.
    Car, plutôt que de faire preuve d’humilité, et reconnaître que vous avez fait des erreurs, aux conséquences des plus graves, vous préférez, par de la communication alambiquée, vous disculper de toute responsabilité, et essayez de culpabiliser les victimes de votre imprévoyance et de votre désinvolture.
    Gouverner, c’est prévoir dit-on ! Mais que faites-vous donc au pouvoir ? Quel intérêts servez-vous ? Au vu du désastre sanitaire (et bientôt économique et social) auquel nous sommes confrontés, l’on a du mal à croire que votre priorité, soit le service de l’intérêt général de l’ensemble de nos concitoyens.
    Partez, partez, tant qu’il en est encore temps, et laissez la place à des gens qui servent et non qui se servent.

      +1

    Alerter
  • Dbon // 16.04.2020 à 14h52

    Il est probable que ce que Marx appelle la destruction du capital productif, pendant les crises de surproduction, soit en oeuvre à l’occasion de cette épidémie.
    Les crises et le guerres ça sert à ça, à remettre les compteurs à zéro, concentré les richesses et prendre un nouveau départ.
    Il est incompréhensible autrement de détruire l’économie par manque de quelques bouts de tissus.

      +4

    Alerter
  • Christian // 16.04.2020 à 14h55

    @Renard,

    « A quel moment les technocrates qui nous gouvernent ont-ils pris conscience de leur erreur de diagnostic ? »

    Très bonne question.
    Il me semble que la réponse est ici;
    « Il faut pourtant attendre un mois, fin février, pour que le gouvernement passe une commande plus massive de près de 200 millions de masques FFP2. »

    Tout du moins c’est le seul acte entrepris par la technocratie qui permette de répondre à votre question.

    Autre question:
    « A quel moment les technocrates qui nous gouvernent auraient-ils pût prendre conscience de leur erreur de diagnostic ? »

    Là on peut se reporter au communiqué de l’OMS du 31 Janvier qui alertait déjà que « la flambée de 2019-nCoV est une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) »
    http://www.euro.who.int/fr/health-topics/health-emergencies/pages/news/news/2020/01/2019-ncov-outbreak-is-an-emergency-of-international-concern
    « Tous les pays doivent être prêts à contenir toute introduction du virus et sa propagation par une surveillance active, une détection rapide, l’isolement et la gestion des cas, la recherche des contacts et une prévention. »

    L’Histoire reste à écrire mais elle se souviendra longtemps du mois de février 2020 comme celui où le gouverne-ment français a failli à sa mission première, prévoir.

      +2

    Alerter
  • El hiero // 16.04.2020 à 15h38

    Avoir fait des erreurs, c’est une chose, mais continuer dans le même sens, c’est remarquable !

    Errare humanum est, perseverare ….. , persévérer dans l’erreur, il y a anguille sous roche (je ne crois pas au diable, mais les libéraux nous ont habitués à quelque chose qui y ressemble )

    Même si « C dans l’air  » est à prendre avec des pincettes, un pur joyau de 3 minutes, entre 00:38:00 et 00:41
    https://www.france.tv/france-5/c-dans-l-air/1370511-le-11-mai-si-tout-va-bien.html
    (du mardi 14 avril)

    Entre autres, Alain Bauer défonce la com’ officielle en 2 minutes (mais pour les complotistes, je conseille sa fiche wikipedia),
    et Anne Claude Cremieux défonce la décision de Macron en 1 minute. « C’est clair que ce n’est pas la stratégie qu’il va falloir appliquer … »

      +2

    Alerter
  • serge // 16.04.2020 à 17h09

    A plus de 2 mois du début des emmerdes chez nous (plus si les affaires étrangères faisaient leur boulot de récupération d’info à l’étranger), nous en sommes toujours à :
    – Absence de masque ffp2, les seuls utiles (demander aux pharmacies autour de vous).
    – Absence de gel hydroalcoolique (mais bon, chacun s’en est fabriqué, du moins s’il trouve de l’alcool, cf au-dessus).
    – Absence de surblouses, charlottes, gants par incapacité de réquisitionner les moyens de production.
    – Absence de médocs de base par délocalisation systématique.
    – Absence de consensus sur les traitements à appliquer par absence de décision.
    – Absence de vraies aides d’état aux artisans-TPE-PME totalement fermées (seulement des « reports » de charges).
    – Absence d’approvisionnement concurrent aux grandes surfaces qui ne traitent que des marchés longs UE-monde.
    – Absence de capacités numériques pour les cours en ligne.
    – Absence des services ou « contraintes » de l’état pour le courrier, les banques, les transports.
    – Absence d’empathie de l’état pour taxer les citoyens.
    – Absence de supervision de l’état pour la gestion des anciens.
    – Absence de l’état pour obliger les assurances à appliquer leurs contrats.
    – Absence de l’état pour faire appliquer ses propres décisions.
    On peut continuer à l’infini, tout est l’avenant.
    Pour moi, c’est bien plus que de la négligence ou de la désinvolture.

      +6

    Alerter
    • Catalina // 16.04.2020 à 20h11

      La bonne nouvelle du jour, j’ai deux masques pour 8H de taf, donc, nikel ! Ben si, ça s’améliore et j’espère que c’est pareil pour tous les soignants.
      ;O)
      Merci à tous ceux qui ont hurlé en coeur !
      Merci !

        +2

      Alerter
  • Brigitte // 16.04.2020 à 17h15

    A mon avis, c’est loin d’être fini. Je ne veux pas jouer les Cassandre mais le dé-confinement risque de nous réserver des surprises…vu le flou des mesures annoncées.
    Sur quelle période de temps ça va s’étaler? j’ai l’impression qu’ils veulent faire ça au pas de charge, en deux mois!
    D’abord le retour des enfants et des enseignants à l’école. Cocktail explosif.
    Vont-ils être tous testés et pourvus en masques? non puisque ils ont dit que seuls les symptomatiques seraient testés.
    Alors qu’au départ, les enfants étaient considérés comme potentiellement les plus contagieux car asymptomatiques, d’où leur confinement en premier, à l’arrivée, il parait qu’ils seraient moins contagieux que les adultes (entendu sur France culture), justifiant leur dé-confinement en premier. Sur quelles études se basent-ils, vu qu’aucun enfant n’a été testé en France? Une étude allemande, chinoise?
    Bon, après les enfants, les parents vont suivre car l’objectif réel, c’est de les remettre pour au travail eux-aussi.
    J’ai comme l’impression qu’ils se disent que les gens les plus faibles sont déjà morts, ceux qui s’en sont sortis sont immunisés et ceux dans la force de l’âge ne risquent rien.
    Il ne va pas faire bon être entre deux âges et pas immunisé….

      +4

    Alerter
  • Arcousan09 // 16.04.2020 à 18h34

    Il va falloir arrêter l’intoxication télévisuelle parce que il va être très compliqué de recruter de nouveaux professeurs pour venir à la télé faire la leçon aux citoyens …
    Trois nouveaux professeurs de CHU APHP ce soir sur la 5 ….. à ce rythme il va être très compliqué de recruter de nouveaux intervenants ….. Intervenants qui récitent parfaitement ce que le politique lui dicte … Formatage des cervelles oblige …
    Au passage mes maigres connaissances médicales me font dire que coté immunité ce n’est pas gagné tout comme l’immunité conférée par la grippe qui disparait très rapidement …. c’est le lot de toutes ces viroses respiratoires qui sévissent d’une manière récurrente tous les hivers …
    Cette privation de liberté est un exercice grandeur nature qui permettra de tester la résistance des citoyens
    La montée en puissance est caricaturale depuis le SRAS, H1N1 …. pandémie tous les 4 ou 5 ans depuis 2000
    RV en 2024/25 pour un nouvel exercice … ou pire

      +3

    Alerter
  • CHRIS // 16.04.2020 à 19h47

    Mais ou est donc passé si bête and nein, la meilleur porte parole du Mac.
    Tellement dévouée prête à soutenir et amplifier les paroles de son président.
    Elle se prépare à nous dire, on va tester uniquement les gens qui paraissent malade à la sortie du confinement.
    A oui parce maintenant on test tout le monde? On va y arriver, en admettant à l’hôpital que les gens malade symptomatique de plus de 15 jours qui ont moins de 50 ans et plus de 45 ans. On fait sortir tout le reste, malheureusement pas forcement soignés et la je vous promet les chiffres vont baissés, la vague va devenir une flaque d’eau.
    En france on a pas de pétrole, pas de masque, pas de test mais on a des idées. Vivement un nouveau grand débats.
    Il est fort ce Macron.

      +4

    Alerter
  • CHRIS // 17.04.2020 à 00h01

    Comme dit notre président pour critiquer on verra plus tard, on doit faire cohésion pas de divergence politique.
    Mais par contre pour massacrer la chine et les chinois la on va pas attendre la fin, on peut déjà balancer des fake news et aprés on dit que c’est les réseau sociaux qui font les fake news.
    Et oui c’est le même temps, on ne touche pas au roi et lui, il peut dire n’importe quoi pour allumer des contre feu, il est fort ce macron.

      +3

    Alerter
  • Ernesto // 17.04.2020 à 00h13

    Patrick: le coût des retraites en France n’est pas de 120 milliards d’euros mais de près du triple: 320 milliards. Merci de vérifier vos sources avant d’affirmer des contre-vérités.
    « Qui aurait approuver un investissement dans cette usine il y a un an? ». Certainement pas le propriétaire américain Honeywell de l’usine Plaintel du Morbihan, qui a racheté la boîte française uniquement pour se débarrasser d’un concurrent gênant pour ses affaires et qui l’a laissée volontairement péricliter quand les commandes d’Etat se sont raréfiées..Mais plutôt un décideur animé du sens des responsabilités qui n’aurait sûrement pas autorisé un mastodonte étranger prendre le contrôle d’une usine stratégique (la seule en France à produire des masques en quantité), afin de faire face à une toujours possible pandémie compte tenu de leur fréquence de plus en plus rapprochée.
    Quant « aux coûts de production trop élevés » cette vieille antienne patronale ne résiste pas à l’épreuve des faits. Les salariés de l’usine ne doivent guère dépasser le SMIC après vingt ans de maison. Mais peut-être est-ce encore trop pour vous? On pourrait alors remettre au goût du jour l’esclavagisme, quoique le gîte et le couvert c’est pas donné non plus…

      +4

    Alerter
  • Pierre Bacara // 17.04.2020 à 04h32

    SIX MILLE MORTS EN 24 HEURES AUX ETATS-UNIS SELON WORLDOMETERS

    Il existe une page mise à jour en temps réel qui publie les chiffres états-uniens : https://www.worldometers.info/coronavirus/country/us/. Elle est utilisée avec un peu de retard par l’université John Hopkins pour alimenter sa propre carte devenue universellement célèbre.

    Il vaut mieux ne se référer à cette page qu’une fois toutes les 24h (par exemple) car les chiffres y sont injectés à la va-comme-je-pousse au rythme des informations parcellaires qui remontent en ordre dispersé des cinquante et quelques états unis.

    Selon cette page :

    16 avril 2020, 02:42 GMT : 28.529 morts
    17 avril 2020, 01:37 GMT : 34.617 morts

    (J’en suis à ma troisième vérification tant je n’en crois pas mes yeux)

    Soit 6.088 morts en 23 heures, sauf erreur de leur part.

    Je répète : six mille morts en 24 heures.

    Pour information, l’année la plus meurtrière de la Seconde Guerre mondiale, l’année 1945, a tué en moyenne 10.000 personnes *dans le monde*.

    En d’autres termes, à moins que Worldometers n’ait été victime d’une colossale erreur : ces dernières 24 heures, le dégâts du coronavirus aux Etats-Unis ont atteint l’ordre de grandeur de la létalité de la Seconde Guerre mondiale.

    Si c’est vrai, c’est un massacre.

      +1

    Alerter
    • Vercoquin // 17.04.2020 à 10h55

      Sur ce site, les chiffres annoncés en tête de page sont soumis à des variations très fréquentes.
      Il vaut mieux vérifier sur le graphique de la courbe en jaune. Et encore, des fois ça bouge après que la date concernée soit passée. Il faut vérifier de temps en temps pour hier et avant-hier.
      16/04 34 617
      15/04 32 443
      14/04 29 825
      13/04 23 640

        +1

      Alerter
      • Vercoquin // 17.04.2020 à 11h40

        Ici, il y a les courbes de nombre de morts par millions d’habitants pour 9 pays.
        La Belgique est en tête.
        https://www.facebook.com/photo.php?fbid=2841775779243974&set=a.600795180008723&type=3&theater

        C’est juste pour indication. On ne peut pas comparer un petit pays de 11 millions d’habitants et qui serait la plaque tournante de l’UE avec les USA contenant de nombreux états désertiques et où il ne se passe rien. Mesurons nos commentaires.

          +1

        Alerter
  • Dominique65 // 17.04.2020 à 11h51

    Le bilan, notre, Président vient de le faire : il a estimé que ce sont les sorties au resto qui ont provoqué l’épidémie, et non les élections. Si Jupiter le dit…

      +1

    Alerter
  • Arcousan09 // 17.04.2020 à 13h54

    Ce midi France2 en a rajouté une couche avec l’histoire de cette newyorkaise qui a été confinée 26 ans pour avoir été porteuse saine du microbe de la typhoïde ….
    En filigrane:
    1 – estimez vous heureux de ne l’être que 8 semaine
    2 – Si vous n’êtes pas compliants voilà ce qui vous attend …

    Manipulation de cervelles quand tu nous tiens …..

      +1

    Alerter
  • Basile // 17.04.2020 à 16h01

    communication à l’américaine.

    On connait depuis 1 mois les conférences de presse de Salomon. Autant ses premières interventions nous changeaient agréablement de celles des ministres, au point de se demander pourquoi ce n’est pas lui qui l’est, autant n’ayant plus rien à dire, il se cantonne depuis quelques jours à des suites de chiffres indigestes, donnant même l’impression que c’est le discours de la veille.

    et voilà que Parly fait de même pour le Charles De Gaule. .

      +0

    Alerter
  • LolaFleurie // 17.04.2020 à 17h51

    Quel bel article, bien renseigné et plein de bon sens. Il dit enfin tout haut ce qui me ronge en silence depuis un temps certain.

      +1

    Alerter
  • Degraeve // 19.04.2020 à 11h50

    Je n’ai jamais vu à ce jour de dirigeants (Etat ou Entreprises) qui brillent par leurs compétences « politiques », avoir aussi des compétences de « gestionnaires ». Comment leur reprocher de ne pas savoir gérer’ une crise ! Arrêtons de mettre des seuls politiques aux commandes si l’on veut de l’efficacité dans l’action.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications