Les Crises Les Crises
7.mai.20217.5.2021 // Les Crises

Covid-19 : Où circulait le virus, Chine mise à part, en 2019 ?

Merci 91
J'envoie

Si la pandémie actuelle de Covid-19 trouve son origine à Wuhan, fin novembre-début décembre 2019, on ne connait pas le patient-zéro de l’épidémie, ni même son origine – même si c’est très probablement en Chine, du fait de la très grande proximité du SRAS-cov-2 avec des coronavirus de chauves-souris.

Nous vous proposons aujourd’hui une sélection de quelques articles indiquant les suspicions de présence du virus bien loin de Chine, bien avant le début de la pandémie à Wuhan.

Ainsi, il est possible que l’épidémie ait démarré des semaines, voire des mois, avant la pandémie. La contagiosité particulière du Sras-cov-2 (où beaucoup de malades n’ont contaminé personne, mais où une minorité a contaminé beaucoup de personnes) pourrait expliquer que l’épidémie ait mis un certain temps à prendre…

EUROPE

SARS-CoV-2 détecté dans les eaux usées de Barcelone au 12 mars 2019

ESPAGNE/BARCELONE - MARS 2019 - VIRUS EAUX USEES.

Ayant détecté la présence du virus en janvier 2020 dans les eaux usées de Barcelone, les chercheurs chargés de cette surveillance ont étudié des échantillons congelés. Ils ont analysé les prélèvements effectués en 2018 et 2019, dont les tests se sont révélés négatifs, sauf pour celui du 12 mars 2019. La détection s'est avérée selon deux méthodes différentes. Les chercheurs justifient ce résultat par le statut de hub international et touristique de la ville.

Source : Université de Barcelone

Italie : le coronavirus était présent dans les eaux usées dès décembre 2019

ITALIE/MILAN&TURIN - DECEMBRE 2019 - ARN VIRAL EAUX USEES.

"Selon une étude de l’Institut supérieur de la santé (ISS) italien, le coronavirus était présent dans les eaux usées des villes de Milan et Turin dès décembre 2019, soit deux mois avant le premier malade officiellement recensé dans le pays. (...)

« L'étude a examiné 40 échantillons d'eaux usées recueillis entre octobre 2019 et février 2020. Les résultats, confirmés par deux laboratoires différents avec deux méthodes différentes, ont confirmé la présence du RNA (acide ribonucléique, élément essentiel d'un virus) du SARS-Cov-2 dans les échantillons prélevés à Milan et Turin le 18/12/2019 », indique l'ISS, institut public de référence."

Source : MSN

Détection inattendue d'anticorps du SARS-CoV-2 en période prépandémique en Italie

ITALIE/NATIONAL - SEPTEMBRE 2019 - ANTICORPS SANG.

L'étude a porté sur la recherche d'anticorps spécifiques au SARS-CoV-2 sur des échantillons de sang de 959 personnes asymptomatiques participant à un suivi prospectif national relatif à la détection du cancer du poumon. Les tests ont concerné les échantillons prélevés de septembre 2019 à mars 2020. Des anticorps ont été détectés dès septembre 2019 dans des échantillons provenant de plusieurs régions d'Italie.

Source : SAGE Journals

Coronavirus : un premier cas en France dès le 27 décembre

FRANCE/SEINE SAINT DENIS - DECEMBRE 2019 - SEROLOGIES PCR.

Dans les hôpitaux Avicenne de Bobigny et Jean Verdier de Bondy, "un travail rétrospectif d'analyses des tests sérologiques PCR effectués sur les 24 patients atteints de pneumonie en décembre et janvier," a conduit à la détection d'un cas de Covid au 27 décembre 2019.

Source : Le Parisien

Coronavirus : un premier cas de Covid-19 remontant au 2 décembre confirmé en Alsace

FRANCE/ALSACE - NOVEMBRE&DECEMBRE 2019 - SCANNERS PULMONAIRES.

A l'hôpital Albert Schweitzer de la Fondation du Diaconat, à Colmar, le Dr Michel Schmitt, chef du département d'imagerie médicale de la clinique, a procédé à l'analyse de l'ensemble des clichés de scanners réalisés dans l'établissement depuis le début du mois de novembre dernier : soit 2456 scanners thoraciques entre le 1er novembre et le 20 avril. Il apparaîtrait que les premiers cas notés dans l'établissement sont apparus le 16 novembre. Un cas du 2 décembre a par la suite été vérifié via un test Covid. Pour le Dr Schmitt, quelques cas étaient déjà en circulation dans la région au début du mois de novembre.

Source : Medscape

Le Sars-cov2 circulait probablement en France dès novembre 2019

FRANCE - NOVEMBRE 2019 - ANTICORPS SERUM.

"A partir de l’analyse rétrospective d’échantillons de sérum de plus de 9000 adultes collectés dans le cadre de la cohorte Constances, une étude menée par des chercheurs de l’Inserm, a identifié un test positif aux anticorps anti-SARS-CoV-2 chez 353 participants parmi lesquels 13 ont été prélevés entre novembre 2019 et janvier 2020, et ont été confirmés par des tests d’anticorps neutralisants. (...) Ces données publiées dans European Journal of Epidemiology suggèrent une circulation précoce du virus en Europe."

NB : "CONSTANCES est la plus large cohorte française en population générale existante à ce jour. Elle est composée d’un échantillon national représentatif de 215 000 adultes âgés de 18 à 69 ans au moment de l’inclusion. L’inclusion a débuté en 2012, et des échantillons de sérum sont régulièrement collectés lors du suivi des participants pour de futures analyses et stockés dans une biobanque centralisée."

Source : INSERM

25 réactions et commentaires

  • LibEgaFra // 07.05.2021 à 07h15

    Eh oui, le virus a été importé en en Chine à Wuhan à partir du 18 octobre 2019 à l’occasion des jeux militaires. Il était déjà présent aux USA, pris pour une grippe ou des pneumonies atypiques mises sur le compte du vapotage, avec des milliers de morts dès le mois d’octobre.

    Curieusement ce même 18 octobre se déroulait à New York l’Events201 qui proposait un scénario d’une pandémie partie d’un chauve-souris brésilienne et qui durait 18 mois.

    Et bien sûr personne ne parle de la fermeture de Fort Detrick en l’été 2019…

    Et personne ne songe non plus à remercier les Chinois d’avoir été les premiers à identifier le virus, ce que ni les yankees ni les européens n’ont été capables de faire.

    • Surya // 07.05.2021 à 08h13

      C’est vrai que personne ne parle de la fermeture de Fort Dietrick, surtout pas ce journal inconnu appelé New York Times : https://www.nytimes.com/2019/08/05/health/germs-fort-detrick-biohazard.html

      • calal // 07.05.2021 à 09h28

        de votre lien:
         » to halt the research at Fort Detrick because the center did not have “sufficient systems in place to decontaminate wastewater” from its highest-security labs.
        But there has been no threat to public health, no injuries to employees and no leaks of dangerous material outside the laboratory, Ms. Vander Linden said. »
        Le laboratoire a ete arrete parce qu’il n’a pas de systemes suffisants pour permettre la decontamination des eaux usees emises par ses labos de haute securite…

        The problems date back to May 2018, when storms flooded and ruined a decades-old steam sterilization plant that the institute had been using to treat wastewater from its labs

        une tempete et des inondations ont detruites une usine de sterilisation vieilles de plusieurs decennies qui ete utilise pour traiter les eaux usees du laboratoire….

        Dormez tranquille bonnes gens, les budgets sont alloues a bonne escient,vos centrales nucleaires sont bien entretenues,tout va bien, nos gouvernants et nos dominants font les bons choix,un horizon radieux est devant nous….

      • LibEgaFra // 07.05.2021 à 11h23

        « C’est vrai que personne ne parle de la fermeture de Fort Dietrick »

        Vous pouvez faire beaucoup mieux, à commencer par écrire le nom de ce laboratoire correctement.

        Ensuite il est où le lien avec le coronavirus? Nulle part!

        Et si vous comptez sur ce journal pour vous dire la vérité, je vous plains très fort. La preuve:

        « But there has been no threat to public health, no injuries to employees and no leaks of dangerous material outside the laboratory, Ms. Vander Linden said. »

        La santé publique n’a pas été menacée… Ben voyons!

        • VVR // 07.05.2021 à 23h14

          Et vous pensez sérieusement qu’un truc incontrolable mais avec une lethalite de 2 pour mille a le moindre intérêt pour des militaires ?

          • Doud // 08.05.2021 à 00h01

            Les militaires ont déjà l’arme nucléaire, je ne crois pas qu’ils cherchent à faire plus puissant de nos jours…
            La recherche militaire est aussi dirigée vers les armes non létales.
            Je dis ça je dis rien…

          • Decebalus // 08.05.2021 à 00h52

            Avec ce 2 pour mille létalité c’est pour les militaires une parfaite arme biologique par le sabotage social et économique.

          • LibEgaFra // 08.05.2021 à 02h20

            Je pense que des recherches sont en cours dans de nombreux laboratoires yankees sur des armes biologiques, dont un fameux laboratoire en Géorgie (le pays du Caucase, pas l’Etat yankee). Pourquoi croyez-vous que les yankees recherchent des données génétiques sur les Russes?

            Vous avez aussi entendu parler de l’anthrax dont quelques échantillons se sont retrouvés dans des courriers adressés à des opposants au Patriot Act et dont l’origine est « made in USA », oui?

            Pour plus d’informations, il y a ce site tellement bien documenté que parfois il est inatteignable pour cause d’attaques en DDos:

            https://armswatch.com/category/weapons/

            • VVR // 10.05.2021 à 23h29

              Que tous les gouvernements continuent de bidouiller des virus dans leur coin afin de ne pas perdre la main dans le cas où le bactériologique redeviendrait sexy, je n’en doute pas une seconde.

              Par contre, le faire sur une base base de coronavirus est extrêmement douteux. D’un point de vue militaire, la COVID n’a aucun intérêt: difficile a stocker et diffuser, incontrôlable une fois lâchée, et avec des effets très limités.

              C’est un anti-anthrax: le bacile du charbon on peut le mettre sous forme de poudre, facile a stocker et diffuser. Ensuite quand vous le balancez sur une zone, il va provoquer des formes pulmonaires et gastriques, létales à 80%, ou au minimum 20% avec des soins lourds. Mais après c’est finit et moyennant quelques précautions vous pouvez envoyer vos troupes dans les heures qui suivent nettoyer un adversaire complétement désorganisé.

    • RGT // 10.05.2021 à 10h27

      Comme je le répète depuis près d’un an, le virus n’est pas chinois, personne ne sait d’où il vient et j’ai la certitude que ce mystère ne sera sans doute jamais éclairci.

      Par contre, il faudra mettre au crédit des chinois d’avoir été les premiers à l’avoir officiellement détecté (sans tenir compte de la polémique concernant l’annonce officielle qui à mon avis est hors de propos, tous les gouvernements ayant tendance à glisser sous le tapis ce genre d’événement, la « France des Droits de l’Homme » n’étant pas en reste sur le sujet).

      Et bien sûr l’essentiel du reste de la population mondiale a été tenue dans l’ignorance, les propagandes gouvernementales préférant faire diversion en forçant les populations à regarder le doigt au lieu de regarder la Lune.

      Si les chinois n’avaient pas tiré la sonnette d’alarme de nombreux états auraient fait traîner les mesures de protection (masques « inutiles » etc.) et le nombre de contaminés et de morts serait supérieur de plusieurs ordres de grandeur comme c’est la cas dans certains pays qui n’ont pas réagi ou qui ont attendu 6 mois (et des centaines de milliers de morts) avant de prendre la moindre initiative.

      De toutes façons, ce sont les simples gueux qui crèvent alors pourquoi se démener et perdre quelques parcelles de profit ?

      Ces propos n’engagent que moi, si j’ai tort veuillez me fournir des arguments sérieux pour prouver mon erreur.

  • BA // 07.05.2021 à 07h41

    Virus en Inde : nouveau record quotidien de contaminations et décès, « nouvelles vagues » attendues.

    L’Inde a annoncé jeudi un record de près de 4.000 décès dus au Covid-19 et 412.000 nouvelles contaminations en 24 heures, tandis que les autorités préviennent que le pays doit se préparer à affronter « de nouvelles vagues ».

    Les données du ministère de la Santé font état de 3.980 décès et de 412.262 cas quotidiens, portant à 230.168 morts et 21,1 millions de contaminations les chiffres recensés au total en Inde depuis le début de la pandémie.

    Certains experts les estiment largement sous-évalués.

    Ce nouveau record fait suite à plusieurs jours de baisse du nombre de cas qui avaient encouragé l’espoir de voir s’atténuer la flambée enregistrée depuis fin mars. Après un sommet de 402.000 contaminations quotidiennes vendredi dernier, il avait légèrement reculé à 357.000 avant de repartir mardi à la hausse.

    https://actu.orange.fr/monde/virus-en-inde-nouveau-record-quotidien-de-contaminations-et-deces-nouvelles-vagues-attendues-CNT000001AJ2z7/photos/des-malades-atteints-du-covid-19-respirent-avec-l-aide-d-oxygene-fourni-par-un-temple-sikh-au-bord-d-une-route-a-ghaziabad-en-inde-le-6-mai-2021-7a14ac42782b1b4b62602fdccbeca1d9.html

    • Arcousan09 // 07.05.2021 à 12h08

      Il faut relativiser …
      Les chiffres bruts son assénés afin de mieux manipuler les cervelles et continuer de régner par la terreur
      En Inde ils sont quelques 1,5 milliards d’habitants
      Nous sommes 67 millions
      Une simple division niveau maternelle prouve que la mortalité n’est pas aussi dramatique que nos politiques veulent bien le dire

      • Brigitte // 08.05.2021 à 08h54

        Arcousan, tout cela n’est qu’une question d’échelle. Que représentent nos 105 000 morts à l’échelle de l’UE? déjà 7 fois moins. Croyez vous que l’Inde, pays fédéral, ne raisonne pas aussi au niveau « local »? C’est là que la réalité se trouve, pas dans les statistiques globales.
        Tout ça pour dire que plus on élargie un territoire, exemple l’UE avec ces 447 000 millions d’habitants qui ne se connaissent ni de la pomme ni d’Adam (Smith), plus on dilue le poids de la réalité locale. Voici une raison de plus de ne pas adhérer à cette stratégie globalisante.

  • pseudo // 07.05.2021 à 08h33

    pourquoi il n’y a que france, es, italie dans cette liste (pas de traductions (c’est pas une critique) ou pas d’article == pas de virus dans le reste du monde ?) ? Pas de danemark, suisse, ou US (même l’inde devrait en toute logique en avoir eu sur son sol en 2019) ? est ce que les méthodes de tests des ancien échantillons sont fiable ? Et surtout, ça aide en quoi de connaitre son origine ? Quelques questions qui fuseront dans tous les débats autour de ces artefacts;

    Dans l’idée que le virus était là avant la pandémie, on peut déjà remarquer que sa présence à bas bruit n’a pas permis de générer d’immunité +/- collective. Du coup il était là mais sans être là. Est ce que cette immunité est totalement factice (durée trop courte, trop faible détection de variant) ? Quid de la détection chez les animaux ? Zoo etc ? N’a t’on pas quelques fioles sanguinolente à passer au analyses ? les visons ?

    Peut on imaginer relier cette présence avec le P4 ? Ce machin attire à lui tous les faisceaux d’indices et de suspicions.

    Et à supposer que ce soit complètement comploter, pourquoi la chine subirait l’infamie de sa découverte sur son sol alors qu’elle faisait visiblement des recherches autour de cela et donc son intérêt était de continuer dans les meilleures conditions possible son programme, non ? Ses services secrets auraient échoués ? Si c’est comploter, pourquoi laisser partir un virus aussi insidieux dans sa contagion ? Un ebola à la touche artistique de l’hémoglobine qui permet justement de bien le détecter et de le contenir tout en foutant vraiment les jetons.

    c’est pas clair.

  • Brigitte // 07.05.2021 à 08h48

    Vu la mondialisation des échanges humains, il sera bien difficile de déterminer l’origine du virus.
    Même si la piste de la zoonose est la plus probable, il ne faut pas écarter l’origine de la fuite accidentelle d’un labo. Les scientifiques savent pertinemment qu’ils ne travaillent pas toujours dans des conditions de sécurité adéquates et d’ailleurs c’est déjà arrivé. La grippe de 1969-70 est due à une souche de 1950 ressortie d’un labo et qui a fuité (source la revue du CNRS). Depuis le Sras, les labos ont brassé d’innombrables souches et en ont manipulé certaines pour comprendre leur mode d’action. Le site de clivage à la furine est présent chez les coronavirus humains mais très peu chez ceux des chauve souris. ça questionne quand même.

    • paulo // 07.05.2021 à 11h24

      Je me souviens des cris d’orfraies de certains sur ce site il y a un an quand on évoquait des manipulations de virus , tout de suite classé complotiste science-fictionnesque de bas étage ….et pourtant les recherches sur les fameux  » gains de fonction » ça faisait bien déjà une décennie , et certaines ont même été interdites aux US…puis finalement réautorisées .

      Il suffit de voir comment agit ce virus et l’incroyable diversité des symptômes , les affections psy non des moindres, pour penser qu’on est une échelle au dessus du coronavirus d’origine  » naturelle « 

  • Betty // 07.05.2021 à 11h48

    Juste comme ça. Espagne: »Ils ont analysé les prélèvements effectués en 2018 et 2019, dont les tests se sont révélés négatifs, sauf pour celui du 12 mars 2019. » Italie: « L’étude a examiné 40 échantillons d’eaux usées recueillis entre octobre 2019 et février 2020. » Nous pouvons en déduire qu’ils sont plus précautionneux en Espagne. Mais également: « Dans le cadre du projet de surveillance sentinelle, et après le 13 avril, les chercheurs ont analysé chaque semaine les échantillons obtenus dans deux grandes usines de traitement d’eau à Barcelone. » La question de l’usine de traitement des eaux usées d’Achères pose de facto question. En effet: « Un grave incendie, qui s’est déclaré le 3 juillet (2019) dans l’usine d’épuration d’Achères (Yvelines), perturbe partiellement le fonctionnement de ce site qui traite 70 % des eaux usées de l’agglomération parisienne. » https://www.usinenouvelle.com/article/un-incendie-perturbe-le-fonctionnement-de-l-usine-d-epuration-d-acheres.N863120 Cet accident a « contrarié » un projet de mise aux normes mais pas que: « Il était à craindre que des visites dans les permanences ou des observations dans les registres portent plus sur ces événements que sur le projet mis à l’enquête. A cette fin, la commission d’enquête a demandé au SIAAP de produire un document permettant de faire la distinction entre les suites de ces événements et le projet spécifique mis à l’enquête. » Page 11 https://www.yvelines.gouv.fr/content/download/20442/123460/file/Rapport%20d%C3%A9cantation%20SIAAP.pdf

  • Christophe V. // 08.05.2021 à 19h42

    Je vous invite à regarder sur Thinkerview l’interview du journaliste Brice Perrier https://m.youtube.com/watch?v=1wul4z8pmzU

  • Paul // 09.05.2021 à 09h16

    et quand on disait celà sur les crises il y a quelques mois on se faisait, comment dire, nettoyé

    Vous réaliserez demain (ou dans x année) que certains reportages avaient presque raison sur tout.

    Dans tous les cas, un énorme merci pour ressortir les infos.
    Mais en tirer les conclusions, tout comme les « terroristes » en 45 qui étaient les résistants, les xxx d’hier ne sont en fait que des lanceurs d’alertes.
    Donc l’even 201, c’est qu’ils savaient déjà ?
    Un parallèle avec les exercices d’un 13 novembre, coïncidence, ou connaissance d’un danger ?
    https://sofia.medicalistes.fr/spip/IMG/pdf/P-CARLI_RETEX_SAMU75.pdf

    • VVR // 10.05.2021 à 23h53

      L’Event 201 était précédé en 2018 de Clade X qui utilisait un scénario trés similaire. Hasard ou coïncidence fortuite ? Les deux sont très fortement inspiré des « Pan Flu Scramble Exercise » beaucoup plus fréquents (et destinés a un public beaucoup plus nombreux).

      L’Event 201 choisit précisément un coronavirus, mais à l’époque ça veux dire SRAS ou MERS (HCoV-HKU1 tout le monde s’en fout) et c’est un exemple très parlant de grosse saloperie qui déboule sans signe avant coureur.

      Et enfin un RETEX est un retour d’expérience, et le 13 novembre 2015 n’était pas un exercice (ou alors ils se sont dit que c’était tellement raté qu’ils ont préféré ne pas donner suite, a vous de voir).

      • Paul // 11.05.2021 à 13h26

        c’est le premier lien un peu détaillé que j’ai trouvé
        le matin , il y avait bien un exercice « attaques multiples »
        pour Madrid aussi
        pour 2001, il y avait aussi un exercice d’avion.
        Ce ne sont pas des blagues. paris, c’était la première fois ..
        le contre espionnage les avaient informés ?

        • VVR // 11.05.2021 à 19h05

          C’est un lien vers un RETEX du 2 Fevrier 2016 sur les attentats du 13 Novembre, ça ne parle pas du tout de l’exercice.

          Sinon, au sujet de l’exercices du 13 novembre au matin, d’aprés Pierre Carli ces simulations sont extrêmement fréquentes depuis Janvier 2015. L’attentat de Charlie avait montré un manque de préparation a des attentats, en particulier à l’arme de guerre.

          Mais la question a se poser, c’est: a quoi sert a cet exercice si ce n’est pas une coïncidence ? Le faire quelques jours avant aurait été bien plus bénéfique, et comme l’exercice avait été décidé depuis des semaines il était parfaitement possible d’avancer la date de quelques jours. A moins que l’objectif ne soit de perturber, mais dans ce cas il fallait faire l’attentat pendant l’exercice.

          • Paul // 12.05.2021 à 08h30

            rappel de l’exercice à la page 16
            multisite, 4 groupes de tireurs

            non, c’était le premier du genre
            d’après Pelou l’exercice a permis de mieux s’organiser dès le début des vrais attentats

            • VVR // 13.05.2021 à 10h04

              Le premier du genre, avec quelle précision dans « le genre » ?

              Ce qui a été activé, c’est ce que l’on appelait le plan Rouge Alpha. Ce plan (une sous-catégorie du plan ORSEC) existe depuis juillet 2005 spécifiquement pour gérer des situations d’attaque terroriste multi-site en unifiant le commandement des secours (tirant les leçons des attentats de Madrid et Londres).

              La nouveauté ce sont les fusils d’assauts, mais il y avait eut Charlie avant pour montrer le manque de préparation contre ce d’attaque. C’est d’ailleurs ce que nous dit le même Pelou: depuis Janvier 2015 les Samu et Urgences se sont dotés de garrots militaires pour les blessures par arme de guerre, que beaucoup de chose ont été revus pour permettre une meilleure prise en charge.

  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications