Les Crises Les Crises
8.octobre.20198.10.2019 // Les Crises

Réaction à la résolution adoptée par le Parlement européen sur l’importance de la liberté d’expression

Merci 645
J'envoie

Ce billet fait suite à notre analyse de cette résolution du Parlement européen.

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, répond à RIA Novosti sur la résolution adoptée par le Parlement européen sur l’importance de la liberté d’expression.

Source : Ministère des affaires étrangères de la Fédération de Russie, 20-09-2019

Question : Le 19 septembre, le Parlement européen a adopté une résolution sur l’importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe. Pouvez-vous réagir à ce document ?

Maria Zakharova : Le ministère russe des Affaires étrangères s’abstient de faire des commentaires sur les actions du Parlement européen. Toutefois, nous sommes contraints de faire une exception dans ce cas particulier parce qu’il s’agit d’une nouvelle série de graves falsifications historiques.

Cette résolution n’est rien moins qu’un lot d’allégations révisionnistes. Le Parlement européen a fait une nouvelle tentative scandaleuse de mettre sur le même pied l’Allemagne nazie, pays agresseur, et l’Union soviétique, dont les peuples ont payé un prix extrêmement élevé pour libérer l’Europe du fascisme.

L’affirmation du Parlement européen selon laquelle la Seconde Guerre mondiale aurait commencé suite à la signature du Traité de non-agression entre l’Union soviétique et l’Allemagne le 23 août 1939 n’a rien à voir avec les faits historiques. Dans le même temps, la résolution ne mentionne pas la politique des pays occidentaux, complaisante envers l’agresseur pour tenter de réorienter la stratégie expansionniste d’Hitler depuis l’Ouest vers l’Est, ni que ces manœuvres ont conduit à la trahison de Munich en 1938. Les signataires des accords de Munich ont jeté un État souverain, la Tchécoslovaquie, en pâture à la prédation nazie. Cette mémoire historique sélective est un scandale et une honte quand elle aborde la « tragédie sans précédent » de la Pologne, pays qui d’ailleurs a lui-même participé au démembrement de la Tchécoslovaquie et signé un traité de non-agression avec l’Allemagne en 1934.

Nous voudrions souligner une fois de plus les dangers inhérents à la politisation de l’histoire et à la révision des faits. Tout en mettant de côté des faits historiques qui lui sont désagréables et en interprétant à sa guise une version révisée des événements, le Parlement européen coupe le dernier lien avec la réalité. La réalité est actuellement une réhabilitation de la mémoire des criminels nazis, avec des défilés de vétérans de la Waffen SS et de leurs partisans et des organisations néonazies absolument sans entraves dans certains pays européens. Il s’agit là d’une menace bien réelle pour les principes démocratiques fondamentaux et les droits de l’homme.

Aucune tentative de formuler un projet de cohésion de l’UE en déformant la vérité historique ne contribuera à vaincre l’intolérance en Europe. La manipulation des faits à des fins intéressées ne saurait être ni une ligne de conduite morale ni une ligne de conduite politique. Au contraire, elle risque de saper la confiance des Européens, surtout des jeunes, dans les valeurs européennes dont Bruxelles aime tant se gargariser.

Nous considérons que la falsification du passé est inacceptable. Nous sommes fermement convaincus que l’histoire doit rester du ressort des professionnels responsables plutôt que de celui de politiciens y ayant recours par intérêt personnel.

Source : Ministère des affaires étrangères de la Fédération de Russie, 20-09-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

M.Smith // 08.10.2019 à 06h24

Force est de constater que voix de la raison est du côté de la Russie. Merci à elle. Honte à l’UE et au pays des lumières éteintes.

Dérive vers 1984 (réécriture de l’histoire, guerres permanentes, surveillance généralisée, double pensée) et le Meilleur des Mondes (conditionnement dès la naissance, éducation sexuelle transgressive des enfants, bébé éprouvette, transhumanisme) sur fond de finance folle et de dégradation gravissime de la planète.
Deux livres à lire et à relire, à prêter, offrir, enseigner pour réveiller les consciences.

24 réactions et commentaires

  • M.Smith // 08.10.2019 à 06h24

    Force est de constater que voix de la raison est du côté de la Russie. Merci à elle. Honte à l’UE et au pays des lumières éteintes.

    Dérive vers 1984 (réécriture de l’histoire, guerres permanentes, surveillance généralisée, double pensée) et le Meilleur des Mondes (conditionnement dès la naissance, éducation sexuelle transgressive des enfants, bébé éprouvette, transhumanisme) sur fond de finance folle et de dégradation gravissime de la planète.
    Deux livres à lire et à relire, à prêter, offrir, enseigner pour réveiller les consciences.

      +129

    Alerter
    • Owen // 08.10.2019 à 08h18

      Oui, c’est vrai. Au delà des projets de sociétés de Karl Marx et Adam Smith, qui occupent tous les débats politiques et encombrent ceux des idées, ce sont les deux ouvrages qui ont le mieux annoncé les nôtres en cours. Ils rassemblent toutes les tendances dystopiques, les préfigurations et les raisons.

        +16

      Alerter
    • Max // 08.10.2019 à 09h43

      “Les dissidents sont à l’Ouest” (Sojenitzyne cité par Villiers)

        +6

      Alerter
    • Seb // 08.10.2019 à 12h59

      Dans le même style, je vous conseille aussi l’excellent “Un bonheur insoutenable” de Ira Levin.

        +7

      Alerter
      • Philou // 08.10.2019 à 16h50

        “1984” (Orwell), “Le Meilleur des Mondes” (Huxley) et “Un Bonheur insoutenable” (Levin) devraient être une lecture obligatoire au lycée au moins (2nde ou 1ère)…
        Jamais ces livres n’ont été autant d’actualité !

          +13

        Alerter
    • Jp varet // 08.10.2019 à 23h45

      Intéressant commentaire.
      Le dernier vote de l’UE sur la liberté d’expression et la démocratie assimilant communisme et nazisme demontre bien que la majorité du parlement européen approuve un neoliberalisme
      Prêt à pactiser avec les mouvements d’extrême
      droite.

        +7

      Alerter
  • Fritz // 08.10.2019 à 07h17

    Bravo. C’est le mensonge qui divise l’Europe (car l’Europe inclut la Russie). Rien que pour cette mise au point nécessaire et salutaire, Mme Zakharova mérite le prix Nobel de la Paix. Elle l’obtiendra, j’en suis sûr.
    De quoi ? Je rêve ?

      +68

    Alerter
  • RGT // 08.10.2019 à 08h32

    Bof… Rien de nouveau en €urope.

    Comme dans les années 30, le message préféré des “élites” est toujours “Plutôt Hitler que le Front Populaire”.

    Et surtout n’oublions JAMAIS que le fameux “pacte de non agression” a été signé simplement pour que l’URSS puisse grappiller un peu de temps car les occidentaux avaient strictement refusé de signer une alliance avec les “sales rouges” pour éviter la montée d’un régime politique qui allait au delà de leurs espérances.

    Ce que ces ignobles individus se sont bien gardés de dire à leurs populations, c’est qu’ils savaient parfaitement ce qui allait advenir plus tard.

    Mais comme ça convenait parfaitement aux “élites” ils ont simplement laissé faire et ont ensuite glissé sous le tapis les conséquences de leurs actes en se réfugiant derrière le traditionnel “on ne pouvait pas prévoir”.

    Quant à TOUS les hauts fonctionnaires, TOUS les préfets et TOUTES les “forces de l’ordre” ont allègrement collaboré sans sourciller en se planquant derrière les “procédures” et les “ordres” du “gouvernement légal”.

    Et ensuite, ces mêmes “hauts fonctionnaires” lancent les mêmes “forces de l’ordre” tabasser les gilets jaunes sans aucune hésitation en indiquant qu’ils respectent les “procédures” du “gouvernement légal”.

    Ils font aussi de même pour les sites dangereux comme à Rouen, pour les “projets” débiles adoubés par l’oligarchie, pour les taxes permettant aux plus nantis de se soustraire à l’impôt, etc, etc.

    N’essayez pas de vous exiler, c’est partout pareil dans les “grandes républiques représentatives”.

      +58

    Alerter
    • BrunO // 08.10.2019 à 08h59

      « TOUS les hauts fonctionnaires«  est inexact. Citons par exemple Jean Moulin.

        +5

      Alerter
      • Serge Bellemain // 08.10.2019 à 09h13

        Jean Moulin….Hélas le seul préfet! Un arbre ne doit, jamais, cacher la forêt.

          +28

        Alerter
        • RGT // 09.10.2019 à 18h54

          Jean Moulin n’était pas énarque.
          S’il l’avait été la face de la résistance en aurait été totalement changée et la Gestapo n’aurait pas eu besoin de l’arrêter ni de le torturer.

          Je vous prie de faire preuve de respect en ne comparant pas un homme qui s’est comporté en héros avec les crapules opportunistes qui gravitent désormais dans les cercles du pouvoir.

            +3

          Alerter
          • Jeanne L // 10.10.2019 à 16h49

            Et pour cause ! l’ENA a été fondée après la guerre.
            Si Vichy avait déjà fait le projet d’une école spéciale pour former les administrateurs des ministères (école d’Uriage de Dunoyer de Segonzac) c’est le gouvernement issu de la Résistance qui fondera l’école dans le but clair et annoncé de permettre un renouveau et une mutation profonde des “élites” qui étaient issues des couches sociales qui s’étaient dans leur ensemble plus ou moins vautrées dans la collaboration.
            Il y eut effectivement un renouveau des groupes sociaux d’origine des élèves ayant réussi le concours, tous manifestaient un très grand souci et respect du service public, beaucoup étaient de grands et jeunes Résistants qui avaient donné leur temps, leur forces et abandonné leurs études pendant l’Occupation, d’autres étaient des Prisonniers de guerre avec plusieurs tentatives d’évasion, des soldats de la France Libre…
            La première promotion de l’ENA se nommait “France combattante” , ce n’était pas un nom usurpé.
            Elle a permis à la France de former un ensemble de hauts fonctionnaires, qui ont fait aussi la reconstruction du pays, et ils étaient nécessaires car sinon tous les Papon auraient été réaffectés, il yen a déjà eu assez comme cela.
            Comme le montre Mme lacroix -Riz l’épuration n’a pas été complète, mais L’ENA du début a permis à notre pays de retrouver sa
            force, sa diplomatie et son savoir administratif remarquable.

              +5

            Alerter
      • petitjean // 08.10.2019 à 10h07

        Jean Moulin n’était-il pas membre du parti communiste ?

          +1

        Alerter
        • Owen // 08.10.2019 à 10h38

          Il était radical-socialiste et franc-maçon, incompatible avec ce catho tradi que Charles de Gaulle était, amateur de la France des rois. Heureusement, ils étaient plus intelligents que ça. Ensemble, ils ont même rassemblé la Résistance, des communistes à l’ extrême droite.

          Sans aller jusqu’au révisionnisme, les gens de gauche, comme droite, ainsi que les médias, détestent aujourd’hui qu’on leur rappelle ces réalités.

          Allez donc savoir pourquoi…

            +14

          Alerter
          • Patrice // 10.10.2019 à 10h39

            A priori, Jean Moulin n’était pas franc-maçon contrairement à son père. Brossolette l’était mais Laval, Spinasse, Bousquet ou Abetz également.
            Le révisionnisme historique ne concerne pas seulement l’Urss. Robespierre, pas franc-maçon non plus, en a aussi fait les frais.
            Outre Jean Moulin, le magistrat Paul Didier totalement inconnu du fait du maintien de l’appareil judiciaire après 45, à qui Annie Lacroix-Riz dédie son dernier livre, s’est également opposé à Vichy.

              +2

            Alerter
        • Fritz // 08.10.2019 à 10h43

          Non. Et il n’a pas vraiment favorisé les communistes au sein du CNR.

            +9

          Alerter
  • Louis Robert // 08.10.2019 à 08h48

    « Cette mémoire historique sélective est un scandale et une honte. Tout en mettant de côté des faits historiques qui lui sont désagréables et en interprétant à sa guise une version révisée des événements, le Parlement européen coupe le dernier lien avec la réalité. La réalité est actuellement une réhabilitation de la mémoire des criminels nazis, avec des défilés de vétérans de la Waffen SS et de leurs partisans et des organisations néonazies absolument sans entraves dans certains pays européens. La manipulation des faits à des fins intéressées… risque de saper la confiance des Européens, surtout des jeunes, dans les valeurs européennes dont Bruxelles aime tant se gargariser.»

    On ne saurait mieux dire. Prenant le monde entier a témoin, cette « Europe » très officielle dégénère.

      +16

    Alerter
  • Michel Le Rouméliote // 08.10.2019 à 11h29

    Conclusion : devant de telles ignominies historiques, il faut faire comme les Britanniques et sortir au plus vite de la dictature européiste et de sa monnaie de singe !

      +26

    Alerter
    • Dominique65 // 09.10.2019 à 02h05

      « devant de telles ignominies historiques, il faut sortir de la dictature européiste »
      Disons que c’est une raison de plus.

        +7

      Alerter
  • MaisOui // 08.10.2019 à 12h36

    Finalement, le crédit qu’on devrait accorder aux travaux des historiens officiels dépend directement de la liberté qu’il leur est occroyée. Par conséquent, toute tentative de legislation, d’encadrement de la “mémoire historique”, devrait être objet d’étude prioritaire des historiens ET des citoyens dans leur ensemble.

      +5

    Alerter
  • petitjean // 08.10.2019 à 12h49

    “l’importance de la liberté d’expression”
    sans blague !
    qu’elle est donc cette hypocrisie ?
    parce que quand la “liberté d’expression” est strictement encadrée par des lois qui la restreignent , il n’y a plus alors de “liberté d’expression”
    Et en France, tout particulièrement, la fameuse “liberté d’expression” est encadrée par un arsenal législatif impressionnant
    Donc il n’y a plus de “liberté d’expression” et donc… il n’y a plus de démocratie !!
    cessons de tourner autour du pot………………

      +16

    Alerter
  • cedivan // 08.10.2019 à 16h15

    Ce qui est dit est vrai mais on ne peut pas non plus parler de l’engrenage de 39, de Munich etc sans revenir aussi à 1917 et au traité de Brest Litovsk par exemple. Tous les acteurs de 39, coté occidental j’entends, connaissaient évidemment cette page de la jeune histoire bolchévique qui ne pouvait qu’inciter à la méfiance avec les communistes soviétiques. Je n’entends pas justifier l’injustifiable à Munich mais il me semble un peu facile aussi de faire passer les soviétiques pour les victimes absolues en 39 après la trahison bolchévique de 1917.

      +1

    Alerter
  • lon // 08.10.2019 à 19h22

    Il y a deux choses en Europe qui relèvent du ” Deepfake 2.0 “, c’est le Parlement Européen et la liberté d’expression .

      +7

    Alerter
  • Claudezip12 // 14.10.2019 à 17h59

    Aucun doute!l’UE n’absolument aucune considération pour les citoyens.
    L’ideologie neo libérale qu”elle prone est développée dans tout son périmètre ,n’a comme horizon que le profit ,les individus ne constituant qu’un troupeau à tondre.
    L’histoire de nos contrées doit devenir ou etre un discours de perpective , de manipulations diverses avec comme profit et la domination.
    Comme cela était rappelé précédemment 1984 d’Orwel est mis en application par dose homeopathiques mais permanentes.NOUS SOMMES DEDANS!

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications