Important article du New-York Times, très peu repris, que je ressors…

Tout ceci ça va sans dire, mais ça va mieux en le disant, surtout dans un grand média…

Ne PAS laisser des gouvernements faire ceci serait une excellente façon de lutter contre l’islamisme et le terrorisme – plus que changer notre Constitution par exemple… #JeDisÇaJeDisRien

Source : The New York Times, le 23-01-2016.

[Timber Sycamore] Pour le financement des rebelles syriens, les États-Unis sont fortement dépendants de l’argent saoudien

timber-sycomore

Washington — Lorsque le Président Obama a secrètement autorisé la Central Intelligence Agency à commencer à armer les combattants rebelles de Syrie en 2013, l’agence d’espionnage savait qu’elle aurait un partenaire disposé à aider à financer l’opération clandestine. C’était le même partenaire sur lequel la CIA s’est appuyée pendant des décennies pour son argent et sa discrétion dans les conflits lointains : le royaume d’Arabie saoudite.

Depuis lors, la CIA et son homologue saoudienne maintiennent un accord inhabituel pour la mission d’entraînement des rebelles, à laquelle les Américains ont donné le nom de code Timber Sycamore. Avec cet accord, selon d’actuels et anciens hauts fonctionnaires, les Saoudiens fournissent à la fois des armes et de grosses sommes d’argent, et la CIA dirige l’entraînement des rebelles au maniement des fusils d’assaut AK-47 et des missiles antichars.

Le soutien aux rebelles syriens n’est que le chapitre en cours d’une relation qui dure depuis des dizaines d’années entre les services d’espionnage d’Arabie saoudite et les États-Unis, une alliance qui a traversé le scandale Iran-Contra, le soutien des moudjahidines contre les Soviétiques en Afghanistan et les combats par procuration en Afrique. Quelquefois, comme en Syrie, les deux pays ont travaillé de concert. D’autres fois, l’Arabie saoudite a simplement signé des chèques, souscrivant aux activités clandestines américaines.

Les secrets du royaume

Des décennies de coopération discrète

Les programmes conjoints d’armement et d’entraînement se poursuivent, auxquels d’autres nations du Moyen-Orient contribuent, alors que les relations entre les États-Unis et l’Arabie saoudite — et la position du royaume dans la région — fluctuent. Les liens traditionnels, pétrole bon marché et géopolitique, qui ont longtemps rapproché les pays se sont desserrés avec le déclin de la dépendance américaine au pétrole étranger et avec les mouvements discrets de l’administration Obama pour un rapprochement diplomatique avec l’Iran.

Et pourtant l’alliance persiste, maintenue à flot sur une mer d’argent saoudien et par une reconnaissance des intérêts propres de chacun. En plus des vastes réserves de pétrole de l’Arabie saoudite et de son rôle de repère spirituel pour le monde musulman sunnite, cette relation ancienne en matière de renseignement aide à comprendre pourquoi les États-Unis ont été réticents à critiquer ouvertement l’Arabie saoudite sur ses violations des droits de l’homme, son traitement des femmes et son soutien à la souche extrême de l’islam, le wahhabisme, qui a précisément inspiré plusieurs des organisations terroristes que combattent les États-Unis. L’administration Obama n’a pas publiquement condamné la décapitation, ce mois-ci, par l’Arabie saoudite, d’un religieux dissident chiite, le cheikh Nimr al-Nimr, qui avait défié la famille royale.

Même si les Saoudiens ont affirmé publiquement contribuer à l’armement de groupes rebelles en Syrie, l’étendue de leur participation à la campagne d’actions clandestines de la CIA et leur soutien financier direct n’ont pas été révélés. Des interviews d’une demi-douzaine responsables américains en poste et à la retraite, et des sources provenant de plusieurs pays du golfe Persique ont permis d’en reconstituer les détails. La plupart se sont exprimés sous couvert d’anonymat parce qu’ils n’étaient pas autorisés à parler du programme.

Dès que l’opération de la CIA a commencé, l’argent saoudien l’a soutenue.

« Ils ont compris qu’ils ont besoin de nous, et nous comprenons que nous avons besoin d’eux, » a déclaré Mike Rogers, originaire du Michigan, ancien membre républicain du Congrès et président du House Intelligence Committee quand l’opération de la CIA a commencé. M. Rogers a refusé de discuter des détails du programme classifié.

Les hauts fonctionnaires n’ont pas révélé le montant de la contribution saoudienne, bien plus importante que celle des autres nations, au programme d’armement des rebelles contre l’armée du président Bachar el-Assad. Mais on estime le coût total de l’armement et de l’entraînement à plusieurs milliards de dollars.

La Maison-Blanche a couvert le financement clandestin par l’Arabie saoudite — et par le Qatar, la Jordanie et la Turquie — à un moment où M. Obama a poussé les États du Golfe à jouer un rôle plus grand dans la sécurité de la région.

Le roi Salmane d’Arabie saoudite et le président Barack Obama en septembre à la Maison-Blanche. Crédits Gary Cameron/Reuters

Les porte-parole de la CIA et de l’ambassade saoudienne à Washington ont refusé tout commentaire.

Quand M. Obama s’est engagé à armer les rebelles au printemps 2013, c’était en partie pour essayer de gagner le contrôle de la mêlée générale dans la région. Les Qataris et les Saoudiens acheminaient des armes en Syrie depuis plus d’un an. Les Qataris avaient même fait entrer des cargaisons de missiles portatifs FN-6 chinois par la frontière turque.

Les efforts saoudiens étaient dirigés par le flamboyant prince Bandar ben Sultan, à l’époque chef du renseignement, qui ordonnait aux espions saoudiens d’acheter des milliers d’AK-47 et des millions de munitions en Europe de l’Est pour les rebelles syriens. La CIA a aidé à obtenir les commandes d’armes pour les Saoudiens, notamment une grosse transaction en Croatie en 2012.

A l’été 2012, un sentiment de liberté s’était répandu le long de la frontière turque avec la Syrie, avec l’acheminement, par les nations du Golfe, d’argent et d’armes à des groupes rebelles — même à certains dont les responsables américains craignaient qu’ils n’aient des liens avec des groupes radicaux comme Al-Qaïda.

La CIA était particulièrement sur la touche durant cette période, autorisée par la Maison-Blanche sous le programme d’entraînement Timber Sycamore à livrer une assistance non létale aux rebelles, mais pas d’armes. À la fin 2012, selon deux anciens hauts responsables américains, David H. Petraeus, alors directeur de la CIA, a sermonné sérieusement les responsables du renseignement de plusieurs nations du Golfe lors d’une rencontre près de la mer Morte en Jordanie. Il leur a reproché d’avoir envoyé des armes en Syrie sans se coordonner entre eux ou avec les agents de la CIA en Jordanie et en Turquie.

Des mois plus tard, M. Obama a donné son accord pour que la CIA commence à armer directement et à entraîner les rebelles à partir d’une base en Jordanie, amendant le programme Timber Sycamore afin d’autoriser l’assistance létale. Selon la nouvelle disposition, la CIA a dirigé l’entraînement, pendant que la Direction générale du renseignement d’Arabie saoudite a fourni l’argent et les armes, dont des missiles antichars TOW.

Les Qataris ont aussi aidé à financer l’entraînement et permis qu’une base qatarienne soit utilisée comme lieu d’entraînement supplémentaire. Mais des responsables américains ont dit que l’Arabie saoudite était de loin la plus grosse contributrice à l’opération.

Alors que l’administration Obama a vu cette coalition comme un argument de vente au Congrès, certains, dont le sénateur Ron Wyden, un démocrate de l’Oregon, ont soulevé la question de savoir pourquoi la CIA avait besoin de l’argent saoudien pour son opération, selon un ancien responsable américain. M. Wyden a refusé tout entretien, mais son bureau a publié une déclaration appelant à plus de transparence. « Les hauts responsables ont déclaré publiquement que les États-Unis essaient d’augmenter les capacités sur le champ de bataille de l’opposition anti Assad, mais ils n’ont pas fourni de détails au public montrant comment cela se passe, quelles agences américaines sont impliquées, ou avec quels partenaires ces agences travaillent », disait le communiqué.

Quand les relations entre les pays concernés par le programme d’entraînement se tendent, il revient souvent aux États-Unis de négocier des solutions. En tant qu’hôte, la Jordanie attend des paiements réguliers des Saoudiens et des Américains. Quand les Saoudiens paient en retard, selon un ancien haut responsable du renseignement, les Jordaniens se plaignent aux responsables de la CIA.

Alors que les Saoudiens ont financé les précédentes missions de la CIA sans engagement, l’argent pour la Syrie vient avec des exigences, ont dit des responsables en poste et à la retraite. « Ils veulent une place à la table et ils veulent pouvoir dicter sera l’ordre du jour », raconte Bruce Riedel, ancien analyste de la CIA et aulourd’hui membre éminent de la Brookings Institution.

Le programme d’entraînement de la CIA est séparé d’un autre programme d’armement des rebelles syriens, un programme que le Pentagone a dirigé et qui s’est terminé depuis. Il était conçu pour entraîner les rebelles à lutter contre les combattants de l’État islamique en Syrie, contrairement au programme de la CIA, qui s’intéresse aux groupes rebelles qui se battent contre l’armée syrienne.

Sur cette photo datant de 2007, le prince Bandar ben Sultan, qui a ordonné à des espions saoudiens d’acheter des milliers de fusils d’assaut AK-47 pour les rebelles syriens. Crédits Hassan Ammar/Agence France-Presse — Getty Images

Même si une alliance du renseignement est au centre du combat en Syrie et a été importante dans la guerre contre Al-Qaïda, une source constante d’irritation des relations américano-saoudiennes est simplement combien de citoyens saoudiens continuent à soutenir des groupes terroristes, disent des analystes.

« Plus l’argumentaire devient, Nous avons besoin d’eux comme partenaires contre le terrorisme, moins il est convaincant, » dit William McCants, ancien conseiller en contre-terrorisme au département d’État et auteur d’un livre sur l’État islamique. « Si c’est simplement une conversation sur la coopération dans le contre-terrorisme, et si les Saoudiens sont une grande partie du problème en premier lieu, alors comment cet argument peut-il convaincre ? »

À court terme, l’alliance reste solide, renforcée par une obligation entre les maîtres de l’espionnage. Le prince Mohammed ben Nayef, ministre de l’Intérieur saoudien qui a pris en charge l’effort d’armement des rebelles syriens du prince Bandar, connaît le directeur de la CIA, John O. Brennan, depuis l’époque où M. Brennan était le chef de la station de l’agence à Riyad dans les années 90. D’anciens collègues disent que les deux hommes restent proches, et le prince Mohammed s’est fait des amis à Washington avec ses actions offensives pour démanteler des groupes terroristes comme Al-Qaïda dans la péninsule arabique.

Le poste qu’occupait autrefois M. Brennan à Riyad est, plus que celui d’ambassadeur, le véritable siège du pouvoir américain dans le royaume. D’anciens diplomates se souviennent que les discussions les plus importantes transitaient toujours par le chef de la station de la CIA.

Des responsables du renseignement en poste et à la retraite, disent qu’il y a toujours un avantage à ce mode de communication : les Saoudiens sont beaucoup plus réceptifs à la critique américaine quand elle est faite en privé, et ce canal secret a fait plus pour orienter le comportement saoudien vers les intérêts de l’Amérique que n’importe quel reproche public.

Les racines de la relation sont profondes. À la fin des années 70, les Saoudiens ont organisé ce que l’on connaissait comme le « Safari Club, » une coalition de nations incluant le Maroc, l’Égypte et la France, qui a dirigé des opérations en Afrique à une époque où le Congrès avait cloué les ailes de la CIA après des années d’abus.

Les groupe des quatre du gouvernement d’Arabie Saoudite

Bref retour sur les personnalités les plus puissantes du royaume et sur leur position pour la succession parfois compliquée.

« Et ainsi, le royaume, avec ces pays, a aidé d’une certaine façon, je le crois, à garder le monde en sécurité à une époque où les États-Unis n’en étaient pas capables », se rappelle le prince Turki Al-Fayçal, un ancien dirigeant du renseignement saoudien, dans un discours à l’université de Georgetown en 2002.

Dans les années 80, les Saoudiens ont aidé à financer les opérations de la CIA en Angola, où les États-Unis ont soutenu les rebelles contre le gouvernement allié aux Soviétiques. Bien que les Saoudiens aient été profondément anticommunistes, la motivation principale de Riyad semblait être de consolider ses liens avec la CIA. « Ils achetaient de la bonne volonté », se rappelle un ancien cadre supérieur du renseignement qui était impliqué dans l’opération.

Dans l’épisode peut-être le plus important, les Saoudiens ont aidé à armer les rebelles moudjahidines pour chasser les Soviétiques hors d’Afghanistan. Les États-Unis ont investi des centaines de millions de dollars chaque année dans la mission, et les Saoudiens s’y sont alignés, au dollar près.

L’argent circulait par un compte suisse géré par la CIA. Dans le livre La Guerre de Charlie Wilson, le journaliste George Crile III décrit comment la CIA s’est arrangée pour que le compte ne rapporte pas d’intérêt, respectant l’interdiction islamique de l’usure.

En 1984, quand l’administration Reagan a cherché de l’aide pour son plan secret de vente d’armes à l’Iran pour financer les rebelles Contras au Nicaragua, Robert C. McFarlane, conseiller en sécurité nationale, a rencontré le prince Bandar, à l’époque ambassadeur saoudien à Washington. La Maison-Blanche a dit clairement que les Saoudiens « gagneraient une quantité de faveurs considérable » en coopérant, s’est rappelé par la suite M. McFarlane.

Le prince Bandar s’est engagé sur un million de dollars par mois pour aider à financer les Contras, en reconnaissance du soutien passé de l’administration aux Saoudiens. La contribution a continué après que le Congrès a coupé le financement des Contras. À la fin, les Saoudiens avaient versé 32 millions de dollars, payés à travers un compte aux îles Caïman.

Lorsque le scandale Iran-Contra a éclaté et les questions sur le rôle des Saoudiens sont survenues, le royaume a gardé ses secrets. Le prince Bandar a refusé de coopérer à l’enquête dirigée par Lawrence E. Walsh, procureur indépendant.

Dans une lettre, le prince a refusé de témoigner, expliquant que « la confiance et le dévouement de notre pays, comme notre amitié, ne sont pas donnés uniquement sur le moment mais sur le long terme. »

C .J. Chivers a contribué à ce reportage.

Source : The New York Times, le 23 janvier 2016.

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

============================================

Lire une analyse dans ce billet

53 réponses à L’opération Timber Sycamore de la CIA et de l’Arabie Saoudite [New York Times] : “Regime change” en Syrie

Commentaires recommandés

bluerider Le 26 septembre 2016 à 02h04

5 ans pour un article tél que celui-là dans le NYT. Les élites savent avant tout que le temps joue pour elles. Et leurs fortunes en démultiplient les effets. Si cet article sort, c’est que les élites sont déjà plus loin. Que la vérité exposée ici est en cours de transformation “sans autorisation de publier”. Ces articles en forme de repentance tardive ont le secret de provoquer chez nombre de militants antiguerres et antiimpérialistes comme moi des nausées sartriennes insondables. Car TOUT LE MONDE sait ces abominations depuis le début. Journalistes “professionnels” en tête.

  1. bluerider Le 26 septembre 2016 à 02h04
    Afficher/Masquer

    5 ans pour un article tél que celui-là dans le NYT. Les élites savent avant tout que le temps joue pour elles. Et leurs fortunes en démultiplient les effets. Si cet article sort, c’est que les élites sont déjà plus loin. Que la vérité exposée ici est en cours de transformation “sans autorisation de publier”. Ces articles en forme de repentance tardive ont le secret de provoquer chez nombre de militants antiguerres et antiimpérialistes comme moi des nausées sartriennes insondables. Car TOUT LE MONDE sait ces abominations depuis le début. Journalistes “professionnels” en tête.


    • Pegaz Le 26 septembre 2016 à 06h35
      Afficher/Masquer

      Cela rejoint les paroles d’un conseiller de M. George W. Bush à un journaliste.

      ” Nous sommes un empire maintenant, poursuivit-il, et lorsque nous agissons, nous créons notre propre réalité. Et pendant que vous étudiez cette réalité, judicieusement, comme vous le souhaitez, nous agissons à nouveau et nous créons d’autres réalités nouvelles, que vous pouvez étudier également, et c’est ainsi que les choses se passent. Nous sommes les acteurs de l’histoire. (…) Et vous, vous tous, il ne vous reste qu’à étudier ce que nous faisons ”
      https://www.monde-diplomatique.fr/2007/12/SALMON/15433


    • bernadette soubirou Le 26 septembre 2016 à 10h41
      Afficher/Masquer

      Les media sont tous à l’unisson concernant Russie et Syrie depuis hier. Ils aboient et propagandisent quasiment sans discernement.
      https://news.google.fr/news/rtc?ncl=dgwLG9CZIGGZ7WMqoQIIVLMS0q7oM&authuser=0&ned=fr&topic=w&siidp=1c248e9ce2e6800b617cb392d640b5f9695b

      Par exemple le story telling dans cet article du Parisien est merveilleux :
      http://www.leparisien.fr/international/syrie-moscou-accuse-de-faux-semblants-pour-aider-bachar-al-assad-a-alep-26-09-2016-6150819.php

      Là où c’est encore plus intéressant, c’est de voir les commentaires autorisés sous les articles, qui eux relativisent et mettent le doigt où ça fait mal. Une fois de plus…
      C’est devenu la règle.
      Et ça pose questions. Pourquoi et comment sont ils autorisés alors que “mal pensants”? Pourquoi et comment cet écart entre les lignes officielles et les commentaires des lambda?
      Autres?


      • Guillaume Le 26 septembre 2016 à 11h36
        Afficher/Masquer

        Ce qui me sidére à chaque fois, c’est la faculté des médias et politricks à crier au crime de guerre commis par les “méchants” et à en commettre ou soutenir eux même sans modération.
        Le tout sans sourciller ni même un sourire en coin. À quand les oscars?


      • Dahool Le 26 septembre 2016 à 13h35
        Afficher/Masquer

        Bonjour Bernadette de Lourdes (moi Pau)

        Je suis étonné également.
        Les médias disent les choses dans la proportion 1 vérité 10 mensonges.
        Les commentateurs ne sont pas dupes et le font remarquer. Par exemple, les articles sur la Syrie, d’origine AFP, sont dans les grandes largeurs critiqués. Les rares fois où c’est un invité qui va dans le sens inverse de l’AFP, les commentaires sont reconnaissants pour la personne qui leur semble dire la vérité. Ce qui est marrant, c’est que la propagande Otanesque est soit absente, soit dépassée par les éveillés (j’y crois) ou complètement mangée par la propagande russe. Ça se passe sur le figaro.

        Pourquoi les commentateurs ou l’invité sont ils “autorisés” ?

        Ils ne peuvent pas tout le temps mentir sur tout. Ou bien ça sert à faire monter les tensions. Ou bien ça sert à repérer les futurs fiché S qu’il faudra traiter… Ou bien ils sont complètement cons et ne se rendent pas compte des risques qu’ils prennent.

        Il doit y avoir un peu de tout ça, la proportion dans le shaker serait intéressante à connaître.


      • Charles Le 26 septembre 2016 à 16h21
        Afficher/Masquer

        Vous aurez remarqué que les “média tous à l’unisson” le sont quand ça va mal pour “ceux qui font du bon boulot”. Crimes de guerre disent-ils. Moi, je veux bien, mais Hiroshima et Nagasaki, mais Dresde, mais “Plomb durci”, mais les drones, etc. sans parler des guerres coloniales. Et qui prend les populations en otages et comme boucliers humains en les empêchant de fuir les zones de combat? Qui coupe l’approvisionnement en eau? Réponse:
        https://fr.sputniknews.com/international/201609261027922885-commandant-nosra-livraison-armes-usa/


        • Dominique Le 26 septembre 2016 à 23h06
          Afficher/Masquer

          « Crimes de guerre disent-ils. Moi, je veux bien, mais Hiroshima et Nagasaki, mais Dresde […] mais “Plomb durci” »

          Ceux qui ont commis ces atrocités ne sont pas concernés et ne risque donc rien : Ils n’ont pas signé ou pas ratifié le traité qui mis en place la Cour Pénale Internationale.


        • anne jordan Le 27 septembre 2016 à 13h35
          Afficher/Masquer

          Vous citez ” sputnik ” ( que je lis régulièrement , ainsi que Russia Today )
          Précisément ce média était sur la sellette , hier soir , 26 septembre dans la répugnante émission de Mme Quin :
          http://sites.arte.tv/28minutes/fr/syrie-poutine-veut-il-vraiment-arreter-la-guerre-28minutes
          un festival !
          TOUS les intervenants et” journalistes” , sur le même mode mensonger ; pas une voix pour nuancer , jusqu’à la petite Nadia truc chose qui parle ” du cynisme de la Russie , se vantant de la vente d’armes à la Syrie ” !!!( nous , non , hein , quand on vent aux Saoud , on ne s’en vante pas du tout… )
          F.Encel qui prétend qu’Assad n’a plus le moindre contrôle , que ce sont les Russes qui décident , évoquant une sorte de ” colonisation ” , et le terrifiant J.P. Filiu , avec sa petite voix douceâtre , se livrant à ses habituelles accusations contre le ” régime ”
          et son impossibilité de se rendre en Syrie !
          ( que ne va t il en Palestine , c’était son combat , il ya peu ,comment cet engagement s’est il transformé en lutte obsessionnelles contre Assad ? )
          Il faut écrire à 28′
          STOP MENSONGES
          Même si nous savons que leur discours ne changera pas ,ils doivent connaitre notre dégoût.


      • Chris Le 27 septembre 2016 à 11h50
        Afficher/Masquer

        Mêmes réactions massives des internautes au Figaro :
        http://premium.lefigaro.fr/international/2016/09/25/01003-20160925ARTFIG00163-syrie-l-onu-denonce-des-crimes-de-guerre-et-l-implication-de-la-russie.php

        Presque une unanimité pour conspuer l’article… et parfois l’auteur !

        Les gens qui prennent le temps (car il en faut beaucoup pour assurer ses repères !) de surfer sont en général très critiques et protestent contre le galimatias que les médias veulent nous faire ingurgiter à tous coins de phrases.
        Je remarque aussi que ceux qui ânonnaient les sottises médiatiques, avec le fil du temps et la matérialisation de preuves des traitrises, adoptent deux attitudes : soit ils se taisent, soit ils commencent eux aussi à “désacraliser” la parole des “experts” et journalistes appointés.
        D’où l’utilité de documenter une affirmation/explication.
        Donc, avanti !


      • anne jordan Le 27 septembre 2016 à 18h37
        Afficher/Masquer

        même ” le parisien ” est obligé de reconnaitre :
        “Les déstabilisations géopolitiques font un heureux. Depuis un an, l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL, acronyme arabe Daech et Isis en anglais) conquiert les territoires syriens acquis par les rebelles, en parallèle des djihadistes d’al-Nostra. Les insurgés doivent faire face à la fois à l’armée de Bachar al-Assad et à cette nouvelle menace sanglante. Toujours plus de Syriens fuient leur pays. Le 29 juin 2014, l’EIIL proclame son califat à cheval entre l’Irak et la Syrie sous le nom raccourci d’État islamique. ”
        en effet , les commentaires sont éloquents , maisle plus éloquent n’est il pas celui de l’internaute qui dit : ” j’y comprends rien et j’en ai même pas envie ”
        interrogez vos voisins et amis …


    • moshedayan Le 26 septembre 2016 à 22h03
      Afficher/Masquer

      Je sais que cela ne sera pas partagé , loin de là, mais en écoutant les commentaires de nos médias sur les “crimes de guerre de Bashar et de Poutine… sur Alep”, j’ai aussi la nausée et une colère. Pour moi, il y a bien une parfaite hypocrisie de l’équipe dirigeante actuelle à l’Elysée et des médias officiels français dans tout ce qu’ils disent contre le terrorisme et ce qu’ils font. .. En clair, je réclame de toutes mes forces une commission d’enquête capable d’entendre tous les responsables, y compris le Président de la République… et je souhaite la victoire de l’Armée légale syrienne sur Alep.


  2. Louis Robert Le 26 septembre 2016 à 03h04
    Afficher/Masquer

    Il devient plus clair chaque jour que l’Empire n’a plus les moyens financiers, matériels et humains nécessaires à la poursuite de sa politique avouée de domination planétaire (“full spectrum dominance”); d’où ces appels répétés et croissants aux ressources financières, matérielles et humaines de ses vassaux. De tels signes de déclin accéléré ne trompent pas.


    • Damien Le 26 septembre 2016 à 10h00
      Afficher/Masquer

      Attention, l’empire dispose toujours de moyens. Ne pas oublier qu’il paye en monnaie de singe. En effet, les politiques monétaires dites de quantitative easing lui offrent des moyens illimités. Du moins tant que les autres nations croient encore à la valeur du dollar.


      • Chris Le 26 septembre 2016 à 17h15
        Afficher/Masquer

        Une source qui va s’épuiser sérieusement si j’en juge ces articles :
        http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/09/l-empire-malade.html
        Un certain nombre de systèmes sont en train d’émerger permettant aux grandes banques mondiales de passer des transactions directes entre elles, court-circuitant le dollar et le système bancaire US qui jouait jusqu’ici le rôle d’intermédiaire nécessaire.
        Ripple est un système de règlements bruts en temps réel, sécurisé et quasiment gratuit ; plusieurs banques ont rejoint ce protocole de paiement, dont quinze japonaises fin août. Le jour suivant, on apprenait que quatre mastodontes (Deutsche Bank, UBS, Santander…) montaient leur propre système de paiements directs, évitant lui aussi de passer par le système financier états-unien.


  3. jim.kk Le 26 septembre 2016 à 06h10
    Afficher/Masquer

    “Ne PAS laisser des gouvernements faire ceci serait une excellente façon de lutter contre l’islamisme et le terrorisme – plus que changer notre Constitution par exemple… #JeDisÇaJeDisRien”

    🙂

    -> Seul un changement de Constitution rompant avec l’usuel et faisant rupture DEMOCRATIQUE pourra permettre à la société
    1. d’empêcher mieux que des gouvernements puissent faire cela
    2. qu’ils puissent le faire impunément et perdurer
    3. que les parlements restent sans réaction (ce sont les mêmes hors peuple venus des mêmes écuries, crénom, t’as pas noté la caste?!)
    4. et des tas d’autres choses hein faudra qu’on cause de ça un jour

    Bon sinon, moi les charges contre Zemmour, ça me va, du moment que ça tombe pas dans le “brûlons l’hérétique et le fou avec l’aide des …oups si si qui contrôlent media privés ou publics associations partis et le reste qui va avec”

    Bonne semaine


  4. Fabrice Le 26 septembre 2016 à 06h23
    Afficher/Masquer

    Comment peut on ne pas autoriser nos gouvernements à faire cela puisque la constitution les y autorise!
    Je te rappel Olivier que la constitution française est avant tout un document detaillant le fonctionnement des institutions. Comme dirait Étienne et pour la faire courte, elle a été écrite par les intéressés eux mêmes, nos élus, des gens à qui nous signons un blanc-seing sans le moindre devoir moral et où le seul risque pour les coquins est de finir à l’Europe, dans quelques administration ou dans le camp d’en face à la cantine.
    Cette blague!
    Il est urgent que le constitution soit écrite par le peuple et que le corps exécutif lui soit totalement subordonné.
    Cordialement.


    • jim.kk Le 26 septembre 2016 à 07h06
      Afficher/Masquer

      Oui Fabrice, “Il est urgent que le constitution soit écrite par le peuple et que le corps exécutif lui soit totalement subordonné”.

      + que le corps législatif rendu au peuple
      + que cas des soit disantes autorités “indépendantes” soit traité
      + etc

      MAIS attention, j’en connais tant et plus qui prononcent le mot “peuple” à tout va, ou disent des choses belles comme votre phrase que j’ai reprise ci-dessus, mais qui ont en réalité des idées bien précises sur ce qu’ils veulent imposer au “peuple” mine de rien, profitant de leurs réseaux.

      Il y en a aussi qui pechent par naïveté, autre “problème”.


  5. Christophe Le 26 septembre 2016 à 06h36
    Afficher/Masquer

    extrait ” La Chambre des représentants vient de voter, dans un tonnerre d’applaudissements, une loi autorisant les citoyens américains à poursuivre en justice l’Arabie Saoudite pour les attaques du 11 septembre 2001(…) S’il met son veto, c’est sa propre descente aux enfers (…) Obama restera dans l’histoire comme le président ayant protégé les responsables du 11 septembre, ayant choisi les terroristes au détriment de ses propres concitoyens. En un mot, un simple traître…
    Eh bien, il l’a fait ! Barack à frites a opposé son veto au vote unanime du Congrès américain. On imagine le soulagement des secteurs néo-cons/CIA et la stupeur chez tous les autres”
    source : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/09/l-empire-malade.html


  6. Pegaz Le 26 septembre 2016 à 07h22
    Afficher/Masquer

    Infos à compiler et à croiser avec celui spécifique à la France paru ici même
    http://www.les-crises.fr/la-france-a-fourni-des-armes-aux-islamistes-syriens-des-2012-2/

    et celui du nouvelobs de juin 2013, moins précis mais qui en ébauchait déjà une trame assez cohérente
    http://tempsreel.nouvelobs.com/la-revolte-syrienne/20130618.OBS3668/armer-les-rebelles-syriens-une-question-determinante.html


  7. PatrickLuder Le 26 septembre 2016 à 07h36
    Afficher/Masquer

    Comment appeler une insurrection soutenue de l’extérieur? Et qui sont ces rebelles en Syrie, sont-ils seulement Syriens? Un jour, l’humanité condamnera ces actes guerriers lâches et odieux, une sale guerre par procuration, commanditée de manière sournoise.


    • Chris Le 26 septembre 2016 à 09h08
      Afficher/Masquer

      Selon le renseignement allemand, 95% des “rebelles” sont étrangers. Une info parue en janvier 2016 dont je ne trouve plus la source.
      La Syrie est un vaste terrain de jeu, un défouloir pour psychopathes de toute nature. Apparemment, chacun y trouve son compte…


    • tepavac Le 26 septembre 2016 à 19h00
      Afficher/Masquer

      “Un jour, l’humanité condamnera ces actes guerriers lâches et odieux”
      Cela a été dit il y a 70 ans; Marc BLOCH.
      Sans suite….
      L’humanité a dû s’oublier elle même, mais je partage l’idée.


    • Les Barniques Le 27 septembre 2016 à 23h14
      Afficher/Masquer

      Je cherche aussi de l’info, des statistiques sur la provenance des djihadistes et le ratio de djihadistes syriens versus djihadistes étrangers. Quelqu’un aurait des infos à ce sujet ?


  8. PatrickLuder Le 26 septembre 2016 à 08h02
    Afficher/Masquer

    Le renversement de gouvernements organisé de l’extérieur n’est pas une nouveauté. Dans les années 70, le gouvernement de l’Iran voulait nationaliser son pétrole. Les USA ont renversé le gouvernement légal, remplacé par des pantins acquis à la cause des USA. Une insurrection interne commanditée de l’extérieur qui c’est soldée par un million de morts.

    Source : dernier numéro du monde diplomatique


    • Koui Le 26 septembre 2016 à 08h20
      Afficher/Masquer

      C’était dans les années 50 et y a pas eu 1 million de morts. Mais le peuple iranien est reste marque par le renversement de Mossadegh par les américains et le shah. D’où la méfiance iranienne envers les USA.


      • francois Marquet Le 26 septembre 2016 à 11h01
        Afficher/Masquer

        C’était l’opération Ajax, qui renversa Mossadegh
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Ajax
        Puis après la révolution Islamique qui déposa le Shah, il y eut la guerre Iran-Irak,
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_Iran-Irak menée par procuration contre l’Iran par les occidentaux, qui soutenaient très activement Saddam Hussein:
        La France lui prêtait ses Super-Etendard, entretenait ses Mirages F1, les Etats-Unis fournissaient les armes chimiques.
        Les Iraniens ont de bonnes raisons de nous en vouloir: sans les interventions occidentales ils vivraient sous un socialisme éclairé et riches de la vente de leurs matières premières!


      • KhanDid Le 27 septembre 2016 à 02h12
        Afficher/Masquer

        Sur le renversement de Mossadegh, et plus généralement sur les “joies” des énergies fossiles, on pourra se reporter à cette série de reportages : “Les secret des sept soeurs” https://m.youtube.com/watch?index=3&list=PLP_5I96MAse4DvLQPLGMkkQOen3eQFz2z&v=RQ86f7Nsf2w. Ça se regarde presque comme un polar. Si mes souvenirs sont bons, il est question de l’Iran dans le troisième volet.


  9. Eric83 Le 26 septembre 2016 à 08h49
    Afficher/Masquer

    US / AS, les liaisons très dangereuses pour la fin de règne d’Obama qui a choisi d’opposer son veto sur le projet de loi du congrès permettant aux américains d’attaquer en justice le gouvernement de l’AS.
    https://francais.rt.com/international/26788-congres-americain-fustige-veto-obama-11-sptembre-arabie-saoudite
    Que les 2/3 du congrès soutienne cette loi et le projet passera même avec le veto d’Obama. Cette loi serait une grande nouvelle pour le monde qui pourrait empêcher de nouvelles guerres telles que celles menées en Irak, en Libye , en Syrie…


  10. Pierre Bacara Le 26 septembre 2016 à 09h20
    Afficher/Masquer

    Point de situation sur l’Arabie saoudite

    Voici une longue émission de deux heures en français remplie d’informations de première main sur l’Arabie saoudite, enregistrée le 29 avril 2016 :

    https://www.youtube.com/watch?v=cVKG-MCX_ZY

    Ell comporte deux parties :

    1) histoire récente (depuis le XVIIIe siècle)
    2) actualité

    Les invités :

    M. Jacques Bourgeois, ancien délégué général Arabie Saoudite d’Airbus
    M. Michel Raimbaud, ancien diplomate français en Arabie saoudite et auteur de Tempête sur le Grand Moyen-Orient (éditions Ellipses)
    M. Sébastien Wesser, chercheur, directeur de l’ouvrage L’Arabie Saoudite entre évolution et révolution(s) ? (L’Harmattan).

    J’ai visionné les deux heures, en plusieurs fois. Le coût en temps du visionnage est élevé (deux heures) mais la plus-value en termes d’information brute et d’analyse est réelle.

    C’est riche, concret, pragmatique.


  11. Pegaz Le 26 septembre 2016 à 10h59
    Afficher/Masquer

    Un article du Los Angeles Times et un résumé de débat, une réflexion pragmatique et une spéculative.

    Syrie : les difficultés économiques alimentent les tensions sociales – 31 mars 2011
    http://carnegie-mec.org/2011/03/31/fr-pub-44192

    Les troubles en Syrie et leurs conséquences régionales – 25 mai 2011
    http://carnegie-mec.org/2011/05/25/les-troubles-en-syrie-et-leurs-cons%C3%A9quences-r%C3%A9gionales/az0g


  12. Nanker Le 26 septembre 2016 à 11h37
    Afficher/Masquer

    “Si cet article sort, c’est que les élites sont déjà plus loin”
    C’est une hypothèse… Il est également possible que la question syrienne ait clivé les “décideurs” américains (CIA, armée, politiciens) à tel point que certains (les “colombes”) dégoutés par la situation actuelle, aient voulu révéler les agissements nauséabonds des “faucons” contre Bachar.
    D’où cet article aux airs de réquisitoire contre la politique de Washington en Syrie.

    Et par “plus loin” il faut peut-être voir une tentative de ces “modérés” de voir au-delà de 2016 et d’empêcher les néo-cons qui gravitent autour de Mme Clinton d’aller encore plus loin dans l’abjection si d’aventure Hillary gagnait les élections de novembre…


  13. Charles Le 26 septembre 2016 à 16h59
    Afficher/Masquer

    Et voilà qu’on apprend que l’attaque sur l’armée syrienne a été coordonnée avec l’État islamique:
    https://sputniknews.com/middleeast/20160926/1045706456/us-airstrike-daesh-army.html
    Les faits déjà parlaient d’eux-mêmes, mais vous allez voir que cette confirmation ne vas PAS être relayée par les “média tous à l’unisson”.


  14. amer Le 26 septembre 2016 à 17h44
    Afficher/Masquer

    Derniers développements en Syrie :

    http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/09/l-empire-malade.html

    Je crois que depuis la violation de la trêve par les terroristes et le bombardement de l’armée syrienne par la coalition internationale dirigée par les USA, un tournant a été atteint…Et la Russie qui a montré sa bonne volonté dans le dossier syrien a encore une fois prouvé que le camp d’en face dirigé par les USA ne souhaite pas la fin des hostilités en Syrie avant la chute du gouvernement légitime de ce pays. Et cela ni les syriens dans leur grande majorité, et ni les russes n’en veulent et font tout pour respecter à la lettre les différentes trêves qui ont toutes été trahies par les Usa et les terroristes.

    Et voilà qu’on apprend que les soi-disant rebelles “modérés” préparent une attaque chimique de grande ampleur avec déguisement de ses combattants avec les uniformes des soldats syriens…attendez-vous donc à l’emballement médiatique habituelle avec son lot d’émotions toujours à géométrie variable.

    https://francais.rt.com/international/26844-ahrar-al-sham-lancera-attaque-chimique-syrie


    • christian gedeon Le 26 septembre 2016 à 19h07
      Afficher/Masquer

      Amer a raison quand il dit qu’il faut s’attendre aux manipulations les plus grossières…le pire est à venir ,et il faut être très vigilant de ce point de vue.Bien des manipulations ont entraîné les opinions publiques occidentales dans des délires extrêmes. En Roumanie,en Yougoslavie, en Irak, en Côte d’Ivoire et au début des évènements de Syrie et pendant trois ans…et ne parlons même pas du crime lybien,hallucinant,ni de ce qui se passe loin des yeux et du coeur au Yémen,pays martyr,et dont tout le monde se fout.Mais nous avons des raisons d’espérer,quand on lit les réactions des lecteurs du…Figaro. Eh oui..plus se succèdent les articles anti Poutine ou anti gouvernement légal syrien,plus les lecteurs du Figaro montrent dans une grande majorité une opposition ferme aux aventurismes neocons. Incroyable,non?Restons donc optimistes… cette fois ci,nous avons toutes les raisons de penser que les “opinions publiques ” ne tomberont pas du tout dans le panneau. Allez,Amer,on continue à dénoncer les mensonges,sans répit.


      • Amer Le 26 septembre 2016 à 19h53
        Afficher/Masquer

        Bon résumé de la situation Christian Gedeon, ne cessons donc pas de dénoncer la manipulation des esprits et d’informer tant qu’on peut les citoyens qui ignorent tout des agissements de leurs dirigeants en qui certains ont une confiance aveugle; c’est un travail sans répit que mènent Olivier Berruyer et son équipe de choc que je qualifierai sans excès de “Titans de l’infos”, et ce site nous permet d’échanger des idées et des infos pour faire la part de choses et ne pas tomber dans le piège des opportunistes de tout bord des classes dirigeantes dont le seul souci est de garder les carcans dans les esprits des peuples du monde pour les futurs conflits, car c’est de cela qu’il s’agit, et l”Histoire est là pour nous le montrer….

        Comme vous dites il y a un espoir quand on lit les commentaires des lecteurs des journaux à grand tirage, tel que Figaro, qui ne tombent plus dans la combine de la presse; en voici le preuve :

        http://www.lefigaro.fr/international/2016/09/25/01003-20160925ARTFIG00163-syrie-l-onu-denonce-des-crimes-de-guerre-et-l-implication-de-la-russie.php?pagination=9#nbcomments


        • Eric83 Le 26 septembre 2016 à 21h20
          Afficher/Masquer

          J’ai fait le même constat sur plusieurs sites MSN, les commentaires sont plutôt critiques à l’égard de la politique guerrière des néocons et ne gobent pas la propagande anti-russe et/ou anti-Assad.
          En revanche, je viens d’écouter quelques minutes l’émission 28 mns – je n’ai pas tenu plus longtemps – c’est carrément de la propagande de guerre à l’encontre de la Russie.
          Le gars de science-po allant même jusqu’à dire que l’aviation Russe ne combattait plus l’EI ! La journaliste, surprise, lui demande comment il sait cela…et le gars, pour toute réponse, dans un haussement d’épaule et un sourire condescendant lui répond “on a les infos, on sait qui pilonne qui”.
          Et combien de téléspectateurs vont gober çà ?


          • juliette des esprits Le 26 septembre 2016 à 22h07
            Afficher/Masquer

            j ai regarde la même émission ridicule et je vous rappelé qu avant de dire -on sait qui pilonne qui- il a dit qu il n avait aucune information venant d Alep et qu il était impossible d en avoir!!! Mais il a rappelé la grandeur de notre président à la tribune de l ONU qui a crié en parlant des bombardements: “maintenant cela suffit!!!” Très très fier de notre diplomatie le bonhomme…C est vrai qu il y a de quoi.


  15. Amer Le 26 septembre 2016 à 19h31
    Afficher/Masquer

    Autre information passée sous silence,celle de la conférence de Grozny, où la majorité des savants musulmans chiites et sunnites ont rejeté le wahabisme et fustigé son danger pour l’Islam; ce genre d’infos ne passera pas ici tant que les puissances occidentales auront besoin des seoud pour leur agenda propre….

    http://www.lorientlejour.com/article/1008820/i-grozny-une-conference-politique-tenue-par-des-religieux.html


  16. amer Le 26 septembre 2016 à 22h43
    Afficher/Masquer

    A propos de désinformation, de propagande et de manipulation en temps de guerre, la palme d’or revient à francetvinfo pour cet article datant de mai 2013 dans lequel l’information est carrément détourné de son sens et vendue aux lecteurs comme une vérité alors que c’est un mensonge éhonté; lisez les commentaires là-aussi c’est édifiant ,

    http://www.francetvinfo.fr/monde/revolte-en-syrie/video-les-turcs-expriment-leur-colere-contre-le-regime-syrien-apres-le-double-attentat_322711.html

    Et là une vidéo (à peine 2mn49s pour démonter le mensonge qui montre la manipulation avec comme preuves les traductions des banderoles des manifestants…

    https://www.youtube.com/watch?v=AJeb96sdrxs

    Voilà ce que doivent subir les lecteurs de ces médias payés avec l’argent des contribuables qu’ils trompent délibérément.


  17. Chantal Le 27 septembre 2016 à 00h46
    Afficher/Masquer

    Les Etats-Unis “regrettent” la frappe de la coalition en Syrie mais accusent la Russie et Moscou a accusé samedi soir l'”opposition modérée” syrienne, soutenue par les Etats-Unis, d’avoir “fait échouer” ce cessez-le-feu
    http://www.huffingtonpost.fr/2016/09/18/etats-unis-regrettent-frappe-syrie-accusent-russie_n_12069096.html

    “La Russie et la Syrie ont permit le déclin de Daesh en permettant le verrouillage de la frontière turque” explique un expert militaire suisse
    https://www.youtube.com/watch?v=TYo-WVijiRQ

    Dommage que l’on entende pas plus souvent les suisses, leur vision est différente des petits chefs français.


    • Lysbeth Levy Le 27 septembre 2016 à 12h40
      Afficher/Masquer

      Vous remarquerez que les crimes état-uniens ne sont jamais “médiatisés” ou minorés “en erreurs de frappes” sorry my apologizes !” Alors que les disant crimes de la Russie, Syrie, Iran, eux sont hyper-médiatisés pour que ça rentre dans la tête : Les Russes, Bachar EL Assad, l’Iran et leurs alliés sur le terrain sont d’immondes criminels génocidaires ! Fabuleux tout comme Fabius, Juppé a pourtant dit dans l’indifférence générale qu’il attendait des “rebelles” un retour sur “investissement” ! Mais vite le site ou ces mots sont prononcés sont vite effacés en fonction de l’actualité et son revirement.


      • Charles Le 27 septembre 2016 à 14h26
        Afficher/Masquer

        Vous avez malheureusement raison. Cela permet d’oublier qui mène une agression par mercenaires interposés financés et armés par l’Arabie et le Qatar, avec l’approbation, que dis-je, l’encouragement des USA et de leurs “alliés”. Et permet d’oublier aussi les crimes commis par ces mercenaires contre les populations chrétiennes, yézidies et même sunnites. Cela permet aussi d’oublier le Yémen. Et qui défend les non-musulmans en Syrie? Mais pour certains cela n’a aucune importance face à leurs intérêts immédiats.


  18. anne jordan Le 27 septembre 2016 à 13h49
    Afficher/Masquer

    jusqu’où va se nicher la russophobie institutionnelle ?
    ce matin P.Cohen , F.inter , recevait Juppé et cite Fillon , parlant de “tisane ” à propos d’une proposition de Juppé; ce dernier réplique du tac au tac : ” oui , Fillon préfère la vodka ! ”
    rires serviles
    La veille F.Fillon semble avoir dit un truc un peu neutre du genre ” il faut s’appuyer sur la Russie ”
    Crime aussitôt dénoncé .


    • Jean Le 28 septembre 2016 à 17h40
      Afficher/Masquer

      Sortir de l’OTAN ou sortir de l’Histoire :

      « Je vais être franc avec vous. Personne ne prend plus au sérieux les déclarations des responsables français. Pour une simple raison : c’est que la France est devenue un satellite de la politique étasunienne dans la région. Elle n’est pas indépendante, et n’a aucun poids. Elle n’a plus aucune crédibilité » Bachar al-Assad

      Source : https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201609281027955336-ayrault-france-russie-iran/


  19. Lysbeth Levy Le 27 septembre 2016 à 17h24
    Afficher/Masquer

    Encore des crimes peu connus mais déclassifiés, Hillary Clinton et sa collègue ont proféré quelques excuses : http://www.oserdire.eu/hillary-clinton-et-kathleen-sebelius-presentent-leurs-excuses-pour-lexperimentation-sur-la-syphilis-au-guatemala/#comment-7742
    Combien de paroles d’excuses faudra t’il quand on jugera les crimes en Lybie, Yougoslavie, Syrie et tous ces pays arabes détruits depuis 2001 voir “avant” ?
    Des citoyens américains noirs ont été des cobayes à leur insu sur le HPV donnant un cancer : http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2008/09/26/AR2008092603126.html
    Qui osera comptabiliser ces crimes ??


    • amer Le 27 septembre 2016 à 23h45
      Afficher/Masquer

      Qui sait ? L’Histoire…peut être ? Mais Les-Crises sûrement 😉


  20. JMi Le 28 septembre 2016 à 18h12
    Afficher/Masquer

    La paille et la poutre

    qu’en pensent les vieux qui ont survecu aux bombardements d’Avranches, Cherbourg, Brest, Caen, Saint Malo, Royan…. etc ….. en Normandie, bombardements qui, bien sur, épargnaient les civils..
    . sauf les 600 morts dans la nuit dans le bombardement de Nevers..avec des bombes à retardement pour empêcher les sauvetages des victimes enfouies. 2500 morts civils en une journée en mai 1944 en France… 75.000 morts français par bombardements..

    Mais c’étaient de bons bombardements

    Au fait qui bombardait ???


Charte de modérations des commentaires