Les Crises Les Crises
26.janvier.201826.1.2018 // Les Crises

Un livret de préparation à la guerre doit sauver la Suède de l’invasion russe

Merci 36
J'envoie

Source : Ouest France, Anne-Francoise Hivert, 22/01/2018

Le livret « Si la guerre arrive », version revue et corrigée 2018. | CCBY – Kungliga Inrikesdepartementet

Intitulé Si la guerre arrive, le petit manuel du parfait résistant suédois n’avait pas été réédité depuis 1987. Trente ans plus tard, l’optimisme, né de la dislocation de l’Union soviétique et la fin de la Guerre froide, n’est plus de mise.

Dans un récent rapport, le comité gouvernemental de Défense estime « qu’une attaque armée contre la Suède ne peut être exclue ». Sans nommer la Russie.

Le gouvernement a donc décidé de réimprimer Si la guerre arrive, dans une version revue et corrigée. Le livret sera distribué à 4,7 millions de Suédois d’ici à juin. Son élaboration a été confiée à l’Agence de la protection civile, également en charge de remettre au goût du jour la « défense totale » du pays : une stratégie, abandonnée dans les années 1990, qui implique la coordination des ressources civiles et militaires.

Comme les cinq précédentes éditions, publiées entre 1943 et 1987, le manuel délivrera des conseils pour se préparer à une offensive ennemie : reconnaître les différentes alertes, identifier un lieu d’évacuation, stocker eaux et nourriture pour survivre pendant deux semaines.

Dans le livret, millésimé 1961, dont certaines pages étaient insérées à la fin de l’annuaire téléphonique, des dessins montraient comment réagir en cas d’attaque chimique ou nucléaire. Les Suédois étaient aussi sensibilisés aux risques d’espionnage. « Chaque attaque contre notre liberté devra affronter une résistance déterminée », soulignait un préambule.

Dans la version du XXIe siècle, il sera question du comportement à adopter en cas de catastrophe naturelle ou d’attentat.

Source : Ouest France, Anne-Francoise Hivert, 22/01/2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

LBSSO // 26.01.2018 à 06h47

Le cher ami de Peter.
1998 : La lettre d’intention signée par les 6 pays principaux producteurs d’armement en Europe (dont la Suède) est destiné à favoriser la mise en place d’une industrie de défense intégrée.
2015 : la Suède constate une “dégradation de la sécurité” régionale, et souhaite renforcer ses capacités militaires.
2016 : accord signé entre Stockholm et Washington en vue d’une coopération militaire .
05/2017 : le ministre de la Défense suédois Peter Hultqvist se rend aux Etats-Unis.Entre temps, il a été au cœur d’un scandale après la fuite de données confidentielles.Il reste en place.
11/2017 : la Suède hésite entre l’Europe et les E-U pour l’achat de son système de défense antiaérienne. Elle choisit le Patriot ( l’américain Raytheon) plutôt que le SAMP/T proposé par l’Italie et la France (MBDA et Thales) pourtant 35% moins cher et assorti d’une coopération industrielle. P. Hultqvist fait ce choix contre l’avis de la Swedish Defence Materiel Administration .
Une semaine plus tard : cela n’empêche pas Stockholm de signer une coopération militaire renforcée entre pays européens (Coopération Structurée Permanente).
2018 :surprise , l’achat des Patriot s’élève au total à 2,5 milliards d’euros cad au-delà du 1 milliard d’euros prévu par P Hultqvist. Au final, 3 fois plus cher que la proposition franco-italienne.
(Source : résumé effectué à partir de plusieurs articles, la Tribune ,M Cabirol)

68 réactions et commentaires

  • Jean // 26.01.2018 à 06h29

    Tout cela n a t-il pas pour objectif de préparer l opinion publique à une entrée de la Suède dans l OTAN ?

      +39

    Alerter
  • LBSSO // 26.01.2018 à 06h47

    Le cher ami de Peter.
    1998 : La lettre d’intention signée par les 6 pays principaux producteurs d’armement en Europe (dont la Suède) est destiné à favoriser la mise en place d’une industrie de défense intégrée.
    2015 : la Suède constate une “dégradation de la sécurité” régionale, et souhaite renforcer ses capacités militaires.
    2016 : accord signé entre Stockholm et Washington en vue d’une coopération militaire .
    05/2017 : le ministre de la Défense suédois Peter Hultqvist se rend aux Etats-Unis.Entre temps, il a été au cœur d’un scandale après la fuite de données confidentielles.Il reste en place.
    11/2017 : la Suède hésite entre l’Europe et les E-U pour l’achat de son système de défense antiaérienne. Elle choisit le Patriot ( l’américain Raytheon) plutôt que le SAMP/T proposé par l’Italie et la France (MBDA et Thales) pourtant 35% moins cher et assorti d’une coopération industrielle. P. Hultqvist fait ce choix contre l’avis de la Swedish Defence Materiel Administration .
    Une semaine plus tard : cela n’empêche pas Stockholm de signer une coopération militaire renforcée entre pays européens (Coopération Structurée Permanente).
    2018 :surprise , l’achat des Patriot s’élève au total à 2,5 milliards d’euros cad au-delà du 1 milliard d’euros prévu par P Hultqvist. Au final, 3 fois plus cher que la proposition franco-italienne.
    (Source : résumé effectué à partir de plusieurs articles, la Tribune ,M Cabirol)

      +96

    Alerter
    • Toff de Aix // 26.01.2018 à 07h22

      On est atlantiste ou on ne l’est pas… Merci pour ces infos (dont je n’ai pas vu la trace de l’ombre d’une miette dans “nos grands médias de grande écoute, neutres et impartiaux “)

        +63

      Alerter
      • Nico 13 // 26.01.2018 à 14h34

        Par contre, malheureusement, ça coûte extrêmement cher l’atlantisme.
        Enfin, ce n’est pas grave. C’est l’État qui paye comme dirait notre “cher” François !
        Et puis bon, paraît que les USA sont les meilleurs amis de l’Europe.
        Pas vrai hein ?

        Moi perso, un ami qui fait de la propagande pour me pousser à dépenser plus qu’il ne faut pour m’équiper et qui fait constamment pression sur les entreprises européennes afin que ses propres entreprises ne soient pas concurrencées sur certains marchés, bah je m’en passe volontiers.

        PS : par rapport à l’article de la Tribune (que LBSSO a bien résumé) sur l’achat des missiles ainsi que des batteries, j’ai posé une question à Olivier Schmitt sur twitter.
        J’ai hâte de voir sa réaction :d
        Oui oui, j’ai vraiment hâte qu’il continue de nous expliquer que les USA sont les amis de l’Europe.

          +6

        Alerter
        • haricophile // 26.01.2018 à 19h15

          Ça ne coûte pas extrêmement cher, ça rapporte beaucoup pour alimenter les errements militaires de la « guerre partout, victoire nulle part ».

          La seule chose important c’est l’état de l’empire, les finances des colonies et des protectorats c’est de dernier de «nos» problèmes.

            +1

          Alerter
          • Vladimir K // 26.01.2018 à 21h12

            Il y a un autre point que l’on oublie : la Suède est exportateur d’armes. Quand on retire le marché de la Russie et des États-Unis, il ne reste plus grand chose, et ce plus grand chose est tout de même contrôlé par les États-Unis :

            Si vous voulez vendre de l’armement à un pays allier des États-Unis, il faut respecter des standards américains (Dassault Aviation paie une fortune pour du matériel américain et pour être aux normes OTAN), donc mieux vaut être dans les petits souliers de l’Oncle Sam pour continuer à exister)

              +5

            Alerter
    • Eric83 // 26.01.2018 à 13h16

      Carl Bildt, atlantiste pur jus, a été MAE du gouvernement suédois de 2006 à 2014.

      La lecture de la page wikipédia qui lui est consacrée peut éclairer sur les choix d’armement US.

      “Connu pour ses positions atlantistes, il lui a été reproché ses liens personnels avec des entreprises américaines d’armement”.
      “Bildt est membre de plusieurs organisations mondialistes, ayant pour but de favoriser les projets de mondialisation économique ou politique sous l’égide des États-Unis. Il est membre de la Commission Trilatérale depuis 1998, membre de l’International Advisory Board du CFR…”.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Carl_Bildt

        +17

      Alerter
      • Fritz // 26.01.2018 à 16h43

        @LBSSO : c’est d’autant plus scandaleux que la Suède neutre avait une industrie d’armement performante (Bofors et les avions Saab).

          +7

        Alerter
    • Vladimir K // 26.01.2018 à 21h07

      On peut citer l’avion JAS Gripen de chez SAAB, qui en fait n’est qu’un assemblage de matériels US produits sous licence.

      Le seul dirigeant suédois qui ne se laissait pas faire par les États-Unis, c’était Olof Palme ; il a mal fini.

      Ce qui est dérangeant, c’est que la Suède Atlantiste pousse son influence autant que possible sur sa voisine, la Finlande, de tradition plus mesurée.

      La Finlande commence à voir des ministres formés aux États-Unis, qui suggèrent une adhésion à l’OTAN. Pour le moment la population tient bon…

      Mais les changements dans ces deux pays sont flagrants, et inquiétants.

        +13

      Alerter
  • Coincoin // 26.01.2018 à 06h49

    Pas étonnant quand on sait ce qu’est devenue la Suède:

    https://fr.express.live/2018/01/22/suede-violence-immigration/

    Ou quand xénophilie rime avec destruction du pays. L’ennemi est déjà à l’intérieur, et ce n’est pas la Russie. Mais chut, ce n’est pas politiquement correct de le dire.

      +42

    Alerter
    • Eric83 // 26.01.2018 à 09h55

      En complément de votre commentaire, un article de Zerohedge.

      Cela fait déjà des mois que des sites comme ZH révèlent les violences, en Suède, générées par des gangs liés à des “migrants”.

      Ce n’est pas politiquement correct de le dire mais à un moment donné, la cocotte-minute risque d’envoyer valser le couvercle et pas seulement en Suède. En Italie aussi la situation est de plus en plus tendue et le sujet des “migrants” sera probablement un des enjeux majeurs des élections de mars…élections qui pourraient d’ailleurs être cruciales pour le devenir de l’UE.

      https://www.zerohedge.com/news/2018-01-23/sweden-hell-armed-migrant-teens-roaming-kalashnikovs-military-may-be-deployed

        +17

      Alerter
    • Des Croissants ? // 26.01.2018 à 10h39

      @Coincoin,

      Je ne vois pas le rapport entre la “xénophilie” de la Suède et son choix d’acheter des Patriot US au lieu du système européen. J’ai pourtant bien cherché le lien.

      Cela voudrait donc dire que l’influence des migrants est telle, qu’ils peuvent (par leur simple présence dans le pays) influencer le choix du ministre de la défense sur le type d’armement stratégique ?

      Incroyable ! Vous avez raison, Chut ! Ce n’est pas politiquement correct de dire cela…

      Je vous signale qu’il n’y a rien de politiquement incorrect dans vos propos.
      Votre commentaire est juste… un amalgame xénophobe, simpliste et raciste. Pouaaah !

        +15

      Alerter
      • Idomar Yasagof // 26.01.2018 à 11h32

        “un amalgame xénophobe, simpliste et raciste. ”

        Bravo, vous venez d’obtenir le brevet Point Godwin, félicitations pour votre richesse d’argumentation.

        Xénophobie : La xénophobie est une « hostilité à ce qui est étranger », plus précisément à l’égard d’un groupe de personnes ou d’un individu considéré comme étranger à son propre groupe. Donc vous même êtes xénophobe vis à vis de coincoin, puisque vous le rejetez de votre groupe de bien pensant.

        Simpliste : voir ci-dessous.

        Le racisme, idéologie partant d’un postulat d’existence de races au sein de l’espèce humaine, considère que certaines catégories de personnes sont globalement supérieures à d’autres sous tel ou tel aspect. Où est cette supériorité dans le texte de coincoin ?

        Bref deux mots dont votre interprétation simpliste vous conduit à écrire des bêtises.

        Arrêtez d’utiliser un vocabulaire à la sauce boboïste du moment et revisitez le sens des mots.

        Et pour moi ce sera un expresso avec le croissant, merci !

          +21

        Alerter
        • jmi // 29.01.2018 à 18h56

          Retour aux sources grecques de la langue française.

          La phobie ( phobos en grec ) est la crainte de quelque chose ;
          Je suis « agoraphobe » quand j’ai peur de traverser une grande place. (Agora = la place en grec )

          La haine en racine grecque est « misen » ainsi Molière, écrit le Misanthrope, (anthropos = l’homme) l’homme qui hait ses semblables.

          la Xénophobie, étymologiquement est la peur de l’étranger (xenos en grec) et non la haine

          Les satellites de Mars sont Phobos et Deimos soit la crainte et la terreur, toujours ces Grecs !!!

          donc la xénophobie est : ???

          Comment se cultiver en buvant tranquillement son expresso ……

          Cordialement

            +0

          Alerter
      • osez ouvrir les yeux // 26.01.2018 à 13h52

        @ Décroissant :
        Vous êtes tellement aveuglé par l’idéologie mondialiste “du village global” que vous faites mine de ne pas comprendre. Le multiculturalisme aboutit à la destruction des cultures qu’il mélange. Pourquoi désirez vous détruire notre culture ? Comprenez vous qu’en faisant ça, vous faites le jeu des mondialistes ? c’est à dire le jeu de ceux qui vous exploitent depuis votre naissance. Les personnes qui écrivent des commentaires qui vous déplaise sur ce site ne sont certainement pas ceux qui vous exploite. Qui écrit les programmes scolaires ? Qui contrôle les médias : les puissants, ceux qui vous exploitent. Ce sont les mêmes personnes qui font la promotion de l’immigration de masse. C’est assez paradoxal dans ces conditions de vous nommer Des Croissants, non ?

          +16

        Alerter
        • Ellilou // 26.01.2018 à 15h45

          “Le multiculturalisme aboutit à la destruction des cultures qu’il mélange.” Alors là…désolée d’être venue me mélanger à vous autres en France et d’avoir de ce fait participé à la destruction de votre culture et de la mienne par la même occasion. Veuillez accepter mes plus plates excuses.

            +2

          Alerter
      • Alfred // 26.01.2018 à 15h01

        Je suis un peu épaté d’avoir été modéré sur ce coup là. Est ce à croire que des opinions sont taboues ? C’etait pourtant des “préjugés” batis sur un vécu local… Quoi que vous en pensiez il existe à la fois une chappe de plomb politiquement correcte en Suède bien plus forte qu’en France et un racisme bien plus profond. Le “lagom” suédois est sérieusement embranlé par les migrations récentes. Et que cela vous plaise ou non la Suède est de bien des manières une France avec 15 ans ” d’avance” (davantage que les USA) et un “canari” bien plus efficace que les us car c’est à la fois un état vassal comme le nôtre (toutes proportions gardées) et un état de notre Continent.

          +12

        Alerter
        • Ellilou // 26.01.2018 à 15h47

          Où comment avec un petit article dont le titre est “Un livret de préparation à la guerre doit sauver la Suède de l’invasion russe” certain(e)s arrivent à amener le sujet des migrants, des réfugiés, des noirs, des arabes: Jusqu’où va se nicher l’obsession?

            +5

          Alerter
          • Alfred // 26.01.2018 à 18h58

            Peut être qu’en quittant deux secondes des vos propres obsessions (les noirs, les arabes et les racistes partout autour de vous, Brrrr) vous pourriez percevoir ce que les gens veulent dire (il est vrai que vous n’êtes pas aidé par la modération). Il était dit dans un commentaire modéré que la Suède qui n’ absolument rien à craindre de la Russie (en particulier si elle reste neutre) est confrontée à une déstabilisation interne qu’elle n’avait jamais connue (liée au fait qu’elle ait peut être présumé de ses forces en matière d’accueil et de vitesse d’assimilation). Et que la publication de ce fascicule est peut être liée à la prévision de troubles par les zelites..
            Le fait que l’état social ait été démantelé ainsi que certaines particularités de la société suédoise peuvent expliquer que la tension y soit à la fois plus masquée et plus exacerbée qu’ailleurs.
            On cherche à comprendre pas à juger. Dacodac ?

              +17

            Alerter
            • Sam // 27.01.2018 à 10h43

              D’ailleurs, les migrants seraient un sujet idéal pour une série sur ce site.

              Au début de la chaîne, c’est la traite des noirs 2.0, avec torture, esclavage, et des centaines de milliers qui coulent au fond de la méditerranée.

              Et à la fin de la chaîne, c’est un discours gluant sur l’humanitaire, l’antiracisme, la solidarité, et une chape de plomb pour qui oserait questionner tout ca : racistes, xénophobes, fascistes et autres points Godwin.

              Alors que la réalité, c’est plutôt ce qu’il se passe à Calais, ou encore le sort de Cédric Hérrou.

                +0

              Alerter
    • Jaz // 26.01.2018 à 12h22

      Xénopphilie? Vraiment?
      Moi qui pensais que c’était surtout pour des intérêts économiques, dans un pays où un taux de natalité de 1,88 par femme ne permet pas un renouvellement des populations. Un peu comme chez Merkel quoi.
      Non, ça doit être ça, les gouvernements successifs de la Suède ont un coeur rempli d’amour, d’humanisme et de compassion envers les peuples des “pays de merde” comme dirait Donald. Et donc voilà où ça nous mène…
      Merci en tout cas de m’avoir ouvert les yeux, même si j’avais lu, à l’époque, que des gangs et mafias étaient très actifs en Suède, notamment de ceux originaires des Balkans, bien avant la fameuse crise des “migrants” de 2015, dommage collatéral des conflits créés par nos gouvernements trop xénophiles dans en Libye et Proche Orient.

        +2

      Alerter
      • Coincoin // 27.01.2018 à 13h10

        Vraiment. Et l’un n’empêche pas l’autre.
        Il est clair que le patronat ne veut ni payer des salaires décents, ni payer pour offrir des conditions favorables à ce que les familles fassent plus d’enfants, car un enfant en Europe coûte cher, trop cher en tout cas pour le patronat, qui préfère importer de la main d’œuvre à très bas coût. Alors oui, le patronat a peur des employés/ouvriers revendicatifs et aime ceux qui sont prêts à travailler pour encore et toujours moins.

        Maintenant il faudrait expliquer comment le Japon avec un indice de fécondité de 1.40 et un taux d’immigration de zéro se débrouille.

        Quels sont les gouvernements à l’origine des guerres au MO? France, UK, USA. Gouvernements “trop xénophiles”? Vous voulez nous faire croire que ces 3 gouvernements ont grand ouvert leur porte aux “migrants”.

          +2

        Alerter
        • Raphaël // 27.01.2018 à 18h53

          C’est pour les US un super coup double : on mets le bazar au moyen orient et les laquais en assument les conséquences migratoires. Le plus amusant, c’est que des syriens j’en connais, et leur immigration en France a été d’autant plus difficile qu’ils étaient bardés de diplômes, cherchez l’erreur.

          Avec un bon tir de barrage médiatique orchestré par quelques Young Leaders et la bénédiction du patronat, c’est tout benefs pour les 1% : On casse le cout du travail, on a un écran de fumée en béton pour les réformes, on fait plaisir au maître et on fait pleurer dans les chaumières.

          Un coup de maître comme ça force le respect. Les français dans tout ça ? Bah ils aiment ça en fait se faire entuber.

            +4

          Alerter
      • Vladimir K // 28.01.2018 à 04h52

        il y a un autre enjeu que j’ai constaté au Canada, quand j’obtenais ma citoyenneté : l’enjeu politique.

        Les dossiers de citoyenneté se sont soudain accélérés juste avant les élections, le parti en place pariant sur le fait qu’un migrant tout fier de sa nouvelle citoyenneté voudra marquer le coup en allant voter, et tant qu’à faire, pour le parti sortant pour le remercier.

        Après, les dossiers reprennent une vitesse normale.

          +2

        Alerter
    • Fritz // 26.01.2018 à 16h26

      @Coincoin : vous n’avez pas forcément tort, loin de là, mais comme on pouvait s’y attendre, votre commentaire hors-sujet a déchaîné les passions entre pro-immigration et anti. Résultat, on a perdu de vue le sujet proposé par les-crises : la dérive atlantiste de la Suède, ancienne puissance neutre.

        +3

      Alerter
      • Raphaël // 27.01.2018 à 05h11

        Bizarrement, je ne vois pas où est le hors sujet. La thèse que les migrants soient utilisés comme outils de déstabilisation des états européens me paraît très pertinente au contraire. Et le fait que les idiots utiles de l’Empire appellent à la censure dès que l’idée est invoquée ne fait que renforcer la pertinence de cette hypothèse.

        Il suffirait de montrer que les passeurs soient accoquinés avec des ONG Soro-américaines et qu’on puisse prouver que la hype autour de notre “devoir” d’accueil des “migrants” soient orchestrée de l’étranger pour que la boucle soit bouclée. Je crois savoir que de monstrueux médias comme RT ou Sputnik s’y sont risqués… En mode no news.

          +9

        Alerter
      • Coincoin // 27.01.2018 à 12h39

        Je suis vraiment désolé, mais je ne pense nullement que mon commentaire soit hors sujet. Il N’est PAS question dans le billet d’introduction de “dérive atlantiste”. Le livret a été édité déjà cinq fois, et donc s’il y a “dérive atlantiste” elle n’est pas dans le sujet proposé ici, mais dans le commentaire de LBSSO. Comme précisé, le livret ne parle pas de la Russie, mais parle “du comportement à adopter en cas de catastrophe naturelle ou d’attentat.” Or ce qui se passe actuellement en Suède évoque des attentats contre la paix civile avec des zones de non droit.

        Votre souci de vouloir recadrer le sujet à votre goût uniquement m’inquiète quelque peu.

        Quant à la neutralité de la Suède, rien de nouveau contrairement à ce que vous avancez:

        https://se.ambafrance.org/Neutralite

          +3

        Alerter
        • Fritz // 27.01.2018 à 13h06

          Merci de votre réponse. Cela dit, je maintiens : c’est bien la dérive atlantiste de la Suède qui est au cœur du billet proposé, et aussi cette manie de parler après coup de la “guerre froide” comme les Américains.

          J’ai pris bonne note de l’étude du journaliste du Quotidien suédois (Svenska Dagbladet) que vous indiquez, mais je ne suis pas convaincu. J’y vois une tentative de justifier par le passé l’orientation atlantiste de la Suède actuelle… et de la diplomatie française actuelle, y compris notre ambassade à Stockholm. La neutralité suédoise des années 1945-1986 n’était pas un mythe.

          Quant au problème de l’immigration que vous évoquez dans votre 1er commentaire, il est réel et grave, en Suède particulièrement, et il mériterait un ou plusieurs billets sur ce blog. Mais je ne suis pas optimiste à cet égard.

          P. S. Relisez votre lien, ces scribouillards de l’ambassade de France à Stockholm ne sont même pas capables d’écrire “Libye” correctement.

            +3

          Alerter
  • Fritz // 26.01.2018 à 07h20

    Pauvre Suède… Mais d’abord, un rappel à l’attention d’Anne-Françoise : la Suède était un pays NEUTRE doté d’une forte tradition militaire, remontant à Gustave-Adolphe (mort en 1632). Dans ces conditions, il est douteux que les éditions précédentes du livret aient été orientées “contre l’URSS”. Et en 1987, personne ne parlait de la “guerre froide” au présent, ni en Suède, ni en France. Pour nous, la guerre froide était terminée depuis longtemps (quelque part entre 1956 et 1962).

    La neutralité suédoise a été mise à mal une première fois dans les années 1980, avec l’affaire du sous-marin soviétique. Mais c’est le sinistre Carl Bildt, vainqueur des élections de 1991, qui a donné à la Suède une orientation atlantiste. Dès 2002, la droite suédoise envisageait une intégration dans l’OTAN. Tage Erlander et Olof Palme doivent se retourner dans leur tombe.

    Cet article en dit long sur la dérive atlantiste de la Suède, certes, mais aussi sur l’imprégnation atlantiste d’une journaliste “complètement à l’ouest” (normal pour Ouest-France), et qui voit le passé avec les yeux du présent antirusse. C’est ELLE qui nomme la Russie ! Rien dans les commentaires du livret ne désigne la Russie.

      +29

    Alerter
    • Fritz // 26.01.2018 à 07h32

      En 1976 (l’année de la défaite social-démocrate aux élections), 6 % des Suédois considéraient l’URSS comme une menace, et 27 % comme une puissance inamicale. Au milieu des années 80, les proportions étaient bouleversées : 42 % des Suédois voyaient dans l’URSS une menace, 83 % la considérant comme une ennemie.

      http://www.dedefensa.org/article/comment-octobre-rouge-menace-la-vertueuse-suede

      L’article de Shamir repose en partie sur le livre d’Ola Tunander : https://www.questia.com/library/108521716/the-secret-war-against-sweden-us-and-british-submarine

        +5

      Alerter
    • basile // 26.01.2018 à 08h08

      c’est pourtant le même genre de titre sur le Figaro.

      « Une démarche inédite depuis la Guerre froide alors que la Russie accroît son activité militaire en Mer baltique. »

      http://www.lefigaro.fr/international/2018/01/18/01003-20180118ARTFIG00216-un-livret-de-preparation-a-la-guerre-bientot-distribue-en-suede.php

      et sur Le Point : Christina Andersson, responsable du projet à l’agence gouvernementale suédoise : En cause : la multiplication des opérations militaires de la Russie dans (DANS) les pays du nord de l’Europe, les pays baltes, la Pologne, la Norvège, la Finlande et la Suède. (sic)

        +11

      Alerter
    • Chris // 26.01.2018 à 16h57

      C’est aussi Bildt qui fut mandaté par l’UE des tractations d’adhésion à l’UE des républiques yougoslaves. On le retrouve lors de la guerre entre la Serbie et le Kosovo en bonne compagnie avec Kouchner.

        +5

      Alerter
      • Fritz // 26.01.2018 à 18h16

        “la guerre entre la Serbie et le Kosovo” ? Le Kosovo faisait partie de la Serbie, n’en déplaise aux atlantistes qui ont bombardé la Serbie pour en détacher le Kosovo.

          +8

        Alerter
    • Pierre Bacara // 27.01.2018 à 01h47

      GUERRE FROIDE DANS LES ANNEES 1980

      “en 1987, personne ne parlait de la “guerre froide” au présent […] La guerre froide était terminée depuis longtemps ([…] entre 1956 et 1962)”.

      Il se trouve que je faisais partie de la Marine nationale dans la première moitié des années 1980. A ce moment-là, la Guerre froide y était une réalité. Sur les cloisons de la passerelle du navire sur lequel j’étais embarqué étaient affichés les profils de tous les types de navires soviétiques. Nous passions notre temps à cavaler derrière eux par des météos abjectes. Nous ne voyions que les petites formes gris sombre, floues, à l’horizon, de ces navires beaucoup plus performants que les nôtres et que nous appelions sous la dénomination fourre-tout – et incorrecte- de “Krivak”. On nous a même fait faire une fois demi-tour, alors que nous étions sur le point de rentrer au port, rien que pour courrir derrière l’un d’entre eux – qui s’est joué de nous, comme toujours. Leurs sous-marins étaient partout, sans parler de leurs meutes de chalutiers étonnamment rapides avec leurs antennes géantes. Lorque j’étais entré dans la Royale, un instructeur nous avait briefé avec clarté : “la France n’a bien entendu pas d’ennemi officiel ; mais dans les faits, l’ennemi, c’est les Russes – c’est clair ?”.

      La Guerre froide ne s’est pas terminée en 1962.

        +3

      Alerter
      • Fritz // 27.01.2018 à 08h20

        On peut en discuter. Je ne conteste ni la tension avec l’URSS, ni le regain de cette tension au début des années 1980. Notons quand même qu’en décembre 1980, dans une tribune au Figaro, Edouard Balladur s’interrogeait sur un “retour à la guerre froide”, tout en estimant que les deux Grands s’efforçaient de l’éviter.

        C’est une preuve, une de plus, que notre discours public ne parlait plus de la guerre froide au présent depuis les années 1960. C’est au cours des années 1990 que nous avons copié l’usage américain : parler de la guerre froide comme un bloc, de 1947 à 1989 ou même 1991, une guerre gagnée par l’Amérique triomphante, IDS et compagnie. Tu parles !

        Cela dit, je prends en compte vos arguments. Oui, malgré la “défense tous azimuts” prônée par le général A.illeret, beaucoup continuaient à dire “l’ennemi, c’est les Russes”. Mais ce n’était plus le discours public.

        Je parle volontiers de “deuxième guerre froide” pour la période 1980-1985, après la Détente des années 1963-1979.

          +2

        Alerter
      • Fritz // 27.01.2018 à 09h16

        Puisque vous évoquez votre chasse aux navires soviétiques, les sous-marins y compris : j’ajoute que c’est une histoire fausse de sous-marin soviétique, en 1982, qui a déclenché la dérive atlantiste de la Suède.

        http://www.dedefensa.org/article/comment-octobre-rouge-menace-la-vertueuse-suede

          +3

        Alerter
        • Vladimir K // 28.01.2018 à 04h58

          Il y avait un excellent reportage d’ARTE, intitulé le grand bluff de Ronald Reagan, qui traite de cette affaire de sous-marin, et du meurtre d’Olof Palme.

          https://www.les-crises.fr/video-le-grand-bluff-de-ronald-reagan/

          Hélas, la vidéo a disparu, mais je l’ai sauvegardée.

          D’ailleurs dans le film (au titre uniquement) comique Norwegian Ninja, on en parle ainsi que de l’opération Stay Behind. Apparemment, ces affaires ont beaucoup marqué les scandinaves

            +1

          Alerter
  • LA ROQUE // 26.01.2018 à 07h43

    Il faudra que l’on m’explique quel serait l’intérêt pour la Russie d’envahir la Suède.
    Par contre cette pseudo menace sert bien les intérêts de l’industrie de l’armement et permet encore un élargissement de l’OTAN tout en faisant passer Poutine pour un fauteur de troubles.
    .

      +54

    Alerter
    • patrick // 26.01.2018 à 09h51

      l’intérêt pour la Russie d’envahir n’importe lequel de ses voisins ??

      – parce que les Russes sont à l’étroit sur leur petit territoire ?
      140 millions de Russes sur un territoire 30 fois comme la France … c’est pas ça

      – parce que les Russes veulent nous prendre nos réserves de pétrole et de gaz ?
      lesquelles ?? … c’est pas ça non plus.

      – nos réserves de minéraux , de métaux … ? c’est pas ça non plus

      – nos terres agricoles ??? ils sont en train de nous mettre minable dans ce domaine .. c’est pas ça non plus ..

      non , vraiment , je vois pas 😉

        +46

      Alerter
      • Toff de Aix // 26.01.2018 à 11h00

        Euhhhh… Passke c’est des méchants les russes, c’est bien connu ? J’exagère a peine mais c’est la narrative officielle otanienne depuis la fin de la guerre de 45. Les russkofs ont toujours été un ennemi à la hauteur de l’attente des States, pensez bien, des gens qui, le couteau entre les dents, mangent des nourrissons au petit déjeuner.. Ah ? On me dit qu’ils ne sont plus communisses depuis 1991? Ben je sais pas moi, y a quand même des restes non ?

          +16

        Alerter
        • basile // 26.01.2018 à 12h08

          bien sûr qu’il y a des restes (rires).

          En matière de politique, géo ou non, il est permis (et même encouragé), d’avoir des doutes sur l’influence de ces « restes » sur les individus ou les états d’aujourd’hui.

          Mais en matière de religions, non, ce n’est pas permis. Et même puni par la loi.

          Il doit bien y avoir des raisons de politique intérieure pour cette différence de traitement des historiques.

            +3

          Alerter
      • Charles-de // 26.01.2018 à 12h34

        TOUT empire, absolument quel qu’il soit, a vocation à s’étendre puis à imploser. Empire d’Alexandre, empire romain, empire mongol, empire britannique, empire français etc etc.

          +2

        Alerter
        • Jean // 26.01.2018 à 13h08

          Ce n’est pas parce que cela s’est toujours passé ainsi que cela continuera indéfiniment à se produire de la même façon. L environnement est en constante évolution et la domination globale est un projet qui devient envisageable depuis peu de temps. Un totalitarisme global, sans concurrence, permettrait à un Empire de survivre indéfiniment.

            +3

          Alerter
          • Subotai // 27.01.2018 à 02h53

            Vraiment?
            Vous avez déjà essayé le totalitarisme à la maison? 🙂
            Essayez pour voir.

              +1

            Alerter
        • Scrib // 26.01.2018 à 14h48

          C’est pour cela qu’il faut des relais locaux fiables et convaincus afin de maintenir l’ordre et la sécurité dans la galaxie…mince j’ai fait un amalgame totalement involontaire avec Star War…

            +3

          Alerter
      • Jean // 26.01.2018 à 12h34

        Vous n avez pas compris, la Russie veut envahir la Suède parce que c est les méchants et que nous sommes les gentils. Mais rassurez-vous, toutes interprétations contraires sera bientôt censurées comme une fake-news, comme ça vous ne pourrez plus vous tromper.

        https://www.youtube.com/watch?v=fdW9-2QqIN4

          +5

        Alerter
    • haricophile // 26.01.2018 à 19h21

      « Ayez peur, je m’occupe du reste » ….

        +5

      Alerter
  • Betty // 26.01.2018 à 11h36

    Le titre de l’article paru dans the telegraph du 17 janvier dernier se veut plus direct que Ouest France:
    “Sweden sends leaflets to 5m homes on how to prepare for war with Russia.”
    http://www.telegraph.co.uk/news/2018/01/17/sweden-tells-public-prepare-war-fears-russia-rise/

      +2

    Alerter
  • Louis Robert // 26.01.2018 à 11h55

    Menacée de nulle part, la Suède ferait mieux d’oeuvrer pour la paix. Il est vrai que rendue à décerner un Nobel de la paix à un Obama…

      +9

    Alerter
    • antoniob // 26.01.2018 à 12h19

      NB sur le Nobel de la Paix: ce sont les norvégiens qui le décernent. Nobel leur avait laissé ça à l’époque de l'”union” des deux pays.

        +3

      Alerter
      • Louis Robert // 26.01.2018 à 13h26

        Merci, il convient en effet d’être précis.

        En ces temps difficiles, avec son prix Nobel de la paix, la Norvège ferait donc mieux, elle aussi, d’oeuvrer plus sérieusement et véritablement pour la paix. Ce n’est pas d’hier qu’on met en doute le bon jugement politique du parlement norvégien en la matière. On se rappellera l’ironie cruelle: tandis qu’un Kissinger acceptait fièrement ce prix, déjà, dignement, Lê Đức Thọ le refusait.

          +5

        Alerter
        • haricophile // 26.01.2018 à 19h23

          Le prix Nobel de la paix…. le prix Nobel, c’est pas ce truc dans un batiment en face de l’ambassade des USA ? C’est écologique remarquez, pas besoin de prendre la voiture.

            +7

          Alerter
  • L’aieuil // 26.01.2018 à 12h31

    La suède, jadis un quasi-paradis social, a la guerre dans ses rues par la faute de ses politiciens qui ont mis en place une politique parfaitement irresponsables en matière d’immigration (en gros ils ont dit “oui, oui un pays de – de 10 millions d’habitants parlant un langage exotique même pas normalisé, peut accueillir toute la misère du monde”).
    La suède c’est le seul pays du monde à avoir un fiche wikipedia dédier ses attaque à la grenade, parce qu’il peu y en avoir jusqu’à une fois par jour…
    https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_grenade_attacks_in_Sweden

    Faut bien trouver quelque chose pour faire peur au peuple avant qu’ils ne sortent la guillotine.
    Merci la Russie.

      +4

    Alerter
    • Fritz // 26.01.2018 à 16h30

      “un langage exotique même pas normalisé” ? Vous vous moquez de qui ? Avez-vous vu le Septième sceau (Det sjunde inseglet) en version originale ? Avez-vous lu Selma Lagerlöf, ou encore la correspondance suédoise lors des négociations de Westphalie ?

      Marre de ce mépris des langues autres que l’angliche. Je n’aime pas beaucoup André Gide, mais il avait marqué un point en disant qu’un Français cultivé devait connaître au moins une langue scandinave.

      https://sv.wikipedia.org/wiki/Svenska

        +1

      Alerter
      • L’aieuil // 26.01.2018 à 18h02

        Le suédois standard de Stockholm (Rikssvenska ou Högsvenska) celui qu’on apprend à l’école, y a moins de la moitié du pays qui en fait un usage quotidien (c’est la langue institutionnelle, mais c’est la langue officielle du pays que depuis… 2009, principalement parce que les politiciens une fois rentré dans leur circonscriptions parlent une autre langue).
        Tout le monde peut la parler oui, mais c’est comme si en France on parlait vraiment Breton tous les jours a Nantes, Occitan a Toulouse et Alsacien à Strasbourg et Français que si un breton parle à un alsacien ou un parisien. Ce qui crée évidemment un problème de mobilité interne.
        Maintenant imaginez ce qu’il se passe quand vous avez des étrangers qui essayent de s’intégrer… ben c’est deux fois plus dur qu’en France (où malgré 50 ans d’expérience le succès reste très mitigé).
        Donc les étrangers même si reçoivent une éducation en “Suedois” (Rikssvenska), ils ne peuvent que vivre/travailler/s’intégrer dans dans les trois grandes villes du pays.

          +3

        Alerter
  • Tonton Poupou // 26.01.2018 à 12h31

    Depuis que La bataille de Poltava (ou Pultawa) eut lieu le 8 juillet 1709 entre l’armée de Pierre Ier de Russie et les troupes de Charles XII de Suède avec l’appui des cosaques d’Ukraine du hetman Ivan Mazepa dans le cadre de la Grande guerre du Nord. La victoire russe décisive a fait perdre à la Suède son rang de grande puissance militaire. Les suédois n’ont toujours pas digéré leur déculottée magistrale qui les a renvoyé dans les cordes de l’histoire militaro-politique européenne pour des siècles.

      +7

    Alerter
    • Jules // 26.01.2018 à 12h47

      Quand on parle de déculottée:

      https://youtu.be/5EWu-9uYKlw

      Au lieu d’acheter des “patriots”, les Suédois feraient mieux d’acheter d’abord des tasers, sprays au poivre et menottes. Une policière trouve le moyen d’écarter le civil qui seul a réussi à maîtriser le… (j’hésite) fou furieux, délinquant, barbu, migrant, réfugié ?????

      Force doit rester à… l’absence de loi. Vive la Suède!

        +4

      Alerter
    • Barbier // 28.01.2018 à 19h29

      Eh oui la fameuse “folie des grandeurs” qui vous empêche de faire demi-tour alors qu’un examen consciencieux du problème s’éclaire de lui-même. Entre 75/85% de chance/hasard contraire, ben faut retourner dans ses pénates en blindant ses arrières genre” tu peux me suivre coco mais çà va te coûter un max”.
      Sinon je me propose humblement si invasion russe imminente(Y a juste la Finlande au milieu mais admettons), d’accueillir une suédoise sportive et intelligente pour un cours accéléré de culture française. :o)
      Ne laissons pas passer l’essentiel, le rapprochement mutuel.

        +0

      Alerter
  • Christian Gedeon // 26.01.2018 à 13h22

    Ah ces suédois…eux qui ont franchement et sans être envahis si gentiment collabore avec Hitler lui livrant force minerais,les voies de passage, et tout le toutim.mais ils ont fait aussi bien avec Staline lui livrant aussi les Finlandais qui s’étaient si courageusement opposés à l’invasion et eu massacre soviétiques réfugiés en Suède. Des braves gens courageux,bien pires que la Suisse vouée aux gémonies après la seconde guerre mondiale. Les Suisses eux n’ont livre personne et n’ont pas permis aux troupes allemandes de passer bien tranquillement par leur territoire.

      +8

    Alerter
    • tepavac // 26.01.2018 à 16h26

      non, ils ont juste permis que la SA puisse s’entrainer sur leur territoire, avec le parrainage de;
      Loréal, Siemens, Krupp, Kenedy,etc, etc … !

        +1

      Alerter
    • Chris // 26.01.2018 à 16h48

      “Les Suisses eux n’ont livré personne et n’ont pas permis aux troupes allemandes de passer bien tranquillement par leur territoire.
      La Suisse avait la chance de sa neutralité, même si ce détail n’embarrassait pas Hitler.
      Quel pays sensé inviterait les soudards à forcer les coffres de leurs maitres ?…
      Si la Suisse a accueilli un grand nombre de réfugiés, par contre les juifs furent refoulés à ses frontières… mais garda les siens même si on relève des cas de spoliation d’actifs…
      Il y eut du bon et du moins bon : rien n’est simple en tant de guerre !

        +1

      Alerter
      • Alfred // 27.01.2018 à 09h15

        Les deux pays étaient neutres, ce n’est pas vraiment le problème. La différence est que (outre que la Suisse est plus facile à défendre) la Suisse était utile au Reich telle qu’elle était (indépendante) pour commercer discrètement et thésauriser. La Suède était utile au Reich pour son fer, indépendante ou non. Aucun intérêt à envahir la Suisse bien au contraire. Aucun problème pour envahir la Suède si jeu en vaut la chandelle. Les dirigeants suédois ont fait de la realpolitik de survie plus que de l’idéologie.

          +3

        Alerter
    • Barbier // 31.01.2018 à 11h38

      De ce que j’en sais, tous les allemands et les déserteurs de la Wermacht choisissant la Suéde pour sauver leur peau étaient remis aux autorités nazis séance tenante. Quant on vous dit qu’on est neutre….

        +0

      Alerter
  • Arcousan09 // 26.01.2018 à 13h24

    Russophobie quand tu nous tiens …..
    A mon humble avis la Suisse devrait adopter le même comportement car elle n’est pas à l’abri d’une invasion russe de même pour Monaco, Andorre et San Marin

      +2

    Alerter
  • Chris // 26.01.2018 à 16h41

    La Suisse édite aussi son petit livre du citoyen bcbg.
    Le dernier dont je me souviens, édité par l’armée (années 80, je crois) avait évoqué la non collaboration des Suissesses avec l’ennemi (entendez, les Suissesses étaient interdites de risettes et autres accroche-coeurs/culs avec l’ennemi), laquelle avait déclenché une hilarité nationale.
    Ce qui probablement nous évita une édition suivante…
    Le CF publie régulièrement à l’intention de la population la liste des objets et aliments qu’il convient de stocker en cas de pénurie brutale, ce qui me parait plus prudent pour un pays qui importe 48% de sa nourriture.
    Faut croire que c’est la préoccupation première de pays de petite taille qui au cours des deux derniers siècles réussirent à passer à travers les mailles des guerres intra-européennes.

      +3

    Alerter
  • Raphaël // 27.01.2018 à 05h29

    Notons tout de même au passage que Ouest France est depuis longtemps la risée sur internet des sites de “réinformation”, rebaptisés par les idiots utiles de l’empire “fachosphère”. Une “fachosphère” qui n’a au moins pas le défaut d’être atlantiste, vu la délicatesse du sobriquet dont elle a été affublée dans les MSM aux ordres des US. Donc Ouest France fait juste partie de la pléthore de journaux que l’on apprécie pour leur humour involontaire, leur emploi immodéré de la novlangue, et leur propriété de bon combustible en hiver.

    Un bon indicateur de leur probité, dont Ouest France : les commentaires sur les articles sont interdits, la marque du laquais.

      +6

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications