Source : Youtube, Thinkerview, 31-08-2016

Entretien avec Henri Maler, fondateur de ACRIMED (Action Critique Médias) et professeur en science politique à l’Université Paris VIII.
Enregistré le 4 mai 2016.

SUJETS :
Journalisme de commentaire VS Journalisme d’investigation, chefferies éditoriales, mouvements sociaux, sondage, situation de l’information, réforme SNCF, CSA fantoche et croupion, concentration des médias ,secret des affaires, le secret de la magouille, niveau des micros trottoirs, risque des nouvelles technologies, rapport de forces, transformations des médias

Source : Youtube, Thinkerview, 31-08-2016

40 réponses à [Vidéo] Henri Maler, ACRIMED : Discutons de l’information entre générations, par Thinkerview

Commentaires recommandés

Chris Le 09 septembre 2016 à 11h43

La “révolte” ou plutôt “remise en question” me paraît plutôt une attitude intellectuelle saine face à la bienpensance généralisée qu’on nous biberonne dans les médias.

  1. Vladimir Tchernine Le 09 septembre 2016 à 05h42
    Afficher/Masquer

    Déçu! Un insomniaque comme moi peut se permettre, mais je ne le posterai pas. Il s’écoute et il minaude, je ne pouvais pas m’empêcher de dire “arrêtes, c’est bon, on a compris que t’es pas con et un garçon méritant”. Un peu beaucoup gentillet avec nos merdia’s. Deux ou trois choses dignes d’attention et encore. Je préfère et de loin Michel Collon pour ne pas parler que de lui.


    • Proprolux Le 09 septembre 2016 à 09h42
      Afficher/Masquer

      Michel Collon l’illuminé! pour qui tous ce qui ce revolte est forcement juste.


      • Chris Le 09 septembre 2016 à 11h43
        Afficher/Masquer

        La “révolte” ou plutôt “remise en question” me paraît plutôt une attitude intellectuelle saine face à la bienpensance généralisée qu’on nous biberonne dans les médias.


    • gizzz Le 09 septembre 2016 à 18h39
      Afficher/Masquer

      je ne pouvais pas m’empêcher de dire “arrêtes, c’est bon, on a compris que t’es pas con et un garçon méritant”
      T’inquiètes V.tchernine, on a compris que tu es encore plus intelligent que lui. je trouve qu’il a raison de ne pas être trop méchant avec les médias. Il n’en a pas besoin, les faits sont édifiants, nul besoin d’en rajouter.


      • Vladimir Tchernine Le 09 septembre 2016 à 18h50
        Afficher/Masquer

        Spassibo, pour le complément! T’as tout compris, camarade:)


  2. Mr K. Le 09 septembre 2016 à 09h16
    Afficher/Masquer

    Déçu! Aussi.

    Mais l’exercice pour sa qualité éventuelle est tributaire de l’interviewé ET de l’intervieweur.

    J’ai regardé un bon nombre des productions du site “Thinkerview” les trouvant intéressantes pour la plupart. Pour celle-ci, la personne qui pose les questions m’a semblée particulièrement mauvaise.

    Lorsque l’on pose des questions aussi larges comme au début, en passant par l’exercice de se mettre à la place d’un défenseur du secret des affaires dont on se demande l’intérêt et le rapport avec la compétence de Henri Maler (cela fait même un peu question de micro-trottoir…), en continuant à hue et à dia à l’aide de presque lieu-communs, on a des doutes sur le sérieux de la préparation de l’émission.

    Le tout arrosé à la sauce d’un contentement de soi incessant (nous les hackeurs, nos contacts si puissants, …), assaisonné de traits se voulant légers d’agilité d’esprit s’étageant en lourdeur pitoyable.

    Ceci expliquant peut-être cela.

    Pour la qualité du travail d’Acrimed sur la très longue durée il n’y a aucun doute.

    En attente de “ses” cinq millions de “followers” à l’assaut d’un ministère, peut être le meneur du débat confond-t-il aussi amis “facebook” et ceux de la vraie vie.


    • Vladimir Tchernine Le 09 septembre 2016 à 10h28
      Afficher/Masquer

      Tout à fait d’accord en ce qui concerne l’interviewer, c’était pas terrible, souvent des courtes incrustations, demande incessante des noms. Pas brillant tout ça.


      • vincent Le 09 septembre 2016 à 13h13
        Afficher/Masquer

        Ils sont comme cela chez Thinkerview, ils disent suivre les méthodes d’interview classique.

        Pour les avoir un peu fréquenté sur facebook, ils sont surement beaucoup de chose mais pas du tout cordial ou accueillant, à un gars qui leur avait demandé une traduction d’un article en anglais, ils ont répondu : l’anglais est la langue du web, débrouilles toi. Un autre qui demandais l’interview Asselineau, ils ont répondu: “Asselineau n’a pas fait le tour de la France à pied, et ne s’est pas illustrer par une grande action, nous interviewons que ceux qui le méritent”

        Je me suis désabonné de leur chaine, ils m’ont aussi bannie parce que je leur reprochait leur attitude quasi agressive, qui se ressent aussi de leurs interview.

        Et effectivement comme souligné, ce petit côté, on se la donne, qui devient agaçant. Alors oui ils rencontrent du monde, et l’idée de l’émission est vraiment sympathique, certaines interview comme celle de l’ambassadeurs russe valent le détour, mais la plupart du temps ils répètent la même rengaine, et sont sans gêne.

        Bref, moi je ne les aimes pas non plus, ce qui est dommage car j’appréciais leur approche./


        • jim Le 09 septembre 2016 à 13h41
          Afficher/Masquer

          Moi j’aime bien Thinkerview, bien que j’ai quelques reproches en tête.

          Ce sont des vrais interviewers, le contraire des minables soit disant journalistes habituels.
          Ils posent de vraies questions, on sent qu’ils en sont sous le pied niveau intellect et capacités d’analyse et de compréhension, ils ne pratiquent pas l’insupportable connivence avec et la flatterie des interwievés, ils alternent questions larges et questions précises, etc.

          L’interwiever de Maler s’est sans doute un peu irrité, mais c’est la faute à Maler qui n’a pas joué le jeu.
          Maler a botté en touche toutes les questions larges et de fond avec des prétextes fallacieux et une sorte de suffisance dans la manière, alors que des réponses de quelques minutes étaient possibles et faciles à faire. Quant au précis, nada quasiment.

          Bonus : merci à twiew pour le fou rire le jour où ils demandé au pauvre D.Robert s’il était pluot DGSI ou DGSE. Pauvre Denis resté sans voix :))


          • kesse Le 10 septembre 2016 à 02h03
            Afficher/Masquer

            Je ne suis pas d’accord, je pense que la pietre qualite vient en tres grande partie de l’interviewer.

            Si un intellectuel refuse de laisser enfermer ses reponses dans des postures politiciennes impliquees par un temps de reponses trop court, l’interviewer doit accepter cet etat de fait. La reponse: “C’est une question tres large, il va falloir preciser” n’est pas du tout inacceptable, en theorie. Apres, c’est toute la difficulte de laisser s’exprimer les vrais intellectuels dans les medias (et non pas les BHL et consorts, qui ont toujours une reponse courte): le public est-il pres a entendre des reponses longues?
            Ne prefere-t-il pas un ton agressif et enjoleur?

            Je comprend la volonte d’entendre du slogan, de la maxime et de l’allant … On en prend tellement dans les oreilles dans l’autre sens qu’en retour on a besoin de se flatter un peu en exercant notre biais de confirmation de maniere un peu exacerbee … cela soulage et fait plaisir, mais ca n’aide pas a reflechir … on retombe finalement dans le consensuel … le consensuel d’un autre bord, le sien … et c’est reposant.

            Si vous voulez quelque chose de reellement revolutionnaire: accepter d’ecouter un intellectuel jusqu’au bout de sa pensee, en lui laissant le temps … C’est a cela qu’il devrait servir … C’est leur but premier … avant d’etre professeur des universites, on est maitres de conference … quelqu’un qu’a de l’experience pour blablater dans le bon sens sur un sujet precis, le sien, en creant du savoir et du questionnement … et finalement de la remise en question …


            • jim Le 10 septembre 2016 à 06h17
              Afficher/Masquer

              Ce que vous dites repose sur du sable et sur une confusion classique entre long et profond, entre longueur et contenu.

              Il suffit d’aller sur youyube écouter un jeu de questions réponses avec par exemples qui me viennent à l’esprit Bourdieu Chomsky ou encore Aron pour co,stater à l’évidence qu’un intellectuel qui ne se défausse pas est tout à fait capable de répondre en 2 mns à une question large et profonde en exprimant des idées, de la pensée.


            • Kesse Le 11 septembre 2016 à 00h29
              Afficher/Masquer

              Jim,

              Laissez le choix du format ne repose pas sur du sable. La forme influe sur le fond. Que certains intellectuels se pretent brillament a un jeu de questions reponse courtes ne signifie pas que toute pensee doit se laisser enfermer dans ce format.

              Une petite video d’usul sur bhl, qui developpe un peu ses thematiques:
              https://www.youtube.com/watch?v=-pGTU-t_Duw


      • SanKuKai Le 09 septembre 2016 à 14h01
        Afficher/Masquer

        Ce qui est cocasse si on compare avec l’interview qu’ils ont fait avec Michel Collon, c’est que celui-ci donne effectivement des noms (de propriétaires de grand médias), mais Thinkerview les a brouillés (surement pour éviter un procès).
        http://thinkerview.com/


        • vincent Le 09 septembre 2016 à 14h58
          Afficher/Masquer

          Le courage n’a qu’un temps, je vois pas d’ailleurs en quoi dire les nom peut mener à un procès


          • Pierre Le 09 septembre 2016 à 21h33
            Afficher/Masquer

            Pour diffamation calomnieuse (rappelons qu’en droit français, la diffamation n’est pas sanctionnable si elle s’appuie sur des faits avérés, elle l’est seulement si elle s’appuie sur des assertions non démontrées). Mais le risque de se lancer dans une procédure juridique, longue et onéreuse, avec des personnes physiques ou morales capables de se payer des bataillons d’avocats spécialisés vaut à mon avis la peine qu’on y réfléchisse à 2 fois avant de balancer des noms et des assertions s’y rapportant. Michel Collon étant belge, il est déjà beaucoup plus à l’abri de plaignants français.


            • vincent Le 10 septembre 2016 à 09h59
              Afficher/Masquer

              Qu’ils arrêtent de se la jouer alors puisqu’ils font dans leur froc, merci pour les précisions, bien que dans je ne crois pas que cela soit un mensonge de dire que tel personne détient tel médias


      • med Le 09 septembre 2016 à 20h01
        Afficher/Masquer

        J’ai bien Thinkerview ne serait-ce que pour entendre un autre son de cloche que nos médias pourris.
        Par contre je suis entièrement d’accord au sujet l’interviewer. Pour avoir vu plusieurs vidéos j’aime pas du tout ça manière de poser les questions, ses commentaires parfois décalés et même ses questions. Bref, j’aime pas !

        C’est un journaliste ? En tout cas il doit avoir un beau carnet d’adresse pour a attirer a lui quelques “stars” du paf…


    • Agora Le 09 septembre 2016 à 22h19
      Afficher/Masquer

      Je me suis fait très exactement la même réflexion, et j’ai écrit au site Thinkerview pour leur en faire part. Je leur disais en substance que, comprenant parfaitement leur position de journaliste amateur (sens la moindre connotation péjorative, Olivier en est un également, et bien meilleur que tant d’autres), je m’étonnais souvent, mais là tout particulièrement, de la qualité médiocre de l’interviewer.
      Il semble, pour avoir visionné la quasi totalité de leur production, que ce soit toujours le même : et désolé de devoir le répéter, mais il est mauvais comme tout.
      Les sujets sont pourtant, a priori, tous intéressants. Thinkerview brasse les (bonnes) questions de l’époque, rassemble des interlocuteurs pointus, des références dans leur domaine, mais saborde ses propres efforts par manque de préparation.
      Henri Maler le recadre autant qu’il peut, comment répondre à des questions aussi vagues ? Cet entretien, côté interviewer, sent le foutage de gueule le plus complet. L’entretien perd (s’il a jamais gagné) en acuité.
      Un coup pour rien…


  3. jim Le 09 septembre 2016 à 09h53
    Afficher/Masquer

    Le travail critique d’Acrimed est précieux.

    Mais cette interview est très décevante. Il épargne tant et plus. Il refuse obstinément malgrè les efforts louables de l’interviewer de nommer, il reste dans le flou des catégories.

    Le pire : comme toujours avec les gens connotés idéologiquement tels que lui, dès qu’il s’agit de passer de la critique à l’alternative, cela devient affligeant.

    Ce que les gens d’Acrimed souhaitent pour remplacer le CSA est timoré, une once de “citoyens” appelés par eux usagers! et qui seront encadrés n’en doutons pas par des journalistes et experts? et des politiciens dans cette commission qu’ils désirent.

    Leur défense de l’idée de mutualiser les outils de travail pour tous les journalistes est de nature grossièrement cripto-communiste-cata, fadeur et manque de diversités et d’émulations étant au rendez vous, les tares habituelles.

    Et j’en passe des exemples sur eux!

    Bref, laissons à ces gens là la critique, mais pas plus.


    • Caliban Le 10 septembre 2016 à 02h05
      Afficher/Masquer

      “Il refuse obstinément malgrè les efforts louables de l’interviewer de nommer, il reste dans le flou des catégories. ”

      Si le chercheur considère que nommer les “speakrines” ne sert à rien c’est certainement parce qu’elles sont interchangeables. Hier PPDA, aujourd’hui le playmobil Pujadas, …

      Bref, c’est le fonctionnement du système médiatique qu’il convient de mettre à jour, pas le comportement de tel ou tel faiseur d’opinion. La question est comment se fabrique l’opinion, plutôt que qui. Pour élucider cette seconde question il vous suffit d’allumer le poste.


      • jim Le 10 septembre 2016 à 06h20
        Afficher/Masquer

        Ce que vous dites est vrai mais ne suffit pas à l’exercice
        1.d’analyse
        2.de dénonciation d’un système
        3.de communication aux tiers pour les éclairer sur le système.
        4.de promotion et faciliation du changement de système


    • Caliban Le 10 septembre 2016 à 03h49
      Afficher/Masquer

      “passer de la critique à l’alternative, cela devient affligeant.”

      L’idée de constitutionnaliser le “4e pouvoir” me paraît une idée intéressante. Partant de là il convient de lui donner un existence physique et donc de désigner les membres d’une assemblée :
      • 1/3 de représentants du peuple (sur le mode proportionnel pour éviter la mainmise des partis dirigeants)
      • 1/3 de professionnels (et pas seulement des journalistes avec cartes pour éviter la mainmise d’une caste socio-professionnelle)
      • 1/3 de citoyens
      .. c’est une idée.

      Il est de toutes les manières extrêmement sensible / difficile d’organiser un contrôle des médias, même lorsqu’il s’agit simplement de faire respecter la “Charte de Munich”. Car la liberté d’opinion est un droit fondamental.

      Mais une institutionnalisation pourrait doter le 4e pouvoir :
      • à la fois d’un outil de défense face aux abus des autres pouvoirs
      • et de garde-fous contre ses propres dérives

      Si vous avez une idée moins affligeante … nous sommes tout ouïs 🙂


      • Caliban Le 10 septembre 2016 à 15h27
        Afficher/Masquer

        La formule “cryptococo” peut vous sembler esthétique mais en ce qui me concerne ne signifie pas grand chose. C’est comme si je vous répliquais que vos interventions sont “cryptobobo”, cela ne fait pas avancer le schmilblick.

        Outre ce souci sémantique, je ne vois pas en vertu de quoi une “institutionnalisation” du 4e pouvoir devrait s’arrêter au Service public ? Si l’actuel CSA s’arrêtait aux seules France Télévision et Radio France ce serait un peu comme retourner aux temps de l’ORTF non ?

        L’enjeu ne me semble pas le contrôle du secteur public de l’information mais de l’équilibre des pouvoirs : protéger les médias d’information des pressions des autres pouvoirs et prémunir les médias de leurs propres dérives / manquements.


        • jim Le 10 septembre 2016 à 18h06
          Afficher/Masquer

          Vous avez oublié “à la sauce Condorcet universitaire”, qui explicite les choses car je suis quasiment certain que vous comprenez le sens de cela :)) Vous l’avez fait exprès?
          Criptococo à la sauce Condorcet universitaire, et j’ai fait court ;))

          Vos remarques suivantes par contre sont très bienvenues.

          Si j’ai restreint à “service public”, c’est que comme j’ai travaillé sur ce sujet et connait assez bien les différentes missions du CSA (et le grand écart entre les missions déclamées et les missiosn réellement remplies), j’ai en tête non seulement l’ascpect surveillance pluralité information etc resêct de ceci respect de cela etc,

          mais AUSSI un autre versant qui est son rôle crucial dans la nomination des dirigeants du service public audiovisuel, et partant donc des directeurs de l’information et tout ce qui s’ensuit en personnels et structures.

          …………..


  4. Julie Le 09 septembre 2016 à 11h41
    Afficher/Masquer

    Comparons le témoignage du serveur qui a appelé la police pour signaler la voiture warnings allumés, bouteille de gaz sur siège passager à 14h, et rappelé 2 fois de plus avant de voir arriver les flics ariver à … 20h… avec ce qu’on lit depuis hier sur l’héroïsme et l’efficacité de nos policiers et du gouvernement…


  5. Loxosceles Le 09 septembre 2016 à 14h46
    Afficher/Masquer

    Ce que j’ai du mal à comprendre, dans la ligne du propos de Henri Maler c’est le fait de critiquer les médias à tout bout de champ, tout en considérant que leur pouvoir de nuisance est beaucoup plus faible que ce que l’on croit, selon lui.

    Si vraiment leur pouvoir d’influence et de nuisance est si faible, pourquoi tant se préoccuper d’eux, pourquoi tant les surveiller ? Incohérence plutôt perturbante qui, avec sa tendance en effet à excuser ou relativiser certaines dérives, tend à indiquer une attitude plutôt timorée, dans la ligne du catastrophique réformisme. On ne veut surveiller les médias que pour les remettre dans un “droit chemin”, et pas pour questionner fondamentalement leur rôle à l’intérieur du système, qui est de s’aligner globalement sur les lignes politiques, au point de participer aux mêmes rassemblements qu’eux (je pense à l’exemple de Christine Ockrent participant au groupe Bilderberg, pour ne fournir qu’un seul exemple illustratif emblématique parmi tant d’autres).


  6. Peretz Le 09 septembre 2016 à 15h56
    Afficher/Masquer

    Quid des rédactions de télé ? Rien de plus incitatif qu’une image de la réalité, aussi précise. répètent à l’envi ces images chargées de gloire, de jeunes inconnus qui n’ont pas peur de la mort s’ils meurent avec ceux qu’ils tuent.
    La puissance de l’image est d’autant plus importante qu’elle influe sur le cerveau sans que la plupart de ceux qui sont sous sa domination en soient conscients. L’impact est d’autant plus puissant que ces images sont répétitives et s’enfoncent dans le cerveau, comme un enregistrement du réel. En effet les yeux sont celui des cinq sens qui sont le plus sensibles et plus rapides parce que les nerfs optiques
    Certains, comme Médiapart, Le Monde diplomatique, ont dénoncé cet état de fait. Mais combien lisent ou écoutent ces médias ? J’ai lu récemment sur un container à ordure, un texte imprimé « « burn your télé, and think by yourself » ce qui veut bien dire que l’invention de l’image


  7. nulnestpropheteensonpays Le 09 septembre 2016 à 16h21
    Afficher/Masquer

    Mec super cultivé , très posé , pas virulent ,message très difficile a entendre au milieu des hurlements des loups a la pleine lune …c’est dans l’air du temps a notre décharge on se laisse tellement vite emporté par la vague…


  8. petitjean Le 09 septembre 2016 à 19h12
    Afficher/Masquer

    ACRIMED organisme très à gauche, ou est l’objectivité ?

    au fait, de quoi vit cette organisation ?


    • Vladimir Tchernine Le 09 septembre 2016 à 19h27
      Afficher/Masquer

      It’s the question! Les dons? On m’a parlé des mécénats riches. Ca doit exister, en Russie Savva Morosov, un des plus riches entrepreneur russe avait donné pas mal de sous aux révolutionnaires, futures bolcheviks!


    • Caliban Le 10 septembre 2016 à 03h57
      Afficher/Masquer

      Visiblement, et si vous allez jusqu’au bout de la vidéo, le financement de cette association se fait via des dons et adhésions.

      Et la répartition est détaillée ici : http://www.acrimed.org/Souscription-d-Acrimed-40000-euros-esperes-80000-euros-obtenus-Merci

      Une petite recherche Google vous aurait pris moins de temps qu’une saisie de fausse rumeur relative à d’hypothétiques donateur fortunés.


    • yann Le 10 septembre 2016 à 09h47
      Afficher/Masquer

      L’objectivité n’existe pas en général. Quelle que soit votre volonté d’être objectif, votre opinion influencera toujours vos propos même en restant le plus neutre possible. La vraie question de l’information en France c’est “Pourquoi il y a si peu de variété d’opinions dans le système d’information français actuel” . Comment est-ce qu’on est passé d’une presse relativement pluraliste à un monopole total de l’idéologie néolibérale et des intérêts des classes sociales supérieures ? Comment se fait-il que le journalisme ait remplacé l’analyse rationnelle par le racolage? Il suffit de voir les émissions politiques qui tournent systématiquement autour des personnes et non des programmes ou des idées. Les dernières phrases d’un tel ayant plus d’importance que les politiques pratiqué. Sans parler de l’extraordinaire amnésie qui touche la presse sur tous les sujets.


  9. Gerard du Biolo Le 09 septembre 2016 à 20h07
    Afficher/Masquer

    Bonne interview, mais le type qui interroge est insupportable, à s’écouter un peu trop parler.


    • Caliban Le 10 septembre 2016 à 02h13
      Afficher/Masquer

      Tout à fait d’accord. 1 blâme pour la personne qui pose les questions.

      Son impertinence de ton est juste déplacée :
      • l’invité est parfaitement disposé à livrer ses réflexions sans qu’il soit besoin de le brusquer, de l’interrompre
      • l’interviewer se met en avant alors qu’on en a strictement rien à secouer de son opinion. Qui n’a pas plus d’intérêt que celle des speakrines télévisuelles qu’il dénonce


  10. Suricat Le 10 septembre 2016 à 16h20
    Afficher/Masquer

    Bon interview.
    L’interviewer est l’habituel interviewer de Thinkerview. Il pose de bonnes questions et les échanges sont respectueux.
    Thinkerview est un groupe militant qui creuse les questions et a son mot à dire. Effectivement, on assiste pas aux interviews habituels, soit lèche-bottes, soit accusateurs, ni à du prêt-à-mâché. Et ce n’est que mieux…


  11. Dahool Le 10 septembre 2016 à 16h38
    Afficher/Masquer

    Bonjour

    À l’attention de thinkerview !!!!!!!!!!!

    J’ai vu votre vidéo avec Moreira, IL Y A QUOI SUR CETTE P… DE FEUILLE BLANCHE ?

    Merci


  12. Mr K. Le 11 septembre 2016 à 12h59
    Afficher/Masquer

    Ben voilà une émission qu’elle est beaucoup mieux,

    “L’énergie des conflits, les conflits de l’énergie” par Thinkerview :

    https://www.youtube.com/watch?v=exhl1rpAUiA


Charte de modérations des commentaires