Plan de l’étude sur le Pentagone :

  1. L’incroyable bêtise
  2. Le crash – L’incendie
  3. Les dégâts
  4. Les témoignages et les preuves visuelles
  5. Les preuves physiques 1
  6. Les preuves physiques 2
  7. Les débris 1
  8. Les débris 2
  9. Le pilotage
  10. Les victimes

6. Les preuves visuelles

6-1. Les témoins

Il existe plus de 130 témoignages visuels, qui confirment que l’avion était effectivement là, qu’il volait très bas et qu’il a bien explosé sur le Pentagone.

Il faut dire qu’il avait ce jour-là beaucoup de circulation sur l’autoroute située à 150 mètres du bâtiment et survolée par l’avion.

Vous pouvez d’ailleurs retrouver tous les témoignages (en anglais) sur ce premier lien et sur ce deuxième lien et sur ce troisième lien.

Dans son livre L’effroyable mensonge, Guillaume Dasquier en reprend un qu’il a obtenu directement :

Nous avons progressé de manière contradictoire, à charge et à décharge, en recherchant des individus qui avaient vu le Boeing d’American Airlines foncer sur le Pentagone, mais aussi en recherchant des individus qui auraient vu un missile se précipiter sur le bâtiment ou toute autre manifestation de nature à infirmer la présence du Boeing à cet endroit-là.

Premier constat : nous n’avons identifié aucune personne, s’exprimant en son nom propre ou sous le sceau de l’anonymat, qui déclare avoir vu un missile ou tout autre explosif provoquer la déflagration contre la façade du Pentagone. Second constat : nous avons pu constituer une première liste de témoins oculaires affirmant qu’un Boeing s’est bien précipité contre le Pentagone ce 11 septembre au matin. Nos contacts personnels à Washington, la consultation de la presse locale écrite et télévisée des 11 et 12 septembre ont permis en l’espace de trois jours de répertorier dix-huit personnes, vivant dans la région d’Arlington ou à Washington, et facilement joignables en consultant les annuaires locaux. Il s’agit des personnes suivantes, qui décrivent toutes, avec de nombreuses similitudes, la trajectoire de l’avion avant l’impact contre le Pentagone :

Alfred Regnery, arrivé en voiture depuis le pont sur la rivière Potomac ;
Allen Cleveland, piéton sortant du métro ;
D. S. Khavkin : elle et son mari vivent au huitième étage d’un immeuble qui fait face au Pentagone ; depuis leur balcon, ils ont assisté aux derniers instants du vol du Boeing sur le bâtiment ;
Paul Coleridge, qui se trouvait sur le Wilson Bridge quand il a vu l’avion ;
Pam Bradley, automobiliste ;
Joel Sucherman, journaliste, piéton ;
Fred Gaskins, automobiliste ;
Aydan Kizildrgli, piéton ;
Omar Campo, piéton, employé à l’entretien des pelouses, a vu l’avion passer au-dessus de sa tête et heurter le Pentagone ;
Afework Ragos, automobiliste, programmateur informatique ;
Mike Walter, piéton ;
Tim Timmerman, automobiliste et pilote de ligne ;
Steve Eiden, automobiliste ;
Elaine McCusker, automobiliste, employée à l’Université de Washington ;
Stephen McGraw, passager en voiture ;
Steve Anderson, du journal USA Today, a assisté aux derniers instants du vol 77 depuis son bureau, au dix-neuvième étage d’une tour à Arlington ;
James Robbins, journaliste à National Review.

Dans le cas présent, interroger de manière détaillée certains témoins présentait une difficulté de principe : puisque le Pentagone abrite près de 23 000 employés du ministère de la Défense, une partie non négligeable des témoins présents dans l’environnement de la bâtisse, le 11 septembre au matin, appartenaient au personnel de cette administration. Or, comme Thierry Meyssan juge que tous ces fonctionnaires sont peu ou prou complices, il semblait d’autant plus objectif – et magnanime – de s’entretenir avec un homme ou une femme, témoin oculaire, qui ne porte pas l’uniforme.

John 0’Keefe fait partie de ceux-là. Ce jeune homme de vingt-six ans travaille dans l’entreprise de presse Legal Times, et coordonne le travail éditorial d’une partie des titres publiés par la société, en particulier le bimensuel Influence. Ce dernier suit l’actualité du lobbying, c’est-à-dire des groupes de pression industriels et des cabinets qui les représentent. Il consacre régulièrement des articles d’enquête aux liens entre l’administration Bush et les groupes de pression de l’industrie du pétrole ou du tabac – du vrai journalisme d’investigation, sans accusations à l’emporte-pièce et ciselé. Donc, a priori, rien qui place John O’Keefe au nombre des représentants zélés du parti républicain, de l’armée ou du complexe militaro-industriel. John 0’Keefe vit dans la ville d’Alexandria, dans l’État de Virginie, à une quinzaine de minutes en voiture d’Arlington, près de laquelle il passe chaque matin et chaque soir pour se rendre à son bureau, situé un peu plus loin, dans le quartier nord-ouest de Washington, sur M Street.

Voici le témoignage écrit et signé qu’il nous a livré : « Ce matin-là, comme d’habitude, je me préparais pour aller travailler tout en écoutant la radio. Peu avant 9 heures, l’animateur à la radio a annoncé qu’un avion venait de s’écraser sur le World Trade Center. À cet instant, comme beaucoup de gens je crois, j’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’un petit appareil [de la catégorie des avions d’affaires privés très répandus aux États- Unis], mais j’ai éteint la radio pour allumer la télé sur l’émission Good Morning America [la grande émission d’information du matin diffusée sur ABC News], où j’ai découvert ce qui se passait.

« Je continuais à m’habiller tout en regardant la télé et là j’ai vu l’avion toucher la seconde tour. Je me souviens avoir eu le souffle coupé par le spectacle de l’explosion. L’autre chose dont je me souviens c’est que le téléphone a sonné à cet instant ; c’était une collègue, qui était au travail et s’inquiétait : “Penses-tu que nous sommes en sécurité ici ?” m’a-t-elle demandé. Je lui ai assuré que nous l’étions, lui expliquant que ça ne concernait que New York. Nous avons parlé un court instant, puis je lui ai dit que je partais pour venir au bureau. Il était 9 h 20.

« J’habite à environ dix-quinze minutes du Pentagone, à Alexandria, et dans mes navettes quotidiennes pour aller travailler je dois passer près de la façade ouest du bâtiment. La circulation était très ralentie sur l’autoroute ce matin-là, peut-être parce que tout le monde écoutait la radio. Pour ma part, j’écoutais la radio d’information continue WTOP. J’ai décidé de quitter l’autoroute et d’emprunter une longue bretelle menant à une route qui me permettait de contourner le Pentagone. Puis, je me souviens que je me suis arrêté à un stop. Je venais juste d’entendre à la radio que le National Airport [le Reagan National Airport, aéroport pour les lignes régulières, situé à proximité du Pentagone] venait de fermer au trafic aérien, sauf pour les vols en cours d’arrivée.

« Là, soudain, arrivant de mon côté gauche – j’ignore si je l’ai d’abord vu ou entendu – un avion de couleur argentée est passé [les appareils des lignes American Airlines se distinguent aisément à la partie de leur carlingue recouverte d’une peinture argentée]. Je suis habitué à voir des avions voler à basse altitude dans cette zone, car nous sommes vraiment à un mile ou deux [1 mile = 1,6 km] du National Airport. Mais là, il semblait voler trop bas et filer dans une mauvaise direction. Je me rappelle que je me suis dit qu’il ne pourrait jamais rejoindre l’aéroport dans ces conditions.

« Jusqu’à ce que je réalise qu’il entrait en collision avec le Pentagone. Il est arrivé en descente, en passant. Au-dessus de l’autoroute, sur ma gauche, et est passé devant ma voiture. L’avion ne volait pas en piqué. Il paraissait sous contrôle et voler comme un appareil sur le point d’atterrir. Ça s’est déroulé très vite et très près de moi, mais j’ai clairement vu le nom et le logo American Airlines sur l’avion. Il y a eu une explosion géante, avec des flammes orange qui sortaient du Pentagone. J’ai pensé que la route devant moi allait être détruite. Puis tout devint noir, il y eut juste une épaisse fumée noire ».

En voici d’autres :

Steve Anderson

Je fus témoin de la frappe de l’avion sur le Pentagone le 11 septembre.

De mon travail, au 19eme étage de l’immeuble d’USA TODAY à Arlington, en Virginie, j’ai vue sur le cimetière d’Arlington, sur Crystal City, sur le Pentagone, sur l’aéroport national et sur la rivière Potomac…

Juste après avoir regardé la seconde tragédie à la télé, j’ai entendu des moteurs dépasser notre immeuble, ce qui est habituel car il se trouve tout proche de l’aéroport. Pourtant, il me semblait que l’aéroport était fermé. Je me suis dit que c’était un avion qui venait pour atterrir. Un court instant plus tard, alors que je regardais vers mon bureau, l’avion a attiré mon regard.

Je n’ai pas compris tout de suite. Je me suis dit que je ne pouvais pas croire que le pilote volait si bas. Soudain, j’ai compris ce qui allait arriver. Je vis avec effroi l’avion voler au niveau des arbres, penché légèrement sur la gauche, enfoncer son aile dans le sol et s’écraser dans le mur ouest du Pentagone en explosant dans une gigantesque boule de feu orange. Ensuite de la fumée noire. Et ensuite de la fumée blanche.

Ancien élève de la James Madison University, 1er octobre 2001 – Source

Deb Anlauf

Comme des millions de gens de cette nation en état de choc, Deb Anlauf passa son mardi matin scotché à sa télé, regardant avec incrédulité les volutes de fumée s’élevant du World Trade Center de New York City.

C’est alors qu’à 8h40 CDT, ce matin-là, la plus grande opération terroriste de toute l’histoire des Etats-Unis frappa tout proche de la résidence d’Anlauf et de son mari Jeff. Le couple, qui avait déménagé de Colfax en Australie quatre mois plus tôt se trouvait au Sheraton National Hotel à Arlington en Virginie, à moins de deux rues du Pentagone, quand Deb Anlauf vit “une chose qu’elle n’aurait jamais pensé voir”.

Peu avant 9h30, Anlauf regardait la couverture tv des incendies du World Trade Center quand elle décida de retourner à sa chambre située dans une autre partie de l’hôtel, au 14ème étage. Une fois dans sa chambre, elle entendit un “fort vrombissement” et elle regarda par la fenêtre pour voir ce qui se passait.

“Soudain, j’ai vu cet avion juste devant ma fenêtre” déclara Anlauf pendant un entretien téléphonique passé de sa chambre d’hôtel ce matin-là. “C’était comme si je pouvais le touché, il était si proche. C’était tellement surréaliste.”

“Ensuite, il passa droit devant l’endroit où nous nous trouvions et vola directement sur le Pentagone. Ce ne fut plus qu’une énorme boule de feu qui se cracha dans le mur (du Pentagone). Quand il le heurta, l’hôtel entier trembla.

Leader-Telegram, 12 september 2001

Stuart Artman

En tant qu’officier de l’armée, Stuart Artman raconta qu’il avait vu le résultat des attaques terroristes en Somalie, au Honduras et au Nicaragua. Ce mardi, il vit directement une attaque de ses propres yeux.

Artman, aujourd’hui lieutenant-colonel dans l’armée de réserve et ingénieur pour la ville de Winter Haven, participait alors à une conférence à Washington.

Aux alentours de 9h45, alors qu’il marchait avec un ami près du Washington Monument, il vit un avion voler bas au-dessus de la ville. Ça ne sortait pas de l’ordinaire. “Les avions volent bas sis souvent que personne n’y prête aucune attention”, relata Artman.

Mais ça n’était pas n’importe quel avion. “J’ai vu cet avion qui frappa le Pentagone” déclara-t-il.” Il a filé derrière des arbres.” Il vit ensuite la fumée provenant du Pentagone.

“C’était la panique—la police, les voitures banalisées partout”, raconta Artman, 44 ans. “Les gens étaient figés autour de moi. Personne ne savait ce qu’il se passait. Dès que j’ai vu le Pentagone prendre feu, je me suis dit, “il est temps de partir”.

Ledger (Lakeland, Floride)

Ralph Banton

Dans le Pentagone, le secrétaire à la défense Donald Rumsfeld venait juste de rentrer dans son bureau après avoir appris l’attaque du World Trade Center. Sur le parvis d’une maison, à un peu plus d’un kilomètre, Ralph Banton, 79 ans, profitait d’une matinée ensoleillée.

C’est alors que Banton entendit un avion volant juste au-dessus de sa tête, vraiment bas.

“C’était comme s’il accélérait au lieu de ralentir”, raconta-t-il.

Quelques secondes plus tard, l’avion American Flight 77, détourné alors qu’il transportait 64 personnes de Washington à Los Angeles, s’encastra dans l’aile du Pentagone dans une attaque terroriste visant le bâtiment qui représentait la puissance militaire américaine dans le monde.

The Topeka-Capital Journal Online, 11 septembre 2001

David Battle

“D’habitude, il y a beaucoup de monde qui se balade le sourire au visage”, déclara David Battle en examinant la Pennsylvania Avenue quasiment vide, alors qu’elle était située à deux pas de la maison blanche. “Aujourd’hui, c’est comme si tout le monde était en état de choc”.

Plus tôt ce mardi, Battle, un employé du Pentagone, se trouvait en dehors du bâtiment et était sur le point d’y entrer quand l’avion frappa. “Il se dirigeait vers le sol la pointe en avant” raconta-t-il. “Et quand l’impact eut lieu, les voitures et tout ce qui était autour tremblèrent.”

Scripps Howard News Service

Gary Bauer

Bauer fut un témoin de l’attaque du Pentagone le 11 septembre.

“Il se trouve que je conduisais dans Washington ce matin-là. Il y allait avoir une conférence de presse au Capitol Hill concernant le problème au Soudan où a lieu une terrible persécution des Chrétiens. En fait, il y a un gouvernement Islamique radial au pouvoir. Des millions de gens ont été tués. Un nombre important d’organisations présentent trouvaient que trop peu était fait à ce sujet et nous allions tenir une conférence de presse pour mettre la pression sur l’administration et le Congrès.

“J’étais dans un embouteillage massif, je n’avais pas bougé de plus cent mètres en vingt minutes. Mon bureau a appelé pour me raconter “l’horrible accident” du premier avion à New York. Et ensuite, ils m’ont rappelé concernant le second avion et ça voulait vraiment dire que quelque chose de bien pire était en train de se produire. C’était seulement à ce moment-là que j’ai vraiment réalisé que j’étais dans un embouteillage. J’étais sur le point de dépasser le Pentagone, grignotant un petit mètre toutes les minutes. Je venais de dépasser la portion la plus proche du Pentagone sur la sortie de la route 395… Soudain, j’ai entendu le vrombissement d’un moteur d’avion.

“J’ai regardé la femme assise dans la voiture d’à côté. Elle avait ce regard effrayé sur le visage. Nous pensions la même chose. Nous avons regardé à travers le pare-brise pour essayer de voir l’avion et ce n’est qu’après quelques secondes que nous avons réalisé que l’avion arrivait par l’arrière, volant au-dessus de cette grande autoroute. Alors il dévia sur la droite dans le Pentagone. L’explosion déplaça littéralement toutes les voitures. C’était un moment effarant.”

Massachusetts News, Décembre 2001

WS : Le matin du 11 septembre, vous étiez dans votre voiture. Est-ce que vous avez vraiment vu l’avion s’écraser sur le Pentagone ?

GB : Oui. Je me dirigeai vers Washington pour prendre part à une conférence de presse sur le problème Soudanais, où il y a un gouvernement radical musulman, et je me trouvais dans un bouchon juste devant le Pentagone. Le trafic n’avait pas bougé de plus de 100 mètres en 20 minutes quand j’ai reçu le premier appel à propos d’un avion s’étant crashé dans le World Trade Center, ce qui, à ce moment, était encore considéré comme un accident. Ensuite – pas longtemps après, ce qui rendit évident qu’il ne s’agissait pas d’un accident – un autre avion frappa ; et c’est alors que j’ai réalisé que j’étais situé au point le plus proche de la route se rendant au Pentagone. J’étais à moins de 100 mètres de la sortie et beaucoup de ceux dans l’embouteillage avaient leurs fenêtres ouvertes. Nous comparions les récits — en fonction de quelles stations de radio nous écoutions –-quand soudain, nous avons entendu le vrombissement d’un moteur d’avion. J’ai regardé par le pare-brise et j’ai vu un mouvement sur le côté. Je me suis tourné et j’ai regardé l’avion arriver de derrière, se pencher sur la droite et rentrer dans le Pentagone. L’explosion a littéralement déplacé les voitures. C’était un moment vraiment tragique.

Je savais ce qui s’était passé à New York et je voyais juste ce qui venait d’arriver au Pentagone. À la radio, il rapportait qu’il y avait des flammes près de la Maison-Blanche. Il y avait de nombreux faux rapports sur la radio de Washington ce matin et il était clair – de façon tragique- que c’était le jour le plus important que j’avais jamais vécu.

The Charlotte World

Sergent Maurice L. Bease

Le sergent Maurice L. Bease avait travaillé dans l’aviation marine depuis assez longtemps pour savoir reconnaitre le passage d’un avion et cela semblait en être un. Il se trouvait alors en dehors de son bureau, proche du Pentagone, le 11 septembre. Se tournant en s’attendant à voir un avion de chasse, il vit l’espace d’un court instant un avion de ligne commercial filer vers le bâtiment et vers lui-même ! Il n’eut même pas le temps de se pencher que l’avion s’encastrait déjà dans l’aile du Pentagone, proche du coin, à à peu près 200 mètres d’où il se tenait.

Immédiatement, une boule de feu balaya l’aile du bâtiment, suivi par de la fumée, beaucoup de fumée. Les gens commençaient à se ruer dehors vers le parking.

Marine Corps Association, 2001

Mickey Bell

Singleton Electric était la compagnie supervisant les installations électriques du Wedge One* (*partie n°1 du Pentagone) et venait juste de terminer l’évaluation des améliorations possibles de ce coin quand à 9h45 (EDT), le vol American Airlines 77 s’encastra dans le mur ouest du Pentagone avec 64 personnes à bord. L’avion, qui venait juste de quitter l’aéroport de Dulles à destination de Los Angeles, mit le feu au plus large bâtiment de bureau entre le premier et le second angle.

L’avion arrivait par le sud et pencha sur la gauche alors qu’il pénétrait le bâtiment, manquant de peu la remorque de Singleton Electric et le contremaître du site Mickey Bell. Bell venait tout juste de sortir de la remorque quand il entendit un bruit puissant. La chose suivante dont il se souvint fut quand il se releva du sol où il avait été projeté par l’explosion.

Bell, qui se trouvait à moins de 100 m de l’impact initial de l’avion, fut presque heurté par l’une des ailes de l’avion alors qu’il volait vers lui. Choqué, il monta dans son camion près du dépôt de remorque et fila en vitesse. Il erra dans son camion aux alentours d’Arlington et essaya de passer un appel de son téléphone portable. Il n’arriva au quartier général de Singleton à Gaithersburg que deux heures plus tard, ne se souvent de quasiment rien, d’après ce que raconta le président de Singleton,

Le fait qu’il se soit trouvé si près du crash fut réalisé qu’une fois que ses collègues remarquèrent les dégâts sur le véhicule de Bell. Il avait du plastique et des rivets provenant d’un avion encastré dans la carrosserie pourtant Bell n’avait plus aucune idée de ce qui c’était passé.

National Electrical Contractors Association, 13 september 2001

Richard Benedetto

Richard Benedetto était dans sa voiture sur le chemin de son travail, bloqué dans le trafic juste devant le Pentagone. Il écoutait –avec effroi — un récit de ce qui c’était passé au World Trade Center à New York. “Ensuite, l’avion est passé juste au-dessus de moi. Je me suis dit, c’est dingue, cet avion va horriblement vite”, raconta Benedetto. “L’avion va se cracher”. Le jet renversa plusieurs poteaux d’éclairage avant de s’encastrer dans le Pentagone. D’autres témoins avaient déclaré qu’il avait semblé venir à pleine vitesse sans tenter de ralentir. “Le bruit était comme celui d’un tir d’artillerie, pas comme celui d’une bombe qui explose.” déclara Benedetto. Ensuite il vit une énorme volute de fumée suivie d’une gigantesque boule de feu, vraisemblablement provenant de l’explosion du fuel de l’avion lors du crash. “Vous ne pouviez même pas voir le bâtiment car il y avait trop de fumée”, expliqua Benedetto.

Hartford Courant, 12 septembre, 2001

“J’ai entendu un avion. Un avion très bruyant. … J’ai entendu l’avion venir de derrière. J’ai donc levé les yeux et j’ai vu cet avion arriver et se diriger droit vers le sol. C’était un avion American Airlines, j’ai pu le voir très clairement. … L’avion descendait et l’espace d’un instant il passa hors de mon champ de vision car il y avait là un pont et une colline. … Je n’ai pas vu directement l’impact… Je n’ai vu aucun volets d’ouverts, il semblait que l’avion était juste dans un mode classique de vol mais il se dirigeait pourtant vers le sol, droit vers le sol. C’était direct. Pas de déviation. Il allait quasi tout droit. … La seule chose que nous vîmes au dehors sur le sol, c’était une partie d’un poteau électrique.  “Cité ici

Susan Bergen

Susan Bergen était assise dans une chambre d’hôtel au Carlton Ritz non loin du Pentagone ce mardi matin, rivée sur sa télé, regardant la couverture des attaques du World Trade Center.

Du coin du regard, elle vit un avion passer en face de la fenêtre de sa chambre située au 11ème étage. Elle se tourna juste à temps pour voir un gros avion de ligne raser la cime des arbres et s’encastrer dans l’aile du Pentagone, à moins d’un demi-kilomètre de sa chambre d’hôtel. C’était comme si l’avion avait accéléré juste avant de frapper le bâtiment, déclara-t-elle.

Plastic News, 17 septembre 2001

Sean Boger

“J’ai simplement regardé en l’air et j’ai vu le nez énorme et les ailes de l’appareil arriver droit sur nous puis j’ai simplement vu l’avion frapper le bâtiment,” relata Sean Boger, contrôleur aérien et chef de la tour du Pentagone. “Ça a explosé. Je suis tombé au sol et j’ai couvert ma tête. Je pouvais entendre la carcasse traverser le bâtiment. ”

The Pentagram, 16 novembre 2001

Mark Bright

Les officiers du service de protection de la Défense furent les premiers sur les lieux de l’attaque terroriste. À vrai dire, l’un d’eux, Marc Bright, a vu l’avion frapper le bâtiment. Il avait été affecté au contrôle de sécurité dans le hall d’entrée du bâtiment.

“J’ai vu l’avion dans la zone annexe de la Navy“, raconta-t-il. “Je savais qu’il allait percuter le bâtiment car il volait très, très bas — à la hauteur des éclairages de la rue. Il en a renversé quelques un.” L’avion se trouvait à quelques secondes avant l’impact — l’annexe est située à seulement quelques centaines de mètres du Pentagone.

Il relata qu’il avait entendu l’avion “accélérer” juste avant qu’il ne heurte le Pentagone. “Aussitôt qu’il a heurté le bâtiment, j’ai compris que c’était une attaque car je savais que ça ne pouvait pas être accidentel.” Il sauta alors dans sa voiture de police et se dirigea vers la zone.

American Forces Press Service, 24 september 2001

Ross Branstetter

Pam Branstetter, du Staff Judge Advocate’s Office est passée nous voir. Comme chaque employé du quartier général du MTMC ces jours-ci, elle a une histoire à raconter.

Mon mari a vraiment vu l’avion se crasher dans le Pentagone” raconta-t-elle à l’officier administratif. “Il travaille dans l’annexe de la Navy et l’avion volait si bas qu’il pensait qu’il allait heurter son bâtiment.

Son mari de 29 ans, Ross Branstetter, observa les secondes qui précédèrent avec horreur.

“Il a dit que c’était comme dans un film,” narra Branstetter. “Il a vu l’avion disparaître et la boule de feu qui a suivi. Il était très secoué.”

Journal of Military Transportation Management, Sept-Oct 2001

Omar Campo

Omar Campo, un Salvadorien, coupait l’herbe de l’autre côté de la route quand un avion passa au-dessus de sa tête.

C’était un avion civil. Je pense un avion d’American Airways,” raconta Mr Campo. “J’étais en train de couper l’herbe quand il est arrivé en vrombissant au-dessus de ma tête. J’ai senti l’impact. Tout le sol a tremblé et l’intégralité de la zone pris feu. Je ne pouvais pas m’imaginer que je verrai une telle chose ici.

The Guardian, 12 september 2001

Donald R Bouchoux

Je descendais Washignton Boulevard (Route 27) du côté du Pentagone quand un avion me croisa à environ 200 mètres et s’encastra dans le côté de l’immeuble. Il y eut une énorme boule de feu, suivie environ deux secondes après par une pluie de débris. La voiture bougea d’un pied sur la droite quand l’onde de choc frappa. Je vis ce qui devait avoir été une bouteille d’oxygène de secours de l’avion descendre vers l’avant de mon Explorer et une seconde pièce de métal déchiqueté venir sur côté droit de la voiture.

The Washington Post, 20 septembre 2001

“As we were driving into town on 395, there was an exit. We were trying to get off of the exit for the Memorial Bridge. On the left-hand side, there was a commercial plane coming in, and was coming in too fast and the too low, and the next thing we saw was a go-down below the side of the road, and we just saw the fire that came up after that. […] It was coming on less than a 45 degree angle, and coming down towards the side of the — of 395. And when it came down, it just missed 395 and went down below us, and then you saw the boom — the fire come up from it.”

“Alors que nous conduisions vers la ville sur la route 395, il y eu une sortie. Nous étions en train d’essayer de la quitter, en direction du Memorial Bridge. Sur le côté gauche, il y avait un avion de ligne qui arrivait. Il arrivait trop vite et trop bas. La prochaine chose nous avons vu fut un crash en dessous du bord de la route. Et nous avons vu seulement les flammes qui s’élevèrent après cela. […] Il arrivait avec un angle inférieur à 45 degrés, descendant vers le bord de la 395. Et quand il s’écrasa, il manqua tout juste la 395 et se crasha derrière nous. Alors nous avons vu l’explosion — le feu s’éleva de l’avion.”

(D’autres témoignages sur cette longue liste, il y en a des dizaines)

Évidement, quand des témoins qui ont vu l’avion font dans la comparaison :

Joel Sucherman, l’éditeur de USAToday. com vit toute la scène : un avion de ligne American Airlines passa de la gauche vers la droite à travers son champ de vision alors qu’il se rendait au travail ce mardi matin. […] “Ma première pensée fut qu’il n’allait pas réussir à traverser la rivière jusqu’au Reagan National Airport. Mais peu la personne qui pilotait l’avion, elle ne fit aucun essai pour changer la trajectoire, ” déclara Sucherman. “Il arrivait à grande vitesse mais non pas avec un angle important — presque comme un missile tête chercheuse qui serait focalisé sur sa cible et ne changerait plus sa course.  (Source)

ou

À Washington, Mike Walter d’USA Today était sur la route quand un avion s’écrasa dans le Pentagone :”J’étais assis en direction du nord sur la 27 et le trafic était, vous savez, typique de l’heure de pointe — ça n’avançait pas du tout. J’ai regardé pas ma fenêtre et j’ai vu cet avion, un avion American Airline, arriver. Et j’ai pensé, “c’est pas normal, il est très bas”. Et je l’ai vu. Je veux dire, c’était comme un missile avec des ailes. Il est allé droit vers sa cible et s’est écrasé dans le Pentagone. (Source)

ou

Michael DiPaula, 41 ans, chef de projet de l’équipe de rénovation du Pentagone – Il quitta une réunion au Pentagone quelques minutes avant le crash et partit à la recherche d’un électricien qui n’était pas venu aux alentours d’une cabine de construction situé à 10 mètres de là. ” Soudain, un avion est apparu, arrachant presque le toit de la cabine avant de s’écraser dans l’anneau E. “C’était comme un missile” (Source)

vous vous doutez bien le mot que Meyssan retiendra…

D’ailleurs que dit-il :

pentagone

Bien sûr, tout le monde ment…

Guillaume Dasquier écrivait d’ailleurs dans son livre l’effroyable mensonge :

pentagone

On comprend mieux…

Bref, triste époque pour la pensée et l’intelligence…

6-2. Les images

Hélas, aucune caméra n’était tournée correctement à ce moment-là pour filmer clairement l’impact sur le Pentagone.

Rappelons qu’en 2001, il y avait bien moins de caméras qu’aujourd’hui, mais surtout que le coté qui a été visé est le seul qui donnait… sur une pelouse, sans parking :

pentagone

pentagone

Donc il y avait un intérêt limité à mettre une caméra pour filmer un mur avec 3 arbres, où rien ne se passe jamais :

pentagone

Ils auraient évidemment dû (tout comme on aurait dû mettre 5 vigiles armés devant le Bataclan ?), mais ça n’a pas été le cas, point final.

Le FBI a saisi 85 films de caméras de surveillance de la zone, n’en révélant qu’une partie, sur lesquels rien de totalement probant n’est hélas visible.

Ceci alimentant les rumeurs complotistes, et à la demande officielle d’un citoyen américain, la justice a demandé à un agent assermenté du FBI, Jacqueline Maguire, de lui faire un compte-rendu de ces 85 vidéos.

pentagone

pentagone

Résultat : sur les 85 vidéos :

  • 72 ne montraient pas le Pentagone, ou ne montraient pas le site du crash ou l’impact de l’avion
  • 13 montraient le site du crash, mais 12 ne le faisait qu’après l’impact, et une seule montrait le crash, celle du parking. (Source)

Cette vidéo était double vidéo, et les deux ont été rendues publiques et filmaient bien l’impact, sauf que, s’agissant de caméras de surveillance d’un parking, leur taux de rafraîchissement n’était que d’une image par seconde ; hélas, les seuls éléments discernables sont des formes indistinctes et de la fumée blanche.

Pourtant, je trouve qu’on y discerne quand même bien l’avion, à vous de voir :

Ici, l’avion est masqué par la borne, on ne voit que la queue :

pentagone

Notez bien les turbulences blanches générées au sol par l’avion sur cette vue

pentagone

Notez à quoi ressemble la queue d’un Boeing American Airlines :

pentagone

2998113132_af63476fe1_b

Et voyez ce que révèle la vidéo :

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

Photo de la queue du 757 n° N644AA, qui s’est écrasé sur la Pentagone, prise un an avant

pentagone

L’autre caméra :

Sans l’avion / avec l’avion :

pentagone

Zoom sur l’avion :

pentagone

Zoom sans l’avion / avec l’avion :

pentagone

Simulations :

pentagone

ÉDIT : certaines personnes m’indiquent en commentaire que la ligne bleue aurait peut-être été renforcée artificiellement. Je n’en sais rien, et ayant perdu assez de temps sur des âneries, je vous le signale par déontologie. Mais on voit bien un très gros truc avec une queue passer en tous cas, ce n’est pas contesté ça…  🙂

pentagone

Les explosions :

pentagone

pentagone

P.S. merci de ne pas intervenir en commentaire sur des points qui seront traités dans les prochains billets, il y a assez de quoi dire avec ceux-ci…

Suite de la série ici.

97 réponses à Les théories fumeuses du 11 Septembre : Le Pentagone (4/10) – Les preuves visuelles

Commentaires recommandés

Macarel Le 14 juin 2016 à 08h03

Pour discréditer toute personne qui émet un doute sur ce sujet, la méthode la plus rodée est faire l’amalgame avec ceux qui remettent en question le fait que l’homme ait posé le pied sur la lune, ou avec les climatosceptiques. Or en ce qui me concerne, je n’ai pas de problème avec le fait que l’homme soit allé sur la lune, ou avec le fait que l’homme soit un acteur “géologique” dans le changement climatique. Par contre, dans l’affaire du 9/11 j’ai quelque mal avec certaines explications officielles dont certaines semblent peu compatibles avec des connaissances de physique même élémentaire. Mais pour lever tout doute, il faudrait quasiment reproduire les conditions qui sont censées avoir eu lieu le jour des événements. Bien sûr, ce n’est pas possible, donc l’on ne saura jamais la vérité, et tout doute, même justifié, sera mis sur le dos du complotisme. Bien sûr, ce qui alimente aussi le doute, c’est aussi que l’on a affaire à un pouvoir US, qui a déjà prouvé qu’il sait tordre la vérité dans le sens de ses intérêts, et cela ne contribue pas à avoir une approche sereine sur la question.

  1. caliban Le 14 juin 2016 à 01h21
    Afficher/Masquer

    Je ne voudrais pas être trop critique avec ce genre d’article mais à part donner raison à Saint Thomas, celui qui croit que ce qu’il ne voit, quel est l’intérêt ?

    Je crois que toutes les images du monde seront insuffisantes pour détromper les tenants d’un complot. Parce qu’un complot les arrangera toujours mieux que la vérité : on n’est plus dans la rationalité mais dans la croyance, ils se sont fait “une religion” sur le sujet.

    Leur dire qu’il y a eu un avion dans le Pentagone a autant de chance d’emporter leur conviction que d’expliquer à un Chrétien qu’il n’y a jamais eu de petit Jésus dans la crèche.


    • theuric Le 14 juin 2016 à 02h48
      Afficher/Masquer

      Considérer qu’il ne peut y avoir de complot en politique ne peut qu’en donner qu’une vision limitée, il y en a eu très souvent dans l’histoire, parfois de la part d’état à l’encontre de son peuple.
      Il y en eu de subtiles et d’autres particulièrement imbéciles, les exemples ne manques pas.
      C’est pourquoi le terme même de “théorie du complot” sent le souffre.
      Si une part d’une population doute des explications données par le pouvoir, d’un événement violent et traumatisant, c’est que, la plupart du temps, soit le-dit pouvoir n’a pas su s’exprimer, soit il était déjà décrédibilisé, soit il a caché des informations importantes, soit il est impliqué dans ces événements.
      Sinon je ne vois pas en quoi l’idée même que le pouvoir politique puisse manipuler les foules puisse gêner, voire même qu’il agisse contre les intérêt de son peuple, mais Machiavel montre bien les limites de ce type d’action et ses causes dans “Le Prince”, enfin, il me semble que c’était dans celui-là.


    • tepavac Le 14 juin 2016 à 03h59
      Afficher/Masquer

      Ok pour ceux qui professent leur foi, seulement qu’en est-il de ceux qui simplement s’interrogent face à des “faits” et des témoignages contradictoires?

      doit-on rétablir les censeurs et les tribunaux d’exceptions “culturelles”??
      Je ne crois pas que l’esprit de ce lieu soit enclin au despotisme. Son message est toujours de nous éclairer, mais s’il se trompe je n’en ferai certes pas un conspirateur.


      • caliban Le 14 juin 2016 à 05h47
        Afficher/Masquer

        Le doute est salutaire mais il doit rester un doute raisonnable, que la raison peut résorber. Chez les plus atteints, le doute renforce systématiquement le doute, un peu comme ces chercheurs qui s’éloignent de la vérité parce qu’ils ne voient que ce qu’ils cherchent.

        Ce qui se passe avec cette histoire de Pentagone heurté par autre chose que le Boeing serait comique s’il n’y avait eu tous ces morts. Un peu comme l’histoire d’Elvis Presley qui dans cent ans sirotera encore son mojito sur une île déserte.

        Pour continuer dans la métaphore religieuse … croire qu’on enterre des dizaines de personnes non mortes même la Bible n’a pas osé et s’est limitée à 1 exemplaire Unique.

        Amen.


  2. Jean-Luc Le 14 juin 2016 à 06h09
    Afficher/Masquer

    D’accord avec tepavac.
    L’important n’est-il pas de s’interroger, voir douter, sur les sujets concernant un grand nombre de personnes.
    A moins d’accepter de croire qu’il ne peut exister d’attaque sous fausse bannière ?
    Il me semble plus important de rester vigilants face aux abus politiques,
    que de stigmatiser ceux qui se posent des questions,
    même si certaines ne trouvent pas tout de suite de réponse, surtout si des éléments d’enquête semblent absents ou inaccessibles..
    A moins de croire aussi qu’il ne peut exister de dissimulation de la part des politiciens ou de leurs commanditaires ?


    • Olivier Berruyer Le 14 juin 2016 à 08h42
      Afficher/Masquer

      “qu’il ne peut exister d’attaque sous fausse bannière ?”

      Des attaques sous fausse bannière par un gouvernement réalisées par le passé, qui tuent des masses de civils du pays dudit gouvernement, c’est rarissime, voir totalement inédit…

      “L’important n’est-il pas de s’interroger, voir douter, s”

      Oui, mais à un moment, il faut arrêter, sinon vous finissez encore bien plus crétin que le lecteur lambda du Monde qui ne doute de rien…


      • luc Le 14 juin 2016 à 16h46
        Afficher/Masquer

        “Des attaques sous fausse bannière par un gouvernement réalisées par le passé, qui tuent des masses de civils du pays dudit gouvernement, c’est rarissime, voir totalement inédit…”

        même c’est inédit, c’est pourtant ce que pensent des millions de gens, dont la plupart n’accordent pas d’importance à l’attentat du pentagone, mais pensent surtout à l’effondrement des tours jumelles


      • Catherine Le 14 juin 2016 à 18h21
        Afficher/Masquer

        Olivier, j’ai écrit “scénarisé et proposé”, rien d’autre. Ce scénario avait d’ailleurs de très grandes similitudes avec le 9/11.
        Non seulement je ne relaye pas de balivernes, non seulement j’ai lu l’original et la traduction il y a plus d’une décennie, mais j’ai fourni ici il y a peu les liens vers ces documents. Ils ont été retirés, comme deux autres de mes commentaires aujourd’hui.
        amicalement.


      • Eric Le 15 juin 2016 à 07h42
        Afficher/Masquer

        Ah bon ?! Ce n’est pas l’avis de Michel Collon et de beaucoup de gens pour qui cela n’a vraiment rien d’inédit, chaque guerre étant précédée de mensonges en tout genre qui sont autant de prétextes pour faire endosser la responsabilité de conflits sur le dos précisément de ceux que l’on a intérêt à agresser.


    • Olivier Berruyer Le 14 juin 2016 à 16h18
      Afficher/Masquer

      ” qu’après les attentats cela a débouché sur la guerre en Irak”

      Non, c’est la campagne sur les armes de destruction massive qui a abouti à la guerre en Irak, hein… La CIA a nié tout lein entre le 11/9 et l’Irak.

      Et pour déclencher la guerre en Libye, et en Syrie, ils sont eu besoin de quoi, hmmmm ?


      • Catalina Le 14 juin 2016 à 16h46
        Afficher/Masquer

        Bonjour,
        Oui, cela fait deux fois que tu le dis : ” C’est la campagne sur les armes de destruction massive qui a aboutit à la guerre en Irak, hein… ”
        On est d’accord, il n’empêche que dès que les tours sont tombées, l’Irak a été désigné par les usa comme Le suspect numéro 1, ou alors, j’ai rien compris et il est temps de me faire une teinture de brune.
        🙂


        • Olivier Berruyer Le 14 juin 2016 à 17h08
          Afficher/Masquer

          Oui. Et alors ? Il accusaient l’Irak de tout tous les 3 jours depuis 10 ans.

          Et pour l’attaquer, ils ont inventé un truc très simple, comme à chaque fois – pas besoin de tuer 3000 américains, il suffisait d’agiter une fiole à l’ONU 😉


          • brigouleix françois Le 15 juin 2016 à 09h59
            Afficher/Masquer

            Certes !
            Pour autant je ne suis pas certain qu’agiter cette fiole le 10 septembre 2001 au matin aurait eu le même impact (envoyer un peuple a la guerre pour saccager un autre pays…) que 48 heures plus tard (voir 18 mois plus tard) ….


            • Olivier Berruyer Le 15 juin 2016 à 11h12
              Afficher/Masquer

              je ne sais pas. Les simples couveuses au Koweït sans le moindre impact potentiel sur des Américains avaient déjà bien marché en 1991…


      • Patrick Andre Le 14 juin 2016 à 16h58
        Afficher/Masquer

        ceux qui sont désignés comme la “menace terroriste”, ne sont que des groupes terroristes éparses, et non des pays ou une union de nations constituées. Avec la possibilité pour n’importe quels pays (le Pakistan, l’Irak, l’Afghanistan, la Lybie, le Soudan et l’Iran sont même nommés), de pouvoir être désigné comme “état terroriste” ou représentant une menace par production “d’armes de destruction massive” ou de porter “assistance aux terroristes”.
        Ce qui fait que, de manière totalement arbitraire et unilatérale, les Etats-Unis se donnaient le droit – dès lors qu’il y avait vote d’une résolution par le Conseil de Sécurité de l’ONU – d’attaquer, d’envahir et d’occuper n’importe quels pays du monde, par différents prétextes (terrorisme, possession d’armes de déstruction massive,…etc). Ce que l’on désignera alors par le terme de “guerres préventives”,

        http://actualitedelhistoire.over-blog.com/article-attentats-du-11-septembre-la-contre-enquete-partie-52-115754015.html


      • Patrick Andre Le 14 juin 2016 à 17h05
        Afficher/Masquer

        Et veuillez m’excuser j’ai omis de vous répondre sur la Lybie et la Syrie, la ils ont créé une nouvelle forme de déstruction massive c’est d’instaurer ’leur democratie” mais la ça fonctionne il suffit de regarder le résultat


        • Ovuef2R Le 14 juin 2016 à 17h46
          Afficher/Masquer

          Non, là c’es la “R2P” : Responsability to Protect = un dictateur fou menace de trucider sa propre population, nous avons la responsabilité de l’en empêcher. Une obligation morale qui n’a que faire du droit international. So convenient…
          L’instauration de la démocratie ne vient qu’après, elle n’est qu’un vague fil conducteur pour “qu’est ce qu’on fait après qu’on a foutu en l’air les structures de sécurité de l’état pour l’empêcher de tuer sa population ?”.
          Le fait que le Qatar et / ou l’Arabie Saoudite fournissent l’argent (les cadres et la propagande) pour les partis extrêmement religieux n’est qu’un détail.


          • Patrick Andre Le 14 juin 2016 à 18h17
            Afficher/Masquer

            La “responsabilité de protéger” est un slogan qui a une certaine efficacité médiatique mais aucune existence juridique. Ses principes sont certes “réaffirmés” par le Conseil de sécurité dans une résolution d’avril 2006, mais ils ne le sont pas dans la résolution 1973 autorisant l’intervention en Libye ! Elle ne fait appel qu’à “la responsabilité qui incombe aux autorités libyennes de protéger la population libyenne”, et non à une responsabilité qui incomberait à la communauté internationale d’intervenir.

            L’intervention militaire en Libye n’est donc pas une renaissance d’un droit d’ingérence qui n’a jamais existé – et qui en l’espèce n’aurait même aucun sens

            http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/03/28/intervention-en-libye-ni-droit-d-ingerence-ni-desinteressement_1498608_3232.html


        • Astatruc Le 14 juin 2016 à 18h24
          Afficher/Masquer

          ” dès lors qu’il y avait vote d’une résolution par le Conseil de Sécurité de l’ONU ”

          Même pas !!! ils s’en sont passés !
          . ” Après un dernier ultimatum lancé à Saddam Hussein, l’administration américaine décide d’agir sans mandat onusien. Elle déclenche les hostilités le 20 mars avec des raids aériens sur Bagdad et l’entrée de forces terrestres américano-britanniques par le Sud. L’opération «Liberté de l’Irak». “


      • Olivier Berruyer Le 14 juin 2016 à 17h09
        Afficher/Masquer

        Turquie, Arabie, Qatar. J’ai bon ?


      • Philibert Le 14 juin 2016 à 18h51
        Afficher/Masquer

        Euh, il me semble, au contraire, que les commentaires dans les vidéos sur l’affaire des “28 pages” montrent que les officiels US interrogés, font état de ce que l’administration Bush avait, bien avant les attentats, l’Irak en ligne de mire et a écarté délibérément la responsabilité d’autres pays tels que l’Afghanistan.


      • Crapaud Rouge Le 14 juin 2016 à 21h47
        Afficher/Masquer

        Les motifs avancés pour la guerre en Irak étaient divers et variés. Il y avait bien sûr les fameuses ADM, mais pas seulement. Les Américains soutenaient aussi que Saddam Hussein avait “aidé” Al-Quaeda, ce que confirme le Wikipédia anglophone : https://en.wikipedia.org/wiki/Saddam_Hussein_and_al-Qaeda_link_allegations Ne lisant pas l’anglais, je ne saurais dire si la page est probante s’agissant du 9/11. Ils prétendaient également apporter la démocratie…


      • BOUCHET Le 20 juin 2016 à 13h56
        Afficher/Masquer

        Excusez moi Olivier, mais les Américains, avant d’attaquer l’Irak, n’ont ils pas réussis par je ne sais quel miracle à lier Saddam à Oussama ? Je crois que oui… Si vous relisez bien le presse de l’époque, on sent bien que les américains et les anglais aimeraient faire passer ce lien imaginaire entre le Raïs et Ben Laden comme vrai.


        • Olivier Berruyer Le 20 juin 2016 à 17h23
          Afficher/Masquer

          La CIA a rapidement démenti… A vous dégouter de faire un complot 🙂


      • Mikelpt Le 20 juin 2016 à 15h05
        Afficher/Masquer

        Effectivement, l’Irak était bien inscrit à l’agenda (de l’entourage) de Bush bien avant le 9/11. Un livre est assez intéressant à cet égard, “le Roman Noir de la Maison Blanche” de Ron Suskind, sur le secrétaire au Trésor de Bush 43 (2000-2002), Paul O’Neill. Celui-ci, qui avait déjà une lourde expérience de la politique US, ira de surprise en surprise avec « dobeliou » et sa clique, au point qu’il avait rapidement craint se retrouver avec une « bande de gamins en train de faire des galipettes sur la pelouse » (p247). Sur l’Irak, il remarquera très tôt l’envie d’une partie de l’entourage de Bush (Rumsfeld, Cheney, Wolfowitz, Tenet) de s’y aventurer. Ainsi, p119, il conclut à l’issue d’une réunion réunissant « la bande à Bush » : « La réunion était terminée [30 janvier 2001]. Dix jours à peine, et l’Irak était le sujet principal.» Le même jour était évoqué un document appelé « Prétendants étrangers aux contrats d’exploitation de pétrole de l’Irak », où figuraient notamment diverses cartes montrant les champs de pétrole irakiens (p148). Pour O’Neill, « dès le mois de février [2001] il n’était plus question que de logistique. Pas du pourquoi, mais du comment et surtout à quelle vitesse.» (p149) On voit bien, alors, quels intérêts menaient la clique à Bush en Irak.

        Il n’empêche, même si l’Irak était une priorité pour Bush an co, l’assimilation du régime de Saddam au « terrorisme international », et donc à Ben Laden, a largement été utilisé par la propagande des néocons US pour justifier l’invasion irakienne.


    • sissa Le 16 juin 2016 à 23h51
      Afficher/Masquer

      Comment êut-on reprocher à Olivier de ne pas s’interroger alors qu’il soumet à la critique les arguments des partisans de la “fausse banière” et qu’il apporte des éléments factuels?

      Avoir l’esprit ouvert, cela ne signifie pas qu’il ne sot ouvert que dans un sens.


  3. DocteurGrodois Le 14 juin 2016 à 06h12
    Afficher/Masquer

    De tous les évènements du 11 Septembre, l’attaque du Pentagone est celui qui soulève le moins de doutes et pourtant c’est celui qui a suscité les théories fumeuses les plus tenaces.

    Meyssan et Loose Change se sont très vite jetés dans la brèche de ce qui n’était même pas encore la “version officielle”, c’était l’actualité.
    Mais après coup, leurs théories se sont révélées être un jeu subtil d’omissions et de choix subjectifs avec les éléments à disposition, et où chaque vide est comblé par un missile, un drone, une substitution d’avions dans une base secrète…

    Toutes ces histoires ne servent qu’à disqualifier toute autre questionnement légitime, et surtout pertinent. Et ces gens sont, au mieux, des idiots utiles qu’on brandit comme des épouvantails pour les mêmes raisons.


    • Olivier Berruyer Le 14 juin 2016 à 08h43
      Afficher/Masquer

      Exactement… Et encore, on serait complotistes, on se demanderait s’ils sont vraiment idiots, hein… (mais ça, les complotistes ne doutent jamais de ces gens-là, eux ou de leur probité ou de leur stratégie, c’est amusant…)


      • Gwen Le 14 juin 2016 à 21h41
        Afficher/Masquer

        Il y les “théoriciens du complot” et “les théoriciens de la coïncidence”…..
        Pourquoi la tour 7 est-elle tombée vers 17 H, APRES que les chaînes de télés aient annoncée sa chute ?
        Comment se fait-il que les US, pays en théorie le plus avancé technologiquement, ait laissé passer un avion, 10 minutes plus tard un second, puis celui du Pentagone et laisser choir le quatrième sans qu”il laisse l’ombre d’un débris là ou il s’est scratché ?
        Je n’ai pas de télévision. Je n’ai pas vu les images, mais quand on m’a rapporté le fait je n’y ai pas cru un seul instant.


  4. enquêter Le 14 juin 2016 à 06h24
    Afficher/Masquer

    enquérir Le 14 juin 2016 à 03h29
    Ne connaissant pas les données précises de l’enquête officielle

    Pour qui veut connaître la version officielle, les données (jusqu’au moment de l’impact) sont ici :
    = http://www.gwu.edu/%7Ensarchiv/NSAEBB/NSAEBB196/doc02.pdf =

    Résumé.
    Ce document fournit une brève description de la trajectoire de l’avion basée sur les informations obtenues de diverses sources d’enregistrement radar, avant et après son piratage. Les informations tirées de la boîte noire retrouvée sur place sont également utilisées pour préciser la description. Les trajectoires sont superposées à des cartes de la région et la chronologie des données altimétriques est présentée.

    (7 pages en tout)


  5. Macarel Le 14 juin 2016 à 07h37
    Afficher/Masquer

    Très bien, c’était un avion. Mais alors, où s’est entraîné le pilote kamikaze. Car pour réaliser “un tel exploit”, il faut être un virtuose du pilotage d’après la plupart des pilotes professionnels qui se sont penchés sur la question.
    Ce ne peut être un pilote amateur, qui n’a appris qu’à “décoller” et pas à atterrir. En Afghanistan, en Arabie Saoudite, en Floride ?


    • Olivier Berruyer Le 14 juin 2016 à 08h46
      Afficher/Masquer

      et si vous attendiez le billet 9/10 ? 🙂


    • DocteurGrodois Le 14 juin 2016 à 09h21
      Afficher/Masquer

      Moi aussi j’ai eu beaucoup de mal avec avec ça, mais:
      – L’entraînement de base de pilotage comprend le décollage, mais aussi les procédures d’urgence. C’est à dire comment manœuvrer quand on perd de l’altitude. Il n’était pas complètement nul.
      – Les avions de lignes sont plus “faciles” ou maniable qu’un Cessna car les divers engins de bord compensent les erreurs de pilotages.
      – Les analyses radar etc démontrent que c’était bel et bien un humain aux commandes, et qu’il était mauvais. Mais il a réussi son coup.
      – Et aussi les pilotes qui au début ont dit que la manœuvre était acrobatique l’ont dit sur la base de trajectoires de vol approximatives, pas celle confirmée.


      • Greg Le 14 juin 2016 à 14h50
        Afficher/Masquer

        Je pense qu’il y a malentendu sur 2 points :

        1) Nous sommes d’accord qu’il serait très dur de glisser/planer au raz du sol sur 1 km -> pilote confirmé -> effet de sol etc.
        Sauf que dans notre cas, le gars voulait se crasher! Est-ce que cela ne fait pas de différence pour vous ? Il est parti du point A pour se planter au point B. C’est pas comme si il avait voulu atterrir dans les règles de l’art et qu’il devait faire attention a sa vitesse, aux poteaux sur l’autoroute ou a l’effet de sol…

        2) ici c’est le billet des preuves visuelles, et tous les témoins ont vu un avion. (170 dont 136 sourcés d’après mes recherches). Donc dire que c’est impossible parceque …. me semble hors sujet.
        Si on a pas encore l’explication, ce n’est pas grave, on finira par la trouver. Mais partir sur une autre piste et oublier tous les témoins directs, me semble un mauvais chemin.


      • brigouleix françois Le 15 juin 2016 à 10h18
        Afficher/Masquer

        je suis d’accord avec vous sur les facilité de pilotage d’un avion de ligne moderne, a fortiori possédant des commandes de vol électriques contrôlées par calculateur. en tout cas pour des phases de vol simples ( hors décollage et atterrissage etc…) . ok également sur le fait que le facteur chance intervienne ici aussi. Mon soucis reste sur les vitesses annoncées totalement hors domaine de vol a ces altitudes basses …


    • Yvon Thoraval Le 14 juin 2016 à 17h50
      Afficher/Masquer

      ben justement, à l’époque, si je me souviens bien, il a été dit que non, qu’il était “relativement” facile de piloter un avion pour le faire s’écraser sur un bâtiment.
      certains des “terroristes” ont pris des cours de pilotage, c’est ce qu’y a été dit à l’époque.

      Perso, je ne vois pas trop l’intérêt de revenir sur les détails genre avion ou missile sur le Pentagone.

      ce qui m’intéresse plus c’est : est-ce que l’état américain a véritablement indemnisé les victimes, par exemple.

      il est sûr que les services secrets US ont foiré, comme toute entreprise humaine.
      le politique a menti aussi pour cacher de faiblesses surtout.


  6. Macarel Le 14 juin 2016 à 08h03
    Afficher/Masquer

    Pour discréditer toute personne qui émet un doute sur ce sujet, la méthode la plus rodée est faire l’amalgame avec ceux qui remettent en question le fait que l’homme ait posé le pied sur la lune, ou avec les climatosceptiques. Or en ce qui me concerne, je n’ai pas de problème avec le fait que l’homme soit allé sur la lune, ou avec le fait que l’homme soit un acteur “géologique” dans le changement climatique. Par contre, dans l’affaire du 9/11 j’ai quelque mal avec certaines explications officielles dont certaines semblent peu compatibles avec des connaissances de physique même élémentaire. Mais pour lever tout doute, il faudrait quasiment reproduire les conditions qui sont censées avoir eu lieu le jour des événements. Bien sûr, ce n’est pas possible, donc l’on ne saura jamais la vérité, et tout doute, même justifié, sera mis sur le dos du complotisme. Bien sûr, ce qui alimente aussi le doute, c’est aussi que l’on a affaire à un pouvoir US, qui a déjà prouvé qu’il sait tordre la vérité dans le sens de ses intérêts, et cela ne contribue pas à avoir une approche sereine sur la question.


    • Reality Le 14 juin 2016 à 12h53
      Afficher/Masquer

      Il y a toujours les dernières versions de flight simulator qui, selon tous les experts, sont très proches d’un vol réel.

      “Merci à Xavier Jehl alias Cthulhus (pilote privé sur Cessna 172 et Robin 2160, instructeur virtuel sur Boeing 737) pour son avis d’expert qui aura été d’une aide précieuse pour la rédaction de ce test.” Fight Simulator X (Pioché sur le site de jeuxvidéo.com )

      Bien sûr, je ne suis en rien un expert mais ayant un peu volé, et en préparant bien son approche, on peut percuter tout obstacle suffisamment significatif. D’ailleurs viser le bout d’une piste d’atterrissage (sans ILS) est peut être même plus compliqué. (vent, vitesse réduite, etc …)


  7. Macarel Le 14 juin 2016 à 08h08
    Afficher/Masquer

    Tout le monde a vu les avions s’écraser sur les tours effectivement. Sauf sur le WT7.


    • Olivier Berruyer Le 14 juin 2016 à 08h48
      Afficher/Masquer

      Mais tout le monde l’a vu complètement bruler… Mais on en parlera aussi. Merci de rester sur le sujet du jour.


  8. Scrib Le 14 juin 2016 à 10h18
    Afficher/Masquer

    Il y a des 10aine et des 10aine de théorie différentes sur le 11 Septembre (de l’hologramme, à la démolition controlé, du missile à l’intervention extra terrestre, du complot interne à la fraude aux assurances etc)
    Que l’ensemble des théories rassemble + de la moitié des Américains ne surprends guère.
    Et puis après tout, douter de la version officiel ne signifierai t-il pas “ne pas l’accepter dans son entièreté” ? (et pas forcément tout remettre en cause)


  9. olivier Le 14 juin 2016 à 11h01
    Afficher/Masquer

    Ce qui est intéressant c’est qu’en une simple page internet, un des mythes fondateur du 11/09 s’effondre (si j’ose dire). Ce n’était pas un missile sur le pentagone et Meyssan a cherché à tordre la réalité pour trouver des pseudo-preuves qui lui donneraient raison (sans doute inconsciemment et c’est d’ailleurs la force de conviction de ces gens là, ils ne sont pas menteurs mais prêcheurs).

    Pour le coup, c’est énorme : c’est exactement faire ce qu’il accuse la “version officielle” de faire !
    Comment après une telle contorsion peut-on accorder du crédit à cet homme et par conséquent à tout le reste de sa démonstration ?
    Une erreur, tout le monde en commet, mais là ça tient de la manipulation !

    La seule chose qui m’a toujours paru troublante sur cette affaire, c’est l’effondrement du fameux bâtiment 7. Mais je n’ai aucune connaissance sur les démolitions contrôlées et j’attends avec impatience la suite qui abordera sans doute cette question.

    Franchement merci pour ce travail.
    Il était salutaire.
    Quand je pense qu’Olivier et les-crises sont classées comme “conspi-rouge-brun” par certain sur internet, ça laisse rêveur…


    • Dominique Le 15 juin 2016 à 23h28
      Afficher/Masquer

      « Quand je pense qu’Olivier et les-crises sont classées comme “conspi-rouge-brun” »

      Et d’après toi, quel est le but de tous ces articles anti-conspis ? 😉
      (si mon commentaire passe, chapeau bas)


      • Olivier Berruyer Le 15 juin 2016 à 23h39
        Afficher/Masquer

        ben pourquoi il ne passerait pas ?

        Mais la réponse est plutôt : par honnêteté intellectuelle ? Mais vous avez raison, la probabilité est infime par rapport aux pensées mesquines.

        Tout comme l’est le fait que Bush et les néocons soient juste des crétins finis, par rapport à des maniaques criminels réussissant la plus grande manip de tous les temps puis à la taire, bien sûr…


  10. valles Le 14 juin 2016 à 11h46
    Afficher/Masquer

    Les points avancés par les experts aéronautiques pour contredire la thèse officielle sont la survitesse et l’effet de sol
    Survitesse dans les basses couches: la résonance aérodynamique ou flutter en anglais, est un effet qui survient à cause de la souplesse mécanique des matériaux soumis à des contraintes aérodynamiques extrêmes, il est d’autant plus prononcé dans les basses couche de l’atmosphère ou la densité de l’air est maximum
    http://www.youtube.com/watch?v=kQI3AWpTWhM
    Il est évident que ce Boeing était en survitesse et en flutter mais comme le premier effet indésirable de ce phénomène s’attaque aux parties mobiles ( commandes de vols bloquées) si la trajectoire était bonne avant l’apparition du symptôme il peut continuer sur sa trajectoire longtemps avant de subir des effets plus destructeurs surtout avec des trajectoires peut incliner (voire vidéo)


    • valles Le 14 juin 2016 à 11h47
      Afficher/Masquer

      Effet de sol: cet effet se produit entre les ailes et le sol quand la hauteur est inférieure l’envergure de la machine, ces rouleaux aérodynamiques qui se forment entre les ailes et le sol forme produisent une augmentation considérable de portance
      Pour que ce phénomène apparaît il faut un sol lisse pour ne pas gêner la rotation des filets d’air et quand on inspecte la zone du crash, il n’y a que les dernières centaines de mètres qui sont éligibles à l’effet du sol (on peut le visualié avec la trainée blanche de forme hélicoïdale sur l’image de synthése)
      Il se peut que l’énergie cinétique de l’avion est largement dépassée la puissance d’un effet de sol précaire et tardif


    • Olivier Berruyer Le 14 juin 2016 à 16h19
      Afficher/Masquer

      merci de reposter ça vendredi dans le billet dédié svp 🙂


  11. CLÉMENT Le 14 juin 2016 à 12h23
    Afficher/Masquer

    Félicitations M Berruyer pour avoir osé aborder ce sujet. Votre démonstration par l’image qu’un 747 est bien rentré dans le Pentagone m’a convaincu. Si seulement votre travail pouvait faire taire les complotistes ? Cordialement


  12. Crapaud Rouge Le 14 juin 2016 à 12h50
    Afficher/Masquer

    Il s’agit plus de démolir les enquêtes “conspi” que de “révolutionner” les enquêtes sérieuses. Perso, j’ai appris des choses grâce à ces billets. D’abord l’espace des dégâts : il forme une bande alors qu’un missile aurait dû former un demi-disque à partir du point d’impact. (Ça explose un missile, ça ne se traîne pas comme une limace.) Ensuite l’impact sur la face avant : les sites conspis ne montrent qu’une partie pour faire croire qu’il n’y a rien à côté. Ils prétendent informer mais dissimulent les faits les plus triviaux, ceux grâce auxquels on voit immédiatement que leurs analyses sont bidons.


    • Greg Le 14 juin 2016 à 15h02
      Afficher/Masquer

      Le trou de sortie a surement été fait par un des trains d’atterrissage puisqu’on en a trouvé un énorme morceau juste a la sortie du trou…
      Si vous voulez voir des trains et des moteurs, il y a déja ça:
      http://www.aerospaceweb.org/question/conspiracy/q0265.shtml
      http://www.aerospaceweb.org/question/conspiracy/q0290.shtml

      Il existe aussi les images des sièges et de ceux qui étaient dedans, je suppose qu’Olivier les montrera dans le billet “victimes”
      C’est bien, au moins cela informera plein de gens qui croient toujours qu’il n’y a aucune photo de tout cela, car personne ne les montre.


  13. georges glise Le 14 juin 2016 à 13h44
    Afficher/Masquer

    j’en ai marre des complotistes du type meyssan, qui récusent les témoignages des témoins oculaires parfaitement crédibles. à ceux-là, je rappelerai un proverbe lituanien: tera gera byla (littéralement: silence bonne conversation, autrement dit: taisez-vous, cela vaudra mieux.


  14. Greg Le 14 juin 2016 à 13h53
    Afficher/Masquer

    Un point important, c’est que le système d’enregistrement des caméras CCTV du Pentagone
    était du modèle Phillips LTC1261 qui filmait a 1 image par seconde en 640×480.
    Le soucis c’est que les vidéos originales envoyées par le Department of Defense (DoD) , après déclassification, ne faisaient que 320×240 et semblent avoir été retouchées à certains endroits. (on ne voit que la queue)
    Voici une synchronisation des caméras, a partir des images officielles de l’époque.
    Si vous voulez voir les vidéos image par image, sans aucun agrandissement ni recompression de la source.
    http://fredyz.free.fr/dual/


  15. Phylogne Le 14 juin 2016 à 14h02
    Afficher/Masquer

    Pourquoi la simple photo du Pentagone juste après avoir été percuté ( le bâtiment ne s’effondrera que quelques minutes plus tard ) ne provoque pas l’interrogation ? Aucune question ne vient à l’esprit ?
    Les témoignages repris par les journaux c’est bien, mais les interviews de ces même témoins ( du moins ceux ayant déposés devant le congrès en 2001, policiers, militaires, agents d’entretien, employés du pentagone ), par des reporters en 2006 montrent qu’ils ont bien un avion se diriger vers le Pentagone…mais…
    Le doute est aussi un droit.


    • Olivier Berruyer Le 14 juin 2016 à 16h38
      Afficher/Masquer

      Il y a aussi des doutes abusifs, hein, mais oui, vous avez tous les droits.

      Et moi celui de ne pas relayer les âneries…


    • Crapaud Rouge Le 14 juin 2016 à 22h06
      Afficher/Masquer

      Le doute est aussi un droit.” : dire ça à propos du doute sur des témoignages, c’est pour le moins… douteux ! Ce droit implique le devoir de s’interroger soi-même, car c’est un peu facile de récuser un témoignage quand il ne plaide pas pour votre chapelle, et, à l’inverse, de le tenir pour “imparable” quand il va dans le sens de votre opinion. C’est très net dans les affaires de mœurs sensibles, viols et pédophilie, ou le témoignage joue un rôle clef et s’oppose au mensonge. Mais là, on voit mal ce qui pourrait prêter à douter d’une telle accumulation de témoignages de la part de gens qui, certes, peuvent se tromper sur les détails, mais qui n’ont aucune raison de mentir ou de confondre un avion avec un missile. Dans ce cas, le doute n’est pas vraiment un droit, seulement une “liberté” que l’on se donne.


      • Olivier Berruyer Le 14 juin 2016 à 22h27
        Afficher/Masquer

        ” ou de confondre un avion avec un missile”

        et puis si on pouvait expliquer où serait passé l’avion avec les gens, qui a toujours été suivi au radar…


  16. RonRon Le 14 juin 2016 à 14h10
    Afficher/Masquer

    Super travail, j’attend avec impatience la série sur le vol 93.

    Je me permets d’espérer car je donne mon petit 10€ par mois et que si chacun faisait pareil, je ne doute pas que cette série 911 soit complète.


    • Olivier Berruyer Le 14 juin 2016 à 16h47
      Afficher/Masquer

      non, le vol 93 c’est sans moi, il faut savoir cesser la plaisanterie… Allez voir les sites américains, ils sont bien faits, par exemple

      http://www.911myths.com/html/flight_93.html


  17. Jean-Paul DAVIN Le 14 juin 2016 à 15h34
    Afficher/Masquer

    Bonjour.

    Vous avez suite aux réactions de certains lecteurs du site du fermer les commentaires sur les premières pages concernant les attaques du 11 septembre. Je ne peux que le déplorer.
    Pourriez-vous toutefois indiquer systématiquement quelles sont les sources de vos documents afin que chacun puisse se forger ses opinions de manière parfaitement contradictoire ?

    Désolé de faire un petit hors sujet ici puisqu’il n’est plus possible de l’écrire dans la première partie, ceux qui voudraient visualiser l’ensemble du documentaire des frères Naudet peuvent le trouver sur rutube : https://rutube.ru/video/c51d9ac94bf5fe167fe7c33388521d5b/ .

    Cordialement
    JP4U


  18. Guilhem Le 14 juin 2016 à 15h46
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    J’aime particulièrement ce passage :

    “A la demande officielle d’un citoyen américain, la justice a demandé à un agent assermenté du FBI, Jacqueline Maguire, de lui faire un compte-rendu de ces 85 vidéos.”

    Donc le FBI nous fait gentiment un compte rendu et ça vous convient.
    Je vous ai connu plus incisif.

    Pourquoi 2 vidéos et pas 85 puisqu’il n’y a rien a voir ?
    Il faudra se contenter de ce que le FBI veut bien nous donner

    Bonne journée.


    • Olivier Berruyer Le 14 juin 2016 à 16h54
      Afficher/Masquer

      Vous, je garde votre commentaire, pour illustrer un mode de pensée, merci.


      • Guilhem Le 14 juin 2016 à 17h36
        Afficher/Masquer

        Cher Olivier, le fait est que j’ai lu de nombreux articles de votre blog et vous coupez régulièrement les cheveux en quatre.
        Là on vous dit circulez y a rien à voir et vous êtes content, j’en suis étonné.

        Le fait est que puisqu’il n’y a rien à voir, faites voir pour faire cesser toute polémique.
        Ne pas prendre pour argent comptant les déclaration sur l’honneur des autorités impliquées est donc un mode de pensée déviant ?

        D’autre par je vois que vous écrivez “Notez bien les turbulences blanches générées au sol par l’avion sur cette vue” .
        Dans l’animation dont vous tirez cette image, il me semble qu’ils évoquent cette fumée suite au dégâts causés par un réverbère.

        Pourquoi avoir viré mes autres commentaires, ça n’illustre pas un mode de pensée ?


        • Olivier Berruyer Le 14 juin 2016 à 21h31
          Afficher/Masquer

          “on vous dit circulez y a rien à voir et vous êtes content, j’en suis étonné.”

          10 billets, 430 images, des dizaines d’heures de travail, zavez raison, je n’ai pas creusé….


          • Guilhem Le 14 juin 2016 à 22h34
            Afficher/Masquer

            Je n’ai jamais dis que vous n’aviez pas passé du temps.

            15 ans après, ces videos où il n’y a rien, sont apparemment toujours classifiées.
            Quand une personne fait un procès on lui envoie le FBI pour lui assurer qu’ il n’y a rien dessus.

            Tout occupé que vous êtes à prouver que vraiment ces théories sont fumeuses, vous reprenez l’info (elle va dans votre sens c’est humain).

            Bonne soirée.


  19. Patrick Andre Le 14 juin 2016 à 15h51
    Afficher/Masquer

    Vous avez maintes fois raisons Mr Fancois Marquet, le soir même des attentats,par exemple la réaction du président
    A ce sujet, le rapport de la Commission reprend d’ailleurs les propos tenus lors de trois réunions d’un comité restreint du Conseil national de sécurité, les 11, 12 et 13 septembre 2001
    Il fait observer que les attentats constituent une occasion sans précédent d’obtenir l’engagement de la Russie et de la Chine
    Si il avait un lien direct avec ce qui s’est passé, j’irai pas demander leurs aides. ..enfin,je crois..
    Par contre pas un mot sur l’Arabie Saoudite. .et d’autres choses troublantes mais pas concernant l ’ attentat lui même, plutôt les causes qui en découlent et nous mènent en grande partie la ou nous en sommes en 2016

    http://actualitedelhistoire.over-blog.com/article-attentats-du-11-septembre-la-contre-enquete-partie-52-115754015.html


  20. Joanna Le 14 juin 2016 à 15h55
    Afficher/Masquer

    J’attends la partie 10 avec intérêt car dans tout ce que j’ai pu lire sur le sujet il n’a jamais été question que d’éléments matériels, un bâtiment percuté par un avion
    et jamais rien sur les victimes présentes dans l’avion et celles alors présentes au pentagone.


  21. Greg Le 14 juin 2016 à 20h35
    Afficher/Masquer

    JohnDoe, nous sommes d’accord.
    Cette vidéo de la guerite2 est un fake.
    L’original de l’époque montre justement aucun avion entier visible.
    C’est surement une petite erreur d’Olivier et son boulot sur le reste du dossier est juste excellent.
    Je ne suis pas sur que les gens se rendent compte de la masse d’info qu’il faut rassembler et recouper 15 ans après.

    Mais cela n’enlève pas tous les autres points comme les témoignages et les preuves matérielles innombrables.
    Cela pose juste une autre question, pourquoi le department of defense a envoyé a la justice une vidéo trafiquée et de quart de résolution de ce que permettai le système CCTV du pentagone.
    Mais si on veut répondre a toutes les questions en même temps, on se perdra pour rien.

    Restons plutot sur ce dont on est sur ->poteaux->témoins->débris etc.


  22. Clément Le 14 juin 2016 à 21h54
    Afficher/Masquer

    La vérité est ce que l’on croit qu’elle est. Certains seront convaincus par vos analyses, d’autres ne le seront pas. Nous n’aurons jamais accès à toutes les informations, nous sommes donc réduits à confronter des opinions ; les délires sont subjectifs… il me semble que rester dubitatif est assez logique en ce qui concerne les conclusions de cette affaire.

    En revanche, bravo pour votre travail courageux, car ne serait-ce que s’intéresser à ce sujet vous met aux yeux de nombreux inquisiteurs sur une liste d’hérétiques à bannir. Les historiens des siècles à venir auront du boulot !


    • Crapaud Rouge Le 14 juin 2016 à 22h24
      Afficher/Masquer

      Petit syllogisme (amusant) pour illustrer votre : “La vérité est ce que l’on croit qu’elle est.” :
      La vérité est ce que les humains ont envie de croire.
      Or les humains ont envie de croire en Dieu.
      Donc Dieu est la vérité.


  23. sam Le 14 juin 2016 à 22h12
    Afficher/Masquer

    Et bien dites donc, c’est plus de la modération.
    C’est du travail à la hache.
    Tous les messages entre 15H55 et 21H54 ont disparu.
    Ça taille sévère, il faut quand même faire attention, ça pourrait ne plus repousser.


  24. Yanka Le 14 juin 2016 à 23h29
    Afficher/Masquer

    À un moment donné, il faudra se concentrer très fort pour expliquer par quel tour de passe-passe un type pas fichu de piloter un Cessna se retrouve capable de piloter un avion de ligne, de lui faire faire des courbes impressionnantes et de pouvoir le faire voler en rase-motte à haute vitesse sans qu’il se désintègre à cause de l’effet de sol. Ça m’intéresse, c’est trop magique.


    • Greg Le 14 juin 2016 à 23h35
      Afficher/Masquer

      Perso je fais la distinction entre un crash et un pilotage en rase-motte et cela répond à votre question.
      Attention, ça va couper ! ^^


    • Olivier Berruyer Le 15 juin 2016 à 00h37
      Afficher/Masquer

      je me rend compte que c’est trop pénible d’attendre le billet 9/10 en effet.

      P.S. un indice : parce que c’était un pilote professionnel ?


      • Eric Le 15 juin 2016 à 01h08
        Afficher/Masquer

        1) Il est tout aussi difficile aux internautes d’attendre un billet ultérieur pour réagir que ça l’est pour vous visiblement. Ça peut se comprendre, c’est un sujet plus que sensible car un marqueur idéologique.
        2) Concernant le professionnalisme d’un pilote pour explication (sacré pilote, en effet !), on serait assez curieux de voir d’autres exemples pour illustrer la possibilité d’un tel impact avec un modèle d’avion identique. Il me semble que beaucoup de professionnels de l’aviation se sont inscrits en faux par rapport à la version officielle, mais bon je n’en suis pas !


        • Olivier Berruyer Le 15 juin 2016 à 02h27
          Afficher/Masquer

          “beaucoup de professionnels de l’aviation se sont inscrits en faux ”

          Super. Sur les pas loin de 2 millions en Occident, combien environ ?


          • Eric Le 15 juin 2016 à 07h11
            Afficher/Masquer

            Et sur les deux millions, combien s’y sont-réellement intéressés selon vous ? Et j’entends sérieusement, et pas quinze ans après les faits et principalement pour contrer ceux qui mettaient en cause la théorie officielle. Ensuite, ne croyez-vous pas qu’il est fort possible que nombre de professionnels très critiques aient gardé le silence, sachant que leur ” petite ” personne ne serait d’aucun poids face à l’énormité de l’événement en question ? Bref, sans s’appesantir, c’est de toute manière une étrange manière de raisonner au poids.


  25. amer Le 15 juin 2016 à 01h09
    Afficher/Masquer

    C’est le dernière version officielle tout ça mais que fait-on de l’avis des spécialistes comme dans cette vidéo ? Sur les 86 caméras du secteur confisqués par le FBI le gouvernement n’en a fourni que quelques unes…je ne vais pas énumérer les anomalies dans cette affaire mais faut voir par soi-même.


    • Olivier Berruyer Le 15 juin 2016 à 02h25
      Afficher/Masquer

      Les gens me demandent pourquoi je supprime leurs commentaires et finis agacé : le type vient re-poster une question qui a été largement traitée il y a 2 billets (où je me suis même crevé à reprendre l’avis de la Justice US sur ce point), qu’il n’a donc pas lus.

      C’est donc une absence totale de respect et de l’auteur du blog, et des autres lecteurs.

      Donc évidemment, en général, on supprime ça….


  26. Olivier Berruyer Le 15 juin 2016 à 02h22
    Afficher/Masquer

    C’est sûr que Thierry Meyssan, c’est du béton armé en rapport…


  27. olivier Le 15 juin 2016 à 08h58
    Afficher/Masquer

    En zététique (que ceux qui ne connaissent pas se renseignent) il y a un “proverbe” qui dit : “les affirmations extraordinaires demandent des preuves plus qu’ordinaire”.
    L’exemple souvent employé est celui de la grenouille. Si on me dit : “dans mon jardin j’ai une grenouille”, bon ok, pas besoin de preuves, je peux le croire facilement.
    Mais si on me dit : “dans mon jardin j’ai une grenouille qui parle”, alors là non, je ne peux pas me contenter de la bonne foi de mon ami, il me faut des preuves en bétons armé.

    Ben là c’est un peu pareil…
    Un avion a été détourné par des terroristes et s’est crashé sur le pentagone. C’est horrible, mais malheureusement crédible.
    Mais là, depuis 15 ans on entend : “un avion a été détourné puis caché on ne sait où, et c’est un missile qui a détruit le pentagone tout en faisant croire que c’était l’avion”.
    Whouhou…
    Comment dire…
    Et les preuves apportées ne sont que de la manipulation de photos et de témoignages…

    Franchement les gars prenez 5 minutes de bon sens, acceptez de vous être fait embobiné la cervelle et regardez simplement les choses.
    En plus les américains n’ont même pas besoin de ça pour être les grands méchants…
    Par contre ils ont bien besoin de “croyants du complot du siècle” pour ensuite balayer d’un revers de manche tous ceux qui ne sont pas avec eux et mettre tout le monde dans le même sac estampillé “complotistes”.


  28. Olivier Berruyer Le 15 juin 2016 à 11h15
    Afficher/Masquer

    …. comme ça arrive dans certains crashs aériens, en effet…


  29. Greg Le 15 juin 2016 à 13h35
    Afficher/Masquer

    Un des gros problème du Pentagone, vient de là Cigogne.
    Les chiffres de l’enregistreur de vol utilisés par certains truthers.

    L’enregistreur de vol qui a été disséqué par le NTSB, donne des chiffres “bizarres” et “incohérents” avec toutes les preuves humaines (témoins, radars) et matérielles (poteaux, muret…)

    Donc beaucoup de questions ne peuvent trouver de réponse si on se base uniquement sur cet enregistreur.

    En revanche, si on regarde 99% des autres éléments factuels, en prenant un peu de recul sur l’analyse de cet enregistreur (mauvaise interprétation des chiffres ? erreurs de données ? incompétence ?) tout est parfaitement logique et explicable.

    Olivier, vous devriez moins zapper de commentaires. Certains débats sont sains et peuvent apporter des éléments que la majorité des gens ignorent.
    cdt.


  30. Tartoquetsches Le 15 juin 2016 à 22h36
    Afficher/Masquer

    Courage Olivier, plus que 2 jours pour finir “l’enquête” et tu te seras acquitté de “la commande” qui permet à ton site de ne pas se faire fermer.
    Vivement la fin, que l’on puisse enfin retrouver ce pour quoi on vient ici, de vrais enquêtes poussées sur la géopolitique et l’économie qui remettent en cause la propagande mediaticopolitique made in OTAN et UE.

    ????


    • Olivier Berruyer Le 15 juin 2016 à 22h43
      Afficher/Masquer

      et SURTOUT que je ne me prenne pas 2 balles dans la tête, tu imagines bien Tarto…


      • Tartoquetsches Le 15 juin 2016 à 23h05
        Afficher/Masquer

        je me doute qu.il existe bien d’autres formes de pression que celle-ci!
        Sur ce sujet, tu as la même position que G Collon ou J Bricmon, je le comprend parfaitement et vous avez parfaitement raison. Vous êtes extrêment salutaires par votre esprit critique qui passe au crible les médias mensonges actuels et vous touchez beaucoup de monde (surtout vous d’ailleurs depuis l’affaire ukrainienne si révélatrice)
        Le 911 apres tout, c de l’histoire ancienne…
        ?


        • Olivier Berruyer Le 15 juin 2016 à 23h21
          Afficher/Masquer

          “Le 911 apres tout, c de l’histoire ancienne…”

          d’un coté oui, d’un coté non, il reste des zones d’ombre importantes à éclaircir, qui ont des conséquences aujourd’hui, mais pour cela, faut il pointer les bonnes, et ne pas s’être cramé en s’intéressant aux mauvaises…


  31. Dominique Le 15 juin 2016 à 23h40
    Afficher/Masquer

    Bonjour à tous;
    Un témoignage d’un homme qui a bien vu un avion d’American Airlines a été écarté et c’est dommage car c’est un des plus précis. Cet homme a même pu voir les visage épouvantés des passagers à travers les hublots. (Véridique, mais je ne trouve plus les liens.)


    • UltraLucide Le 16 juin 2016 à 17h58
      Afficher/Masquer

      Plein de témoignages riches en détail gênants pour les désinformateurs anti-avion ont été villipendés, accusés de mensonge et de complicité avec un complot XXL sans avion et entièrement basé sur une gigantesque mise en scène.
      La plupart des témoignages de l’approche et de l’impact sont très précis, au regard des circonstances exceptionnelles de l’évènement. Inattendu, soudain, très rapide, impressionnant, effrayant, etc. Ils sont même, en dépit de quelques divergences normales, relativement cohérent entre eux. Cela dit, pour distinguer certains détails, l’avion a du passer à une vitesse nettement inférieure à 850 km/h.
      J’ai vu beaucoup d’avions a réaction à basse altitude en meeting. La plupart volent entre 550 et 650 km/h. On voit pas mal de détail. J’en ai vu un une fois passer à plus de 800 km/h à 10m de haut. On ne voit qu’une silhouette floue, pas de détails. Et il allait tout droit. Aucune manoeuvre.


  32. Olivier Berruyer Le 16 juin 2016 à 11h57
    Afficher/Masquer

    Merci pour vos lumières.


  33. UltraLucide Le 16 juin 2016 à 17h26
    Afficher/Masquer

    Avec les videos du portique, on a un indice de complot. Plus de 100 témoins crédibles rapportent de façon assez cohérente l’approche et l’impact d’un avion de ligne bien identifié. Aucune video officielle n’est montrée. Puis vient la théorie du missile. Alors viennent les videos de l’entrée parking.
    Pendant longtemps, il ne se passe rien du tout. Puis soudain apparait un fantôme d’avion pendant 1/4 de seconde, et surgit instantanément ce qui semble un sillage de missile au ras du sol et ultra-rapide. Puis l’explosion, avec plein de gros débris, qui elle est bien nette..
    Alors le choeur des soi-disants contestataires entonne le refrain, les videos sont truquées, il n’y a pas d’avion, on voit bien que c’était un missile.
    Ceux qui pensent qu’il y a bien eu crash d’avion, mais aussi que les explications officielles sont suspectes, se retrouvent en porte-à-faux. On aurait voulu monter une opération de désinformation destinée à semer le trouble et brouiller les pistes, on n’aurait pas fait autrement.


  34. UltraLucide Le 16 juin 2016 à 17h38
    Afficher/Masquer

    En clair, je pense que ces videos de la guérite d’entrée ont été volontairement truquées pour masquer l’avion, son approche et son crash. Ces images là ont été retirées. Sur deux images où il ne se passe rien, juste avant l’apparition du véritable avion, on rajoute d’une part un floutage de silhouette d’avion, et d’autre part un semblant de sillage de missile, lui bien net.
    L’avion et le sillage sont incompatibles. L’avion ne peut pas arriver à Mach3, à l’horizontale, et à 1m du sol, c’est bien évident. Un véritable avion de ligne serait arrivé en légère pente depuis le talus de l’autoroute, et vers les 650 km/h maximum.
    Et les videos, même à faible fréquence d’image, auraient du montrer cette approche. On a ici quelque chose de tout-à-fait anormal. Des videos faites sur-mesure pour favoriser la théorie du missile au détriment des analyses rationnelles. Du grand art.


  35. Cassandra Le 17 juin 2016 à 00h00
    Afficher/Masquer

    Très bonne série, tout à fait convaincante. Merci Olivier.
    Quelques éléments me laissent tout de même songeur, sans pour autant remettre le fond en cause.
    Concernant les cinq images de la video, deux questions.
    Sachant que l’avion se déplace rapidement de la droite vers la gauche. En admettant que l’amas de pixels sur la frame 4 est la queue de l’avion.
    Où se trouve la queue de l’avion sur les frames 2 et 3 (soit 2s et 1s plus tôt) ?
    Si la queue visible sur la frame 4 a été “recrachée” par l’explosion, pourquoi ne fait-elle pas partie de débris retrouvés (du moins, je n’en vois aucune photo dans les articles sur les débris) ?


    • olivier Le 18 juin 2016 à 14h42
      Afficher/Masquer

      Oui Cassandra, on voit de gros bouts partir dans tous les sens y compris vers l’arrière à l’impact, ces morceaux ont-ils été retrouvés et présentés officiellement ?
      Ou alors c’était des morceaux de bâtiment (toits?)


  36. Macarel Le 18 juin 2016 à 08h20
    Afficher/Masquer

    Vous avez la foi du charbonnier chevillée au corps pour voir un avion sur ces vidéos. Certes il est indiscutable qu’un objet volant fonce vers la façade, mais c’est tellement fugace et tellement flou.
    Tout juge honnête, ne pourrait retenir cela comme une preuve indiscutable de ce que vous avancez, à savoir que c’est un boeing 757.
    Quant à la boule de feu, qui monte à la verticale, ce n’est pas très cohérent avec le fait que le kérosène a tendance à se répandre au sol en brûlant. Or la pelouse était intacte ! Bien sûr, vous allez me dire que tout le kérozène est entré dans le bâtiment, mais les réservoirs sont dans les ailes, et les ailes se sont désintégrées en dehors du bâtiment.

    Voir cette image d’un crash avéré :

    http://www.mirror.co.uk/news/uk-news/shoreham-airshow-horror-jet-plane-6299082


  37. Unknown Le 18 juin 2016 à 15h30
    Afficher/Masquer

    Le MIT a suffisamment produit de rapports sur le WTC7, mais bon, forcément eux aussi sont de mèche… Pourtant l’ensemble des bâtiments du complexe WTC ont tous été endommagés très sérieusement, au point que la plupart d’entre eux aient été démolis (WTC 4, WTC 5, WTC 6, toutes démolies car terriblement endommagées). Le WTC 3 quand à lui s’est effondré dans le sillage des Tours Sud et Nord (WTC 1 & 2).


Charte de modérations des commentaires