Suite du billet précédent sur l’Ukraine
Index de la série

Les accords commerciaux

L’affaire ukrainienne illustre une question qui n’a jamais été tranchée : quelles doivent être les frontières de l’Union Européenne ?

2 conceptions existent :

• Pour les démocrates-chrétiens et les conservateurs, la finalité politique est de créer une entité fondée sur une unité historique et géoculturelle. Pour eux, l’Union a donc déjà atteint globalement ses frontières maximales ;

• Pour les libéraux et les socio-démocrates, la finalité politique est de faire coopérer avec méthode des peuples différents. Pour eux, il faut continuer à élargir à l’Est, à la Turquie et, un jour au Maghreb.

Au vu du libéralisme ambiant, c’est donc la seconde solution qui a prévalu : l’élargissement à outrance.

Indépendante en 1991, l’Ukraine signe un premier accord de partenariat avec l’UE en 1994, puis demande à lancer un processus d’adhésion à l’Union Européenne dès 1998, ce qui lui est refusé en 2003 – le président de la Commission Européenne confiant alors que « l’Ukraine n’est pas plus européenne que la Nouvelle-Zélande ». Dès 1999, les négociations commencent à propos d’un accord de libre-échange.

“Source : Parlement européen

Elle signe alors l’accord d’espace économique commun à la Russie, la Biélorussie, l’Ukraine et le Kazakhstan, qui veulent aboutir à une Union douanière sur le modèle de la Communauté européenne. Mais les remous politiques internes l’empêchent finalement de rejoindre cette Union douanière à 3 pays qui naît en 2010 et se transforme en 2012 en Espace Economique Commun.

En 2009, est créé le Partenariat oriental qui est un accord d’association que l’Union européenne a conclu avec l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Géorgie, la Moldavie, l’Ukraine et la Biélorussie.

Un accord UE/Ukraine en 2009 sur les gazoducs, qualifié par le ministre russe des Affaires étrangères d’« acte inamical » déclenche alors l’irritation russe. Vladimir Poutine menace alors de revoir les relations de la Russie avec l’UE :

« Si les intérêts de la Russie sont ignorés, nous allons aussi commencer à examiner les fondements de nos relations ».

En 2011, naît le projet d’Union eurasiatique pour 2015, élargissant l’Union douanière à plusieurs autres anciennes républiques de l’URSS.

Europe et Russie convoitent alors l’Ukraine, qui était alors dans une stratégie « d’État européen non-aligné ».

On a alors pu entendre la ministre américaine Hillary Clinton déclarer :

« On assiste à une tentative de resoviétiser la région. Cela ne s’appellera pas comme cela, cela s’appellera Union douanière, cela s’appellera Union eurasiatique. […] Ne nous y trompons pas. Nous savons quel est le but et nous essayons de trouver les moyens de le freiner ou de l’empêcher. » [Hillary Clinton, 6/12/2012]

“Source : Central Asia Newswire

ce qui est stupéfiant (mettez-vous à la place de Poutine !). Faire une Union EurAsiatique un peu sur le modèle du Traité de Rome, ce serait faire l’URSS ! Mais qu’a fait Bruxelles alors depuis 1957… ?

Les Oligarques

(au plutôt, quelques oligarques)

Suite du billet précédent sur l’Ukraine
Index de la série

Les oligarques ukrainiens ont alors utilisé leur influence sur le pouvoir politique auquel ils sont intimement liés (Pintchouk est le gendre de Koutchma, Oleksander Ianoukovitch le fils de l’actuel président et Akhmetov une connaissance de longue date) pour promouvoir leurs intérêts économiques, en se protégeant de la concurrence russe (positionnée sur les mêmes secteurs d’activités). Et Viktor Ianoukovitch dépend grandement de leur soutien pour sa réélection en 2015.

C’est leur lobbying intensif qui a incité Viktor Ianoukovitch à opérer un changement de cap historique, en se tournant vers un accord d’association avancé avec l’Union Européenne. Ils activent également leurs réseaux européens pour forcer la signature de l’accord.

Par exemple, l’oligarque Viktor Pinchouk est la 2e fortune d’Ukraine avec 3 milliards de dollars, et le gendre de l’ancien président Koutchma :

Il est par ailleurs un mécène de la fondation des Clinton, la Clinton Global Initiative, à laquelle il a donné plus de 10 millions de dollars – ce qui lui a ouvert les portes de Washington… Rappelons que la mission de fondation est de « réunir les leaders mondiaux pour créer des solutions innovatrices aux défis mondiaux les plus urgents » – mais derrière ce slogan rutilant se trouve l’objectif réel : créer un réseau international de puissants appuis à Hillary Clinton en vue de la Présidentielle.

Il a fondé l’ONG « The Yalta European Strategy », dont le but principal est de soutenir l’adhésion de l’Ukraine à l’UE.

“Source : Yalta European Strategy (YES)

Le Conseil d’Administration est assez éclairant :

On note donc que le Président de YES est Alexandre Kwasniewski, ancien président polonais (1995-2005), avec à ses côtés Pat Cox, Javier Solana – dont la biographie « oublie » de préciser qu’il a juste été le secrétaire général de l’OTAN entre 1995 et 1999), le vice-président du PPE, et l’influent communiquant français Stéphane Fouks.

Concluons par ces propos de Condoleezza Rice au meeting Yes 2012 : « Les transformations démocratiques requièrent du temps et de la patience, requièrent un appui de l’extérieur comme de l’intérieur ». La stratégie est désormais bien rodée, de la Yougoslavie à la Libye, de la Syrie à l’Ukraine : insérer des coins dans les failles qu’a tout État, pour en dégonder les bases en soutenant ou fomentant des rébellions anti-gouvernementales, tandis qu’on déchaîne une trépidante campagne médiatique contre le gouvernement qu’on veut abattre.

Mais un autre de ces oligarques a joué un rôle encore plus important ces dernières années : Petro Porochenko.

7e fortune d’Ukraine, avec 1,3 milliards de dollars, il est à 48 ans un industriel qui a construit un empire, d’abord dans la confiserie – lui ayant valu le surnom de « Roi du chocolat » – avant de se diversifier dans l’industrie et les médias.

Mais aussi d’œuvrer énormément en politique. Député pendant 10 ans, il deviendra le principal financeur du Président Victor Iouchtchenko et de la Révolution Orange de 2004. Petro Porochenko préside ensuite le Conseil d’administration de la banque centrale d’Ukraine, avant de devenir ministre des Affaires étrangères en 2009-2010. Il fait alors les gros titres en indiquant que l’Ukraine pourrait rejoindre l’OTAN en deux ans en cas de volonté politique.

“Source : The Kyiv Post

Porochenko est en effet un très chaud partisan de l’Union Européenne et des États-Unis.

“Source : The New Republic

Durant l’année 2012, il se retrouve nommé Ministre du Commerce par Viktor Ianoukovitch.

Le projet d’accord d’association est alors finalisé sous son impulsion. Mais étonnement, Catherine Ashton indique que ce projet n’avancera pas tant que le sort de Ioulia Timochenko ne serait pas revu… Et son cas, diffère ensuite longuement la signature de l’accord.

À suivre dans le prochain billet

Ce billet fait partie d'une série sur la situation en Ukraine. Il vise à donner des regards différents de ceux diffusés en masse par les grands médias, afin d'élargir votre champ de réflexion. [Lire plus]. Notre souhait est de sortir des présentations binaires "gentils / méchants", afin de coller de plus près à une réalité complexe. Nous rappelons enfin que par principe, nous ne "soutenons" aucun gouvernement nulle part sur la planète (et donc pas le gouvernement russe non plus). Nous sommes au contraire vigilants, tout gouvernement devant, pour nous, justifier en permanence qu'il ne franchit aucune ligne jaune. Mais nous sommes évidemment également attachés à lutter contre le deux poids 2 mesures, et à présenter tous les faits.

27 réponses à [U2-1] L’enjeu central des accords commerciaux & Le rôle des Oligarques

  1. Kiwixar Le 07 mai 2014 à 01h53
    Afficher/Masquer

    Sur la question du développement de l’Eurasie, un des points importants (au-delà des gazoducs et oléoducs évidemment), c’est… le développement des lignes de train.

    Une nouvelle route de la soie, mais avec des trains haute vitesse chinois :
    – ligne nord : Pékin – Urumqi – Astana – Russie
    – ligne centre : Pékin – Urumqi – Tashkent – Teheran / Baghdad
    – ligne sud : Kunming – Delhi – Lahore – côte de l’Iran

    Compte-tenu de la vitesse de réalisation des Chinois, les lignes haute vitesse risquent d’être en service relativement rapidement (avant qu’ils posent le premier rail du Lyon-Turin).

    Le train annonce toujours le Nouveau Monde.


    • Kiwixar Le 07 mai 2014 à 05h28
      Afficher/Masquer

      Et les Chinois veulent même financer l’Afrique pour relier les capitales par train à grande vitesse :
      http://www.scmp.com/news/china/article/1506229/li-pledges-larger-credit-line-high-speed-rail-technology-africa


    • olivier69 Le 07 mai 2014 à 13h33
      Afficher/Masquer

      Bonjour Kiwixar,
      “Le train annonce toujours le Nouveau Monde.” , cela me fait penser à ceci :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Chemin_de_fer_Berlin-Bagdad
      Cdlt


    • VladimirK Le 07 mai 2014 à 14h41
      Afficher/Masquer

      On a beaucoup sous-estimé les Chinois ces dernières décennies, et encore maintenant, on les présente souvent comme des barbares qui font travailler les enfants, qui dépensent leurs fortunes mal gagnée dans une débauche de luxe (comme les nouveaux russes, avant)

      Les réalités de la Chine moderne (ou même ancienne), je ne les connais pas, mais force est de constater qu’ils sont tout de même très forts. La montée en puissance des anciens pays en voie de développement est assez encourageante, et surtout très intéressante, une revanche sur les empires coloniaux en quelque sorte.


      • C Balogh Le 07 mai 2014 à 15h11
        Afficher/Masquer

        Nous aurons la palme:le travail des enfants étant interdit en France, ils créent les ‘travailleurs détachés’ dont le salaire est à peu près équivalentqu’auparavant celui des enfants…..En Allemagne, ils sont encore plus forts, une heure de salaire=1 euro:encore moins que les salaires pour des enfants!!!


        • VladimirK Le 07 mai 2014 à 17h22
          Afficher/Masquer

          Mais nous (ça ne se voit pas par mon nom, mais je suis français) et les allemands, nous sommes les bons.


          • C Balogh Le 07 mai 2014 à 17h26
            Afficher/Masquer

            Pour l’UE , oui, on est “les cons, euh, les bons” c’est encore plus de fric qu’ils se mettent en poche ou utilisent pour se payer des trolls.
            Mais la France pas assez, je sais pas comment elle fera pire que de faire la serpillière de l’UE?esclavagisme?


        • Ming Le 26 octobre 2014 à 17h31
          Afficher/Masquer

          Faux en Allemagne personne ne gagne un euro de l’heure ceci est de la désinformation lancée par Michel Roccard qui ne connait rien à l’Allemagne!

          Le niveau de vie y est supérieur à la France et les prix que ce soit l’immobilier, la nourriture et autres objets de consommation sont bien moins chers qu’en France.
          De plus les impôts sont moindres qu’en France, la dualité taxe d’habitation et taxe foncière n’existent pas, et la seule taxe d’habitation existante est bien moins élevée qu’en France. De plus il y a une aménagement du territoire équilibré qui fait que la campagne n’est pas isolée comme en France où l’on supprime les dessertes SNCF (train et cars) de villages qui se trouvent isolés, on taxe fortement les résidences secondaires qui font vivre ces villages. De plus des élus tombent à bras raccourcis sur les personnes agées en demandant qu’on leur retire le permis de conduire…alors que des élus (en pleine force de l’age) de conseils régionaux ont eux une voiture avec chauffeur à disposition……

          La grande qualité des allemands est leur patriotisme économique et le gout pour le travail bien fait sans rechigner à la tache. Leurs élus gèrent de manière raisonnable les finances publiques sans faire comme en France des dépenses extravagantes telles que la construction de rond points (dans mon village cela a couté 500 000 euros!!!!)

          Si j’ai trouvé parfois des gens remarquables à la SNCF il y a aussi des cas “de bras cassés”: après de très multiples tentatives infructueuses de joindre téléphoniquement la gare de mon village alors il n’y passent que trois trains par jour, je me suis adressé à un employé d’une autre gare qui a appelé la gare par le réseau interne de la SNCF et là o miracle le proposé à daigné décrocher et répondre ……! Aussitôt j’ai rappelé sur la ligne de la gare et ai demandé de m’envoyer un billet de train après réception d’un chèque correspondant et une enveloppe prête à l’envoi; la réponse est tombée
          l’employé a refusé en ajoutant “ça n’est pas son boulot” (sic)
          Il y a en France des fonctionnaires (comme aussi des élus) qui confondent service public avec public à leur service!!!!


    • Oskar Lafontaine Le 07 mai 2014 à 18h09
      Afficher/Masquer

      Les chinois ont effectivement construit des lignes de trains, des TGV par exemple, ils roulent à vide le prix des billets étant top élevé. On appelle ça des investissements inutiles. Pour le transport des personnes, le train ne peut plus concurrencer l’avion au-delà de 400 kilomètres, à taxations et subventions égales, pour les marchandises c’est autre chose, mais du fait des ruptures de charge, le camion est finalement encore plus économique.
      En un mot, le train et la voie ferrée, c’est du passé. Pour le Lyon Paris, toutes les études économiques, sur le trafic possible, ont démontré qu’il ne serait jamais rentable. Mais il doit exister une autre raison cachée à la construction de ce tunnel sous les Alpes, mais pas pour les transports.
      Le tunnel sous la Manche n’est devenu rentable que lorsque plus d’un million de porteurs d’actions Eurotunnel se sont retrouvés avec du papier sans valeur. Ils ont été spoliés, grugés. Mais les ferries traversent toujours la Manche, et même de plus en plus, car leurs prix sont moins élevés, le tunnel sous la Manche, c’est pour les riches. Les lignes de TGV en France deviennent toutes les unes après les autres un gouffre financier sans fond pour la SNCF. La SNCF perd de l’argent avec ses TGV, ce qui était pronostiqué dans les revues économiques, journal Les Echos par exemple, depuis déjà trois ans. Mais RFF, Réseau Ferré de France, qui s’occupe des voies perd encore plus d’argent et n’a aucun espoir de voir un jour le bout du tunnel. Les lignes d’autocars longue distance d’un côté, les lignes aériennes low-costs de l’autre dégagent des bénéfices, et payent leurs impôts. Le train , c’est fini.


      • C Balogh Le 07 mai 2014 à 20h04
        Afficher/Masquer

        je n e partage pas votre avis, nous serons obligé de réduire la pollution, un train peut transporter l’équivalent de plusieurs camions, qui eux polluent à tout va, le train c’est l’avenir pour les marchandises.


      • Kiwixar Le 07 mai 2014 à 22h34
        Afficher/Masquer

        Le transport longue-distance de marchandises par camions ne sera bientôt (2018-2020) plus rentable à cause du prix du pétrole. Le train redeviendra alors indispensable et incontournable.
        Warren Buffett fait la même analyse, et “il met son argent là où est sa bouche” (investissements dans le rail) :
        http://www.forbes.com/sites/zackomalleygreenburg/2014/03/03/warren-buffett-is-still-bullish-on-rail-and-keystone/


      • Kiwixar Le 07 mai 2014 à 22h57
        Afficher/Masquer

        Les lignes hautes vitesse chinoises ne roulent pas à vide. Les trains sont archi-pleins sur les zones industrielles (Shanghai-Nanjing ou Shanghai-Hangzhou par exemple).
        Ensuite, le rail est un outil de développement du pays. Il n’a pas pour vocation d’être rentable initialement, surtout en ce moment avec le pétrole à un prix raisonnable. Il le sera rapidement avec un baril à 200$ ou 300$, quand les camions resteront au garage.
        Il a aussi fonction d’unifier le pays et de désenclaver certaines zones, par exemple pour la Chine avec la ligne de train récente qui va jusqu’au Tibet.

        On ne peut pas développer un pays avec un souci de rentabilité immédiate, il faut des plans à long terme étudiant l’impact général. Le rail va être (à nouveau) un mode de transport important à l’avenir..


        • olivier69 Le 08 mai 2014 à 10h25
          Afficher/Masquer

          Bonjour Kiwixar,
          Oui, et tous les gros investisseurs privés le savent. Pour la SNCF, on prépare surtout le dépeçage pour un partage entre copains….. Le tunnel est rentable à faible prix. Nous faire croire que le train, c’est fini ! On nous prend vraiment pour des idiots.
          Cdlt

          Bonjour Oskar,
          Comprenons : “les lignes aériennes low-costs de l’autre dégagent des bénéfices, et payent leurs impôts.”, Non, mais ? C’est de la promo….Pour sûr que c’est un recul social mais bien pire encore. Externalités et impôts réels ? Voyez plutôt ceci : Quelques avis de gueux qui vous feront le plus grand bien.
          https://www.amazon.fr/product-reviews/B009WJII7C!
          Alors le chapelet sur les riches dans le post est plus que suspect ! Limite mal honnête.
          D’autant que je vous rappelle, par ailleurs, vos propos odieux dans un récent billet. Oui, lorsque vous affirmiez que les populations russes ne sont pas organisées et travailleuses et que leurs dirigeants étaient tous “des sangsues, des profiteurs, pas des créateurs”.
          A cette occasion, vous ne m’avez pas répondu….Vous préférez sans doute la politique culinaire de Merkel à 1 euro de l’heure .
          Cdlt


          • Kiwixar Le 08 mai 2014 à 10h35
            Afficher/Masquer

            Train = avenir…
            … d’où l’intérêt stratégique pour les Zuniens de mettre la main sur Alstom…

            SNCF : une des manières pour les oligarques de récupérer les bijoux nationaux d’un pays (compagnie des eaux etc), c’est de faire nommer un directeur “incompétent” qui va rendre la société non-rentable. Après la privatisation (pas chère), la société redevient soudainement très rentable.


            • olivier69 Le 08 mai 2014 à 10h53
              Afficher/Masquer

              Oui Alstom bradé et dans des conditions pas claires (du tout ).
              Moins valorisé que WhatsApp par exemple ? Et en catimini avant les élections….
              ps : que croyez-vous que les événements en Ukraine vont annoncer pour les élections ? Si ce n’est la peur….


            • Oskar Lafontaine Le 08 mai 2014 à 19h19
              Afficher/Masquer

              Le train c’est pas l’avenir, c’est le passé pour l’unique raison que le kilomètre- passager en train est plus onéreux que le kilomètre-passager en avion quand on dépasse 400 kilomètres. En cause, avant tout les frais liés à la ligne, à l’infrastructure. Et plus le temps passe et plus l’avion devient plus rentable encore que le train. Les Etats-Unis n’ont pas de TGV, et tous les projets depuis une vingtaine d’années sont tombés à l’eau, pour cette raison de non rentabilité, et même de gouffre à milliards. Ce qui intéresse GE avec Alstom, ce sont les turbines à gaz, qui servent à faire voler les avions et à produire de l’électricité avec un très haut rendement dans un volume très réduit. Les turbines en effet, ont un bien meilleur rendement thermique, 50%, avec des taux de compression de plus de 30, que les moteurs diésels.


            • Oskar Lafontaine Le 08 mai 2014 à 19h25
              Afficher/Masquer

              Je vais en Angleterre plusieurs fois par an et je ne prends jamais le tunnel car c’est bien plus cher que le ferry.
              Le tunnel Lyon Turin aux conditions économiques actuelles et extrapolées pour les 20 ans qui viennent, ne sera jamais rentable, ça a été écrit dans la presse économique depuis des années déjà. Mais peut-être existe-t-il d’autres raisons, pour le réaliser, que de vouloir simplement y faire passer des trains.


            • olivier69 Le 08 mai 2014 à 23h45
              Afficher/Masquer

              Monsieur Oskar,
              vous dites : “pour l’unique raison que le kilomètre- passager en train est plus onéreux”, C’est vraiment une vision à court terme sans même considérer les gains indirects et l’évolution probable des coûts énergétiques. Mais pas seulement (voir la conclusion) !
              De plus, c’est l’obsession du coût sans tenir compte des externalités….Au fait, pour le tunnel, c’est rentable ou pas ? Faudrait savoir….
              Pour les Etats Unis, lisez donc ceci :
              http://www.resiliencetv.fr/?p=7728
              Et je ne parle pas de l’Acela Express : “Construit par le canadien Bombardier Transport et motorisé par Alstom sur le même principe que le TGV, l’Acela est un train pendulaire mis en œuvre par Amtrak et circulant sur le « Corridor Nord-Est » (Northeast Corridor) entre les villes de Boston dans le Massachusetts et Washington (district de Columbia). Contrairement aux TGV qui circulent sur une ligne à grande vitesse, l’Acela circule sur une ligne classique modernisée, ce qui ne lui permet d’atteindre que des vitesses commerciales de l’ordre de 170 à 180 km/h.”. Alors ? Et, les brevets d’Alsthom, vous en parlez quand ?
              Regardez ceci :
              https://fr.wikipedia.org/wiki/Acela
              Unique raison ?
              Que dites-vous de l’ambition américaine (pas les américains mais les élites qui se cachent derrière les firmes) de développer via l’ALENA, les lignes de transit tout azimut entre le Mexique et le Canada (routières, ferroviaires et aériennes) ? Et enfin, de contrôler le trafic européen in fine dans le cadre du traité transatlantique…
              ps : Comme je ne vous crois pas naïf, j’imagine malheureusement les intentions et les motivations qui vous animent.


            • olivier69 Le 21 mai 2014 à 21h42
              Afficher/Masquer

              Les turbines à gaz ?
              La surveillance de satellites: une « pépite » d’Alstom très convoitée…
              http://www.01net.com/editorial/620168/la-surveillance-de-satellites-une-pepite-dalstom-tres-convoitee/


  2. romain Le 07 mai 2014 à 09h37
    Afficher/Masquer

    C’est passionnant! On ne le dira jamais assez, mais merci de faire le travail qu’un journaliste digne de son rang aurait dû faire. Je remets le lien qui avait déjà été donné sur l’interview d’Olivier Berruyer par le cercle des volontaires:

    Partie1: https://www.youtube.com/watch?v=CLdZ3uJTdBI
    Partie2: https://www.youtube.com/watch?v=Mzbvw1GjbU8


  3. VladimirK Le 07 mai 2014 à 14h58
    Afficher/Masquer

    Dans la liste des oligarques, il n’y a pas Vitaliy Klitschko.

    Il est vrai que c’est un petit joueur, il est juste millionnaire officiellement, mais son cas reste néanmoins intéressant.

    Il vit la plupart du temps en Allemagne (ce qui aurait du lui fermer la porte de la Rada – cf constitution ukrainienne), est copropriétaire d’entreprises en Allemagne et aux États-Unis (même remarque), est député Ukrainien, mais ne déclare aucun revenu (ah si, 11204 UAH, soit environ 1000 euros en 2012, qu’il a donné à un orphelinat et donc déduit d’impôts) en Ukraine et donc n’y paie aucun impôt .

    Pas mal pour un politicien dont le cheval de bataille est l’anti-corruption (et je passe sur les financements de son partie par les CDU allemands et les partis US)


    • LEFEVRE Le 07 mai 2014 à 17h44
      Afficher/Masquer

      Il éprouverait aussi beaucoup de difficultés à s’exprimer en ukrainien car il ne le maîtrise pas.


      • C Balogh Le 07 mai 2014 à 17h50
        Afficher/Masquer

        ben, pourquoi donc se gênent-ils, il a pas un petit frère, un cousin, un fils, l’Oblabla, et hollande, et Merkel et Ashton à mettre au pouvoir en Ukraine, au moins, ça serait clair pour tout le monde.


        • Spipou Le 07 mai 2014 à 22h22
          Afficher/Masquer

          C’était lui qui était prévu au départ, jusqu’à ce qu’on s’aperçoive qu’il n’avait aucune chance d’être élu !


  4. FDS Le 07 mai 2014 à 17h37
    Afficher/Masquer

    Libération des 3 agents du groupe alpha !

    > http://actualidad.rt.com/actualidad/view/127437-autodefensas-slaviansk-intercambiar-agente-gobernador-popular-donetsk

    On va savoir, si Caroline Fourest disait vrai…

    Le ridicule ne tuant point, je suis curieux d’entendre la culbute


  5. Guillaume Le 07 mai 2014 à 18h06
    Afficher/Masquer

    Vous l’avez certainement vu, mais je trouve les graphiques tellement éclairants sur l’état des économies US et russe que je vous y renvoie:
    http://www.zerohedge.com/news/2014-05-07/russian-stocks-bonds-ruble-soaring-putins-diplomacy


  6. Daouda b kone Le 13 septembre 2014 à 16h19
    Afficher/Masquer

    au faite la Russie et les états unis sont les deux gros géant en terme de la puissance militaire mais il ne sont pas compatible par ce que USA cherchent son intérêt partout ou qu’il soit en face de tout les puissances émergent et considérable c’est ce qui me gène . si vous avez des precision pour moi? mr OSKAR et ROMAIN………………………………..


Charte de modérations des commentaires