Suite du billet précédent sur l’Ukraine
Index de la série

La situation linguistique est un indicateur puissant de la division du pays.

Le recensement de 2001, s’intéressant à la langue maternelle, montrait ceci :

Près d’un tiers de la population a eu le russe comme langue maternelle.

On note donc une très forte implantation du russe à l’Est du pays, sautant aux yeux en Crimée – qui a été une terre russe pendant deux siècles.

Au total, 30 % des Ukrainiens ont eu le russe comme langue maternelle

Voici la situation des langues parlées « à la maison » :

On constate que la langue russe (en tant que langue parlée au quotidien) est très étendue à l’Est…

… ce qui fait que la langue des discours officiels est très clivée dans le pays.

En croisant population ethnique et langues, on dresse ainsi le portait d’une Ukraine très fragmentée :

Dans la capitale, le bilinguisme russe-ukrainien demeure une nécessité car le nombre des russophones est légèrement supérieur au nombre des ukrainophones.

En conséquence, le soutien à l’officialisation de la langue russe est très fort à l’Est :

Voici en synthèse de cette longue étude les 5 Ukraines que nous pouvons discerner :

Les 5 Ukraines

À suivre dans le prochain billet sur l’Ukraine

Ce billet fait partie d'une série sur la situation en Ukraine. Il vise à donner des regards différents de ceux diffusés en masse par les grands médias, afin d'élargir votre champ de réflexion. [Lire plus]. Notre souhait est de sortir des présentations binaires "gentils / méchants", afin de coller de plus près à une réalité complexe. Nous rappelons enfin que par principe, nous ne "soutenons" aucun gouvernement nulle part sur la planète (et donc pas le gouvernement russe non plus). Nous sommes au contraire vigilants, tout gouvernement devant, pour nous, justifier en permanence qu'il ne franchit aucune ligne jaune. Mais nous sommes évidemment également attachés à lutter contre le deux poids 2 mesures, et à présenter tous les faits.

27 réponses à [U1-5] Comprendre l’Ukraine – Les langues

  1. FDS Le 01 mai 2014 à 02h47
    Afficher/Masquer

    25 mai : présidentielle
    15 juin : référendum

    > http://en.interfax.com.ua/news/general/203059.html

    Ah, mais c’est vrai, on “vote” dès le 11 mai dans le Dombass !

    > http://www.lemonde.fr/international/article/2014/04/30/ukraine-le-donbass-se-rallie-silencieusement-aux-prorusses_4409518_3210.html

    Enfin, d’après ce qui se dit.

    Il est juste regrettable de miser sur des élections, tout en faisant un maximum pour éviter quelles n’aient lieu, pour les court-circuiter, les saboter…

    (Faut-ils vraiment des liens pour cela ?)

    Tout en oubliant que c’est la majorité silencieuse qui trinque.


    • ANNA Le 01 mai 2014 à 07h48
      Afficher/Masquer

      FDS,
      Mais d’où vous sortez cette idée idiote, que Poutine ne veut pas d’élection ukrainienne ?
      Sachez, pour Poutine n’a aucune importance, qui sera le président de pays U. * A titre personnel, je crois que ça sera le milliardaire (!) Porochenko. Le corrompu de chez les corrompus. Le fait est, que toute économie de pays U. est entre les mains de Poutine. N’importe quel nouveau président, ira tout de suite négocier avec Poutine pour éviter la banqueroute de pays U. Et d’ailleurs, je peux vous dévoiler le plan “secret” de Poutine :
      Plus le président de U. sera anti-russe, plus ça arrange Poutine. Poutine aura plus d’arguments devant l’électeur russe, de mener le pays U. vers le crash financier. Et la parti du peuple du pays U, la quelle aujourd’hui est pro-européene, quand elle n’aura plus rien a bouffer, vite re-tombera dans les mains de Poutine.


      • Byk Le 12 juin 2014 à 20h27
        Afficher/Masquer

        …… ah oui c est vrais que le mec de sankt petersburg Poutine et sa clic du KGB ne sont pas du tout corrompu…. ce sont de blanche colombe dans un monde de brut …. oh exccuse moi de fasiste !!!!


    • raloul Le 01 mai 2014 à 10h47
      Afficher/Masquer

      Bonjour!

      Vous pensez sérieusement qu’un embrasement régional et une guerre civile de plus ou moins forte intensité soit un intérêt pour la Russie?
      Si vous êtes français, penseriez-vous qu’une guerre civile en Belgique puisse être d’un quelconque intérêt stratégique pour la France?

      Effectivement ça finit par quoi, selon vous? Un afflux de réfugiés en Russie, des relations commerciales anéanties durant la période de troubles, l’obligation d’intervenir militairement pour protéger ou rapatrier les citoyens russes (ce qui reste une opération délicate, incertaine pour l’appareil militaire russe, et en aucun cas le scénario “souhaitable” pour la Russie), etc… Non, franchement, je ne peux personnellement adhérer à cette thèse.

      Vous pouvez tout à fait critiquer Poutine ou la Russie et c’est bienvenu, mais il faut le faire pour les bonnes raisons et sur les thématiques où effectivement la Russie a encore un long chemin à parcourir.

      Nous verrons qui “sabotera” les élections en Mai… j’ai comme un vague préssentiment que des néo-nazis parvenus au pouvoir par un coup d’état acceprteront difficilement de quitter sereinement leurs postes en cas de défaite éléctorale…


      • FDS Le 01 mai 2014 à 11h54
        Afficher/Masquer

        Prenez le temps de lire cet article et l’analyse de Marie Mendras.

        > http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/ukraine-que-veut-vraiment-vladimir-poutine_1508680.html

        > http://marie-mendras.org/wp-content/uploads/2014/04/esprit_mai2014.pdf

        Deux mots de russe :

        MASKIROVKA et SPETSOPERATSIIA

        Si vous voulez approfondir…

        ( ps: merci aux modérateurs pour votre excellent travail ! )


        • Leterrible Le 01 mai 2014 à 15h40
          Afficher/Masquer

          ( Bis repetitat…désolé.)
          1)” ” “…“L’intérêt primordial de Poutine est de contrer le mouvement de démocratisation en cours en Ukraine [[ , on dirait que l’auteur fait du “Giuliani” faisandé..]] , d’empêcher la tenue de l’élection du 25 mai dans de bonnes conditions..[[ à mon avis , ici , l’auteur n’a pas tort puisqu’il s’agirait d’une consultation “nationale” et non “région par région”..donc , outre son pseudo-légalisme , aux résultats pour le moins très incertains…]].” ” ”

          2)” ” “…“Mais dites, moi, comme on est DÉMOCRATES nous, on est bien tous d’accord pour dire qu’il faudrait que, région par région, un referendum local décide de l’avenir de chacune”?…” ” “………
          ………………………….. O l i v i éééééééééééééééééééé éééé hé !!!??!!! HELP !


          • Spipou Le 02 mai 2014 à 00h26
            Afficher/Masquer

            Là, je suis assez d’accord avec vous, Le Terrible…

            Au point où en sont arrivées les choses, je ne suis pas sûr que des referendum régionaux règlent les problèmes. En plus, notre bien-aimée “communauté internationale” s’empresserait de dire que c’est illégal, et je pense que dans ce cas précis elle aurait raison : je ne crois pas que ce soit prévu par la constitution ukrainienne (la Crimée avait déjà un statut d’autonomie, ce qui n’est pas le cas des autres régions). Et dans la pratique, j’aurai plutôt tendance à penser que ça ne ferait qu’envenimer les conflits.

            Voir les deux cantons les plus russophones, où les électeurs (citoyens ukrainiens et non russes) ukrainophones et russophones sont presque exactement à 50/50 !

            L’urgence absolue me semble être d’abord de neutraliser ce gouvernement de fous illégal qui encourage maintenant la formation de milices armées régionales.

            Ensuite, il y avait une proposition, de Poutine je crois, qui était de faire participer tous les ukrainiens à la rédaction d’une nouvelle constitution qui serait soumise ensuite à referendum (national). Ca me paraîtrait plus “désescaladant”, dans un premier temps. Ensuite, voir si les ukrainiens votent pour une constitution permettant des referendum régionaux… C’est à eux de décider. Je pense que si ça débouche sur une fédéralisation du pays, ce serait une bonne chose, mais à chaud, comme ça, avec toutes les armes qui circulent de tous les côtés… Je ne le sens pas.

            Agir dans la légalité présente toujours un énorme avantage : une fois que les décisions sont prises dans les règles, elles ne peuvent pas être contestées.


          • gerard Colin Le 29 septembre 2014 à 11h24
            Afficher/Masquer

            Je crois que l’interet de Poutine serait qu’on arrete de mettre le bazar en Ukraine. Avec ou sans vote, que les ukrainiens cessent de se dechirer et de chercher des excuses a leurs malheurs ailleurs que dans la traitrise de leurs elites. A mon avis, Poutine a des soucis plus importants, comme par exemple la concurrence avec la Chine, l’Inde, l’Iran aux frontieres, l’indecision des dirigeants des pays d’Asie centrale.
            Pour les russes, la crise ukrainienne est une crise europeenne: l’incapacite de l’UE de suivre une ligne de cooperation avec la Russie des que les USA ou leurs groupes de manipulation de l’opinion se mettent en branle. Quand on pense que pendant 2 ans, on a inflige a chaque rencontre au sommet des questions sur les pussy riots sans parler du reste: gaz, spatial, automobile, agriculture, sante, religions, afghanistan….


        • olivier69 Le 01 mai 2014 à 17h49
          Afficher/Masquer

          Bonjour Leterrible,
          Au passage, un petit coup de pub, pour la régionalisation du reste du monde, N’est-ce pas ? Oui, celle qui est tellement désirée par les apôtres de la mondialisation.
          Donc, je pense que le message est claire pour la démocratie : Là, ou il y a des conflits alors le referendum est un élément d’inertie possible sinon les solutions existent (cf Belgique, merci Ebry). Comprenez- vous ?
          Les caractères gras dénotent chez vous la brutalité d’un massage. La jouissance d’un marketing cryptographique destinée à marquer les consciences ! .
          Ne vous énervez-pas, soyez courtois ! Nous sommes le premier mai.. Vous faites mal aux yeux mais pas que…….
          Cdlt


          • Leterrible Le 01 mai 2014 à 22h29
            Afficher/Masquer

            Bonsoir ,
            Vous n’aurez pas manqué de remarquer que j’ai repris deux paragraphes de l’intervention d’OB qui précède immédiatement (12h43) en utilisant les trois types de caractères typographiques que je maîtrise : “italique” pour reproduire fidèlement le texte commenté , [[“classique”]] pour clairement émettre un avis personnel sur le contenu exact suscitant,chez moi, réaction(en grasses donc) explicite.

            Désolé pour le coup de flash qui semble vous avoir gêné , mais il n’était guidé que par un souci de clarté.
            En effet je distingue nettement le contenu informatif des billets de la teneur des avis exprimés , fussent-ils ceux de notre hôte , surtout lorsque je suis persuadé qu’il se trompe ou qu’il fait preuve d’irréalisme manifeste…..ce qui ne manquerait pas de lui être reproché à l’une ou l’autre “occasion médiatique” future par ceux dont le but est de discréditer son travail.

            Serais-je seul de mon avis que je n’hésiterais pas à l’afficher ( quitte à faire amende honorable le cas échéant devant démonstration contraire…)
            Cela doit être une séquelle de mon enfance venant d’un certain J.de L. qui énonça si bien que ” tout flatteur vit aux dépends de….. “.
            Je me réjouis de vous lire bientôt à d’autres (meilleures?) occasions.
            Cdlmt.


      • perceval78 Le 01 mai 2014 à 16h53
        Afficher/Masquer

        Si j’étais Français , je penserais qu’une petite guerre civile au Luxembourg ne serait pas si mauvais que ça pour l’europe


    • Nicks Le 01 mai 2014 à 17h05
      Afficher/Masquer

      Mais le vote était déjà prévu lors de l’accord passé avec le gouvernement Ianoukovich et piétiné dès le lendemain sous le silence de plomb des dirigeants occidentaux. Si la situation avait été entérinée, nul doute que le vote du 25 mai se serait passé dans des conditions beaucoup lus sereines. Peut-être que cela ne plaisait pas beaucoup à la faction ultra-nationaliste, allez savoir…


  2. C Balogh Le 01 mai 2014 à 07h05
    Afficher/Masquer

    C’est ce qui se passe quand on dresse un chien au combat et qu’on ne domine pas le chien.
    Les USA ont aidé à la prise de pouvoir par les nazis et maintenant, ils ne savent plus quoi faire…..
    La situation leur échappe totalement, mais c’est sûr, à force d’appliquer partout le m^me scénario, zont oublié que les peuples avaient des caractéristiques différentes selon où ils vivaient, une histoire différente, etc..
    Mais c’est sûr qu’à force de considérer les hommes commes des choses faisant partie d’un troupeau, ils ne pouvaient que se planter….
    Les peuples trinquent et trinqueront toujopurs sous l’emprise de l’empire UEUSA!


    • perceval78 Le 01 mai 2014 à 16h51
      Afficher/Masquer

      @C.Balogh je ne pense pas qu’il faille utiliser l’image des chiens de combat mais plutôt celle des bouteilles d’alcool donnés aux tribus sioux . Evidemment , et par chance les indiens oglagla ami des sioux n’avaient pas 2000 têtes nucléaires , ça fait toute la différence


  3. ANNA Le 01 mai 2014 à 07h33
    Afficher/Masquer

    Once Upon a Time…les chiens ukrainiens, ils étaient les chiens ordinaires et parlait l’ukrainien. Mais depuis que Poutine a mis en place son plan diabolique, les chiens de l’Ukraine sont devenu les chiens ” séparatistes” et chantent l’hymne russe :
    http://youtu.be/mj-FSYBe-vo


    • Wilmotte Karim Le 01 mai 2014 à 13h14
      Afficher/Masquer

      Les Ukrainiens sont donc des génies des langues : en 2 mois, ils parlent le Russe.


  4. bergerpi Le 01 mai 2014 à 10h11
    Afficher/Masquer

    Merci bcp pour ce précieux travail.


  5. Wilde Jagd Le 01 mai 2014 à 12h54
    Afficher/Masquer

    Merci à Olivier Berruyer pour le travail considérable que représente ce dossier sur l’Ukraine.

    Dossier d’autant plus utile que la crise ukrainienne a déclenché une véritable tempête de désinformation…


  6. NeverMore Le 01 mai 2014 à 13h17
    Afficher/Masquer

    Chaque fois que je tape “Ukraine” dans la fenêre de recherche de mon navigateur, je me vois proposer d’abord et quasi exclusivement des articles du Monde (très orientés) …

    Ils paient pour être en tête de gondole ?

    Lassant .


    • vérité2014 Le 01 mai 2014 à 18h37
      Afficher/Masquer

      BHL a acheté tous les mots clés dans GOOGLE (rires)


  7. Theoltd Le 01 mai 2014 à 14h39
    Afficher/Masquer

    Ils SONT la gondole.
    Mais la gondole prend l’eau.


    • Kiwixar Le 02 mai 2014 à 00h15
      Afficher/Masquer

      Et les têtes de gondole (Oblabla, Mollande, Barroso, Van Fripouille) sont des têtes de noeuds…

      Etrange aussi la position atlantiste (quel beau mot, quelle sombre réalité) de Merkel, vraiment contre l’intérêt de l’Allemagne qui a un gros problème de transition énergétique.
      Plus de nucléaire, plus de gaz, va falloir sortir les vélos et mettre des petites dynamos dessus.
      Et vive le charbon (importé).


  8. Grin22 Le 01 mai 2014 à 21h43
    Afficher/Masquer

    Pas tout a fait vrai tout ca
    Les parties centrales de l”ukraine sonf fortemment russophone, Kiev inclu
    c’est tres rare de rencontrer quelqun a Kiev qui soit 100% ukrainophone voire impossible
    et meme dans les regions de l’Ukraine occidental y a plein de gens qui parle russe tres tres tres bien donc ces regions sont pas 100% ukrainophone, a parler proprement


  9. Spipou Le 02 mai 2014 à 00h06
    Afficher/Masquer

    C’est intéressant de comparer les deux cartes “Pourcentage de personnes de langue maternelle ukrainienne/russe en 2001” avec celles du billet [U1-3] Comprendre l’Ukraine – La population.

    Grosso-modo :

    – Dans les cantons de l’est, en particulier Lugansk et, je pense, Altchevsk, les locuteurs de langues russe et ukrainienne, mais de nationalité ukrainienne, sont quasiment à égalité.

    – Dans ces mêmes cantons, la proportion de nationaux russes atteint presque 40% ! Un tel pourcentage, ce ne sont pas des touristes ni des espions ! Je suppose que tous ces gens travaillent, participent à l’économie et à la vie locale, et sont probablement des gens nés là mais qui pour une raison ou pour une autre (une partie de la famille de l’autre côté de la frontière, par exemple, c’est fréquent) ont gardé la nationalité russe. C’est sur ces gens-là que le gouvernement auto-proclamé de Kiev a voulu s’assoir quand il a prétendu interdire la langue russe !

    D’autre part, on peut comprendre que des gens parfaitement intégrés à la vie de leur ville ou de leur région, mais qui ont des attaches à quelques dizaines de kilomètres, de l’autre coté d’une frontière récente, n’aient pas envie de rompre les liens ni d’un côté ni de l’autre. Liens qui peuvent être affectifs, professionnels, familiaux…

    De plus, même sans connaître l’économie du Donbass, on peut supposer sans grand risque de se tromper que les économies dans cette région sont fortement interdépendantes de part et d’autre de la frontière. Certainement beaucoup plus que vis-à-vis de l’Union Européenne !!!

    Cette frontière coupe des liens ancestraux, qui datent de bien avant l’Union Soviétique. Comment un gouvernement, qui est supposé connaître l’histoire de son propre pays, peut-il exiger de ses habitants – bon, ok, je ne peux pas écrire concitoyens puisque je parle ici des citoyens russes – qu’ils fassent un choix aussi brutal, aberrant et définitif ?


  10. R.C. Le 02 mai 2014 à 01h49
    Afficher/Masquer

    “Marie Mendras, chercheure (sic et re-sic !) au CNRS et professeure à Sciences Po” est comme à l’accoutumée viscéralement hostile à la Russie. Ce n’est pas sur elle qu’il faut compter pour avoir une vision large et objective de la situation ukrainienne.

    En gros, avec elle, c’est toujours “la faute à Poutine” !

    C’est finalement tellement plus simple, la politique internationale décryptée à l’aide de grilles d’analyse binaires. Plus les pixels sont gros, moins c’est compliqué à écrire (à la truelle, ça va plus vite qu’à la plume).


    • ANNA Le 02 mai 2014 à 08h38
      Afficher/Masquer

      Marie Mendras est une folle ! Aucun de ces pseudos-analyses sur la Russie, n’a été confirmé par la suite des événements. Depuis 12 elle est invitée comme “une spécialiste” de la Russie, avec un seul refrain – “Poutine a peur” ou “Poutine est seul”. C’est d’ailleurs elle qui disait sur tous les plateaux télés française de NE PAS VOIR “Pravii Sector” sur Maidan, alors que toutes les images la contredisent. Mme Mendras ment et croie a ses propres mensonges


Charte de modérations des commentaires