Tiens, comme ce n’est pas tous les jours qu’on débat avec une future ministre, je ressors mon échange du 4/1/2014 avec Sylvie Goulard sur BFM Business :

Partie 1 :

Partie 2 :

74 réponses à [2014] Débat avec Sylvie Goulard

Commentaires recommandés

koikoi koi Le 05 juin 2017 à 08h06

“Travail le dimanche payé double sur la base du volontariat…”
5 ans plus tard, ma femme travail le dimanche pour 10% de son salaire en plus, sur la base du “si t’es pas content la porte est par là”
Et on attend avec impatience le durcissement de la loi travail de Mr Macron pour savoir combien elle devra donner à son patron pour avoir le “privilège” de travailler le dimanche…

  1. patatufle09 Le 05 juin 2017 à 07h22
    Afficher/Masquer

    Je constate qu’à cette période le cac est à 4200 points. Aujourd’hui, le cac a pris 1100 points supplémentaires Olivier Delamarche a rejoint olivier Berruyer vers la porte de sortie de cette fabuleuse chaîne de propagande économique. Quoi de plus euphorisant que l’entre-soi à bavasser de la reprise, des bienfaits du quantitatif easing qui nourrit les marchés, et de jubiler sur les réformes françaises soutenues par Me Goulard et mises en place par notre beau président à grand coup d’ordonnance…le schtroumpf grognon n’a pas fini de ronchonner!


    • Surya Le 05 juin 2017 à 08h12
      Afficher/Masquer

      il y a longtemps y avait des invités intéressants chez nicolas doze, mais c’était il y a longtemps 🙂 le panel d’intervenants a été complètement rétréci en quelques années.


  2. DocteurGrosDois Le 05 juin 2017 à 07h40
    Afficher/Masquer

    Très belles passes d’armes dans la deuxième vidéo.
    Mais il est surtout frappant de constater que ce débat de 2014 aurait été exactement le même en 2017:

    – Le débat sur le travail du dimanche est toujours bloqué.
    – La Lettonie est plus que jamais un paradis fiscal et la lessiveuse de près de 1% des transactions mondiales en dollars.
    – L’Euro est toujours un monnaie unique sans État, et les convergences juridiques, fiscales, etc, ne sont toujours que des invocations.
    – L’Allemagne domine plus que jamais les politiques de l’UE, et pas une virgule n’a été changée dans les traités.


    • Jean-Luc Le 06 juin 2017 à 14h23
      Afficher/Masquer

      On ne peut changer une virgule des traités sans l’unanimité des 28 états, donc impossible, contrairement aux mensonges des candidats sauf un…


  3. Jean-Charles Le 05 juin 2017 à 08h00
    Afficher/Masquer

    L’oligarchie financière mondiale a réussi à placer ses émissaires aux plus hautes charges des Etats européens et surtout celui de Europe.

    Les partis nommés de droite-gauche n’étant plus, il faut considérer la verticalité du pouvoir. Déplacer le centre de gravité du pouvoir placé bien haut sous la coupole vers la base, en donnant de la voix au peuple par le droit de référendum constitutionnel et abrogatif.

    J’ai entendu dans l’interview ci-dessus qu’en Allemagne le droit de référendum n’est pas.

    Cui bono?


    • Nadine Le 05 juin 2017 à 14h39
      Afficher/Masquer

      Nos voisins les Germains viennent seulement d’entendre parler du Smic ! Et encore, à moitié du nôtre ! Et le travail des femmes, ils ne connaissent pas ou si peu…
      Alors pourquoi continuer de comparer avec nous ? Pour mieux nous gruger sans aucun doute. Alors je propose de revenir à l’âge de pierre, Buster Keaton en a fait un très bel exemple, pas par hasard d’ailleurs !


  4. koikoi koi Le 05 juin 2017 à 08h06
    Afficher/Masquer

    “Travail le dimanche payé double sur la base du volontariat…”
    5 ans plus tard, ma femme travail le dimanche pour 10% de son salaire en plus, sur la base du “si t’es pas content la porte est par là”
    Et on attend avec impatience le durcissement de la loi travail de Mr Macron pour savoir combien elle devra donner à son patron pour avoir le “privilège” de travailler le dimanche…


    • vlois Le 05 juin 2017 à 12h39
      Afficher/Masquer

      C’était évident qu’en banalisant le dimanche, il deviendrait un jour payé comme les autres, comme aux US. Mais bon, les braves gens croient encore au Père Noël et qu’il faut laisser la liberté au gens de choisir.


      • Nico 13 Le 05 juin 2017 à 15h26
        Afficher/Masquer

        Hé oui, c’est exactement ça. Au début, pour attirer les gens, tu “offres” une rémunération attractive. Mais une fois que tu as fait accepter le principe, derrière, tu fais tout pour que le Dimanche devienne un jour comme un autre.

        Pour justifier la baisse du taux de majoration des heures, tu sors l’excuse que vu que maintenant, les concurrents ouvrent également le Dimanche, il faut alors revoir le taux à la baisse.
        Bah oui, il faut préserver la COM-PE-TI-TI-VITE qu’on nous dit Mesdames et Messieurs.

        C’est exactement ce qu’il s’est passé chez Bricorama.
        Depuis le mois dernier, le taux de majoration appliqué est moins avantageux.
        Et ce n’est pas prêt de s’arrêter puisque avec la réforme Macron, l’accord d’entreprise prendra le dessus sur la convention.

        Donc du coup, si une entreprise dénonce un accord dont elle estime qu’il est avantageux pour le salarié, derrière, à votre avis, les autres entreprises du même secteur feront quoi ?
        Bah elles voudront engager des négociations et revoir à la baisse les avantages (voir même les supprimer).


        • Lutf Le 06 juin 2017 à 06h25
          Afficher/Masquer

          C’est ce que dénonçait Marine lors de son entretien raté avec Mac Ron qui n’avait pas hurlé ce fameux soir là d’avril.


      • calal Le 05 juin 2017 à 15h56
        Afficher/Masquer

        il y a toujours des choix a faire etdes consequences a assumer. premiere chose a faire:REFUSER d’aller faire des courses un dimanche. dans les journaux chez moi il y a des promotions pour chaque ouverture des magasins les jours feries: je n’y vais pas .

        notre billet de vote le plus important pour encore quelque temps c’est comment nous depensons notre argent.
        si les reformes abolition du cash et taux d’interet negatifs sur compte courant passent,on aura meme plus ca…


  5. Lysbeth Levy Le 05 juin 2017 à 08h19
    Afficher/Masquer

    Ah quelle horreur ! Il commence en dézinguant les syndicats qui ne veulent pas signer un “sale accord” contre les salariés ! Donc selon eux les syndicats doivent disparaitre et Sylivie Goulard entraine vers l’hyper-libéralisme ; horreur ces syndicats qui veulent des salaires a la hauteur, non au travail le dimanche, et le chantage a la culpabilité face au chômage, avec en + le travail du dimanche. Bravo à Olivier de défendre ce jour face aux “néo-libéraux” qui tendent vers l’esclavage humain, Si on devait remonter encore dans le passé, on verrai la dégradation des droits du travail, et de l’affaiblissement des syndicats par le lynchage médiatique. En fait pourquoi le “bricolage” c’était “un ballon d’essai” pour voir si l’Etat et le patronat arrive enfin à faire travailler tous les travailleurs le dimanche par extension. Depuis comme aux Usa le travail du dimanche est quasi imposé par “chantage interne” à l’entreprise, tu es libre d’accepter mais tu sera mal vu si tu refuses !


  6. Homère d'Allore Le 05 juin 2017 à 08h24
    Afficher/Masquer

    Il faut respecter l’adversaire.

    Sylvie Goulard est sans doute la plus compétente et, donc, la plus dangereuse des fédéralistes.

    Olivier s’est bien tiré du débat car, en face, c’était du lourd. Elle refuse les formules creuses à la Macron, n’hésite pas à assumer le viol du référendum de 2005, et tient à imposer son vocabulaire (libéralisme = liberté) aux contradicteurs.

    Hier, Fernand Le Pic et Slobodan Despot ont écrit une assez bonne analyse sur la montée des femmes dans les structures de l’OTAN.
    Cette analyse est disponible sur le site d’Antipresse mais il faut que laissiez votre adresse e-mail pour recevoir gratuitement la lettre d’information chaque dimanche.


    • DocteurGrosDois Le 05 juin 2017 à 11h46
      Afficher/Masquer

      Bien qu’elle n’y connaisse rien, Sylvie Panzer Goulard n’a pas été placée a la Défense par hasard.

      A priori pour connaître sa mission il suffit de revoir Jean Monnet, qui dans les années 50 faisait pression pour créer une intendance militaire commune et un service européen d’armement, pendant que l’Allemagne se réarmerait discrètement…

      D’autre part, c’est un ministère régalien qui peut être un marchepied pour la Présidence.


      • Dahool Le 05 juin 2017 à 14h07
        Afficher/Masquer

        Bonjour

        Tiens, n’est ce pas le souhait d’Attali que de voir une femme présidente en 2022 ?
        Quand on est aux manettes, on imagine des plans à long terme.
        Macron pourra se représenter si son image est préservée et qu’il a de sérieuses chances d’être réélu, ils ne sont pas encore devins, mais son travail qui ne sera pas populaire, il le fera.
        Au final, ce n’est pas grave s’il ne peut pas poursuivre, une autre pourrait prendre la suite, tout cela savamment orchestré par les médias.
        Un plan B existe déjà.


  7. DUGUESCLIN Le 05 juin 2017 à 08h46
    Afficher/Masquer

    Le problème de l’européisme, c’est qu’il y a des décideurs qui ne tiennent aucun compte des aspirations des peuples et qui, même, les méprisent.
    Il y a des pays d’Europe qui n’adhèrent pas à l’européisme et s’en sortent mieux. L’Islande par exemple et la Russie qui est la plus grande puissance d’Europe.
    Pourtant d’énormes efforts sont faits du côté des atlantistes pour empêcher le succès de ces pays souverains. La guerre financière et économique contre la Russie sous forme hypocrite de sanctions, n’empêche pas la Russie d’avoir un taux de croissance supérieur au nôtre.
    D’un côté il y a l’espoir et le progrès de l’autre le fatalisme et la régression. On y retrouve bel et bien la question de la souveraineté (espoir pour le peuple d’amélioration du niveau de vie) face à la mondialisation (fatalité impliquant une régression pour sauver une croissance qui ne concernera le peuple que d’une façon lointaine et hypothétique).


    • Thierry Le 05 juin 2017 à 09h47
      Afficher/Masquer

      Pourriez vous expliquer en quoi la russie s’en sort mieux que les pays membres de l’Europe ?

      0,4% de croissance en 2016 après 2 récessions, espérance de vie de 8 ans inférieur à la moyenne européeenne, salaires moyen 2 fois moindre, en fond de classement sur la liberté de la presse ou d’association, très fortes inégalités (indice de Gini record)….

      Perso je n’échangerais pas.


      • Kiwixar Le 05 juin 2017 à 10h23
        Afficher/Masquer

        Le taux de croissance est une statistique, qui est un des 3 types de mensonges (« les petits, les gros et les statistiques »). Si j’avais à choisir à m’installer dans un pays de l’UE ou la Russie, je pense que je choisirai le pays gros producteur d’hydrocarbures et bientôt autosuffisant au niveau alimentaire, plutôt qu’un des 27 pays qui n’a que dalle et dont l’espérance de vie de la population va prendre un gros coup de réalité au coin de la gueule dans pas longtemps. Les zombis sont bien présentés comme faméliques (yeux hâves et cernes).


        • Thierry Le 05 juin 2017 à 15h55
          Afficher/Masquer

          Le taux de croissance est celui du PIB, qui est fortement corrélé au pouvoir d’achat.
          Je suppose donc que vous êtes favorable aux politique d’austérité. C’est rare….

          Notez que l’europe peut être auto-suffisante en matière alimentaire.


          • douarn Le 05 juin 2017 à 19h00
            Afficher/Masquer

            Bonjour Thierry
            Pardon mais il me semble qu’il manque un paramètre dans votre affirmation. L’agriculture française a englouti 4,4 MTEP en 2012 (satisfait à 80% par les énergies fossiles). Ce secteur représente 18% des émissions de gaz à effet de serre (protoxyde d’azote (engrais), méthane).
            http://www.ademe.fr/entreprises-monde-agricole/reduire-impacts/maitriser-lenergie-exploitation-agricole
            http://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/energie-et-agriculture-en-france

            Dans le cadre actuel (agriculture intensive, spécialisée, très mécanisée et gourmande en capitaux) des pays européens développés, je crains que l’autosuffisance alimentaire ne soit possible que si l’énergie est disponible en quantité et bon marché. La Russie me semble mieux pourvu sur ce point. Pire le stupide embargo envers la Russie n’a fait que précipiter les choses : la Russie a réagit en mettant l’accent sur le développement de ses outils de productions agricole et a mit en difficulté notre agriculture.


            • Thierry Le 05 juin 2017 à 20h34
              Afficher/Masquer

              C’est exact.
              Mais on peut supposer que dans un monde post-pétrole que décrit Kiwixar, une part bien moins importante de la production agricole sera affectée à l’élevage. Il suffit de manger moins de viande pour assurer l’auto-suffisance alimentaire, et même produire des exédents énergetiques (voir le scénario de l’association Solagro: http://afterres2050.solagro.org/a-propos/le-projet-afterres-2050/

              Le problème reste bien sûr l’acceptabilité de ce monde par les citoyens. Je ne suis pas convaincu que “le peuple” dont parle Duglesquin accepterait d’échanger son pouvoir d’achat, son espérance de vie et sa liberté alimentaire contre celle d’un Russe.
              Mais c’est vrai qu’une propagante nationaliste peut aider.


            • douarn Le 05 juin 2017 à 21h59
              Afficher/Masquer

              une part bien moins importante de la production agricole sera affectée à l’élevage

              possible, mais pas sûr. Avant ~2025, je crains la délocalisation des productions agricoles et agro-alimentaire vers l’Est (Roumanie, Ukraine, …). C’est d’ailleurs ce à quoi me fait penser le ralentissement de l’agro-alimentaire Fr sous les coups de boutoir des allemands qui utilisent massivement les travailleurs détachés de l’Est. La première étape du processus?

              Afterres 2050 fait une synthèse/articulation intéressante des pratiques émergeantes (déspécialisation, résilience, AMAP, alimentation, …). Il me semble qu’au vu des problèmes qui pèsent sur les pratiques agricole/IAA actuelles, ce model devrait être envisagé sans attendre.

              Un truc “rigolo”, 4,4MTEP/an d’énergie fossile utilisé par l’agriculture Fr correspond à l’énergie alimentaire moyenne ingurgitée par l’ensemble des français : 4,7MTEP/an
              (2050 Kcal/j=8,5MJ/j=)2e-4TEP/j x 65millions de français x 365 j/an


          • Kiwixar Le 05 juin 2017 à 22h21
            Afficher/Masquer

            Je pense que les statistiques de taux de croissance en Otanie sont sérieusement bidonnées, grâce à la sous-estimation de l’inflation dont les données corrigent les taux de croissance d’une année sur l’autre. Sous-estimer l’inflation permet de contenir l’évolution des retraites, des salaires des fonctionnaires, et d’afficher une légère croissance. Tout benef pour les gouvernements.

            Comme les pilotes ou les astronautes, quand les instruments paraissent faux, regardez par la fenêtre ou le hublot. En Russie, ils mentent sans doute beaucoup moins sur leurs stats.


      • Anne de Kiev Le 05 juin 2017 à 10h23
        Afficher/Masquer

        Indépendance . Ne se laisse pas dicter sa politique ni extérieure ni intérieure . Fierté retrouvée . Société restée vivante grâce à sdes mseures efficaces d’incitation à la natalité et à la promotion des valeurs “traditionnelles” (famille , patrie , heu…travail) . Répression (très modérée) de la décadence des mœurs importée d’occident . Ce que Soljénytsyne appelait le purin de l’occident .Merci Poutine .


      • Babouchka Le 05 juin 2017 à 16h47
        Afficher/Masquer

        Le Russe vie très bien, il ne faut pas croire, tout ce que vous lisez ou tout ce que l’on vous dit.
        Je vais en Russie depuis 10 ans trois fois par an, et je constate une évolution époustouflante, les maisons, les voitures, l’allure des gens, la nourriture, les commerces les restaurants, et j’en passe, tout a évolués. De nombreuses subventions son disponible pour qui a un projet sérieux. Bien sûr cela dépend des régions comme chez nous, bien sur il sont conscient de la valeur de leur presse, comme chez nous, bien sur il savent que leur président n’est pas sans défauts, comme chez nous, ce n’est pas un peuple d’idiots, comme chez nous, ils ont des valeurs que je n’avais plus vu depuis longtemps chez nous, et surtout il sont rassurés et fier de leur pays, l’on m’a dit un jour si tu savais comme c’est bon d’être fier de son pays, comme l’on se sent bien. J’ai essaiyé de me dire ” je suis fière d’être française” je n’ai ressenti que de la tristesse de ne pas y arriver.


        • DUGUESCLIN Le 05 juin 2017 à 20h26
          Afficher/Masquer

          Je confirme ce que vous dites, puisque je vais moi-même en Russie plusieurs fois par an depuis plus de dix ans. Les changements sont réguliers et parfois spectaculaires.


      • DUGUESCLIN Le 05 juin 2017 à 20h20
        Afficher/Masquer

        Le taux de croissance d’après le premier trimestre 2017 devrait être de 1,7 et peut-être 2.
        Le taux d’endettement est très faible en Russie. Le nôtre ne fait que s’aggraver et devient insupportable. Ce sont le peuple et nos enfants qui paieront, mais les financiers seront sauvés.


  8. DUGUESCLIN Le 05 juin 2017 à 08h49
    Afficher/Masquer

    D’un côté les européistes qui affirment que nous n’avons pas le choix face à la mondialisation et de l’autre, les non alignés, qui, par leur souveraineté, maîtrisent leurs choix et progressent de façon visible, ce que les mondialistes se gardent bien de citer.


    • RémyB Le 05 juin 2017 à 12h57
      Afficher/Masquer

      si vous permettez, deux exemples pour infirmer ce que vous écrivez:
      les habitants de l’ex Yougoslavie ne vont peut-être pas tous être d’accord avec votre propos.
      et, en Amérique du sud, les vénézuéliens sont soumis à des pressions très fortes de la part
      d’un grand pays impérialiste du nord.

      juste pour conclure que l’indépendance (ou leur souveraineté)
      n’est jamais acquise définitivement.


  9. Vincentr Le 05 juin 2017 à 09h17
    Afficher/Masquer

    J’aime entendre parler des 1 million d’emplois si on baisse les charges en 2014.
    Et maintenant, en 2017, après le cice, le pacte de responsabilité, les lois macron et el khomri, bref tout ce que le médef à demandé et peut-être même un peu plus, on en est où au niveau du chômage ? Combien d’emplois ont été créés ?
    Quand est ce que nos chantres du libéralisme se déciderons à regarder en arrière et faire le bilan de leurs politiques en terme d’emploi, de pauvreté, de casse sociale et de l’accroissement des inégalités ?
    Personnellement, depuis 2014, je n’ai vu que l’augmentation du chômage et des dividendes versés par le cac40, y aurait-il un rapport ? …


    • Chris Le 05 juin 2017 à 13h27
      Afficher/Masquer

      Ces mesures n’ont rien à voir avec l’acquisition d’emplois, mais avec la restauration des profits des multinationales/transnationales mis à mal par la politique du taux zéro et une économie atone.
      Elles ne sont que des instruments pour mieux pomper la richesse encore produites localement par la base.
      Elles auraient un sens dans le cadre du protectionnisme, mais ce seul mot donne des vapeurs aux ploutocrates de Bruxelles si j’en crois le dernier G7 !


  10. yann35 Le 05 juin 2017 à 09h22
    Afficher/Masquer

    Saubot : ” l’euro est un pari sur l’avenir …” , comme au casino alors, où la banque gagne toujours. Et si je veux sortir du casino, je n’ai pas le droit ? L’UE est un casino à l’envers, on force les joueurs à rentrer et on les empêche de sortir …demandez aux grecs qui font la plonge actuellement.


    • vlois Le 05 juin 2017 à 12h41
      Afficher/Masquer

      L’endettement est aussi un pari sur l’avenir, les intérêts devrant être servi par la croissance.
      Jusqu’au jour où les taux d’intérêts négatifs sont arrivés !


  11. Gata Le 05 juin 2017 à 09h31
    Afficher/Masquer

    La comparaison de la vidéo entre le communisme et l’européisme est pertinente. Sylvie Goulard semble être une extrémiste. Je ne comprends pas cette surmotivation à vouloir faire disparaître des pays millénaires. Ce n’est même pas pour une raison économique ou politique puisque la zone euro est sous-performante économiquement militairement et diplomatiquement.

    En étant taquin, je la comparerais aux bourguignons pendant la guerre de 100 ans. Et maintenant elle est ministre aux armées. Inquiétant…


    • Eric Le 05 juin 2017 à 12h02
      Afficher/Masquer

      “Je ne comprends pas cette surmotivation à vouloir faire disparaître des pays millénaires.”
      C’est pourtant simple, comme d’autres démolitions et destructions c’est supprimer TOUT ce qui freine et limite l’ultralibéralisme…plus de limite !


      • Nico 13 Le 05 juin 2017 à 18h30
        Afficher/Masquer

        Pour ça que je pense que tôt ou tard, on aura droit au revenu universel.
        Ça sera justement cet outil qui permettra aux libéraux de privatiser tout et n’importe quoi qui existe sur cette planète.
        Et puis, ça permettra également de faire passer la pilule concernant l’uberisation d’une multitude de métiers.

        Mais le pire là-dedans, c’est qu’avec un revenu universel, ils pourront couper court à n’importe quel débat (du genre : Est-ce qu’on doit revoir les conditions de production et de consommation ? Est-ce qu’on doit arrêter de vouloir constamment tout tirer vers le bas pour produire n’importe quels trucs du moment que c’est pas cher ?…).
        Enfin bref, avec un revenu universel, nous n’aurons plus qu’à la boucler, car après tout, on nous versera x € / mois sur notre compte…


  12. Ardéchoix Le 05 juin 2017 à 09h52
    Afficher/Masquer

    Mon programme:
    Des semaines de 9 jours avec deux jours non travaillés.
    Créer la route du Bombyx du mûrier afin de concurrencer celle de la soie.
    Votez Ardéchoix 😎


    • RGT Le 05 juin 2017 à 10h01
      Afficher/Masquer

      Vous êtres réellement “révolutionnaire”…

      Le calendrier révolutionnaire comportait une semaine de 10 jours avec un seul jour chômé.

      On comprend bien qui tenait les rennes durant la “Révolution”…


      • vlois Le 05 juin 2017 à 12h43
        Afficher/Masquer

        Privatisation des Communaux et des Biens des l’Eglise et des Aristocrates par vente à vil prix aux fortunes bourgeoises. Oui c’est la Révolution Bourgeoise, finalement le passage des biens entre les mains des Bourgeois.
        Le premier point qui est la privatisation des biens communs a enclenché la guerre de Vendée.

        Si on extrapole à notre époque, on subit le même phénomène par la capture des biens nationaux et communs (hôpitaux, services sociaux, etc.) par les puissances d’argent internationales. D’où la destruction des Nations nécessaires et l’endettement forcené par la capture du droit régalien de posséder sa monnaie (oui il y en a qui diront que c’est plus complèxe, mais je décrit les motivations des oligarques).


  13. RGT Le 05 juin 2017 à 09h53
    Afficher/Masquer

    Après tout, si le travail 7 jours sur 7 et 12 heurs par jour est aussi fabuleux je me demande pourquoi ceux qui le prônent ne commencent pas à se l’appliquer à eux-mêmes pour commencer.

    C’est quand-même délirant que les défenseurs de “mesures progressistes” ne soient JAMAIS concernés par ces mêmes mesures.

    Pour donner l’exemple, je propose que tous les sinistres de la “bande à Manu” bossent 16 heures par jour, 365 jours par an afin d’être en accord avec leurs idéaux.

    Ils pourraient AUSSI se sacrifier pour baisser le budget de l’état en votant une loi qui plafonne le montant TOTAL de TOUS leurs mandats et indemnités à celui si “mirifique” du RSA (536,78€) et bien sûr sans possibilité de bénéficier des APL ou de la CAF pour arriver à un équilibre rapide des comptes publics.

    Pendant qu’on y est, les grands patrons du Caca-rente pourraient aussi verser la différence entre leurs revenus et le RSA à l’état pour renflouer les caisses.

    Ils disent TOUS qu’on vit “Royalement” avec un RSA.


    • Vincentr Le 05 juin 2017 à 10h31
      Afficher/Masquer

      D’un autre côté, certains donnent déjà l’exemple en ayant plusieurs emplois (bon ils sont pas payés au smic mais c’est un début non ? …)


    • Jac Le 05 juin 2017 à 11h29
      Afficher/Masquer

      Oui, ils disent aussi que ce qui “bénéficient” du RSA (comme si la survie était un bénéfice) en profitent… Les grands patrons avides de profits devraient essayer pour voir quel profit ils en tireraient. Le pire, c’est que nombreux Français disent la même chose.
      Le “travail pour tous” est l’argument principal des revendications sociales, normal que tout gouvernement de droite comme de gauche en fasse son argument majeur.
      Or “travail pour tous” : c’est ce qui existait au temps où de nombreux humains travaillaient dans les exploitations agricoles, mines ou usines comme des bêtes de somme (bcp parmi ceux qui revendiquent le travail pour tous connaissent les conditions de travail en usines ou dans les campagnes pour les “gens sans terre”, où des centaines voire milliers de personnes travaillaient à la chaîne ou aux champs ?). Travail pour tous : comme dans les pays où on délocalise : hommes, femmes, enfants, personnes âgées : tous ! Bcp les ont vu travailler dans ces pays lointains ?
      Le seul “profit” du RSA c’est le temps libre. Et ça, plus personne ne connait qui vante les mérites de tjrs + de profits…. Temps libre : seule vraie richesse. C’est pour ça qu’ils sont jaloux, eux qui ne peuvent en profiter que quand ils sont vieux et usés….


  14. Olympi Le 05 juin 2017 à 10h05
    Afficher/Masquer

    Visiblement cette femme considère le vote du député supérieur au vote du peuple, elle n’est donc pas démocrate mais oligarque.


    • jim Le 05 juin 2017 à 11h33
      Afficher/Masquer

      Mmmh, c’est un peu plus compliqué que cela, et votre manière de présenter la chose en mettant seulement l’accent sur l’axe oligarchie met de côté bien d’autres dimensions du problème, par exemple : aristocratie, timocratie, élu “supérieur” à lambda une des tares du logiciel républicain dit au passage, méritocratie, élitisme, représentation, directe referendum ou pas, etc

      L’idée de caste soit disant élite, méprisante suffisante et surestimée entre soi,
      opposée à la masse d’une population pas si idiote que cela et légitime en démocratie,
      me semble plus synthétique, et opérationnelle.

      Reste bien entendu à définir le comment institutionnaliser une démocratie de qualité et qui repose sur le b a ba principiel suivant : lambda vaut autant que tout autre quand ikl s’agit de décider des choses publiques ET empêcher une caste partie du peuple de se former et de monopoliser le pouvoir à travers des institutions est l’enjeu.


      • Jac Le 05 juin 2017 à 14h17
        Afficher/Masquer

        “Reste bien entendu à définir le comment institutionnaliser une démocratie de qualité et qui repose sur le b a ba principiel suivant : lambda vaut autant que tout autre quand ikl s’agit de décider des choses publiques”

        Là est vraiment le problème, et je ne suis pas sûre que ce soit seulement dû au “libéralisme” de notre époque. J’ai déjà essayé de lancer des débats sur un site d’information ne concernant que les intérêts publics (dont : proposer des idées concernant tout un chacun) : grand flop. A l’inverse de pétitions par ex que j’ai lancées avec grand succès spontané sur (exemple) : exiger de se faire rembourser …etc . Et dans toute réunion publique (y compris réunions de parents d’élèves), les seules personnes qui interviennent ne le font que pour ce qui les concerne exclusivement… (parfois même, dans les réunions de parents d’élèves, plus le parent que son propre enfant…) Les seuls débats où les participants n’interviennent pas que par intérêt égoïste sont ceux qui concernent une catégorie d’individus (exemple grévistes) souffrant tous des mêmes problèmes bien distincts ou défendant les mêmes intérêts.


        • Jac Le 05 juin 2017 à 14h21
          Afficher/Masquer

          suite :

          Or une démocratie, c’est en principe les intérêts d’une majorité de personnes primant sur les intérêts particuliers minoritaires…. Comme nous n’avons pas tous les mêmes besoins au même moment (quand bien même pour les besoins fondamentaux nous avons tous les mêmes), comment faire ?
          Les droits sociaux ont été acquis grâce aux masses ouvrières crevant la dalle communément (mais ne rêvant pas tous des mêmes choses). Mais aujourd’hui toutes les “masses” sont séparées en spécialisations créant chacune des besoins spécifiques. Quand les besoins fondamentaux sont à peu près assouvis pour la majorité, alors chacun plaide pour son seul intérêt particulier et sa seule conception d’une “démocratie de qualité”…


          • jim Le 06 juin 2017 à 09h26
            Afficher/Masquer

            Vous regardez ce qui sépare les gens.
            Regardez plutot ce qui les unit, du moins ce qui unit une grande majorité d’entre eux : des besoins de nature “psychologique”, des constats effectués et partagés, des colères et mépris exprimés plus ou moins mais bien réels et remontés du terrain.


            • Jac Le 06 juin 2017 à 11h24
              Afficher/Masquer

              Ce qui unit est mon “sacerdoce” (profane). Mais on ne peut voir ce qui unit si on ne distingue pas ce qui sépare. Je pense que c’est en recherchant ce qui sépare qu’on découvre le mieux ce qui unit. C’est ainsi qu’ont agi toutes les religions auxquelles je m’intéresse depuis longtemps. Je m’efforce de voir les différences entre ce qui sépare et ce qui unit, pour ne pas être de ces “suiveurs” souvent mus par une certaine sensiblerie (plus que sensibilité) et être responsable de mes propres actes dans une société où je suis partie prenante. C’est mon point de vue, pas un docte.


            • jim Le 06 juin 2017 à 13h25
              Afficher/Masquer

              Quand je considère les choses comme la démocratie, la société, les différences d’intérêts et les aspirations communes, bien que je ne dédaigne pas la philosophie, je m’attache toujours à conserver les pieds sur terre.
              ->
              des besoins de nature “psychologique” (Maslow et plus), des constats effectués et partagés (sur le “il y a quelquechose qui ne va pas”, plus ou moins délimité et précisé selon les personnes et leur réflexion plus ou moins poussée), des colères et mépris exprimés plus ou moins mais bien réels et remontés du terrain (rapports de préfectures et de mairies, enquêtes d’opinion, promenades de lassalle, etc).


            • L'illustre inconnu Le 06 juin 2017 à 14h37
              Afficher/Masquer

              Avec ce que macro veut faire du droit du travail avec des règles différentes dans chaque entreprises, ça ne peut qu’au contraire limiter les droits, grèves etc que seul le poids de l’union des salariés peut arriver à faire avancer.

              Diviser pour mieux régner, un grand classique toujours d’actualité.


    • vlois Le 05 juin 2017 à 12h51
      Afficher/Masquer

      C’est du Sieyès (ou même du Thiers) dans le texte : La République ne serait être une démocratie, elle est conservatrice et bourgeoise.
      J’ai l’impression d’avoir des types et des réflexions qui n’ont plus évoluées depuis le XVIIIème Siècle.


      • jim Le 05 juin 2017 à 14h05
        Afficher/Masquer

        Bis…
        Ce qui animait des gens comme Sieyes, ou Condorcet, était l’état d’esprit élitiste, et non pas cette question de conservatisme et de bourgeoisie en fait.
        Il entendait bien conserver dans les système en cours de création le primat d’une caste d’élites dans l’accession aux pouvoirs d’écrire les lois et de gouverner, les lambda non fiables étant sous bonne garde et de toute façon ils voteront comme les “notables” le leur diront.
        Cela fut possible, et a été fait.

        De nos jours, c’est une autre question. Le niveau général des populations est infiniment supérieur, les erreurs et médiocrités des soit disant élites apparait au grand jour et internet y contribue largement, entre autres facteurs nouveaux.

        Il faut se méfier, donc, comme de la peste de certaines “associations” et certaines personnes imprégnées de cet état d’esprit ultra pyramidal et soit disant méritocratique, qui en appelent au vote et à République comme dogmes, prétendent faire des constituantes et constitutions démocratiques par le peuple tous mots qu’elles anonnent à en donner la nausée tant leur motivations réelles sont le contraire de ce qu’elles anonnent.


        • vlois Le 05 juin 2017 à 15h15
          Afficher/Masquer

          C’est le point de vue de Thiers que je vous propose et il est factuel et honnète à mon avis lorsque lui-même se rallie peu à peu à la République.
          Peu lui importe la nature du régime pourvu qu’il respecte les intérêts des possédants. Il déclare le 13 novembre 1872 devant les députés : « La République sera conservatrice ou ne sera pas


          • jim Le 05 juin 2017 à 20h50
            Afficher/Masquer

            Possédants? Le mal républicain est bien plus large. Ceux qui visent les honneurs sont aussi anti démocratiques que ceux qui visent la conservation de leurs biens. Marx est incomplet quand il. s’agit de penser démocratie et a-démocratie. Quant aux bêlants pseudo marxistes qui ne l’ont souvent pas lu, ce sont des boulets carrément.


  15. jim Le 05 juin 2017 à 10h13
    Afficher/Masquer

    Sur cette question de l’UE, comme sur la plupart des questions et des crises, j’en suis arrivé à la conclusion que le clivage le plus important est entre démocrates et aristocrates&oligarques, et que l’absence de démocratie de qualité est la cause principale des erreurs et des malheurs.

    Sylvie Goulard représente à la perfection cette caste qui se considère comme élite, aristos, et entend décider seule et sans se soucier de l’avis de la majorité des populations, car elle serait sachante, savante, compétente, et que la majorité des populations seraient incultes, ignorantes, soumises aux démagogues et “populistes”.

    Et c’est le cas devenu quasi généralité en occident, la France étant particulièrement atteinte à cause de son logiciel “républicain”, idée que je ne développe pas plus ici.
    Autre cas récent de sans peuplisme : https://ruptures-presse.fr/actu/referendum-pietine-pays-bas-ratification-traite-association-ue-ukraine/

    La dénonciation de l’aspect non démocrate, antidémocrate, des Goulard et consorts, mais aussi celle des systèmes politiques en cours, la mise en avant du mépris que cela constitue pour “les gens” de la part de la caste des soit disant élites, la confiance donnée aux gens lambda, et la proposition de réformes politiques et institutionnelles profondes remettant en cause les formes pseudo démocratiques actuelles, sont je crois des pistes à privilégier.


    • SanKuKai Le 05 juin 2017 à 13h52
      Afficher/Masquer

      Je suis tout à fait d’accord.
      Mais, si vous passiez à la TV (ou si vous demandez autour de vous), voici les arguments “imparables” qui seraient mis en face des votres sur le clivage entre démocrates et aristocrates&oligarques:
      “Vous dites n’importe quoi, on est en démocratie, puisqu’il y a des élections”.

      C’est d’ailleurs l’argument de N.Sarkozy lorsqu’il s’est assis sur le Référundum de 2005. En substance et en résumé : “les français ont voté pour moi, Il savaient que j’avais fait campagne pour le Oui, mon élection a valeur de nouveau référendum”.


  16. Jac Le 05 juin 2017 à 11h00
    Afficher/Masquer

    C’est très intéressant de revoir un débat concernant une nouvelle loi et de comparer ensuite avec les résultats de cette loi (ce débat en l’occurrence avait commencé dès le gouvernement de M. Jospin ) :
    argument principal du gouvernement : créer des emplois.

    Constat : cela n’a pas créé plus d’emplois mais a permis aux grandes enseignes de faire plus de profits.
    Pourquoi ? Parce que les salariés du dimanche de ces grandes entreprises commerciales restent ceux qui y travaillent la semaine et que ces grandes enseignes se sont contentées de diviser les tâches du personnel autrement, en confiant un peu plus de tâches à son personnel existant dans un même temps de travail, ou un peu plus de rémunération dans un temps de travail augmenté = pas plus d’emplois.

    Quant à l’argument de O. Berruyer : très pertinent.
    Au moins un jour férié par semaine obligatoire permet ce qui réunit : le sport, les manifestations artistiques, les retrouvailles familiales …etc. Mais l’argument où l’on ne consomme pas le dimanche férié ne tient pas : les manifestations sportives ou artistiques sont généralement payantes (faut bien qu’artistes et clubs sportifs vivent), les déplacements d’une famille à l’autre impliquent de + en + souvent un coût (transport en commun ou carburant) tant les familles sont de + en + disloquées et dispatchées, et (à part les offices religieux gratuits) la plupart des évènementiels dominicaux sont accompagnés de foires qui incitent à la consommation. Seul bémol : ce ne sont pas les grandes enseignes qui en profitent, et rien que ça : ça fait du bien…


  17. placide Le 05 juin 2017 à 11h53
    Afficher/Masquer

    Il y a du mépris dans l’appellation “schtroumphs grognons” comme dans les “déplorables” de Mme Clinton


  18. 20-100 Le 05 juin 2017 à 11h56
    Afficher/Masquer

    La position pro-européenne de Mme Goulard est caractéristique : jouant tantôt la moquerie , tantôt du dédain pour son adversaire.Elle rejette un système politique privilégiant le referendum et considère que la France est engagée par des traités qui lui ont été imposés, soit. A noter au passage qu’elle ressort la fable des traités de Lisbonne et de Nice, le second n’ayant soi-disant rien à voir avec le premier.

    Les gens modernes “hype” sont ceux qui passent leur vie à réformer, même s’il n’en maitrisent pas les conséquences, même si les choses fonctionnaient avant. Les gens, les vrais, révolutionnent, lancent des monnaies uniques défont les états et puis gèrent les catastrophes en criant “gare aux rétrogrades!” In fine ces européistes se résument à un terme : grandes gueules.

    Sire, le peuple souffre mais qu’importe tant que les grands réformateurs dirigent de leur main moderniste en promettant de jours meilleurs. Comprennent-ils souffrance populaire ces politiciens déconnectés? Il sont l’équivalent des généraux de la première guerre mondiale, grassement nourris à l’abris des obus ennemis ils faisaient fusiller leurs soldats qui ne montraient pas assez d’ardeur au combat… et ce sont encore bien leurs noms qui souillent les grandes avenues, les gares et autres monuments.


  19. Ruoma Le 05 juin 2017 à 12h24
    Afficher/Masquer

    BFM télé dans ses œuvres…
    C’est édifiant de voir cet échange dans lequel le présentateur est ostensiblement partisan et entouré de deux intervenants qu’il soutient favorables au dogme libéraliste, pendant qu’un seul invité tente de défendre, avec talent et arguments, un avis contraire.
    Et c’est avec de tels procédés que nos “grands” médias parviennent, après deux quinquennats consternants et à grands coups de promotion incessante et unanime, à faire élire justement le pion de l’oligarchie qui ne propose rien de moins que d’amplifier ce qu’ont fait ses deux prédécesseurs.
    C’est sûr qu’avec la même idéologie, les mêmes solutions et les mêmes personnages, nous allons réussir à résoudre les problèmes de notre pays !


  20. BA Le 05 juin 2017 à 12h25
    Afficher/Masquer

    Qui est Sylvie Goulard, la nouvelle ministre des Armées ?

    Proche de l’épiscopat, cette chrétienne-démocrate, mère de trois filles, a défendu l’accueil des réfugiés en Europe et l’ouverture au monde au nom “des exigences de l’Evangile”.

    http://actualites.nouvelobs.com/politique/20170517.OBS9531/10-choses-a-savoir-sur-sylvie-goulard-nouvelle-ministre-des-armees.html

    N’importe quoi.

    Les européistes, c’est vraiment n’importe quoi.

    Ils préfèrent détruire la France que remettre en question leur dogme.


    • Surya Le 05 juin 2017 à 13h30
      Afficher/Masquer

      sur twitter ses anciennes citations sont ressorties “je ne me sens pas française” et sur le fait que le “député européen ne s’adresse pas au petit peuple français”


    • SARTON Bernard Le 05 juin 2017 à 14h49
      Afficher/Masquer

      Goulart en effet est l’exemple type du marketing européen . Souvent invitée à BFM pour défendre l’Europe anglo-saxon-allemande au détriment de la France et de son histoire millénaire , cette femme est un danger pour notre pays et son indépendance . D’ailleurs nos militaires s’en méfient car ils ne veulent pas être sous la botte allemande dont nous connaissons les exactions passées au cours des guerres que cette nation nous a imposé . De Gaulle était vigilant à cet égard malgré les pressions américaines qui ont recyclé de nombreux nazis pour combattre les progressistes européens y compris allemands . Goulart avec Macron veut nous enchaîner au “boulet” européen pour une nouvelle guerre contre les russes afin d’imposer l’ordre capitaliste des multinationales d’une manière définitive . Aux peuple européens dont le peuple Français de réagir avant qu’il ne soit trop tard !!!!


      • Eric Le 05 juin 2017 à 16h30
        Afficher/Masquer

        Certains répondront qu’il n’est jamais trop tard… Certes mais n’est-il pas déjà trop tard par rapport au fait que les choses étant bien ancrées il va être très très difficile d’arrêter l’élan de tout ce système mis en place progressivement depuis longtemps mais qui s’accélère éhontément. Ils ne se retiennent ni ne se cache même plus: «Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens.»…!!!
        Les lois anti sociales et liberticides votées ces 10 dernières années ont démultipliées le pouvoir qu’ils avaient déjà avec l’argent…
        Mon sentiment c’est que plus on attend plus cela deviendra très difficile voir quasiment impossible de revenir en arrière et/ou de les contrer.


  21. Vladimir K Le 05 juin 2017 à 12h28
    Afficher/Masquer

    Lors d’une rencontre à Science Po, sur le Brexit, avec Cohn Bendit et Macron, elle bat des records de mauvaise foi

    https://www.youtube.com/watch?v=YpepPyhcYO8


  22. BA Le 05 juin 2017 à 12h32
    Afficher/Masquer

    – En juin 2016, le Groupe Bilderberg avait sélectionné deux personnalités politiques françaises. Quelques mois plus tard, ces deux personnalités politiques ont été placées aux postes clés :

    Edouard Philippe est devenu premier Ministre.

    Sylvie Goulard est devenue ministre des Armées (C’est nouveau. La France n’est plus une nation. La France est devenue une région d’un ensemble plus vaste : l’Union Européenne. Donc on vient de supprimer la Défense nationale. Normal : il n’y a plus de nation.)

    – En juin 2014, le Groupe Bilderberg avait sélectionné deux hommes politiques. Là encore, ils viennent d’être placés aux postes clés :

    Emmanuel Macron est devenu président de la République.

    François Baroin est devenu chef de l’opposition.

    – En juin 2017, le Groupe Bilderberg n’a plus du tout besoin de sélectionner des hommes politiques français : ils ont déjà placé leurs pions.

    En juin 2017, l’accent est donc mis sur les journalistes, les éditorialistes, les faiseurs d’opinion.


  23. Christian gedeon Le 05 juin 2017 à 12h36
    Afficher/Masquer

    Compétente? Peut être…bosseuse? Ben elle est payée pour théoriquement ! Mais alors germanophile est un euphémisme en ce qui la concerne…fascinée par l’ordre allemand! Ein Reich,ein bank,ein führer in.


    • vlois Le 05 juin 2017 à 15h12
      Afficher/Masquer

      Mata Hari a été fusillée pour moins que ca 🙂 Effectivement, son positionnement est loin d’être équilibré envers la France. Comme disait Monnet, la France n’est pas un pays mais un giratoire (on dirait du Macron !)

      Sylvie Goulard :
      Croix du mérite de la République fédérale allemande (2003)
      Officier de l’Ordre fédéral du Mérite de la République fédérale allemande (2015)

      Sur son site ont disparu d’autres marqueurs que j’avais vu en 2014 qui m’avait confirmé son positionnement peu mesuré en faveur d’un certain pays sur tous ceux de l’Union comme la Fondation Bertelsmann comme d’autres nostalgiques (d’inspiration Chrétienne démocrate à la Schumann, Bayrou, etc.) du Saint-Empire Romain germanique et de Charlemagne…


  24. Sun Tzu Le 05 juin 2017 à 22h39
    Afficher/Masquer

    Dans beaucoup de commentaires, je lis que «l’UE c’est l’Allemagne». C’est vrai, mais si on voit l’étendard noir-rouge-or, il faut aussi voir que c’est l’Oncle Sam qui le tient… L’Allemagne bénéficie beaucoup de l’UE car l’euro équivaut au Mark, et que nous sommes privés de dévaluation monétaire pour compenser sa puissance exportatrice. En outre, l’UE a imposé à l’Allemagne une politique monétaire restrictive au moment où elle devait absorber la RDA, son économie repose sur un tissu de TPE/PME alors que l’UE favorise les grands groupes. Plus grave, ses excédents commerciaux déments (qui menacent l’UE elle-même) ne peuvent même plus être compensés par la consommation car pour bcp d’Allemands, précarité + salaires de misère sont la règle…

    L’Allemagne est occupée idéologiquement, voire militairement (rapports tincestueux entre la CIA et le BND) par les USA since 1945, à long terme la construction européenne ne bénéficie qu’à eux seuls.


    • Subotai Le 06 juin 2017 à 05h01
      Afficher/Masquer

      L’Union Européenne c’est la tentative d’un Nouveau Saint Empire Romain Germanique – Un classique. Les USA sont un paramètre “moderne” mais finalement dépassé parce qu’ils ne pourront faire l’impasse des luttes inter-états, par la seule force de la géographie du continent et de la distribution des ressources, l’eau en particulier. Du coup l’Europe et l’UE seront le cadet de leur soucis.
      Wait and see…


  25. Renaud Le 05 juin 2017 à 22h48
    Afficher/Masquer

    L’intérêt de cette vidéo (mais surtout la – 2ème partie – beaucoup plus significative que la 1ère partie) c’est que, à ce jour, 3 ans et 5 mois se sont écoulés depuis janvier 2014. Cet espace de temps prouve (comme l’a si bien remarqué un commentateur ci-dessus) que ce débat de janvier 2014 aurait pu aussi bien avoir eut lieu il y a quelques jours en mai ou juin en 2017…
    Avec cette différence déterminante que les dernières élections présidentielles firent que Mme Goulard, cette fanatique de l’ “Europe”, cette marâtre acharnée pour un mariage arrangé et forcé de la France (enfin, ce qu’il en reste) avec l’Allemagne, se retrouve ministre de la Défense française! Défense française vraiment?? Dans un gouvernement proeuropéen … d’un continent truffé d’installations militaires étatsuniennes … dont l’ “Europe” dépend…
    D’autre part, Madame Goulard ne se rend même pas compte que tous ceux qui ont voté NON à
    l’ “Europe” en mai 2005 ont été majoritaires sans avoir bénéficié de la propagande omniprésente pour voter Oui. Aujourd’hui, 12 ans après, les mêmes médias appartenant aux plus gros actionnaires et étant hystériquement proeuropéens ont massivement portés Macron sur le pavois du pouvoir.
    En principe, on doit voter en France pour les intérêts des Français et non pas pour les intérêts des Allemands; plus exactement des dirigeants Allemands proeuropéens à condition que les “européens” acceptent la domination allemande.


  26. Harold Le 06 juin 2017 à 04h41
    Afficher/Masquer

    Ce Monsieur Berruyer est vraiment un grand Monsieur. Merci.


  27. Nico 13 Le 06 juin 2017 à 22h36
    Afficher/Masquer

    Bon, en tout cas Mr Berruyer,vous avez bien eu raison de rappeler à Mme Goulard comment la Grèce a pu entrer dans la zone €. C’est-à-dire en maquillant les comptes du pays via la Goldman Sachs.
    L’UE était bien entendue au courant. Et je suis sûr que si on creuse vraiment, on découvrira que la Grèce n’est pas le seul pays à avoir trafiqué ses comptes pour pouvoir entrer dans la zone €.
    La seule chose qui fait que l’€ existe encore aujourd’hui, c’est la planche à billet.

    On nous dit que la zone € pourrait éclater suite au retour de la monnaie nationale en Italie ou en Grèce, mais perso,je pense que le “danger” viendrait plutôt de l’Allemagne.
    Pour l’instant, vu qu’en Septembre, il y a des élections, on ne parle plus de la retraite à 69 ans en Allemagne. Mais Schäuble en a bien parlé il y a de ça 2 ans (si je me souviens bien).
    Ça veut donc dire que pour avoir une retraite qui soit correcte pour vivre, il faudra quoi qu’il arrive épargner. Et en ce moment, avec la BCE qui imprime des €, l’épargne, ça vaut queue dalle. Pas sûr que les Allemands continuent de fermer les yeux sur la politique de la BCE pendant encore longtemps…


Charte de modérations des commentaires