Les Crises Les Crises
17.août.202017.8.2020 // Les Crises

La CIA et son réseau mondial de propagande (1977)

Merci 81
J'envoie

Source : New York Times, John M. Crewdson, Joseph B.Treaster, M. Crewdson
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Archives du New York Times

À propos des archives

Ceci est une version numérisée d’un article tiré des archives imprimées du Times, avant le début de la publication en ligne en 1996.

Peu de temps après son arrivée en Inde en 1961 pour occuper son nouveau poste d’ambassadeur américain, John Kenneth Galbraith, « l’économiste de Harvard », a eu connaissance d’un curieux journal politique appelé Quest qui foisonnait dans le sous-continent asiatique.

L’article suivant est basé sur un reportage de John M. Crewdson et Joseph B.Treaster. Il a été écrit par M. Crewdson.

« Il avait un niveau de compétence intellectuelle et politique qui était en dessous de zéro », a rappelé M. Galbraith dans une interview. « Cela vous ferait envier la sophistication politique du National Enquirer. »

Bien qu’il s’agît d’une publication en langue anglaise, « elle ne se rapprochait que très peu de l’anglais », a-t-il déclaré. « Les dommages politiques qu’elle a causés n’étaient rien par rapport aux dommages littéraires ».

Puis le nouvel ambassadeur a découvert que Quest était publié avec l’argent de la CIA. Sous son autorité, la CIA a cessé la publication.

Bien que peut-être moins distingué que la plupart, Quest était l’une des dizaines de publications en anglais et en langues étrangères dans le monde entier qui ont été possédées, subventionnées ou influencées d’une manière ou d’une autre par la CIA au cours des trois dernières décennies.

Bien que la CIA ait employé des dizaines de journalistes américains travaillant à l’étranger, une enquête menée durant trois mois par une équipe de reporters et de chercheurs pour le New York Times a permis de déterminer que, à quelques exceptions notables près, ils n’ont pas été utilisés par l’agence pour faire avancer sa campagne de propagande mondiale.

Dans ses efforts constants pour former l’opinion mondiale, la CIA a pu faire appel à un réseau distinct et beaucoup plus étendu de journaux, de services d’information, de magazines, de maisons d’édition, de stations de radiodiffusion et d’autres entités sur lesquels elle a exercé à différents moments un certain contrôle.

CIA : façonneur secret de l’opinion publique, le deuxième d’une série

Il y a dix ans, quand l’empire des communications de l’agence a atteint son apogée, il comprenait plus de 500 individus ou organisations de presse ou d’information publique. D’après un agent de la CIA, ils étaient d’une importance variable allant « de Radio Free Europe à un individu à Quito pouvant obtenir quelque chose dans un journal local ».

Bien que le réseau ait été officiellement connu sous le nom d' »Inventaire des ressources de propagande » (Propaganda Assets Inventory), pour les membres de la CIA, il s’agissait du « Wurlitzer de Wisner » (Wisner’s Wurlitzer). Frank G. Wisner, aujourd’hui décédé, fut le premier chef de l’équipe d’action secrète de l’agence.

Comme le puissant Wurlitzer

Presque sur simple pression d’un bouton, ou c’est du moins ce que M. Wisner aimait à penser, le « Wurlitzer » est devenu le moyen d’orches-traçage, dans presque toutes les langues du monde, quel que soit le morceau que la CIA était disposée à nous faire entendre. [Wurlitzer est un fabriquant d’instruments de musique mondialement réputé, d’où le parallèle ironique avec la propagande que la CIA veut faire entendre au monde, NdT]

Une grande partie du Wurlitzer est aujourd’hui démantelée. Les révélations en 1967 de certains liens financiers de la CIA avec des organisations universitaires, culturelles et d’édition a entraîné certaines réductions, et des révélations plus récentes sur l’emploi de journalistes américains et étrangers par l’agence ont conduit à l’abandon progressif des relations avec de nombreuses personnes et organisations de presse à l’étranger.

Un réseau plus restreint de journalistes étrangers subsiste et certains hommes infiltrés de la CIA peuvent encore parcourir le monde, déguisés en correspondants d’obscures revues professionnelles ou de bulletins d’affaires.

L’opération de propagande de la CIA a d’abord été dirigée par Tom Braden, qui est maintenant un chroniqueur syndiqué, et a été dirigée pendant de nombreuses années par Cord Meyer Jr, un leader populaire du campus de Yale avant qu’il ne rejoigne la CIA.

M. Braden a déclaré dans une interview qu’il n’avait jamais vraiment été sûr « qu’il y avait quelqu’un en charge » de l’opération et que « Frank Wisner a en quelque sorte géré cela spontanément ». M. Meyer a refusé de parler de l’opération.

Cependant, plusieurs autres anciens officiers de la CIA ont déclaré que, bien que l’agence prît bien garde de dire à ses journalistes-agents américains ce qu’ils devaient écrire, elle n’a jamais hésité à manipuler la production de ses « ressources » basées à l’étranger. Parmi celles-ci figuraient un certain nombre de publications en anglais lues régulièrement par des correspondants américains à l’étranger et par des journalistes et des rédacteurs en chef aux États-Unis.

La plupart des anciens officiers ont déclaré qu’ils avaient été préoccupés, mais impuissants, à propos du fait d’éviter le risque de « retour de flamme » – la possibilité que la propagande de la CIA, dont une partie est délibérément trompeuse ou carrément fausse, passe au travers de ces ressources » et soit reprise par les journalistes américains à l’étranger et incluse dans leurs dépêches à leurs publications nationales.

Le fil conducteur qui reliait la CIA et ses ressources de propagande était l’argent, et l’argent achetait souvent une certaine mesure de contrôle éditorial, souvent un contrôle complet. Dans certains cas, la CIA a simplement créé un journal ou un service d’information et a payé les factures par l’intermédiaire d’une société fictive. Dans d’autres cas, directement ou indirectement, l’agence a fourni des capitaux à un entrepreneur ou est apparue au bon moment pour renflouer une organisation en difficulté financière.

« Cela leur a donné quelque chose à faire », a déclaré un homme de la CIA. « C’est la vieille loi de Parkinson, une question de personnes qui ont trop de temps d’inactivité et trop d’argent inutilisé. Il y avait beaucoup de personnes qui étaient sous-employées ».

Selon un responsable de l’agence, la CIA a préféré, dans la mesure du possible, investir son argent dans une organisation existante plutôt que de fonder une organisation propre. « Si une entreprise est en activité », a déclaré le fonctionnaire, « c’est une meilleure couverture. L’important est d’avoir un éditeur ou quelqu’un d’autre qui soit réceptif à votre copie. »

Aide d’après-guerre aux journaux

La CIA, qui a évolué à partir du Bureau des services stratégiques de la Seconde Guerre mondiale, s’est engagée dans le domaine des communications de masse au début de l’après-guerre, lorsque les responsables de l’agence ont commencé à craindre que des publications influentes dans l’Europe ravagée puissent succomber à la tentation de l’argent communiste. Parmi les organisations subventionnées au cours de ces premières années, selon une source de la CIA, figurait la revue française Paris Match.

Aucune personne associée à Paris Match à cette époque n’a pu être contactée pour faire des commentaires.

Rappelant les préoccupations de ces premières années, un ancien de la CIA a déclaré : « Il n’y a guère de journal de gauche en Europe qui n’ait été financé directement par Moscou ». Il a poursuivi : « Nous savions quand le coursier allait arriver, nous savions combien d’argent il apportait. »

L’une des premières grandes opérations de la CIA a concerné la radiodiffusion. Bien que soupçonnée depuis longtemps, il a été rapporté de façon définitive il y a seulement quelques années que, jusqu’en 1971, l’agence a soutenu à la fois Radio Free Europe, qui continue, grâce à des financements privés, à diffuser vers les nations d’Europe de l’Est, et Radio Liberty, qui s’adresse à l’Union soviétique elle-même.

La participation de la CIA à ces opérations était protégée des regards du public par deux groupes de façade, le Free Europe Committee (Comité Europe libre) et l’American Committee for Liberation (Comité américain pour la libération), qui se livraient également à diverses opérations de propagande moins connues.

Le Comité américain pour la libération a financé un groupe basé à Munich, l’Institut pour l’étude de l’URSS, une maison d’édition et de recherche qui, entre autres, compile l’ouvrage de référence largement utilisé « Who’s Who in the USSR ». Le Comité Europe libre a publié le magazine East Europe, distribué dans ce pays ainsi qu’à l’étranger, et a également géré le service de presse de Free Europe.

Deux autres entreprises de radiodiffusion de la CIA, Radio Free Asia et une opération plutôt ténue connue sous le nom de Free Cuba Radio, étaient beaucoup plus obscures. Free Cuba Radio, créée au début des années 1960, n’émettait pas à partir de ses propres émetteurs mais achetait du temps d’antenne à un certain nombre de stations de radio commerciales en Floride et en Louisiane.

Ses émissions de propagande contre le gouvernement du Premier ministre Fidel Castro étaient diffusées sur les stations de radio WMIE et WGBS à Miami, WKWF à Key West et WWL à la Nouvelle-Orléans. Elles complétaient d’autres émissions de la CIA sur une station à ondes courtes, WRUL, avec des bureaux à New York, et Radio Swan, sur une petite île des Caraïbes.

Les directions de ces stations ont largement changé, et il n’a pas été possible d’établir si l’une d’entre elles connaissait l’origine des fonds qui finançaient les programmes. Mais des sources au sein de la communauté cubaine de Miami ont déclaré qu’il était généralement connu à l’époque que des fonds provenant d’une agence fédérale jouaient un rôle.

Un ancien fonctionnaire de la CIA a rappelé que l’un des motifs de la création du réseau de radio Free Cuba était de disposer à l’avance de périodes de temps d’antenne au cas où Radio Swan, censée être le principal lien de communication pour l’invasion de la Baie des Cochons, serait détruite par des saboteurs.

La couverture de Radio Swan était suffisamment nette pour justifier une telle inquiétude. Cette puissante station, dont les émissions pouvaient être entendues dans une grande partie de l’hémisphère occidental, était exploitée par une compagnie de bateaux à vapeur de New York qui n’en possédait plus depuis un certain temps.

Radio Swan était également assiégée par des annonceurs potentiels désireux de profiter de son signal fort et clair. Après des mois de refus de clients, la CIA a finalement été contrainte de commencer à accepter des contrats pour préserver la couverture de Radio Swan.

Radio Free Asia a commencé à émettre vers la Chine continentale en 1951 à partir d’un ensemble élaboré d’émetteurs à Manille. C’était une branche du Comité pour l’Asie Libre, et la CIA y voyait le début d’une opération en Extrême-Orient qui allait rivaliser avec Radio Free Europe et Radio Liberty.

Le Committee for Free Asia (Comité pour l’Asie Libre), selon d’anciens responsables de la CIA, a été fondé comme l’équivalent oriental du Comité Europe libre. Il a ensuite changé de nom pour devenir l’Asia Foundation. Il existe toujours, bien que ses liens avec la CIA aient été rompus il y a dix ans.

L’Asia Foundation a été dirigée pendant des années par feu Robert Blum, qui, selon plusieurs sources, a démissionné de la CIA pour la reprendre. La fondation a couvert au moins un agent de la CIA et a mené diverses activités liées aux médias, dont un programme, lancé en 1955, visant à sélectionner et à payer les frais de journalistes asiatiques pour une année d’études dans le cadre du prestigieux programme Neiman Fellowship de Harvard.

Échec d’un pont aérien d’urgence

Ce n’est qu’après la mise en fonction des émetteurs de Radio Free Asia, selon des sources qui connaissent bien l’affaire, que la CIA a réalisé qu’il n’y avait presque pas de récepteurs radio en mains privées en Chine continentale. Un plan d’urgence a été élaboré.

Des ballons, portant de petites radios accordées sur la fréquence de Radio Free Asia, ont été lancés vers le continent depuis l’île de Taïwan, où les nationalistes chinois avaient fui après la prise de contrôle de la Chine continentale par les communistes en 1949. Le plan a été abandonné lorsque les ballons ont été renvoyés vers Taïwan par les vents au-dessus du détroit de Formose.

Radio Free Asia a cessé d’émettre en 1955.

L’engagement de la CIA dans le domaine de l’édition s’est étendu dans le monde entier et a englobé une grande variété de périodiques, certains obscurs, et beaucoup d’entre eux aujourd’hui disparus. Dans certains cas, selon certaines sources, il n’y a eu aucun effort pour modeler la politique éditoriale malgré des subventions importantes, mais dans d’autres, la politique a été pratiquement dictée.

L’une des entreprises de la CIA dans ce pays a consisté à subventionner plusieurs publications dont les rédacteurs et les éditeurs avaient fui La Havane pour Miami après l’arrivée au pouvoir du gouvernement Castro en 1959. Les subventions – qui s’élevaient dans certains cas à plusieurs millions de dollars – ont été transmises aux publications par l’intermédiaire d’un front de la CIA à New York appelé Foreign Publications Inc.

La douzaine de bénéficiaires de ces subventions comprendrait Avance, El Mundo, El Prensa Libre, Bohemia et El Diario de las Americas. En outre, la CIA aurait financé AIP, une agence de presse radio à Miami qui produisait des programmes envoyés gratuitement à plus de 100 petites stations en Amérique centrale et latine.

La CIA avait initialement l’intention de distribuer clandestinement à Cuba des exemplaires des publications subventionnées, mais ce plan a été abandonné après que les exilés cubains qui avaient accepté de les prendre en bateau aient refusé dans les dernières minutes d’approcher la côte cubaine.

Les subventions ont quand même continué et les publications ont été largement lues par la communauté cubaine de Miami et, dans le cas de Bohemia, un hebdomadaire qui a reçu plus de 3 millions de dollars au total, dans toute l’Amérique latine également.

Le soutien ponctuel de l’agence de renseignement à Encounter, le journal britannique, a été rapporté, mais des sources de l’agence ont déclaré que le Congrès pour la liberté de la culture, le groupe basé à Paris par lequel la CIA a acheminé les fonds, a également soutenu un certain nombre d’autres publications, dont beaucoup ont maintenant cessé leurs activités.

Les liens avec l’Agence ont été coupés

Le Congrès, qui a été fondé en 1950 en réponse à une conférence d’écrivains soviétiques tenue cette année-là à Berlin, a depuis rompu ses liens avec l’agence américaine, s’est reconstitué et a changé de nom. Mais pendant les années où il était un relais de la CIA, il a apporté son soutien financier à la revue française Preuves, à Forum en Autriche, à Der Monat en Allemagne de l’Ouest, à El Mundo Nuevo en Amérique latine et, en Inde, aux publications Thought et Quest.

Aux États-Unis, le magazine Atlas, condensé de la presse mondiale, a fait appel occasionnellement à des traducteurs employés par la CIA.

African Forum et Africa Report ont été publiés grâce à l’argent de la CIA versé à l’American Society of African Culture et à l’African-American Institute. À Stockholm, la publication Argumenten a reçu des fonds de la CIA par un canal si complexe que même son éditeur n’était pas au courant de l’origine de l’argent. Il en a été de même pour Combate, un bimestriel latino-américain.

À Nairobi, au Kenya, la CIA a créé le East African Legal Digest, moins comme un organe de propagande que comme une couverture pour un de ses agents. Aux États-Unis, la Asia Foundation a publié un journal, The Asian Student, qui a été distribué aux étudiants d’Extrême-Orient qui fréquentaient des universités américaines.

À Saigon, le Conseil vietnamien des relations étrangères, sur le modèle de la version américaine et entièrement financé par la CIA, a publié un magazine élégant et coûteux qui a été distribué pendant la guerre du Vietnam aux bureaux de tous les sénateurs et représentants à Washington.

Parmi les relations les plus inhabituelles de la CIA, il y a celle qu’elle partageait avec un organisme de Princeton, New Jersey, appelé le Conseil de la recherche. Ce conseil, fondé par Hadley Cantril, le défunt président du département de psychologie de l’université de Princeton, et son associé, Lloyd Free, tirait presque tous ses revenus de la CIA au cours de la décennie où il était actif.

« Ils étaient considérés comme un atout parce que nous les payions beaucoup », a déclaré un ancien de la CIA. M. Free a confirmé que lui et le Dr. Cantril, pionnier reconnu des sondages d’opinion, avaient « en quelque sorte dirigé » le conseil pour la CIA.

Les activités du conseil, a déclaré M. Free, consistaient en de vastes sondages d’opinion menés dans d’autres pays sur des questions intéressant la CIA. Certains, a-t-il dit, ont été réalisés en Europe de l’Est, dans le bloc soviétique.

Les gouvernements des pays, a déclaré M. Free, « ne savaient rien de la C.I.A. ». Pas plus, apparemment, que Rutgers University Press, qui a publié certains des résultats dans un ouvrage de 1967 intitulé « Pattern of Human Concerns ».

Les opérations dans le domaine de l’édition de livres

La relation de la CIA avec l’éditeur Frederick Praeger a été signalée par le passé. Mais Praeger n’était qu’une des nombreuses entreprises d’édition, dont certaines des plus importantes du secteur, qui ont imprimé ou distribué plus de 1 000 ouvrages produits ou subventionnés d’une manière ou d’une autre par l’agence au cours des trois dernières décennies.

Certaines des maisons d’édition n’étaient rien d’autre que des « propriétés » de la CIA. Parmi celles-ci, on trouve Allied Pacific Printing, de Bombay, en Inde, et l’Asia Research Centre, l’une des diverses agences d’édition de Hong Kong, qui a été décrite par une source de l’agence comme « rien d’autre que quelques traducteurs ».

D’autres éditeurs légitimes qui ont reçu des subventions de la CIA, selon d’anciens et actuels fonctionnaires de l’agence, sont Franklin Books, une maison basée à New York qui se spécialise dans la traduction d’ouvrages universitaires, et Walker & Co, propriété conjointe de Samuel Sloan Walker Jr, ancien vice-président du Comité Europe libre, et de Samuel W. Meek, cadre retraité de l’agence de publicité J. Walter Thompson et personnage ayant des liens étroits avec la CIA.

Un porte-parole de Franklin a confirmé que l’éditeur avait reçu des subventions de la Asia Foundation et « d’une autre petite fondation pour un projet africain, toutes deux présentées en 1967 comme étant soutenues par la CIA ». Le porte-parole a ajouté que « Franklin n’était pas au courant de ce soutien à l’époque ».

M. Walker a déclaré, par l’intermédiaire d’un secrétaire, qu’il n’avait jamais « imprimé de livres au nom de la CIA, ni publié de livres d’aucune source qui ne méritaient pas d’être publiés selon leurs mérites. »

Parmi les autres maisons d’édition qui ont publié des livres auxquels la CIA a contribué sur le plan rédactionnel, on peut citer Charles Scribner’s Sons, qui a publié en 1951 « The Yenan Way » d’Eudocio Ravines, d’après une traduction fournie par William F. Buckley Jr, qui a été agent de la CIA pendant plusieurs années au début des années 1950. Toujours en 1951, G. P. Putnam’s Sons a publié « Life and Death in Soviet Russia » de Valentin Gonzalez, le célèbre « El Campesino » de la guerre civile espagnole.

Selon des dirigeants des deux maisons, Putnam et Scribner’s n’avaient pas connaissance de l’implication d’une agence dans ces livres, tout comme la société Doubleday & Company qui, en 1965, a publié, sous le titre « The Penkovskiy Papers », ce qui était prétendument un journal tenu par le colonel Oleg Penkovsky, l’agent double soviétique. Le livre utilisait même le style de la CIA dans la transcription du nom du colonel.

Ballantine Books, qui n’était pas non plus au courant des liens avec la CIA, a publié un modeste ouvrage sur la Finlande, « Study in Sisu », écrit par Austin Goodrich, un homme infiltré de la CIA qui s’est fait passer pendant des années en Scandinavie pour un auteur indépendant effectuant des recherches pour écrire un livre sur la Finlande.

Un auteur utilisé comme couverture

Un autre agent de la CIA qui a utilisé la couverture d’un auteur indépendant cherchant à écrire un livre est Edward S. Hunter, qui a parcouru l’Asie centrale pendant des années pour rassembler des informations pour un ouvrage sur l’Afghanistan qui a finalement été publié par la prestigieuse maison Hodder & Stoughton de Londres.

D’autres hommes de la CIA ont travaillé à l’étranger tout en écrivant des livres, notamment Lee White, un employé de la division Moyen-Orient qui a écrit une biographie du général Mohammed Neguib d’Égypte, et Peter Matthiessen, l’écrivain et naturaliste qui a commencé à travailler sur un roman, « Partisans », alors qu’il était à la CIA à Paris de 1951 à 1953, où il a également aidé George Plimpton à fonder The Paris Review.

Comme pour M. Hunter, M. White et M. Matthiessen ont utilisé leur carrière d’auteur uniquement comme couverture pour leurs activités de renseignement. Rien ne prouve que la CIA ait tenté de contrôler ce qu’ils ont écrit ou qu’elle ait tenté, par l’intermédiaire de M. Matthiessen, d’influencer The Paris Review.

Plusieurs réalisations de la CIA dans le domaine de l’édition de livres ont été bien accueillies par la critique, et quelques-unes ont été des succès commerciaux. « Au moins une fois », selon un rapport de la commission du renseignement du Sénat, « une critique d’un livre de l’agence parue dans le New York Times a été écrite par un écrivain de la CIA sous contrat » avec l’agence.

Le rapport n’a pas identifié l’ouvrage ou le critique, mais le livre aurait été « Escape from Red China », l’histoire d’un transfuge de Chine publiée par Coward, McCann et Geoghegan. Jack Geoghegan, président de la société, a déclaré qu’il n’avait jamais su que le livre avait été préparé pour être publié par la CIA.

Le livre a fait l’objet d’une critique dans le Times le dimanche 11 novembre 1962, rédigée par Richard L. Walker, qui est maintenant directeur de l’Institut d’études internationales de l’Université de Caroline du Sud et qui est un critique de livres régulier pour le journal. Le professeur Walker a déclaré dans une interview téléphonique qu’il avait été sous contrat avec la CIA en tant que consultant et conférencier avant et après la parution de la critique, mais pas au moment où il l’a écrite. Il a ajouté qu’il ne savait pas non plus que le livre avait été produit par la CIA.

Un autre livre à succès qui, selon des sources de renseignement, a été publié en 1962 avec l’aide de la CIA est « On the Tiger’s Back » (« Sur le dos du tigre ») d’Aderogba Ajao, un Nigérian qui avait étudié dans une université d’Allemagne de l’Est et qui est rentré chez lui pour écrire sur sa désillusion.

Un lien avec la Yougoslavie

L’organisation Praeger, qui a été rachetée par l’Encyclopaedia Brittanica en 1966, s’est engagée pour la première fois avec la CIA en 1957 lorsqu’elle a publié « The New Class », un ouvrage marquant de Milovan Djilas, un fonctionnaire désabusé du gouvernement yougoslave qui a beaucoup écrit sur son rejet personnel du communisme.

M. Djilas, qui était devenu une source d’embarras pour son gouvernement avant la publication de l’ouvrage, a eu du mal à faire sortir de Yougoslavie la dernière partie du manuscrit.

M. Praeger a déclaré qu’il avait fait appel à un ami du gouvernement américain (mais pas de la CIA) pour l’aider à obtenir les dernières pages. Le manuscrit a finalement été transporté de Belgrade à Vienne par Edgar Clark, alors correspondant du magazine Time, et son épouse, Katherine.

M. Clark a déclaré que ni lui ni sa femme n’avaient jamais eu quoi que ce soit à voir avec la CIA. Mais le manuscrit est finalement parvenu entre les mains d’un officier de la CIA nommé Arthur Macy Cox. Celui-ci, qui a ensuite travaillé sous la couverture de Praeger à Genève, a lancé une initiative de l’agence pour que le livre soit traduit en plusieurs langues et distribué dans le monde entier.

« C’était mon premier contact avec la CIA », a déclaré M. Praeger, mais il a ajouté qu’à l’époque il n’avait « même pas pas idée que la CIA existait ».

M. Praeger a déclaré qu’il avait ensuite publié 20 à 25 ouvrages dans lesquels la CIA était impliquée, soit dans la rédaction, soit dans la publication elle-même, soit dans la distribution post-publication.

L’implication de l’agence, a-t-il dit, aurait pu se manifester de différentes manières : en lui remboursant directement les frais de publication ou en garantissant, peut-être par le biais d’une fondation quelconque, l’achat d’un nombre suffisant d’exemplaires pour que la publication en vaille la peine.

Parmi les livres de Praeger dans lesquels la CIA a joué un rôle, on peut citer « La fourmilière », un ouvrage sur la Chine de l’écrivain français Suzanne Labin, et deux livres sur l’Union soviétique de Giinther Nollau, membre du service de sécurité ouest-allemand et plus tard son chef. M. Nollau a été identifié dans une revue du New York Times uniquement comme « un avocat ouest-allemand qui a fui l’Allemagne de l’Est il y a quelques années ».

Des dizaines de journaux, services de presse et autres organisations en langues étrangères ont été financés et gérés par la CIA – deux des plus importants auraient été DENA, l’agence de presse ouest-allemande, et Agenda Orbe Latino American, le service de reportage latino-américain.

Les journaux de la CIA

En outre, la CIA a investi massivement dans divers organismes de presse anglophones. À la question de savoir pourquoi l’agence avait une préférence pour ces derniers, un ancien haut fonctionnaire de l’agence a expliqué qu’il était moins difficile de dissimuler la propriété des publications qui avaient des raisons ostensibles d’appartenir à un Américain et plus facile de placer des agents américains dans ces publications en tant que reporters et rédacteurs.

Le Rome Daily American, que la CIA a détenu en partie de 1956 à 1964, date à laquelle il a été acheté par Samuel W. Meek, un cadre de J. Walter Thompson, n’était qu’un des journaux de langue anglaise « propriétés » de l’agence.

Il y avait, disait-on, de telles « acquisitions » dans d’autres capitales, dont Athènes et Rangoon. Elles avaient généralement un double rôle : fournir une couverture aux agents de renseignement et publier en même temps la propagande de l’agence.

Mais la propriété des journaux par la CIA était généralement considérée comme coûteuse et difficile à dissimuler, et on dit aujourd’hui que toutes ces relations ont pris fin.

Le Rome Daily American a été repris par la CIA, dit-on, pour éviter qu’il ne tombe entre les mains des communistes italiens. Mais l’agence a fini par se lasser d’essayer de maintenir la fiction que le journal était une propriété privée et, dès que la menace perçue des communistes avait disparu, elle l’a vendu à M. Meek.

Cependant, même après la vente du journal, celui-ci a été dirigé pendant plusieurs années par Robert H. Cunningham, un officier de la CIA qui avait démissionné de l’agence et avait été réembauché comme employé contractuel.

Un ancien fonctionnaire de la CIA a déclaré que l’agence avait laissé passer l’occasion d’acheter un autre journal anglophone, The Brussels Times, qui était dirigé par un homme de la CIA mais n’avait aucun autre lien avec l’agence. Le fonctionnaire a déclaré que l’agence a répondu à l’offre en disant qu’il était « plus facile d’acheter un journaliste, ce que nous avons fait, que d’acheter un journal ».

Outre les journaux « propriétés » de la CIA à Athènes, Rangoon et Rome, des sources de l’agence ont dit qu’elle avait également investi dans The Okinawa Morning Star, utilisé davantage pour la couverture que pour la propagande, The Manila Times et The Bangkok World, aujourd’hui disparus, et The Tokyo Evening News dans les jours qui ont précédé son rachat par Asahi, la société d’édition.

« Nous « avions » au moins un journal dans chaque capitale étrangère à un moment donné », a déclaré un homme de la CIA, et ceux que l’agence ne possédait pas directement ou ne subventionnait pas massivement ont été infiltrés par des agents ou des fonctionnaires payés qui pouvaient faire imprimer des articles utiles à l’agence et ne pas imprimer ceux qu’elle trouvait préjudiciables.

Des agents placés dans les effectifs

À Santiago, au Chili, le South Pacific Mail, bien qu’il n’ait apparemment jamais appartenu à la CIA, a couvert deux agents : David A. Phillips, qui est finalement devenu chef de la Division de l’hémisphère occidental de la CIA, et David C. Hellyer, qui a démissionné de son poste de rédacteur pour l’Amérique latine au sein de l’organisation de presse Copley pour rejoindre la CIA.

Parmi les autres journaux dans lesquels la CIA aurait placé des agents au fil des ans, on peut citer The Guyana Chronicle, The Haiti Sun, The Japan Times, The Nation of Rangoon, The Caracas Daily Journal et The Bangkok Post.

Et avant la révolution de 1959, le Times of Havana, propriété d’un ancien de la CIA, a contribué à la « couverture » de M. Phillips en l’engageant comme chroniqueur.

La CIA aurait eu des agents dans un certain nombre de services de presse étrangers, dont LATIN, une agence latino-américaine gérée par l’agence de presse britannique Reuters, et l’organisation Ritzhaus en Scandinavie.

Bien qu’il y ait eu des agents de la CIA dans les bureaux à l’étranger de The Associated Press et de United Press International, la CIA n’en aurait pas eu dans l’agence Reuters, car celle-ci est britannique et donc une cible potentielle des services secrets britanniques.

Mais des sources qui connaissent bien la situation ont déclaré que la CIA « empruntait » occasionnellement des « actifs » britanniques au sein de Reuters dans le but d’y placer des articles de presse. Interrogé sur l’affirmation très médiatisée de William E. Colby, l’ancien recteur de la CIA, selon laquelle l’agence n’a jamais « manipulé » Reuters, un fonctionnaire a répondu que « ce n’était pas de la manipulation car Reuters savait » que les articles étaient placés par la CIA et que certains étaient faux.

Desmond Manerly, le rédacteur en chef de Reuters pour l’Amérique du Nord, a déclaré que de telles accusations étaient « de l’histoire ancienne pour nous ». Il a noté que le directeur général de Reuters, Gerald Long, avait demandé des preuves de cette manipulation, mais qu’aucune n’avait été fournie.

Un certain nombre d’agences de presse étaient détenues entièrement ou étaient largement financées par la CIA. L’une d’entre elles, le Foreign News Service, produisait des articles rédigés par un groupe de journalistes exilés des pays d’Europe de l’Est. Au début des années 1960, ces articles ont été vendus à pas moins de 300 journaux dans le monde, dont le New York Times, le Christian Science Monitor et le New York Herald Tribune.

Boleslaw Wierzbianski, ancien ministre polonais de l’Information et ancien directeur du service d’information, a déclaré qu’à sa connaissance, la seule implication de la CIA était financière et que l’agence n’a jamais essayé de contrôler la production du service ou de l’utiliser comme couverture.

Fourniture d’accréditations de presse

En revanche, le Continental Press Service, dont le siège était à Washington et qui était dirigé par un homme de la CIA du nom de Fred Zusy, était entièrement détenu par la CIA. L’une de ses principales fonctions était de fournir des accréditations de presse à l’aspect officiel et plastifiées aux personnes travaillant pour l’agence qui avaient un besoin urgent de couverture.

Editors Press Service était un service d’information de fond établi avec des clients dans toute l’Amérique latine lorsque, selon deux anciens fonctionnaires de la CIA et une troisième source faisant autorité, il est devenu un canal de diffusion de la propagande inspirée par l’agence. Un ancien de la CIA a déclaré que le service, qui appartenait à l’époque à Joshua B. Powers Sr, était un canal de diffusion de ce qu’il appelait « les histoires clichés, les nouvelles préparées par l’agence ou pour l’agence ».

M. Powers a reconnu que pendant des années, il était un ami proche de feu le colonel J. C. King, longtemps chef de la division de l’hémisphère occidental de l’agence, et qu’il avait été un officier de la fondation Henry Clay, financée par la CIA, et que c’était lui qui avait acheté The South Pacific Mail à David A. Phillips et en était le propriétaire pendant la période, au milieu des années 1960, où il était utilisé pour couverture par David Hellyer.

M. Powers ne se souvient cependant que d’un seul lien entre Editors Press et la CIA. Il a déclaré qu’au milieu des années 1960, il avait utilisé des fonds de la CIA pour financer les voyages en Amérique latine d’un de ses rédacteurs, Guillermo Martinez Marquez, rédacteur en chef en exil d’un journal cubain. M. Marquez a déclaré qu’il n’avait jamais su que l’argent qu’il avait reçu de M. Powers provenait de la CIA.

Parmi les services d’information appartenant à la CIA, celui qui bénéficiait de la diffusion la plus large était sans doute Forum World Features, fondé en 1958 en tant que société du Delaware sous le nom Forum Information Service, dont les bureaux étaient situés à Londres. Forum a appartenu pendant la plus grande partie de son existence à John Hay Whitney, l’éditeur du New York Herald Tribune, qui a cessé de publier en 1966. Selon plusieurs sources de la CIA, M. Whitney était « conscient » du véritable rôle de l’agence.

Un secrétaire de M. Whitney a déclaré qu’il était trop malade pour répondre aux questions concernant sa participation à Forum.

Selon d’anciens et actuels responsables de l’agence, Brian Crozier, le journaliste britannique conservateur dont les responsables ont dit qu’il avait été un employé contractuel de l’agence, et Robert G. Gately, étaient également conscients du rôle de la CIA. M. Gately, directeur exécutif du Forum au début des années 1960, a fait carrière au sein de la CIA et a ensuite occupé des postes de couverture à Newsweek, en tant que directeur commercial pour l’Extrême-Orient, et à Asia Magazine à Tokyo.

Les dirigeants de Newsweek, comme ceux de presque toutes les grandes organisations de collecte d’informations qui auraient été impliquées avec la CIA, ont déclaré que même s’ils sont certains qu’actuellement aucun employé n’a de liens avec l’agence, il n’y a aucun moyen d’être certain que de tels liens n’ont pas existé dans le passé.

Des journaux américains parmi les clients

Bien que la CIA ait insisté sur le fait qu’elle n’a jamais tenté de placer directement sa propagande dans la presse américaine, à une époque, Forum World Features comptait 30 journaux nationaux parmi ses clients, dont le Washington Post, et a essayé, sans succès, de vendre sa production au New York Times.

La vente de la production éditoriale du Forum au Washington Post et à d’autres journaux américains, a déclaré un responsable de la CIA, « nous a mis face à un dilemme terrible ». Les ventes, a-t-il poursuivi, ont été jugées nécessaires pour préserver la couverture de l’organisation, et ont donné lieu à un effort continu et quelque peu frénétique pour s’assurer que les clients nationaux ne recevaient que des informations légitimes.

Un autre grand organisme de presse étranger que les responsables de la CIA ont déclaré avoir subventionné est Vision, le magazine d’information hebdomadaire distribué dans toute l’Europe et l’Amérique latine. Cependant, aucune des personnes associées à la fondation de Vision ou à sa gestion au fil des ans n’a déclaré avoir jamais eu la moindre indication que la CIA avait investi de l’argent dans le magazine.

Tom Braden, aujourd’hui chroniqueur, a été le premier à diriger une unité de propagande.

Le regretté Robert Blum, qui, selon plusieurs sources, a démissionné de la CIA pour diriger l’Asia Foundation.

Source : New York Times, John M. Crewdson, Joseph B.Treaster, M. Crewdson
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Cyd // 17.08.2020 à 07h32

https://fr.sputniknews.com/international/201701161029621341-journaliste-verite-cia-mort/

Udo Ulfkotte était le rédacteur en chef de l’un des plus grands journaux allemands, le Frankfurter Allgemeine Zeitung, lorsqu’il a publié son bestseller «Journalistes qui s’achètent» révélant comment la CIA contrôlait les médias allemands, un livre qui lui a coûté sa carrière – et peut-être sa vie.

31 réactions et commentaires

  • Cyd // 17.08.2020 à 07h32

    https://fr.sputniknews.com/international/201701161029621341-journaliste-verite-cia-mort/

    Udo Ulfkotte était le rédacteur en chef de l’un des plus grands journaux allemands, le Frankfurter Allgemeine Zeitung, lorsqu’il a publié son bestseller «Journalistes qui s’achètent» révélant comment la CIA contrôlait les médias allemands, un livre qui lui a coûté sa carrière – et peut-être sa vie.

      +30

    Alerter
    • Vladimir // 17.08.2020 à 08h31

      Pas peut être, cher Cyd! A coup sûr si on se souvient des circonstances de sa mort! Enfin, ce que nous avons pu lire sur le NET!

        +4

      Alerter
    • RGT // 17.08.2020 à 08h55

      Vous oubliez de mentionner ses révélations en 2014 sur RT (« la chaîne de propagande de Poutine ») dans laquelle il expliquait qu’il allait, comme de très nombreux journalistes allemands, chercher ses « sources d’inspiration » auprès de la CIA.
      https://www.youtube.com/watch?v=HtX_p-bDyxw

        +6

      Alerter
  • Fabrice // 17.08.2020 à 07h42

    Franchement est-il besoin en France d’un réseau de propagande, quand nos médias relaient aussi bien et mieux que n’importe quelle officine américaine.

    Je me rappelle d’un article où l’on s’étonnait pourquoi il n’existait pas de CNN français vu que l’anglais n’était pas notre fort et la conclusion était justement que nos médias suffisaient amplement pour défendre l’opinion américaine

      +24

    Alerter
    • LibEgaFra // 17.08.2020 à 07h58

      « Franchement est-il besoin en France d’un réseau de propagande, quand nos médias relaient aussi bien et mieux que n’importe quelle officine américaine. »

      Voulez-vous dire qu’aucun « journaliste » français n’émarge sur la liste de paie de la CIA? Si c’était le cas, je trouverais cette position quelque peu ingénue.

        +6

      Alerter
      • Fabrice // 17.08.2020 à 08h08

        Ah non le pire c’est qu’ il le fait gratuitement et convaincu que c’est la vérité bon avec Trump ça passe moins bien mais en temps normal cela passe comme une lettre à la poste.

          +16

        Alerter
      • Fernet Branca // 17.08.2020 à 23h08

        Beaucoup de journalistes mais le terme est inexact parlons plutôt d’éditorialistes abreuvent la presse de textes cianatonesques par conviction intime sans émarger à la CIA , à l’OTAN ou un de leurs tanks satellites.
        Pour émerger et faire carrière dans la presse mainstream ces convictions sont nécessaires . Suivant les titres le style et la véhémence sont différents.

          +2

        Alerter
        • lvzor // 22.08.2020 à 14h17

          Beaucoup de « young leaders » dans la population éditocrate, à l’image de certain européiste bègue et néanmoins sénile…

            +0

          Alerter
    • Renard // 17.08.2020 à 15h47

      Pour la CIA, acheter des journalistes est utile aussi pour monter des « coups » médiatiques et mettre la pression sur des gouvernements.

      Par exemple, un journaliste qui filme un garde du corps du président en train d’outre passer ces fonctions et de tabasser des manifestants. Ou encore, un journaliste qui met un coup de pression au président en organisant une manifestation devant un théâtre où celui-ci se trouve. Ou encore, un journaliste qui introduit les thèses de la gauche américaine au sein de la gauche française, la divisant profondément.

      Je vous laisse lire entre les lignes..

        +5

      Alerter
  • LibEgaFra // 17.08.2020 à 07h53

    Ou comment la CIA crée une réalité que les gogos s’empressent d’avaliser, puis de défendre mordicus alors que tout esprit critique a disparu. Nombreux exemples.

    Se rappeler Udo Ulfkotte et son message:

    https://youtu.be/09V4MyLOsXg

      +8

    Alerter
  • Jean-Do // 17.08.2020 à 08h04

    Dans les pays occidentaux, c’est plus simple aujourd’hui : les médias privés appartiennent tous à des milliardaires qui leur font chanter la chanson qu’ils veulent entendre. Une opération facilitée par la manipulation de 2-3 agences de presse, dont Reuters et AFP, et le manque de temps qui presse les journalistes à se limiter à recopier ces agences ou leurs collègues.

    Dans les pays hostiles, rien n’a changé dans la méthode depuis l’époque décrite ci-dessus, nous le voyons tous les jours. Par exemple en Biélorussie où ce sont des médias situés en Pologne financé par des sources « obscures » (lisez la CIA ou la NED & C°) qui dirigent les manifestations de jeunes formés par des « universités » payées par les mêmes.

    Souvenons-nous aussi des 5 milliards officiellement dépensés par les USA pour faire renverser l’ordre légal en Ukraine et détruire définitivement ce pays comme la Libye, jadis la Somalie et tant d’autres. Les matières premières des « territoires » sont beaucoup plus aisés à « traire » que dans les pays constitués et le constant besoin d’armes des seigneurs de la guerre les rend infiniment malléables.

      +19

    Alerter
    • Mickey Sournois // 17.08.2020 à 08h52

      En Bielorussie aussi? Vous avez des source sur ce que vous affirmez? Les gens arretes et tabasses en prison, c’est aussi de la propagande de la CIA? Ca me rappelle les denegations de la gauche communiste sur le goulag et les atrocites des Khmers rouges, toutes grossieres manoeuvres de propagande de la presse capitaliste internationale, comme on a pu le constater apres…

        +5

      Alerter
      • Fernet Branca // 17.08.2020 à 23h22

        Les Khmers rouges ont été soutenus par les USA et la Grande Bretagne très longtemps. Il s’agissait de combattre les Viets et l’URSS. Les bombardements US clandestins car refusés par les parlementaires US ont tués au moins 500000 personnes, sans parler des harkis cambodgiens à cela solde des USA, de l’armée de Norodom Sihanouk qui avait déjà établit le score à 700000.
        Pour la Biélorussie on ne sait pas encore mais le pire est à craindre. Quelques exemples reviennent à la mémoire Ukraine, Irak, Syrie, Libye, le dictature égyptienne qui n’émeut plus personne.

          +3

        Alerter
    • RGT // 17.08.2020 à 09h03

      Le statut actuel de la Biélorussie est assez particulier : Son dirigeant a réussi l’exploit de se mettre à dos les USA ET la Russie afin de se maintenir au pouvoir.

      Par contre, les biélorusses sont largement plus favorables à une alliance avec la Russie (avec comme base une collaboration très ancienne) que de se tourner vers l’occident.
      Il faut quand-même ajouter que quand ils voient ce qui se passe en Ukraine ils ne réfléchissent pas longtemps sur le « camp » dont ils doivent se rapprocher.

      Je vous conseille de lire cet article de l’irremplaçable « Chronisues du Grand Jeu » : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2020/08/l-idiot-du-village.html

      Si la Biélorussie bascule, ce ne sera certainement pas du côté du « camp du bien et de la liberté toute nue ».

        +12

      Alerter
  • Pierre Darras // 17.08.2020 à 08h31

    On parle de Wiener dans l’article. Il a eu un fils Wisner junior, trés impliqué lui aussi dans les services. Ce Wisner là s’est marié avec une dame divorcée avec un enfant qui est devenu son beau fils, un certain Olivier Sarkozy.
    Revenons au groupe Carlyle qui avait pour président Carlucci ancien boss de la CIA et comptait au CA Bush senior ou John Major…
    Autant dire qu’il n’y a jamais eu de Français au CA de Carlyle.
    Jamais jusqu’en 2008.
    En 2008, Sarko réintégre la France totalement dans l’OTAN. Quelques semaines plus tard, un Français entre auCA de Carlyle: Olivier Sarkozy.

      +5

    Alerter
  • RGT // 17.08.2020 à 09h09

    Correctif : Wurlitzer n’est PAS un fabricant d’instruments de musique, c’était sans doute le plus gros fabricant de juke-boxes installés dans les bars (et qui se sont éteints peu après l’avènement du CD et des radios « libres »).

    De toutes façons, TOUS les états font la même chose, mais il faut reconnaître que les USA le font à une échelle plus qu’industrielle.

    Ensuite, on montre du doigt RT et Sputnik qui sont les « chaînes de propagande de Poutine » en oubliant bien sûr de mentionner France 24 qui fait exactement la même chose avec l’argent du con-tribuable.

    Aux USA, CNN et consorts sont certes « privées » mais mon petit doigt ne susurre dans l’oreille que ces chaînes bénéficient de financement officieux du gouvernement US à condition de bien suivre la « ligne éditoriale » de l’état profond.

    Nous sommes bien loin de l’époque glorieuse de la Pravda qui ne prenait même pas de masque pour publier des infos qui avantageaient le pouvoir.

    En occident, nous devrions reprendre ce dicton soviétique désormais célèbre : « Si c’est dans la Pravda, c’est la vérité absolue ».

    En France, en dehors du Canard, je ne connais pas une seule publication qui « tire sur tout ce qui bouge » (ou presque, la « gôôôche » française ayant bénéficié de certains « oublis » quand elle faisait encore semblant de ne pas être de « droite »).

    Même le tant adulé Mediapart n’ose pas trop s’aventurer sur les chemins des activités nauséabondes de l’Empire et publient des articles qui semblent d’une objectivité douteuse, particulièrement vis à vis des « états voyous » désigné par Washington.

      +8

    Alerter
    • Pierre Darras // 17.08.2020 à 10h10

      Wurlitzer était un fabriquant d’instruments de musique. Le piano Wurlitzer est resté légendaire. Si ça ne vous dit rien, c’est le piano de Supertramp, Métronomy ou plus récemment de Clara Luciano dans le titre  » Ma Sœur ». Et plein plein plein d’autres.

        +2

      Alerter
    • Alfred // 17.08.2020 à 16h04

      Aucun canard ne tire sur tout ce qui bouge et certainement pas LE canard.
      Quand à Mediapart et plenel le compagnonnage outre atlantique est de notoriété publique (et il est toujours d’actualité si on analyse les sujets traités et les silences).

        +10

      Alerter
    • LowCost // 18.08.2020 à 19h58

      Le Canard tire peut être sur tout ce qui bouge, mais il reçoit se cartouche par la poste.
      Ce n’est même plus un secret de polichinelle.

        +0

      Alerter
  • Jean Paul B. // 17.08.2020 à 09h18

    Bonjour,
    à quand une enquête sur la French American Foundation (ses origines, son financement , ses objectifs, etc.) et l’identité de ses « Young Leaders » disséminés dans nombre de rédactions de médias publics et privés?
    Cela permettra à tout le monde d’évaluer plus finement le degré de fiabilité des « informations » qu’ils nous servent quotidiennement!

      +14

    Alerter
    • Pierre Darras // 17.08.2020 à 10h12

      Sauf que cette fondation est totalement publique, d’une part, et que les plus farouches atlantistes n’en font pas partie.
      Quand on recrute des agents d’influence, généralement, on fait ça discrétement non?

        +3

      Alerter
      • Az // 17.08.2020 à 11h56

        Bonne remarque.
        Ne pas oublier non plus que les services secrets américains sont loins d’être les seuls à essayer d’influencer les opinions publiques de pays tiers. Ils sont les mieux connus du grand public et peut-être les plus médiatisés ; ceux dont les moyens financiers alloués à cet effet sont les plus importants aussi (de très loin – ceci expliquant cela). Mais néanmoins pas les seuls.

          +4

        Alerter
      • Danièle Dugelay // 17.08.2020 à 17h21

        Une fondation qui nomme chaque année sans en faire un secret les dix meilleurs trentenaires atlantistes français, c’est aussi un outil servant à démontrer la force de l’influence américaine en France. De plus, quelle réussite quand les récents jeunes élus comptent parmi eux le Président de la République et un Premier Ministre. C’est bizarre, d’un seul coup, je me mets à penser à plusieurs états africains… Serions-nous des nouveaux néo-colonisés ?

          +7

        Alerter
        • eugeniegrandet // 17.08.2020 à 21h50

          n’oubliez pas que les noms des récipiendaires étaient tenus secrets jusqu’à il y a peu, sauf erreur de part.

            +2

          Alerter
      • Jean Paul B. // 19.08.2020 à 15h27

        #Pierre Darras
        Donc vous croyez que ces « agents d’influence », parce qu’ils sont recrutés de façon
        « non-discrète » par les services US, ne serviraient pas à mettre la tête à l’envers à ceux qu’ils « informent » tous les jours?
        Pour vous rafraîchir la mémoire je vous invite à réécouter ou relire les très nombreux articles de propagande publiés par nos « grands » médias pour justifier les nombreuses guerres américaines directes ou bien menées par leurs marionnettes:
        Cuba, Viet-Nam, Chili, Grenade, Panama, Nicaragua, Afghanistan par Talibans interposés, Guerre du Golfe (1990), Somalie, Balkans, Irak, Syrie, Libye, Venezuela (liste non- exhaustive) et on en reparle après.

          +2

        Alerter
      • riton // 19.08.2020 à 17h06

        Un futur président de la République française tout droit sorti d’une fondation publique financée par la Russie, cela vous irait ?

          +0

        Alerter
  • Moussars // 17.08.2020 à 10h43

    « CIA en France. 60 ans d’ingérence dans les affaires francaises, La » – Frederic Charpier

      +7

    Alerter
  • roseceslamort // 17.08.2020 à 12h29

    de plus en plus illisible, mollo avec DeepL, ça peut aider, mais tout lui confier devient désastreux…

      +2

    Alerter
  • Undertones // 18.08.2020 à 15h28

    Bah il suffit de voir les attaques depuis 2 ans et demi sur la Chine des organes de presse US et HK puis repris sans vérification par les médias européens.

      +1

    Alerter
  • Clode // 20.08.2020 à 01h10

    Frank G Wisner n’a t il pas été l’époux de la deuxième femme de Pal Sarkozy, dont un certain Nicolas fut proche ?

      +1

    Alerter
  • Lydie // 23.08.2020 à 13h47
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications