Les Crises Les Crises
26.juin.201926.6.2019 // Les Crises

Interdit d’interdire : Quel avenir pour la droite ?

Merci 43
J'envoie

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire, 17-06-2019

Frédéric #Taddeï reçoit :

– Élisabeth Lévy, directrice de rédaction chez Causeur

– Ferghane Azihari, analyste en politique publique

– Aurélie Gros, vice-présidente du département de l’Essonne, conseillère régionale d’île-de-France et présidente de La France Vraiment

– Erik Tegnér, président de Racines d’Avenir

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire, 17-06-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 26.06.2019 à 10h11

La droite n’existe plus pour le moment vu que ses valeurs économiques sont portés par Macron en tout cas la partie Ultralibéral, protectionniste et valeurs nationales et traditionnelles par le RN.

Il leur reste quoi ?

17 réactions et commentaires

  • K // 26.06.2019 à 07h37

    C’est le moment de citer les 3 droites de René Rémond : 1) la droite légitimiste, 2) la droite orléaniste et 3) la droite bonapartiste. Si on adapte cette grille de lecture au XXIe siècle, on a, respectivement, 1) la droite libérale (et europhile), 2) la droite conservative et 3) la droite souverainiste.
    Le crénau libéral étant occupé par Macron et le crénau souverainiste par Le Pen et Dupont-Aignan, “Les Républicains” doivent se contenter du strapontin conservateur (Fillon 2017 et Bellamy 2019). Mais la France n’est pas un pays protestant et puritan, le conservatisme n’y rassemble pas plus de 15% de l’électorat. Et LR ayant perdu son status de grand parti incontournable, il n’attire plus le vote utile. D’où la dégringolade (8% aux européennes de 2019).

    Enfin bon, on fait semblant de croire que tout ce cirque a de l’importance alors qu’on sait tous que quelque soit les résultats électoraux, le parti majoritaire appliquera la même politique décidée à Berlin, Francfort ou Bruxelles (ou Washington pour ce qui concerne la politique extérieure).
    Il est plus interessant de regarder la politique dans des pays où il se passe actuellement des trucs significatifs (Etats-Unis, GB, Italie, Russie).

      +14

    Alerter
    • Kiwixar // 26.06.2019 à 11h35

      L’Italie montre au contraire que les résultats nationaux comptent, quoi qu’en pense Bruxelles et même Washington (Italie et nouvelle route de la soie). Nous vivons des temps intéressants.

        +8

      Alerter
    • Quintus // 27.06.2019 à 10h13

      Est-ce qu’il ne faudrait pas inverser 1) et 2) ?
      Le légitimisme était clairement associé au conservatisme et l’orléanisme à la droite d’affaires.

        +2

      Alerter
  • aladin0248 // 26.06.2019 à 08h03

    J’ai tenu cinq minutes à l’expression de cette bouillie intellectuelle … la droite, la gauche, le libéralisme … en fond de tableau, comment se faire réélire par des français qui assistent, impuissants, à l’effondrement de leur société. Le souverainisme ? mais ces gens n’y croient pas ! C’est juste un slogan. Et la difficulté, c’est de savoir à quel moment il est judicieux de le sortir ou de le taire. Les problèmes de fond sont l’UE, l’OTAN et l’immigration. Le reste on s’en fout ! A oui ! il y a aussi la lutte contre le réchauffement climatique, mais ça, ça ne fait pas bon ménage avec la divine Croissance -eh oui, plus tu t’agites et plus tu produits et plus tu crées de CO2- et ça, personne ne se garde bien de le dire. Grosse fatigue ! Là, on s’arrête et on réfléchit.

      +13

    Alerter
  • Fabrice // 26.06.2019 à 10h11

    La droite n’existe plus pour le moment vu que ses valeurs économiques sont portés par Macron en tout cas la partie Ultralibéral, protectionniste et valeurs nationales et traditionnelles par le RN.

    Il leur reste quoi ?

      +14

    Alerter
    • Kiwixar // 26.06.2019 à 11h40

      “En France, la gauche a trahi le peuple, et la droite a trahi la nation” (Charles Gave).
      Cela donne un bon argument aux royalistes.

        +9

      Alerter
      • Owen // 26.06.2019 à 14h35

        Vous auriez envie d’un Hollande à vie ?

        (ou Macron, ou, ou…)

        … ou bien encore: cela donne peut-être au contraire un bon argument à la démocratie, la vraie, celle populaire (pas nationale). Celle qui dit: “ce pays est à nous. Maintenant, qu’est ce qu’on peut faire ensemble ?”

          +4

        Alerter
  • Toff de Aix // 26.06.2019 à 10h24

    La droite ? Marion maréchal (nous voilà) est en train de préparer son absorption, avec l’aide inconsciente, mais ô combien constante, du gouvernement macron. De fait, LREM, cette espèce d’UMP mâtiné de FN qui ne dit pas son nom, aimerait bien s’emparer du gâteau…et ils y ont partiellement réussi. Mais, le but de macron l’éborgneur n’étant pas forcément de se faire réélire (plutôt de détruire le reste de modèle social français tant qu’il le peut encore) , il néglige les signaux qui annoncent un raz de marée de ce FN devenu RN, blanchi de toutes accusations de racisme, rendu européo compatible par une marion qui a bien compris les enjeux, vu qu’elle est allée s’entraîner à la source, chez ses amis Républicains US. .. Les signaux ? RIEN n’a été fait pour les retraités, rien n’a été fait pour les PME, rien n’a réellement été fait pour tous ceux qui traditionnellement, votent à droite dans ce pays, et représentent une large majorité de ceux qui ont le pouvoir économique… Voire une large majorité des votants tout court.

    Avec tous ces éléments je prédis donc un raz de marée RN aux municipales. Et je prédis l’élection de Marion maréchal à la prochaine présidentielle, car Marine est grillée et la petite nièce passe très bien, elle a donné des gages et en donne de plus en plus à qui il faut. “Mark my words” comme ils disent aux States..

    Macron et LREM pensent qu’ils peuvent détruire la société française et la transformer en lander de Bruxelles, et qu’en même temps ils peuvent se représenter au suffrage en refaisant le coup de “nous ou le chaos” à chaque fois.

    C’est prendre les français pour ce qu’ils ne sont pas. C’est aussi jouer avec le feu… Tout en ne sachant pas qu’on est déjà largement imbibé d’essence.

      +13

    Alerter
    • Véro // 26.06.2019 à 17h14

      Je pense que la nièce ne passe pas si bien qu’on pourrait le croire. Trop conservatrice (catholique). J’imagine plutôt Macron renouveler son mandat (ou un autre, peu importe).
      Prendre les français pour ce qu’ils ne sont pas, ils peuvent le faire sans problème grâce à l’abstention.
      Les électeurs n’ont pas encore appris assez de l’expérience passée. Soit ils votent pour les “grands” partis (médiatiquement, ou historiquement), soit ils ne votent pas.

        +5

      Alerter
  • Sébastien // 26.06.2019 à 13h01

    Est-ce qu’il existe une émission où Elisabeth Lévy n’est-pas invitée?

      +7

    Alerter
    • Fabrice // 26.06.2019 à 20h22

      Le problème ce n’est pas ses idées qui sont plutôt intéressantes mais la façon dont elle les présentes, celui qui m’insupporte c’est “on en est là parce que le monde n’est pas assez libéral mais chers interlocuteurs vous êtes trop c.n pour le comprendre” . La je rejoins Levy lorsqu’elle le souligne.

        +4

      Alerter
  • Cgrotex // 26.06.2019 à 22h16

    Il reste les légitimistes , ligne Buisson. Eux non trahi personne depuis longtemps et son viscéralement anti-bourgeoisie.
    Ils étaient parmi les premiers à rejoindre De Gaulle à Londres. C’est surement les derniers à servir une cause plus grande qu’eux. Mais ils ne sont pas nombreux pour le moment…

      +4

    Alerter
  • Louis Robert // 26.06.2019 à 23h02

    « Quel avenir pour la droite ? »

    *

    Le même qu’au cœur de l’Empire: hégémonique.

    Dans les faits, il n’y a plus en France que la droite, devenue en fait parti unique, comme au cœur de l’Empire, à savoir un seul Parti apparemment « en deux partis»… comme on parlait jadis d’«un Dieu en trois personnes », mais bien d’« un seul Dieu ».

    Face à ce parti unique très minoritaire mais non moins au pouvoir, l’unique majorité, massive, des abstentionnistes + les non-inscrits + les électeurs qui votent blanc…

    Fin d’un système électoral du pareil au même, et d’une « démocratie » bidon.

      +3

    Alerter
    • Véro // 27.06.2019 à 06h41

      je suis entièrement d’accord. Il n’y a plus que la droite en France. Et ceci résulte d’une action volontaire de destruction de la gauche (du communisme pour être plus exacte) et du gaullisme, pour pouvoir réaliser l’UE (d’idéologie auto-proclamée néo-libérale), dont la naissance n’a pu avoir lieu que grâce à un magouillage de la loi électorale, et pour pouvoir permettre l’intégration et la mise au pas des Etats dans l’UE, dont on peut remarquer qu’elle est très rapide depuis qu’il n’y a plus d’opposition.

      le jour où les électeurs vont réaliser ce qui s’est vraiment passé, peut-être que ça changera.

        +3

      Alerter
      • Louis Robert // 27.06.2019 à 11h41

        Eux qui se font faire le coup du FN/RN/… à répétition et qui acceptent avec délectation de jouer aveuglément, encore et encore, à ce jeu de… disons de … de dupes (?…), autant ne pas en attendre un trop gros effort de lucidité. Le vote absurde semble s’avérer une drogue hallucinogène puissante qui crée une dépendance insurmontable au vide, ultimement au néant.

          +0

        Alerter
        • Véronique // 27.06.2019 à 15h30

          Oui, c’est plutôt désespérant.
          Mais tout est fait pour que les citoyens se comportent de cette façon.
          L’éducation nationale d’abord, les médias et la propagande.
          Quand certains journalistes présentent l’intervention US du débarquement et de ses suites, comme une conséquence de l’exaspération des gentils américains vis-à-vis de ces sales garnements européens toujours en train de se faire la guerre, beaucoup de gens y croient.
          Comme beaucoup de gens croient que l’UE a été une volonté commune, de tout le monde, une aspiration à la paix générale, et dans ces conditions comment oser déconstruire ce que tant d’hommes de bonne volonté ont construit pour notre bonheur, avec tant d’amour ?
          Et bien sûr, et en même temps, tout le monde fait comme si l’UE n’existait pas. Si bien que tout le monde joue la comédie. Les jeux sont déjà faits, mais on fait semblant de décider de tout au niveau français.
          On signe aussi des traités qui soit-disant n’ont aucune conséquence, et beaucoup y croient.

          bref… désinformation, éducation défaillante, et propagande active, et même très active, et on a le résultat actuel (dans un contexte économique encore relativement favorable pour une part importante de la population).

            +3

          Alerter
          • Louis Robert // 27.06.2019 à 17h48

            D’accord, mille fois d’accord. MAIS…

            Une fois que nous avons dit et répété tout cela (et bien davantage…) ad nauseam, le citoyen doit pourtant finir par s’admettre sa responsabilité de non-légume, aspirer à être autre chose qu’un pigeon de B.F. Skinner… Non?

            Il doit pourtant un jour éprouver le besoin irrésistible d’assouvir sa curiosité, de connaître, de s’informer, de s’instruire, d’apprendre, de chercher, de découvrir, de vérifier, de critiquer radicalement et sans complaisance, de savoir enfin de source sûre, faisant plein usage de son imagination, de sa raison, de sa faculté de penser… pour enfin agir à la pleine mesure de son humanité!… Non?

            Nous ne sommes tout de même pas les esclaves de l’éducation nationale défaillante, des médias, de la propagande très active, des journalistes, de la désinformation, des politiciens, de l’UE, de l’Empire et de tout le saint-frusquin…

            Je vous avoue ne pas comprendre cette déresponsabilisation si complaisamment éloquente que l’on entend invariablement sur toutes les tribunes en France. Notre paralysie me consterne comme ferait une déshumanisation généralisée.

            Maintenant, un petit sourire… ?

              +0

            Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications