Les Crises Les Crises
27.mars.201527.3.2015 // Les Crises

[Pour en finir avec les bêtises] Les abstentionnistes voteraient pratiquement comme les votants !

Merci 210
J'envoie

J’avais ces infos sous le coude depuis les européennes, j’en profite pour les sortir…

En effet, plusieurs d’entre vous ont réagi au dernier billet sur les analyses des votes aux départementales par CSP sur le thème, je cite par exemple :

“Si je regarde bien avec le tableau des abstentions : 49 % des 48 % des ouvriers votants choisissent le FN. Sauf erreur de ma part cela fait environ 23 % des ouvriers ! C’est toujours beaucoup trop mais c’est beaucoup moins qu’indiqué par ce titre… […] Continuez à être exigeant avec la réalité des faits pour aider à la réflexion collective pour sortir de cette impasse redoutable et rejetez la facilité et la pauvreté intellectuelle des médias dominants et bien pensants…”

C’est un refrain fréquemment sorti pour finalement interdire d’analyser tout résultat électoral, quand ça arrange… (je me rappelle que Ruquier l’a sorti après les élections pour le FN – se gardant bien de faire la même chose avec le PS, bah oui, il n’a pesé que 5,7 % des électeurs inscrits, il serait temps pour lui de rendre le pouvoir si on le disait trop…). (N.B. Ce billet ne vise nullement à nier l’importance du phénomène d’abstention et son interprétation, c’est un AUTRE sujet)

Ce raisonnement conduit finalement à définir une nouvelle Catégorie Socio-Prof : “abstentionniste”, ce qui est stupide. Si on a souvent 50 % d’abstentions dans les petites élections, il n’y en a plus que 15 % à la présidentielle : il arrive donc bien aux abstentionnistes de voter, ils ont donc bien (évidemment) une opinion politique.

L’Ifop (sources ici et ici) a donc intelligemment fait une enquête pour les européennes 2014 sur ce sujet, leur demandant pour qui ils auraient voté si le vote avait été obligatoire. Les résultats sont éloquents :

Ils le restent, en gros, par CSP :

Ce qui est d’ailleurs assez logique : quand 2 millions d’ouvriers votent, il y a quand même peu de chance que le résultat soit très différent de la vision des 5 millions d’ouvriers (dont près de 4,5 millions votent à la présidentielle)… C’est un des principes de la loi des grands nombres – le biais de “vote à cette élection” n’est pas très important…

Bref, bonne nouvelle : plus la peine de se prendre la tête pour les analyses des votes !

Les résultats des votes exprimés sont toujours assez proches de ceux de la population totale

(c e qui, évidemment, n’empêche pas d’analyser par ailleurs le fait que tant de sens s’abstiennent, ce qui a un sens réel)

Commentaire recommandé

Xavier // 27.03.2015 à 08h30

“j’irai voter pour l’exprimer clairement et que personne ne puisse dire que j’étais à la pêche ”
En même temps si vous agissez pour ce que les autres pensent de vous…

Je respecte votre choix mais mon interprétation est :
– pas de candidat me satisfaisant : vote blanc
– système politique ne me satisfaisant pas : abstention
Donc me plaçant dans la 2ème catégorie, je ne vote plus… et ce qu’en pensent les autres m’indiffère. Je ne leur demande pas d’en penser qq chose mais de respecter des principes démocratiques.

Notre société dérive depuis bien longtemps dans le blablatage politico-socio-économico-broderie, c’est devenu un théâtre où l’on parle bcp pour ne pas dire grand chose, un peu comme le crash.

A partir du moment où l’on a remplacé les principes par les valeurs, tout était dit : chacun les siennes et dieu pour tous, alors que les principes sont censés régir la vie commune et être immuable.

Le prêt à pensé pseudo-moral et pseudo-républicain est le cache-sexe de l’individualisme qui caractérise nos sociétés.

220 réactions et commentaires - Page 2

  • Joanna // 27.03.2015 à 17h38

    Je voudrais signaler le cas d’un sondage « extrême » mais bien réel.
    Là où je vote un sondage a été fait pour plusieurs cantons, les résultats, avec 2 chiffres après la virgule (on est au centième d’électeur), présentés tels quels à la chaine locale avec le directeur de l’institut, publiés le lendemain par la presse locale et publiés sur internet.

    Et les « journalistes » se sont partout déversés en exégèses savantes à partir de ces « résultats ».

    Léger problème quand même : le directeur d’agence a révélé sur le plateau télé, en réponse à une question posée, qu’il n’était pas facile d’obtenir des réponses et qu’il avait fallu interroger plus de 10 personnes pour avoir une réponse, les autres ayant refusé.

    Pour moi il était évident que les 90% de personnes refusant de répondre au sondage n’allaient en aucun cas se comporter comme les 10% qui ont accepté et ça n’a pas empêché les journalistes de commenter le sondage au centième comme si c’était parole d’évangile.

    Bien entendu les résultats du 1er tour étaient tout autres.
    Tel binôme donné largement en tête était … largement second. Dans certains cas on a vu des écarts frôlant les 20% entre sondage et votes et aussi des résultats x5 pour les petits candidats.

    C’est peut-être un cas extrême mais je pense que de moins en moins de personnes font part de leur intention de vote au téléphone mais ça on ne nous le dit pas. Et je continue de penser qu’à partir d’un certain niveau de non réponse le soi-disant sondage ne vaut plus rien.

      +5

    Alerter
  • JA // 27.03.2015 à 17h55

    (Je n’ai pas eu le temps de lire tous les commentaires, ce que je vais dire a donc peut-être déjà été signalé par un autre intervenant.)

    Ce sondage présente tout de même des distorsions importantes, en particulier par les différences considérables sur les intentions de vote Front de Gauche et EELV. Ou bien c’est une suite de coquilles, ou bien la qualité du sondage est douteuse.

      +0

    Alerter
  • Wilmotte Karim // 27.03.2015 à 17h58

    Sans les refus de réponse, ce sondage est à prendre avec d’énormes pincettes.

    Et quoi qu’en disent certain, il faut AUSSI prendre avec d’énormes pincettes les résultats d’un sondage sur ce que ferraient les non-votants… s’ils n’en étaient pas.

    Si le résultat est intéressant, il ne peut en aucun cas être repris comme la description d’autre chose que ce qu’il dit : parmi ceux qui ont acceptés de répondre, les résultats pourraient être identique s’ils allaient voter.

      +1

    Alerter
  • couci couça // 27.03.2015 à 18h19

    Ce qui est curieux c’est que les soirs d’élections nous avons les résultats à 20 heures alors même que les bureaux de vote des grandes villes viennent juste de fermer.
    Donc on fait voter des millions d’électeurs alors que 10 % donnent la réponse .
    Ce qui veut dire que nos votes sont prédéterminés .
    Ambiance , enjeux, analyses médias, sondages ?
    Autre curiosité : Jospin a été battu alors qu’il était donné largement gagnant par les sondages sur Chirac .Par contre le FN avait été sous évalué .
    Du coup beaucoup ont voté des listes “secondaires”.
    Et Chirac est passé .

      +0

    Alerter
  • Arthur // 27.03.2015 à 18h29

    Même Le Monde en avait fait un article.
    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/05/26/peut-on-relativiser-le-score-du-fn_4426060_4355770.html
    L’abstentionnisme, le pire des arguments des désespérés de l’UMPS… Repris par l’extrême gauche pour contre-attaquer le “vote utile”. Fort heureusement, aujourd’hui plus grand monde ne les prends au sérieux.
    Moi moi qui vote le plus souvent blanc, je me fais systématiquement emmerder par ces guignols… Désespérant.

      +0

    Alerter
  • RGT // 27.03.2015 à 18h39

    “Être GOUVERNÉ, c’est être gardé à vue, inspecté, espionné, dirigé, légiféré, réglementé, parqué, endoctriné, prêché, contrôlé, estimé, apprécié, censuré, commandé, par des êtres qui n’ont ni le titre, ni la science, ni la vertu…
    Être GOUVERNÉ, c’est être, à chaque opération, à chaque transaction, à chaque mouvement, noté, enregistré, recensé, tarifé, timbré, toisé, coté, cotisé, patenté, licencié, autorisé, apostillé, admonesté, empêché, réformé, redressé, corrigé.
    C’est, sous prétexte d’utilité publique, et au nom de l’intérêt général, être mis à contribution, exercé, rançonné, exploité, monopolisé, concussionné, pressuré, mystifié, volé ; puis, à la moindre résistance, au premier mot de plainte, réprimé, amendé, vilipendé, vexé, traqué, houspillé, assommé, désarmé, garrotté, emprisonné, fusillé, mitraillé, jugé, condamné, déporté, sacrifié, vendu, trahi, et pour comble, joué, berné, outragé, déshonoré.
    Voilà le gouvernement, voilà sa justice, voilà sa morale !”

    Pierre-Joseph Proudhon. Idée générale de la Révolution, 1851

    —————————————————————————————–

    Euuh… Ce texte n’a pas pris une ride en 164 ans.

    Particulièrement le morceau choisi : “par des êtres qui n’ont ni le titre, ni la science, ni la vertu”.

    Ensuite on s’étonne que les lois votées soient totalement contraires à l’intérêt des peuples, que les gouvernants s’assoient allègrement sur l’opinion des peuples.

    Je tiens à rappeler que les idées de Proudhon ont été à l’origine de la Commune de Paris (pas celles de Marx, comme le soutenaient les communistes).
    Le peuple de Paris en avait marre de se faire tondre par les politicards véreux et les oligarques.

    La Commune de Paris a été discréditée, surtout par la “Gôche Bien Pensante”, allez savoir pourquoi.

    Essayez de trouver UN SEUL “MENEUR” dans la Commune de Paris.

    Il n’y en avait PAS !!!

    C’était les citoyens qui décidait en commun des actions à mener et de la manière dont ils souhaitaient vivre ensemble.
    Sans personne au dessus d’eux.

    Du coup, les politiciens et les oligarques ont eu une trouille monumentale et ont méthodiquement exterminé tous des gueux qui risquaient de supprimer leurs privilèges.

    Renseignez-vous, mais sérieusement, pas en lisant les manuels d’histoire ou de propagande officielle (les gagnants écrivent l’histoire).

    Chose étonnante, c’est de l’autre côté de la Manche qu’on trouve le plus d’infos objectives sur ce mouvement populaire.

    Je n’ose pas imaginer ce qui se passerait en cas de soulèvement identique à la Commune de Paris aujourd’hui.

    Je me demande s’ils ne calmeraient pas le peuple façon “Hiroshima”…

    Avec les loustics qui tiennent les rennes actuellement, on peut s’attendre à tout.
    Le Donbas ferait figure de gentil pique-nique chez les bisounours.

      +3

    Alerter
    • Caramba ! // 27.03.2015 à 21h27

      Bonsoir,
      Au
      Moyen-âge, les gens geraient bien plus leur vie qu’aujourd’hui, on veut nous donner une image arriérée de cette epoque mais des recherches récentes viennent l’ infirmer.moi, je suis pour les comités de villages, en fait, l’inverse de ce qu’il se passe, du bas vers le haut.avec u e banque centrale et nationale et pas d’autres banques’ , aucune.
      Une repartition de la richesse française puisque sans les francais, la france n’est rien, on ne peut pas en dire autant de nos slogandistes actuels.
      Enfin, je dis ça, c’est peut-être complètement con, bon…….

        +0

      Alerter
      • Christophe Vieren // 28.03.2015 à 11h55

        Oui en effet au moyen âge la démocratie était très vivace à l’échelle . . . des villages. Et ce pouvait être suffisant (n’oublions tout de même pas que l’on ne leur demandait pas l’avis sur les pouvoirs des seigneurs, le montant de l’impôt, …)
        Aujourd’hui, l’échelle du village ne permet plus de décider de l’ensemble des problèmes : l’économie est imbriquée, la mobilité esst devenu nationale voire internationale, …. Aussi l’aménagement du territoire (infrastructure routière, aéroport, communications, énergie, ….) ne peut être un ensemble de décisions municipales mise bout à bout. D’où la nécessité pour de nombreuses chose de décision à des échelles bien plus importante.

          +0

        Alerter
  • elisabeth // 27.03.2015 à 19h17

    Un sondage de Valeurs actuelles sur les abstentionnistes aux européennes avait donné le même résultat !!!

      +0

    Alerter
  • Trololo // 27.03.2015 à 20h17

    Je vais m’abstenir dimanche prochain et j’y tiens. Les 2 camps qui s’affrontent chez moi sont un vrai concours de pignoufs. Je n’ai donc aucune envie de participer à cette mascarade.

    Et je ne me déplacerai pas pour mettre quoi que ce soit dans l’urne. Si c’est un droit de voter, alors je suis libre d’en disposer…ou pas !

      +2

    Alerter
  • Amadeus // 27.03.2015 à 20h47

    Juste une précision, cette correspondance entre le résultat des votes et ce qu’il aurait été si les abstentionnistes étaient allés voter indique tout de même qu’il n’y a pas de corrélation entre le parti pour lequel un électeur potentiel vote et sa propension à s’abstenir. Ça ne me paraît pas du tout évident a priori.

      +0

    Alerter
    • Crapaud Rouge // 28.03.2015 à 00h02

      Oui, pas évident, à cause de tous les biais cognitifs, mais tout à fait évident quand on accepte le B A BA des stats. C’est pourquoi les commentaires critiques m’amusent, (et ne m’énervent pas, contrairement à mon habitude 🙂 ), parce que je sens bien la (petite ?) déception dont ils sont le reflet.

        +0

      Alerter
  • Zarathousthra // 27.03.2015 à 20h49

    AMHA les abstentionnistes voteraient majoritairement blanc s’ils étaient obligés…Visiblement on a pas jugé utile de proposer ce choix.

      +1

    Alerter
  • Caramba ! // 27.03.2015 à 21h14

    Merci
    IDirect,
    On comprend mieux le pourcentage d abstentionnistes il me semble.perso je reste persuadé que le jeu du pouvoir et des merdias est de nous faire peur avec le fn pour que nous ne quittions pas les deux partis établis.d’ailleurs, ils ne se cachent même plus, ils voguent entre l’un et l’autre au fil du remplissage de leurs comptes en banque, au fil des dossiers qu’ils détiennent les uns contre les autres, au fli des délits d’initiés auxquels ils participent tous, au fil des parties fines(alcool, drogues, putes euh, call girl, au fil de leurs mariages d’intérêt, au fil de leurs entrées et de celui de leur progeniture, etc et tojt ce petit monde fini par souffrir d’une consanguinité pathologique, celle qui fait qu’ils ne sont plus aptes a nous représenter et donc moi, je ne vote pas si ça n’a aucun sens.
    Cordialement

      +1

    Alerter
    • Christophe Vieren // 28.03.2015 à 11h56

      En dehors de l’ump du ps et du Fn pas d’autres votes possibles ?

        +0

      Alerter
      • 1Direct // 28.03.2015 à 18h07

        Si bien sûr.
        Mais je n’ai pris que les 3 antagonistes en raison du rabâchage du genre ” … oui mais vous n’avez pas de programme … si, si nous en avons un … c’est pas vrai …” etc., etc.
        Donc j’ai juste voulu savoir qui affiche un programme ou pas (un vrai … en rapport avec le sujet).
        Je ne peux pas dire que ma boite à lettre a débordé de programmes.
        Je n’ai eu que la Droite et le PS et, comme je l’ai écrit plus haut, en dehors de nous faire la liste des compétences des départements et du “… faut pas voté pour l’autre …” 😉 rien.
        Si c’est juste pour nous lister les compétences (comme sur les plateaux TV) ils auraient tous pu faire des économies d’imprimerie.
        Mais je l’ai précisé, je ne suis pas exhaustif.

        Et puis ma capacité à souffrir est limité … je l’avoue humblement 🙂

          +0

        Alerter
        • 1Direct // 28.03.2015 à 18h14

          PS:
          Mais peut-être devriez-vous lire les liens que j’ai mis et vous faire votre opinion.
          Il est aussi possible que je n’ai pas trouvé ou suffisamment cherché.
          Mais dans ce cas il y a tout de même un problème sur le manque de visibilité (volontaire?)

            +0

          Alerter
  • Caramba ! // 27.03.2015 à 21h30

    Je vais peut-être dire une énormité mais les blancs ne reviennent-ils pas à la majorité au final?

      +0

    Alerter
    • Louis Robert // 28.03.2015 à 02h00

      Les “abstentionnistes” SONT la majorité, l’unique majorité! Il suffirait de leur donner une voix pour s’en rendre compte incontestablement.

        +1

      Alerter
  • 1Direct // 28.03.2015 à 01h04

    En résumé
    Si tu votes tu cautionnes le système qui pourra toujours dire que tout ce qu’il fait est réalisé avec ton accord. Enfin avec la majorité.
    Donc tais-toi.
    Si tu as votè contre c’est “pareil” puisque la majorité a voté un chèque en blanc au système système.
    Donc tais-toi ou, à la limite, râle… en silence et pas trop.
    Si tu t’abstiens c’est pareil. Enfin simplement, d’après le système, tu n’as rien à dire puisque tu n’as pas voté.
    Donc tais-toi.

    Et le vote blanc? Queston d’interprétation mais au final.. Tais-toi puisque la majorité a signé et/ou que blanc n’est pas considéré comme une opinion.
    Donc tais-toi

    Conclusion?
    Vote ou vote pas mais après… Tais-toi !!

      +2

    Alerter
    • Christophe Vieren // 28.03.2015 à 12h12

      Allez , imaginons que le peuple vote pour un programme commun de la gauche. Imaginons que durant les premières années après l’accession au pouvoir des partis ayant promis ce programme, les promesses sont tenues. Imaginons qu’aux élections suivantes, le parti A qui avait amené le parti B à signer le programme commun, devienne minoritaire et le B majoritaire et que suite à cela le parit B fasse volte face parce que le peuple ne vote plus comme quelques années avant. La faute incombe à qui :
      1) Au système électoral ?
      2) Au peuple ?
      3) Au parti A ?
      4) Au parti B ?
      3) Autre réponse ?

        +0

      Alerter
  • Louis Robert // 28.03.2015 à 01h51

    Si le vote était obligatoire, ce qu’on appelle à tort “démocratie” (déjà devenue une pure imposture par la corruption systémique et généralisée qui en est l’essence même) cesserait d’exister.

    Citoyen et démocrate, jamais je n’accepterai de voter par contrainte, surtout pas pour ÇA. Une fois encore, je dirai catégoriquement “NON” au pouvoir.

    Mon abstention (je refuse de voter comme l’on veut m’obliger à le faire) a toujours signifié et continue de signifier “AUCUN de ceux-là, merci!”. Elle ne s’inscrit en aucune façon dans ce que l’on désigne communément comme étant “le vote de la population totale”.

    Le jour où l’on permettra aux électeurs inscrits de voter “AUCUN de ceux-là, merci!” et que l’on rendra public combien d’entre eux l’ont fait, ce jour-là seulement (ou le lendemain…) saurons-nous, selon moi, ce que dit vraiment la majorité de la population, relativement à ce rituel “démocratique” résiduel que plus personne ne prend vraiment au sérieux. — Faire comme si ne compte pas…

    ___

    P.S. Si l’abstention ne signifiait rien, il y a longtemps qu’on la comptabiliserait et que l’on aurait rendue publique son ampleur. La réalité demeure que les maîtres du pouvoir n’ont aucun intérêt, on le comprend sans difficulté, à connaître et à faire connaître la signification réelle d’un taux d’abstention de près ou de plus de 50% des électeurs inscrits… et qui ne cesse de croître. La “légitimité” forcée, avec l’appui de moins de 20 à 25% des électeurs inscrits, ce n’est pas “vendeur”… comme on dit.

      +0

    Alerter
  • lanQou // 28.03.2015 à 09h39

    Allez, encore un petit commentaire, c’est un sujet passionnant.
    Avec un peu de recul, cette idée de “les abstentionnistes auraient voté peu ou prou comme les votants s’ils y avaient été obligés”, que je ne conteste pas, et qui fait dire qu’on pourrait donc s’abstenir de considérer sérieusement l’abstention en étendant les pourcentages exprimés à un pourcentage de représentativité chez les inscrits et de là, à la population générale, relève de l’escroquerie intellectuelle.

    Prenons ainsi le score du PS dans votre exemple pour ces élections européennes: 14% des inscrits.
    Comme “les abstentionnistes qui auraient été obligés de voter” auraient aussi voter à 14% pour le PS, on en conclut que 28% de la population adhère aux idées du PS.

    Or si on s’interroge un peu sur les votants pour ce parti, aucun sondage ne nous dit si les votants ont voté PS:
    – parce qu’ils soutiennent ce parti, son programme et ses idées
    – parce qu’ils apprécient le ou la candidat-e de ce parti
    – pour faire barrage à la droite
    – pour faire barrage à l’extrême droite
    – parce qu’ils ne s’intéressent pas à la politique mais remplissent leur devoir de citoyen et qu’ils se sentent plus ou moins “de gauche”
    – etc,etc.

    Il apparaît donc déjà qu’au sein même des votants, une fraction non négligeable vote pour les partis non en fonction de leur adhésion à ces partis, mais en fonction d’éléments externes (c’est là qu’est tout l’intérêt du votutile et de la diabolisation du FN entre autres…).
    On peut donc légitimement supposer que les 14% des inscrits qui ont voté PS sont donc déjà une surreprésentation de l’adhésion au PS.
    Tenter donc de faire croire que ces 14% des inscrits sont en fait 28% (avec une abstention à 50%) est une arnaque démocratique de haut vol.
    Le fait est que dans la population française, 14% des citoyens au plus, certainement bien moins (10%, 8%…pas de sondage IFOP pour ça?) adhèrent aux idées du PS (ce qui ne contredit pas que si tout le monde avait été obligé de voter, le PS aurait effectivement récolté 28%).

    Ce tour de passe-passe permet aux commentateurs de faire briller le vernis démocratique du système électoral qui sans ça, sauterait aux yeux du premier venu.
    Ainsi le FN, premier parti de France, ne représente en fait à peu de chose près, que 12,5% des citoyens, le principal parti d’opposition 11% et le parti qui gouverne le pays: 10%. C’est un scandale pur et simple. Nous ne sommes pas en démocratie, nous sommes en oligarchie, une oligarchie qui repose sur le pouvoir de la propagande médiatique qui contrôle l’opinion.

    Je peux comprendre que vous ne souhaitiez pas aller si loin, mais je trouve qu’il est fort malvenu de qualifier de “bêtise” la remise en cause de la non considération de l’abstention pour ce qu’elle est: une défiance à l’égard du système politique en général et de la non représentativité de ceux qui nous dirigent.

      +1

    Alerter
    • Christophe Vieren // 29.03.2015 à 21h58

      Ben non IanQou : 14% (des exprimés) + 14% (des abstentionniste) ne font pas 28 % mais . . . 14% si les deux populations sont identiques (Electeurs = 50% de votants et 50% d’abstentionnistes obligés de voter). Sinon il faut faire une moyenne pondérée.

        +0

      Alerter
  • leonard // 28.03.2015 à 10h46

    Je suis un doux rêveur…
    Il faut faire quelques nuances. Beaucoup critiquent le fonctionnement politique mais peu adhèrent à un pari.Pour ma part je crois que pour faire évoluer le système, il faut entrer en masse dans les partis dits gouvernementaux pour leur donner un nouveau souffle, de nouvelles règles et de nouveaux objectifs. C’était apparemment l’un des axes d’une ancienne candidate aux présidentielle mais pas seulement; ce débat existe aussi dans d’autres partis, et il porte ses fruits, certes un peu riquiqui comme la démarche vers des primaires ouvertes et “universelles”. C’ est aussi ce qui guide de nombreux candidats F.N. qui n’ont pas pu ou voulu arriver aux postes à responsabilité dans les partis classiques tant le centralisme démocratique (il faut bien une règle…) est décourageant et favorise les gens déjà en place pour le pire comme pour le meilleur mais jamais le renouvellement des idées et des individus.
    Pour ouvrir les bastions, ou nous prenons de la dynamite ( la révolution) pour faire sauter les portes ou nous déverrouillons de l’intérieur et l’age (= sagesse?), pas l’embourgeoisement, je suis ouvrier smicard, m’a fait passé du statut de cigale chantant Le Temps des Cerises à celui de fourmi laborieuse dans les structures démocratiques à ma portée. Cependant, j’ai souvent envie d’exhorter la foule à saisir pioche faux et hache.

      +0

    Alerter
    • Louis Robert // 28.03.2015 à 21h46

      “… pour faire évoluer le système, il faut entrer en masse dans les partis dits gouvernementaux pour leur donner un nouveau souffle, de nouvelles règles et de nouveaux objectifs”?

      Je ne saurais partager votre optimisme… Partout, les partis sont corrompus jusqu’au trognon, de par la nature même de leur financement. J’entends bien de leur financement réel, et non pas fictif… Pour cette raison surtout, les partis sont donc lieux de corruption par excellence, des lieux qui corrompent et qui pervertissent; d’où tous les cas qui, toute notre vie durant, ont été portés à notre attention, ad infinitum, dans tous les pays où il y a des partis… qui ne sont pourtant que la fine pointe de cet “iceberg” politique.

      C’est dire que ceux qui se joignent à un parti ne peuvent pas ignorer cette réalité. S’ils y entrent, c’est donc qu’ils l’acceptent. Pour en changer? Mais enfin… il n’y a pas un d’entre eux/elles sur un milliard qui y a changé quoi que ce soit. Bien au contraire, le “système des partis” est plus pourri que jamais, comme on le voit si merveilleusement au cœur de l’Empire (aux USA) où la ploutocratie anti-démocratique a pris depuis longtemps le pas sur ce que l’on y appela jadis la soi-disant “démocratie”.

      Désolé, mais devant tant d’exemples persuasifs et qui continuent de se multiplier ad nauseam, devant tant de gens trouvés coupables, condamnés… et qui, après une courte virée au Purgatoire, reviennent au parti, sont réélus dans les mêmes conditions, etc. … non, je ne crois pas au miracle.

      L’unique solution ne peut passer que par l’abolition des partis et la disparition de la politique des partis. Ce n’est pas pour rien que de Gaulle méprisait ouvertement et si profondément les partis: il avait un parti-pris pour la réalité, alors les partis… Surtout qu’il ne les connaissait que trop, tout comme il savait trop bien ce qu’étaient vraiment ces créatures dites “de partis”… et surtout ce qu’elles valaient. Rien de cela n’a changé depuis qu’il n’est plus parmi nous.

        +0

      Alerter
      • Francesc Pougault // 29.03.2015 à 13h11

        Vivie l’interdiction des partis! Vivie l’abolition du droit de vote!
        De Gaulle n’a eu de cesse de créer et renfocer son parti. En 68, il est parti la queue entre les jambes mendier la protection du grand démocrate Massu; en 69, le peuple l’a renvoyé sur les plages d’Irlande.

          +0

        Alerter
  • Jean-Valjean // 28.03.2015 à 11h25

    Il est à noter un fait assez drôle à trouver.
    Je vais vous prendre mon cas, je réponds depuis les éléctions présidentielles très régulièrement (1 fois toute les 2 semaines) au sondages IFOP/IPSOS and Co (y en a pas mal), je représente donc 1 personne sur 1000 dans leurs sondages. Soit 0.1% dans le sondages. Ca c’est pour le contexte.
    Dans la pratique, on utilise la phrase “Les abstentionnistes votent comme les votants”, Ah ? Ok, selon qui ? Selon l’IFOP et IPSOS ? Soit, suivont donc la logique, je fut abstentionniste, pourquoi ? Car le vote nul est une farce éhontée alors que l’abstention lui est clairement indiqué, j’ai décidé de faire parti des 50% d’abstentionniste qui ont eu une visibilité que parmis les quelques “nuls, blanc” que personne indique.
    Or, le sondage pose systématiquement la même question : “Quel est le parti dont vous vous senter le plus proche ou à défaut, le moins éloigné”.
    Dans la liste des parties vous avez les 10 principaux, et un champ autre. Sauf que dans Autres, on peut pas préciser. J’aurai ainsi pu marqué Parti Pirate (créditant ainsi de 0.1% de voix des français d’ailleurs… Aaaaah la connerie des stats :3). Mais comme je ne peux pas j’ai mis un parti pour les faires chier au sondage, le FN, histoire de faire comprendre que les coco, si vous me forcer à voter, ça va pas être bon pour vous actuellement car vous faites biiiiiiien pire comme choix que le FN, et ça c’est moche… ( j’ai vu d’ailleurs que j’étais pas le seul à avoir fait ça apparement au vu des différences entres sondages et réalité).

    Ce blabla pour résumer juste ceci : Il est totalement incorrect d’affirmer que les abstentionnistes voteraient comme les votants, car la “preuve” qui nous est fourni via les sondages est biaisé par la façon même dont il est réalisé.

      +2

    Alerter
  • Da Viken // 28.03.2015 à 13h10

    « il arrive donc bien aux abstentionnistes de voter »
    Non, Olivier. Une partie des citoyens n’ont jamais voté dans ce pays. Les non inscrits…abstentionnistes de fait mais non comptabilisés.
    Ils n’apparaissent nulle part. Sont-ils quantité si négligeable ?
    Après recherche hâtive : 3.000.000 quand même !

      +0

    Alerter
  • luc // 31.03.2015 à 19h27

    J’aimerai bien les memes graphiques avec les votes BLANCS et NULS !

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications