Les Crises Les Crises
9.septembre.20189.9.2018 // Les Crises

MH17 abattu en Ukraine : le missile provenait d’une unité militaire russe selon l’enquête internationale (+ réaction des Malaysiens)

Merci 8
J'envoie

Une mise à jour des connaissances sur le drame du MH-17

Espérons que l’enquête, non encore totalement terminée, permettra d’établir toutes les responsabilités de ce terrible accident, et de comprendre comment tous les évènements se sont déroulés.

Attendons donc la suite des différentes enquêtes, et, on l’espère, un consensus un jour sur ce drame.

MH17 abattu en Ukraine : le missile provenait d’une unité militaire russe, selon les enquêteurs internationaux

Source : Le Figaro, Ottilia Ferey, 25/05/2018

VIDÉOS – Le missile qui a abattu le vol MH17 au-dessus de l’Ukraine en 2014 a été envoyé depuis la 53e brigade anti-aérienne des forces armées russes basée à Koursk, selon les enquêteurs internationaux. Ce vendredi, la Russie rejette en bloc ces conclusions. Lors de ce crash, les 298 passagers présents à bord avaient trouvé la mort.

Le «missile Bouk-Telar qui a abattu MH17 provenait de la 53e brigade anti-aérienne basée à Koursk, en Russie». C’est ce qu’ont conclu jeudi les enquêteurs internationaux. «La 53e brigade fait partie des forces armées russes», a ajouté le Néerlandais Wilbert Paulissen au cours d’une conférence de presse aux Pays-Bas. L’armée russe a rejeté ce jeudi les conclusions des enquêteurs, affirmant qu’«aucun missile russe» n’avait «jamais franchi la frontière et mettant en cause Kiev. Le Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines reliant Amsterdam à Kuala Lumpur avait été abattu au-dessus de l’Est séparatiste prorusse de l’Ukraine le 17 juillet 2014 et l’ensemble des 298 personnes présentes à son bord, en majorité des Néerlandais, avaient péri. La diplomatie russe a également dénoncé les conclusions des enquêteurs internationaux. «Il est évident qu’il s’agit d’accusations gratuites visant à discréditer notre pays devant la communauté internationale», a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué. Macron a appelé Moscou à une «attitude constructive».

En septembre 2016, les enquêteurs internationaux avaient déjà conclu que le missile avait été acheminé de Russie avant d’être tiré d’un territoire dans l’Est de l’Ukraine contrôlé par les séparatistes prorusses. Ils n’ont pas dit qui avait tiré le missile. À ce jour, l’équipe internationale a minutieusement recréé la route empruntée par le convoi militaire depuis Koursk à travers la frontière ukrainienne en utilisant des photos et des vidéos. Selon l’enquêteur Paulissen, le missile Bouk possède «nombre de caractéristiques uniques qui en tant que telles constitueraient une sorte d’empreinte digitale pour un missile».Mais pour la Russie, le missile n’était «bien sûr» pas russe. «Nous regrettons» ces conclusions faites sur la base de preuves «falsifiées», a souligné le ministère. Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a estimé que les Pays-Bas «spéculent» sur cette catastrophe «à des fins politiques».

Le rôle de la Russie est d’adopter une «attitude constructive» dans l’enquête sur le vol MH17 abattu au-dessus de l’Ukraine en 2014 et de participer à la manifestation de la vérité, a déclaré Emmanuel Macron jeudi à l’issue d’un entretien avec Vladimir Poutine. Les Pays-Bas et l’Australie, dont de nombreux ressortissants étaient parmi les 298 victimes, «tiennent la Russie responsable pour sa participation dans la destruction» de l’avion, indique le gouvernement néerlandais. Les deux pays peuvent désormais soumettre ce dossier complexe devant une organisation ou juge international, selon la même source. «Le gouvernement agit ainsi pour rendre la Russie officiellement responsable», selon le gouvernement néerlandais. Dans la foulée, l’Union européenne et l’OTAN ont exhorté la Russie à reconnaître sa «responsabilité et à coopérer pleinement avec tous les efforts visant à établir l’imputabilité» de la destruction du Boeing.

L’enquête est dans sa «phase finale»

Moscou a à plusieurs reprises nié son implication dans le drame en en accusant l’Ukraine. L’investigation menée par les Pays-Bas est actuellement focalisée sur quelque 100 personnes soupçonnées de jouer «un rôle actif» dans cette affaire. Aucun nom n’a jusqu’à présent été cité. Deux personnes appelées sous les noms de code Orion et Delfin ont été identifiées comme les principaux suspects sur la base d’enregistrements de leurs conversations avant et après le crash. Le chef des enquêteurs Fred Westerbeke a souligné ce jeudi que l’enquête était dans sa «phase finale» en estimant qu’il y «avait encore du travail à faire». Au cours des années précédentes «nous avons acquis beaucoup de preuves, mais nous ne sommes pas encore prêts» à procéder à des accusations, a-t-il dit.

Les autorités néerlandaises ont annoncé que le procès de tout suspect arrêté dans le cadre de cette affaire aurait lieu aux Pays-Bas aux termes d’un accord conclu entre les pays participant à l’enquête. Le ministre néerlandais des Affaires étrangères Stef Blok qui avait récemment visité Moscou pour y discuter du MH17 a estimé que les révélations de ce jeudi constituaient «une importante pièce du puzzle». «Nous avons plus de clarté quant à la chute du MH17 en particulier pour les proches des victimes», a-t-il souligné.

Les familles des victimes ont de leur côté écrit une lettre ouverte au «peuple russe» pour exprimer leur douleur continue alors que la Russie frappée par des sanctions occidentales pour son rôle dans la crise ukrainienne s’apprête à accueillir la coupe du Monde du football. «Nous appelons une nouvelle fois le gouvernement russe à coopérer entièrement avec les enquêteurs internationaux sur MH17», écrivent-elles dans cette lettre publiée par le journal d’opposition russe Novaïa Gazeta. «Cela ne nous rendra pas nos familles, mais la vérité compte, la vérité existe et nous voulons que les responsables soient identifiés et punis». Les familles ont également dénoncé une «campagne vile et trompeuse» dans les médias russes, une «désinformation ayant pour but de distraire et confondre, de créer une réalité alternative».

Source : Le Figaro, Ottilia Ferey, 25/05/2018

MH 17 : Pas de preuve formelle de la responsabilité de la Russie selon le Minstre malaisien des transports

Source : Channel News Asia, cité par Unian, 31/05/2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

DUGUESCLIN // 09.09.2018 à 06h43

Après l’affaire Skripal remise sur le tapis, voilà que ressort l’affaire du MH17.
Le besoin d’accuser la Russie n’augure rien de bon puisque le but est de préparer ou justifier quelque chose. Quoi ? Des nouvelles sanctions stupides, ou une menace armée?
La Russie a proposé sa coopération et fourni un grand nombre d’éléments pour l’enquête, mais le coupable désigné d’avance n’a pas le droit de participer à la recherche de la vérité.
C’est la nouvelle justice européiste, elle a remplacé la notion de “coupable présumé” par celle de “coupable désigné” avec, bien sûr, la suppression du droit à la défense et l’interdiction de fournir des éléments de preuve qui puissent l’innocenter, accompagnée équitablement et en toute justice, de l’obligation de coopérer.
Tout contestataire sera accusé de complotisme. Ceux qui “ne sont rien” ou “gaulois réfractaires” doivent se le tenir pour dit. La justice du coupable désigné, obligé de coopérer, est en marche.

88 réactions et commentaires

  • basile // 09.09.2018 à 06h38

    vous voulez dire que chez les méchants Russes (ce qu’on savait), il y en a d’encore plus méchants, qui ont amené un missile dans le but d’abattre un avion civil au dessus de l’innocente Ukraine du gentil Porochenko, que des gentils Bruxellois et otaniens ont fait arriver au pouvoir en renversant le méchant président pro Poutine le boucher ?

     94

    Alerter
  • DUGUESCLIN // 09.09.2018 à 06h43

    Après l’affaire Skripal remise sur le tapis, voilà que ressort l’affaire du MH17.
    Le besoin d’accuser la Russie n’augure rien de bon puisque le but est de préparer ou justifier quelque chose. Quoi ? Des nouvelles sanctions stupides, ou une menace armée?
    La Russie a proposé sa coopération et fourni un grand nombre d’éléments pour l’enquête, mais le coupable désigné d’avance n’a pas le droit de participer à la recherche de la vérité.
    C’est la nouvelle justice européiste, elle a remplacé la notion de “coupable présumé” par celle de “coupable désigné” avec, bien sûr, la suppression du droit à la défense et l’interdiction de fournir des éléments de preuve qui puissent l’innocenter, accompagnée équitablement et en toute justice, de l’obligation de coopérer.
    Tout contestataire sera accusé de complotisme. Ceux qui “ne sont rien” ou “gaulois réfractaires” doivent se le tenir pour dit. La justice du coupable désigné, obligé de coopérer, est en marche.

     139

    Alerter
    • Eric83 // 09.09.2018 à 08h07

      “Après l’affaire Skripal remise sur le tapis, voilà que ressort l’affaire du MH17.”

      Ce n’est pas l’affaire MH17 qui ressort, c’est l’article du mois du 25 mai dernier qui est publié ici.

      Quel est l’objectif des Crises de publier cet article datant de plus de 3 mois sur un sujet qui ne fait pas l’actualité en ce moment et alors même qu’une hystérie occidentale se développe contre la Russie au sujet de l’affaire Skripal, de l’ingérence dans les élections US – ou autres – et de sa participation active pour la reprise d’Idlib par le gouvernement Syrien ?

       44

      Alerter
      • Gerald B // 09.09.2018 à 09h24

        L’objectif de OB est peut-être tout simplement d’essayer de ne pas être un instrument de propagande.
        Ainsi, il diffuse les Infos de tous bords en faisant confiance en l’intelligence des lecteurs pour se faire leur opinion.

         28

        Alerter
      • Bebebe // 09.09.2018 à 09h30

        Il y aune quasi obsession sur la Russie effectivement c’est lassant a force …

        Il est loin le temps des articles fouillés, bien sourcés et chiffrés sur l’économie. La série sur la pollution de l’air semblait pourtant revenir vers cela a mon plus grand plaisir

         7

        Alerter
        • gracques // 09.09.2018 à 10h13

          Exact , un élargissement vers l’eco me paraît là bien venue.
          La revue de presse elle aussi est très bien.

           8

          Alerter
        • wesson // 09.09.2018 à 12h11

          L’obsession est celle de la presse occidentale qui est en pleine construction du prochain ennemi.

          On fait semblant de s’inquiéter de la santé mentale de Trump ou de sa capacité à gouvernement, et pourtant ce qui est bien plus inquiétant aux USA maintenant est justement cette obsession Russe devenue totalement bi-partisane. Les chambres votent des textes anti-Russes à l’unanimité, et bloquent toute tentative de normalisation des relations. Et l’Europe dont la transparente France suit le mouvement comme un petit caniche. Aux USA on veut une guerre des étoiles, une militarisation de l’espace, et hop en France on s’aperçoit que les satellites Russes nous menacent. Aux USA ont veut “créer des bourbiers en Syrie” et on ne veut pas que Idleb soit purgée de ses terroristes, en France l’état major se dit prêt à frapper encore une fois un pays qui ne nous a pas attaqué. Et tout cela sur fond d’hystérie médiatique anti-Russe.

          Si il y a bien un sujet sur lequel il convient d’alerter notre intelligence, c’est bien celui là, pour ne pas se réveiller un matin avec l’ordre d’aller combattre sur le “front de l’Est”

           60

          Alerter
      • Georges // 10.09.2018 à 12h00

        @Eric83

        Très certainement que la réponse de la Malaisie datée de cinq jours après (31 mai) n’a été trouvée par “les Crises” que récemment, ce qui justifie la publication.

        Merci bien de nous informer “avec les moyens du bord” et de suivre les infos dans la durée.

        C’est important de ne pas tomber dans l’évènementiel immédiat et de pouvoir se construire petit à petit une vision des situations.

        Pour ma part, j’ai appris par l’article la réaction de la Malaisie, et peu m’importe si cette information “aurait pu être trouvée bien avant”.

         7

        Alerter
    • francois // 09.09.2018 à 11h08

      Face a des preuves indiscutables, il est évident que l’on ne pourra pas nier la responsabilité de la Russie. Evidemment une fois les preuves sur la table, on pourra juger. Cela ne veut évidemment pas dire que la Russie souhaitait la destruction de cet Avion. Ils se seraient bien passé de cette affaire, tout comme les ukrainiens si cela avait été eux les responsables….ou une autre partie. Il faut bien comprendre que les réactions de la Russie sont totalement normales de leur point de vue: face a une erreur grossière et stupide d’un élément composant leur armée, il faut bien essayer de minimiser l’affaire. Les US ne se gène pas pour le faire, la chine non plus, et évidemment, les pays de l’UE réagiraient de la même manière pour gagner du temps si ils étaient en cause. C’est une partition diplomatique.

       4

      Alerter
      • Louis // 09.09.2018 à 12h13

        Si, justement, les preuves sont dicutables, sachant que l’histoire de la batterie de BUK amenée de Russie est l’œuvre de l’officine Bellingcat, des faussaires stipendiés par le R. Uni. On sait aussi que l’Ukraine a menti sur ces BUK qu’elle disait avoir vendus à la Géorgie, alors qu’un reportage télévisé ukrainien antérieur a cette annonce en avait montré un exemplaire. Et Kiev en a fait défiler 4 lors de la parade du jour de l’indépendance 2016. Je ne suis pas sûr m’ont ordi, je ne peux donc pas fournir les liens aujourd’hui, ce sera possible ce soir ou lundi.

         36

        Alerter
        • Kalaeman // 10.09.2018 à 11h04

          Je veux bien les liens 🙂

           0

          Alerter
      • moshedayan // 10.09.2018 à 11h20

        Désolé d’être brutal, François, mais “indiscutable” est vraiment stupide car tout le monde sait que l’armée ukrainienne était encore équipée de missiles buk (de ce type) à l’époque de la catastrophe. (les références en cyrillique ou les conversations en russe n’y changent rien non plus aux doutes, parce qu’une partie importante des militaires ukrainiens parlent aussi en russe)

         6

        Alerter
    • Touriste // 09.09.2018 à 11h26

      Bonjour,
      Il semble logique et normal que les suspects ne participent pas activement à l’enquête sur le crime pour lequel ils sont soupçonnés. A moins que je sois passé à côté des nombreuses nouveautés de ce 21ème siècle débutant.
      Quoi qu’il en soit, Poupout’ n’est peut-être pas l’ogre fantasmé par certains mais on devine aisément que ce n’est pas un ange non plus. Anna Politkovskaïa n’a pas été flinguée pour son sac de courses et Boris Nemtsov n’est pas mort d’un rhume de cerveau fulminant.
      Quant au camp d’en face : ce n’est pas non plus du blanc-bleu. Il aura bien fallu que les plus fous et furieux des deux bords se mettent d’accord pour que les pékins moyens se fassent buter sur la place (Maïdan) de l’Indépendance en février 2014.
      Quant aux pantins de l’Union Européenne qui ont allumé la mèche en faisant un appel du pied à l’Ukraine pas discret du tout (et à l’initiative de qui ? OTAN en emporte le vent, susurre-t-on dans les milieux autorisés). Et tout ce (pas) beau monde est bien au chaud, à l’abri du merdier qu’il a déclenché.

       4

      Alerter
      • Fred79 // 09.09.2018 à 12h05

        Il est normal que les suspects ne participent pas à l’enquête dites vous?
        Donc, vous admettez qu’avant même l’ouverture de, des enquêtes, la Russie était désignée comme seul coupable possible.
        Belle impartialité, ma foi!

         38

        Alerter
        • Touriste // 09.09.2018 à 19h26

          Bonjour,
          Je n’admets que deux choses. 1) Les deux belligérants utilisent le même matos capable de dézinguer un avion civil en plein vol. Ils sont tous deux assez incompétents ou cons tout simplement pour le faire volontairement ou non. 2) C’est toujours les civils qui paient le prix fort lorsqu’une minuscule poignée de tarés, de part et d’autre et qui se connaissent très bien, décident de se faire la guéguerre par pauvres type interposés qui, eux, ne se connaissent pas.

           3

          Alerter
          • V_Parlier // 09.09.2018 à 22h06

            Et donc, les deux belligérants(*) étant suspects, aucun des deux OU les deux devaient participer à l’enquête.

            (*) Le mot “protagonistes” serait plus adapté, car “belligérant” colle plutôt à la classique thèse de Kiev de l’invasion perpétuelle de l’Ukraine par l’armée russe…

             12

            Alerter
          • R.C. // 10.09.2018 à 01h34

            @ Touriste. Renvoyer dos à dos les parties, c’est un peu facile. L’armée russe est une armée moderne et très compétente. Ses avancées technologiques sont là pour en donner une petite idée. En outre ses soldats obéissent à un code moral indéniable.

            On ne peut pas en dire autant de l’armée ukrainienne qui a été gangrénée par la corruption depuis l’indépendance et n’était plus que l’ombre d’elle-même au moment de Maïdan. L’arrivée des bataillons ultra-nationalistes (ne répugnant ni à l’assassinat, ni au crime humanitaire) n’a rien arrangé. Les formidables déculottées que leur ont infligé quelques poignées de séparatistes conduits par Igor Strelkov en témoignent !

             12

            Alerter
      • Louis // 09.09.2018 à 12h31

        Si, justement, les preuves sont dicutables, sachant que l’histoire de la batterie de BUK amenée de Russie est l’œuvre de l’officine Bellingcat, des faussaires stipendiés par le R. Uni. On sait aussi que l’Ukraine a menti sur ces BUK qu’elle disait avoir vendus à la Géorgie, alors qu’un reportage télévisé ukrainien antérieur a cette annonce en avait montré un exemplaire. Et Kiev en a fait défiler 4 lors de la parade du jour de l’indépendance 2016. Je ne suis pas sûr m’ont ordi, je ne peux donc pas fournir les liens aujourd’hui, ce sera possible ce soir ou lundi.

         8

        Alerter
      • Louis // 09.09.2018 à 12h47

        Parce que vous pensez vraiment que Nemtsov a été exécuté juste en face du Kremlin par les Russes eux- mêmes? Une stupidité pareille, cela peut se concevoir de la part du MI5 ou 6, pas de la part du FSB. Nemtsov n’avait plus aucune influence et ne pouvait plus avoir de statut d’opposant – tout comme Navalny actuellement – monté en épingle uniquement par les médias européens -. Et que dire du fait que sa tout jeune maîtresse était ukrainienne, très rapidement exfiltrée par Kiev? Le sujet n’a pratiquement pas été évoqué ni analysé ?

         34

        Alerter
    • Danielle VQ // 09.09.2018 à 12h39

      Vous m’avez retiré les mots du clavier. Je suis largement d’accord avec vous et pour repositionner la tendance de notre gouvernement vous auriez pu ajouter les “illettrés”, les “alcooliques” et les pirogues qui ramènent du “Comorien’, toutes délicates déclarations de notre Président. Pour ceux qui déplorent la publication par le site d’un rapport qui les dérange je signale que, de mon point de vue, ce site n’est pas un site de propagande. Il nous donne simplement un autre son de cloche, on n’est pas obligé d’être d’accord.
      Hors sujet: je suis assez inquiète pour “l’après Poutine/Lavrov” car j’ai l’impression que le monde occidentale joue sur le sang-froid de ces deux personnes.

       11

      Alerter
    • Piotrr // 09.09.2018 à 18h50

      Quand même un peu étranges les preuves qu’on nous présente :
      – une coque de missile presque intacte (ça n’explose pas ces engins là ?)
      – avec toutes ses marques d’identification [modéré]
      – 4 années d’enquête pour lire les marques du missile !
      ……On peut rappeler que l’armée ukrainienne (et les séparatistes de l’Est) étaient équipés en matériel soviétique.

       11

      Alerter
      • V_Parlier // 09.09.2018 à 22h10

        On se demande aussi comment le numéro de série du missile aurait préalablement été indentifié par des “experts occidentaux” en Russie, avant de servir. Ou les russes les ont prévenus avant… 😉

         2

        Alerter
        • R.C. // 10.09.2018 à 01h18

          Sans compter que le numéro de série correspondrait – selon certains spécialistes – à du matériel déclassé dans l’armée Russe…

           0

          Alerter
    • Fulsi // 10.09.2018 à 20h19

      En effet, c’est ‘bien marrant’ de voir que l’Australie et les Pays-Bas tiennent déjà la Russie pour responsable alors que l’enquête n’est pas fini et le jugement pas commencé

      (désolé pour le cynisme)

       0

      Alerter
  • DUGUESCLIN // 09.09.2018 à 07h12

    A cet égard puisque l’affaire Skripal a été aussi remise sur le tapis, les enquêteurs anglais ont fourni des preuves incontestables de deux supposés coupables. La vidéo les a filmé dans la passerelle de l’avion, au même endroit et à la même seconde, sans qu’ils soient ensemble, et sans qu’il y ait non plus le moindre autre passager qui passe en même temps. Sous réserve bien sûr que ces photos ne soient pas un “fèque”.
    Avec l’invention des “fèques niouzes”, la nouvelle conception des “défèques niouzes” nécessite beaucoup de papiers journaux, comme à l’ancienne.
    Bienvenu au club des mal torchés.

     45

    Alerter
    • Garry // 09.09.2018 à 08h54

      Comme dit dans un commentaire qui n’a pas été publié, le terminal nord est composé de couloirs parallèles presque identiques. Cette photo du terminal nord vient de Google Maps :
      https://twitter.com/bleidl/status/1037540166020280320

       4

      Alerter
    • Garry // 09.09.2018 à 09h09

      Les photos des deux hommes sont des images fixes qui vous donnent l’impression qu’ils sont au même endroit au même moment, mais une seconde est composée de 1000 millisecondes. Un peut être passé à 16:22:43.001 et l’autre à 16:22:43.999, une distance de deux mètres les séparant. Mais les images fixes et l’heure n’affichant pas les millisecondes, vous avez l’impression qu’ils sont exactement au même endroit au même moment.

      Je suis désolé si ce n’est pas clair.

       3

      Alerter
      • DUGUESCLIN // 09.09.2018 à 11h32

        Si, j’ai bien compris. Mais à 2 m, l’autre devrait être visible, au moins un pied ou quelque chose. Et puis 2 m à la seconde c’est plutôt rapide?
        Mais je ne demande qu’à comprendre.
        L’explication de Fabri, ci-dessous, semble intéressante. Sacrifirait-on des boucs émissaires? D’une pierre deux coups? Accusation de la Russie et élimination de 2 individus gênants pour certains?
        Il y a plein d’hypothèses, mais le résultat est d’accuser la Russie.
        Concernant le MH 17 je ne savais pas que c’était un ancien article. Mais le principe que je dénonce reste valable.

         6

        Alerter
      • patrickv // 09.09.2018 à 12h38

        [Modération POUR TOUS : On arrête là svp, ce n’est pas le sujet, merci]

         2

        Alerter
    • René Fabri // 09.09.2018 à 09h49

      Néanmoins, l’hypothèse de la police britannique n’est pas à rejeter entièrement. Ce duo n’aurait passé que deux jours et demi en Angleterre, dormant dans un hôtel à Londres, et se rendant à Salisbury le samedi et le dimanche juste avant l’empoisonnement., ce qui est suspect.

      J’ai fait une petite recherche. Celui qui semble être le chef s’appellerait Ruslan Boshirov. Il serait d’une famille originaire de Macédoine ayant émigrée à Leningrad, qui se serait enrichit sous Eltsine. Il ne serait pas un espion, mais un petit homme d’affaires, installé à Krasnodar près de la Crimée où il irait assez souvent. Il ne semble pas faire de politique et bien qu’ayant des idées conservatrices, il ne serait pas lié à Russie Unie, trouvant Poutine trop mou envers Porochenko, ni au Parti Libéral Démocrate, car étant plus internationaliste que nationaliste. Par contre, il pourrait être lié à Roman Abramovtich, car il connait son fils. Cela pourrait expliquer pourquoi les Anglais n’ont pas voulu renouveler le visa du propriétaire du club de Chelsea. Boshirov aurait pu mettre du poison sur la poignée de porte dans le but de faire peur à la famille Skripal, pas seulement au père et à la fille. Les Skripal semblent faire des affaires pas très claires qui pourraient contrarier celles de Boshirov ou d’Abramovitch. Mais, ce n’est qu’une hypothèse parmi beaucoup d’autres.

       6

      Alerter
      • aleksandar // 09.09.2018 à 12h12

        Sauf que les deux présumés assassins sont arrivés a Salisbury a 11 h 30 , alors que les Skripals ont quitté leur domicile a 9 h 15 !
        Tout est là :
        https://www.craigmurray.org.uk/
        et la
        https://twitter.com/HisBlakeness/status/1037792827172896769
        Dernière chose les photos des deux homme marchant dans Salisbury ont été grossièrement détourées , cela se voit au léger halo blanc qui les entoure.
        Pris sur une autre photo et inséré dans celle là.

         11

        Alerter
        • René Fabri // 09.09.2018 à 12h36

          Merci aleksandar pour ces informations. D’ailleurs, les photos des caméras de surveillance posent aussi d’autres questions, car il est étonnant qu’ils aient changé de chaussures et changé de vestes plusieurs fois en deux jours, sans parler du sac à dos qui est porté soit par l’un soit par l’autre alors qu’il est rare que l’on se refile un sac à dos. Ces incohérences potentielles et le manque de netteté des images fait que l’on peut se demander si la police n’aurait pas confondu avec d’autres paires de promeneurs.

           8

          Alerter
  • Fabrice // 09.09.2018 à 07h32

    Bonjour Olivier,

    Je me souviens de tous les éléments que vous nous aviez fourni : https://www.les-crises.fr/?s=Mh17
    Cet article est une énième relance de la polémique ou réellement l’exposition des faits ?

    Pour le moments l’article est affirmatif sans donner plus de preuve que ce que l’on affirmait à l’époque et ne contrebalance pas les arguments que vous avanciez quel est votre avis ?

     13

    Alerter
    • Catalina // 09.09.2018 à 16h25

      Il y a la vérité : ” Au cours des années précédentes «nous avons acquis beaucoup de preuves, mais nous ne sommes pas encore prêts» à procéder à des accusations, a-t-il dit.”

      et le gloubiboulga mensonger.
      Et pour vous ce texte est affirmatif ?
      Mais, m’enfin ?????

       2

      Alerter
      • Fabrice // 09.09.2018 à 22h53

        affirmatif dans le sens d’affirmer quelque chose pas dans celui d’être vrai (sic) relisez mon intervention.

         3

        Alerter
  • basile // 09.09.2018 à 08h03

    on voit là tout l’art des médias occidentaux pour soulever les foules horrifiées (le MH17) et passer sous silence un autre (les événements du Medan), pourtant à l’origine de tout. Mais c’était pour la bonne cause.

    on voit tout l’art d’utiliser une info pour étayer une accusation (enregistrements de conversations) sans s’étonner de l’existence même de cette info, des moyens utilisés (qui, comment, c’est si naturel d’enregistrer des conversations). On sait qui est expert en la matière, et qui était donc sur le terrain incognito, et qui ne pratiquant pas le russe, devait enregistrer pour faire traduire. Mais chut, c’est pour la bonne cause.

    On voit donc l’énergie utilisées pour le MH17 (proportionnel à la puissance des accusateurs, c’est classique), tandis que l’affaire du Medan est enterrée, car qui d’autres à part la Russie (ce nain régional) veut la vérité sur ces événements, qui bien que malheureux, étaient pour la bonne cause ?

     14

    Alerter
    • V_Parlier // 09.09.2018 à 22h20

      Et les événements du Maïdan qui ont mis toute l’UE dans la bataille anti-russe ont pourtant été racontés plus tard par l’égérie nationaliste “pro-UE” (*) déchue… en collant à la version russe! Silence radio total, blackout complet depuis ça: https://www.youtube.com/watch?v=3CCaEaC3aks . D’ailleurs la vidéo a fait un bide total, prouvant à quel point je finissais par me fatiguer pour rien!

      (*) selon l’UE, BHL, Le Monde etc… en tout cas

       4

      Alerter
      • basile // 10.09.2018 à 05h55

        excellent, merci. Pas un micro français autour. Trop occupés à faire l’actu (l’info, pas l’intox, comme ils disent) depuis leurs bureaux tous neufs. Dans lesquels on voit nombre de jeunes glandeurs en arrière plan scrutant des écrans. En train de faire la chasse aux fakes ?

         2

        Alerter
  • Nicolas // 09.09.2018 à 08h11

    Pour y croire il faut oublier que l’Ukraine (suspect n 1 car mobile évident) participe à l’enquête et a le pouvoir d’éliminer les indices qui ne lui conviennent pas…

     53

    Alerter
    • Catalina // 09.09.2018 à 16h37

      en effet, l’Ukraine a perdu tous les éléments de la tragédie de la Maison des syndicats, à Odessa, dingue, non ? toutes !
      De plus, si les enquêteurs de l’OSCE n’ont pas pu aller longtemps sur le site du crash c’est parce que l’arméee ukrainienne et affidés bombardaient l’endroit !
      Quel mobile pour les Russes ? je les pensais plus intelligent que ça, c’est comme Assad qui regagne son pays et qui demande ” à la coalition” à se faire bombarder en utilisant exprès du chimique !
      Quel gain pour la Russie ?, non mais franchement, quel mobile ?
      Alors ? les ukrainiens avaient un mobile ( faux drapeau), et un gain. Que n’avaient ni le Donbass, ni la Russie. cela ressemble à s’y méprendre à tout ce que la cia fomente depuis sa naissance.

       18

      Alerter
  • max // 09.09.2018 à 09h01

    Dans une zone fortement quadrillé par les radars militaires, que l’interrogation persiste est troublante.
    D’autre part que l’aviation civile, fasse voler des avions civils au-dessus, d’une zone de conflit alors que les avions de Kiev faisait du straffing (mitraillage) sur les populations civiles était irresponsable.
    Il a donc fallut que Kiev donne les garanties de sécurité a l’aviation civile et que cette dernière soit suffisamment folle pour les prendre pour argent comptant.
    L’aviation civile connaissait les risques potentiels et a fait le choix de ne pas en tenir compte.
    Cette enquête a un coup financier, savoir qui la paie et qui a donné les sources d’informations est déterminant, les enquêteurs en question, faute de preuves, avaient décidé par avance d’en rejeter la faute sur la Russie.

     17

    Alerter
  • René Fabri // 09.09.2018 à 09h13

    C’est impossible à cause de la trajectoire qui venait d’un triangle bordé par le sud et l’est, mais absolument pas du nord ou du nord-ouest, et la distance est trop grande.

    Cette hypothèse du missile venant de Koursk est celle de l’officine de Bellingcat. Les enquêteurs se sont laissé berner par des études fantaisistes et changeantes. Au début, ils avaient copié/collé les informations données par le ministère de l’intérieur à Kiev, qui montraient des photos du lanceur Buk 312. Mais, Anatoly Shariy avait montré que ce lanceur Buk, non seulement avait été réquisitionné par les forces de Kiev, mais qu’en plus il était hors service. Alors Bellingcat a cherché un lanceur 3*2, et en a trouvé un en Russie.

    Cela dit, les enquêteurs s’appuient aussi sur le témoignage du fils d’un ancien oligarque pro-UE habitant à Torez dans la République de Donetsk, qui a photographié un panache de fumée venant de l’est depuis son appartement au dernier étage. La contre-hypothèse est qu’il s’agirait de la fumée d’une mine en exercice ou d’une falsification sur le lieu ou la date et l’heure.

    Les enquêteurs s’appuient enfin sur les écoutes effectuées par les grandes oreilles occidentales (probablement par un navire américain ou français situé en Mer noire à ce moment). Deux russophones semblent en effet parler d’un lanceur Buk. Mais cette conversation n’est pas géolocalisable. D’ailleurs, initialement, les enquêteurs pensaient qu’ils se trouvaient dans la région de la ville de Torez et de Pervomaisk.

    De toutes manières, vu le temps de réaction nécessaire, le lanceur Buk était forcément en mode automatique, et il s’agissait d’un accident, car personne ne voulaient détruire cet avion civil. Le vol commercial n’aurait pas dû être autorisé au-dessus d’une zone de guerre.

     17

    Alerter
    • Ando // 09.09.2018 à 17h50

      En mode automatique ? J’ai un gros doute. Pouvez vous vous représenter les conséquences gravissimes que ce système d’armes pourrait avoir dans les cieux s’il pouvait être paramétré en mode automatique ?. Il faut un ordre expres de tir donné à l’opérateur pour qu’il presse le bouton огонь.

       1

      Alerter
  • Speedeo // 09.09.2018 à 09h25

    On peut simplement se demander a qui profite le crime…

     14

    Alerter
  • Catherine // 09.09.2018 à 09h50

    Si quelqu’un a une idée d’une seule petite raison pour laquelle Les responsables russes auraient intentionnellement fait abattre un avion de ligne indonésien avec une majorité de passagers néerlandais au dessus de l’Ukraine, au moment où, à propos de ce pays, la tension est au plus vif entre l’occident et la Russie, je suis preneuse….
    En attendant, notre cher Pavlenski semble regretter la relative “douceur ” des prisons de son pays :
    https://fr.sputniknews.com/france/201809091038017360-pavlenski-detention-france-conditions/

     16

    Alerter
    • Les-crises // 09.09.2018 à 11h35

      “raison pour laquelle Les responsables russes auraient intentionnellement fait abattre un avion de ligne indonésien”

      La plupart des gens estiment qu’il s’agit d’un terrible accident, quel qu’en soit le responsable…

       11

      Alerter
      • Fritz // 09.09.2018 à 14h09

        Les avions de ligne abattus par des militaires sont pour la plupart des accidents affreux :
        – le Viscount d’Aer Lingus 712, abattu par un missile britannique au sud-est de l’Irlande le 24 mars 1968.
        – la caravelle d’Ajaccio (vol 1611 Air France), abattue par un missile français au large de Nice, le 11 septembre 1968 : 95 morts.
        – le Douglas DC-9 du vol Itavia 870, abattu par un missile américain ou français près d’Ustica, le 27 juin 1980. Notons cependant que dans ce cas, l’intention du tir était homicide : abattre l’avion du colonel Kadhafi. Le missile a manqué sa cible, et a tué 81 personnes.
        – le Boeing sud-coréen abattu près de Sakhaline (?) le 1er septembre 1983, probablement par les Soviétiques, mais il semble qu’il y ait eu un affrontement direct entre avions soviétiques et américains. 269 morts.
        – l’Airbus iranien (vol 655 Iran Air), pris pour un avion militaire (??), abattu sur l’ordre de Will Rogers, commandant la frégate Vincennes, au-dessus du détroit d’Ormuz, le 3 juillet 1988 : 290 morts.
        – le Tupolev 154 de la Sibir (vol 1812) abattu par un missile S-200 de l’armée ukrainienne au-dessus de la Mer Noire, le 4 octobre 2001 (78 morts).

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Vol_1812_Siberia_Airlines#Incident

         9

        Alerter
        • Scytales // 10.09.2018 à 16h29

          Une précision : l’Union soviétique a assumé sa pleine responsabilité dans la destruction du Boeing 747 du vol KAL007 de la Korean Airlines au-dessus de l’île Sakhaline le 1er septembre 1983.

          Ce que l’on sait de plus précis sur les circonstances du drame, on le tient de la part des Soviétiques eux-mêmes.

          Le Boeing 747 a dévié de la trajectoire fixée par son plan de vol, qui prévoyait de suivre la route aérienne R-20 entre Anchorage (Alaska, États-Unis d’Amérique) et Séoul (Corée du Sud). Pour des raisons qui demeurent indéterminées, l’avion a survolé à deux reprises sans autorisation le territoire soviétique. D’abord au-dessus de la péninsule du Kamtchatka, une région où se trouvent quelques-unes des zones militaires les plus sensibles de l’ancienne URSS. Lors de ce premier survol, une tentative d’interception par un MiG-23 a échoué, car le chasseur s’est trouvé à court de carburant juste au moment de rejoindre le Boeing. Le Boeing a quitté l’espace aérien soviétique en passant au-dessus de la mer d’Okhotsk et il a pénétré une seconde fois dans l’espace aérien soviétique au-dessus de l’île de Sakhaline. Là, il a été intercepté par deux Sukhoï Su-15 du 777ème régiment de la force de défense aérienne soviétique qui ont décollé de la base aérienne Sokol, près de Dolinsk (Sakhaline) respectivement à 5 h 42 et 5 h 54 du matin (heures locales). D’après les Soviétiques, l’équipage du Boeing a ignoré tant les appels radios des pilotes des Su-15 que les tirs de semonce à coups de canon auxquels ils ont procédé. Les Soviétiques ont aussi prétendu que les pilotes des Su-15 n’étaient pas parvenus à identifier l’avion en raison de l’obscurité.

          Le Boeing 747 alors été abattu sur ordre au moyen de deux missiles Bisnovat R-98 tirés à 6 h 36 par un des intercepteurs Su-15, qui était piloté par le major Guennady N. Osipovitch.

          Jamais l’URSS n’a prétendu qu’il y avait eu un échange de tirs entre avions de combat américains et soviétiques à l’occasion de ce drame. Le point de vue soviétique a d’ailleurs été exposé publiquement par le maréchal Ogarkhov, alors chef d’état-major de l’Armée rouge, dans une conférence de presse filmée qu’il a tenue devant des représentants de la presse mondiale le 9 septembre 1983 : l’avion avait été abattu parce qu’il était soupçonné de mener une mission d’espionnage.

           6

          Alerter
          • Fritz // 10.09.2018 à 20h52

            Merci pour ces précisions. Il est quand même invraisemblable que le pilote coréen du Boeing, homme expérimenté, n’ait pas répondu aux appels radio et aux tirs de semonce des intercepteurs soviétiques. En les ignorant, il risquait la vie de ses passagers.

            Quant à la déviation de son vol à partir d’Anchorage, et tout le long des îles Aléoutiennes, j’avais lu dans La Recherche un article qui me laisse sur ma faim. Selon mes souvenirs, le système de guidage ne pouvait détecter une déviation croissante de l’appareil. Et celui-ci a fini par survoler deux zones interdites, le Kamtchatka et Sakhaline…

             0

            Alerter
      • Catherine // 09.09.2018 à 15h00

        Donc ce n’est pas intentionnel, on est bien d’accord.

         1

        Alerter
        • Tepavac // 10.09.2018 à 02h27

          Pas directement, ce qu’il faut retenir pour chacun de ces cas, c’est la chaîne de causalité qui mènent à ce drame.
          Qui a confié un tel armement dans une utilisation si peu conforme à ses attributions ?
          Qui a donné l’ordre à une telle action criminelle ?

          Aussi paradoxal que cela puisse paraître, tout ceci est de l’ordre de la police et de la justice, et non une question d’opposition militaire, pourtant c’est l’aspect conflictuel de cette tragédie que semble privilégier la bande des 4 cavaliers.

          Donc voilà après une remise à niveau suite au match précédant, ils veulent la revanche, en espérant faire au moins 2set à 3, et tablant sur un 3,3, voir une belle prolongation le temps de trouver un remède à la dette qui s’accumule…

          Tout ceci n’augure rien de bon. Mais s’en alarmer et en informer ses concitoyens permet à chacun de prendre conscience d’une situation dont la finalité “peut” bouleverser radicalement leur mode de vie. Ce n’est pas anodin.

           0

          Alerter
  • vdrs // 09.09.2018 à 09h56

    Commentaire du ministre de la défense russe :
    http://tass.com/defense/1006070
    résumé

    1) aucun système de missiles anti-aériens de l’armée russe n’a jamais franchi la frontière russo-ukrainienne

    2) dans le cadre de ses rapports avec les enquêteurs hollandais, la Russie a fourni des preuves accablantes, confirmées par des tests en vrai grandeur, indiquant l’implication d’équipage précisément ukrainiens de système Bouk.

    3) la Russie a fourni aux enquêteurs les données primaires (non traitées) continues du radar de contrôle des routes aériennes, qui ne montrent aucun objet volant approchant le Boeing du côté de l’est.

    4) le ministre s’inquiète de ce que l’enquête se concentre, pour soutenir ses accusations, sur l’utilisation unique d’images prises sur les réseaux sociaux et adroitement retouchées par ordinateur.

    5) une partie des images utilisées pendant l’exposé et préparées par les services spéciaux de l’Ukraine avaient déjà été présentées auparavant, et plus d’une fois, par les pseudo-enquêteurs de Bellingcat. Ces falsifications ont été désavouées par les experts russes.

    6) le ministre attire spécialement l’attention sur le fait que les enquêteurs hollandais n’ont absolument pas pris en considération et ont rejeté les rapports de témoins oculaires déclarant que le missile avait été tiré depuis le territoire contrôlé par les forces ukrainiennes.

    commentaire de Poutine, répondant à une question d’un journaliste lors du Forum Economique de Saint-Petersbourg
    http://en.kremlin.ru/events/president/news/57556

    1) la Russie n’a pas été autorisée à participer à l’enquête.

    2) elle n’a donc pas de raison de faire entièrement confiance à ses conclusions.

    3) la commission d’enquête n’a pas pris en compte les arguments présentés par la Russie.

    4) curieusement, personne ne se souvient que l’Ukraine a manqué à ses obligations telles que stipulées par l’Organisation de l’Aviation Civile et n’a pas fermé l’espace aérien au-dessus de la zone de conflit.

    5) plusieurs versions existent de ce qui s’est passé, mais personne ne veut les considérer. Donc il nous est difficile d’accepter les conclusions de cette commission, qui travaille sans nous.

    6) quid de l’avion en provenance d’Israel et abattu au-dessus de la Mer Noire par les Ukrainiens ?

    7) évidemment, ce n’était pas un missile russe.

     20

    Alerter
  • Gentil Mais Pas Trop // 09.09.2018 à 09h56

    Vous auriez pu assortir votre titre d’un point d’interrogation ou d’un “selon xxx ”

    On s’interroge (quand même) sur les motivations qu’aurait eu la Russie ou même un général russe déjanté à abattre un avion civil de cette façon à cet endroit sauf à penser que les cercles du pouvoir en Russie ont un QI de 75, ce qui assurément n’est pas le cas. Par contre, le coup venant d’Ukraine ou plus probablement, d’un groupe manipulé par des fauteurs de guerre occidentaux prend toute sa signification : celle de justifier l’aide occidentale et d’embarrasser la Russie jusqu’à être un jour un motif d’agression occidentale si le besoin s’en fait sentir.
    Reste l’hypothèse de la bavure comme dans le cas de la Caravelle Ajaccio Nice ou du vol d’ITAVIA à Ustica et dans ce cas les tentatives d’impliquer le pouvoir russe dans une manœuvre machiavélique nous ramènent à la même chose que l’hypothèse ukrainienne.

     13

    Alerter
  • Duracuir // 09.09.2018 à 10h16

    toujours aucune preuve . Et la Malaisie, quand même première concernée refuté totalement cette pseudo enquête dont elle avait été scandaleusement écartée.

     21

    Alerter
  • RGT // 09.09.2018 à 10h51

    Dans cette bien triste affaire certains faits me gênent quand-même beaucoup.

    Le fabricant de ces missiles, Almaz-Antey, avait coopéré avec la commission d’enquête et avait reconnu que les impacts correspondaient à ceux que pouvait faire un missile de sa fabrication, et avait même précisé le modèle de missile grâce aux impacts typiques des projectiles qui avaient lacéré la carlingue de l’avion.

    Et il avait ajouté que ce missile était d’une très ancienne génération qui n’était plus en dotation depuis bien longtemps dans l’armée russe, ayant été réformée depuis plusieurs années…

    Il avait de plus mentionné que des missiles de cette génération étaient encore en dotation dans l’armée… Ukrainienne – Oups !!!

    Ce fait semble corroboré dans la première vidéo, à 41″, dans laquelle on voit la date de fabrication (ou de rénovation ?) du missile qui correspond au 15/12/86…

    Une question le taraude l’esprit : Si ce missile était bien russe, la 53e brigade anti-aérienne de Koursk est-elle un musée dans lequel on peut “emprunter” les pièces de collection pour vérifier si elles fonctionnent toujours ?

    En toute honnêteté, je ne vois pas trop pourquoi l’armée russe conserverait des “vieilles rapières” depuis longtemps réformés alors qu’elle bénéficie de matériel largement plus performant (S300, S400 et plus si affinités)…

    À moins qu’il ne s’agisse d’un relent nostalgique des militaires pour la glorieuse époque soviétique… Dans ce cas, il leur reste combien de divisions de T34 pour envahir leurs voisins ?

     25

    Alerter
  • caliban // 09.09.2018 à 10h58

    Certaines personnes commentant cet article semblent avoir les pires difficultés à penser contre elles-mêmes.

    Toutes heureuses au moment des faits de trouver sur le site Les-Crises.fr des articles mettant en doute la vision “otanesque” du crash du MH17, ces personnes semblent aujourd’hui
    • déplorer que soit diffusé un article du Figaro sur l’avancement de l’enquête
    • et préfèrent remettre en cause la fiabilité du site Les-Crises plutôt que leurs “certitudes”

    La mise en doute des croyances ne devrait pas s’arrêter aux croyances “officielles”, médiatiques ou gouvernementales. Elles devraient même commencer par les siennes propres, savoir pourquoi on pense ce que l’on pense si on veut réellement cesser d’être des marionnettes.

     10

    Alerter
    • Eric83 // 09.09.2018 à 12h15

      Bonjour Caliban,

      en ce qui me concerne, j’ai posé une simple question et manifestement notre hôte n’a pas l’intention d’y répondre puisqu’à l’inverse une réponse a été faite suite à un autre commentaire.

      Si cela ne vous interpelle pas qu’un article de plus de 3 mois, qui n’a pas nécessité de traduction, soit publié ici, libre à vous mais permettez que cela m’interpelle.

      Par ailleurs, justifier cette publication par ” Une mise à jour des connaissances sur le drame du MH-17″ est erroné et prétentieux puisque une “maj des connaissances” supposerait plusieurs articles rapportant des informations de sources diverses et non uniquement celles du Figaro afin de se faire un point de vue personnel.

      Par ailleurs, il ne vous a pas échappé que la situation en Syrie est explosive à Idlib, au sens propre comme au figuré, et que les oppositions multiples des parties prenantes au conflit et les menaces qui sont agitées de toutes parts pourraient malheureusement déboucher sur un conflit régional voire mondial…ce d’autant que la situation en Irak est elle aussi en train de se dégrader.

      Et comme la France est partie prenante dans le conflit Syrien depuis l’origine, nous sommes donc concernés comme d’autres peuples, que nous le voulions où non, par le développement de ce conflit.
      ” Une maj de nos connaissances” sur la situation à Idlib et ses enjeux me semble nettement plus intéressant que la pseudo “maj” sur l’affaire du MH17.

      Pour finir, je suis tout à fait d’accord avec votre propos sur la remise en cause de nos propres croyances personnelles.

       4

      Alerter
      • Les-crises // 09.09.2018 à 12h19

        Oui, mais nous n’avons hélas pas 10 salariés pour tout traiter – nous parlerons évidemment bientôt d’Idlib…

        Mais vous verrez dans les prochains jours l’importance de Disinfo…

        “=> Quel est l’objectif des Crises de publier cet article datant de plus de 3 mois sur un sujet qui ne fait pas l’actualité en ce moment et alors même qu’une hystérie occidentale se développe contre la Russie”

        Cet article est aussi important pour une bonne connaissance des choses, nous l’avions, comme d’autres, en attente de publication depuis quelques semaines. Comme nous sortons ce jour un article dénonçant fortement la Russophobie, c’est aussi une façon de vous montrer que nous vous respectons, en n’étant nullement militants, mais en oeuvrant à notre modeste échelle à la recherche de la Vérité.

        Si on ne doit plus parler du MH17 parce “une hystérie occidentale se développe contre la Russie”, et qu’on doive attendre que Poutine soit élu “Homme de l’année” par Arte, on ne va plus en parler du tout, car cela fait 5 ans qu’un hystérie se développe…

        Enfin, si nous sortons 2 ou 3 articles par jour, c’est aussi pour vous donner la liberté de lire seulement ceux qui vous intéressent… 🙂

         17

        Alerter
        • Eric83 // 09.09.2018 à 15h40

          Je vous remercie pour avoir pris le temps de me répondre et je vais vous répondre à mon tour sur ce qui m’interpelle particulièrement.

          Tout d’abord, quelque soit le nombre de salariés ou de bénévoles qui travaillent pour “les Crises”, focaliser ces ressources sur “l’affaire” DisinfoLab est votre choix et ce choix se fait nécessairement au détriment d’autres sujets et pas seulement celui d’Idlib.

          Au regard de l’entreprise de pieds-nickelés de DisinfoLab, de leur réel “pouvoir” par rapport à leurs bailleurs de fonds – l’OSF, l’Atlantic Council…etc…-, du fait que vous avez porté plainte pour diffamation et que nombre de citoyens ont porté l’affaire DisinfoLab devant la Cnil, quel est le sens de la poursuite de vos investigations cette “galaxie” ? Quitte à investiguer sur des officines russophobes, la France ne dispose-t-elle pas de structures bien plus influentes que DisinfoLab pour alimenter cette russophobie auprès de notre gouvernement et de notre Parlement ?

          Ensuite, j’avoue être décontenancé par le fait que vous annonciez garder “sous le coude” des articles – comme celui du Figaro sur le MH17 – et que vous les publiez quand bon vous semble, dans le cas présent plus de 3 mois après sa publication. Ce d’autant qu’ensuite, vous nous dites “c’est aussi une façon de vous montrer que nous vous respectons, en n’étant nullement militants, mais en oeuvrant à notre modeste échelle à la recherche de la Vérité.”

          Décider délibérément de publier un article seulement 3 mois après sa sortie – hors contexte – participe-t-il d’une recherche de la vérité et permet-il un éclairage digne de ce nom à vos lecteurs ? Depuis 3 mois, d’autres articles ont-ils été publiés sur ce sujet, confirmant et/ou informant certains points de l’article du Figaro ?

          De façon plus générale, plutôt que de garder des articles “sous le coude” et de les publier seulement au moment que vous jugez approprié, les placer dans les revues de presse hebdomadaires ne serait-il pas nettement plus intéressant pour vos lecteurs et en même temps plus “respectueux” ?

           5

          Alerter
          • Les-crises // 10.09.2018 à 00h48

            “sous le coude” était un terme ambiguë, désolé. Je voulais dire dans le stock des articles à publier ; comme il est important, nous avons préféré ne pas le publie en juillet aout. Il n’y a pas de complot, c’est juste que c’est de l’artisanat et des bénévoles : )

             6

            Alerter
    • Ando // 09.09.2018 à 17h56

      Remarque de bon sens. La question est bien celle de la fourniture de preuves concluantes. En attendant, on ne peut qu’avoir des opinions.

       1

      Alerter
  • Raoul C, // 09.09.2018 à 11h10

    Euh, comment les inspecteurs sont-ils si sûrs que le missile provenait de Koursk? C’est marqué dessus ? Ont ils accès à des manifestes qui l’identifient? J’imagine qu’il n’a jamais été vendu (c’est un missile russe en Russie)… Les Hollandais ont accès aux listes de l’arsenal de l’armée russe? Service de l’arsenal qui a oublié de le rayer de son inventaire et de ces listes?

     9

    Alerter
  • corto // 09.09.2018 à 11h42

    article de mai 2018. Il eût été bienveillant à l’égard du lecteur de l’insérer avec un rappel des principaux articles déjà postés. Là c’est la cacophonie. Perso l’affaire MH17 survient avec le profil, comme tant d’autres affaires avant, d’une provocation. Ou d’une erreur, la première émanant des autorités ukrainiennes et de la compagnie aérienne qui n’avaient pas à autoriser le survol ni à survoler une zone de guerre. C’est a priori KIEV qui est fautif d’une telle décision, et qui nous laisse soupçonner les KIévites de laisser-faire volontaire. Ensuite il y a ce pilote de Su25, mort mystérieusement en Russie après avoir été exfiltré d’Ukraine, qui avait témoigné avoir tiré un missile depuis son Su25 Frogfoot affirmant ensuite qu’il s’agissait d’une erreur. Corroboré par plusieurs témoignages sur zone.qui ont vus 2 avions. Il nous manque tous les enregistrements radio côté kievite: ATC, militaires. Où en est cette version ? La version actuelle pose encore de nombreux problèmes, notamment la zone de tir exacte, côté kievite ou russe ? Il est étonnant qu’une triangulation sérieuse à partir de témoignages n’ai pas pu être faite. Qu’on le veuille ou non, il y a des BUK des 2 côtés. La version du BUK d’après les impacts sur le côté gauche du cockpit donnée par le constructeur est ancienne et en service seulement du côté kievite. Encore une bizarrerie. Mais il y a surtout le CUI BONO. Celui qui m’expliquera que cet attentat ou acte de guerre a servi les intérêts de MOscou a tout intérêt lui, à affûter ses explications. Tandis que dans l’autre sens, on voit tout de suite que cette tragédie peut s’inscrire dans un GLADIO ukrainien destiné à ostraciser la russie en Ukraine. Ce qui sera difficile car les liens familiaux avec la russie sont très nombreux dans l’est du pays… pour moi cela reste une manipulation OTAN. Une de plus. Il y en a eu d’autres depuis. NOus sommes des spécialistes de ces barbouzeries sans fin. Notamment les prétendues attaques chimiques imputées à Assad et toujours sans preuves présentables en justice et dont certaines comme celles du 21/8/13 ont été raillées par 6 congressistes US, c’est à dire 100% de ceux qui ont demandé à Obama d’accéder aux preuves US classifiées fin 2013. Leurs déclarations outrées sont sur internet traduites en FR.

     15

    Alerter
  • Nanker // 09.09.2018 à 12h10

    “Il y a une quasi obsession sur la Russie effectivement c’est lassant à force …”

    Vous oubliez l’affaire du satellite russe “tueur de satellites” que nous sort maintenant Florence Parly alors que l’incident date de 2017… Floflo qui ne trouve rien à redire au fait que le matériel militaire français sert ***en ce moment*** à écraser la rébellion houtie.
    Je vais énoncer une lapalissade mais nos politiques ne seront respectés que lorsqu’ils seront respectables…

     13

    Alerter
  • Louis Robert // 09.09.2018 à 14h23

    Depuis avant même ce drame, tout, littéralement TOUT a été fait pour cacher les faits et empêcher qu’ils soient connus, avec une partialité et une mauvaise foi sans précédents. Dans ce contexte, les responsables des impostures que sont ces «enquêtes » n’ont jamais eu aucune crédibilité et ne méritent même pas une seconde d’attention. L’honnête homme ne peut que refuser catégoriquement de participer à pareils exercices qui insultent l’intelligence et toute conscience.

    Il est temps que l’on cesse de nous prendre pour de parfaits imbéciles et complices.

     9

    Alerter
  • spectre // 09.09.2018 à 15h04

    Donc si j en crois les enquêteurs vu que #Selon l’enquêteur Paulissen, le missile Bouk possède «nombre de caractéristiques uniques qui en tant que telles constitueraient une sorte d’empreinte digitale pour un missile»# si je braque une banque avec une ak47 les russes sont accusés? Ben oui une ak47 est fabriquée en Russie. Et le fait que l armée ukrainienne est aussi des Bouk en missiles …
    Pour rappel la Russie par l’intermédiaire du fabriquant du missile avait en effet conclu après enquête a la responsabilité d’un missile Bouk. Et la Russie avait fait pression sur les séparatistes pour qu Ils trouvent et donnent les boîtes noires de l avion. Étrange comportement pour des coupables…

     5

    Alerter
  • libraire // 09.09.2018 à 15h28

    J’ai deux ou trois questions:
    Un missile ayant explosé peut-il avoir la structure aussi complète que celle du missile présenté sur l’image?
    Le 17 juillet, Poutine rentrait du Brésil en avion.
    Le couloir aérien de l’avion présidentiel russe correspondait-il avec celui du Boeing 777.
    Quid de la simultanéité possible des horaires?
    Pourquoi personne ne semble avoir creusé sur cette piste.

     8

    Alerter
    • elhierro // 10.09.2018 à 23h30

      En réponse au post de “libraire” du 09/09 à 15h28, une hypothèse me vient à l’esprit … Et si la rage de l’OTAN sur cet évènement provenait justement du fait qu’ “on” a raté Vladimir ?

      Vu que la liste des tragédies de ce genre est bien longue, comme l’ont souligné des intervenants ici, et que habituellement ça semble n’émouvoir personne.
      D’ailleurs, puisqu’il s’agit en général d’ accidents, (et dans le cas présent, de l’avis même des plus enragés) pourquoi prendre des sanctions économiques ?
      A t-on déjà sanctionné un pays pour ce genre d’accident ?

       1

      Alerter
  • jean paul // 09.09.2018 à 15h58

    pour avoir une autre ligne d’explications on peut consulter le blog
    les lundis de stratediplo des 26/03/18 et 23/12/14

     0

    Alerter
  • Ando // 09.09.2018 à 16h23

    Dans le cadre d’un enquête à charges la tragédie du MH17 est loin d’avoir dit tous ses secrets et l’histoire continue. Du côté de la résistance du Donbass les Etats-Unis ont sans doute fait une erreur en autorisant ou exigeant l’assassinat d’Alexandre Zakhartchenko. Le point commun à toutes ces victimes c’est une politique du chaos et de la haine née sur les berges du Potomac.

    http://nrt24.ru/fr/news/photos-une-union-sacree-invincible-donetsk-dit-adieu-son-premier-president

     7

    Alerter
  • Ando // 09.09.2018 à 16h58

    A noter tout de même qu’un système BUK en déplacement ne passe pas inaperçu. Il se compose de quatre véhicules dont l’un porte le radar d’acquisition, un autre le poste de commandement, un autre encore la plate-forme de tir et le dernier le système de chargement. Plus, éventuellement, une escorte mobile.

     3

    Alerter
  • Patrice // 09.09.2018 à 17h23

    D’après le ministre des transports de la Malaisie, “il n’y a aucune preuve concluante désignant la Russie”.
    Ces propos datent du 30 mai 2018; ils ont été repris par UNIAN, l’agence officielle ukrainienne, mais pas ailleurs.
    Curieux non?
    https://www.unian.info/world/10138919-malaysian-transport-minister-refuses-to-blame-russia-for-downing-of-flight-mh17-media.html “There is no conclusive evidence to point at Russia under the JIT evidence”.

     4

    Alerter
  • queniart // 09.09.2018 à 17h35

    les enqueteurs internationaux ne vont pas oser dire que ce sont les ukrainiens de porochenko ou mieux l’otan qui ont abattus cet avion ces gens sont coutumiers du fait

     5

    Alerter
  • Betty // 09.09.2018 à 17h56

    Le 17 juillet 2014: Ukrainian interior ministry adviser Anton Gerashchenko posts a picture on Facebook showing a Buk missile system passing through the city of Torez, near the Malaysia Airlines MH17 site, hours before the crash. Mr Gerashchenko says the plane was shot down with a Buk ground-to-air missile by separatists.
    https://www.facebook.com/Channel4News/photos/ukrainian-interior-ministry-adviser-anton-gerashchenko-posts-a-picture-on-facebo/10152268553511939/
    Tout est dit…

     1

    Alerter
    • aleksandar // 09.09.2018 à 22h22

      Rien n’est dit.
      – Comment savez vous que la ville est bien Torez ?
      – Comment savez vous que la photo ne date pas de 10 ans en arriére ?
      – Comment savez vous que ce missile n’appartenait pas à l’armée Ukrainienne ?
      – Comment savez vous que ce porteur bâché est bien un système Buk ?
      – Comment savez vous que ce n’est pas un 9K33 OSA ou un 9K330 TOR ?
      Pour info les ukrainiens ont déclaré ne plus avoir de missile Buk l’année dernière, et cette année un des camions porteur de ce missile s’est encastré dans la vitrine d’un magasin.
      Faut toujours se méfier des évidences.

       5

      Alerter
      • Betty // 09.09.2018 à 23h48

        Tout a été visiblement “décidé”…tel était mon propos en montrant que l’accusation était posée bien avant une quelconque enquête…

         0

        Alerter
  • clauzip // 10.09.2018 à 01h02

    Néanmoins je me souviens d’un reportage TV me semble t il montrant la zone de crache de l’avion délimitée par se qui semblait etre l’armée ukrainienne,inaccessible et totalement ratissée,selon le reporter.
    Cette action de ratissage avant que la commission d’enquête soit constituée ne peut elle engendrer un doute ?
    Dans tous les commentaires et analyse ci dessus je n’ai perçu la moindre allusion à ce “fait” .
    On a connu un tel agissement après la catastrophe d’AZF.bien sur il n’y a pas de relation entre les deux.

     1

    Alerter
  • openmind // 10.09.2018 à 11h33

    Pourrait-on avoir un papier sur le pilote de chasse ukrainien qui s’est suicidé il y a peu et qui semblait détenir un lourd secret insupportable sur cet épineux dossier? Merci pour tout ce que vous faites pour la Vérité et sa recherche dialectique.

     2

    Alerter
  • moshedayan // 10.09.2018 à 11h49

    Si cet article veut donner un coup de pied dans la fourmilière, pourquoi pas, si on peut enfin savoir la vérité !
    Si l’objectif est d’apporter une tonalité pour s’amender d’être un site “taxé d’être trop “russophile””, je n’en vois pas l’intérêt (ou alors Disinfolab et d’autres médias ont réussi partiellement leurs coups sur les-crises à force de l’accuser d’être au service de Poutin).
    Si c’est juste un “contre-pied” pour faire réagir. Pareil quel intérêt ? puisque les preuves ne sont jamais clairement exposées (un missile photographié n’est qu’une pièce du puzzle…)
    Je m’en tiens au sentiment partagé avec mes amis slovaques : ce sont les Ukrainiens qui ont tiré, ce sont eux qui ont fait une bêtise (ou qui avaient intérêt à cette histoire).
    J’invite les lecteurs à lire cet article intéressant d’un cherchant de votre CNRS https://journals.openedition.org/espacepolitique/4411
    et on comprend pourquoi Staline a pris la Ruthénie slovaque, si ça continue comme ça les “banderovtsi” de Kiev devront la restituer, “qui sème le vent…!

     1

    Alerter
  • schuss // 12.09.2018 à 04h27

    il faut egalement se souvenir de l’affaire de l’avion francais abattu en lybie et impute au colonel khadafi. on sait aujourd’hui que le gouvernement lybien n’y etait pour rien meme s’il avait accepte de dedommager les victimes… ds l’affaire du MH 17 les ukrainiens disposent d’un armement militaire russe. Et enfin quel interet la russie aurait eue a abattre cet avion si ce n’est de se faire accuser. l’hypothese russe ne tient pas la route…

     1

    Alerter
    • chb // 12.09.2018 à 23h41

      “On sait aujourd’hui que le gouvernement libyen n’y était pour rien” ??
      Qui est ce “on” ? Pour ma part, j’ai raté l’entrefilet qui a partagé ce savoir, et bien peu de mes concitoyens sont prêts à absoudre feu le “dictateur sanguinaire” et à remettre en cause la propagande qui a justifié sa mise à mort.
      Il y a certes dans l’opinion le soupçon que la guerre “humanitaire” contre Tripoli était en fait une guerre de prédation, mais nous avons collectivement accepté et endossé l’exécution du trublion dirigeant de la Libye – et accessoirement le renvoi des libyens au Moyen Âge. Juppé et BHL ne sont pas en prison, que je sache.
      Dans le cas de la sinistre farce MH 17, la justice de l’OTAN est encore une fois un vecteur de propagande de puissance tutélaire, prompte à punir un bouc émissaire de plus pour exonérer ses propres malfaisants. Impérialisme typique, non ?

       0

      Alerter
  • step // 12.09.2018 à 12h31

    “attention vous allez voir les preuves qu’on a pas encore révélé, mais ce jour vous allez voir !”
    Bien sûr que cette catastrophe est un accident, et qu’il n’existe pas de nationalité préférentielle pour les (grosses)boulettes. Après faire jaillir la vérité d’une zone de conflit est une sacré gageure. Si ils ont des preuves à charge de la Russie qu’ils les donnent. Que la Russie donne ses arguments. Une fois les cendres de ce conflit un peu retombées on aura peut être la vérité. Avant, il ne faut pas rêver.

     0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications