Les Crises Les Crises
8.septembre.20188.9.2018 // Les Crises

Revue de presse du 08/09/2018

Merci 22
J'envoie

Un mélange écrits/audio/vidéo cette semaine. Merci à nos contributeurs.

DÉMOCRATIE

Les journalistes sont-ils prisonniers de la ligne éditoriale ?

Attention, russophilie ;-) RT France comme refuge de la démocratie médiatique dans notre pays. Hervé Gardette : "Dans les propositions qui vous étaient faites pour cette rentrée, il n'y en avait aucune qui vous aurez permis de faire ce que vous allez faire à RT France ?" Frédéric Taddei : "Non, aucune, non. A la télévision, aucune, bien entendu. Mais ne faites pas l'effaré, vous le savez très bien. Tout le monde sait qu'à la télévision aujourd'hui, il n'y a plus de débat."

Source : Du grain à moudre - France Culture

ENVIRONNEMENT

Des pertes de 10 % à 25 % par degré de réchauffement à cause des insectes

"Selon une étude publiée dans Science, la hausse des températures dans le monde va conduire à un développement des insectes ravageurs des cultures de blé, maïs et riz. La conséquence sera une baisse conséquente des rendements pour ces céréales dont le puceron, le perce-tige et la tordeuse du riz. « Il y a beaucoup de choses que les pays les plus riches peuvent faire pour réduire les effets négatifs en développant des stratégies de lutte intégrée contre les ravageurs, explique Scott Merrill. Mais les pays les plus pauvres, qui dépendent de ces cultures comme céréales de base, vont avoir plus de difficultés. » La lutte contre ce fléau risque donc d’accroître encore un peu plus les inégalités entre les pays face au changement climatique."

Source : Le Monde

« Contaminations » : « Dans l’Alberta, au Canada, la population est victime et dépendante du pétrole » [Vidéo]

"Dans les coulisses du cinquième reportage de notre série « Contaminations ». La province canadienne de l’Alberta est souillée et défigurée par l’exploitation des sables bitumineux, qui empoisonne les fleuves, les lacs et les populations amérindiennes."

Source : Le Monde

Les marches mondiales pour le climat ou le triomphe de l'ingénierie sociale

"Certains d’entre nous se joindront probablement à la marche mondiale organisée ce 8 septembre, mais non pour soutenir les objectifs de ses organisateurs. Certains d’entre nous croyaient auparavant aux mirages absurdes dénoncés dans le texte qui suit. Loin de nous l’intention de blâmer les manifestant-e-s. Tel est l’objectif de la marche mondiale pour le climat édition 2018, le même que celui des marches précédentes. Année après année, le mouvement écologiste mondial tend à se réduire à ce mouvement pour le climat."

Source : LE PARTAGE

EUROPE

L’Europe dérape sur le climat

"« Un pas en arrière dans la transition énergétique ? » C’est sous ce titre que la société de conseil Enerdata a présenté son dernier « Bilan énergétique mondial ». De 2014 à 2016, la planète avait vu - enfin - ses émissions de CO2 se stabiliser. Mais le plateau précurseur de la grande descente n’aura été qu’un faux plat. En 2017, la courbe des émissions de CO2 est repartie en forte hausse : + 2 % sur un an dans les pays du G20, qui représentent les quatre cinquièmes du total mondial. En cause, l’accélération de la croissance économique (+ 3,7 % pour le G20), ce qui s’est traduit, malgré la remontée des cours du pétrole, par une augmentation de la consommation d’énergie, et donc des émissions associées. Ce dérapage alourdit mécaniquement l’effort nécessaire pour rester sous la barre des 2 °C de réchauffement climatique. Selon Enerdata, le rythme de baisse annuelle des émissions de CO2 qu’il faudrait respecter d’ici à 2050 passe de - 2,9 % à - 3,5 %. Il est également très inquiétant de constater que l’Union européenne, qui se pense en figure de proue de la transition énergétique, n’arrive pas mieux que les autres à découpler croissance du produit intérieur brut (PIB) (+ 2,6 % en 2017) et émissions (+ 1,9 %). Une douche d’autant plus froide pour les Européens que les émissions américaines sont restées stables en 2017 (+ 0 %), en dépit d’une croissance soutenue... et des rodomontades charbonnières de Donald Trump."

Source : ALTERNATIVES ECONOMIQUES

FRANCE

Des centrales électriques aux mains des habitants, et ça marche !

"Depuis 2010, l’idée de centrales de production électrique villageoises a essaimé à partir de la région Rhône-Alpes. Une petite vingtaine fonctionnent aujourd’hui grâce à l’investissement d’acteurs locaux, promouvant une énergie produite localement et générant des richesses mieux partagées, explique notre chroniqueur. Le 2 juin 2018, les 26 installations photovoltaïques du Pays mornantais (au sud-ouest de Lyon) ont commencé à produire de l’électricité. Au plan technique, le projet est classique : 26 toitures (privées ou communales) de la communauté de communes sont reliées au réseau de distribution électrique de Enedis. L’estimation de production annuelle est de 282.000 KWh pour une puissance de 257 Kwc. Cela représente à peu près la consommation annuelle de 250 foyers, hors chauffage et production d’eau chaude. Pourquoi l’inauguration du projet attire-t-elle des centaines de citoyens locaux ? Parce que, pour la plupart, ils sont actionnaires et acteurs d’un projet auquel participent population, entreprises locales, élus, associations et collectivités territoriales. Bienvenue dans le monde de l’association Centrales villageoises et de la production collective d’énergies renouvelables par les citoyens."

Source : REPORTERRE

Selon une étude, 50 % des offres de Pôle emploi sont illégales voire inexistantes

"Le Comité national des travailleurs privés d’emploi et précaires (CNTPEP-CGT) vient de publier les résultats d’une étude réalisée les 30 et 31 août 2018, portant sur les offres disponibles sur le site internet de Pôle emploi. Résultat : sur les 1708 offres étudiées, 50% contenaient, selon cette étude, des mentions illégales [1]. « Cela signifie que ces annonces contreviennent au code du travail, mais aussi au référentiel interne de Pôle emploi qui reprend cette réglementation en y ajoutant quelques précisions techniques », précise Tennessee Garcia, coordinateur de l’étude et membre de la CGT. Selon la loi, l’offre d’emploi doit être réelle et correspondre au contrat proposé. Or, dans le panel étudié, 130 offres proposent des durées de contrat non conformes à la réalité."

Source : BASTAMAG

Comprendre la doctrine Macron sur les revenus des salariés, retraités, chômeurs

"Sur le papier, il y a une doctrine derrière les arbitrages budgétaires du gouvernement : privilégier les revenus du travail à ceux de l’inactivité. Et effectivement, lorsque l’on regarde les contours du projet de loi de finance 2019, c’est bien les revenus de la dépendance et certaines aides sociales que rogne en priorité le gouvernement."

Source : XERFI CANAL

GÉOPOLITIQUE

Un joueur qui a perdu sa mise, voilà ce qu’est Mohammed ben Salmane

"La bulle éclate. Un par un, les grands projets de Mohammed ben Salmane disparaissent dans le désert, et avec eux, ses ambitieuses prétentions concernant la réforme de décennies de corruption, la diversification de l’économie dépendante du pétrole et sa posture d’homme de Donald Trump au Moyen-Orient. Enlevez les paroles et le battage médiatique, et vous vous retrouvez avec un prince de 32 ans, une famille royale en colère voulant à tout prix se venger des humiliations subies, et une économie extrêmement dépendante du pétrole qui tente d’endiguer la fuite des capitaux. Ce n’est pas une recette pour parvenir à la stabilité, et encore moins réformer. La semaine dernière, la pierre angulaire de ses projets, celui d’introduire Saudi Aramco sur le marché boursier et de lever 100 milliards de dollars en vendant 5 % de son capital, s’est écroulée. Reuters a indiqué que les conseillers financiers travaillant sur la cotation prévue avaient été renvoyés et que l’introduction en bourse avait été annulée. L’article citait une des quatre sources affirmant que même le fonds de caisse local à la bourse de Tadawul avait été abandonné."

Source : MIDDLE EAST EYE

MATIÈRES PREMIÈRES

Où en est le pic uranifère ?

"Une question peu abordée est celle du pic uranifère. Comme le pétrole, l’uranium est une ressource non renouvelable dont l’exploitation connaîtra un déclin. M. Dittmar (Institution de physique des particules, Zurich) est l'un des chercheurs spécialistes de la question. Le nucléaire produit moins de 14 % de l’électricité mondiale. L’électricité représente elle-même 16 % de la consommation d'énergie. De 1945 à 2010, il a été extrait 2,5 millions et consommé 2 millions de tonnes d’uranium. L’essentiel des 500 kt se trouvent dans les réserves militaires américaines et russes. En 2011, la production minière mondiale ne couvrait que 85 % des besoins. La différence était comblée en prélevant dans les stocks militaires. En 2016, elle assure 98% des besoins avec 60 KT/an, égal au niveau de production mondial des années 80. Or, les mines sont en déplétion rapide. Au regard des limites géologiques, Dittmar entrevoit un lent déclin de la production d’uranium dont les effets seraient atténués par la mise hors service volontaire des réacteurs dans plusieurs pays. Vouloir augmenter la production nucléaire mondiale se heurtera aux plafonds de production et à des réserves limitées."

Source : Energie et environnement

MEDIATHÈQUE

Les affaires reprennent

"Affaire Benalla, affaire Nyssen, affaire Kohler... La rentrée politique est marquée par plusieurs scandales. Que nous enseignent ces "affaires" sur le fonctionnement de nos institutions ? Comment comprendre leur persistance malgré les mesures prises ces dernières années pour les circonscrire ?"

Source : Politique ! - France Culture

De la crise des subprimes à la crise des sans-abri

"Près de 9 millions de logements ont été vendus aux enchères à des prix cassés après la chute de Lehman Brothers. Qui a profité de cette grande braderie ? Et qui en pâtit aujourd'hui ? Reportage à Phoenix, l'une des villes des États-Unis les plus touchées par la bulle immobilière et son explosion."

Source : Grand Reportage

VUES D’AILLEURS

Venezuela : pénurie organisée de médicaments

"La balance migratoire du Venezuela n’a jamais été négative au cours de son histoire. A la différence d’autres pays de la région et d’ailleurs, le Venezuela n’avait jamais connu le départ massif de ses concitoyens. Bien au contraire, le pays caribéen a toujours été une terre d’accueil pour ceux qui rêvaient d’un second départ que ne pouvaient leur offrir leur patrie d’origine. Lisez le chapitre n°6 de la série “Chroniques d’en bas” par Romain Migus. En premier lieu, les Colombiens fuyant la guerre et les politiques d’austérité dans leur pays. Ils sont plus de quatre millions à avoir passé la frontière et s’être établis au Venezuela. Mais aussi l’Équateur dont la communauté établie au Venezuela reste la plus grande en Amérique Latine. De nombreux citoyens du Cône Sud du continent ont aussi trouvé refuge dans le pays de Bolivar au moment où la botte militaire écrasait dans le sang toute velléité démocratique au Chili, en Uruguay, ou en Argentine. Cette immigration massive ne s’arrête pas aux pays de la région. Le Venezuela compte une des plus grandes communautés syro-libanaise de la région, et par vagues successives des milliers d’Espagnols, d’Italiens et de Portugais sont venus s’y enraciner."

Source : INVESTIG'ACTION

ÉTATS-UNIS

Alena : Donald Trump annonce un nouvel accord de libre-échange avec le Mexique

"Le président des États-Unis a téléphoné devant les caméras à son homologue mexicain pour le féliciter. Ils sont tous deux tombés d'accord pour associer rapidement le Canada à leur compromis sur ce nouvel Alena. La ministre canadienne des affaires étrangères Chrystia Freeland se rendra à Washington mardi pour négocier. L'Accord de libre-échange nord américain (Alena) devrait changer de nom, mais il a désormais de bonnes chances de survivre sous une forme plus moderne. Après des mois de négociations compliquées avec les autorités mexicaines et canadiennes, ponctuées de menaces, Donald Trump annonce un nouvel accord avec le Mexique. Il est allé jusqu'à téléphoner devant les caméras à son homologue sortant, Enrique Pena Nieto, pour le féliciter. Donald Trump a invité les Canadiens à se rallier au nouvel accord bilatéral, au risque de se voir imposer des droits de douane, notamment sur les voitures. Egalement signataire de l'accord de 1994, le Canada n'a pas participé à cette phase des négociations, préférant laisser le Mexique et les Etats-Unis régler leurs différends."

Source : LE FIGARO

Trump annule le voyage de son secrétaire d’État en Corée du Nord un jour après son annonce

"Le président des États-Unis, Donald Trump, a annulé vendredi la prochaine visite du secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, en Corée du Nord cette semaine, invoquant l'absence de progrès sur la dénucléarisation de Pyongyang. Cette décision, qui intervient un jour seulement après l’annonce de son voyage par Pompeo, souligne l’imprévisibilité de l’administration Trump et la montée des tensions en Asie du Nord-Est, visant principalement la Chine. Trump a écrit dans un message sur Twitter: «J'ai demandé au secrétaire d'État Mike Pompeo de ne pas se rendre en Corée du Nord, car je pense que nous ne progressons pas suffisamment dans la dénucléarisation de la péninsule coréenne.» La décision constitue un virage abrupt pour Trump, qui a affirmé lundi dans une interview avec Reuters que la Corée du Nord avait en prise des mesures pour dénucléariser, malgré l’impasse apparente sur le sujet ces dernières semaines. Pyongyang avait déjà accepté d'arrêter les essais nucléaires et de missiles, avait commencé à démanteler un site d'essais de missiles et avait restitué les corps de soldats américains. Mais Washington a refusé de répondre aux demandes de Pyongyang, y compris un assouplissement des sanctions et une déclaration formelle mettant fin à la guerre de Corée de 1950-1953, supposément jusqu'à la dénucléarisation complète de Pyongyang."

Source : WORLD SOCIALIST WEB SITE

Commentaire recommandé

DUGUESCLIN // 08.09.2018 à 06h16

FRANCE : “Des centrales électriques aux mains des habitants”.

Ceci montre que les “gaulois réfractaires” sont capables de s’organiser et de se prendre en charge eux-mêmes malgré la médiocratie bêlante et rampante de nos élus par défaut.
Je ne suis pas totalement sûr des mes ascendances gauloises, mais je suis fier d’être un “gaulois réfractaire”.

31 réactions et commentaires

  • Fritz // 08.09.2018 à 06h15

    Ah, Nadia Savtchenko… Vaillante Jeanne d’Arc ukrainienne qui voulait « bouter le moskal » hors de son pays. Combattante de la démocratie, elle avait fait partie des troupes ukrainiennes envoyées dans l’Irak libéré (2004). Ayant signalé à ses potes du bataillon Aidar la position de deux journalistes moscoutaires, Igor Korneliouk et Anton Volochine, elle avait permis l’élimination de ces sous-hommes. Bref, une héroïne de notre presse libre.

    http://www.liberation.fr/planete/2016/03/10/icone-de-la-resistance-ukrainienne-nadia-savtchenko-defie-la-justice-russe_1438721

    A propos du bataillon Aidar :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataillon_Aidar#Financement
    « les dirigeants et de nombreux membres du bataillon sont des néo-nazis et des membres de partis d’extrême droite », ben quoi, c’est la « résistance ukrainienne » selon Libé.

    Dommage que notre presse ait lâché cette héroïne :
    https://www.courrierinternational.com/article/portrait-nadia-savtchenko-la-chute-de-la-jeanne-darc-ukrainienne
    http://www.lefigaro.fr/international/2018/03/22/01003-20180322ARTFIG00249-ukraine-l-ex-heroine-nationale-nadia-savtchenko-placee-en-detention-provisoire.php

     9

    Alerter
  • DUGUESCLIN // 08.09.2018 à 06h16

    FRANCE : “Des centrales électriques aux mains des habitants”.

    Ceci montre que les “gaulois réfractaires” sont capables de s’organiser et de se prendre en charge eux-mêmes malgré la médiocratie bêlante et rampante de nos élus par défaut.
    Je ne suis pas totalement sûr des mes ascendances gauloises, mais je suis fier d’être un “gaulois réfractaire”.

     27

    Alerter
    • Patrick // 08.09.2018 à 13h46

      dramatique !! les citoyens apprennent à se passer de l’état et des services publics , vite une loi pour interdire ça !!

       2

      Alerter
      • JBB // 08.09.2018 à 17h04

        “Pourquoi l’inauguration du projet attire-t-elle des centaines de citoyens locaux ?” ben, parceque le photovoltaïque est massivement subventionné par les taxes des autres. Ce n’est pas vraiment ce que j’appelle se passer de l’état.

         5

        Alerter
        • Patrick // 08.09.2018 à 17h30

          c’est vrai que l’éolien et le photovoltaique sont des arnaques largement subventionnées, sauf usage personnel.
          Mais au moins ça fait plaisir de voir apparaître des solutions hors du cadre habituel.
          Pendant longtemps la loi protégeait EDF et a donc interdit toute forme d’innovation et de liberté dans ce domaine.

           2

          Alerter
      • gracques // 08.09.2018 à 19h59

        Ils font le service public!

         1

        Alerter
    • FLORENT // 08.09.2018 à 18h20

      Je ne suis pas sûr qu’un projet d’installation de panneaux solaire fabriqués en Chine ( c’est le cas de grande majorité des panneaux vendus) soit une bonne chose pour l’environnement (fabrication grâce centrale charbon transport par bateau et camion grâce au pétrole) ni pour les emplois (importations).

      Encore du Greewashing.

       8

      Alerter
      • patrick // 08.09.2018 à 20h22

        l’éolien et le photovoltaique ne servent à rien , sauf au niveau individuel ( habitat isolé .. )
        ils ne permettent pas un approvisionnement sur au niveau d’un pays, ils coûtent cher et à long terme ils seront très polluant.
        Mais ça permet à pas mal de gens de s’en mettre plein les poches grâce aux subventions et aux chinois de développer leur industrie.

         4

        Alerter
        • Bigtof // 10.09.2018 à 00h51

          Ça dépend du pays : le chili est excédentaire en électricité et la fournit maintenant gratuitement à ses habitants. Elle provient de solaire et d’éolien à 70%.
          Le Chili exporte en plus de l’électricité.
          Comme quoi…

           0

          Alerter
          • Patrick // 10.09.2018 à 11h41

            l’exemple du Chili mériterait effectivement un peu d’analyse.
            Une recherche rapide m’indique :
            – très gros investissements dans une ribambelle de fermes solaires installées dans un désert au nord du pays.
            – pas d’investissements dans les infrastructures de transport, donc pas moyen d’envoyer l’électricité produite là où il y en a besoin.
            – donc distribution gratuite du surplus sur place , pertes financières pour les entreprises qui ont investi massivement dans le truc.
            – rien n’indique que les exportations soient dues à l’énergie solaire.

            les infos datent de deux ans , ça mériterait d’être mis à jour.

             0

            Alerter
          • Fulsi // 10.09.2018 à 11h46

            Intéressant 🙂 Une source s’il vous plait ?

             0

            Alerter
  • Yanka // 08.09.2018 à 10h24

    Aude Lancelin raillant le mouvement “Occupy Wall Street” : “Un naufrage”. Dirait-elle la même chose du désastre intellectuel complet qu’a été “Nuit debout”, pourtant puissamment orchestré, nourri, abreuvé, par “monsieur Lancelin” (Frédéric Lordon) ?

     7

    Alerter
    • gracques // 08.09.2018 à 20h02

      Ben monsieur “lancelin’ lui même en a convenu ….. et ne regrette rien .
      Les mouvements spontanés sont bien’gentils mais un mouvement structure permet la cohésion et l’action sur le réel.
      Ce qui n’empêchent as le brain’storming ….

       3

      Alerter
  • RGT // 08.09.2018 à 10h45

    Le pic uranifère…

    s’il est bien une ressource totalement non renouvelable sur cette planète, c’est bel et bien les isotopes radioactifs…
    On considère les hydrocarbures comme non renouvelables, mais en fait ils le sont seulement à l’échelle humaine. Dans quelques centaines de millions d’années ces ressources se seront régénérées et il y aura de nouveau des stocks à profusion (en espérant que l’espèce “dominante”, s’il y a encore de la vie, se gardera de les utiliser).

    Par contre, les isotopes radioactifs sont tout simplement non renouvelables sur notre planète et le seul moyen de pouvoir s’en procurer consistera à aller en chercher sur d’autres planètes ou d’espérer la fusion de deux étoiles à neutrons à proximité (ce qui ne serait pas sans conséquences)…
    De toutes façons, le coût pour aller “faire ses courses” sera si élevé qu’il sera impossible de s’en procurer.

    Il serait aussi possible de faire des centrales au Thorium, qui est plus abondant que l’uranium et présent dans presque toutes les croûtes continentales (car plus léger, il a moins “coulé” vers le noyau de la terre) mais ce sera encore reculer pour mieux sauter… Les ressources sont totalement non renouvelables à l’échelle géologiques pour les mêmes raisons que l’uranium.

    De plus, le thorium, c’est de la merde : Il est impossible de faire des “bombinettes” avec.

    Quant au “soleil en boîte”, la fusion nucléaire est encore bien loin d’être résolue, particulièrement les disruptions qui peuvent entraîner une “bombe H-ification” des centrales. Là encore, quand il n’y aura plus d’eau sur terre pour alimenter ces centrales il faudra bien aller en chercher ailleurs…

    Il faudrait surtout faire comprendre à nos grands “penseurs” un principe de base en physique : L’énergie ne se créé pas : elle ne peut que se transformer.
    Je pense que nos “décideurs” sont tous obnubilés par les belles vidéos d’Internet qui montrent comment fabriquer à volonté de “l’énergie libre”…
    Les seules sources d’énergie de la terre sont le soleil (qui convertit à la base l’énergie gravitationnelle en réactions nucléaires de fusion) et les isotopes radioactifs qui en se dégradant maintiennent la chaleur de son noyau… Ressources bien sûr elles aussi non renouvelables et limitées dans le temps, et qui cesseront dans environ 5 milliards d’années.

    Les “élites” s’en foutent : Ce qui les intéresse est le profit immédiat.

    Après moi le déluge.

     11

    Alerter
    • Patrick // 08.09.2018 à 13h44

      ça va être compliqué d’expliquer à la population qu’il va falloir se passer du pétrole, du gaz et du nucléaire et donc se contenter d’environ 10% de l’énergie que l’on consomme habituellement.
      il va falloir changer les habitudes et retourner cultiver à la main.
      La fête est finie mais ça va pas être très populaire.

       9

      Alerter
      • JBB // 08.09.2018 à 17h14

        Quand on consomme du non renouvelable on en prive forcément quelqu’un dans le futur. Sur ce principe il faudrait s’en passer complètement. Mais si personne ne va jamais s’en servir ça sert plus à rien de l’économiser. C’est un peu comme mourir de faim devant une boîte de conserve en se disant qu’on va pas l’ouvrir car on aura encore plus faim demain.

         4

        Alerter
    • douarn // 08.09.2018 à 20h08

      Bonjour RGT
      Peut être est on en train de rater le train de la 4e génération de centrale nucléaire. Nos décideurs s’accrochent à la 3e génération (neutron lent) avec les EPR alors qu’il faudrait du courage politique pour lancer la technologie à neutron rapide et utiliser les éléments fertiles. Il faudrait le faire avant que la disponibilité et le prix des énergies fossiles ne deviennent un élément bloquant. C’est toute l’ironie, on ne peut pas construire une centrale nucléaire sans pétrole pour faire rouler les toupies de béton, ni charbon pour produire les métaux… l’électricité produite par une première centrale nucléaire n’est pas une forme d’énergie adaptée pour construire une autre centrale nucléaire…

       4

      Alerter
      • Genuflex // 09.09.2018 à 23h40

        C’est aussi toute l’ironie de la “transition énergétique” vers les “énergies renouvelables” : elle s’appuie dur sur les fossiles… sans jamais envisager de changer d’énergie pour le faire (par exemple, dans le bâtiment, je n’ai pas encore vu le début d’un projet de chantier “à l’électrique”).

        Les études sur les EROI des différentes énergies disponibles, quoi que complètement insuffisantes en qualité et en quantité pour trancher, ne laissent pas présager de la possibilité d’une “transition”. Descente, serait plus exact. C’est d’ailleurs le mot retenu par David Holmgren (co-fondateur de la permaculture).

         0

        Alerter
    • TZYACK // 10.09.2018 à 11h46

      Comment voulez-vous que les citoyens du monde soient motivés à lutter contre le réchauffement climatique alors qu’ils sont menacés en permanence d’une extinction proche par les conséquences d’une guerre nucléaire mondiale ou de celles de la chute d’une météorite, ou d’une pandémie incontrôlable ?

       0

      Alerter
  • kinimodo // 08.09.2018 à 14h06

    Merci pour cet article !
    “Les marches mondiales pour le climat ou le triomphe de l’ingénierie sociale”

    Le mouvement écologiste mondial tend à se réduire à ce mouvement pour le climat… un piège pour ne surtout pas changer le système et nos modes de vie !

     5

    Alerter
    • Patrick // 08.09.2018 à 14h10

      l’ingénierie sociale !! c’est pas ce que l’on appelait la manipulation des masses il y a quelques décennies ?
      les écolos font ce qu’on leur dit de faire , lls pensent ce qu’on leur demande de penser et ils gueulent les slogans qu’on leur demande de gueuler… pour le plus grand bénéfice des financiers et des multinationales, et des états qui prennent leur part au passage ( on appelle ça des taxes ).

       8

      Alerter
    • RV // 09.09.2018 à 19h27

      Participants à la marche parisienne,
      je peux vous assurer que le système était bien dénoncé,
      notamment par ce slogan omniprésent
      “CHANGER DE SYSTEME PAS DE CLIMAT”
      même si on pouvait lire des panneaux tout fait
      aux couleur d’un parti que je ne nommerai pas
      qui disaient “sauvons le climat”
      ++++++++++++++++++++++++++++++++++++
      Cet article est un tir de barrage d’arrière garde !

       0

      Alerter
      • kinimodo // 10.09.2018 à 11h24

        Un tir de barrage? contre quoi ?

         0

        Alerter
  • Paul Atreide // 08.09.2018 à 18h10

    un sinistre type est mort mais je crois pas que sa disparition porte un coup fatale à ceux qui sont comme ce gars, profondément méchant et contre l’humanité

     1

    Alerter
  • Pseudo // 08.09.2018 à 22h03

    “Des pertes de 10 % à 25 % par degré de réchauffement à cause des insectes”
    Nous avons tous constaté qu’en traversant la France autrefois, notre pare-brise était couvert d’impact d’insectes, alors qu’il n’y en a plus un seul aujourd’hui. Le journal Le monde est une fosse d’aisance de mensonges.

     2

    Alerter
    • douarn // 10.09.2018 à 08h30

      Bonjour Pseudo
      je ne suis pas d’accord avec vous. Ce n’est pas parce que la masse des insectes diminue qu’il n’y a pas pullulation de certaines espèces d’insectes particulières.
      L’article publié dans “science”, une revue scientifique à comité de lecture, et repris par lemonde dit tout simplement que les insectes qui infestent les cultures (céréales en particulier) vont se voir favorisées par l’augmentation des températures… même si la tendance générale est à la diminution des populations d’insectes

       0

      Alerter
      • kinimodo // 10.09.2018 à 10h54

        Ce n’est pas parce que la masse des insectes diminue qu’il n’y a pas pullulation de certaines espèces d’insectes particulières.
        C’est juste, mais faudrait il aussi savoir pourquoi.
        Les conclusions de l’étude focalisent sur un paramètre comme c’est souvent le cas sur ces sujets alors que le problème est bien plus complexe… hyper sélection des cultures à des fins de productions, simplification du milieu, monoculture, absence de maillage, culture intensive, sélection de ravageurs résistants avec les décennies d’utilisation de pesticides, élimination des prédateurs naturels, mort biologique des sols,etc… Tous ces paramètres qui rendent les cultures actuelles extrêmement fragiles à la moindre perturbation… Ici, les attaque d’insectes, demain ce sera une autre étude sur les maladies, la sécheresse et sans doute encore la faute du climat… C’est un peu court !
        L’autre article ( Le Partage) est d’ailleurs assez éclairant à ce sujet.

         1

        Alerter
    • Patrick // 10.09.2018 à 12h38

      Prudence avec ce genre d’infos.
      D’abord il s’agit d’une étude qui prévoit que dans l’avenir “il se pourrait que … ” , donc rien d’avéré. Pour l’instant on a plutôt assisté à une hausse assez forte des rendements.

       0

      Alerter
  • BA // 11.09.2018 à 08h35

    La popularité de Macron en chute libre, selon un sondage : baisse de 12 %.

    La popularité d’Emmanuel Macron a dégringolé de 12 points durant l’été, alors que celle de Nicolas Hulot s’envole (+ 13) après son départ du gouvernement, selon un sondage Odoxa diffusé mardi.

    Sept Français sur dix (71 %, + 12) ont désormais une opinion négative du chef de l’Etat, qui bat son record d’impopularité dans ce baromètre, avec 29 % seulement des personnes interrogées qui le considèrent comme un “bon président”.

    https://actu.orange.fr/france/la-popularite-de-macron-en-chute-libre-selon-un-sondage-CNT0000016r0cH.html

     1

    Alerter
  • BA // 15.09.2018 à 09h27

    L’économie, c’est du pipeau.

    Aujourd’hui, l’économie, c’est des bulles de dettes, et rien d’autre.

    Toute l’économie mondiale repose sur de gigantesques bulles de dettes.

    Mais il n’y a pas que la dette publique qui gonfle comme une gigantesque bulle de savon. Il y a aussi la dette privée.

    Aux Etats-Unis, la dette privée atteint des proportions délirantes. Dette immobilière, dette automobile, dette étudiante, dette des cartes de crédit, … la dette privée dépasse les 13 293 milliards de dollars ! Record historique battu !

    Samedi 15 septembre 2018 :

    Dix ans après Lehman Brothers, la dette des ménages américains explose.

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/09/15/20002-20180915ARTFIG00010-dix-ans-apres-lehman-brothers-la-dette-des-menages-americains-explose.php#xtor=AL-201

     0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications