Depuis le Laos jusqu’au Moyen-Orient, un tour d’horizon des articles du Times qui ont attiré l’attention d’intellectuels estimés.

Par Noam Chomsky / Alternet, le 20 mai 2015

Un article de Une est consacré à une histoire non étayée de viol sur un campus par le magazine Rolling Stone, dénoncée par le journal majeur de critique des médias. Le déraillement vis-à-vis de l’intégrité journalistique est jugé si fort que le sujet est aussi repris dans l’article à la une de la rubrique économique, une page intérieure entière étant dédiée à la suite des deux articles. Ces comptes rendus indignés parlent des crimes passés de la presse : quelques cas de fabrication d’information, révélés sans s’y arrêter, et des cas de plagiat (“trop nombreux pour être énumérés”). Le crime spécifique du Rolling Stone est son “manque de scepticisme”, et qui est “à bien des égards le plus insidieux” des trois catégories précitées.

Voir Times si engagé dans la défense de l’intégrité journalistique a quelque chose de réjouissant.

En page 7 de la même édition, on trouve un article important de Thomas Fuller intitulé “La mission d’une femme pour libérer le Laos de ses munitions non-explosées”. Il rend compte de “l’effort opiniâtre” de Channapha Khamvongsa, une Lao-Américaine, “pour débarrasser sa terre natale des millions de bombes qui y sont toujours enterrées, héritage de neuf ans d’une campagne américaine menée par air qui a fait du Laos le pays le plus lourdement bombardé du monde” – il allait bientôt être détrôné par le Cambodge rural, à la suite des ordres de Henry Kissinger donnés aux forces aériennes américaines : “Une campagne de bombardement massive sur le Cambodge. Tout ce qui vole sur tout ce qui bouge.” Un semblable appel à un quasi-génocide serait très difficile à trouver dans les archives. Il a été évoqué par le Times dans un article sur des cassettes du président Nixon rendues publiques, et a provoqué peu de réactions.

L’article de Fuller sur le Laos rapporte que le lobbying de Mme Khamvongsa s’est traduit par une augmentation généreuse du budget américain annuel pour la neutralisation des bombes non explosées de 12 millions de dollars. Les plus mortelles sont les bombes à sous-munitions, qui sont conçues pour “causer le plus grand nombre possible de blessés parmi les troupes” en répandant des “centaines de sous-munitions sur le sol.” Environ 30% d’entre-elles y restent non explosées et provoquent la mort ou la mutilation des enfants qui ramassent les pièces, des fermiers qui les heurtent dans leur travail, ou bien d’autres malchanceux. Une carte annexe représente la province de Xieng Khouang située au nord du Laos, plus connue sous le nom de Plaine des Jarres, la principale cible des bombardements intensifs qui ont connu leur pic de frénésie en 1969.

Fuller raconte que Mme Khamvongsa “a été poussée à l’action après avoir découvert une collection de dessins des bombardements réalisés par des réfugiés et réunis par Fred Branfman, un activiste anti-guerre qui a œuvré à révéler la Guerre Secrète.” Les dessins sont publiés dans le remarquable livre du regretté Fred Branfman, Voices from the Plain of Jars [NdT : Les Voix de la Plaine des Jarres], publié en 1972 et réédité par les presses universitaires du Wisconsin avec une nouvelle introduction. Les dessins dévoilent de manière saisissante les souffrances des victimes, pauvres paysans d’une zone reculée qui n’avaient pratiquement rien à voir avec la guerre du Vietnam, ce qui a d’ailleurs été reconnu officiellement. Un rapport typique effectué par une infirmière de 26 ans saisit la nature de la guerre aérienne : “Il n’y avait pas une nuit où nous pensions que nous allions vivre jusqu’au matin, pas un matin où nous pensions que nous allions survivre jusqu’à la nuit. Est-ce que nos enfants pleuraient ? Oh oui, et nous pleurions aussi. Je me contentais de rester dans ma grotte. Je n’ai pas vu la lumière du soleil pendant deux ans. A quoi pensais-je ? Oh, je répétais dans ma tête ‘s’il-vous-plaît, que les avions ne viennent pas, s’il-vous-plaît que les avions ne viennent pas, s’il-vous-plaît que les avions ne viennent pas.'”

Les vaillants efforts de Branfman ont véritablement permis de faire naître une certaine prise de conscience de cette atrocité hideuse. Ses recherches constantes ont aussi mis au jour les raisons de la destruction sauvage d’une société paysanne sans défense. Il en dévoile à nouveau les raisons dans l’introduction de la nouvelle édition de Voices. En ces termes :

“Une des révélations les plus terribles à propos du bombardement a été de découvrir pourquoi il s’était si énormément intensifié en 1969, comme l’ont décrit les réfugiés. J’ai appris que le président Lyndon Johnson, après avoir décrété un arrêt des bombardements sur le Vietnam du nord en novembre 1968, avait simplement dérouté les avions vers le nord du Laos. Il n’y avait pas de raison militaire à ceci, c’était simplement parce que, comme l’a attesté le chef de mission adjoint Monteagle Stearns devant la commission du Sénat aux affaires étrangères en octobre 1968 : “Bien, nous avions tous ces avions qui restaient là à ne rien faire, et nous ne pouvions les laisser là à ne rien faire”.

Donc, les avions inutilisés étaient lancés sur de pauvres paysans, dévastant la pacifique Plaine des Jarres, loin des ravages des guerres d’agression meurtrières de Washington en Indochine.

Maintenant regardons comment ces révélations ont été transformées dans le New York Times Newspeak : “Les cibles étaient les troupes du Vietnam du Nord – spécialement le long de la piste Ho Chi Minh, dont une grande partie traverse le Laos – aussi bien que les communistes laotiens alliés du Nord-Vietnam.”

Comparez les paroles du chef de mission adjoint américain avec les descriptions et témoignages poignants des écrits de Fred Branfman.

Véritablement, le journaliste a une source : la propagande américaine. Cela suffit sûrement à submerger les simples faits d’un des plus grands crimes de l’après seconde guerre mondiale comme le détaille sa source même : les révélations cruciales de Fred Branfman.

Nous pouvons être certains que ce colossal mensonge au service de l’état ne méritera pas d’être longuement dévoilé et dénoncé comme méfait honteux de la Presse Libre, comme le sont le plagiat et le manque de scepticisme.

Le même numéro du New York Times nous inflige un rapport par l’inimitable Thomas Friedman, relayant avec le plus grand sérieux les mots du président Obama présentant ce que Friedman nomme “la Doctrine Obama” – chaque président doit avoir une doctrine. La Doctrine profonde est “‘engagement’, combiné avec la préservation des besoins stratégiques principaux.”

Le président a illustré cela avec un cas crucial : “Vous prenez un pays comme Cuba. Tester la possibilité que l’engagement mène à un meilleur résultat pour le peuple cubain ne représente pas beaucoup de risques pour nous. C’est un petit pays minuscule. Ce n’est pas un pays qui menace nos objectifs de sécurité principaux et ainsi [il n’y a aucune raison de ne pas] essayer cette idée. Et s’il s’avère que cela ne mène pas à de meilleurs résultats, nous pouvons ajuster notre politique.”

Et là, le lauréat du Prix Nobel de la paix s’étend sur ses raisons d’entreprendre ce que le journal intellectuel américain majeur de la gauche-libérale, le New York Review, salue comme une étape “courageuse” et “vraiment historique”, le rétablissement des relations diplomatiques avec Cuba. C’est un mouvement entrepris pour “donner plus de pouvoir au peuple cubain,” a déclaré le héros, nos efforts précédents pour leur apporter la liberté et la démocratie ayant échoué à réaliser nos nobles objectifs. Les efforts précédents comportaient un embargo écrasant condamné par le monde entier (excepté Israël) et une guerre terroriste brutale. La suite est comme d’habitude balayée de l’histoire, hormis des tentatives d’assassinat contre Castro, un détail très mineur acceptable car on peut les disqualifier avec mépris comme étant des magouilles ridicules de la CIA. Quand on se tourne vers les archives internes déclassifiées, on apprend que ces crimes ont été entrepris à cause du “succès de la remise en cause” par Cuba de la politique américaine qui remonte à la doctrine Monroe, qui déclarait l’intention de Washington de gouverner cet hémisphère. Mais ils sont tous inavouables et bien trop nombreux pour les narrer ici.

En recherchant plus loin nous trouvons d’autres merveilles, par exemple, l’article de réflexion en première page sur l’accord avec l’Iran par Peter Baker quelques jours plus tôt, mettant en garde contre les crimes iraniens régulièrement listés par le système de propagande de Washington. Tous s’avèrent très révélateurs à l’analyse, quoique aucun ne soit pire que le dernier des crimes iraniens : “la déstabilisation” de la région par le soutien aux “milices chi’ites qui ont tué des soldats américains en Irak.” Voici de nouveau l’image standard. Quand les EU envahissent l’Irak, le détruisant pratiquement et créant des conflits sectaires qui déchirent le pays et désormais la région entière, cela entre dans le cadre d’une “stabilisation” dans la rhétorique officielle et par conséquent médiatique. Quand l’Iran soutient des milices résistant à l’agression, c’est de la “déstabilisation”. Et il pourrait difficilement y avoir un crime plus odieux que de tuer des soldats américains qui attaquent votre maison.

Tout cela, et bien plus, beaucoup plus, est parfaitement clair si nous montrons une obéissance absolue et acceptons sans critique la doctrine approuvée : les EU sont les propriétaires du monde et c’est leur droit, pour des raisons expliquées de manière lucide dans le New York Review, dans un article de mars 2015 écrit par Jessica Matthews, l’ancien président de la Carnegie Endowment for International Peace [NdT : Fondation Carnegie pour la paix internationale] : “Les contributions américaines à la sécurité internationale, à la croissance économique mondiale, à la liberté et au bien-être de l’humanité ont été si évidemment uniques et ont été si clairement dirigées au profit d’autres que les Américains ont longtemps cru que les EU représentaient une sorte de pays tout à fait différent. Là où d’autres servent leurs intérêts nationaux, les EU essayent de promouvoir des principes universels.” Fin de la plaidoirie.

Noam Chomsky est professeur de linguistique et de philosophie au MIT (Massachusetts Institute of Technology).

Source : AlterNet, le 20/05/2015

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

41 réponses à Noam Chomsky lit le New York Times – et explique pourquoi le “Journal de référence” est pure propagande

Commentaires recommandés

Caliban Le 15 juin 2015 à 04h29

Aux Etats-Unis aussi ils ont leur journal de révérence 😉

Cette terrible histoire de bombardement du Nord du Laos, pour “écluser les bombes” et faire marcher l’industrie de guerre est effectivement passible du tribunal de Nuremberg… pardon de La Haye.

Heureusement pour Kissinger & Co, ils n’ont pas ratifié le traité et par conséquent, au lieu de se présenter devant des juges, il peut continuer à se pavaner à Davos.

  1. Caliban Le 15 juin 2015 à 04h29
    Afficher/Masquer

    Aux Etats-Unis aussi ils ont leur journal de révérence 😉

    Cette terrible histoire de bombardement du Nord du Laos, pour “écluser les bombes” et faire marcher l’industrie de guerre est effectivement passible du tribunal de Nuremberg… pardon de La Haye.

    Heureusement pour Kissinger & Co, ils n’ont pas ratifié le traité et par conséquent, au lieu de se présenter devant des juges, il peut continuer à se pavaner à Davos.


    • dupontg Le 15 juin 2015 à 10h11
      Afficher/Masquer

      il me semble que les USA se sont exonérés du tribunal de la haye…
      il le reconnaissent pour y envoyer les autres ,mais pas pour les citoyens americains


      • Chris Le 15 juin 2015 à 14h38
        Afficher/Masquer

        A propos du Tribunal Pénal International (TPI) :
        Depuis le 2 janvier 2015, 123 États sur les 193 États membres de l’ONU ont ratifié le Statut de Rome et acceptent l’autorité de la CPI.
        Trente-deux États supplémentaires, dont la Russie et les États-Unis d’Amérique, ont signé le Statut de Rome mais ne l’ont pas ratifié.
        Certains, dont la Chine, l’Inde et Israël, émettent des critiques au sujet de la Cour et n’ont pas signé le Statut.
        Sans ratification, pas sous mis au TPI ! et encore moins si pas signé le Statut.


    • philbrasov Le 15 juin 2015 à 15h02
      Afficher/Masquer

      je doute que les provinces soumises se mettent a attaquer CESAR en justice,,,,


  2. Louis Robert Le 15 juin 2015 à 07h36
    Afficher/Masquer

    — Parlant de civilisation occidentale, qu’en pensez-vous?

    — Ce serait une excellente idée.


  3. Homère d'Allore Le 15 juin 2015 à 08h08
    Afficher/Masquer

    Qui ne le sait ?

    Déjà, lors de l’invasion se l’Irak, la journaliste Judith Miller avait des preuves des armes de destruction massive de Saddam Hussein.

    http://www.liberation.fr/grand-angle/2005/11/11/intoxication-au-new-york-times_538752

    Elle finit par être démentie mais après coup, au moment où cela n’avait plus d’importance…


    • Alexandra Le 15 juin 2015 à 09h06
      Afficher/Masquer

      Les US mentaient et les Français savaient qu’ils mentaient…

      Pour pacifier le Moyen-Orient je propose un Tribunal International pour juger ces quelques individus de crimes contre l’humanité. De fait il faudrait aussi des réparations; il y a bien eu “pétrole contre nourriture”…


      • Un naïf Le 15 juin 2015 à 10h41
        Afficher/Masquer

        Les institutions internationales, on voit ce que ça donne et à qui elles servent…


    • BEYER Michel Le 15 juin 2015 à 16h26
      Afficher/Masquer

      Cela n’a rien à voir avec cet article. C’est simplement pour revenir sur notre débat de l’autre jour. Je suppose que vous avez dejà lu la nouvelle sortie de Jacques Sapir sur son site concernant la Souveraineté. Je m’arrête là. Les idées soulevées par J.SApir reviendront certainement dans le débat, et je ne souhaite pas polluer celui sur Chomsky. Mais il me semble aller tellement plus loin!!!!


    • Citoyen Le 17 juin 2015 à 22h36
      Afficher/Masquer

      Ah Judith Miller….

      C’est elle qui exposa – en lui faisant donc risquer sa vie – la femme de l’Ambassadeur US qui n’avait pas trouvé l’uranium sensé être envoyé en Irak pour fabriquer des “Armes de Destruction Massive”.

      Hop l’agent Miller publia que la femme de cet Ambassadeur était agent de la CIA.

      Elle a dévoilé l’identité d’un agent secret, Valerie Plame, femme de l’ambassadeur Joseph Wilson qui a, parmi les premiers, mis en doute l’existence d’armes de destruction massive en Irak
      Ce qui est interdit par la Loi US, ensuite en prison pour refus de révéler ses sources, ensuite virée du NYT

      En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2005/10/24/la-journaliste-americaine-judith-miller-femme-de-destruction-massive_702681_3236.html#lmjviFiem5iSZVZK.99


  4. georges dubuis Le 15 juin 2015 à 08h41
    Afficher/Masquer

    “Bien, nous avions tous ces avions qui restaient là à ne rien faire, et nous ne pouvions les laisser là à ne rien faire”.
    Cette déclaration est particulièrement “intéressante” sur l’utilitarisme adolescent cool et furieux de puissance machinale, en fait c’est le début de leur histoire qui recommence, après les indiens…… J’ai essayé hier soir de revoir “Lord of the war”, ce mélange de candeur et de cynisme est à vomir et surtout redoutablement séducteur, sexe, drogue, déception et destruction. Cela m’a fait penser à la propagande inhérente aux banlieues. Dr Srangelove, encore et encore.
    Je ne retrouve pas le passage dans l’obsolescence de l’homme où l’un des généraux du vietnam posa la question à l’ordinateur du Pentagone “d’utiliser la Bombe” qui lui répondit NON. Devant cet affront, il se démissionna et devint directeur d’une usine de machine à écrire IBM.


  5. jacky-olivier Le 15 juin 2015 à 08h59
    Afficher/Masquer

    Je suis d’accord avec Chomsky, le NYT, qui a fait de Chomsky “le plus grand intellectuel vivant”, est un pure organe de propagande – mais comment en serait-il autrement ? C’est sa nature même, journal aux mains de puissants intérêts privés = organe de propagande, pas d’information.

    Le plus intéressant chez Chomsky, c’est tout ce qu’il ne dit pas. Et c’est là où réside selon moi l’essentiel de ce qu’est Chomsky : une opposition contrôlée. Je sais que tout le monde ne sera pas d’accord, en premier lieu Olivier Berruyer, mais il me semble important que ce message soit exprimé (désolé à ceux qui l’auraient déjà fait et que je n’ai pas lus).

    J’ai pas lu tout le papier de Chomsky, mais est-ce qu’on a besoin du soit-disant du plus grand intellectuel vivant pour comprendre que le NYT fait de la propagande ? Encore une fois, c’est sa fonction, sa raison d’être, son essence. On est en 2015, ce genre d’article avait un intérêt en 1995 dans le Monde Diplo, là on a compris ! Il en est toujours là Chomsky ? Il fait du sur-place ? Vous sentez l’arnaque ?


    • Balthazar Le 15 juin 2015 à 09h22
      Afficher/Masquer

      Bonjour,
      Pour un initié (enfin un gars qui a quitté la secte BAO), ce genre d’article peut donner un sentiment d’écoeurement.
      Tout est vrai, avoué par les protagonistes, fin. Pourtant ça continue. Ça empire.
      Les moutons regardent les JO, la Coupe du monde, le PSG etc…
      Pourtant, je trouve utile de publier ce genre d’articles (merci donc à l’auteur et à ce site de relayer) car cela me permet de faire suivre à mes relations qui ont toujours leurs œillères : l’axe du mal, ces états terroristes, moi j’apporte la liberté et la démocratie…
      Oui j’espère un éveil qui permettra de juger ces gens qui lancent des guerres au nom de … La démocratie.


      • joelim Le 15 juin 2015 à 12h12
        Afficher/Masquer

        Non seulement c’est utile mais c’est désespérément insuffisant. Personnellement quand je prends la défense de la Russie de Poutine dans ma parentèle cela choque y compris les jeunes de la tranche 20 – 30 ans. Au final je parais avoir adopté un postulat affectif bizarre et un peu dégoutant ce qui est un retournement de la vérité de la situation, le postulat affectif étant le pro-américanisme qui perdure par le matraquage de la culture-business américain (film, jeux vidéos), le plaisir de la société de sur-consommation et bien sûr le pro-américanisme des journaux et autres prescripteurs de cerveaux disponibles. Les jeunes de 18-20 ans qui veulent se cultiver lisent Le Monde, conseillés par leurs parents et par la société. Ils sont formatés dès qu’ils commencent à réfléchir à l’état du monde. Comment pouvez-vous affirmer qu’un tel article de Chomsky – qui comme tout le monde n’est pas un garçon parfait – est inutile ?…


    • boduos Le 15 juin 2015 à 13h23
      Afficher/Masquer

      d’accord avec @jacky-olivier (se souvenir aussi que Chomsky était OK pour bombarder el-Assad en 2013.)

      en intellectuel très avisé,Chomsky pourrait préciser ,lorsqu’il parle du rapprochement de cuba par Obama, qu’il ne s’agit que de freiner l’installation de missiles russes sur cette ile en réplique au bouclier otanien qui se rapproche de la Russie.

      l’histoire se répète sauf qu’à l’époque on se savait sur un baril de poudre et qu’aujourd’hui,la désinformation généralisée ne nous montre plus que le doigt qui montre la lune! (avec d’autant plus de facilité que le citoyen lambda *** ,résultat d’un patient formatage clandestin, ne souhaite pas trop savoir …)
      *** je veux parler de ce citoyen (qui ne le serait bientôt plus puisqu’il n’y aurait plus de” cité ” comme l’annonce d’ailleurs l’idéologie des droits de l’homme de 1948 qui a fait passer à la trappe “….et du citoyen”) donc de ce citoyen en filigrane qui approuve à 75% la loi sur le renseignement,ce citoyen qui se livre corps et âme à “face book”…


    • chios Le 15 juin 2015 à 15h51
      Afficher/Masquer

      “où réside selon moi l’essentiel de ce qu’est Chomsky : une opposition contrôlée..”

      Tout à fait d’accord.
      Sachant que Chomsky est ukrainien d’origine, j’ai guetté ses réactions…
      Il a été plus que modéré..et souvent muet.
      C’est ce que je constate aussi dans les milieux que je fréquente “in vivo”.
      On veut bien critiquer, mais à condition de rester à l’intérieur de notre préférence pour notre système, qui est le meilleur “ET CE N’EST PAS NEGOCIABLE” (cfr démocratie).

      Une comparaison entre Chine et West, par un investisseur chinois.
      https://www.youtube.com/watch?v=s0YjL9rZyR0

      Il attaque le présupposé que la démocratie est à priori le meilleur système.

      Pour ceux qui comprennent l’anglais, cela vaut la peine d’être regardé.

      Le système chinois de gouvernement est “réformateur”, flexible etc., bien plus que nos démocraties sclérosées, où on vit dans un cycle perpétuel, élection et déception..dans le même..

      Aussi, le plus important, est-ce d’avoir un gouvernement compétent ou un gouvernement “élu”?
      Le compétence étant en l’occurrence liée au succès économique du gouvernement en question.

      Un autre point de vue, à discuter, en lâchant certains de nos présupposés…


  6. Veritate Le 15 juin 2015 à 09h02
    Afficher/Masquer

    Un bien bel article de la part de Noam Chomsky. «Là où d’autres servent leurs intérêts nationaux, les EU essayent de promouvoir des principes universels.»

    Merci “états-unis” pour les milliers de bombes livrées en temps en heures sur la tête des civils. Merci “états-unis” pour les meurtres de masses hérigés en vaillante bataille héroïque et désintéressé. Merci “états-unis” pour cette vérité, qui nous étreint depuis si longtemps, vous êtes les plus forts. Merci pour votre aide dans le monde entier, sans vous, que serions-nous? Merci de nous avois apporter la liberté du commerce – a sens unique. Merci de nous avoir apporter votre démocratie basé sur l’esclavagisme et le libre partage des autres. Merci pour toute cette exploitation et d’oeuvré pour le bien dans le monde, tous les jours, sacrifiant pour des idéologies véreuses, vos soldats.

    Je recommande vivement la lecture des “guerres scélarates” de William Blum qui viendront ingénieusement étayer mon début de remerciement pour ce fabuleux pays. Accessoirement, la lecture de “Danse avec le diable” pourrait aussi très bien aller avec ce texte.


  7. Ardéchoix Le 15 juin 2015 à 09h51
    Afficher/Masquer

    Les États-Unis gagnent les guerres et perdent les paix .


    • FL Le 15 juin 2015 à 15h29
      Afficher/Masquer

      Les Etats-Unis gagnent les guerres? de quelles guerres parlez-vous?
      Détruire un états, ce n’est pas gagner une guerre que je sache. Ce n’est même pas mener une guerre…


      • Ardéchoix Le 15 juin 2015 à 16h04
        Afficher/Masquer

        “Détruire un état” pour eux, c’est gagné une guerre.Là est le problème,


    • achriline Le 15 juin 2015 à 16h20
      Afficher/Masquer

      @Ardéchoix
      Ah oui ? …
      Pouvez-vous me citer UNE SEULE guerre qu’ils aient gagnée depuis le début du 20ème siècle.


      • Carabistouille Le 15 juin 2015 à 16h23
        Afficher/Masquer

        Dites moi plutôt la seule guerre qu’ils aient perdu.


      • Caliban Le 15 juin 2015 à 20h41
        Afficher/Masquer

        @achriline

        C’est précisément la thèse de Chomsky: les Etats-Unis ont gagné la guerre du Viet Nâm.
        Ils ont en effet atteint leur objectif de guerre : endiguer la progression communiste et écraser un ennemi en faisant de son territoire un champ de ruine. Certes ils n’ont pas occupé le pays mais les Vietnamiens pansent encore leurs plaies 40 ans après.

        Les Etats-Unis ont-il perdu la guerre d’Irak ? La première oui, mais pas la seconde : désormais ils ont le pétrole, c’était l’objectif majeur.


      • christian gedeon Le 17 juin 2015 à 12h34
        Afficher/Masquer

        Toutes…ils ont détruit l’empire soviétique et converti la chine au libéralisme…qu’est ce qu’il vous faut de plus


  8. bats0 Le 15 juin 2015 à 12h32
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    Noam Chomsky, est avant tout un chercheur en linguistique, donc un décodeur.
    De plus, c’est un militant contre la guerre du Viet Nam; un pacifiste avant tout, puisque l’homme est doté de la parole, autant s’en servir pour communiquer, dialoguer, négocier, au lieu de massacrer de pauvres gens, et pour la plupart innocents dans un conflit tel celui-ci.
    Comme le rappelle Olivier Berruyer, en citant Chomsky “Je suis citoyen des États-Unis et j’ai une part de responsabilité dans ce que fait mon pays”; Chomsky se sent donc, en partie, responsable des atrocités qui se sont déroulées pendant cette période dans cette région.
    Le fait de relayer de telles découvertes d’un journal aussi populaire qu’est le New York Times, est surtout et avant tout, pour faire prendre conscience aux lecteurs, qu’il ne faut pas prendre au pied de la lettre, et surtout pour vérité vraie, tout ce qui peut-être diffusé dans ce genre de presse. Les journalistes sont avant tout à la solde de leur employeur, et si ce dernier décide qu’un article ne lui convient pas, où si une personnalité important au sein de la société, juge que telle information ne doit pas être révélée, ou si c’est le cas, après avoir été remaniée, afin que les faits puissent paraître sans “choquer” l’opinion public, alors cet article sera ou pas diffusé.
    C’est avant tout à nous, de faire l’effort de vérifier ce genre d’information, et ceci peut être fait, surtout à notre époque, où l’information est présente en continue, sur de nombreux supports, mais en ayant comme une obsession, de rechercher la vérité la plus proche possible des faits réalisés.
    Ce n’est pas si facile qu’il y paraît, mais justement, avec de tel site que celui d’Olivier, nous pouvons avoir un oeil plus critique sur notre société, et surtout, même si celà reste sur une toute petite échelle, avoir une influence sur le devenir de notre pays, en communicant à notre tour à travers mes relations, et nos proches.


    • St3ph4n3 L. Le 15 juin 2015 à 20h05
      Afficher/Masquer

      C’est peut-être encore plus pernicieux que ça.

      Je pense que, en tant que linguiste, Noam Chomsky doit avoir à cœur de débusquer ce qui est implicite et, en tant que pacifiste, ce qui de l’ordre du parti pris dans les articles de journaux et autres textes qu’analyse ce vieil empêcheur de penser en rond. Quant aux lecteurs habituels, ils n’ont alors pas forcément le sentiment d’être bernés car tout ce qui manque est remplacé par leurs propres préjugés et le réconfortant sommeil de la conscience critique qui accompagne ces derniers.

      En définitive, il me semble que, dans ce journal (et dans beaucoup d’autres, soyons en certains), on fasse moins de la médiation d’information jour après jour que de la littérature en série, c’est-à-dire ce que Noam Chomsky appelle de la fabrication du consentement.


  9. Grégoire Le 15 juin 2015 à 13h17
    Afficher/Masquer

    Noam Chomsky ne fait qu’ouvrir des portes déjà ouvertes il me semble… Que le NYT fasse dans la désinformation et la propagande comme notre Monde n’est pas un scoop et les non intellectuels même yankees s’en étaient aperçus alors que Noam Chomsky n’était pas né. Et puis n’y a t il pas des exemples d’événements criminels plus récents pour dénoncer cette propagande et les mensonges de ce journal ?


    • Alae Le 15 juin 2015 à 17h18
      Afficher/Masquer

      Grégoire,
      L’histoire est fondamentale. Aucun pays n’est arrivé d’un seul coup à ce qu’il est de nos jours. Or, énormément d’Américains pensent qu’avant, “c’était mieux”, que leurs Pères fondateurs “n’auraient jamais imaginé” le virage militariste des USA actuels, et que leurs leaders d’aujourd’hui trahissent “les idéaux américains passés”.
      Noam Chomsky a le mérite de démontrer que toute cette rhétorique participe d’un mythe américaniste inventé de toutes pièces, et que l’Amérique n’a jamais été différente de ce qu’elle est aujourd’hui.
      C’est ce qu’il s’échine à expliciter, par exemple dans cette conférence où il prouve que les USA se sont considérés comme un empire dès leurs tous premiers pas.
      https://www.youtube.com/watch?v=-kcPyqMWems
      Si on veut comprendre l’Amérique d’aujourd’hui, il faut savoir sur quels thèmes elle s’est construite.
      Quant aux intellectuels ou non intellectuels qui se seraient aperçus depuis longtemps des biais propagandistes du NYT, puissiez-vous avoir raison ! Moi, j’en connais qui le croient intègre et qui prennent ce qu’ils y lisent comme parole d’Évangile…


  10. philbrasov Le 15 juin 2015 à 16h42
    Afficher/Masquer

    juste une remarque sur le commentaire le mieux note , et mis en avant depuis peu…
    En general c’est un commentaire assez consensuel, et écrit très tôt dans le fil de la discussion…( les meilleures notations sont pratiquement TOUJOURS dans les 5 a 10 premiers commentaires)
    Ainsi le monde des “crises” appartient a ceux qui se lèvent tôt et réagissent vite…
    On ne prend ainsi presque plus la peine de lire les suivants… Et parfois c;est tres dommage…
    Un bon système consisterait comme certains sites a noter des PLUS et des MOINS, sur chaque commentaire, sans privilégier l’un ou l’autre. Ou alors les 5 ou 10 meilleures notes…Mais pas QUE celui le mieux note,
    bonne soirée


  11. Popa Le 15 juin 2015 à 18h36
    Afficher/Masquer

    On ne sert que ses maitres. Je doute qu’il faille être “le plus grand intellectuel sur terre” pour le savoir , par contre , je ne doute pas du tout du fait que la grande majorité des “gens” préfèrent regarder le foot ou une blogueuse mode plutôt qu’un article de Chomsky… quand ils ont accès aux médias.
    C’est le véritable drame ; les gens ne sont plus curieux : on leur a appris à ne surtout pas poser de question et ce depuis l’école … comment voulez vous qu’on s’en sorte avec des gens qui se contentent d’exister sans se poser de questions sur ce qui les entoure.

    C’est très bien de dénoncer la propagande, mais ce pourquoi il faut lutter c’est pour l’auto-éducation des masses , car même dans un monde sans propagande c’est laisser les peuples au premier bonimenteur venu que d’en faire des cons.

    PS : ceci est une forme de violence légitime (verbale , certes , mais violence quand même)… a bon entendeur , je vous salue.


  12. FifiBrind_acier Le 15 juin 2015 à 20h08
    Afficher/Masquer

    La Vérité Officielle est élaborée par des agences “de relations publiques”.
    C’est ce qui est expliqué (par Chomsky aussi) dans le film “PSYWAR – La guerre psychologique”
    Ce qui les intéresse, ce sont nos cerveaux.

    https://www.youtube.com/watch?v=2xuoa7tF-x8


  13. FifiBrind_acier Le 15 juin 2015 à 20h24
    Afficher/Masquer

    La fabrication de la vérité officielle peut aussi être des vidéos ou des photos venant d’ailleurs.
    Par exemple, la prise de Tripoli a été tournée avant … au Qatar.

    http://www.dailymotion.com/video/xkpj15_la-chute-de-tripoli-m-abdeljalil-avoue-le-mensonge-tourne-au-qatar-et-retrasmis-a-travers-le-monde_news

    Au Venezuela aussi, des photos utilisées par l’opposition pour discréditer le gouvernement ont été détournées, une procession religieuse transformée en manif d’opposants, des photos venaient du Chili de Pinochet ou d’autres pays etc

    https://venezuelainfos.wordpress.com/2014/02/18/venezuela-coup-de-projecteur-sur-les-zones-dombre-mediatiques-par-romain-migus-caracas/


  14. burno Le 15 juin 2015 à 21h36
    Afficher/Masquer

    Aujourd’hui un éditorial de jean marie Colombani dans direct matin tout à fait hilarant !

    Je sais , personne ne lit les élucubrations de ce zigoto mais quand même !

    Je vous la fais courte : Poutine joue à Napoléon
    La Russie cherche donc à séparer l Europe de l Est de l Europe de l Ouest afin de reconstituer l URSS , rien que ça !
    Poutine a marqué des points avec sa visite en Italie pour avancer vers la séparation est – ouest ??
    donc si on suit les élucubrations de ce psychopathe , il a aussi l ambition d annexer l Italie dans ce qui serait alors une URSS puissance 10 , quid de la France ? on ne sait pas , ce grand stratège ne nous dit pas tout et c est dommage ; on aimerait tellement connaitre la suite …

    en tout cas , pour ce qui concerne les états baltes , c est quasiment fait , c est une question de semaines …
    il faut savoir que cet énergumène a quand même été un moment directeur du Monde , LE journal de référence …


    • ulule Le 16 juin 2015 à 20h25
      Afficher/Masquer

      C’est un Young Leader… donc Atlantiste !


  15. bluerider Le 16 juin 2015 à 01h21
    Afficher/Masquer

    Le documentaire « CIA – Opération Laos » du réalisateur Marc Eberle diffusé sur ARTE cette année, relate une partie de cette histoire. Durant la guerre du Viêt-Nam, la base secrète de Long Cheng, QG de la CIA, était devenue un centre névralgique du commerce de l’opium et de l’héroïne, et personne ne disait rien. Par ailleurs, ce documentaire nous explique également comment des bombardements furent cyniquement organisés sur les populations civiles au Laos, la pire guerre aérienne de l’Histoire, une guerre secrète où les américains ont largué davantage de bombes que sur l’Allemagne et le Japon réunis durant la seconde guerre mondiale.

    https://anticons.wordpress.com/2015/02/20/otan-mercenaires-et-propagande-au-service-dune-machine-de-guerre-23/


  16. Pascal Le 16 juin 2015 à 06h53
    Afficher/Masquer

    Je lis ici qu’il est question de critique des médias.

    Connaissez-vous Acrimed ? C’est l’objectif de cette association qui passe en revue et critique les médias.

    http://www.acrimed.org/article4690.html


  17. christian gedeon Le 16 juin 2015 à 11h47
    Afficher/Masquer

    Bon dites les gars…je ne veux énerver personne. Mais Chomsky qui a pour atout principal d’enfoncer des protes déjà largement ouvertes enseigne (encore?) au MIT….succursale principale avec Harvard de la CIA,de la NSA et autres officines du même acabit….est ce que vous comprenez maintenant pourquoi il parle surtout du “passé”,en se donnant des airs de révolutionnaire? Mais jamais ou presque du présent? Chomsky est une des enfumages les plus réussis qui soit…Pendant qu’on parle du passé…le présent fait son chemin…vous avez entendu ce “grand ” Chomsky s’exprimer sur l’Irak ou la Syrie? Que nenni…parler du passé pour ne pas parler du présent,c’est costaud…et çà ne mange pas de pain.


    • Georges Le 16 juin 2015 à 19h04
      Afficher/Masquer

      @christian gedeon

      Votre commentaire sur Chomsky montre que vous êtes extrêmement prétentieux.

      Chomsky est d’abord un intellectuel qui a révolutionné la linguistique.
      Il utilise son statut de “personnage incontournable du XX ième” siècle pour dénoncer et dénoncer encore.

      Et il continue malgré son âge avancé.

      Félicitation M.Chomsky, vous êtes à la source d’un réveil de conscience de beaucoup de gens.
      ———-
      Et vous qui le critiquez de cette façon, qu’avez-vous fait jusqu’à présent pour avancer des critiques aussi ridicules et qui ne s’appuient que sur des sentiments et non pas des faits ?
      Dénoncez vous-mêmes dans un article ce que vous reprochez à Chomsky de ne pas faire (et qu’il a fait par ailleurs en fait, en plus de ça vous affirmez sans savoir ce qui vous fait mentir. Votre attitude est…….auto-censuré !!).


      • christian gedeon Le 17 juin 2015 à 12h09
        Afficher/Masquer

        dénoncer quoi? il veut dénoncer quoi ce monsieur qui veut faire bombarder la Syrie? ce type émarge à des universités qui sont la pépinière du libéralisme international et accessoirement des “services “américains… çà c’est la réalité,et pas vos fantasmes. Révolutionné la linguistique…rien que çà… mais certes pas l’appui décalé à l’ultralibéralisme et à l’impérialisme. Un type qui veut faire bombarder la Syrie et permettre la victoire des islamistes,j’appelle çà un sale con.


        • georges dubuis Le 17 juin 2015 à 17h49
          Afficher/Masquer

          Zut alors, c’est passé, bravo christian, on voit que vous n’achetez pas de pantalons à une jambe !


    • burno Le 16 juin 2015 à 21h44
      Afficher/Masquer

      exact , je préfère largement paul craig Roberts qui n a pas peur de se mouiller et parle du présent ! un type à ne louper en aucun cas !


Charte de modérations des commentaires