Les Crises Les Crises
11.avril.201811.4.2018 // Les Crises

Pourquoi la France ne doit pas s’associer aux frappes en Syrie, par Caroline Galactéros

Merci 3131
J'envoie

Source : Le Figaro, Caroline Galactéros, 10-04-2018

FIGAROVOX/TRIBUNE – Alors que la France s’apprête vraisemblablement à frapper la Syrie, en représailles aux attques chimiques supposées, Caroline Galactéros plaide pour un sursaut d’indépendance nationale. Selon elle, la France ne doit pas s’aventurer dans une nouvelle coalition.

Docteur en sciences politique et colonel au sein de la réserve opérationnelle des Armées, Caroline Galactéros dirige le cabinet d’intelligence stratégique Planeting. Auteur du blog Bouger Les Lignes, elle a notamment publié Guerre, Technologie et société (éd. Nuvis, 2014).

La messe semble dite et une atmosphère de veillée d’armes plane sur Paris, tandis que le jeune prince d’Arabie Saoudite quitte la capitale et que notre président est en étroit dialogue avec son homologue américain. La France pourrait, en coordination avec Washington, frapper de manière imminente les forces du régime syrien en représailles d’une nouvelle attaque chimique imputée de manière «très probable» mais en amont de toute enquête, aux forces de l’abominable tyran Assad soutenu par les non moins affreux régimes russe et iranien.

Il faudrait agir vite, se montrer ferme, intraitable, juste! Il s’agirait là d’un «devoir moral»! On a bien entendu et lu. Le discours moralisateur sur la sauvegarde des civils innocents, pourtant inaudible après sept ans de guerre et de déstabilisation de la Syrie, est toujours le même. C’est là le comble du cynisme en relations internationales, que nous pratiquons pourtant sans états d’âme depuis des décennies. Pendant ce temps, la guerre silencieuse du Yémen continue. Ces civils-là n’existent pas, ne comptent pas.

Mais certaines images de guerre et de civils otages d’une sauvagerie généralisée irritent plus que d’autres nos consciences lasses d’Européens déshabitués de la violence et gonflés d’une prétention à connaître, dire et faire le Bien. Soit.

Mais agir contre qui? Qui faut-il punir? Le régime de «l’animal Assad», comme l’a appelé Trump? L’Iran? La Russie? Vraiment? Et si ce trio noir que l’on désigne exclusivement depuis des mois à la vindicte populaire internationale n’était qu’un leurre, proposé à notre indignation sélective pour ne pas réfléchir à nos propres incohérences?

Quel serait l’intérêt de la Russie de laisser perpétrer une telle attaque ?

Personne ne se demande pourquoi cette nouvelle attaque chimique arrive maintenant, au moment même où la Ghouta orientale repasse sous contrôle gouvernemental syrien et parachève sa reconquête territoriale, face à des groupuscules rebelles rivaux globalement en déroute et plus que jamais prêts à se vendre au plus offrant pour survivre et espérer compter? Personne ne s’autorise à douter un instant, quand le ministre russe des affaires étrangères rapporte que les observateurs du Croissant rouge syrien envoyés sur place n’ont rien vu ressemblant à une attaque? Serguei Lavrov ment-il carrément au Conseil de Sécurité des Nations unies ou bien faut-il penser que Moscou ne contrôle pas tout ce qui se fait au plan militaire sur le théâtre? Ou que des éléments de l’armée syrienne elle-même agiraient en électrons libres ou auraient été «retournés»? À qui profite le crime? C’est cette vieille question, mais toujours pertinente, qui paraît désormais indécente.

Quel serait pourtant l’intérêt de la Russie de laisser perpétrer une telle attaque, alors que, ne nous en déplaise, bien davantage que notre «Coalition internationale», elle cherche la paix, l’organise pragmatiquement, et est la seule depuis sept ans à engranger quelques résultats qui évidemment contreviennent à nos intérêts et à ceux de nos alliés régionaux?

On semble aussi avoir totalement oublié une donnée fondamentale du conflit: les malheureux civils de la Ghouta, comme ceux des ultimes portions du territoire syrien encore aux mains des «rebelles» djihadistes ou de Daech, sont des boucliers humains, peut-être même, en l’espèce, sacrifiés par ces mêmes apprentis démocrates suppôts d’al-Qaïda et consorts pour entraîner l’Occident dans une guerre ouverte avec Moscou et Téhéran.

Car si l’on quitte le microscope pour la longue-vue, il est permis de décrire à partir de cette dernière séquence syrienne un contexte stratégique global infiniment préoccupant pour l’Europe, et singulièrement pour la France, qui risque de prendre les avant-postes d’une guerre qui n’est pas la sienne, dont elle fera les frais et qui neutralisera durablement l’ambition présidentielle affirmée de prendre le leadership politique et moral de l’Union européenne. Nos amis allemands ou italiens sont d’ailleurs moins cynico-idéalistes, mais plus prosaïques que nous. Ils avancent prudemment, vont et viennent entre Beyrouth et Damas pour pousser leurs pions en cette phase douloureuse et recueilleront les fruits de notre marginalisation radicale quand la reconstruction syrienne arrivera.

La guerre en Syrie a été gagnée militairement par l’armée gouvernementale. Militairement, mais pas politiquement.

La ficelle est si grosse et la pelote si bien déroulée depuis des mois qu’on ne la voit plus en effet. On punit la Russie. On la punit d’être la Russie, déjà, et d’avoir réussi son retour sur la scène mondiale. On la punit de vouloir la paix en Syrie et de chercher à la mettre en musique politiquement à Astana ou à Sotchi. On la punit d’avoir sauvé Damas et son régime diabolisé du dépècement qu’on leur promettait et qui s’est fracassé sur la résilience populaire et gouvernementale syrienne et a déjoué partiellement au moins la confessionnalisation des affrontements politiques et sociaux que l’Occident encourage, sans en comprendre le danger insigne pour ses propres sociétés, et notamment en Europe.

La guerre en Syrie a été gagnée militairement par l’armée gouvernementale. Militairement, mais pas politiquement. Cette victoire sur le terrain au prix d’une guerre brutale (comme toutes les guerres, même celles menées depuis les airs et qui n’ont de chirurgicales que le nom), nous est proprement insupportable car cela nous force à faire la paix, ce que nul ne veut mis à part… Moscou. Ah, Moscou! L’impudent Vladimir Poutine trop bien réélu qui nous nargue avec sa coupe du monde, où des millions de gens vont découvrir un visage de la Russie qui ne les terrifiera pas.

Et puis derrière Moscou, on vise évidemment Téhéran, dont l’allié israélien, en pleine idylle officielle avec le centre mondial du salafisme – l’Arabie saoudite – qui a toutefois opportunément décidé de faire peau neuve, ne peut tolérer l’émergence régionale, tant le niveau sociétal, culturel, technologique et commercial de ce pays lui fait de l’ombre bien au-delà de la seule crainte d’un (dés)équilibre stratégique modifié par sa nucléarisation ultime.

Bref, nous sommes en train de tomber dans un vaste piège qui se joue sur plusieurs fronts, et de nous ruer, en croyant ainsi exister, sur le premier os qu’on nous jette. De ce point de vue, l’affaire Skripal pourrait bien n’avoir été que le hors-d’œuvre de la séquence actuelle. Elle a posé le premier étage d’une repolarisation politique et sécuritaire de l’Europe autour de Londres, et surtout sous la bannière de l’OTAN. Car c’est là l’ultime manœuvre: remettre au garde-à-vous les Européens qui, depuis l’arrivée de Donald Trump et le Brexit, s’étaient pris à rêver d’une autonomie européenne en matière de politique et de défense… Péril suprême pour le leadership américain sur le Vieux Continent, heureusement contrebalancé par les rodomontades de quelques nouveaux européens qui refusent leur arasement identitaire et mettent à mal tout projet d’affranchissement sécuritaire collectif. Le Secrétaire américain à la défense, le général Mattis, a d’ailleurs été très clair: les Européens doivent en effet consacrer 2 % de leur PIB à la défense, mais pour acheter des armes américaines et demeurer dans l’orbite otanienne évidemment, l’Alliance constituant le cadre naturel et nécessaire de la défense de l’Europe. Fermez le ban!

Nous sommes en train de tomber dans un vaste piège qui se joue sur plusieurs fronts.

Nous sommes donc en train d’être clairement repris en main par l’OTAN, mais […]

Suite à lire sur : Le Figaro, Caroline Galactéros, 10-04-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

DUGUESCLIN // 11.04.2018 à 07h05

Le Royaume Uni a quitté l’Union Européenne, au grand dam de nos technocrates, qui accusent les anglais de tous les maux, lui prédisent le pire, et au moment opportun se mettent à son service au premier claquement de doigt.
L’UE serait donc dirigée par un pays qui n’en fait pas parti?
Fallait-il encore une preuve supplémentaire de ce que représente cet européisme qui ne défend pas l’Europe mais des forces impérialistes étrangères anti-européennes?
Vouloir pousser des européens à la guerre contre d’autres européens est leur stratégie historique habituelle pour nous affaiblir et nous dominer.
En aucun cas ces impérialistes ne veulent qu’un pays européen échappe à leur domination qui puisse entrainer toute l’Europe derrière elle et qui pourrait les réduire à un rôle secondaire.
Allez-y petits français, allez casser du russe et faites vous casser avec eux. C’est le sort qu’ils nous ont toujours réservé. Ils ne nous aiment que quand nous combattons pour eux.

178 réactions et commentaires - Page 2

  • aleksandar // 11.04.2018 à 22h55

    Si russes et américains ne se sont pas mis d’accord pour une frappe de ” spectacle ” comme l’année dernière, les russes et les syriens détruiront un maximum de missiles américains et français. Avec les A-50 + les tueurs de missile MIG31 + S400 + Pantsir + brouillage électronique + S 200 et S 22 syriens.
    L’ensemble peut traite jusqu’a 200 missiles simultanément.
    Après viendront les représailles. Les Russes ne prendront pas le risque de couler les navires américains, il taperont sur le maillon faible, la frégate française Aquitaine. Les américains ne déclencheront pas la WW3 pour la perte d’une frégate française.
    Cela permettra aux russe de montrer qu’ils sont sérieux.

      +5

    Alerter
  • aleksandar // 11.04.2018 à 23h04

    Suite des représailles en mode plus discret, plus aucun américain ne sera en sécurité en Irak.
    Moqtada Sadr d’un coté, le mouvement Al Nujaba de l’autre, probablement bientôt rejoint par
    Badr Brigade et les PMU ont promis de venger une attaque contre la Syrie.
    De même la résistance aux américains dans le nord est de la Syrie sera renforcée , soutenue par l’Iran et l’Irak.
    Les ” body bags ” vont s’empiler.
    Sans compter d’autre actions asymetriques comme armer les Houthis par exemple.

      +4

    Alerter
  • fanfan // 11.04.2018 à 23h52

    Former UK ambassador to Syria, Peter Ford tells a BBC journalist and Western audiences to use their brains and think critically before falling into the propaganda of the Islamist jihadists :
    – The Syrian government is probably not guilty
    -The sources claiming there was a chemical weapons attack are pro-Islamist jihadi propaganda outlets
    – The incident was probably staged, and it is likely that no one actually died
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=96&v=Jxs53OqAkN8

      +4

    Alerter
  • Alfred // 12.04.2018 à 00h10

    Sinon Haftar le “rais” de secours de la Lybie vient de faire une hémorragie cérébrale. C’est peut être reparti pour un tour dans ce beau pays. C’est bien le moment me mettre aussi le souk en Syrie. (Je ne suis pas certain que pourrait ce qui concerne la France on soit capable de gérer les deux de front..).

      +3

    Alerter
  • fanfan // 12.04.2018 à 00h19

    11 mars – Russian Warships Leave Syrian Port To Conduct Exercises
    Russian Navy ships, starting from April 11, will conduct exercises near the coast of Syria, follow from the international notification for aviation personnel (NOTAM) and navigational warning for seafarers.
    The reports contain the coordinates of the closed area, as well as the conduct of training shooting there.
    The training area, located in the international waters of the Mediterranean, is adjacent to the sea border of Syria. It will be closed on 11-12, 17-19 and 25-26 April from 10 to 18 Moscow time.
    Currently, as part of the permanent operational connection of the Russian Navy in the Mediterranean Sea, there are about 15 warships and vessels providing the Black Sea Fleet, including the carriers of the Caliber cruise missiles Frigates Admiral Grigorovich and Admiral Essen, as well as submarines that repeatedly struck at the targets of terrorists in Syria.
    https://www.zerohedge.com/news/2018-04-11/stocks-spike-russian-warships-leave-syrian-waters

      +0

    Alerter
  • fanfan // 12.04.2018 à 00h24

    La Bolivie réclame une nouvelle réunion du Conseil de sécurité de l’ONU pour ce 12 avril, pour évoquer la menace d’une action militaire contre la Syrie, ont fait savoir des diplomates le 11 avril.
    La Bolivie – qui a soutenu le 10 avril la Russie lors de votes au Conseil concernant Damas – explique que cette réunion à huis clos devrait porter sur «l’escalade récente de la rhétorique concernant la Syrie et la menace d’employer des actions unilatérales».
    https://francais.rt.com/international/49678-graves-tensions-syrie-confrontation-etats-unis-russie

      +2

    Alerter
  • fanfan // 12.04.2018 à 01h02

    Finian Cunningham – “US and Allies Hold World in Terror Siege With War Threat”
    https://sputniknews.com/columnists/201804111063449837-us-allies-world-terror-threat/

    (12.04.2018) Le Koweït a suspendu tous ses vols réguliers en direction de Beyrouth à des fins de sécurité vu des avertissements émis par les autorités chypriotes.
    https://fr.sputniknews.com/international/201804121035909418/

      +1

    Alerter
  • Leïla // 12.04.2018 à 01h18

    Quel est l’intérêt de la France de s’impliquer dans ces conflits…aucun. Nul et non avenu mais une petite partie richissime en profite….cela semble suffire.
    Notre intérêt est clairement tourné vers l’Est, Chine, Russie, Inde….les bosseurs.
    L’impression d’être dans une dedeuche suivit par une Ferrari qui inévitablement la dépassera. Nos pompiers pyromanes institutionnels sont des criminels de guerre.
    Des gosses à papa qui jouent les grands et baissent leur froc devt les USA tortionnaire.
    Quelle démocratie ? Nous sommes devenus des pays totalitaires. Le masque est tombé et réalisons que vu de l’étranger, nous sommes les salops…inacceptable !!!
    Macron brillant…peut être mais ce qui brille n’est pas d’or. Il est brillant mais pas lumineux. Un sophiste de plus qui comme ses prédécesseurs depuis 3 présidentiels seront durement jugés par l’histoire comme les fossoyeurs du droit international. L’affaire Skripal est en soi un scandale diplomatique ! Si en France, les gens sont mésinformés ou désinformés, ce n’est pas le cas d’autres pays. Angleterre, USA, France…le trio de la colonisation non assumée et perpétuée…pour l’instant. Dans les 5 ans, nous serons la 5e voir 8e roue du carrosse. Quel intérêt de supporter un pays qui est notre principal concurrent économique ???

      +2

    Alerter
  • Seraphim // 12.04.2018 à 04h11

    Les américains sont prêts à une certaine escalade. Il n’y a que 37 avions russes en Syrie. Les Boltons ont fait le calcul: anéantir la présence militaire russe en Syrie n’est pas trop difficile. Les Russes ne répliqueront pas au delà (qui irait faire une guerre nucléaire mondiale au nom du maintien d’une solidarité contractuelle avec Bachar el Assad?). Donc ils vont faire des frappes symboliques, en assumant le risque d’une réponse russe, qui, au pire, amènerait à la destruction des deux bases aériennes. L’affaire d’une petite semaine. Si les Russes ne répondent que modérément, par ex. en arrêtant 2 missiles sur 3 comme l’an dernier, on s’en tiendra là. Mais la leçon sera entendue et petit à petit Bachar abandonné ou exilé, avec de grosses tractations pour la suite, devant sauver la face de chacun

      +0

    Alerter
    • aleksandar // 12.04.2018 à 08h08

      Et la marmotte mets le chocolat dans le papier alu.
      Joli commentaire de petit colonialiste blanc.
      Les Russes ne sont pas des américains, il ne se ” servent ” pas de dirigeants étrangers.
      Pour eux la légalité, le droit international a encore une valeur, ce ne sont pas des occidentaux décadents.
      Et l’enjeu est bien plus important que la Syrie et Bashar.

        +4

      Alerter
      • LEVACHER Patrick // 12.04.2018 à 08h36

        C’est bien dit. Nous manquons de ces valeurs nobles et morales. Des convictions fortes pour avancer avec sérénité vers un avenir meilleur.
        L’aspect salvateur et exemplaire du politique pour l’intérêt commun au dessus des intérêts mesquins manque terriblement dans nos sociétés.
        L’importance des enjeux et des principes fondamentaux de confiance sont par trop souvent violés sans vergogne par les USA et leurs supplétifs désaxés.

          +2

        Alerter
      • Seraphim // 12.04.2018 à 12h42

        je ne vois pas le rapport, et la “modération” qui si souvent fait disparaitre des commentaires polis, sensés et respectueux, se révèle ici…au moins faible vis à vis de vos insultes!
        Oui les Russes tentent de se déterminer et se mobiliser selon le droit (en majorité honnêtement, mais parfois aussi de pure façade). Ecoutant et lisant les médias russes sans traduction, je sais un peu de quoi il retourne. Cette “éthique”, assez nouvelle d’ailleurs, n’est pas du tout mon objet ici. Je ne parle que du calcul des forces et des risques. Les Russes n’iront pas, au nom du droit, couler un porte-avions américain; précisément parce que ce ne sont pas des ayatollahs du droit. Ils sont aussi pragmatiques.
        Bolton & Pompeo voudraient les voir partir; Trump donnera des gages à Bolton et consoeurs avec des frappes moyennes à faibles. Poutine montrera qu’il peut les arrêter, et puis c’est tout. à terme il devra céder sur Bachar, même si c’est regrettable et pour une solution encore indéterminée, mais qui ne sera sans doute pas à l’avantage des américains

          +0

        Alerter
    • OTO // 13.04.2018 à 11h46

      poutine ne lachera pas bachar car cest sont point d’ancrage dans le golfe et ca laisserai toute liberté a israel de coloniser ce pays qui serait au mains des salafiste !!!

      non poutine ancien du KGB et d’apres ca numerologie que j’ai faite, ceste une cher de guerre, alors ne croyez pas qu’il va se laisser marcher sur les pied, vous etes fou !!!

      il va nous taper dessus plus vite que vous ne le pensez !!! regardez ce q’uil a fait en crimée…ce sont les europeens et les us qui ont fermé leur bouche

      en ukraine les russes sont postés a la frontiere avec des milliers de chars en attentes…pret a bondir sur l’ukraine et d’apres moi en cas d’invasion de la syrie, il n’est pas dit que lui n’attaque pas l’ukraine pour equilibrer les pertes…

      Attention la fin est proche !!!

        +1

      Alerter
  • kinimodo // 12.04.2018 à 10h54

    Comme aujourd’hui l’armée syrienne a repris Douma et la totalité de la Ghouta orientale…
    https://francais.rt.com/international/49685-armee-syrienne-a-repris-douma-totalite-ghouta-orientale

    Il se peut que May hésite rapport à l’information qui suit de la capture de militaires britanniques à la Ghouta-est, désormais entièrement reprise par l’armée syrienne.
    Information à prendre avec des pincettes et qui demande confirmation mais qui n’aurait rien d’étonnante.
    Cela pourrait changer la donne et donner au pouvoir syrien et aux russes un levier de pression pour contrer les attaques prévues directement auprès des pays concernés.
    https://infosdanyfr.wordpress.com/2018/04/12/damas-confirme-pour-la-premiere-fois-la-capture-de-militaires-britanniques-a-ghouta-est/

      +1

    Alerter
  • kinimodo // 12.04.2018 à 11h12

    Comme aujourd’hui l’armée syrienne a repris Douma et la totalité de la Ghouta orientale…
    https://francais.rt.com/international/49685-armee-syrienne-a-repris-douma-totalite-ghouta-orientale

    Il se peut que May hésite rapport à l’information qui suit de la capture de militaires britanniques à la Ghouta-est, désormais entièrement reprise par l’armée syrienne. Information à prendre avec des pincettes et qui demande confirmation mais qui n’aurait rien d’étonnante.

    Cela pourrait changer la donne et donner au pouvoir syrien et aux russes un levier de pression pour contrer les attaques prévues directement auprès des pays concernés.
    https://infosdanyfr.wordpress.com/2018/04/12/damas-confirme-pour-la-premiere-fois-la-capture-de-militaires-britanniques-a-ghouta-est/

      +0

    Alerter
  • Un_passant // 12.04.2018 à 13h37

    On est quand même sur la même heure sur l’Horloge de l’Apocalypse qu’au moment de la crise des missiles de Cuba. Et quand je vois certains commentateurs revendiquer des positions ultra va-t-en-guerre sur certains sites, il y a de quoi avoir peur.
    Pour eux les désastres de l’Afghanistan, encore que ce dernier soit dans une certaine mesure excusable puisque l’origine est antérieure au 11 Septembre 2001 (mais bien les années 70/80 dans le contexte de guerre froide), l’Irak ou la Libye ne suffisent pas, ils veulent rajouter la Syrie pendant que le silence concernant le Yemen est assourdissant.
    Et ensuite? Si ça ne dérape pas maintenant, ce sera quoi? La Corée du Nord? L’Iran? On provoque une dégradation au Cachemire, via les services secrets, pour que la Chine (si si regardez les frontières) le Pakistan et l’Inde se mettent joyeusement sur la t*****?
    Si les va-t-en-guerre croient qu’ils vont passer au travers, en termes polis, ils sont naïfs ou inconscients.

      +0

    Alerter
  • Marco // 12.04.2018 à 20h15

    Après son article dans le Figaro, remarquable intervention de Caroline Galactéros chez Bourdin.
    https://www.youtube.com/watch?v=nbOlS0Ms978

      +0

    Alerter
  • OTO // 13.04.2018 à 11h40

    J’ai pensé a qqchose. Si la syrie tombe…qui va aller a la place…des salafistes puisque se sont les groupuscule qui se battent pour “la democratie”
    et que va dire israel !!! qui a une frontiere commune avec la syrie…

    Si on regarde les territoires d’israel on peut voir une chose tres clair depuis 1970, cest qu’il colonise la palestine…et qu’ajourdhui, la palestine n’existe plus ou presque mais israel ne pourra plus s’agrandir dans l’avenir…

    mais comment faire alors ???

    En virant bchar de la syrie, ca laisse la place au slafiste, et israel aura un sauf conduit pour aneantir les slafiste et conquerir de nouveaux territoires ou ils pourront prosperer et personne ne dira rien car ils auront sauver les civils du salafisme

    Franchement apres mure reflexion voila le pourquoi de tout ce bordel en syrie et cest uniquement pour ca car ca fait plus de 50 ans que le mec bachar il est la bas et personne n’a jamais rien fait, ca me fait penser aussi a l’irak en 1991, ou hussein avait l’arme atomique…

    Les US sont les premiers terroristes soutenu par israel et la france n’est qu’un esclave de ces pays…

    Chirac avait eu les C0uilles de dire non au US en 2003 (2eme guere du golfe)…mais macron n’est qu’un esclave !!!

    Et le probleme cest que la russie la chine et l’iran vont tomber sur l’europe et ca va faire une jolie guerre en europe

    Je dit laissons les syriens s’occuper de la syrie, evitons l’ingerance

      +1

    Alerter
  • Ribouldingue // 14.04.2018 à 04h25

    Macron est vraiment maintenant de manière criante révélé comme l’agent de l’étranger états-uniens qu’il a toujours été, un young leader au service d’intérêts qui n’ont rien à voir avec ceux des français.

      +0

    Alerter
  • yoregolf // 15.04.2018 à 15h22

    Le brexit avait pour premier but de faire voler en éclat l’Europe et par contrecoup l’Euro qui commence à menacer le dollar dans la suprématie monétaire. Mais la disparition du pétrodollar s’annonce avec l’apparition du “petroyuan” et la conversion par beaucoup de gros producteurs de pétrole de leur dollars en or. ça sent très mauvais pour les états unis qui peuvent armer leur pays et soutenir leur économie grâce à ces dollars du pétrole. Si les réserves de dollars détenues par de nombreux importateurs de pétrole sont converties en or, le dollar va s’effondrer et l’or s’envoler. Le dollar ne sera plus une valeur de référence et la puissance américaine va en prendre un sacré coup. Les USA seront frappés par une inflation colossale et leur économie sera terriblement affectée.
    Les russes qui ont une quantité d’or énorme seront les nouveaux maitres et si l’on veut faire de la stratégie il serait plus judicieux de se rapprocher de ce pays allié de la Chine puissance incontournable que de rester les valets des Américains qui vont sans tarder perdre tout crédit et tout pouvoir sur le reste du monde. Ils ont manipulé, truqué, intrigué depuis toujours; ça sent la fin pour eux.et ils tentent le tout pour le tout…mais ou s’arrêtera le “tout”??

      +0

    Alerter
  • Massa // 16.04.2018 à 22h13

    La France à toujours été celle là qui garantie les droite et liberté des peuple maintenant s’allier avec les USA et autre pour frapper un pays souverain remet tout simplement en cause son rôle dans le processus de paix en Syrie Degaul doit se retourner dans sa tombe!

      +0

    Alerter
  • Aboutahiti // 17.04.2018 à 00h16

    Je suis personnellement choqué par le silence de l’opinion publique française devant les frappes en Syrie . C’est justement ce public qui fera les frais des extrémistes musulmans. Tout action suppose une réaction je reste en effet persuadé qu’un prétexte vient d’être donné aux terroristes pour attaquer la France.
    En tout cas quelqu’un disait que le silence devant un crime a ses implications de responsabilité dans le crime commis .
    Puisse dieu protéger les populations civiles française

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications