Les Crises Les Crises
29.juin.201629.6.2016 // Les Crises

[Édit] Résolution Brexit : le Parlement Européen montre son sinistre visage…

Merci 26
J'envoie

Billet mis à jour, avec le texte de la résolution votée le 28 juin :

Les 4 grands groupes du Parlement ont donc voté hier la résolution quasiment inchangée.

Elle est vraiment très importante, du moins par ce qu’elle démontre.

C’est-à-dire, qu’en réalité, bien loin des discours rabâchés, tous ces européistes :

  • n’ont rien à faire de la postériorité de nos économies, de nos emplois, de la croââââssance…
  • n’ont rien à faire du libre échange, de la globalisation
  • n’ont rien à faire de la bonne entente, de la paix

MAIS que leur ambition est simplement de bâtir leur empire (au mieux de papier, si ce n’est totalement utopique), en supprimant toute souveraineté nationale (corollaire évident de la notion même de Démocratie – vu qu’il n’y a aucun peuple européen).

Et pour cela, ils veulent faire un exemple avec le royaume-Uni, pire que la Grèce.

Car pour ma part, je ne vois pas en quoi on ne peut pas laisser l’Angleterre dans une zone de libre échange avec l’UE, dans Erasmus, etc. Il suffit d’en négocier le principe, qui ne devrait pas être difficile, vu que c’est déjà en place !

Voici en tous cas le texte adopté par 395 contre 200 (Source, pdf, votes) :

brexit-2-35

brexit-age-30

Résolution du Parlement européen du 28 juin 2016 sur la décision de quitter l’Union européenne à la suite du résultat du référendum au Royaume-Uni (2016/2800(RSP))
Le Parlement européen,

– vu l’article 123, paragraphe 2, de son règlement,

1. prend note du souhait des citoyens du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne; souligne que la volonté exprimée par la population doit être entièrement et scrupuleusement respectée, en commençant par le déclenchement aussi rapide que possible de l’article 50 du traité sur l’Union européenne;

2. souligne qu’il s’agit d’un moment crucial pour l’Union européenne: les intérêts et les attentes des citoyens de l’Union doivent être remis au centre du débat; le projet européen doit être relancé dès maintenant;

3. souligne que la volonté de la majorité des citoyens du Royaume-Uni doit être respectée à travers une mise en œuvre rapide et cohérente de la procédure de retrait;

4. souligne que les négociations au titre de l’article 50 du traité sur l’Union européenne en ce qui concerne le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne doivent débuter dès que la notification formelle aura eu lieu;

5. rappelle que pour éviter, à chacun, une incertitude qui serait préjudiciable et protéger l’intégrité de l’Union, la notification prévue à l’article 50 du traité sur l’Union européenne doit avoir lieu dès que possible; s’attend à ce que le Premier ministre britannique notifie le résultat du référendum au Conseil européen des 28 et 29 juin 2016; ladite notification lancera la procédure de retrait;

6. rappelle que l’accord conclu entre les chefs d’État ou de gouvernement en février 2016 prévoyait qu’il n’entrerait en vigueur que si le Royaume-Uni décidait de rester dans l’Union; par conséquent, il est nul et non avenu;

7. rappelle qu’il ne peut y avoir d’accord sur toute relation nouvelle entre le Royaume-Uni et l’Union avant la conclusion de l’accord de retrait;

8. rappelle que l’approbation du Parlement est requise en vertu des traités, et que celui-ci doit être pleinement associé à toutes les étapes des procédures concernant l’accord de retrait et toute relation future;

9. invite le Conseil à désigner la Commission en tant que négociateur en ce qui concerne l’article 50 du traité sur l’Union européenne;

10. souligne que les défis actuels nécessitent une réflexion sur l’avenir de l’Union européenne: il est nécessaire de réformer l’Union, de l’améliorer et de la rendre plus démocratique; fait observer que si certains États membres peuvent décider d’intégrer l’Union selon un processus plus lent, ou à un degré moindre, le noyau dur de l’Union doit quant à lui être renforcé et les solutions à la carte devraient être évitées; estime que la nécessité de promouvoir nos valeurs communes, d’assurer la stabilité, la justice sociale, la durabilité, la croissance et l’emploi, et de surmonter l’incertitude économique et sociale persistante, de protéger les citoyens et de relever le défi migratoire exige de développer et de démocratiser, notamment, l’Union économique et monétaire et l’espace de liberté, de sécurité et de justice, ainsi que de renforcer la politique étrangère et de sécurité commune; estime par conséquent que les réformes doivent conduire à une Union qui répond aux attentes des citoyens;

11. demande l’élaboration d’une feuille de route pour une Union meilleure qui exploite pleinement le potentiel du traité de Lisbonne, complétée par une révision des traités;

12. modifiera son organisation interne de manière à refléter la volonté de la majorité des citoyens du Royaume-Uni de se retirer de l’Union européenne;

13. prend acte de la démission du commissaire britannique et de la réattribution de son portefeuille;

14. invite le Conseil à modifier l’ordre de ses présidences afin d’éviter que le processus de retrait n’affecte la gestion des affaires courantes de l’Union;

15. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil européen, au Conseil, à la Commission, à la Banque centrale européenne, aux parlements nationaux et au gouvernement du Royaume-Uni.

 


Billet original du 25 juin :

on a bien rappelé la consigne bruxelloise :

brexit-69

Il ne s’agit donc nullement de trouver une solution fraternelle et humaniste, qui préserve au mieux nos intérêts communs, non, il faut punir – stratégie de plus en plus à l’œuvre en Diplomatie vous noterez.

Bien évidemment, ces grands stratèges pensant décourager de futurs X-exit montrent au contraire le sinistre visage de cette organisation, et vont donc contribuer à la faire détester encore plus…

Il est fascinant de voir à quel point toutes ces personnes « l-ue-c-est-la-paix » sont prêtes aux pires actes dès qu’un membre leur déplait (Hongrie, Grèce, Pologne…).

C’est finalement comme ces psychopathes qui promettent l’amour éternel à une femme et qui, dès que celle-ci leur dit « Tu es gentil, mais je préféré qu’on se sépare », sont prêts à la taper, la détruire, l’assassiner…

Les 4 groupes mainstream du Parlement européen (Droite, Socialistes, Libéraux, Verts) ont ainsi mis moins de 24 heures pour pondre un projet de résolution (en anglais, l’Histoire est cruelle…) qui sera discutée mardi :

Je vous la résume :
brexit-70

brexit-71

Ils demandent donc :

  • que l’article 50 soit activé au plus vite, dès le 28 juin
  • qu’AUCUN accord ne soit conclu avec le Royaume-Uni tant qu’un accord de retrait n’aura pas été conclu. Concrètement, cela signifierait que Londres se retrouverait complètement isolé du marché unique une fois dehors et jusqu’à la conclusion d’un nouvel accord commercial, ce qui pourrait prendre plusieurs années. Le Parlement demande à être consulté à toutes les étapes des discussions et rappelle qu’il devra ratifier les compromis négociés. Bref, on la fout dehors, et on verra après – les intérêts de nos entreprises et nos emplois n’ont donc aucune importance pour ces fanatiques…
  • de « revoir l’organisation interne » du Parlement pour refléter le vote en faveur du Brexit. Une manière de dire que la suspension du droit de vote des élus britanniques doit être étudiée. Merci pour la démocratie, vu qu’ils ne sont pas encore partis…
  • que le commissaire britannique soit mis en retrait et que son portefeuille (services financiers) soit donné à quelqu’un d’autre. Merci pour la démocratie, vu qu’ils ne sont pas encore partis…
  • et, bien sûr, que soit « immédiatement relancé le projet européen » (2), via une révision des traités (11), en renforçant le coeur de l’Europe, et en prohibant toute forme de « solutions à la carte » (10) en se basant sur deux rapports déjà publiés visant à renforcer le caractère fédéral de l’Union (12).

Voici d’ailleurs un de ces projets de rapport. (jetez un coup d’œil, c’est hallucinant…)

Je rappelle ce sondage qui montre pourtant que ces fanatiques ne représentent qu’une faible minorité :

brexit-34

Cela va donc devenir de plus en plus intéressant, avec des comicos possédant ce niveau lamentable de diplomatie, de démocratie et de préservation de nos intérêts…

À suivre !

EDIT : bon, ben ça va vite…

brexit-77

Mais alors, là, on crois rêver :

brexit-78

Le Ministre des AE français qui demande le départ du Premier Ministre anglais, comment dire… ? 😯

brexit-74

Commentaire recommandé

LanQou // 25.06.2016 à 16h06

Pas tout à fait, ils écrivent en américain 😉

115 réactions et commentaires - Page 2

  • Schuss // 26.06.2016 à 02h00

    Bonjour,
    Comme dans tous les divorces, c’est a ce moment que l’on evalue le mieux la qualite des relations Anterieures. Beaucoup de gens confondent leurs intérêts personnels avec ceux de la communaute qui evidemment ne sont pas les memes. C’est pareil en amour… Certains confondent le narcissisme ( je te considere car tu me renvoies une image positive de moi meme ) avec l’amour veritable qui n’est pas relie a sa propre image. Les eurocrates nous montrent dans leurs declarations actuelles toute la haine qu’ils ont pour quiconque ne leur renvoit pas une image positive d’eux memes. Il y a un bon article a écrire sur le plan psycho pour demontrer que ces personnalités detestables sont des pervers narcissiques…

      +7

    Alerter
  • Schuss // 26.06.2016 à 02h26

    Re Bonjour,
    Chassez ces mauvaises personnes des instances du pouvoir et elles seront immediatement remplacees par des individus similaires dans une tonalite differente. Ainsi va l’humanite, les pervers narcissiques aiment la securite qu’offre le pouvoir et ce sont eux qui dirigent nos civilisations actuelles car ce sont eux qui ont invente le concept de nos « sociétés modernes » en opposition aux societes dites primitives. La societe occidentale est construite sur la croyance que l’homme moderne est esseulé au milieu d’une nature qui lui est hostile. De ce point de vue, la meilleure facon de s’en sortir est d’imposer a l’environnement un controle draconien qui empeche toute manifestation contraire aux interets du controleur. Evidemment c’est une névrose dont certains leaders d’opinions sont gratinés d’une forte dose…et seraient plus en adequation dans la chambre d’un asile plutot qu’au senat ou dans l’hemicycle.

      +3

    Alerter
  • kasper // 26.06.2016 à 02h35

    Et puis c’est bien connu, avant l’existance de l’UE ca n’existait pas les films en cooperation internationale. Avant l’UE les gens ne sortaient jamais de leur pays, la Terre etait plate et les oceans contenaient des serpents de mer.

      +13

    Alerter
  • BlueMan // 26.06.2016 à 03h09

    L’un des nombreux avantages du Brexit, c’est qu’il fait sortir du bois tous les faux-culs, tous ces hypocrites, qui se revendiquent du « camp du bien » et des démocrates alors mêmes qu’ils sont foncièrement antidémocrates et rebelles aux citoyens ne pensant pas comme eux.

    Il est étonnant de voir depuis quelques jours seulement les Cavada, les BHL, les Jean-marc Ayrault, et les européistes en vue, pester contre le Brexit et accuser les 17.410.742 (quand même !) citoyens britanniques qui ont voté pour le Leave d’être des xénophobes. Bas les masques les européistes ! Vous êtes des fascistes et des pharisiens qui vous ignorez, vous ne respectez pas la volonté du peuple, vous êtes des traîtres à la démocratie tout en vous présentant devant tous comme les gentils bien-pensants soi-disant défenseurs de la démocratie, de la liberté, et de l’humanisme. Bullshit ! Foutaises !

    Et je fais une prédiction : cela ne fait que commencer, à l’occasion du Brexit et de ses conséquences, les traîtres vont se démasquer de plus en plus par leurs déclarations et leurs actions iniques, totalement antidémocratiques. Surveillez les déclarations et les actes des uns et des autres, vous allez être pantois.

    Tôt ou tard, tous les escrocs, les menteurs, les traîtres, les méchants, etc., finissent par se révéler entièrement et tomber sous le poids de leur iniquités…

      +8

    Alerter
  • FifiBrind_acier // 26.06.2016 à 06h09

    Les médias nous font croire que Farage est responsable de tout, et que l’immigration est la cause principale du Brexit…, ou bien que les vieux ont voté le Brexit, contre les jeunes..

    Les analyses des votes montrent qu’il s’agit plutôt de l’opposition entre ceux qui ont profité de la mondialisation, les tradeurs, les financiers, les cadres des multinationales, les sièges sociaux des entreprises profitant des avantages fiscaux etc…
    Et ceux qui n’ont pas profité de la mondialisation.

    http://geopolis.francetvinfo.fr/brexit-les-cartes-qui-expliquent-le-vote-des-britanniques-109889

      +1

    Alerter
  • williamoff // 26.06.2016 à 09h05

    Il s’agit là d’une stratégie de la « tension » qui consiste après avoir fait peur en vain à faire réellement mal.
    L’objectif étant maintenant de contourner d’une manière ou d’une autre le référendum et d’amener seulement 3% d’anglais ayant voté « non » à revenir sur leur décision. Il s’agit de motiver un certain nombre d’abstentionnistes a se sentir un peu plus directement concerné également.
    La publicité faite autour de la pétition en faveur d’un nouveau vote est parti intégrante de cette stratégie enfonçant l’idée dès aujourd’hui qu’un nouveau référendum ne serait pas un déni de démocratie. Bien au contraire.
    Il est fort probable que tout cela avait été envisagé il y à longtemps. On verra donc bien si dans 5 ans les anglais auront vraiment quitté l’UE. Rien n’est moins certain, car même si Olivier Beruyer les qualifie de « Comicos », pour ma part il ne me font pas rire car je sais qu’ils ne sont pas idiots et qu’en plus ils sont très persévérants et surtout diablement retors.

      +5

    Alerter
  • david // 26.06.2016 à 10h26

    Ce serait rigolo qu’il poussent les anglais dans les bras des russes, j’en suis très sceptique ceci dit nos cousins d’outre manche sont très pragmatique et pour le coup une association uk russie pourrait devenir un couple extrêmement performant (l’énorme potentiel de ressource et de développement russe associé à l’efficience anglaise).

      +0

    Alerter
  • Francois // 26.06.2016 à 13h25

    Gesticulations !!

    l’Allemagne exporte 89 milliard d’euro vers la Grande Bretagne. Croyez vous que la NRDA tire un trait sur ça.

      +0

    Alerter
    • Feubeuh // 26.06.2016 à 17h19

      Ebin, avec les droits de douane ça fera 95 mds.

        +0

      Alerter
  • vlois // 26.06.2016 à 21h45

    Mais le parlement européen justement élu démocratiquement est un nain en terme de pouvoir comparé à la Commission.

    Pouvez-vous caractériser l’extrème-droite ? Dans la grande époque du PCF après 1945 ensuite adopté par le gauchisme culturel, il s’est trouvé que tout opposant à la doxa est nommé fasciste ou assimilé. C’est maintenant resté dans les moeurs. Personnellement, je trouve que le traitement de l’EU et de l’Allemagne envers la Grèce et les pays est-européens est d’extrème-droite et raciste sous couvert de raisons économico-politiques.

      +3

    Alerter
  • uhu stic // 29.06.2016 à 00h52

    Pour avoir travailler a sein de l’UE pdt quelques années je peux vous dire que les britanniques étaient les plus farouches adversaires de toutes tentatives de politique commune cohérente, que ce soit industrielle, commerciale, fiscale, sociale. Ce sont eux qui étaient toujours les premiers à appuyer les élargissements à gogo et freiner de toutes leurs forces tout renforcement des droits politiques et sociaux en Europe, à établir le dumping fiscal interne, ce sont eux qui ont appuyés, véritablement et de l’intérieur, la subordination à l’OTAN et à Washington. Ce n’est pas un mythe, c’est la réalité. Et ils ont réussi à imposer leur agenda à l’Europe depuis 20 ans, malgré le fait que pleins de haut-fonctionnaires européens ou nationaux, mais pas aux postes clés, en avaient marre de cet agenda. Ils essaient maintenant de perdre du temps et de détruire l’UE en pensant que les autres pays suivront, comme l’Allemagne, ou qu’ils se boufferont entre eux, ou qu’il n’y pas de soutien suffisant des citoyens pour la construction européenne. C faux, il y a un sentiment d’appartenance européen, surtout chez les jeunes et même chez les eurosceptiques, dont je partage parfois les critiques sur l’UE actuelle. En sortant de l’UE, le UK rend un immense service à l’Europe, c’est une chance incroyable pour elle. Il faut pas traîner, leur dire merci et au revoir. Parce-que si on le fait pas, là ils auront réussi.

      +2

    Alerter
  • UltraLucide // 29.06.2016 à 17h33

    La folie du projet Européiste est de vouloir copier les USA en récréant une URSS capitaliste, dans laquelle les Nations européennes seront réduites au rang d’Etats (Idem USA) ou de Républiques (idem URSS), en fait un mix des deux, en fonction des régimes en place.
    L’URSS a implosé, les USA se maintiennent, certes.
    Mais les USA ont bâti leur Fédération (qui était dans les premières années une Confédération de 13 Etats) à partir de petits Etats peu peuplés, peu nombreux, sans passé ni Histoire, peu différents entre eux, partageant la même langue et la même religion.
    Pour mémoire, le drapeau américain de 1777:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_des_%C3%89tats-Unis#/media/File:US_13_Star_Betsy_Ross_Flag.svg
    (Toute ressemblance n’est que pure coincidence)
    Et aucun d’eux n’était une Nation. Les Américains n’ont pas eu à gommer des Nations. Mais c’est pourtant ce que l’UE veut faire.
    C’est une utopie irréalisable, qui ne peut qu’engendrer la dictature puis la révolte.
    Si la refondation de l’Europe par renforcement du noyau dur va dans ce sens, nous sommes bons pour une série de guerres civiles et de révolutions.

      +0

    Alerter
  • Feubeuh // 29.06.2016 à 17h48

    « Car pour ma part, je ne vois pas en quoi on ne peut pas laisser l’Angleterre dans une zone de libre échange avec l’UE, dans Erasmus, etc. Il suffit d’en négocier le principe, qui ne devrait pas être difficile, vu que c’est déjà en place ! »

    Bin parceque c’est eux qui ne veulent pas.
    les génies du Brexit sont contre la libre circulation des personnes. Donc pas de « libre échange » tel qu’il est.

    Et comme l’article 50 est très clair :

    . L’État membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen. À la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait.

    il fait part de son retrait, et on négocie.

      +1

    Alerter
  • Henri Tanson // 29.06.2016 à 18h43

    Si j’ai bien lu la résolution, j’y ai relevé, au point n°9 :
    « Invite le Conseil à désigner la Commission en tant que négociateur en ce qui concerne l’article 50 du traité sur l’Union européenne ».
    Ce qui veut dire que les négociations de retrait, (le marchandage de tapis…) vont être menées par la Commission, organe le moins démocratique de l’UE, le plus soumis aux lobbies, et n’ayant de comptes à rendre à personne…
    Bon courage, les Britanniques…
    Je dis ça…

      +0

    Alerter
  • Léger // 29.06.2016 à 18h52

    Bouter les Anglais hors d’Erasmus ?
    Il me semble que c’est plus une autoflagellation qu’une sanction contre le Royaume-Uni, si l’on considère la cote des universités anglaises selon le classement de Shanghaï et leur recrutement déjà extrêmement sélectif (et qui le serait sans doute encore plus).

      +0

    Alerter
  • RGT // 29.06.2016 à 20h09

     » MAIS que leur ambition est simplement de bâtir leur empire (au mieux de papier, si ce n’est totalement utopique), en supprimant toute souveraineté nationale (corollaire évident de la notion même de Démocratie – vu qu’il n’y a aucun peuple européen). »

    Erreur : La SEULE motivation qui les guide, comme pour tout bon professionnel qui « pantoufle » à un poste politique très très bien rémunéré, sans comptes à rendre à quiconque et avec des tas d’avantages à la clé (fiscaux entre autres) est simplement de sauver leur fesses et de garder leur privilèges.

    Ils veulent simplement foutre la trouille à TOUS les européens simplement pour ne pas se retrouver à devoir retourner bosser comme les « gueux » pour un salaire de misère et ne pas toucher leurs « retraites bien méritées au service de la population ».

    Plus d’UE, plus de pognon !!!

      +1

    Alerter
  • BA // 29.06.2016 à 20h48

    François Hollande veut « éviter la dislocation de l’Union européenne »

    – « Eviter la dislocation » –

    Les dirigeants des 27 ont aussi fort à faire pour « éviter la dislocation », a constaté le président français.

    L’Union européenne, où l’extrême droite et les mouvements populistes ont le vent en poupe, est déjà fragilisée par une succession de crises, notamment migratoire, qui continue de les diviser comme jamais.

    Depuis un an, la fracture est particulièrement profonde avec la plupart des pays de l’Est qui refusent de mettre en oeuvre les solutions collectives d’accueil de réfugiés décidées à Bruxelles.

    Des pistes de « réflexion » sur l’avenir de l’Union ont été lancées dès mercredi matin, et les Européens vont se retrouver le 16 septembre à Bratislava pour tenter de trouver des terrains d’entente plus concrets.

    http://www.boursorama.com/actualites/brexit-l-ue-enonce-ses-lignes-rouges-face-a-londres-510c5e1d31810ea6364f8f273781c49e

      +0

    Alerter
  • Mouais // 29.06.2016 à 23h16

    « Car pour ma part, je ne vois pas en quoi on ne peut pas laisser l’Angleterre dans une zone de libre échange avec l’UE, dans Erasmus, etc. Il suffit d’en négocier le principe, qui ne devrait pas être difficile, vu que c’est déjà en place ! »

    Ca m’a fait penser à ça :

    http://etudiant.lefigaro.fr/international/etudier-a-l-etranger/detail/article/suite-au-votation-sur-l-immigration-bruxelles-prive-la-suisse-d-erasmus-4378/

    « Les conséquences du vote suisse contre l’immigration de masse sont immédiates. Après la victoire du «oui» à l’initiative du parti d’extrême droite UDC, le 9 février dernier, la Confédération a affirmé ne pas pouvoir ouvrir son marché du travail à la Croatie, 28e pays de l’Union Européenne depuis juillet 2013. En réponse à cette décision, Bruxelles a suspendu les négociations sur la participation de la Suisse aux programmes «Horizon 2020 » et «Erasmus». »

    Quelle belle mentalité que d’utiliser Erasmus pour punir les pays qui ne marchent pas droit …

      +0

    Alerter
  • PatrickLuder // 30.06.2016 à 00h45

    Positivons un peu pour changer, cherchons au moins trois point concrets ou l’union européenne apporte un plus indéniable.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications