Les Crises Les Crises
3.mars.20183.3.2018 // Les Crises

Revue de presse du 03/03/2018

Merci 24
J'envoie

CRISE DE L’EMPLOI

Les métiers qui devraient créer le plus d’emplois dans les 10 ans aux États-Unis et en France : de quoi relativiser la grande peur des robots

"Tous les deux ans, aux États-Unis, le BLS (Bureau of Labor Statistics) fournit des projections d’emplois à dix ans selon les métiers. Je m’y intéresse depuis les années 1990 et elles se sont révélées assez fiables, au moins pour leurs prévisions sur ceux des métiers (« occupations » en anglais) qui sont appelés à croître le plus et le moins. Il y a d’ailleurs des tendances lourdes assez semblables depuis une trentaine d’années. Pour les personnes très courageuses qui s’interrogeraient sur la méthode, les hypothèses (certaines sont discutables mais pas déraisonnables) et les sources, voir cet article très complet. Les dernières projections datent d’octobre 2017, avec une petite rectification en janvier 2018. Elles portent sur la décennie 2016-2026."

Source : DEBOUT ! BLOG DE JEAN GADREY

Face au refus de tout dialogue chez Amazon, les syndicats européens coordonnent leurs actions

"Chez Amazon, le « dialogue social » a du plomb dans l’aile, et n’a même jamais décollé. En Allemagne comme en France, les syndicats luttent bec et ongle pour obtenir l’application de la convention collective, des revalorisations salariales ou la préservation de la santé au travail. Ils se heurtent systématiquement à une fin de non recevoir de la direction. Le conflit se durcit, et les grèves se multiplient. Tout en cherchant à consolider leur implantation sur le terrain, les syndicats commencent à coordonner des actions entre les différents pays."

Source : OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES

Pourquoi les patrons peinent à recruter

"5,6 millions de chômeurs d’un côté, des entreprises qui déclarent avoir du mal à recruter de l’autre… A première vue, le problème du marché du travail français semble frappé au coin du bon sens : les demandeurs d’emploi ne sont pas assez formés. Mais est-ce si simple ? Une chose est certaine : les entreprises ont plus de mal à trouver des candidats ces derniers mois. Fin 2017, la moitié des entreprises ont signalé des difficultés à embaucher des salariés en contrat long, et 32 % ont mis en avant une indisponibilité de main-d’œuvre compétente, selon l’Insee. Une sempiternelle complainte patronale ? Plusieurs indicateurs suggèrent que non. Ainsi, fin 2017, 48 % des embauches de plus d’un mois étaient signées en CDI, un taux inédit depuis mi-2008."

Source : ALTERNATIVES ECONOMIQUES

DÉMOCRATIE

Face à Poutine : quelle(s) ligne(s) rouge(s) fixer ? [Audio, 30' ou 1h]

"L'Esprit public ce dimanche en compagnie de Sylvie Kauffmann, éditorialiste au Monde, Christine Ockrent, journaliste et productrice d’Affaires étrangères, Dominique Reynié, directeur général de la Fondation pour l'innovation politique, et Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères." [Et oui, rien que les intervenants font peur ! J'inclus cette émission dans la revue pour ceux qui aimeraient se faire mal ;) où savoir où ces gens en sont dans la non-pensée. Le sujet est traité à partir de la 27ème minutes, avant ça parle de l'affaire de la "bullshit" de Wauquiez.]

Source : L'esprit public - France Culture

EUROPE

La France, moteur de l'Europe [Audio, 35']

"Quel avenir pour l'Europe ? "C’est la France qui a fait l’Europe ! Elle l’a voulue et l’a construite". C’est par cette affirmation que débute le dernier essai de notre invité. Un livre d’analyses, certes, mais aussi un "livre-programme", pourrait-on même dire, un livre manifeste. Si Robert Schuman proposait en 1950 une Europe de projets, Christian Saint-Etienne, dans son essai "Osons l’Europe des Nations" aux éditions de L’Observatoire, propose de faire le bilan de la construction européenne, pour voir comment elle pourrait accompagner les évolutions du capitalisme mondial vers ce qu’il appelle l’iconomie, ou économie des données, économie de l’attention."

Source : La Grande Table - France Culture

EVASION FISCALE

Le vrai visage des parasites fiscaux

"Depuis près de dix ans, les dirigeants de la planète se moquent du monde sur les parasites fiscaux, de Nicolas Sarkozy promettant leur fin à l’OCDE proposant des mesurettes en passant par des listes ridicules et totalement myopes. Heureusement, l’association Tax Justice Network propose un panorama bien plus réaliste de la réalité de cette maladie de nos sociétés modernes."

Source : Blog gaulliste libre

FRANCE

Des transferts sociaux excessifs plombent-ils la France ?

"Pour ceux qui pensent que les dépenses sociales excessives sont à l’origine de tous nos maux, ces dépenses pénalisent au premier chef les entreprises, notamment les plus exposées à la concurrence internationale. Pour d’autres, qui estiment que les transferts ne sont pas des dépenses comme les autres, elles ne font que réallouer des flux monétaires au sein de l’économie, dans un jeu à somme nulle. Les assimiler à un coût serait une erreur."

Source : XERFI CANAL

Les entreprises françaises sont trop endettées

"La dette publique de la France suscite régulièrement le débat, mais pas celle de ses entreprises. A tort, selon le Haut conseil de stabilité financière (HCSF), l’organisme chargé de surveiller le système financier national afin d’éviter les prochaines crises. Dans un récent rapport, il s’inquiète de la montée de l’endettement des entreprises. Certes, c’est en partie le signe d’une reprise de l’investissement et d’une reconstitution de trésorerie, plutôt de bon augure. Mais d’autres évolutions, plus dangereuses, sont également à l’œuvre. Tour d’horizon d’une dette qui ne fait pas assez parler d’elle."

Source : ALTERNATIVES ECONOMIQUES

Spéculer sur l’insertion des demandeurs d’asile en France, un nouvel investissement rentable pour les financiers

"L’accueil des demandeurs d’asile s’ouvre aux marchés financiers. C’est ce que prévoit le nouveau modèle de gestion des centres « Pradha », chargés de l’hébergement des personnes demandant l’asile. Ces centres – d’anciens hôtels bas de gamme – seront gérés au quotidien par une filiale de la Caisse des dépôts sous contrôle du ministère de l’Intérieur, et sont en partie financés par le privé, grâce à un fonds d’investissement dédié. Côté accueil, accompagnement, insertion et encadrement, les coûts sont réduits au minimum, mais les partenaires du fonds – la BNP, Aviva, la CNP assurances ou la Maif – espèrent en tirer des bénéfices. Bienvenue dans l’« action sociale » du 21ème siècle."

Source : BASTAMAG

Réforme du rail : des préconisations qui oublient les vrais enjeux

"Le « rapport Duron »1 du Conseil d’orientation des infrastructures (COI) et le rapport « Spinetta » balisent le terrain pour la réforme du système ferroviaire. Ils présentent une cohérence certaine, leur argumentation à dominante financière ne débouchant sur aucune rupture innovatrice. Les questions environnementales et d’aménagement du territoire y sont traitées en trompe-l’œil, selon une vision très restrictive, définie dans le rapport Duron : l’extension de l’accès au réseau haut débit, le renoncement au report modal (intermodalité). Le COl justifie cette position par l’avènement de la voiture électrique. Par un coup de baguette magique, les aspects négatifs autres que la pollution générée par les moteurs thermiques ne sont plus évoqués."

Source : ALTERNATIVES ECONOMIQUES

GÉOPOLITIQUE

Tribune « État d’esprit, esprit d’État » sur Le Point : Syrie : qui veut (vraiment) la paix ?

"Et si des puissances régionales et occidentales avaient intérêt à faire durer l'interminable conflit qui sévit dans ce pays… Analyse à rebrousse-poil. L'Occidental postmoderne goûte la lumière des évidences simples, la clarté des antagonismes légitimes. Il prend l'information pour de la connaissance, donne à fond dans la substitution de l'image au réel qui devient le quotidien de la politique et ne produit plus seulement une déformation du réel, mais une autre réalité. Et puis, la complexité le fatigue, le paradoxe le lasse, la mise en perspective l'égare. Il croit dans « le su parce que vu ». Il croit que les fake news tombent du ciel ou proviennent directement des enfers que seuls les bad guys et leurs hackers habitent. L'homme occidental a donc la conscience assoupie et les yeux bandés, mais sa sentimentalité exacerbée lui donne l'illusion d'avoir une conscience morale."

Source : BOUGER LES LIGNES : BLOG CAROLINE GALACTEROS

Syrie : le pire est devant nous ? [Audio, 40']

"Malgré la trêve humanitaire décrétée par le Conseil de Sécurité de l’ONU, les raids aériens du régime syrien n’ont pas cessé dans l’enclave rebelle de la Ghouta Orientale. Peut-on espérer un apaisement du conflit en Syrie ? Faut-il s’attendre, au contraire, à une intensification des combats ?" Avec Denis Bauchard et Caroline Galacteros.

Source : Du grain à Moudre - France Culture

INEGALITES

Parcoursup : peut mieux faire

"Chaque société a besoin d’un grand récit pour justifier ses inégalités. Dans les sociétés contemporaines, il s’agit du récit méritocratique : l’inégalité moderne est juste, car elle découle d’un processus librement choisi où chacun a les mêmes chances. Le problème est qu’il existe un gouffre béant entre les proclamations méritocratiques officielles et la réalité."

Source : Blog de Thomas Piketty

Riches et pauvres, inégaux devant la mort

"Treize années d’espérance de vie à la naissance séparent les hommes les plus pauvres des plus riches en France. L’espérance de vie des hommes les plus modestes, 71 ans, équivaut à celle des hommes du Bangladesh."

Source : Observatoire des inégalités

Vers une hausse des inégalités entre retraités

"Dans toute l’Europe, la question des retraites est amenée à prendre une place centrale dans les débats économiques et sociaux à venir. D’une part, à cause des pressions croissantes qui pèsent sur les budgets publics et, d’autre part, aux vues des évolutions démographiques. En 2050, l’OCDE devrait ainsi compter plus de 50 retraités pour 100 actifs, soit le double du ratio de 2015. Ce taux devrait même atteindre plus de 70 retraités pour 100 actifs en Espagne et en Italie. Outre la progression de l’espérance de vie, qui augmente le nombre d’années passées en retraite (19,6 ans pour les femmes et 14,6 pour les hommes en 1990, contre respectivement 22,5 et 18,1 ans aujourd’hui en moyenne dans l’OCDE) et donc les pensions perçues, l’arrivée en retraite de la génération des baby-boomers et la stabilisation des taux de natalité à un niveau relativement bas dans l’ensemble de l’OCDE risquent de se traduire soit par une baisse des taux de remplacement1 pour les futurs retraités, soit par une hausse des dépenses des Etats pour leurs systèmes de retraite."

Source : ALTERNATIVES ECONOMIQUES

MARCHÉS FINANCIERS

Trading à haute fréquence et régulation économique, un arbitrage inéluctable entre stabilité et résilience des marchés financiers

"Au cours des dernières décennies, le trading à haute fréquence (THF) a fortement augmenté sur les marchés américains et européens. Le THF représente un défi majeur pour les autorités de régulation du fait, d’une part, de la grande variété de stratégies de trading qu’il englobe) et d’autre part des incertitudes qui planent toujours autour des avantages nets de cette innovation financière pour les marchés financiers. Par ailleurs, bien que le THF ait été identifié comme l’une des causes probables des krachs éclairs (Jacob Leal et al., 2016), aucun consensus n’a encore réellement émergé sur les causes fondamentales de ces phénomènes extrêmes. Certains pays ont déjà décidé de réguler le THF. Cependant, les approches adoptées jusqu’à présent varient en fonction des régions."

Source : Blog OFCE

MATIÈRES PREMIÈRES

Guerre du gaz Liban / Israël : Hezbollah contre USA

"Nouvel épisode de la guerre du gaz concernant l’immense potentiel en hydrocarbures offshores au large d’Israël, dans des eaux sujet à controverse. Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah a indiqué vendredi que le Libandevrait utiliser son – puissant – parti chiite comme principal levier dans le bras de fer qui l’oppose à l’Etat hébreu au sujet des ressources gazières de ces fonds marins. Une déclaration qui intervient alors que le Liban a récemment signé son premier contrat de prospection d’hydrocarbures en Méditerranée avec un consortium formé par le géant pétrolier français Total, le groupe ENI (Italie) et la société Novatek (Russie). Le différent porte sur deux blocs, notamment le bloc 9, dont une partie se trouverait dans une zone maritime disputée avec Israël."

Source : LE BLOG FINANCE

Pendant ce temps, dans les tubes...

"Pour son 25ème anniversaire, Gazprom a tout lieu de se réjouir. Non content de caracoler en têtedes prix Pulitzer de l'énergie et d'avoir les fondamentaux pour lui, le géant russe voit peu à peu se concrétiser ses projets pharaoniques que nous présentions il y a deux ans et demi : Gazprom a vraiment la folie des grandeurs. Ils sont maintenant engagés dans la construction simultanée des quatre plus grands pipelines de la planète ! Comment vont-ils financer tout ça ? Certes, ils ne sont pas tout seuls dans le Nord Stream 2, Shell, E.ON (Allemagne) et OMV (Autriche) vont participer ; certes, les Chinois vont financer une partie des travaux de l'Altaî et du Force de Sibérie. Mais enfin, quand même..."

Source : CHRONIQUES DU GRAND JEU

50%, ou 50% ?

"50%, chiffre magique ! Depuis la promesse électorale de Hollande – destinée à se concilier les voix des Verts, historiquement antinucléaires – aux élections présidentielles et législatives de 2012 (ce en quoi il a eu raison : les Verts c’est 3% des voix, et Hollande a gagné avec 51,5%…), ce chiffre a pris place dès l’article 1 de la loi de transition énergétique pour la croissance verte. A aucun moment ce chiffre n’a été précédé d’un argumentaire permettant d’expliquer qu’il était plus approprié que 48% ou 80%, et encore moins d’un argumentaire expliquant en quoi ce pourcentage permettait d’assurer un avenir plus durable à notre espèce. Le propos qui suit va donc vous proposer deux applications de ce pourcentage de 50%, aux conséquences totalement opposées sur le risque nucléaire, le prix pour le consommateur, les émissions de gaz à effet de serre, et l’emploi."

Source : Jean-Marc Jancovici

VUES D’AILLEURS

Civilisation, ecocide et ethnocide : l'exemple des Penan en Malaisie

" Ce qui m’a le plus impressionné chez les Penan, lorsque je me suis rendu parmi eux pour la première fois en 1989, c’était une façon d’être au monde, une profonde humanité, non pas innée, mais consécutive à leur choix de vie. Ils n’avaient guère le sens du temps, mis à part les rythmes de la nature, la fructification, le cours du Soleil et de la Lune, l’apparition des abeilles deux heures avant la tombée de la nuit, le chant des cigales qui électrise la forêt tous les soirs à dix-huit heures tapantes. Ils ignoraient ce qu’était un emploi rémunéré, le travail considéré comme un fardeau, par opposition à la conception récréative du loisir. Pour eux, il n’y avait que la vie, tout au long de la journée. Les enfants n’apprenaient pas à l’école mais par l’expérience, souvent aux côtés des parents. Compte tenu de la dispersion des familles et des individus, l’autosuffisance était la norme, chacun étant capable d’assumer toutes les tâches nécessaires. En conséquence, le sens de la hiérarchie était pratiquement inexistant."

Source : LE PARTAGE

Commentaire recommandé

Duracuir // 03.03.2018 à 09h15

Pourquoi les patrons peinent à recruter?
Ce n’est pas parce qu’ils ne trouvent pas de candidats, c’est parce qu’ils ne trouvent pas LEUR candidats. Parce que, voyez vous, il ne le veulent pas trop jeune, mais trop vieux non plus (plus de 50 ans, je sais de quoi je parle), mais pas trop laid ni trop gros, ni trop “foncé”, ni trop gourmand(plus que le smic), ni trop regardant sur ses droits, ni trop fier, ni trop intelligent, ni trop bête.
En fait, les patrons veulent des candidats entre 25 et 45 ans, à l’IMC inférieure à 30, au physique avenant, plutôt “de souche”, prêts à travailler à n’importe quelle salaire et dans n’importe quelles conditions, dociles, humbles sans trop d’esprit critique. Voilà pourquoi il y a 5,6 millions de chomeurs, 500 000 travailleurs détachés, 1000 000 de migrants illégaux au black et qu’on en a fait rentrer des millions d’autres depuis les années 60 pour faire pression sur le marché du travail.

38 réactions et commentaires

  • Fritz // 03.03.2018 à 07h16

    Émission de France Culture “Face à Poutine” : j’ai tenu six minutes. J’ai dû arrêter à cause d’une nausée, et je crois que je vais en rester là. Je ne veux pas vomir sur mon clavier d’ordinateur.

      +52

    Alerter
    • basile // 03.03.2018 à 08h10

      comme vous n’avez (n’aviez) pas la télé, vous n’avez jamais subit la propagande odieuse d’Okrent. J’attendais que vous le fassiez à ma place. : )

      Rien que la vision du nom d’Ockrent m’a suffit, me remémorant les heures noires où elle sévissait à la télé, sans contre pouvoir internet

        +29

      Alerter
      • Fritz // 03.03.2018 à 08h21

        Olivier nous a prévenus : cette vidéo est destinée à ceux qui aiment se faire mal.
        La présentation par Émilie Guimauve annonce la couleur… avec des fioritures absentes du texte, comme “crimes de guerre”, “étouffer les crimes de guerre”.

          +4

        Alerter
        • tepavac // 03.03.2018 à 18h39

          Je l’ai écouté pour vous;
          ça commence par 30 mn sur Wauquiez, où Okrent et Kauffman le traite de tous les noms, pour ensuite, excusé de la galéjade, se plaindre du langage outancier de cet homme qu’ils compare au “Trumpisme”, mais tout en oubliant leur copain “outrance 1er” M Sarkozy, et en nomant Le président Russe “d’affreux Poutine”…

          Rien ne les arrête dans le ridicule, et Dieu merci, M Védrine le leur fait intelligemment comprendre.
          A 40mn, discutant de la Russie, ils font semblant de découvrir que l’espionnage existe, que les opérations “psy-op” existent, encore une fois le ridicule ne tue pas.
          S’ajoute “l’ingérence” et se plaignent encore de ce que les “victimes des opérations de couleur”, leur renvoi la balle.

          C’est du grand comique, surtout en sachant le rôle joué par le couple Okrent/kouchner dans le “droit d’ingérence”…
          Finalement je les renvois à la locution latine;
          Nemo auditur propriam turpitudinem allegans

            +12

          Alerter
          • JLR72 // 05.03.2018 à 20h09

            Ockrent et Kauffmann, deux faces d’une même pièce: membres de la French American Foundation et participantes au programme young leaders. Finalement, à l’avenir, lorsqu’on evoquera les tares de l’ENA, on pourra également rappeler ceux de ce programme.

              +3

            Alerter
    • MrJoe // 03.03.2018 à 12h08

      T’es courageux. A la vue des protagonistes et du titre, il m’est physiquement impossible de lancer la bande.

        +15

      Alerter
  • Gribouille // 03.03.2018 à 08h31

    Petite contribution à la revue de presse. Brice Couturier dans sa chronique “le tour du monde des idées” sur France Culture a fait cette semaine une série sur les travaux de Yascha Mounk. Les conclusions me rappellent ce que disait Emmanuel Todd. Emmanuel Todd scinde la France en deux, ceux qui ont fait des études supérieures, et les autres. Paradoxalement, ce sont les jeunes éduqués qui seraient les plus éloignés de la démocratie. Il seraient plus favorables à laisser le pouvoir à des gouvernements d’experts (bizarre ça me rappelle les dernières élections présidentielles en France, qui a voté pour Macron ?).
    A écouter (6 minutes), ou lire.
    https://www.franceculture.fr/emissions/le-tour-du-monde-des-idees/le-tour-du-monde-des-idees-du-mercredi-28-fevrier-2018

      +7

    Alerter
    • emmanueL // 08.03.2018 à 09h10

      Bel exercice de double langage du Sieur Couturier, macrôlatre en chef, dont la chronique quotidienne est une ôde au libéralisme oui, mais seulement économique…
      Comme l’explique Todd, le paradoxe entre éducation supérieure et anti-démocratie n’est qu’apparent : 20% de la population peut vivre dans l’entre-soi et elle peut donc être tentée de protéger ainsi ses privilèges/positions/prérogatives.

        +1

      Alerter
  • calal // 03.03.2018 à 08h51

    Tres bonne selection dans cette revue de presse. Merci a OB et/ou aux membres de l’equipe de nous faire gagner du temps en triant de facon pertinente le bon grain de l’ivraie.

      +13

    Alerter
  • Duracuir // 03.03.2018 à 09h07

    Super, pour les métiers qui devraient le plus se développer, ils ne nécessitent quasiment pas de formation et pourront être effectués par des migrants. Super!!!!

      +8

    Alerter
    • Crapaud Rouge // 03.03.2018 à 10h40

      A condition que ces migrants parlent français. Pas évident.

        +0

      Alerter
      • Duracuir // 03.03.2018 à 12h39

        ha bon? Il faut parler Français pour bosser dans BTP? Pour conduire un camion ou un chariot élevateur? Pour lever des caisses et les remplir avec des articles codés? Pour nettoyer la m…. dans les entreprises, les hopitaux, les restos, les bars, les hotels, les maisons de retraites ou chez les vieux aisés? Les 500 000 travailleurs détachés parlent français? Je suis magasinier pour des produits du bâtiment, tous les jours des employés(esclaves?) roumains ou portugais viennent se servir sans parler un mot de Français. Ils montrent ce qu’ils veulent et écrivent la quantité. Tous les jours, je reçois des chauffeurs qui ne parlent pas un mot de notre langue. Vous délirez Crapaud, nonobstant tout l’estime que je vous porte. Ils parlaient Français, les générations de nord-africains qui venaient construire les immeubles, les routes, ramasser les poubelles?

          +18

        Alerter
        • channy // 03.03.2018 à 14h13

          Si vous êtes magasinier, vous avez pu noter que pour la préparation de commandes il y a 15 ans on demandait de savoir lire et écrire le français.;maintenant on demande juste de comprendre le français avec le système de commande vocale, le caces 1 n’est pas un souci.

            +2

          Alerter
    • Brigitte // 04.03.2018 à 18h39

      J’ai été surprise par ce palmarès des métiers les plus demandés. La similitude entre France et USA m’a aussi un peu étonnée, le mythe du laboratoire américain à ciel ouvert est écorné. Les métiers de haute technologie existent mais n’ont pas besoin d’être nombreux. Le gros des besoins reste bien terre à terre, celui des soins à domicile (maudit soit le vilain mot care….), de la distribution et de la logistique. Pourtant les robots gagnent du terrain, on le voit bien dans la vie courante. Leur conception et leur production ne nécessitent pas énormément de personnel. Ce n’est pas une invasion mais une progression. Les métiers des soins et de l’alimentation sont encore les gardiens d’une certaine socialisation du travail. Jusqu’à quand? si c’est pas demain ce sera pour après demain….

        +0

      Alerter
  • Duracuir // 03.03.2018 à 09h15

    Pourquoi les patrons peinent à recruter?
    Ce n’est pas parce qu’ils ne trouvent pas de candidats, c’est parce qu’ils ne trouvent pas LEUR candidats. Parce que, voyez vous, il ne le veulent pas trop jeune, mais trop vieux non plus (plus de 50 ans, je sais de quoi je parle), mais pas trop laid ni trop gros, ni trop “foncé”, ni trop gourmand(plus que le smic), ni trop regardant sur ses droits, ni trop fier, ni trop intelligent, ni trop bête.
    En fait, les patrons veulent des candidats entre 25 et 45 ans, à l’IMC inférieure à 30, au physique avenant, plutôt “de souche”, prêts à travailler à n’importe quelle salaire et dans n’importe quelles conditions, dociles, humbles sans trop d’esprit critique. Voilà pourquoi il y a 5,6 millions de chomeurs, 500 000 travailleurs détachés, 1000 000 de migrants illégaux au black et qu’on en a fait rentrer des millions d’autres depuis les années 60 pour faire pression sur le marché du travail.

      +80

    Alerter
    • Bruno // 03.03.2018 à 15h34

      Votez, votons, pour des candidats en accords avec votre constat fort juste, c’est à dire des candidats qui se déclarent contre l’immigration massive et pour la reconduite à la frontière de tous les clandestins.

        +6

      Alerter
      • Duracuir // 03.03.2018 à 16h28

        Pas d’accord, je préfère simplement interdire le détachement puis prôner des sanctions EXEMPLAIRES contre les EMPLOYEURS de travailleurs au black et encore plus de travailleurs clandestins. Mais aussi inclure la responsabilité des donneurs d’ordre et des clients de sous-traitants.
        Ceci n’a aucune connotation raciste ni inhumaine et frapperait le mal à la racine. Au fait, Marine Le Pen et son parti se sont déclarés farouchement contre toute sanction contre les employeurs de clandos. Etonnant non? 🙂

          +15

        Alerter
        • Bouddha Vert // 05.03.2018 à 00h12

          Etonnant en effet!
          Perso, sans chercher comme un furieux, je n’ai rien trouvé qui aille dans ce sens.
          Un petit lien?

          Merci

            +2

          Alerter
          • Limonade // 06.03.2018 à 14h37

            Marre de chercher pour les autres… du côté du parlement européen vous trouverez votre bonheur.
            Vous pensez sincèrement que le FN défend les travailleurs?

              +1

            Alerter
  • libraire // 03.03.2018 à 10h53

    Le problème des travailleurs non formés quand ils arrivent dans l’entreprise me fait rigoler:
    Les chefs d’entreprises sont juste un tantinet exigeant et veulent de la compétence immédiate, rentabilité de suite et maintenant. Car il savant que la demande à laquelle il doive répondre sera probablement tarie dans quelques mois.

    1978 mon premier boulot d’été chez un pépiniériste , je n’y connais rien quand j’arrive. fin aout je ressort le patron m’a appris à tailler les fruitiers, les rosiers, sélectionner les scions pour le bouturage….ect; ect
    1983 premier poste en contrat pour un célèbre fabricant de chaussettes: agent de maitrise. Je sors d’une formation en construction mécanique, qu’importe, on me paye 15 jours de formation intense en textile à Troyes..;
    Depuis j’ai fait bien des boulots avant d’être indépendant depuis 20 ans. Je me souviens d’entretiens d’embauches vers des emplois sur lesquels je n’avait pas de compétences particulières, je me présentais simplement comme soucieux d’apprendre sur le terrain et d’évoluer, les patrons qui ne m’ont pas cru ont eu tord car j’ai participé à enrichir (sans prétention) les entreprises pour lesquelles j’ai travaillé, et qui au départ ont pris la peine d’investir sur ma formation dans la culture spécifique à l’entreprise.
    Mais ces entreprises avaient des visions à long terme….;

      +35

    Alerter
  • BA // 03.03.2018 à 11h11

    En République tchèque, le salaire minimum est de 327 euros ! ! !

    L’Union européenne, c’est la course aux salaires les plus bas possibles.

    L’Union européenne, c’est la mort de l’industrie française, la mort des ouvriers français, la mort des commerces français.

    France : salaire minimum de 1445 euros.
    Belgique : salaire minimum de 1501 euros.

    En clair : ces deux pays voient leurs usines fermer.

    Les patrons délocalisent leurs usines vers les pays européens qui ont un salaire minimum minable.

    Pologne : salaire minimum de 387 euros.
    Hongrie : salaire minimum de 344 euros.
    République tchèque : salaire minimum de 327 euros.
    Roumanie : salaire minimum de 190 euros.

    Conséquence :

    Les usines ferment chez nous. Les usines partent vers l’est de l’Europe.

    Roumanie : 5,2 % de chômage.
    Pologne : 4,8 % de chômage.
    Hongrie : 4,3 % de chômage.
    République tchèque : 2,9 % de chômage.

    https://www.weforum.org/agenda/2017/08/heres-why-the-czech-republic-has-the-lowest-unemployment-in-the-eu

      +35

    Alerter
    • Eric83 // 03.03.2018 à 13h28

      Vous avez raison BA, même si les taux de chômages officiels sont aussi bidonnés dans les pays de l’Est qu’en France.

      Les usines françaises ferment et fermeront encore tant que nous resterons prisonniers de l’UE et ce ne sont pas les gesticulations de Lemaire et Juppé en Gironde qui feront qu’un FORD ne ferme son usine. Découvriraient-ils en 2018 les conséquences du capitalisme libéral ?

      Toujours est-il que ce ne sont pas uniquement nos usines qui ferment. Le secteur des services est de plus en plus touché. Denier exemple retentissant, le service comptable de Castorama délocalisé en Pologne. Cynisme sur le gâteau, la Direction demande aux salariés de français qui vont perdre leur emploi de former les salariés polonais !

        +16

      Alerter
      • Pastounak // 03.03.2018 à 23h36

        L’europe libérale, c’est un espace équipé de barrages où tous potentiels/différences est exploité à des fins pécuniaires.

          +1

        Alerter
    • patrick // 03.03.2018 à 22h01

      se barrer en retraite avec le butin ??
      Le butin risque de ne pas durer longtemps si il n’y a plus personne pour cotiser, ils vont comprendre les vrais problèmes.

        +1

      Alerter
  • RV // 03.03.2018 à 11h18

    “Réforme du rail : des préconisations qui oublient les vrais enjeux”
    Merci pour cet article qui pose de bonnes questions
    éludées dans la narrative des médias dominants.

      +3

    Alerter
  • Eric83 // 03.03.2018 à 13h42

    Quelle “chance” nous avons, un milliardaire français, Xavier Niel, qui devient administrateur d’un fonds de pension US. Est-ce pour apprendre les techniques de vautours du fonds de pension KKR qui a déjà sévi plusieurs fois sur des sociétés françaises ?

    http://www.boursorama.com/actualites/rpt-l-entrepreneur-xavier-niel-devient-administrateur-du-geant-kkr-56e918ebb835f1dad8c7c1b1bd1846b5

    Je n’avais encore jamais entendu parler de Mediawan. Grâce à ce “SPAC”, Niel, Pigasse et d’autres ambitionnent de créer un groupe de médias via des acquisitions en Europe.
    C’est sans doute parce que l’influence des médias en France n’est encore pas assez puissante.
    ( Rappelons nous que c’est Niel qui a dit un jour que quand un journaliste écrit des articles désobligeant – terme poli pour le blog – sur lui et/ou ses sociétés…il rachète le journal ! )

    Bilan, les médias MSM vont tenter de nous faire avaler encore plus de propagande.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Mediawan

      +5

    Alerter
  • Weilan // 03.03.2018 à 16h28

    Et la pluie d’obus qui tombe sur Damas, est il permis d’en parler ou non ?

    https://www.mondialisation.ca/syrie-journee-sanglante-a-damas-lhorreur-na-pas-de-limite/5623406

      +8

    Alerter
    • calal // 03.03.2018 à 18h59

      t’as pas assez de temps de media mainstream pour cela? ah oui tu veux de l’equite sur tous les medias…ben quand le mainstream aura montre l’exemple de l’impartialite, les crises suivra…

        +3

      Alerter
      • tepavac // 03.03.2018 à 20h32

        Weilan parle de Damas Calal, pas de la Ghouta où 400.000 personnes sont prises en otage…

          +7

        Alerter
      • Weilan // 04.03.2018 à 12h02

        calal : vous avez des difficultés de compréhension en Français ?

          +4

        Alerter
  • V_Parlier // 04.03.2018 à 09h57

    “Et oui, rien que les intervenants font peur ! J’inclus cette émission dans la revue pour ceux qui aimeraient se faire mal ;)”
    -> En effet c’est ce que j’ai pensé 😀 Mais c’est le week-end alors je n’ai pas lancé le player!

      +1

    Alerter
  • Brigitte // 04.03.2018 à 13h11

    Riche choix de sujets que cette revue de presse!
    Je reviens sur la réforme de la SNCF. Ce seul sujet mérite des pages et des pages, tellement il est emblématique de la transformation de la France, commencée certes il y a déjà des décennies, mais qui se fait maintenant au grand jour, de manière frontale. Il pointe aussi l’absence de débat démocratique dans notre pays, l’absence de vision d’avenir…au passage, je ne crois pas que la voiture électrique concurrence le rail sur les trajets inter-régionaux. Il peut y avoir complémentarité au contraire.
    Je crois que nos dirigeants sont des eurocrates incompétents qui ne savent plus ce que veut dire gouverner un pays. ça tombe bien car le peuple qu’ils sont censés gouverner me fait penser au peuple de l’herbe….. niveau pâquerettes.

      +2

    Alerter
  • regis // 04.03.2018 à 21h20

    6 septembre 1944
    L’ONU vote une loi interdisant les bombardements sur Le Havre suite aux nombreux civils morts…
    6 aout 1945
    L’ONU vote une loi demandant aux alliés de ne plus viser les civils a Hiroshima ou ailleurs avec une arme atomique…
    Et aujourd’hui l’ONU demande a Assad de laisser les extrémistes qui bombardent Damas tranquille…

      +3

    Alerter
  • BA // 05.03.2018 à 07h55

    Italie : les partis anti-européens font le plein.

    Le parti anti-européen M5S arrive en tête avec 32 % des suffrages.

    Le futur allié du M5S se cache peut-être du côté de la coalition de droite, qui subit un revers. Si la formation, qui rassemble les trois partis Forza Italia (Silvio Berlusconi), la Ligue du Nord (Matteo Salvini) et Fratelli d’Italia, est en tête du scrutin avec environ 37 % des votes, elle est, elle aussi, loin de la majorité.

    Surtout, au sein même de cette coalition se joue peut-être le plus gros bouleversement de ce scrutin. Le parti d’extrême droite de Matteo Salvini, la Ligue, dépasse de 5 points (18 %) le parti historique de Silvio Berlusconi, Forza Italia (13 %), selon les premiers résultats.

    Un score qui illustre là encore la montée en puissance des partis anti-européens, vrais gagnants de cette élection.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2018/03/05/elections-legislatives-en-italie-les-partis-antieuropeens-font-le-plein_5265638_3214.html

      +0

    Alerter
  • BA // 05.03.2018 à 13h13

    Italie : raz-de-marée antisystème, l’extrême droite revendique le pouvoir.

    M5S : 32 %
    Coalition droite – extrême droite : 37 %
    Parti Démocrate (gauche pro-européenne) : 19%

    Une percée historique des forces antisystème et eurosceptiques, majoritaires après les législatives dimanche, plonge dans l’incertitude l’Italie, où le chef de l’extrême droite a revendiqué de diriger le gouvernement.

    Avec un vote marqué à la fois par le rejet de la vieille classe politique, l’exaspération face au marasme économique et les tensions autour des migrants, l’Italie s’inscrit dans la lignée du Brexit, de la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis et de la poussée de l’extrême droite ailleurs en Europe.

    “Pour la première fois en Europe, les forces antisystème l’emportent”, a résumé l’éditorialiste du quotidien La Stampa.

    https://www.romandie.com/news/ZOOM-Italie-raz-de-maree-antisysteme-l-extreme-droite-revendique-le-pouvoir/896068.rom

      +0

    Alerter
  • V_Parlier // 06.03.2018 à 11h11

    Ayant parcouru l’article de XERFI CANAL sur les emplois du futur, je tombe des nues! Une copie conforme de la chanson du mondialisme néolibéral “ne vous en faites pas” avec les mêmes paroles: Nous serons tous des “auxiliaires de vie” (bref, retour de la bonne à la maison), des serveurs, et autres choses de ce genre. Bien entendu, il est facile de deviner sans être expert voyant qu’on aura toujours besoin d’infirmières et de médecins (mais qui pourra les payer?). Bref, je ne sais si je dois rire ou pleurer. Pas à cause des robots, bien sûr, mais de la délocalisation consentie, même pas traitée comme le problème. (Le sujet des robots, un nouveau marronnier et un nouveau moyen d’éviter les vrais sujets)

      +2

    Alerter
    • V_Parlier // 07.03.2018 à 16h22

      Correction: C’est l’article de Jean Gadrey.

        +0

      Alerter
  • BA // 10.03.2018 à 10h43

    En Europe, les classes moyennes deviennent de plus en plus pauvres.

    Les classes populaires deviennent de plus en plus pauvres.

    C’est une régression sociale historique.

    La construction européenne, c’est l’explosion de la pauvreté.

    La construction européenne, c’est un échec total.

    Vendredi 9 mars 2018 :

    Travailleurs pauvres en Europe : des chiffres alarmants.

    https://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/travailleurs-pauvres-en-europe-des-chiffres-alarmants-769827.html

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications