Les Crises Les Crises
13.juin.202113.6.2021 // Les Crises

Revue de presse du 13/06/2021

Merci 33
J'envoie

Merci à nos contributeurs pour cette revue de presse.

ENVIRONNEMENT

Hauts-de-France, Lacanau, Camargue… la montée des eaux devient critique

"Comme partout dans le monde, les littoraux français sont déjà affectés par la montée du niveau de la mer due au réchauffement climatique. À quoi faut-il s’attendre, et comment notre pays s’y prépare-t-il, notamment dans les Hauts-de-France, au Havre, en Camargue et à Lacanau ? Le niveau de la mer a augmenté de 25 centimètres en moyenne dans le monde par rapport à 1890. Si les conséquences de cette élévation sont encore peu perceptibles en France, la question risque de devenir de plus en plus prégnante. Car quoi que l’on fasse, le phénomène va se poursuivre. Mais dans quelles proportions ? Cela dépendra de l’évolution des émissions de gaz à effet de serre. Compte tenu du manque d’ambition actuel pour les réduire, il est très probable que le niveau de la mer s’élèvera d’environ 1 mètre d’ici à 2100, selon les scientifiques."

Source : Reporterre

EUROPE

Les crises des dettes privées et publiques exacerbent les problèmes de logement en UE, voici pourquoi

"L’augmentation des crédits hypothécaires dans les pays européens depuis les années 1990 témoigne d’une volonté politique d’orienter les ménages vers l’achat plutôt que vers la location de leur logement. Les banques en tirent des bénéfices dans la mesure où cela leur permet non seulement d’accroître leurs portefeuilles de crédits, mais aussi de les titriser et donc de les revendre sur le marché secondaire. Ainsi naissent des bulles de crédits dont les conséquences s’étendent à l’ensemble de l’économie mondiale, comme l’a montré la crise de 2007-2008. Depuis lors, et pour recapitaliser leurs banques, de nombreux États ont opté pour la dette publique sans imposer de contrôle effectif au système bancaire et à ses possibilités d’accorder des crédits. Les ménages ont doublement ressenti les effets de cette politique"

Source : CADTM

FRANCE

Selon Le Canard enchaîné, le gouvernement Castex est le plus coûteux de l'histoire de la Ve République

"L'information est passée inaperçue mais ne manque pas de sel. Alors que la gestion de la crise du covid-19 par le gouvernement est très contestée, Le Canard enchaîné nous apprend, que "le gouvernement Castex est le plus coûteux de l'histoire de la Ve République". Les rémunérations des ministres, secrétaires d'Etat et des membres des cabinets ministériels du gouvernement Castex, s'élèvent à 185 millions d'euros par an, en hausse de 47% par rapport au gouvernement Philippe. Fraîchement élu, Macron réduit le nombre de conseillers par ministre, au nom de l'exemplarité dans la gestion des deniers publics. Mais dans le même temps, pour cause d'un travail accru, les rémunérations sont fortement augmentées. Sauf qu'en 2020, avec le changement de gouvernement, Macron a permis aux ministères d'embaucher plus de conseillers. C'est désormais 83% de conseillers en plus par rapport au gouvernement Philippe. Plus de conseillers, mais des salaires qui n'ont pas diminué..."

Source : Le Canard Enchaîné via Politique

Précariser toujours plus la main d’œuvre

"La réforme de l’assurance chômage, interrompue pendant la crise sanitaire, revient en force dès avant la fin de cette crise. On avait pressenti le retour des hostilités lorsque le CAE avait remis sur la table la détérioration de l’indemnisation sous l’argument de mettre en place un taux de remplacement dépendant du cycle économique (cf. un article dans alternatives économiques et un billet en deux parties ici et là). Le gouvernement a annoncé la reprise du calendrier avec une nouvelle étape baissant les prestations par la modification du calcul du salaire servant de référence à l’indemnisation. Cette réforme est défendue sous deux arguments que l’on retrouve clairement édictés dans la présentation de la réforme sur la page du ministère du travail : lutter contre la précarité liée à la hausse des contrats courts (le nombre de CDD de moins d’1 mois a augmenté de 250% en 10 ans, alors que l’activité n’a augmenté que de 15%) supprimer des injustices dans le mode d’indemnisation."

Source : Alternatives économiques – blog de Clément Carbonnier

Notre chaîne pénale est-elle en voie d'obsolescence ?

"Ces dernières semaines, le pouvoir judiciaire était l’objet de critiques souvent légitimes. L’appareil répressif submergé et inefficace, ainsi que l’idéologie sous-jacente, amènent à un changement de modèle profond. Face à une délinquance difficilement maîtrisée et en hausse, notre système de procédure pénale a profondément muté au fil des ans : les parquets se sont appropriés les prérogatives des juges d’instruction et la quasi-totalité des investigations est désormais conduite sous leur seule direction. Mais devant l’afflux des procédures, les parquets peuvent-ils rester une gare de triage orientant sous la pression du chiffre et de l’actualité médiatique, des enquêtes traitées en masse ?"

Source : Front Populaire

L’idée du siècle : le territoire des déchets nucléaires de La Hague labellisé Unesco

"En faisant candidater La Hague, dans la Manche, au statut de Géoparc mondial Unesco, la mairie s’est attiré les foudres de nombreux habitants et des partis d’opposition. Pour l’auteur de cette tribune, les sites de retraitement et stockage de déchets nucléaires qu’abrite la commune sont incompatibles avec un tourisme de masse."

Source : REPORTERRE

GÉOPOLITIQUE

Vladimir Poutine favorable à ce que l'Europe règle le gaz russe en euros et pas en dollars

"Vladimir Poutine s'est dit vendredi favorable à ce que les pays européens paient pour le gaz russe en euros plutôt qu'en dollars, nouveau coup de canif au billet vert, la Russie s'efforçant de "dédollariser" son économie. Jeudi, le ministre des Finances Anton Silouanov a indiqué que le Fonds souverain russe (FNS), où sont notamment stockés les revenus des exportations de pétrole, allait liquider tous ses actifs en dollars d'ici un mois, sur fond de menace de nouvelles sanctions américaines."

Source : Connaissance des énergies

Mare Nostrum

"Les nouveaux rois de Thulé, je veux dire les ministres des Affaires étrangères des huit pays membres du Conseil de l’Arctique, viennent de se réunir à Reykjavik. Ils y ont rendu publique le 20 mai une déclaration commune qui juxtapose des lieux communs et des autocongratulations qui ne changeront pas l’avenir de la planète, de l’humanité ni des ours polaires. L’Arctique ne passionnait sans doute pas grand monde il y a dix jours et la réunion avait surtout pour intérêt de permettre à MM. Blinken et Lavrov de préparer une rencontre entre MM. Biden et Poutine. Tels des joueurs de go déposant leurs premières pierres, l’un a affirmé que l’Arctique est « une zone d’influence légitime », l’autre qu’il faut « éviter une militarisation de l’Arctique »."

Source : Geopragma

LIBERTÉS

Julian Assange : sa détention racontée par son avocate et compagne Stella Morris

"Alors que Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, est toujours incarcéré à la prison britannique de Belmarsh, son avocate et compagne Stella Morris a accordé un entretien à l’Humanité (https://dai.ly/x81qa2k). Elle évoque l’état d’esprit dans lequel se trouve Julian Assange, ainsi que ses conditions de détention. Elle interroge le rôle des USA, pourfendeurs de la liberté d’expression et de presse, qui souhaitent son extradition afin de le juger pour fuite massive de documents confidentiels. Stella Morris questionne particulièrement l'administration Biden, qui n’a, pour l’instant, pas abandonné les poursuites contre Julian Assange."

Source : L'Humanité

Partage de données : les services de renseignement violent la Constitution

"La Quadrature du Net vient de demander au Conseil d’État de saisir le Conseil constitutionnel d’une Question prioritaire de constitutionnalité (QPC) contre une disposition de la loi renseignement, l’article L. 863-2 du code de la sécurité intérieure. Comme le révélait le journal Le Monde il y a près de deux ans, un data-center attenant au siège de la DGSE permet aux services de renseignement d’échanger des données collectées dans le cadre de leurs activités de surveillance, et ce en contournant certaines des garanties inscrites dans la loi renseignement, déjà bien maigres. Ces activités illégales posent de nouveau la question de l’impunité des responsables du renseignement français, et des autorités de contrôle qui les couvrent."

Source : La quadrature du net

RÉFLEXION

Extrêmes droites mutantes en Europe (2014)

"Depuis une trentaine d’années, un peu partout en Europe, les extrêmes droites ont le vent en poupe. Si quelques partis imprègnent leurs diatribes de références néonazies, la plupart cherchent la respectabilité et envahissent le terrain social. Se présentant comme le dernier recours et comme un rempart contre une supposée islamisation de la société, ils poussent à une recomposition des droites."

Source : Le Monde Diplomatique

La valeur du temps, au coeur du grand bouleversement de nos sociétés

"Le temps est le nouvel enjeu de l'appareil technocapitaliste : dans un système où l'on cherche à vendre du "temps de cerveau disponible", à accélérer toujours davantage la diffusion des nouvelles technologies, à développer le modèle "start-up" plus adaptable au changement perpétuel, ce n'est plus le gros qui mange le petit, mais "le rapide qui dévore le lent". L'accélération du temps est ainsi au coeur du bouleversement des relations au sein de nos sociétés. Nous manquons de temps. Au cœur de ce constat, il y a deux grands phénomènes. Le premier est économique. Il a été décrit par Gary Becker. Avec lui, le temps apparaît comme un actif économique, un capital fini amené à devenir de plus en plus rare. Le deuxième est d’ordre sociologique et a été développé par Hartmut Rosa qui propose de relire l’histoire moderne à l’aune du concept d’accélération sociale. Ces deux phénomènes se renforcent l’un l’autre."

Source : SOCIALTER

Dynamiques actuelles d'une lutte de classe mondialisée

"Nous vivons une ère de révolution... Le social et la lutte de classes à un niveau mondial sont en train de formater l'agenda de la planète. Les luttes dans le monde, sur le climat et l'environnement, pour la santé, anti-racistes ou féministes à dimension planétaire ont envahi les rues des pays du monde depuis déjà quelques temps mais depuis 2018 ces luttes sont complétées – et unifiées - par des luttes sociales avec des soulèvements dans 54 pays en 2019, qui malgré le Covid, continuent quand même en 2020 et 2021 et pourraient bien prendre une extension encore plus importante à l'issue de la pandémie."

Source : blog de Jean-marc B

SOCIETÉ

Formations anti-stress au travail : la « pleine conscience » au service du néolibéralisme

"Que faire quand l’hôpital public sature et s’effondre ? Quand les délais de prise en charge du médico-social s’étirent à cause des surcharges de travail et des sous-effectifs ? Des formations « pleine conscience ». Psychologue auprès du personnel d’institutions médico-sociales, j’ai assisté à une de ces sessions de formation."

Source : Frustration Magazine

Nestlé reconnaît dans un document interne que la plupart de ses aliments ne sont pas bons pour la santé

"Cette fuite porte un coup à l'image du géant de l'alimentation. Le groupe suisse Nestlé a affiché lundi 31 mai son intention de modifier sa stratégie concernant ses produits alimentaires, après la publication d'un article du Financial Times (en anglais) rapportant que la majorité de ses produits n'obtiennent pas un score suffisant pour être jugés bons pour la santé dans le système de notation australien semblable au Nutriscore français. Dans une présentation interne diffusée aux cadres dirigeants, vue par le Financial Times, le géant de l'alimentation reconnaît que plus de 60% de ses grands produits de consommation et boissons ne répondent pas à "la définition de santé" et que "certaines de nos catégories ne seront jamais saines", quelle que soit la façon dont le groupe les reformule, rapporte le quotidien britannique des affaires."

Source : France TV Info

ÉCONOMIE

L’allègement de la fiscalité des entreprises stimule-t-elle la croissance ?

"Ces quatre dernières décennies ont été marquées par une tendance à l’allègement de la fiscalité des entreprises à travers le monde. Les gouvernements ont généralement accordé ces baisses d’impôts avec pour objectif affiché de stimuler la croissance économique, mais beaucoup ont critiqué ces mesures fiscales : les détracteurs soulignent qu’elles pourraient ne guère avoir d’effet sur l’activité des entreprises, voire qu’elles pourraient se révéler contre-productives, en contribuant à détériorer les finances publiques et en incitant les gouvernements à réduire certaines de leurs dépenses bénéfiques à la croissance, par exemple leurs investissements dans les infrastructures ou les services publics."

Source : Blog Illusio

Commentaire recommandé

LibEgaFra // 13.06.2021 à 09h23

« Dynamiques actuelles d’une lutte de classe mondialisée  »

Pour qu’il y ait lutte de classes, il faut d’abord qu’il y ait une conscience de classe, ce que les GJ par exemple n’ont pas réussi à acquérir. Ceux qui sont au pouvoir en revanche ont cette conscience de classe qui explique la brutalité de la répression visant à terroriser les manifestants. La grève générale serait le moment de cette prise de conscience. On en est très loin. Hélas.

16 réactions et commentaires

  • LibEgaFra // 13.06.2021 à 09h15

    « il est très probable que le niveau de la mer s’élèvera d’environ 1 mètre d’ici à 2100, selon les scientifiques. »

    C’est pas encore fait, mais rien qu’à l’idée de Miami sous les eaux, enfin un fait qui fermerait le clapet des climatio-négationnistes.

    Mais très triste pour les Bengalais et autres peuples menacés.

      +12

    Alerter
    • Patrick // 14.06.2021 à 07h36

      Ça fait partie des prévisions catastrophistes récurrentes, ça permet de faire peur et de faire passer des taxes et des règlements.
      A noter pour les Bengladesh que ce n’est pas l’eau qui monte vite c’est le sol qui descend. Mais ça personne ne le souligne, ce serait « contre-productif »

        +5

      Alerter
      • Nico // 14.06.2021 à 14h14

        D’accord, donc le trou dans la couche d’ozone ? …

        J’ai mal posé la question. Pourquoi les mêmes scientifiques, avec les mêmes méthodes, qui ont montré le problème potentiellement catastrophique de la dégradation de la couche d’ozone ont été écouté dans ce cas et pourquoi là ça pose un problème ne serait-ce que d’acceptation du danger.

        Peut-être parce-que là, ce n’est pas les CFC le souci, mais le pétrole qui est dans le mains de monopoles extrêmement puissants en termes de moyens financiers et de lobbying, d’influence. Jusqu’à vous convaincre que votre réflexion est libre et indépendante de toute influence ?

          +0

        Alerter
  • LibEgaFra // 13.06.2021 à 09h23

    « Dynamiques actuelles d’une lutte de classe mondialisée  »

    Pour qu’il y ait lutte de classes, il faut d’abord qu’il y ait une conscience de classe, ce que les GJ par exemple n’ont pas réussi à acquérir. Ceux qui sont au pouvoir en revanche ont cette conscience de classe qui explique la brutalité de la répression visant à terroriser les manifestants. La grève générale serait le moment de cette prise de conscience. On en est très loin. Hélas.

      +28

    Alerter
    • pseudo // 13.06.2021 à 10h04

      et du coup les bangladais, devraient ils voir la vaste majorité des exploités d’europe et des états unis comme des bourgeois ou des frères de lutte ? Qui a l’eau courante ? Qui a électricité ? ne meurt pas de faim ? ne vit pas dans l’insalubrité ? Et surtout, qui finance ces politiques destructrice ? Qui achète tous ces objets inutiles qui font les fortunes qui dictent la marche du monde ?

      du coup on va jusqu’où comme ça dans le séparatisme ?

        +3

      Alerter
  • LibEgaFra // 13.06.2021 à 09h34

    « Les luttes dans le monde, sur le climat et l’environnement, pour la santé, anti-racistes ou féministes »

    Ces « luttes » catégorielles au contraire empêchent l’émergence d’une conscience de classe et divisent la société. Elles ne remettent nullement en cause la dictature de la bourgeoisie.

    Pour les énergies fossiles, tout ce qui pourra être extrait du sous-sol le sera. Pompe à taxes très pratique.

    Les référendums suisses de ce jour sont très intéressants: lois sur le CO2, sur les pesticides, sur l’eau propre et sur le renforcement de la police. Tiens, tiens, la bourgeoise veut renforcer sont arsenal policier sous couvert d’anti-terrorisme, comme si la Suisse était menacée. Par son alignement sur l’ue et washington?

      +8

    Alerter
    • Guise // 14.06.2021 à 00h01

      Ces luttes ne sont d’abord pas « catégorielles », ou alors pas plus que celles des ouvriers pour leurs droits.
      Les femmes sont 51%, si leur lutte représente une catégorie c’est celle de la majorité du peuple. Les féministes pourraient vous dire que c’est aux ouvriers de défendre les plus précaires, les femmes, en priorité, avant de compter sur leur soutien. Aucune révolution n’a été faite sans les femmes.

      Vous oubliez, et c’est dommage, que le capitalisme se nourrit du patriarcat et du racisme. Ce sont deux jambes sans lesquelles il n’est rien.
      – les femmes : pour le capitalisme, il faut des esclaves domestiques, pour entretenir le travailleur, pour en produire de nouveaux, les élever à peu près correctement, et tout ça, gratuitement. Et si par hasard elles se hasardent dans le « monde du travail », elles seront bien utiles pour faire pression sur les salaires (le chômage joue aussi ce rôle) : « tu veux être payé correctement, M. Untel ? Ben la porte est là, Mme untelle fera le même boulot pour deux fois moins cher ». Donc ce n’est pas une lutte « catégorielle », c’est le cœur de la lutte.
      – le racisme : Aimé Césaire disait qu’au bout du capitalisme, il y a H (je ne mets pas le nom sinon le message saute mais vous savez, un chancelier allemand qui nourrissait une haine obsessionelle et dont le nom commence par H).

      Le féminisme actuel est né parce que le mouvement hippie a trahi les femmes. La seule place d’une femme dans un mouvement, c’est sur le dos, disaient les hommes. Qui divise ? Ce n’est pas en voulant censurer les problèmes qu’on va faire une unité quelconque.

        +4

      Alerter
    • Patrick // 14.06.2021 à 07h40

      Ces luttes catégorielles ( intersectionnelles !!! ) ont l’immense avantage de diviser la population en autant de communautés qui s’opposent… Diviser pour mieux régner, la recette n’est pas nouvelle.
      Le marxisme culturel est une stratégie des guerres de 5eme génération ( les gouvernements contre les peuples)

        +4

      Alerter
      • Guise // 14.06.2021 à 23h11

        « intesectionnelle », mot qui ne fait pas consensus. D’ailleurs les féministes sérieuses l’évitent (Christine Delphy).
        Je le trouve mauvais, il crée de la « nuance » stérile, là où le féminisme a défini le problème : le patriarcat, où l’anti-racisme a bien défini le problème : le racisme. Mais vous devez connaître le problème : le féminisme est un mouvement que le libéralisme essaie de torpiller, et ces temps-ci c’est de l’intérieur, en lançant des concepts foireux comme l’intersectionnalité. Pire, essentialisant, le transgenrisme, bête, l’esotérisme, en s’appuyant abusivement sur le passé de la chasse aux sorcières. C’est aussi mauvais que si on disait que la gauche doit son action dissocier entre cadres et ouvriers, parce que les uns seraient quand même mieux lotis que les autres. Je ne vais pas défendre ce mot.

        Prenez le problème autrement, est-ce que vous pensez qu’une alliance politique peut être sérieusement proposée entre deux courants politiques, avec comme présupposé l’abandon sans condition, par l’un d’eux, de toutes ses revendications ? Historiquement, le féminisme « moderne » naît de cette trahison des femmes par la gauche (hippie). C’est ce constat amène un féminisme distinct. Je vous conseille la lecture de Dworkin, Femmes de droite. En essayant de comprendre pourquoi il y a des femmes de droite, elle constate : la gauche a trahi les femmes, elle leur propose une société pornifiée. Donc certaines vont se réfugier dans les valeurs de droite, où elles ne seront l’esclave que d’un homme, et elles auront au moins la valeur d’être mère.

          +2

        Alerter
        • Patrick // 15.06.2021 à 08h49

          « elles auront au moins la valeur d’être mère »
          eh oui , n’oublions pas que la société occidentale traditionnelle est profondément matriarcale car basée sur la famille dont le centre est la mère. L’homme n’étant au fond qu’un approvisionneur en allant se crever aux champs ou au fond de la mine.
          Le féminisme moderne et le libéralisme , en cassant ces codes , ont libéré l’homme de cette contrainte. Il reste aux féministes à hurler contre le patriarcat , et aux mâles blancs libéraux à profiter de cette aubaine.

            +1

          Alerter
          • Guise // 16.06.2021 à 00h33

            La société occidentale est fondée sur un patriarcat. On pourrait remplir des pages de messages avec les données, chiffrées, qui le montrent, mais ça n’est pas le lieu.
            Vous dites que l’homme était un « approvisionneur » : non. Il est bien esclave, mais pour le capitalisme. La seule personne qu’il approvisionne, c’est son patron et son logeur. « Sa » femme, c’est son bétail. Est-ce qu’on dirait d’un paysan qu’il entretient ses bêtes ? C’est plutôt ses bêtes qui lui permettent de vivre.

            Ce n’est pas le « féminisme moderne » qui a libéré les hommes blancs libéraux. C’est au contraire le capitalisme néo-libéral qui les a favorisé, pour en faire des soutiens contre les 51%. Pour ça, il a alourdit le sort de certaines ethnies et des femmes, de plus en plus, jusqu’au XIXe siècle. Si les femmes sont mieux traitées, c’est grâce à 1945 et au communisme. Le capitalisme cherche à y revenir.
            Le « féminisme » ne sert pas les hommes blancs libéraux : c’est une confusion. Les capitalistes cherchent à instrumentaliser le féminisme pour le rendre inoffensif. Ça donne le « féminisme libéral » qui, comme vous l’avez bien vu, renforce les violences : pro-prostitution, pro-transgenrisme, pro-GPA… La preuve, c’est le seul « féminisme » qui a droit de parole dans les médias des riches. Comme les médias sélectionnent les gens de gauche avant de les inviter, en ne gardant que les plus mauvais, les plus médiocres, à croire que c’est pour discréditer la gauche qu’ils sont choisis. Comme les féministes admises médiatiquement sont libérales compatibles : fausses féministes, mais vraies femmes de droite.

              +1

            Alerter
  • Jean // 13.06.2021 à 10h07

    Covid-19 : un rapport du Sénat préconise la collecte de données personnelles pour prévenir les crises sanitaires.

    « Nous proposons simplement qu’en cas de crise il y ait cette interopérabilité qui permette de cibler les personnes vulnérables, prendre des mesures qui les concernent et qui évitent des mesures de confinement global, qui protègent beaucoup mieux et qui fait qu’au global on aurait moins de morts », détaille le sénateur. »(…)
    « Les rapporteurs imaginent ainsi plusieurs scénarii selon l’ampleur de l’épidémie : des outils d’information et de coordination face à une crise « modérée », des outils de rappel à l’ordre (type envoi d’un SMS) en cas de situation plus grave, et des mesures plus fortes pour les cas extrêmes, avec par exemple la désactivation du titre de transport ou des comptes bancaires d’une personne qui violerait la quarantaine. »

    Source : https://www.publicsenat.fr/article/societe/covid-19-un-rapport-du-senat-preconise-la-collecte-de-donnees-personnelles-pour

    Le monde dans lequel les zombies désirent vivre ressemblera de plus en plus à une cage. Pourront-ils encore s’indigner de ne plus pouvoir en sortir ?

      +12

    Alerter
    • Sandrine // 13.06.2021 à 17h53

      Nous nous souvenons avec émotion des quelques rares français qui se sont dressés contre l’infamie dès 1940 et nous nous imaginons que, c’est certain, nous leur ressemblons.
      Ah! Comme je les haïs ces collabos, si nombreux, hier comme aujourd’hui, ceux qui se cachent derrière un prétendu «consensus des experts » pour éviter de voir l’étendue de leur lâcheté.
      Et bien ! qu’ils les mettent en œuvre leurs représailles ( blocage d’accès aux comptes bancaires pour non respect de quarantaine aujourd’hui , puis demain de l’obligation de faire se faire vacciner – un état indien propose déjà de bloquer la carte SIM des personnes qui refusent de se faire vacciner donc vous verrez qu’on y viendra…). Ce sera l’alarme.

        +11

      Alerter
    • Guéguen // 13.06.2021 à 21h48

      « on peut constater qu’à chaque fois que les données étaient utilisées de manière suffisamment intrusives la crise a été plus courte »,
      « Le Sénat étant très attaché aux libertés individuelles, nous nous sommes demandé s’il ne valait pas mieux d’une manière graduée utiliser des données ciblées courtes dans le temps ; par exemple si l’on confine plutôt, sur la base de données, une petite partie de la population plutôt que l’intégralité. »
      Rien que des avantages, donc ! Quel marketing !

      Il est certain que l’idée de « jouer plus numérique et plus centralisé » est dans l’air, et pas seulement chez ces sénateurs.
      N’oublions pas que c’était, dès le milieu du XXème siècle, le but des idéologues d’un cybermonde, que nous commençons seulement d’entrevoir de nos jours.
      Mais où diable se prépare la réplique politique à ce sujet ?
      Et …quelle serait-elle, cette réplique ? Nous sommes déjà bien emberlificotés dans la toile (d’araignée), non ?

        +2

      Alerter
  • pseudo // 13.06.2021 à 10h55

    https://www.socialter.fr/article/la-valeur-du-temps-au-coeur-du-grand-bouleversement-de-nos-societes-1

    c’est donner trop de valeur au temps. il me semble qu’on assiste à plusieurs phénomènes qui impactent la perception du temps. 1/ Il est de plus en difficile de créer de la richesse, donc besoin de plus d’investissement en temps/argent pour un résultat similaire aux antécédents. 2/ Nous devenons des produits (le temps de cerveau disponible), et donc, le temps que nous ne dépensons pas à produire, nous le dépensons à être consommer, ou a consommer. Donc sentiment de perte de temps, de temps qui coule plus vite, car nous répondons à plus d’exigences. 3/ Nos attentes du systèmes de consommation sont bien plus élevés que par le passé. Les premières voitures n’avaient ni clim, ni abs, ni vitre assistées etc Pour obtenir le même niveau de satisfaction il faut dépenser beaucoup plus de temps. 4/ Le progrès technologique en étendant l’offre des services et des besoins à l’infini détruit la biosphère dont il se nourrit, rendant d’autant plus coûteux la création et production de nouveaux besoins et services, nécessitant donc plus de création de richesses, retour 1/. c’est circulaire.

    L’économie du temps est un stigmate d’un mal plus général.

    ** en vrac, on pourrait rajouter que la machinisation à réduit les temps de production, donc créé un effet de réduction de celui ci. Hors nous sommes désormais accoutumés à cette accélération sans que de nouveaux progrès technologique ne permettent de continuer ce sentiment de réduction du temps. ce qui impacte d’autant plus notre perception de ralentissement de celui ci c’est ce double effet d’accoutumance et d’incapacité d’accélérer.

      +3

    Alerter
  • Touriste // 13.06.2021 à 12h33

    « Nestlé reconnaît dans un document interne que la plupart de ses aliments ne sont pas bons pour la santé »
    Et
    « Cette fuite porte un coup à l’image du géant de l’alimentation. »
    Bah, non : cette fuite ne lui portera, au pire, qu’une pichenette et le type ou la nana à l’origine de la fuite sera identifié, viré et blacklisté pour retrouver un boulot autre que technicien de surface. Point.
    Les articles précédents concernant la privatisation des sources d’eau potable et l’absence de maintenance des puits africains creusés lors de campagnes publicit…heu… humanitaires sont restés lettres mortes.
    Parce que NesLaid possède une force de frappe capable de faire trembler n’importe quel chef de rédaction de n’importe quel groupe de télé, de radio ou de presse écrite : l’achat d’espace publicitaire ou plutôt la menace de non-achat.
    C’est pourquoi cet article ne fera jamais partie d’une série sur le sujet dans le « Temps Financier » et n’aura jamais aucun écho ailleurs, autre qu’un sujet de quelques lignes ou de quelques secondes ; mis à part sur les média alternatifs lus ou écoutés par quelques dizaines de milliers de personnes en France et déjà convaincus. Et rajoutons un zéro pour dénombrer l’audience mondiale.

      +5

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications