Les Crises Les Crises
19.septembre.202019.9.2020 // Les Crises

Toronto : Quand la Covid-19 touche d’abord les plus pauvres

Merci 52
J'envoie

Source : Press Reader, Rachel Mendleson

Traduit par les lecteur du site Les Crises

Des données récemment publiées montrent comment le virus s’est répandu dans la ville de Toronto, avant de s’emparer des populations les plus pauvres. Les autorités ont souligné que « nous étions tous dans le même bateau ». Mais pour certains quartiers de la ville, ce n’est pas vrai…

Toronto est sous l’emprise de la Covid-19 depuis plus de six mois, bien que cela puisse sembler une éternité. Le chemin du virus est vraiment sinueux : presque chaque mois a apporté un nouveau bouleversement.

En juillet, le service de santé publique de Toronto (TPH) a publié un important ensemble de données : un catalogue de tous les cas signalés dans la ville depuis le premier cas connu fin janvier, soit environ 15 300 au total. Les données d’identification ont été supprimées pour protéger la vie privée, mais chaque cas comprend la tranche d’âge de la personne, son quartier et la source d’infection ; si elle a été hospitalisée, en soins intensifs ou intubée ; si elle s’est rétablie, si elle lutte encore contre l’infection, et plus encore.

Vous croyez peut-être connaître l’histoire de COVID-19 et de Toronto. Mais l’ensemble de données, que le TPH dit avoir publié dans un souci de transparence, contient des révélations sur la façon dont le virus s’est glissé dans Toronto et a pris pied avant de s’attaquer aux résidents et aux quartiers les plus vulnérables. L’analyse de cette mine d’informations par le Star raconte l’histoire inédite de la première vague de l’épidémie – un cauchemar que certains craignent de voir se répéter, si les leçons de ce premier chapitre restent lettre morte.

Le voyage

Chine. Iran. Italie. Dans les premiers jours de la pandémie – lorsque les voyageurs infectés représentaient encore la plus grande menace – ces pays ont suscité des réactions alarmistes, déclenché des conseils aux voyageurs et influencé les personnes qui ont subi le test COVID.

Trois pays ont en effet été responsables de la majorité des premiers cas de voyage à Toronto.

Mais ce n’était pas nécessairement les pays que tout le monde avait supposés au départ. Le premier pays responsable des premières infections de voyageurs était plutôt les États-Unis. Les voyageurs en provenance des États-Unis ont représenté 37 % des cas de voyage à Toronto entre janvier et mars, soit 106 personnes. Pendant les semaines qui ont précédé la fermeture de la frontière, les États-Unis ont constitué la plus grande menace de COVID liée aux voyages.

Le Royaume-Uni a été le deuxième contributeur le plus important, avec 14 % des cas de voyage. Cinq pour cent provenaient de l’Iran. Les infections provenant de toutes les autres destinations, y compris la Chine et l’Italie, ont eu moins de cinq cas chacune au cours de ces trois premiers mois.

« Les autres pays, y compris le sud du pays (et le Royaume-Uni), n’étaient pas dans notre zone de détection des taux élevés de COVID », a déclaré la Dre Vinita Dubey, médecin hygiéniste adjointe au service de santé publique de Toronto. « Nous savons maintenant que les personnes qui sont allées là-bas et qui en sont revenues – ou les voyageurs qui sont venus de ces endroits – ont en fait joué un grand rôle ».

Autre tendance cachée : qui étaient ces premiers voyageurs, et où vivaient-ils ? L’analyse du Star montre qu’un point chaud du centre-ville émergeait déjà silencieusement au moment où les mesures de confinement ont commencé à la mi-mars, le quartier connu sous le nom de « Waterfront Communities-Toronto Island ».

Il comprend des zones comme le Distillery District et les îles de Toronto. Mais la plus grande partie de cette communauté est coincée dans une bande concentrée entre le lac Ontario et Queen Street, y compris le quartier de divertissement King West et les copropriétés CityPlace. Le quartier de Waterfront est jeune et en pleine expansion, en particulier avec des personnes dans la vingtaine et la trentaine.

L’examen des données démographiques sur les infections dues aux voyages dans le Waterfront remet en question les hypothèses initiales selon lesquelles les voyageurs à risque rendaient visite à des amis et à des parents au retour de pays comme l’Iran ou la Chine, a déclaré M. Dubey.

Dans le Waterfront, 71 % des personnes qui ont été infectées lors d’un voyage ont moins de 40 ans.

Ces jeunes voyageurs suivaient les instructions du Premier ministre. La semaine précédant le congé de mars, le premier ministre Doug Ford a exhorté les Ontariens à « partir, s’amuser ». Au cours des deux semaines suivantes, 16 cas de COVID liés à des voyages allaient apparaître dans le Waterfront, soit le nombre le plus élevé parmi les quartiers de Toronto.

À ce jour, plus de quatre mois après la déclaration de la pandémie, le Waterfront est la ville qui compte le plus grand nombre de cas liés aux voyages, et le cinquième plus grand nombre de cas liés aux voyages. (Le taux le plus élevé, qui tient compte de la taille de la population, se trouve dans les quartiers aisés de Bridle Path-Sunnybrook-York Mills).

Le quartier de Waterfront est le plus peuplé de la ville, avec plus de 65 900 personnes au recensement de 2016, il n’est donc peut-être pas surprenant d’y trouver de nombreux cas de voyage. M. Dubey met en garde contre le fait que le nombre de cas de voyage dans le quartier Waterfront est peut-être davantage lié au comportement.

« Est-ce lié à leur âge, car ils sont plus jeunes et plus susceptibles de voyager ? Est-ce parce qu’ils sont plus jeunes et plus susceptibles de se livrer à certaines activités ? demande-t-elle. « Il est très difficile de répondre à cette question. »

On ne sait pas très bien quel rôle ces jeunes voyageurs du centre-ville ont joué dans l’épidémie globale de la ville. En mars, chaque cas de COVID entraînait en moyenne 3,5 nouvelles infections, selon M. Dubey.

Le Waterfront a perdu de son importance en tant que point chaud lorsque les voyages ont cessé d’être la principale source d’infection dans la ville. Le fardeau de la COVID s’est déplacé du centre ville prospère vers les zones plus pauvres en périphérie de Toronto.

Propagation communautaire aux États-Unis fin février, des cas de COVID ont commencé à apparaître chez les Américains qui n’ont pas voyagé ou qui n’ont pas été en contact avec des voyageurs : un signe inquiétant. De tels cas, sans lien épidémiologique, indiquent que le virus se propage localement, via des chaînes de transmission non identifiées.

À Toronto, les journalistes ont commencé à demander si la ville avait enregistré l’un de ces cas « communautaires ». Le docteur Eileen de Villa, médecin hygiéniste de Toronto, a promis d’informer les habitants s’il y en avait.

Le 6 mars, de Villa a déclaré : « actuellement, il n’y a aucune preuve de transmission locale ». Le 12 mars : « Nous ne voyons toujours pas de preuve confirmée de transmission locale. »

Mais le 16 mars, elle a annoncé la nouvelle. Toronto avait vu une recrudescence de cas, « dont certains ne sont pas reliés, et indiquent donc une transmission communautaire. »

La santé publique ne peut agir que sur les cas dont elle a connaissance. De Villa a informé le public très rapidement après avoir été averti : les deux premiers cas ayant une source d’infection « communautaire » signalés à la santé publique de Toronto ont été enregistrés les 12 et 13 mars ; les enquêteurs auraient mis un certain temps à écarter d’autres sources. Le TPH a appris l’existence de quatre autres cas communautaires le 16 mars, le jour où de Villa a confirmé la transmission locale. À l’insu de la direction de la santé publique, la situation était cependant bien plus grave. Le jour de la Saint-Valentin, un mois avant l’annonce de de Villa, une femme d’une trentaine d’années de Trinity-Bellwoods a commencé à présenter des symptômes. Son cas, finalement attribué à une propagation communautaire, n’a été signalé au TPH que le 24 mars, une semaine après les propos de M. de Villa.

Au total, la ville comptait déjà près de 50 cas qui seraient finalement attribués à une propagation communautaire mais qui n’ont été signalés à la santé publique que des jours, des semaines et parfois des mois après l’annonce de de Villa.

Les délais entre l’apparition de ces cas clés et le moment où ils ont été signalés à la santé publique étaient parfois très longs. Peu après l’affaire Trinity-Bellwoods, un homme d’une quarantaine d’années à Humbermede et un homme d’une cinquantaine d’années à Princess-Rosethorn ont attrapé la COVID-19 dans la localité. Ces cas n’ont pas été signalés avant le 6 avril et le 29 mai, respectivement.

La santé publique utilise un terme appelé « date de l’épisode » pour estimer le moment où une infection a été contractée. Si la date d’apparition des symptômes est connue – et elle n’est pas toujours évidente – la date de l’épisode s’y réfère. Lorsqu’une date estimée d’apparition n’est pas disponible, les enquêteurs la remplacent le jour où la personne a été examinée ; lorsque cette date n’est pas connue, ils utilisent le jour où le cas a été signalé à la santé publique.

Pour tous les cas signalés au TPH, l’écart entre la date de l’épisode et la date de signalement s’est réduit au fil du temps. Début mars, la moyenne était de près de 14 jours ; début juillet, de quatre jours seulement. (Ces moyennes excluent les cas avec un écart de zéro jour, dans lesquels la date déclarée a été utilisée pour la date de l’épisode).

Selon M. Dubey, les retards dans la déclaration des cas à la santé publique peuvent avoir plusieurs causes. Les données du TPH de la fin mai suggèrent qu’il s’écoule en moyenne près de cinq jours entre le moment où une personne présente des symptômes et celui où elle se fait tester. Et au cours de ces premiers mois, la province a également restreint les tests de manière très stricte.

Les délais d’exécution des laboratoires ont certainement joué un rôle. M. Dubey a fait remarquer qu’en février et mars, une pénurie de matériel d’essai et un engorgement des laboratoires ont entraîné de longs retards. « Ces retards dans les rapports de laboratoire sont des retards dans le suivi de notre dossier et des contacts ».

Confinement Quand le COVID s’est emparé de la ville à la mi-mars, les fonctionnaires ont brusquement fermé les écoles et les entreprises non essentielles. Ils ont dit à tous ceux qui pouvaient le faire de rester chez eux. Le message était un message d’unité : « Nous sommes tous dans le même bateau. »

Ce n’était pas vrai. Le verrouillage a protégé les quartiers les plus riches et les plus blancs de Toronto, mais pas les plus pauvres et les plus racialisés.

Dans les 20 quartiers les plus blancs et les plus riches de Toronto – où le pourcentage de minorités visibles et de résidents de ménages à faible revenu est le plus faible, selon le recensement de 2016 – les fermetures généralisées ont eu un effet immédiat et durable. Presque instantanément, leur courbe s’est aplatie.

Mais pour les 20 quartiers les plus pauvres et les plus racialisés – avec les pourcentages les plus élevés de résidents de minorités visibles et de personnes à faible revenu – la fermeture n’a fait que peu ou pas de différence. Les cas ont continué à augmenter, et n’ont pas commencé à diminuer pendant deux mois.

Quatre Canadiens sur dix ont un travail qui peut être effectué depuis leur domicile selon Statistiques Canada. La probabilité d’occuper un tel emploi est partagée de manière inégale : les membres des ménages à faible revenu sont beaucoup moins susceptibles de pouvoir travailler à domicile que les ménages à revenu élevé (Et les minorités visibles sont plus susceptibles d’être des travailleurs à faible revenu, selon d’autres recherches).

Ainsi, la fermeture d’entreprises non essentielles était plus susceptible d’avoir l’un des deux impacts terribles pour les travailleurs pauvres : les résidents étaient plus exposés à la perte de leur emploi ; ou plus susceptibles de devoir quitter leur domicile pour continuer à travailler dans des entreprises « essentielles » pendant toute la durée de la fermeture, et de faire face à ce risque d’exposition.

Les données du TPH publiées jeudi confirment la terrible inégalité de la pandémie. L’analyse de ces données, recueillies du 20 mai au 16 juillet, comporte des limites, notamment le fait que 27 % des cas n’ont pas communiqué d’informations sociodémographiques, en particulier ceux qui ont été gravement malades à l’hôpital, et que le nombre de cas reflète des préjugés quant aux personnes ayant accès aux tests.

Néanmoins, les résultats sont frappants. Alors que 48 % de la ville est blanche, seulement 17 % des cas COVID le sont ; alors que 52 % de la ville appartient à une minorité visible, elle représente 83 % des cas COVID. Les personnes faisant partie de ménages à faible revenu représentent plus de la moitié des cas de cette période, mais moins d’un tiers de la composition globale de la ville.

Foyers d’épidémie Le 31 mars, l’épidémiologiste Amy Greer a diffusé un tweet de colère : « Quel genre de muppet show sommes-nous en train de faire ? Je suis sans voix à ce sujet ». Mme Greer, professeur à l’université de Guelph, n’était pas la seule experte en santé à réagir avec incrédulité à une déclaration faite ce jour-là par le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr David Williams.

Williams a déclaré que les travailleurs de la santé dans les maisons de soins de longue durée n’avaient pas besoin de porter régulièrement des équipements de protection individuelle, tels que des masques, à moins que leur établissement ne connaisse une épidémie de COVID. Il a affirmé que les mesures de santé publique déjà mises en œuvre, telles que le dépistage du personnel et la mise en quarantaine de ceux qui ont récemment voyagé, permettraient d’assurer la sécurité des résidents et du personnel.

Il est impossible de dire à quel point cette politique est responsable de l’horreur qui a suivi.

Le jour où Williams a fait cette déclaration, dix foyers de soins de longue durée en Ontario avaient signalé une épidémie. Au moment où il a fait marche arrière huit jours plus tard et a ordonné le port du masque obligatoire pour le personnel de ces établissements, 58 centres de soins de longue durée étaient en proie à une épidémie. Depuis cette semaine, plus de 325 foyers de soins de longue durée ont une épidémie active ou résorbée.

Huit membres du personnel des centres de soins sont décédés, ainsi que plus de 1 800 résidents.

Environ 75 de ces foyers de maladies infectieuses se trouvent à Toronto. Lorsque l’on dresse la carte des cas associés à l’épidémie – qui, selon la définition du service de santé, comprennent les cas dans les foyers de centre de soins ainsi que dans les maisons de retraite, les hôpitaux, les refuges et autres – cette phase brutale de la pandémie s’intensifie rapidement dans le quartier d’Islington-City Centre Ouest. Les données de la santé publique de Toronto de la fin mai suggèrent qu’il s’écoule en moyenne près de cinq jours entre le moment où une personne présente des symptômes et celui où elle se fait tester. Et au cours de ces premiers mois, la province a également limité les tests à la périphérie ouest d’Etobicoke. C’est là que se trouve le centre de soins d’Eatonville, un établissement de 247 lits, où 184 résidents ont été infectés et 43 sont morts.

Deux quartiers de Scarborough, Rouge et Morningside, suivent de près.

Ces quartiers abritent le centre de soins Altamont et Seven Oaks, où respectivement 53 et 41 résidents sont décédés.

À la fin avril, les militaires ont été déployés à Eatonville, Altamont, Hawthorne Place et Downsview Long-Term Care Centre à North York, ainsi que dans trois autres maisons de soins de longue durée de la région du Grand Toronto.

Le mois suivant, un rapport des forces armées a déclaré que le personnel d’Eatonville ne pouvait pas accéder aux fournitures essentielles, y compris les lingettes, parce qu’elles étaient enfermées ; et a cité une « culture générale de peur d’utiliser des fournitures parce qu’elles coûtent de l’argent », comme les blouses et les gants. À Altamont, l’équipe militaire a soulevé les problèmes de mauvaises pratiques de prévention et de contrôle des infections auprès de la direction de l’établissement, après quoi « le personnel a indiqué qu’il remédierait à ces lacunes ».

Mais si les maisons de retraite et de soins de longue durée de Toronto sont plus densément concentrées dans le centre-ville que dans les quartiers périphériques, la carte de tous les cas associés à l’épidémie est à l’opposé, avec des régions comme le nord-ouest de la ville qui se dévoilent. Les raisons de cette situation ne sont pas tout à fait claires : les foyers où se sont déclarés de graves épidémies sont dispersés dans toute la ville.

Mais cela pourrait s’expliquer en partie par le fait que le personnel de centres de soins de longue durée infecté qui travaille dans un établissement en cas d’épidémie est enregistré par son adresse personnelle et non par son adresse professionnelle.

Certains des quartiers les plus touchés de Toronto par les cas sporadiques (non épidémiques) présentent également les pourcentages les plus élevés d' »aides-infirmiers, d’aides-soignants et d’associés aux services aux patients » – une classification de Statistiques Canada qui inclut les aides-soignants et autres personnels des maisons de soins. (À Toronto, les immigrants représentent 79 % de ce groupe professionnel)

Sans plus de données, il est difficile de dire quel rôle le « feu de forêt » des foyers de soins a joué dans l’épidémie plus importante de Toronto.

Un autre lien est que ces épidémies ont immobilisé les ressources de dépistage pendant des mois ; la province n’a commencé à autoriser tout résident qui le souhaitait à passer un test que le 25 mai, après avoir fait pression pour que tous les employés et résidents des établissements passent un test. La courbe des cas sporadiques de la ville a entamé une trajectoire descendante soutenue cinq semaines après que la courbe des cas associés aux épidémies ait fait de même.

Le quartier le plus touché de Toronto

Début avril, la question devenait urgente : certains groupes minoritaires, en particulier les communautés noires, sont-ils plus exposés à la pandémie ? Les données COVID basées sur la race seraient essentielles pour répondre à cette question. Mais le 10 avril, lorsqu’on lui a demandé s’il allait recueillir ces informations, M. Williams a écarté cette idée.

« Au Canada, nous ne collectons pas les cas désignés par leur race à moins qu’il n’y ait certains facteurs de risque », a déclaré le médecin hygiéniste en chef de la province aux journalistes.

Au moment où il s’exprimait, le coronavirus se répandait déjà de manière mortelle dans le coin nord-ouest de Toronto, l’une des zones les plus racialisées et historiquement marginalisées. Cette semaine-là, Mount Olive-Silverstone Jamestown, l’un des quartiers les plus noirs de Toronto, a vu plus de gens tomber malades à cause du COVID que tout autre quartier de Toronto. La semaine suivante a vu des pics dans deux autres quartiers du nord-ouest, dont la communauté Jane-Finch.

Le 6 mai, lorsque M. Williams a fait marche arrière sur la question des données racialisées, le secteur nord-ouest était déjà la région la plus touchée de Toronto.

Les données publiées jeudi par le TPH révèlent que les Noirs représentent le plus grand pourcentage du total des cas, soit 21 %, et que les Latino-américains ont les taux d’infection les plus élevés, soit 481 cas pour 100 000 personnes.

Les 19 quartiers présentant les taux d’infection les plus élevés de Toronto sont tous situés dans le nord-ouest, où vivent certaines des plus grandes communautés noires et latino-américaines de la ville.

Le premier cas documenté de la région est celui de l’homme d’une quarantaine d’années de Humbermede, qui est le deuxième cas d’infection communautaire dans la ville. Il a développé les symptômes le 1er mars, mais le cas n’a été signalé à la santé publique que le 6 avril.

Lors des deux dernières semaines de mars, les nouveaux cas ont commencé à se multiplier dans deux quartiers du nord-ouest de la ville, qui présentent aujourd’hui des taux d’infection parmi les plus élevés de la ville : Downsview-Roding-CFB – qui a enregistré le plus grand nombre de cas hebdomadaires pendant une grande partie du mois d’avril – et West HumberClairville, dans le nord d’Etobicoke, qui compte actuellement le plus grand nombre d’infections liées à des établissements de santé comme les cabinets médicaux ou les centres de dialyse.

Une semaine après la fête des mères, dont certains craignaient qu’elle ne provoque une augmentation des cas, la courbe épidémique des cas communautaires à Toronto a finalement atteint son point culminant et a commencé à décroître.

Mais un quartier du nord-ouest ne s’est pas inscrit dans la dynamique gagnante. À Mount Olive-Silverstone-Jamestown, les cas ont continué à grimper pendant deux semaines avant d’atteindre un pic. Pendant ce temps, plus de 100 habitants de Mount Olive ont été infectés.

On ne sait pas très bien dans quelle mesure ces chiffres sont liés à l’accès aux tests.

Mais aujourd’hui, Mount Olive a le taux d’infection le plus élevé de tous les quartiers – 1 308 cas pour 100 000 personnes. Mount Olive, grossièrement bordé par Steeles Avenue, la rivière Humber et Martin Grove Road, est le quartier du nord-ouest avec la plus forte concentration de minorités visibles et l’une des zones les plus défavorisées de la ville.

De nombreux résidents n’auraient pas eu le luxe de travailler chez eux ; Mount Olive compte la plus forte proportion de personnes travaillant comme caissiers, chauffeurs de camion et ouvriers dans la fabrication de plastiques. Beaucoup d’entre eux ont été considérés comme « essentiels » pendant le confinement.

En même temps, Mount Olive possède également certains des habitats les plus surpeuplés de la ville.

En effet, les données du TPH montrent que Mount Olive a le taux le plus élevé d’infections COVID liées à un « contact étroit » – une catégorie souvent attribuée lorsqu’une personne est infectée par un membre du foyer.

À la date de vendredi, 431 personnes vivant à Mount Olive avaient été infectées. En comparaison, The Beaches a le taux d’infection le plus bas de Toronto, et c’est la troisième communauté la plus blanche. À ce jour, elle a connu 13 cas.

La COVID chez les enfants

Une importante question reste sans réponse, même avec six mois de données sur chaque cas confirmé à Toronto : comment les enfants sont-ils affectés et quel rôle jouent-ils dans la propagation de la COVID ?

Cette question devient de plus en plus urgente à mesure que les jours diminuent et que la rentrée approche. Pour Mme Dubey, qui exploite les données de la ville, c’est une priorité, surtout maintenant que les infections se manifestent davantage chez les jeunes.

« L’une des tendances que nous observons est que de plus en plus d’enfants contractent la COVID, mais cela pourrait être lié à la multiplication des tests sur les enfants. C’est difficile à savoir », a-t-elle déclaré. « Je pense que c’est une tendance que nous devons prendre en compte pour l’avenir, surtout lorsque nous parlons de la réouverture des écoles ».

Les fermetures d’écoles ont probablement joué un rôle majeur dans la réduction des infections chez les personnes de 19 ans et moins. Le fait que les enfants ont tendance à avoir une maladie légère ou asymptomatique – associé à une aversion parentale à soumettre les jeunes enfants à des prélèvements nasopharyngés – signifie qu’ils avaient probablement moins de chances d’être testés également.

Pourtant, des centaines d’enfants et d’adolescents ont été testés positifs au COVID à Toronto. Le premier cas confirmé chez les moins de 19 ans a été signalé le 11 mars, alors que les familles se préparaient pour les vacances de mars. La jeune fille du quartier de Dovercourt-Wallace Emerson Junction a été infectée lors d’un voyage et s’est rétablie après une hospitalisation.

Depuis, on a enregistré 963 cas supplémentaires chez des enfants ou des adolescents, la plupart ayant été contractés par un contact direct avec un autre cas confirmé. Et les quartiers les plus infectés dans cette tranche d’âge se trouvent également dans le coin nord-ouest, où six communautés ont connu plus de 33 cas.

Le quartier le plus infecté, Downsview, en a eu 69. Les quartiers où les enfants sont le plus touchés se trouvent également dans le secteur nord-ouest, où six quartiers ont eu plus de 30 cas chacun.

Quatorze enfants ont été hospitalisés à Toronto, trois dans l’unité de soins intensifs et un a été intubé.

Un décès infantile a été enregistré, un enfant de moins de 10 ans de le quartier de l’Annex dont l’infection a été contractée dans un cadre institutionnel. Le TPH a déclaré à l’époque que la COVID n’en était peut-être pas la cause, mais le coroner en chef de l’Ontario mène une enquête.

Ce qui va se passer ensuite avec les enfants fait l’objet d’intenses discussions. Les épidémiologistes et les pédiatres ont des idées différentes – parfois radicalement différentes – sur la façon dont la réouverture des écoles affectera l’épidémie de Toronto, qui est en rémission.

M. Dubey a fait remarquer que les rebondissements du COVID ont été profondément influencés par les mesures de santé publique. La forme et l’ampleur d’une éventuelle deuxième vague et de ce qu’il adviendra de la courbe des cas de 19 ans et moins dépendront en grande partie de ce que décideront les responsables politiques.

« Nous réfléchissons assurément sur les tendances observées lors de la première vague », a-t-elle déclaré. « Mais une fois de plus, nous avons vu la COVID et sa transmission dans notre ville changer, même seulement de février à aujourd’hui. Et nous ne pouvons donc pas vraiment prédire l’avenir ».

La province n’a commencé à autoriser les personnes qui le souhaitaient à passer un test qu’à la fin mai, après avoir fait pression pour que tous les travailleurs et résidents des établissements de soins de longue durée passent un test.

Traduit par les lecteur du site Les Crises

Source : Press Reader, Rachel Mendleson

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 19.09.2020 à 14h51

On notera que pendant le confinement ceux qui ne sont rien ont continué à faire fonctionner les pays sans qu’on leur donne les vrais moyens de se protéger finissant par en payer le prix et les gouvernements s’en fichaient et que maintenant ils peuvent se prendre une amende voir perdre leur emploi si ils ne se protègent pas ce monde est devenu fou.

10 réactions et commentaires

  • Cotyle // 19.09.2020 à 09h14

    Toujours la même histoire (qui est réelle mais alarmiste) avec :
    – Des graphes dont l’échelle permet de dessiner des pics très raids et inquiétants.
    – Jamais de graphes sur plusieurs années concernant les décès (pour comparer … Première chose à faire si on veut informer !).
    – Des cas « d’infections » …mais peu de malades ni de décès ( si on compare aux années passées).
    – On oublie toujours de préciser que les décès sont hélas des personnes à forte morbidité (l’espérance de vie pour ces personnes qui décèdent n’a augmenté que de 0,4 %)(elles nous ont donc quitté 5 mois trop tôt par rapport à ce qui était statistiquement prévu)
    – Enfin, la ligne éditoriale de « Les Crises » est aujourd’hui très claire : Il y a eu des manifestations anti-masques au Canada et en Allemagne…devinez sur quel pays portera la prochaine étude ?
    Merci de continuer à nous informer mais en indiquant aussi les données mentionnées ci-dessous (De toute manière, le lecteur de « Les Crises » est une personne qui s’informe par elle-même…)

      +19

    Alerter
    • LS // 19.09.2020 à 09h33

      Je ne vous suit pas en ce qui concerne la perte d’espérance de vie, ni sur votre procès d’intention qui vise « les crises ».
      Cette réduction est généralement estimé à 10/15 ans en moyenne pour les décès par COVID en france. Je vous renvoie aux posts précédents sur ce site.

        +5

      Alerter
  • LS // 19.09.2020 à 09h27

    Ce qui me frappe dans ce texte est annexe au sujet du COVID19.

    Il s’agit de la mise sur un pied d’égalité (causal) des inégalités sociales et raciales. Ce n’est pas une critique du texte lui-même qui ne fait que refléter (et se soumettre) à l’ambiance médiatique habituelle. Cette mise en parallèle est une façon de ne pas entrée dans les polémiques stériles : OK.

    Mais on sait, d’après un grand nombre d’études socio-économiques multidimensionnelles, que les causes sociales sont prépondérantes même si elles ne réduisent pas à zéro les causes raciales. (Je choisis les mots social et racial à dessein pour radicaliser mon propos).

    Je trouve pénible ce style qui confine au refoulement du social.

      +8

    Alerter
  • Pierre Darras // 19.09.2020 à 09h30

    Mouai.
    Pas besoin de graphes et d’études pour déterminer qu’une épidémie, quelles qu’elles soient, s’attaquent massivement aux pauvres urbains.
    1: densité de logement. Zup contre quartier de villas
    2: densité de population dans le logement.
    3: population plus jeune donc moins soucieuse et au top de recherche de rapports sociaux.
    4: emploi, généralement plus on monte plus on a de l’espace au boulot. Plus on descend, plus c’est ateliers, magasins, centres logistiques, travaux insalubres, encore une grande densité.
    5 transports en communs. Le bourge PEUT choisir de s’entasser pour ses déplacements, le prolo y est contraint.

    C’est comme le confinement. Comment peut on imaginer de confiner des familles de 8 avec plein de gosses. Dans un P4. Insensé. Personnellement, ayant grandi dans ces conditions dans le 93 je reste émerveillé de l’absence quasi totale de révolte dans les quartiers et par le respect massif des consignes. Hormis quelques barbecues et matchs de foot. Bravo.

      +28

    Alerter
    • Darras // 20.09.2020 à 13h34

      Vous savez, quand je vois le niveau « éducatif » de la plupart des gamins actuels nés dans des familles de moins de deux gosses….
      Je crois que c’est tout simplement une question de culture de la contraception. Ma mère aurait pu disposer de la pilule, elle aurait eu deux gosses maxi, pas 6. Et vous imaginez, le monde aurait dû se passer de moi.🤣🤣
      On voit bien que ce sont les femmes primo arrivantes qui font tant de gosses. Leur filles en font ni plus ni moins que les autres Françaises.
      Elles arrivent de pays pauvres et la plupart du temps y faisaient partie des classes les plus pauvres. Là bas, comme chez nous il y a 150 ans, un enfant est une richesse, pas une charge et leur nombre est la promesse d’une vieillesse « confortable ». Et comme chez nous il y a encore 53 ans, la pilule…
      Et puis ils sont probablement moins pourris d’égoïsme hédoniste comme nous le sommes.

        +0

      Alerter
    • Incognitototo // 22.09.2020 à 00h14

      Tout à fait, tous les pays qui ont fait des études là-dessus le constatent et ça se vérifie pour toutes les épidémies.

      On a cependant un contre-exemple qui m’interroge personnellement, c’est la situation du 92, un département plutôt friqué (même s’il y a des poches de pauvreté comme à Nanterre, Gennevilliers et autres), qui fait pire que le 93 en termes de contaminations (mais ça peut aussi être une conséquence de la Défense)…

      Je me demande s’il y a des études qui sauraient déterminer pourquoi il y a tant de disparités entre les villes pour les contaminés et visiblement on ne peut pas compter sur les dispositifs de traçage des cas (qui ne produisent aucune étude globale ou par ville) pour le savoir.

      P.-S. : j’habite à Montreuil, et je n’ai pas la même perception que vous sur le « respect massif des consignes », bien au contraire… On est très loin du compte quand dans des zones déclarées à port du masque obligatoire (à cause de la densité des rencontres), 70 % des personnes ne le portent pas ou mal…

        +1

      Alerter
  • hub // 19.09.2020 à 10h27

    Ce n’est plus respirable ici , on en vient à être jaloux de la Chine . La chine à Wuhan même et ailleurs ou n’existe plus de distanciation sociale ni de masques . La Chine semble plus libre que chez nous . C’est paradoxale ; le gouvernement chinois a déclaré qu’il n’y aura pas de vaccination de masses . Jaloux oui . le fascisme est chez nous . Oh rage , oh desespoir ….

      +15

    Alerter
    • Kiwixar // 19.09.2020 à 13h47

      Australie, Etat de Victoria : « les personnes SUSPECTEES par les autorités SANITAIRES qu’elles propageraient PROBABLEMENT (likely) le virus si elles deviennent covid-positives, ou un contact proche d’une personne infectée, pourraient être détenues (donc : préventivement) si la loi est votée. Les règles, confirmées à The Age (grand quotidien australien) par un porte-parole du gouvernement (de l’Etat de Victoria), pourraient être appliquées aux COMPLOTISTES qui refusent de s’auto-isoler. »

      http://www.theage.com.au/national/victoria/people-who-refuse-to-self-isolate-could-be-detained-under-proposed-victorian-law-20200914-p55vm0.html

      « People suspected by health authorities of being likely to spread the virus if they are COVID-positive or a close contact of an infected person could be forcibly detained if the bill is passed. The rules, confirmed to The Age by a state government spokesman, could be applied to conspiracy theorists who refuse to self-isolate… »

        +10

      Alerter
  • Fabrice // 19.09.2020 à 14h51

    On notera que pendant le confinement ceux qui ne sont rien ont continué à faire fonctionner les pays sans qu’on leur donne les vrais moyens de se protéger finissant par en payer le prix et les gouvernements s’en fichaient et que maintenant ils peuvent se prendre une amende voir perdre leur emploi si ils ne se protègent pas ce monde est devenu fou.

      +23

    Alerter
    • hub // 20.09.2020 à 14h10

      Il est vrai que 135 euros pour non-port du masque …. C’est cher . Personnellement je ne supporte pas de le porter . j’arrive donc , cependant à le porter parfois et rarement . Le rarement venant après le parfois diminue ce dernier de beaucoup et le réduit à presque rien . L’économuie en souffre ? Certes mais ce n’est pas du tout de ma faute . En Hollande , Chine , Suéde …. Il n’est point vu de masques …..

        +1

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications