Les Crises Les Crises
5.août.20195.8.2019 // Les Crises

USA : Nos anciens alliés ? Arnaud Montebourg. Par Thinkerview

Merci 286
J'envoie

Source : Thinkerview, Youtube, 25-07-2019

Interview de Arnaud Montebourg en direct à 17h, le 25/07/2019

Source : Thinkerview, Youtube, 25-07-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 05.08.2019 à 07h20

Très bon interview ou l’on confirme le précédent interview de thinkerview (https://youtu.be/dejeVuL9-7c) , nous sommes en guerre économique avec les États-Unis, qui n’hésitent pas à utiliser des méthodes mafieuses pour faire plier ses proies économiques et ni notre gouvernement ni l’union européenne ne s’opposent (au contraire) à ce pillage en règle.

44 réactions et commentaires

  • Fabrice // 05.08.2019 à 07h20

    Très bon interview ou l’on confirme le précédent interview de thinkerview (https://youtu.be/dejeVuL9-7c) , nous sommes en guerre économique avec les États-Unis, qui n’hésitent pas à utiliser des méthodes mafieuses pour faire plier ses proies économiques et ni notre gouvernement ni l’union européenne ne s’opposent (au contraire) à ce pillage en règle.

      +51

    Alerter
    • julien // 06.08.2019 à 11h33

      les USA sont en guerre contre tout le monde depuis leur création. les USA n’ont pas d’alliés, mais ont juste des partenaires à l’instant T. les USA sont l’unique responsable du chaos mondial, avec quelques autres pays à leur solde. Sanctions économiques données à qui bon leur semble, amendes record (volkswagen >> quand eux consomment et polluent 10 fois plus avec leurs pickups GMC), amende record à la BNP pour avoir dealer avec l’Iran en euros, meurtre de Kadhafi pour avoir voulu développer le Dinard Or et rendre l’afrique indépendante du dollars (on connait la suite depuis la mort de kadahfi, la méditarrannée est devenue l’autoroute de l’immigration africaine vers l’europe (tiens tiens … Europe, projet américain à la base), sanctions en pagailles sur la Russie, sanctions en pagailles contre le CDN, les USA ?? le seul pays à avoir balancé deux bombes nucléaires sur des civils, le pays responsable de la destruction méthodique du moyen orient avec comme conséquences le développement hallucinant (avec leur aide bien entendu) du radicalisme islamique et de Daesh… regardez comme les USA sont peinard face à toutes ces menaces. ils ne subissent rien et profitent de tout ce qu’ils imposent au monde. Les USA n’ont jamais été l’allié de quiconque sur cette planète et ses sbires comme Israel non plus. L’imperialisme amércain et leur nouvel ordre mondial détruiront complétement la paix dans le monde in finé.

        +13

      Alerter
  • RGT // 05.08.2019 à 07h57

    Ce qui m’étonne beaucoup, c’est le retournement de veste de ce cher Arnaud qu d’un coup vient mordre la main de son ancien maître.
    Il a fait partie de la promotion (canapé) 2000 de la French-American Foundation.
    Tout comme Hollande, Macron, Juppé, Minc et tand d’autres parmi nos “élites”.

    Vous me répondrez qu’il avait été précédé dans la trahison par Jacques Toubon qui avait fait voter la loi n° 94-665 du 4 août 1994 relative à l’emploi de la langue française.

    Certains “young leaders”, comme certains vins, se bonifieraient-ils avec l’âge ?

    Ou plus simplement ils peuvent enfin retrouver leur liberté d’expression quand ils sont à la retraite et qu’ils ne risquent plus d’aller foutre le bordel au sein de l’état ?

    Nous attendons avec impatience les révélations d’Anne Lauvergnon (promo 1996) concernant ses actions miraculeuses au sein d’Areva.

      +23

    Alerter
    • Fritz // 05.08.2019 à 09h07

      Écoutez Montebourg quelques minutes au moins avant de réagir. Quant à Toubon, que je n’appréciais guère, ce n’est pas lui qui a failli avec sa loi de 1994. C’est le Conseil constitutionnel, qui a invalidé une partie de la loi Toubon au nom de la liberté d’expression. Et maintenant nous sommes envahis par le globish, la langue du fric et de la frime.

        +34

      Alerter
  • David // 05.08.2019 à 08h15

    Comment France on aime bien se plaindre et jouer les Calimero, je vais prendre le contre-pied de beaucoup de gens ici.
    Qu’est-ce donc qu’EDF ? Un leader mondial (qui ne l’ébruite pas trop pour paraître bon père de famille franchouillard), inattaquable du fait de son positionnement électronucléaire et ayant mangé dans le monde entier des entreprises de production d’énergie…

    Dans ce cas, c’est l’aspect nucléaire qui a sauvé cette entreprise puisqu’il n’était pas envisageable de la vendre au secteur privé pour des raisons de sécurité.

    Mais si l’on cherche un peu plus loin, que dire de notre système centralisé qui fait la part belle au transnationales et qui fait des PME (pourtant uniques structures osant l’innovation*) au mieux des vassales des géants ?
    Alors les discours larmoyants sur la Perte de ressources nationales, d’innovation, de force, ces discours pourraient aussi réfléchir à la structuration française de l’économie qui porte en elle-même sa destruction.

    Un ancien chef d’entreprise de PME françaises dans l’énergie ayant côtoyé Montebourg et d’autres ministres et constaté leur impuissance face au lobby de l’énergie.

    *Les grandes entreprises ne font que récupérer les pistes innovantes des PME qui prennent généralement tous les risques.

      +19

    Alerter
    • Fabrice // 05.08.2019 à 08h32

      Le problème n’est pas le rachat mais bien les méthodes :

      – chantage à l’emprisonnement de certains hauts cadres pour introduire des espions économiques, faire plier des entreprises récalcitrantes,

      – invoquer l’externalisation du droit américain et de la politique américaine par la monnaie, et autres clauses(un boulon produit aux usa suffirait à force pour faire capoter une vente concurrente) essayez de faire la même chose à une entreprise américaine avec le même motif,

      – chantage par l’accès ou non au marché américain, imaginez si on faisait la même chose aux américains au niveau européen,

      – veto sur les entreprises dites stratégiques mais abolition de ces mêmes vetos à l’internationale,

      – espionnage par des moyens publiques pour fausser les contrats privés à un niveau jamais vu jusqu’ici,

      -…,

      Alors je veux bien qu’on soit naïf mais respecter des règles qui ne sont même pas respectées par son premier promoteur il faut arrêter le masochisme.

        +51

      Alerter
      • David // 05.08.2019 à 08h54

        Mais que croyez-vous que fassent les géants français ?
        Qu’ils envoient un recAR avec les compliments ?
        Sortez de votre rêve franco-idéaliste !
        On ne peut pas tout avoir : l’entreprise monopolistique, nationale, avec des syndicats puissant, innovante, et en plus répondant au doigt et à l’œil à la volonté éclairée du peuple…

        Je suis un peu amusé de lire sur ce site beaucoup de gens très à gauche rêvant du « bon vieux temps industriel syndicaliste », exactement comme ce très à droite rêvant du « bon vieux temps colonial ».

        La France est un enfer pour les PME, et justement c’est là que le bat blesse, car ce sont les seules entreprises qui sont dans une logique de proximité et qui pourraient être des lieux de relative démocratie.

        Et quand je parle d’enfer, ce n’est pas une vision droitière contre les paperasses et les charges, mais l’irrégularité permanente dans l’accès aux marchés (publics ou non) et l’impossibilité de financer leur nvestissement par des banques qui préfèrent vendre de l’argent très cher à des multinationales dont le lobbying assure un accès à l’écriture des lois et règlements et par conséquent des marges élevées.

        Si Montebourg avait un peu de panache, plutôt que d’utiliser à son profit (sa gloire) l’énergie potentielle glanée dans ses années politiques, il dénoncerait cela…

          +20

        Alerter
      • David // 05.08.2019 à 09h05

        Tous les jours dans ce pays, des marchés sont volés aux PME, via une corruption organisée, via du lobbying, il y a des retraités d’EDF dans quasiment toutes les collectivités qui alertent des marchés et communiquent les documents fournis par les PME pour des projets (ou qui fabriquent et envoient des PowerPoint à la noix sur les énergies renouvelables)…
        Cette violence permanente est aussi pourrie que celle des États-Unis, sauf que quand on est un salarié d’une grande entreprise (syndiqué ?) on ne voit rien de tout cela, on croit remporter les marchés par son incroyable efficacité, on croit que son pays est magnifique…
        Je vous laisse à vos doux rêves.

          +10

        Alerter
        • Fabrice // 05.08.2019 à 09h54

          Là on vous parle d’un état revenez un peu sur le fond de la vidéo, je veux bien discuter sur les abus des multinationales mais sur un post dédié à ce sujet, faire du hors sujet et rester bloqué jusqu’à devenir agressif faut vraiment respirer et s’aérer David ?

            +22

          Alerter
        • Recits d’Yves // 06.08.2019 à 01h15

          “Tous les jours dans ce pays, des marchés sont volés aux PME, via une corruption organisée, via du lobbying, ”
          Ce pays n’est-il pas ou plus le vôtre?
          Si vous voulez entrer en résistance avec les souverainistes de gauche comme de droite, il vous faudra choisir votre camp. Vous êtes toujours français de coeur et d’esprit?

            +3

          Alerter
    • Veloute // 05.08.2019 à 09h08

      David,
      Quand vous énoncez que les PME sont les seules structures innovantes et dénoncez la prédation des grandes entreprises, pouvez-vous étayer, svp ?

      Cela fait quinze années que je travaille dans le domaine de la propriété industrielle (brevets) et, d’expérience, les brevets déposés par des PME sont, en chiffres, anecdotiques.

        +6

      Alerter
      • David // 05.08.2019 à 09h27

        On rachète plutôt une PME qu’un brevet, surtout depuis que les start-ups existent.
        C’est plus sûr en termes de cession, et moins taxé.

        Alors, des exemples dans l’énergie :
        – Total a racheté l’entreprise américaine Sun Power (Meilleurs rendements surfaciques photovoltaïque),
        – Areva avait acheté au Ausra, entreprise américaine dans le secteur du solaire thermodynamique (linéaires de Fresnel), pour ne rien en faire.
        – Saint-Gobain a racheté une entreprise allemande, leader dans les couches minces photovoltaïque est une entreprise luxembourgeoise dont j’ai oublié le nom mais qui avait innover dans des modules photovoltaïques non cadrée permettant de calepiner idéalement les toitures.
        Etc.
        Une PME françaises est soit complètement contrôlée car n’ayant quasiment qu’un fournisseur, soit absorbée.

        Ensuite, dans l’innovation il y a la R&D et la production, si les géants posent du brevet, il passent rarement en phase de production, laissant ce risque a des plus petits qui essayent de se démarquer.

        Il faut comprendre que le laboratoire est rarement suffisant, ce qui est vrai en très petite quantité dans une production optimisée ne l’est pas forcément pour les marchés la taille réelle, l’ingénieur ne comprend pas forcément le business modèle.

        Il faut donc comprendre l’innovation comme la capacité à produire réellement et pas comme la capacité de R&D.

          +8

        Alerter
        • Veloute // 05.08.2019 à 10h07

          Quelques imprécisions :

          On achète une PME “AVEC” son capital immobilier, dont les brevets.

          “Surtout depuis que les start-ups existent”, c’est un peu le modèle économique de la start-up : se lancer dans un projet innovant en se foutant de la rentabilité de l’affaire pour revendre à terme ses parts à plus gros. Dans ce cas précis, c’est un abus de langage que de parler de prédation des grosses entreprises puisque le rachat est la finalité du projet.

          “Ensuite, dans l’innovation il y a la R&D et la production, si les géants posent du brevet, il passent rarement en phase de production, laissant ce risque a des plus petits qui essayent de se démarquer.”

          La “R&D” et, a fortiori, la protection par brevet sont des activités très onéreuses qui, quoique vous en disiez, est assumée en sa très grosse partie par les grandes entreprises et les Etats, et qui poursuivent 4 buts, au moins :
          – développer son activité/occuper le marché;
          – augmenter son capital immobilier (en profitant des aides d’état sous forme de crédits d’impôts ou autres) = prise de valeur de l’entreprise (c’est de cette mécanique dont procèdent les start-up sus évoquées);
          – gêner la concurrence en déposant des brevets sur des technologies qu’on utilise pas;

          et, le meilleur pour la fin :
          – vendre des licences d’exploitation. A des PME, certes, mais cela reste anecdotique. A des entreprises concurrentes pour l’essentiel : c’est tout l’enjeu, par exemple, de la guéguerre à laquelle se livrent les géants Samsung et Apple ces dernières années.

            +4

          Alerter
        • Veloute // 05.08.2019 à 10h07

          “Il faut donc comprendre l’innovation comme la capacité à produire réellement et pas comme la capacité de R&D.”

          Bah non. Les mots ont un sens. L’innovation c’est pas un capacité mais une activité, d’une part et, d’autre part, une activité qui, on l’a vu, n’a pas forcément pour visée la production.

          “Une PME françaises est soit complètement contrôlée car n’ayant quasiment qu’un fournisseur, soit absorbée.” Oui, c’est vrai ! Mais c’est là un tout autre problème que celui de l’innovation. L’externalisation des activités (pour faire pression sur les coûts et ne pas avoir à gérer les conséquences de cette pressurisation, on parle bien de ça ?) touche bon nombre de société de service non innovantes.

            +5

          Alerter
        • Veloute // 05.08.2019 à 10h14

          Conclusion :
          Ouiiiiii, on trouvera à foison de cession de petites et moyennes entreprises innovantes. Mais d’une, n’est acheté que ce qui est à vendre (cf. les start-up) ; deux, ce ne sont pas, en ce cas, l’entreprise qui est achetée, mais son capital immobilier (brevets, modèles, savoir faire) ; trois, reste qu’en volume de brevets déposés chaque année en France comme à l’international, les brevets de “petits déposants”, c’est peanuts.

            +4

          Alerter
          • Sandrine // 05.08.2019 à 10h43

            “n’est acheté que ce qui est à vendre”
            C’est ce que je me dis souvent quand j’entends des cadres fondateurs de PME se plaindre du rachat par un grand groupe de leur “bébé”.
            Mais en même temps, un grand groupe qui lorgne sur une petite PME qui lui fait de l’ombre en termes de parts de marché a les moyens économiques d’asphyxier ou de déstabiliser l’entreprise qu’il convoite.
            Il est facile de jeter le haro sur le chef d’entreprise qui vend sa PME au plus offrant (ce que fait au demeurant Montebourg à propos des patrons de grands groupes) mais ces petits patrons ont-ils réellement une réelle marge de manœuvre face à la puissance des seigneurs féodaux que représentent les grosses multi-nationnales?

              +4

            Alerter
        • Séraphim // 05.08.2019 à 12h58

          D’un autre côté, si ça peut aider à saboter les renouvelables, c’est toujours ça de gagné! Il faut mettre un terme à cette plaie d’Egypte, ce racket organisé, au détriment de la nature et contre toute intelligence, même moyenne

            +1

          Alerter
    • Véronique // 05.08.2019 à 10h06

      Entièrement d’accord. Les groupes français (dont EDF) se livrent aussi à la prédation à l’extérieur des frontières.
      Quant à la situation intérieure, elle n’est pas très glorieuse car effectivement on a le sentiment que pour les PME c’est devenu très difficile. On en voit un certain nombre être rachetées par des sociétés de gestion, ou bien parfois elles sont concurrencées sur les marchés publics à tel point qu’elles disparaissent.
      Il y a une fragilité du tissu économique qui est très préoccupante (qui touche aussi l’agriculture).

        +4

      Alerter
  • Kokoba // 05.08.2019 à 08h51

    Après la 2ème guerre mondiale, les USA ont pris le controle de toutes les grandes instances internationales : OMC, FMI, OTAN, etc, etc…
    Au début, ils ont utilisé ce controle plutot modérément.
    La 2ème guerre mondiale a amenè assez d’égalité.
    Et puis les USA étaient occupés par l’URSS et la guerre froide.

    Mais le temps passe.
    Une nouvelle génération arrive au pouvoir.
    L’idéologie ultra-libérale triomphe.
    La menace communiste disparait.

    Aujourd’hui, les USA entendent bien régner sans contrainte, sans limite, en utilisant tous les outils qu’ils ont à leur disposition.

    Ce sont des changements lents à l’échelle humaine mais qui sont très visibles si on prend un peu de recul.
    Mais les gens en général refusent de voir ces changements.
    Ils jugent les USA comme si on était encore en 1980.

    Ils font aussi la même erreur pour la France.
    Pourtant, la France de Sarkozy/Hollande/Macron n’a rien à voir avoir la France de Chirac/Jospin.

    On dirait qu’il est très difficile d’appréhender l’Histoire lorsqu’elle se déroule devant notre nez.

      +22

    Alerter
  • Fritz // 05.08.2019 à 08h53

    Bravo M. Montebourg (nous avons été élèves dans le même collège de Dijon, entre 1975 et 1977).
    Oui, je sais, vous avez fait partie des Young Leaders.
    Mais j’invite les lecteurs des crises.fr à vous écouter, ne serait-ce que les sept premières minutes : comment ont été démantelés Péchiney, Arcelor, la litanie Gandrange, Florange, et bientôt Fos-sur-Mer ; M. Pierucci, « pris en otage » par les États-Unis d’Amérique, qui a « payé très cher son patriotisme économique »…

      +19

    Alerter
    • David // 05.08.2019 à 09h07

      Arrêtez de vous bercer de franchouillardise, Montebourg n’as vu qu’un opportunisme à se démarquer politiquement, il n’a soutenu aucune initiative…
      Le lectorat de ce site mais interroge sur la capacité d’inventer quelque chose de nouveau sans rentrer dans les travers historique.

        +4

      Alerter
      • Fritz // 05.08.2019 à 09h36

        Je remets une couche de franchouillardise : à partir de 16′, quand Montebourg détaille les raisons de la capitulation de nos dirigeants :
        1) le conformisme, « on ne s’oppose pas aux Américains »
        2) ne pas se mettre à dos la presse (pense-t-il au Monde ?)
        3) le fatalisme, « à quoi bon et pour quoi faire ? ».
        Il rappelle sa fierté quand la France de Chirac et Villepin a dit non aux Américains, et la gravité du retournement qui a suivi.

          +21

        Alerter
        • David // 05.08.2019 à 09h52

          Dénoncer un système et rêver d’en être le dominant me semble assez incohérent.

            +3

          Alerter
      • David // 05.08.2019 à 09h51

        A part l’insulte, des analyses ?
        Pitoyable.
        Avec vous tout va changer…

          +1

        Alerter
        • Veloute // 05.08.2019 à 10h19

          Je n’analyse que ce que je comprends, et je ne suis pas un cas unique.
          Merci de reformuler avec au moins le verbe manquant manifestement dans votre second paragraphe et je verrai ce que je peux/veux faire.

            +8

          Alerter
        • septique // 05.08.2019 à 14h37

          C’est le style ici….Montebourg fait le paon mais avant il a été très discret. Il connaissait parfaitement les règles du jeu..ce qui n’e l’a nullement empêché de se présenter à la direction du parti socialiste…

            +0

          Alerter
      • Catalina // 05.08.2019 à 11h27

        ben si, et d’importance, il a fait évoluer le décret déjà existant qui pourrait protéger nos fleurons si volonté politique il y avait, à ce sujet, on ne se pose pas la question, nous n’avons plus de politique mais des petits commissaires priseurs qui vendent la France aux enchères.

          +9

        Alerter
  • dieutre // 05.08.2019 à 08h58

    j’ai partagé car Montebourg était le seul politique à peu près propre, j’avais voté pour lui à la primaire de gauche mais les veauxtants lui ont préféré Hamon et Valls..Maintenant il s’occupe des abeilles, et il a bien raison car elles le méritent mieux et sont plus utiles que la race humaine.

      +16

    Alerter
  • Michel Bergès // 05.08.2019 à 09h18

    Pauvre Arnaud Montebourg : il croit encore à l’ ”UE”, inventée par les USA pour diviser définitivement l’Europe, éclatée en 27 membres devenus des étoiles du drapeau américain, qui les manipulent, tirent les ficelles, les enferment dans un OTAN devenu obsolète, et surtout, dont les vrais dirigeants, derrière le cheval de Troie allemand, sont entre les mains de la Banque Goldmann Sachs ! Pourquoi n’est-il pas pour le Frexit ?

    Pr. Michel Bergès (Université de Bordeaux)

      +35

    Alerter
    • Véronique // 05.08.2019 à 09h52

      Entièrement d’accord. Je me demande seulement s’il croit ou s’il fait semblant.

        +5

      Alerter
    • Fritz // 05.08.2019 à 09h55

      @Michel Bergès : en tout cas, il veut quitter l’OTAN.
      https://www.capital.fr/economie-politique/montebourg-veut-quitter-le-commandement-integre-de-l-otan-1189586
      @Véronique : vous vous demandez ? Alors prenez la peine de l’écouter. C’est sur Thinkerview.

        +9

      Alerter
      • Véronique // 05.08.2019 à 10h50

        Mais je l’ai écouté. Vous avez une réponse ?

          +3

        Alerter
        • Fritz // 05.08.2019 à 11h11

          Je pense que Montebourg est sincère, même si ses manières peuvent indisposer.
          Je trouve son ton moins ampoulé qu’il y a quinze ou vingt ans.
          Je n’ai plus l’impression qu’il s’écoute parler.

            +6

          Alerter
          • Véronique // 05.08.2019 à 11h24

            Oui d’une certaine façon il est sincère.
            Je pense qu’il fait l’autruche. Lui-même n’a pas à pâtir de la situation, bien au contraire, il n’a donc pas envie de la remettre en question. Donc il croit à l’UE parce qu’il ne veut pas ne pas y croire, attitude commode qui empêche de devoir faire semblant.

              +4

            Alerter
    • Pr. Michel Bergès // 05.08.2019 à 10h59

      J’ajouterai ceci : Il faut remercier “Les Crises” et “Thinkerview” pour cet intéressant entretien, ainsi qu’Arnaud Montebourg pour ses révélations et ses rêves de projets enrichissants.
      Par contre deux choses :
      – 1) Où est-il allé chercher, lui qui ne lit pas tous les rapports, que le Frexit nous coûterait 12 % du “PIB” ?
      – 2) Il nous démontre avec raison que l’ “UE” est composée d’États qui dans leurs projets à tous les niveaux font cavalier seul, mais il pense que l’on peut changer une structure construite et manipulée par l’Empire américain (qui joue habilement sur l’existence de 27 entités divisés et ficelées uniquement par des accords “commerciaux” et douaniers sous la coupe de dirigeants hyperlibéraux dont beaucoup sont atlantistes et sous la coupe du pouvoir financier à dominante américain).
      A-t-il suffisamment analysé les questions de pouvoir au sein de ce “machin” qui nous coule de jours en jours ?

        +27

      Alerter
      • raloul // 05.08.2019 à 21h25

        Bonjour

        Concernant votre dernière question, il y a un livre très intéressant de Guy Mettan:
        https://www.les-crises.fr/europe-guy-mettan-sur-maire-par-guillaume-berlat/

        Je pense que m. Montebourg fait partie des réformateurs sincères et authentiques de l’union européenne. Il a une vision d’ «europe des nations» que même quelqu’un comme Nigel Farage aurait pu à la limite soutenir il y a dix ans, maintenant c’est trop tard… Vu le contexte actuel, on peut lui reprocher de faire des voeux pieux, mais il reste l’un des rares politiques français qui a une certaine envergure intellectuelle et une certaine forme de courage.
        Je trouve également très intéressant qu’il soit parti dans un tout autre domaine, qu’il se mette au service de projets concrets. Il y a tellement de cas de pantouflages stériles que le fait mérite d’être souligné.

        Petit aparté, celui qui pose les questions est très souvent à la limite de la politesse et tente constamment de faire dire des choses à l’invité, c’est assez pénible…

          +6

        Alerter
        • Véro // 06.08.2019 à 00h16

          Arnaud Montebourg ne fait pourtant pas tellement exception.
          On le trouve dans les équipes dirigeantes de plusieurs entreprises (Talan, Habitat du groupe Facom, Biotech Dental, et d’autres sans doute).

            +1

          Alerter
  • cecanquonvaoù? // 05.08.2019 à 13h27

    Une erreur de Mr Montebourg: ce n’est pas l’avion du président Péruvien qui a été interdit de survol par F Hollande mais celui du président bolivien Evo Morales.
    Ce qui ne change rien au fond du problème.
    F. Hollande aura trahi sa femme.
    F. Hollande aura trahi la gauche
    F. Hollande aura trahi la France.

      +21

    Alerter
  • julia // 05.08.2019 à 15h38

    Cette affaire Alsthom de cesse de rebondir. Avec l’affaire Benalla, les diners, M. Macron commence à avoir chaud aux fesses. voir les liens ci-dessous
    https://www.youtube.com/watch?v=88cZestFj9c
    https://www.youtube.com/watch?v=dOnGH9v-oIA
    https://la-bas.org/la-bas-magazine/reportages/alstom-macron-histoire-d-une-trahison

      +6

    Alerter
  • dooggy // 06.08.2019 à 09h34

    ce qui veut dire que bous sommes des faibles ! t nous nous couchons en masse devant le grand SAM, nous sommes la première puissance économique mondiale et nous ne sommes pas foutus de faire de Euro LA MONNAIE universelle reconnue
    On écrase les faibles de tout temps !
    que l’on cesse de geindre et AGISSONS ! ENFIN

      +1

    Alerter
  • Dg // 06.08.2019 à 11h09

    Certes il prouve (mais sans commencer à zéro) que l’on peit rebondir …. certes… Combien a-t’il accumulé sur le dos du bon peuple ? Je veux bien avoir une pension comme ex politicard(e) et rebondir … c’est clair et Dieu sait ce que l’on peut avoir comme projets sans faire dans le consumérisme … MAIS oui, il n’est pas au courant que les Institutions d’Etat ont été prises en otage !?

      +0

    Alerter
  • tengukarasu // 09.08.2019 à 17h52

    Mouais ! il reste prudent le bougre son habit politique ne l’a pas quitté complètement. c’est un Citoyen bien que je lui reproche de ne pas avoir quitté le Gvt Valls/Holloande dès le premier clash, pour moi on ne peut manger à la table du Diable même avec une grande cuillère !
    Car ces politiques se sentent si investis de mission politique qu’ils ne dévient presque jamais de leur trajectoire de conviction. Donc essayer de convaincre de ramener à la raison un politique tient presque de la gageure. De plus nommer Valls au lieu de … Montebourg indique la visée du Président de la République … Et là monsieur Hollande nous a tous giclé de la merde au yeux.
    Je reconnais que cette interview m’a bien captivé.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications