Les Crises Les Crises
21.avril.202021.4.2020 // Les Crises

668 marins positifs : le « Charles de Gaulle », nouveau foyer du Covid-19

Merci 126
J'envoie

Source : Midi Libre, Jennifer Franco

Le navire n’a pas été en contact avec l’extérieur depuis le 15 mars et pourtant dimanche 12 avril, on apprenait que cinquante membres de l’équipage du Charles-de-Gaulles avaient été testés positifs au coronavirus. Un chiffre finalement bien en deçà de la réalité comme l’a annoncé le ministère des Armées.

Depuis dimanche 12 avril, le porte-avions Charles-de-Gaulle a regagné son port d’attache à Toulon. Alors que le navire n’a eu aucun contact avec l’extérieur depuis la mi-mars, on apprenait que 50 marins étaient contaminés par le Covid-19.

668 marins contaminés

Un chiffre finalement bien en-dessous. Le communiqué du ministère des Armées est tombé peu avant 20 h, mercredi 15 avril. À bord du groupe aéronaval (GAN) le Charles-de-Gaulle, le nombre de marins touchés par le coronavirus s’avère beaucoup plus important que supposé.

30 % des tests n’ont pas encore livré leurs résultats

Les tests réalisés en ce début de semaine ont révélé que 668 marins se trouvent contaminés à ce jour. Mardi soir, 1 767 militaires avaient été testés sur les quelque 1 900 qu’embarque le groupe aéronaval (1 700 pour le porte-avions et 200 pour les navires qui l’accompagnent). Par ailleurs, mercredi, le résultat de 30 % des tests n’était pas encore connu.

Au total, trente-et-un marins ont été hospitalisés dont un dans un service de réanimation.

Une enquête ouverte

Les premiers cas sont apparus début avril sur le Charles de Gaulle, qui avait effectué une dernière escale à Brest du 13 au 16 mars.


Contamination au Covid-19 sur le Charles de Gaulle : deux enquêtes ouvertes

Source : LCI
ARMÉES – Selon Eric Lavautlt, capitaine de vaisseau et porte-parole de la Marine Nationale, « 20 marins sont encore hospitalisés » sur les 668 membres d’équipages du Charles de Gaulle et de la frégate Chevalier Paul testés positifs au coronavirus.

« Vingt marins sont encore hospitalisés, dont un en réanimation » selon les dernières informations transmises par le Capitaine de vaisseau, Eric Lavault, ce jeudi matin sur LCI. Comme le reste de l’équipage du porte-avions Charles de Gaulle et de la frégate Chevalier Paul, les victimes du virus ont débarqué à Toulon dimanche 12 avril, et ont été pris en charge à l’hôpital militaire Saint-Anne.

Mais si 668 marins ont été déclarés positifs au coronavirus sur les 1767 militaires qui étaient à bord des deux navires, le nombre de contaminés pourrait être revu à la hausse. Le porte-parole de la Marine Nationale a confirmé que les résultats de 30% des tests étaient encore attendus. Ils devraient être connus « d’ici trois à quatre jours ».

Deux enquêtes sont en cours

Mais comment le virus est-il arrivé sur les navires ? Le porte-avions et sa frégate, en mission depuis le mois de janvier, auraient fait escale à Chypre fin février, puis à Brest, du 13 au 16 mars. A ce stade, selon le témoignage d’un marin auprès de nos confrères de France Bleu, le commandant du Charles de Gaulle aurait demandé d’interrompre la mission car plusieurs membres d’équipage avaient déjà des symptômes. D’après ce militaire, désirant rester anonyme, le ministère aurait alors refusé. Pour lui, c’est un « manque de transparence », qui lui donne l’impression que « l’armée a joué avec [leur] vie ».Est-ce véridique et si oui, pourquoi cette décision a-t-elle été prise ? Selon Eric Lavault, deux enquêtes sont actuellement conduites et si pour l’instant, « toutes les hypothèses sont sur la table », seules leurs conclusions répondront à ces interrogations.Eric Lavault précise cependant que « lorsque le commandant a pris conscience de l’augmentation brutale de cas caractéristiques présentant des symptômes du coronavirus, il a immédiatement confiné les malades dans la tranche avant du porte-avions et mis cette zone en dépression » par rapport au reste du navire pour éviter une circulation du virus. A ce stade, seulement « une quarantaine » de marins étaient alors concernés, selon le porte-parole. Le commandant aurait dès lors alerté les autorités, conduisant la ministre des armées, Florence Parly, à ordonner le retour immédiat du porte-avions.

« Une première enquête épidémiologique conduite par le Service de santé des armées (SSA), permettra de faire toute la lumière sur le mode de propagation du virus à bord du porte-avions », a d’abord détaillé le Capitaine de vaisseau. « En parallèle, l’amiral Prazuck, Chef d’Etat-major de la Marine, a demandé une enquête de commandement », a-t-il ajouté. Un collège d’experts, qui inclura un médecin du service des Officiers de santé de la Marine, devront établir et détailler la chronologie des faits. Le porte-parole de la Marine a assuré qu’il s’agissait là « d’un travail très minutieux de plusieurs semaines, dont les armées et la marine en particulier en ont l’habitude ».

« Pour le moment, tout ce qui nous importe c’est la santé de nos marins », a ajouté le porte-parole de la Marine. « J’ai une pensée pour les vingt personnes hospitalisées et leur famille, on est attentifs à ce qu’ils soient soignés pour les renvoyer auprès de leur proches le plus tôt possible ».

Source : LCI


668 marins du « Charles de Gaulle » positifs au Covid-19 : les opérations militaires rattrapées par le coronavirus

Source : Le Monde, Nathalie Guibert

L’état-major français, lui, a d’abord suivi ses officiers qui, encore début avril, annonçaient aux marins du navire que la mission continuait en dépit des cas nombreux de Covid-19 détectés à bord. Les premiers marins confinés, une dizaine, l’étaient autour du 10 mars selon certaines sources. Le Charles-de-Gaulle avait été ravitaillé par la Somme et aurait pu être contaminé avant même l’escale de Brest des 13 au 15 mars qui a précipité la contagion, quand les marins ont été lâchés en ville. […]

L’affaire a créé des tensions entre officiers, avant que vienne de Paris l’ordre de la ministre et de l’état-major des armées, tranchant pour un retour anticipé d’une grosse semaine du porte-avions à Toulon. « L’armée a joué avec notre santé, notre vie », a dénoncé un marin sur France Bleu Provence. Une enquête de commandement a été ordonnée par le chef d’état-major de la marine, a indiqué le ministère mercredi. Selon certaines sources du Monde les trois quarts de l’équipage du groupe aéronaval pourraient être touchés. […]

En matière de jours d’entraînement, même coup d’arrêt, alors que les armées entendaient remonter aux niveaux de l’OTAN en 2021. Les exercices internationaux sont tous arrêtés au fur et à mesure que le confinement se poursuit, qu’ils soient sous l’égide de l’OTAN ou non. Dernier en date, le grand exercice aérien « Pitch Black », avec douze nations dont la France, autour de l’Australie, en août. « On garde les qualifications et les formations qui permettent à l’armée de l’air de durer », explique le colonel Cyrille Duvivier, son porte-parole. Celle-ci a maintenu de l’ordre de 50 % de son activité aérienne dans la période. […]

Des critiques se sont exprimées dans les unités envers une hiérarchie qui ne réduisait pas assez le rythme sur les activités prévues au risque de contaminer la troupe.

« Il y a eu une claire sous-estimation de l’effet Covid-19 par les états-majors qui ne réalisent pas qu’au-delà du risque sanitaire les gens arrivent au travail dans un état dégradé car ils mènent de front boulot, garde des enfants, gestion d’un quotidien anxiogène, indique un officier sous couvert d’anonymat. De plus, la notion de porteur asymptomatique du virus est ignorée et on nous dit que, si pour les besoins des missions les personnels doivent se rapprocher, cela ne pose pas de problème tant qu’ils sont en bonne santé. »

Source : Le Monde, Nathalie Guibert


Coronavirus : Les questions que pose la potentielle épidémie de Covid-19 sur le porte-avions « Charles de Gaulle »

Source : 20 minutes, Mathilde Ceilles

  • Le porte-avions nucléaire est actuellement au large du Portugal. Il est parti depuis le 21 janvier et compte à bord 1.760 membres d’équipages. En fin de mission, il était attendu à Toulon le 23 avril mais il va rentrer une semaine plus tôt suite à l’épidémie en son bord.
  • La Marine nationale reconnaît « la quarantaine de cas » mais précise « ils ne sont pas graves ». Actuellement, l’Armée ne peut expliquer la présence du virus sur le Charles de Gaulle.

Une potentielle épidémie de coronavirus à bord d’un navire de la Marine nationale française, et pas des moindres : le mythique porte-avions Charles de Gaulle. Voilà l’annonce qui a été faite par le ministère des Armées ce mercredi dans la matinée. Un scénario parmi les plus redoutés, quand on sait que le Charles de Gaulle est un vaste espace clos dans lequel des centaines de marins français se côtoient dans une certaine promiscuité. Une épidémie qui suscite également de nombreuses interrogations. 20 Minutes fait le point.

Combien y a-t-il de malades du coronavirus à bord ?

« Une quarantaine de marins est aujourd’hui sous observation médicale renforcée, écrit le ministère dans un communiqué. Ils présentent des symptômes compatibles avec une possible infection par le Covid-19. Ces premiers symptômes sont apparus récemment ». Depuis quand exactement ? Quel chiffre exact ? Contactée, la Marine nationale n’est pas en mesure d’apporter ces précisions, mais se veut rassurante. « Il y a une quarantaine de cas seulement, et qui ne sont pas graves », tient à préciser le colonel Frédéric Barbry, porte-parole de l’état-major des Armées.

Pour rappel, actuellement dans l’Atlantique au large du Portugal, le porte-avions nucléaire était parti depuis le 21 janvier et compte à bord 1.760 membres d’équipages. En fin de mission, il était attendu à Toulon le 23 avril.

Comment expliquer la présence de ce virus à bord ?

La question, pourtant cruciale, demeure pour l’heure une énigme, y compris pour l’Armée elle-même. Une équipe épidémiologique du Service de santé des armées (SSA) a été dépêchée à bord et aura notamment pour fonction de répondre à cette interrogation à travers une enquête fouillée. « L’urgence est de faire le point sur la situation », rappelle le colonel Frédéric Barbry.

Selon le colonel, le dernier contact à l’extérieur remonte au mois dernier. Entre le 13 et le 19 mars, le Charles de Gaulle a effectué une escale à Brest. « A l’époque, les Français allaient dans les bureaux de vote et le pays n’était pas dans la logique de confinement, encore moins dans une logique de tests de la population, rappelle le colonel Barbry. Toutefois, nous avions annulé la journée familles prévue, compte tenu de la situation. Tous les transferts avaient été annulés et les mesures avaient été prises pour limiter les contacts. »

Quelles mesures vont être prises en charge à bord pour éviter la propagation ?

« Dès aujourd’hui, une équipe de dépistage avec des moyens de tests sera acheminée à bord du porte-avions afin d’investiguer les cas apparus et d’entraver la propagation du virus à bord du navire », selon un communiqué du ministère.

D’importantes mesures sanitaires ont été prises à bord, comme la désinfection des rampes et poignées de portes, ou la réduction du nombre de réunions et de participants à ces réunions. Une tranche de l’avant du bâtiment, d’une capacité de 127 personnes, a été isolée pour accueillir les marins confinés. La zone a été mise en dépression, suivant des méthodes déjà utilisées par le porte-hélicoptères Tonnerre lorsqu’il avait évacué des patients de Corse fin mars, selon une source militaire à l’AFP.

Le bateau est-il équipé pour faire face à une épidémie ?

Des masques ont été distribués à titre préventif à ceux qui pourraient présenter des symptômes. Et pour les autres ? « Il y a des masques chirurgicaux à bord, comme dans tout hôpital, mais j’ignore combien, et s’il y a des masques FFP2 », reconnaît le colonel Barbry.

L’équipe médicale comprend une vingtaine de soignants (médecins, infirmiers, chirurgiens), qui disposent d’une salle d’hospitalisation d’une douzaine de lits, de respirateurs et d’un scanner. « C’est une vraie petite ville, avec à son bord un hôpital conçu pour de la médecine de guerre et prendre en charge des blessés de combat, reconnaît le colonel Barbry. Aucun hôpital sur un tel bateau militaire n’a été désigné pour faire face à une épidémie, mais tout comme l’hôpital de Mulhouse n’était pas forcément préparé à vivre une épidémie de coronavirus. »

Pourquoi précipiter le retour du porte-avions à Toulon ?

Le Charles de Gaulle a vu sa date de retour être avancée à la semaine prochaine, au lieu du 23 avril initialement prévu. Il « était déjà en train de rentrer, il fait au plus court », a souligné le cabinet de la ministre Florence Parly auprès de l’AFP, relevant que cette « décision de bon sens » ne posait pas de problème stratégique ou opérationnel. Mais dans quelle optique précisément ? « C’est une décision de l’Armée », répond le colonel Barbry. Quid des marins à leur arrivée ? Vont-ils pouvoir retrouver leurs familles ? « Il est trop tôt pour le dire », estime le colonel Barbry.

Source : 20 minutes, Mathilde Ceilles

 


 

Coronavirus : contamination mystérieuse sur le porte-avions Charles de Gaulle

Source : Les Echos, Anne Bauer

Le ministère des Armées a annoncé mercredi le retour en France du porte-avions français Charles de Gaulle, en raison de l’apparition chez les membres de l’équipage de signes du Covid-19. Par chance, le bâtiment, parti de Toulon le 21 janvier dernier, navigue actuellement au large du Portugal et pourra donc revenir rapidement sur sa base de Toulon.

En 48 heures, une quarantaine de marins ont déclaré des signes d’états grippaux, qui font penser au Covid-19. Ils ont été mis à l’isolement à l’avant du navire dans une zone qui a été mise en dépression, afin d’éviter toute contamination aérienne du navire. Aucun des marins confinés ne présente pour l’heure de signes graves de la maladie et le porte-avions dispose d’une salle d’hospitalisation de 12 lits avec un scanner et des respirateurs.

Principe de précaution

Le retour est donc avant tout une mesure de précaution, d’autant plus facile à mettre en oeuvre que le Charles de Gaulle était en fin de mission, à la suite d’exercices menés en Atlantique Nord, dans le cadre de l’Otan, pour la protection des Etats baltes.

Son rappel n’a donc aucune conséquence militaire, mais suscite en revanche de nombreuses interrogations sanitaires. Car l’équipage du Charles de Gaulle n’a pas mis pied à terre depuis sa dernière pause à Brest, du 13 au 15 mars. En raison de la pandémie, l’accès au bâtiment avait été interdit à tous les visiteurs, les quelque 1.900 marins et pilotes du navire étant toutefois autorisés à débarquer pour rejoindre leurs proches. S’ils ont été infectés à cette occasion, cela signifierait que le temps d’incubation du virus Covid-19 dépasse largement le délai de quatorze jours généralement admis comme la zone à risque.

Préserver les équipages

Une équipe médicale du Service de santé des Armées a été envoyée mercredi sur le porte-avions pour dépister les malades et entraver au plus vite la propagation du virus. Mais à bord, les gestes barrière sont strictement imposés depuis la mi-mars : désinfection des rampes et poignées de portes, réduction du nombre de réunions, distribution de masques, distanciation sociale, « tout est mis en vigueur comme sur terre », précise le porte-parole de la Marine.

Une propagation rapide du virus à bord serait désastreuse, au moment où la Marine sollicite comme jamais ses équipes . Tandis que sa flotte doit poursuivre ses missions habituelles, la Marine mobilise aussi ses porte-hélicoptères pour le transport des malades, la logistique et, surtout, pour partir en renfort dans les territoires d’outre-mer . Doté d’un stock important de masques, gels, respirateurs, le Dixmude est en mer en direction des Antilles françaises, tandis que le Mistral vient de quitter Mayotte pour La Réunion.

Pour l’heure, la Marine affirme ne pas avoir détecté de malades du Covid-19 à bord de ses principaux bâtiments. En revanche, elle compte quelque 200 personnes touchées dans les bases à terre. Samedi dernier, la ministre des Armées, Florence Parly, évoquait quelque 600 civils et militaires infectés au sein de tous les corps d’armée.

Peu d’analogie avec le porte-avions américain

En tout cas, le voyage du Charles de Gaulle devrait être plus serein que le débarquement sur l’île de Guam dans le Pacifique des troupes du porte-avions américain USS Theodore Roosevelt. L’affaire a tourné au vrai bras de fer politique. Le secrétaire d’Etat de la Défense américain, Mark Esper, a annoncé mardi la démission du secrétaire à l’US Navy Thomas Modly. Celui-ci était responsable du limogeage du capitaine du porte-avions, Brett Crozier, à qui il était reproché d’avoir averti, avec trop de publicité, de la présence du virus à bord.

Brett Crozier voulait débarquer d’urgence ses hommes sur l’île de Guam, ce que refusait la hiérarchie de la Navy, qui aurait préféré ne débarquer que les malades. Elle a finalement évacué le porte-avions, mais révoqué le commandant Crozier, au grand désaccord de l’équipage et de la majorité des Américains. L’actuel sous-Secrétaire à l’Armée de terre, Jim McPherson, devient secrétaire à la Navy par intérim.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

52 réactions et commentaires

  • Basile // 21.04.2020 à 07h42

    à voir le nombre d’articles de presse consacrés à « notre fleuron », on constate que le prestige de l’uniforme n’est pas mort.. D’où vient ce prestige, pourquoi survit-il de nos jours, qui l’entretien dans le crâne des Français ? Pourquoi ?

    en cas de guerre contre qui vous savez (car il fait des entraînements pour ça), il serait coulé en quelques minutes.

    j’imagine les mêmes interrogations sur terre : pourquoi l’escalier C de la barre 9 de Trifouilly est-elle infectée ? Qu’a fait le concierge, le Maire a t-il refusé l’évacuation ? Le technicien de surface de la barre l’affirme

      +11

    Alerter
    • Cyd // 21.04.2020 à 10h27

      En cas de guerre vous n’en savez rien

      Juste avant 1914, les gens comme vous pensez que les forts n’avaient aucun avenir face à l’artillerie lourde

      Et pourtant ….

        +3

      Alerter
      • RGT // 21.04.2020 à 11h10

        Et juste avant la seconde guerre mondiale des gens comme vous étaient persuadés que la ligne Maginot permettrait d’arrêter les allemands…

        Sauf De Gaulle qui avait depuis longtemps déjà pensé la « guerre éclair » avec des blindés rapides et qui a été lu et compris par les stratèges allemands.

        Vous avez plusieurs guerres de retard.
        Vous devriez vous renseigner sur les torpilles hypersoniques peu coûteuses spécialement conçues pour couler les porte-avions.

        Oh pardon, comme la marine française, vous utilisez toujours des torpilles à vapeur…

          +7

        Alerter
        • Felix // 21.04.2020 à 14h10

          Torpilles hypersoniques ? Jamais entendu parler de véhicules sous-marin hypersonique.

            +3

          Alerter
          • Subotai // 22.04.2020 à 02h18

            Pourtant c’est plus simple que des véhicules aériens hypersoniques.

              +1

            Alerter
        • Le Minotaure // 21.04.2020 à 14h17

          Belle enfilade de perles.

          Et sinon De Gaulle était loin d’être le seul à avoir pensé à la guerre blindée (par ex. le général Estienne, le capitaine Mérat ou le commandant Pigeaut) et les Allemands n’ont pas eu besoin de lui pour y penser. D’ailleurs la réflexion sur l’emploi conjoint de l’aviation et des blindés, sur le rôle des transmissions, au coeur des campagnes militaires allemandes de 1939 et 1940, sont quasi absentes de la pensée de De Gaulle.

          Pour ce qui est des porte avions tout est possible mais on a aussi le droit d’être prudent sur ce genre de grande prédiction. Les Russes maintiennent en ligne leur unique porte-avion, qu’ils ont modernisé il y a un an. La Chine a mis en service son 2eme PA il y a 4 mois et en construit un troisième. Les Américains en ont 11 et les Japonais sont en train de préparer la transformation de leurs porte hélicoptères en PA.

            +5

          Alerter
          • gracques // 21.04.2020 à 16h38

            Et et et et….. La ligne MAGINOT n’a jamais été traversée par les troupes Allemandes , bien trop fortifiée !

            C’est juste que ces gros malins sont passé par la Belgique et le Luxembourg , pays neutres contre lesquels nous n’avions pas construit de défense.
            Ces Allemands toujours a jouer avec les règles qui les arrangent .

              +2

            Alerter
        • Alfred // 22.04.2020 à 09h11

          Vous faites erreur. La ligne Maginot a bien arrêté les allemands aux rares endroits où elle a servi. L’erreur a été de ne pas la poursuivre jusqu’à à la mer (pour ne pas froisser nos voisins du nord) et de compter sur les belges et les luxembourgeois pour arrêter les allemands. Et de compter sur les allé pour respecter une neutralité.
          Bref beaucoup d’erreurs et de défaillances mais justement pas la ligne Maginot ni même son concept (qu’il fallait appliquer à fond). L’erreur a été la demi mesure. Comme souvent.

            +1

          Alerter
        • Dieselito // 23.04.2020 à 10h14

          Le terme exact est hypervéloce.
          le fonctionnement est expliqué ici :https://www.youtube.com/watch?v=VanOVShKsCM&t=2536s

            +0

          Alerter
    • Patrick // 21.04.2020 à 13h33

      Ça peut toujours être utile pour amener la démocratie dans un pays pas trop dangereux, comme la Syrie ( ah non, mauvais exemple )

        +4

      Alerter
  • Ardéchoix // 21.04.2020 à 08h06

    Il est étonnant de voir le porte-avions nucléaire fleuron de l’armée de l’air soit terrassé par un virus lui-même aéroporté.

      +20

    Alerter
    • Olivier // 21.04.2020 à 08h20

      Oui, aéro-importé directement de Wuhan, parce que nous sommes tellement meilleurs et savons tellement mieux que les Chinois détecter et combattre ce virus.

      Tenez, les masques sont passés d’inutiles, à nécessaires et bientôt obligatoires.

        +8

      Alerter
    • sergeat // 21.04.2020 à 09h18

      Il semblerait que notre porte avion soit prévu pour des contaminations extérieures :nucléaire,bactériologique,chimiques..mais le virus c’est propagé par l’intérieur recyclage de l’air.Par contre nos sous marins ont heureusement des filtres qui interdisent des propagations intérieures.

        +5

      Alerter
    • RGT // 21.04.2020 à 11h34

      Habituellement il est terrassé par des pannes à répétition et passe la moitié de son temps chez le garagiste.

      C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ils veulent en construire un second, strictement identique bien sûr.
      Les stratèges espèrent qu’ils tomberont en panne alternativement et qu’il y en aura un de disponible en permanence…

      Par contre ils ne pourront pas en construire un à l’identique : J’avais travaillé il y a quelques années sur une analyse d’obsolescence de composants électroniques de matériel électronique (non armement) qui étaient déjà obsolètes à la fin des années 90…
      Si certaines cartes tombent en panne il est IMPOSSIBLE de les réparer car les composants n’existent simplement plus, même dans les stocks des « brokers »…
      Et bien sûr, comme ces cartes sont homologuées il est impossible de les remplacer par des cartes plus modernes.

      À l’époque des smartphones et de la 5G le Charles De Gaulle est encore équipé de résistances en carbone aggloméré (fiables mais plus fabriquées depuis au moins 15 ans) et d’autres composants préhistoriques qui raviraient les paléontologues à la recherche de dinosaures.

      Ce bâtiment aurait sa place dans un musée, dans la section « fossiles du crétacé ».

      Un diplodocus flottant, c’est la classe dans les exercices navals ou dans les parades militaires.
      Par contre, en combat réel contre un opposant moderne ça risque d’être l’extinction de masse.

      Pendant ce temps, les russes et les chinois utilisent des missiles et des torpilles hypersoniques…

      Les stratèges occidentaux ont seulement 65 millions d’années de retard.

        +6

      Alerter
      • Patrick // 21.04.2020 à 13h47

        Il y avait en projet de s’entendre avec les anglais.
        Un porte avions chacun, ça permettait d’en avoir toujours un opérationnel.
        Les anglais ont fait le leur en comptant sur le F35 à décollage vertical 😄😄, bonne pioche 😄

          +1

        Alerter
        • Alfred // 22.04.2020 à 09h16

          C’est sur que s’il ne sert que par beau temps et dans sa maigre enveloppe opérationnelle il peut arriver à rentrer au bercail sans se crasher. Reste à savoir à quoi il sert (à part à lier les mains des vassaux et à faire couler l’oseille).

            +4

          Alerter
          • Patrick // 22.04.2020 à 10h13

            le F35 est le plus belle machine à cash jamais conçue par Lokheed .
            C’est une vraie machine de paix !! il ne sera vraisemblablement jamais opérationnel au vu du nombre de bugs à régler.

              +2

            Alerter
          • Basile // 22.04.2020 à 11h00

            d’autant que l’invisibilité ne fonctionne que sur le plan horizontal, celui d’un radar classique. Les Russes on mis en service des radars dont les ondes de réfléchissent sur la stratosphère, et illuminent la cible par le haut, à des milliers de km.

              +1

            Alerter
          • Basile // 22.04.2020 à 16h42

            @ ramanujan : c’est bien ce qu’on pensais, vous êtes de la maison. En clair, un militaire de profession. Permettez moi alors de dire que je ne baille pas devant « notre armée », qui n’est d’ailleurs pas la nôtre, mais celle d’un gouvernement, depuis qu’il n’y a plus de conscription.

            « Nos braves gars », c’est de la propagande rentrée dans nos crânes par toute une clique politique et journalistique. Je ne suis pas plus en admiration d’un militaire de carrière, que d’un plombier de carrière ou un électricien de carrière. ils font tous un métier pour de l’argent. Sauf que ces derniers n’irons pas assassiner un dirigeant étranger parce qu’on leur en donne l’ordre.

              +0

            Alerter
  • TZYACK // 21.04.2020 à 08h16

    Test en grandeur nature : A ce jour, l’équipage du CDG a atteint une immunité collective de 60% au Covid-19 pour n’avoir pas été, pendant un mois, ni confiné, ni détecté, ni soigné ! Les résultats médicaux de cette épidémie libre en vase clos, sans frein ni contrainte, seront certainement très utiles pour prévoir les suites du développement de la pandémie en France et dans le Monde. Merci à la Marine !

      +7

    Alerter
    • Cyd // 21.04.2020 à 10h33

      Oui tout à fait’

      Je suis curieux de connaître le profil des 31 hospitalisés dont celui en réanimation

      En début d’épidémie, je me suis interrogé sur la pertinence d’accélérer la contamination de manière contrôlé en inoculant volontairement des sujets « sans risque a priori » et en les enfermant dans un hôtel sous forte surveillance médicale

      Voilà c’est plus ou moins fait avec ce porte avion

      31 cas graves ça me semble beaucoup pour continuer ce genre d’expetience

        +1

      Alerter
  • douarn // 21.04.2020 à 08h16

    Dans l’article du zerohedge du 16/4/20, est rapporté que
    « des marins américains sont également à bord, probablement en soutien aux récents exercices de l’OTAN auxquels le transporteur a participé. Au moins deux Américains sont positifs, après que le navire a accosté au port de Toulon et que les tests ont été intensifiés. Et deux autres Américains sont en quarantaine et font l’objet d’une surveillance des symptômes. « Deux des quatre marins américains affectés au porte-avions français à propulsion nucléaire FS Charles de Gaulle (R91) ont été testés positifs au COVID19 et reçoivent d’excellents soins médicaux du pays hôte dans les installations françaises », a déclaré un porte-parole de la marine à CNN. »
    Peut être ont ils pu profiter de masques que les étatsuniens n’ont pas eu le temps de nous barboter sur le tarmac de l’aéroport chinois :-\
    On peut aussi s’étonner qu’une mission pour l’otan implique d’embarquer des marins d’une nation pas amie sur un navire de haute technologie 😮
    https://www.zerohedge.com/health/us-sailors-among-668-infected-french-aircraft-carrier-charles-de-gaulle

    La navy rapporte que 60% des cas de ses marins infectés ne montre aucun symptomes. A la question posée : « temps d’incubation du virus Covid-19 dépasse le délai de 14 jours ? » pourquoi n’est-il donc pas envisagé que des cas assymptomatiques aient embarqué sur le CDG le 13/3/20?
    https://www.zerohedge.com/health/navy-reports-alarming-stealth-transmission-rate-60-infected-carrier-crew-symptom-free

      +2

    Alerter
    • Basile // 21.04.2020 à 10h12

      ces « amis » un peu bizarres s’entraînent à apponter chez l’un et chez l’autre. Au cas ou. Ou quoi, je n’en sais rien, mais je le devine.

      C’est pas demain la veille que des militaires français refuseront de la faire. Faut bien gagner sa croute. Et puis c’est amusant.

        +3

      Alerter
      • Basile // 22.04.2020 à 07h21

        « Ceci permet à la France de commander des missions internationales avec les USA, la GB »

        pour l’imager, la France n’est que la frégate d’escorte du porte avion américain. Qu’il rentre à la base, comme l’a ordonné Obama en Syrie, la frégate France commandée par Hollande rentre aussi.

          +2

        Alerter
    • olivier77 // 21.04.2020 à 16h02

      Le système de catapultage est 100% US. Sans l’aide des nos intervenants américains, on aurait du mal à lancer les avions. Faut croire que notre pays manque d’ingénieur ou qu’on a été obligés de standardiser un mode de catapultage pour que n’importe quel avion de l’OTAN puisse atterir et décoller de notre baignoire.

        +1

      Alerter
    • Basile // 22.04.2020 à 06h37

      on ne sais pas ce que vous entendez par le mot « ami». Vous l’utilisez au sens propre avec une certaine admiration, ou c’est ironique ?

      car des amis qui vous interdisent de commercer avec tel ou tel pays sous peine de sanctions, qui vous mettent des milliards d’amendes pour ceci cela, pour moi ce ne sont pas des rapports d’amitié, mais des rapports dominant-dominé.

      Votre ami n’est que notre maître. Nous ne sommes que le valet fier d’être autorisé de porter une arme car nous lui sommes soumis.

        +4

      Alerter
  • Renard // 21.04.2020 à 08h23

    1°) L’article omet de dire que les grandes manœuvres prévues « pour la défense des pays baltes » ont avorté justement pour cause de corona.
    2°) Il a été dit dans la presse que quatre officiers états-uniens qui étaient à bord du porte-avion ont été également contaminés. Quel était leur rôle à bord ? Commissaires politiques ? Et à quelle date sont ils montés ?

      +15

    Alerter
    • SanG // 21.04.2020 à 09h15

      Pour le cas où vous l’ignoreriez, il existe à bord un quartier étasunien complet, qui est affecté au système d’arrêt des aéroplanes en atterrissage. (la porte de leur cabine comporte même une interdiction d’entrer !).
      Ce système d’accroche est sous brevet étasunien et les États-Unis ont en permanence une escouade de techniciens à bord pour en assurer l’opération et la maintenance.

      Voilà le prix à payer pour notre appartenance à L’UE et à l’otan.

      Notre prestigieux porte-avions, payé et équipé par les impôts français, se réduit à une vulgaire coquille de noix sur simple injonction des États-Unis. Car que vaut un porte-avions sans système d’arrêt des aéronefs au retour ?

        +24

      Alerter
      • Fritz // 21.04.2020 à 09h30

        En 2004, Régis Debray notait que la réintégration de la France dans le bloc américain se faisait par l’université comme par les armées, au nom de l’interopérabilité. Nous y sommes.

          +10

        Alerter
        • Basile // 21.04.2020 à 10h16

          je suppose que sur le CDG, tout le monde parle esquimau ?

            +1

          Alerter
      • Ignotus // 21.04.2020 à 12h35

        A SanG
        Auriez-vous des liens confirmant officiellement (si possible) cette information ?
        Merci

          +2

        Alerter
        • SanG // 22.04.2020 à 07h37

          Bonjour.
          Non je n’ai pas. C’est assez technique et pour trouver cette information il faudrait disposer de la terminologie précise de ce système de freinage pour effectuer les recherches dans les magazines spécialisés.
          Cette information est confirmée verbalement lors des visites à bord. Probablement elle le serait sur consultation écrite auprès du service de communication des armées.
          J’ai juste su que la technologie avait évolué postérieurement à notre réintégration dand l’otan, et que c’est à ce moment qu’a été justifiée l’apparition d’etatsuniens à bord du navire. Cette technologie était auparavant franco-française.
          Bien à vous.

            +1

          Alerter
      • SanG // 22.04.2020 à 07h29

        Bonjour.
        Relisez mon commentaire Svp. Je mentionne le système de freinage. Pas les catapultes.
        J’ai visité le Charles de gaulle en 2016 et j’ai pris une photo du fameux quartier réservé aux etatsuniens à bord.
        Je l’ai visité de nouveau récemment et les photos intérieures sont désormais interdites, et qui plus est cette partie du navire n’est plus visitée. En revanche le système de freinage est bel et bien toujours sous licence étasunienne et maintenu à bord par des militaires etatsuniens.
        Votre commentaire est peut-être valable pour certains commentateurs, mais pour ma part il repose sur la réalité et la vérité.
        Une coquille de noix désarmée, et rien de plus. Je ne parle pas à l’unisson de ceux qui affirment qu’il serait immédiatement coulé, car c’est idiot, il est très protégé tant des attaques en surface, aériennes que sous-marines.
        Mais que sur simple action étasunienne il perde immédiatement sa fonction de porte-avion, je persiste et signe.

          +1

        Alerter
  • Curieux // 21.04.2020 à 08h40

    Bonjour,

    Quel est l’intérêt de publier ces articles, qui datent de 5 à 13 jours, alors que d’autres sont sortis, depuis, qui apportent déjà des réponses aux questions que ceux-ci posaient ?
    Exemple : 1046 testés positifs sur 1760
    etc…

      +18

    Alerter
  • SanKuKai // 21.04.2020 à 08h52

    Puisque c’est la GUERRE, il est plutot normal que l’ennemi commence par attaquer les militaires. Non?

      +7

    Alerter
  • trucbidule // 21.04.2020 à 08h57

    La pertinence des avis géostratégique de certain me laissera toujours aussi pantois..
    En espérant que cette personne découvre un jour les notions de projection stratégique, ou encore de l’importance du militaire dans la diplomatie.
    Enfin bon, les personnes qui pensent avoir mieux compris que les gouvernements Américains, Français, Britanniques, Chinois, Indiens, Russes et Brésilien réunies, pas vraiment sur de leur pertinence à se remettre en question…

      +10

    Alerter
    • sergeat // 21.04.2020 à 09h11

      Surtout que la seule entité nationale indépendante qu’il nous reste (après les frontières,la monnaie,les lois,…disparus par l’UE):la défense nationale et sa projection stratégique.Malheureusement cette dernière entité est en train d’être abandonnée et vendue aux allemands :futur avion de combat prévu vers 2040,futur char de combat ….
      Nous n’avons pas de masques mais pour notre armée depuis Macron nos fusils et nos MUNITIONS sont importés il suffit simplement de faire des appels d’offres truqués.

        +17

      Alerter
    • wuwei // 21.04.2020 à 11h02

      Pour ma part ce qui me laisse pantois ce sont les priorités de certains. Je préfèrerai en ces temps de guerre entre autres moyens déployés prioritaires un peu plus de lits d’hôpitaux et des soignants en nombre suffisant et bien rémunérés. Quant aux géostratéges de salon de thé je leur signale qu’il y a 197 pays reconnus à l’ONU et qu’il n’y a que 7 pays qui ont des portes-avions. A vous entendre ceux qui ne possèdent pas au moins un de ces cercueils flottants manquent de visions !

      https://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/irak-l-engagement-charles-gaulle-a-coute-plus-40-millions-tout-compris-26161
      https://www.capital.fr/economie-politique/le-porte-avions-charles-de-gaulle-enfin-renove-au-prix-fort-1315038

        +8

      Alerter
      • sergeat // 21.04.2020 à 12h37

        Oui mais il y a que 3 pays au monde qui sont capables d’avoir LES technologies et le savoir faire pour être complètement indépendant :les USA,la Russie,la France…..la Chine pour l’instant a un retard énorme.Ceci nous permettrait si nous avions un bon président de défendre nos intérêts et d’aider nos partenaires historiques.
        Votre vision de bisounours faisant une dichotomie entre défense (pas bon) et santé(bon) est complètement erronée:les seuls pays qui ont réussi à préserver leur population sont les pays qui sont en guerre larvée (non expansionniste comme les USA):Taiwan,Corée du Sud,Vietnam,Hong Kong,Russie…..car une défense nationale signifie aussi protection médicale de sa population donc l’inverse de votre raisonnement.

          +3

        Alerter
        • Patrick // 21.04.2020 à 13h39

          Taiwan , Corée : pas de porte avion.
          Vietnam : on a pris une branlée.
          Donc l’indépendance nationale n’a pas besoin de porte avion mais de gens pour se battre.

            +6

          Alerter
          • sergeat // 21.04.2020 à 19h05

            Défense nationale=protection civile,ce qu’a oublié les néo-libéraux.La protection civile fait parti de la défense qu’elle soit nucléaire,bactériologique,chimique…
            La Corée défend sa frontière terrestre.
            Taiwan se défend CONTRE une invasion maritime,elle n’a ni Martinique,ni,Guyane,ni Tahiti…..
            Le Vietnam a foutu la branlée dans l’ordre aux japonais,puis français,suivi par les américains et enfin la grande Chine déjà industrialisée.Mais vous avez l’air d’être un apôtre du dénigrement de notre pays.

              +3

            Alerter
          • Patrick // 21.04.2020 à 20h04

            Je ne dénigre pas, je constate.
            Je constate que l’état français ( pas du tout libéral ) n’assure pas correctement ses missions régaliennes
            Je constate que nous allons aider nos amis américains ou certains gouvernements à faire des c..ies
            Je constate que l’état est incapable de faire face à une crise.
            Et ça me désole.

              +2

            Alerter
          • Patrick // 21.04.2020 à 20h07

            Une question
            Sur ce site tout le monde chouine à propos du néolibéralisme ou des néolibéraux , est-ce que quelqu’un a une définition précise pour ces deux termes ?

              +0

            Alerter
          • barbe // 21.04.2020 à 20h51

            Bien évidemment : est néolibérale la politique gouvernementale (ne pas confondre gouvernement et Etat) qui ne cible pas l’intérêt général, qui met au service des dominants financiers l’appareil d’Etat. Qui considère qu’il n’y a que l’individu. Que les communs ne sont qu’un vestige du vieux monde.

              +2

            Alerter
    • Patrick // 21.04.2020 à 13h36

      Projection stratégique ça veut dire aller emm.. des gens qui ne nous agressent pas.
      Synonyme : crime de guerre (ex: Libye )
      Dans le meilleur des cas on se fait botter le c.. (Syrie, Afghanistan )
      On doit pouvoir faire des économies.

        +7

      Alerter
  • Fritz // 21.04.2020 à 09h03

    La journaliste du Monde ne manque pas de nommer la sainte Organisation, l’OTAN. Si seulement ce machin pouvait choper le coronavirus, une bonne fois pour toutes…
    Il est possible que les porte-avions soient bientôt frappés d’obsolescence, comme les cuirassés après la destruction du Prince of Wales et du Repulse par les Japonais, trois jours après l’attaque de Pearl Harbor.

      +6

    Alerter
  • jules Vallés // 21.04.2020 à 11h07

    Purée, à deux prés, on aurait eu 666 contaminés sur le Charles de Gaulle , diable, on l’a échappé belle !

      +5

    Alerter
  • occitan // 21.04.2020 à 12h14

    navire obsolète et coûteux quant à son entretien et qui ne méritait pas ce développement explicatif fleurant bon le « vive la France et les pommes de terre frites !

      +3

    Alerter
  • Bientôt 78 ans // 21.04.2020 à 12h43

    Je doute qu’en Chine, dans des circonstances similaires, le commandement resterait en poste pendant 24 heures…

    Mais la-bas, une guerre au Corona, ça se gagne, et vite. À la “guerre” comme à la guerre?

      +5

    Alerter
  • Onna // 21.04.2020 à 14h10

    Une compilation d’articles sur le Charles de Gaulle, alors que le sujet aurait pu tenir sur un paragraphe.
    Il est vrai que le questionnement sur le pourquoi du comment ce virus est entré sur le porte-avions est essentiel et réquisitionne les plus valeureux journalistes de BFM WC … Honnêtement il aurait mieux valu une synthèse de la part du blog.

      +3

    Alerter
  • Denis // 22.04.2020 à 15h05

    Pour un porte avion, combien de masques?
    Combien de tests?
    Beaucoup plus utile à la population de France!

    Mais la frime ( de mauvais goût) pour faire le beau devant le suzerain
    est plus importante que la vie de ceux qui ne sont rien.

    Heureusement nous sommes dans une république démocratique, ce qui
    se fait de mieux et de plus adapté aux situations présentes et à venir.

    Quant à la critique de l’Armée française: expression libre, n’en déplaise à
    certains admirateurs de la chose militaire.

    Ciel clair, je vais faire ma petite promenade champêtre et quotidienne. 🙂

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications