Les Crises Les Crises
3.mai.20183.5.2018 // Les Crises

Contre l’antisémitisme, avec détermination et sang-froid, par Dominique Vidal

Recommander 9
J'envoie

Source : Le Blog Mediapart, Dominique Vidal, 23-04-2018

Je partage avec les signataires du Manifeste des 300 une seule conviction : la lutte contre l’antisémitisme constitue un impératif moral et politique majeur, dans une société encore rongée par toutes les formes de racisme. Il en va de l’avenir de la démocratie et donc de la République. Mais je ne suis d’accord, ni avec leur analyse du phénomène, ni avec leur démarche pour le combattre.

Et pour cause : ils ignorent complètement les indications que nous donne, depuis des années, la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), avec laquelle, je le rappelle, les institutions et organismes communautaires juifs collaborent pourtant étroitement. Le « Rapport sur la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie », que la Commission publie chaque année, met à la fois à notre disposition un état de l’opinion et une évaluation des violences perpétrées.

Quelles leçons se dégagent du travail des sondeurs, des sociologues et du ministère de l’Intérieur ?

– Que l’idéologie antisémite n’a cessé de reculer parmi nos concitoyens depuis la Seconde Guerre mondiale, au point d’y devenir marginale : 89 % d’entre eux considèrent les Juifs comme « des Français comme les autres », soit une proportion supérieure de 8 points à celle observée pour les musulmans et de 30 points comparée à celle des Roms ;

– Qu’en revanche, les préjugés antisémites, bien qu’en diminution, restent influents, si bien que 35 % des Français pensent encore que « les Juifs ont un rapport particulier à l’argent », 40 % que, « pour les Juifs français, Israël compte plus que la France » ou 22 % que « les Juifs ont trop de pouvoir »;

– Que les violences anti-juives, après un pic au début du siècle, ont connu depuis une décrue progressive, confirmée en 2017. Les violences antimusulmans, elles, ont culminé en 2015, alimentées par l’horreur des attentats terroristes, mais reflué elles aussi depuis. Rapportés au nombre de personnes concernées, les chiffres montrent que les Juifs constituent la principale cible des actes racistes, par ailleurs moins nombreux mais plus violents ;

– Que, pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, des Juifs ont été assassinés, en tant que tels – indépendamment des attentats terroristes comme ceux de la synagogue de la rue Copernic ou de la rue des Rosiers. Si, certains de ces meurtres sont indiscutablement antisémites, comme ceux de Mohamed Merah ou d’Amedi Coulibaly, d’autres imbriquent haine des Juifs, motivations crapuleuses, voire signes de maladie mentale ;

– Que cet antisémitisme – idéologie, préjugés, violences – est le fait de groupes divers. S’il reste caractéristique de l’extrême droite, y compris du Front national dont la « dédiabolisation » n’a pas éradiqué le vieux racisme anti-juif et le négationnisme, cet antisémitisme s’est aussi développé parmi les enfants de l’immigration. Mais une sociologue comme Nonna Mayer met en garde contre le concept de « nouvel antisémitisme », inspiré des thèses de Pierre-André Taguieff qui, écrit-elle, « voit un antisémitisme masqué derrière la critique d’Israël et du sionisme, au nom de l’antiracisme et des droits de l’homme, et porté tant par l’islamisme radical que par les idéologies tiers-mondistes d’extrême gauche ».

Ces analyses, on en conviendra, tranchent avec le simplisme et l’alarmisme du Manifeste de Philippe Val. Tout ce qui est excessif ne compte pas, disait Talleyrand : comment peut-on parler, à propos des Juifs français, de « terreur » ou d’« épuration ethnique » ? Mais surtout les pistes que suggèrent les signataires sont de fausses pistes, le plus souvent dangereuses :

– Faire du seul islam radical la cause de la violence antijuive, c’est ignorer une partie importante du phénomène. D’abord parce que, je l’ai rappelé, l’antisémitisme de l’extrême droite reste vivace et souvent violent. Ensuite parce que, même parmi les jeunes de banlieue, la violence – comme d’ailleurs le djihadisme – n’a pas qu’une dimension idéologique ou religieuse : elle s’enracine aussi, n’en déplaise aux signataires, dans la désespérance sociale, elle-même produite par les discriminations économiques, sociales et ethniques qui les frappent dans notre société. Autrement dit, la vigilance et la répression nécessaires doivent aller de pair avec des efforts d’intégration considérables. Pour que la République se réconcilie avec sa jeunesse, y compris immigrée.

– Dénoncer « l’antisémitisme d’une partie de la gauche radicale qui a trouvé dans l’antisionisme l’alibi pour transformer les bourreaux des Juifs en victimes de la société »(sic), c’est tout simplement infâme. Mais d’où sort ce fantasme d’une extrême gauche antisémite en France aujourd‘hui ? De qui parle-t-on ? Des communistes ? Des insoumis ? Des écologistes ? Des trotskistes ? Des chrétiens de gauche ? Aucun de ces partis, groupes ou mouvements n’a jamais flirté, de près ou de loin, avec la haine des Juifs ! Au contraire, c’est de ce côté-là que les Juifs ont trouvé, à l’heure du plus grand péril, leurs défenseurs les plus héroïques. Faut-il rappeler qu’en France, contrairement à la plupart des autres pays occupés, la solidarité populaire, des communistes aux gaullistes en passant par les chrétiens, a permis à près de quatre cinquièmes des Juifs d’échapper au génocide ?

– Infâme, cette affirmation relève aussi de l’analphabétisme historique. L’antisémitisme est un délit, poursuivi à juste titre, comme toutes les formes de racisme, par les lois, anciennes et récentes, de la République. L’antisionisme, lui, est une opinion, selon laquelle Theodor Herzl a eu tort de considérer les Juifs comme inassimilables et de prôner en conséquence leur rassemblement dans un État qui leur soit propre. L’immense majorité des Juifs, jusqu’en 1939, s’est opposée au projet sioniste : à cette date, la communauté juive de Palestine ne représente que 2,5 % de la population juive mondiale. Après le génocide nazi, des centaines de milliers de survivants, qui n’avaient pas où aller, faute de visas américains, ont choisi de rebâtir leur vie en Israël. Il en ira de même pour les Juifs des pays arabes, puis pour les Juifs soviétiques, venus par nécessité plus que par choix sioniste. Et, malgré ces vagues d’immigration, la majorité des Juifs vivent ailleurs qu’en Israël, et ils s’intègrent si bien en Amérique et en Europe que la majorité d’entre eux y concluent des mariages « mixtes ». En quoi ces rappels historiques relèveraient-ils de l’antisémitisme ?

– Avec la conclusion du Manifeste, on sombre dans l’absurdité pure et simple. Les signataires demandent que « les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés d’obsolescence par les autorités théologiques, comme le furent les incohérences de la Bible et l’antisémitisme catholique aboli par Vatican II, afin qu’aucun croyant ne puisse s’appuyer sur un texte sacré pour commettre un crime ». J’avoue avoir du mal à imaginer que tant de personnalités ignorent un fait simple : si l’Église catholique a pu renoncer dans son discours à la dénonciation des Juifs comme un « peuple déicide », responsable de siècles de massacres en Europe, c’est qu’elle s’organise autour d’une structure hiérarchique, avec un clergé, un pape et des conciles. Tel n’est pas le cas de l’islam, qui ne dispose pas d’« autorités théologiques » à même de modifier des versets du Coran. Il en va d’ailleurs de même du judaïsme, où personne n’est en droit de censurer les commentaires du Talmud contre les goyim et encore moins les nombreux appels au génocide que contient l’Ancien Testament – et que pourtant des dirigeants, religieux et politiques, invoquent pour justifier le sort fait aux Palestiniens. Si les Livres saints étaient amendables, ça se saurait !

– Voilà, pour conclure, le grand absent du « Manifeste » : le conflit israélo-palestinien. Cette lâcheté, sans doute nécessaire pour bricoler un groupe aussi hétéroclite, est absurde. Qui osera le nier ? Les massacres de ces dernières semaines contre les manifestations de Gaza, justifiés par une partie des signataires, provoquent par exemple plus d’antisémitisme que tous les versets dénoncés du Coran. De quand date la dernière explosion de violences contre les Juifs dans notre pays, sinon de la Seconde Intifada et de sa répression brutale ? Et la droite et l’extrême droite israéliennes nous annoncent bien pire, avec l’annexion annoncée de la Cisjordanie, l’enterrement de la solution des deux États et la perspective d’un seul État où les Palestiniens annexés avec leur terre n’auraient pas le droit de vote… La paix au Proche-Orient ne fera pas disparaître miraculeusement l’antisémitisme, mais elle y contribuera décisivement : raison de plus pour s’engager sur ce chemin.

Un dernier mot : hiérarchiser les racismes, c’est tomber dans le racisme. Et hiérarchiser le combat contre le racisme, c’est le saboter. Cette lutte indispensable, nous la remporterons ensemble ou jamais. Avec détermination et sang froid.

Dominique Vidal. Historien et journaliste, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, collaborateur du “Monde diplomatique”

Source : Le Blog Mediapart, Dominique Vidal, 23-04-2018


Qu’alliez-vous faire, Annette, dans cette galère ?

Source : Le Blog Mediapart, Dominique Vidal, 26-04-2018

Annette Wieviorka, je vous connais depuis des décennies et j’ai pour vous sincèrement beaucoup d’estime intellectuelle : on compte sur les doigts d’une main les meilleur(e)s historien(ne)s de la Seconde Guerre mondiale et du génocide nazi. Mais…

J’ai écouté en replay le « Téléphone sonne » de France Inter auquel vous avez participé, le 24 avril, avec Anouar Kbibech, vice-président du Conseil français du culte musulman (CFCM). Ayant signé le Manifeste de Val et Valls, vous avez tenté de le défendre. Excusez-moi, mais, franchement, c’était pathétique.

https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-24-avril-2018

Vous avez, il est vrai, joué de malchance : le premier auditeur vous a interrogés sur le conflit israélo-palestinien. « Stupéfiant », répondez-vous : « Ce n’est pas le sujet. Nous parlons du nouvel antisémitisme et non d’Israël et de l’antisionisme. » Sauf que votre Manifeste parle bel et bien de l’antisionisme, qu’il amalgame scandaleusement avec l’antisémitisme. Sauf que nombre de vos camarades de signature nous expliquent depuis des années que l’antisémitisme tient à l’« importation du conflit israélo-palestinien ». À cette notion d’importation près (un rien complotiste s’agissant d’un pays qui compte, en Europe, le plus de Juifs et de musulmans et se passionne donc naturellement pour le Proche-Orient), il est indéniable que les massacres de Gaza, par exemple, suscitent plus de rage antisémite que tous les Versets contestés du Coran. Surtout quand des dirigeants irresponsables du CRIF justifient les crimes de Tsahal au nom des Juifs de France…

Ces sourates, parlons-en. Votre interlocuteur met « au défi » quiconque d’en citer une seule qui appelle au meurtre des juifs ou des chrétiens. Et d’expliquer l’effort nécessaire de pédagogie pour replacer ces textes dans leur contexte et travailler sur leur interprétation. Un peu larguée, vous avouez: « Je suis très très ignorante en matière de Coran. Je ne vais pas en discuter.» Mais, vous fait-on remarquer, vous avez signé un Manifeste qui en parle ? Alors vous soufflez : « On signe un Manifeste qui est très long. On le signe globalement. Sur chaque point, on pourrait discuter. » Donc c’était un point secondaire ?

Votre épreuve ne s’arrête pas là. Le débat évoque les religions qui, comme le judaïsme ou l’islam, n’ont pas de clergé, pas de Pape. Impossible d’imaginer un Vatican II juif ou musulman. « C’est vrai, reconnaissez-vous, l’islam ne fonctionne pas comme l’Église. Mais les musulmans doivent avoir de l’imagination et trouver leur voie propre… comme Vatican II. »

Votre interlocuteur écartant toute comptabilité morbide des victimes des violences, vous renchérissez : « Pas de comptabilité. » Mais vous ajoutez aussitôt : « Depuis 10-15 ans, les meurtres n’ont visé que des Juifs. » Poliment, Anouar Khbibech vous fait observer – pour la troisième fois, mais jusqu’ici vous ne l’aviez même pas entendu – que Merah a commencé par assassiner un soldat musulman. « Oui, dites-vous, mais dans une série qui aboutissait à tuer des enfants juifs. On n’a pas égorgé un imam dans un mosquée, mais on a égorgé le Père Hamel. On n’a pas tué des enfants musulmans dans une école musulmane. Il y a quand même quelque chose. » Visiblement, chère Annette, vous avez pris de longues vacances à l’étranger en 2015 et 2016. Sinon, vous sauriez qu’un très grand nombre de victimes du Bataclan ou de Nice, entre autres, étaient musulmanes…

Et pourtant vous parlez, peu après, de « terrorisme intérieur et extérieur ». Et vous reprenez : « Il faut comprendre ce qui se passe. Je n’ai pas de réponses. » L’auditeur naïf doit se demander alors ce que vous faites au micro de France Inter et pourquoi vous avez signé le Manifeste. « Que se passe-t-il, poursuivez-vous, pour qu’une frange se revendiquant de l’islam devienne meurtrière. Y a-t-il un lien ou non ? Comment agir si on ne comprend pas ? » Bref, vos formulations se font plus prudentes.

Hélas, un auditrice protestante conteste votre analyse. Vous lui rappelez alors – elle les avait certainement oubliés – les massacres perpétrés contre les Huguenots en France. Et ce souvenir vous arrache une conclusion lamentable. Qui commence bien « Il n’y a pas de religion meurtrière. » Et finit mal : « Mais il y a des périodes où des religions deviennent meurtrières. » Des religions…

Pas un mot de Daech, pas un mot de la ghettoïsation des banlieues, pas un mot des discriminations et du racisme, pas un mot des préjugés racistes et antisémites, pas un mot de l’éclatement des familles et de l’effondrement de l’autorité paternelle, pas un mot de la délinquance petite et grande, pas un mot des crimes crapuleux, pas un mot des troubles psychiatriques qui se généralisent. N’importe quel psy, n’importe quel sociologue, n’importe quel animateur vous diraient pourtant que tous ces ingrédients – et d’autres – entrent, autant que la religion et l’idéologie, dans le terreau de la violence en général et de la violence raciste en particulier – y compris antisémite.

Mon souhait le plus vif, chère Annette : retournez écrire vos excellents livres d’histoire et laissez les Manifestes politiciens aux politiciens…

D. V.

Source : Le Blog Mediapart, Dominique Vidal, 26-04-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

WASTERLAIN // 03.05.2018 à 10h24

2éme partie car la première n’est pas acceptée par la modération et je ne sais pas pourquoi !
1°) Oui, le soutien inconditionnel du gouvernement israélien par le CRIF, qui prétend représenter tous les juifs de France, contribue à la montée de l’anti sémitisme.
2°) Oui, le traitement indigne que fait subir l’État Juif d’Israël (c’est sa loi fondamentale qui le qualifie ainsi, pas moi) aux palestiniens contribue à la montée de l’anti sémitisme.
3°) Oui, les deux poids deux mesures concernant le conflit israélo/palestinien par nos medias et nos politiques contribue à la montée de l’anti sémitisme. Dernière exemple en date, les propos limites du Président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas fait plus le buzz que les 50 palestiniens tués et les centaines de blessés à la frontière ( !?) de la bande de Gaza depuis début avril. Pour rappel ils sont tirés comme des lapins par Tsahal avec des balles conçues pour faire le plus de dégâts possibles, l’armée la plus morale du monde selon un certain député franco/israélien.
4°) Oui, l’inaction de la communauté internationale tant vantée par nos medias et nos politiques lorsqu’il s’agit de bombarder la Serbie, le Kosovo, la Lybie, la Syrie, le Yémen… envers le non-respect des résolutions de l’ONU par l’État Juif d’Israël contribue à la montée de l’anti sémitisme.
5°) Oui, la double nationalité automatique française/israélienne des juifs nés en France et allant faire leur service militaire en Israël contribue à la montée de l’anti sémitisme. Considérant le fait qu’ils participent à l’occupation illégale des territoires palestiniens, on est en droit de se demander pourquoi la justice française n’intervient pas…
J’arrête, je vous laisse compléter la liste…

97 réactions et commentaires

  • Kiwixar // 03.05.2018 à 06h00

    “L’antisémitisme est un délit”

    Pas compris. Les actes ou les propos antisémites sont des délits. Mais les opinions ou les pensées antisémites aussi??

    Il y a aussi la difficulté de sonder avec précision les opinions antisémites : le sondé ne peut pas exprimer une opinion antisémite, puisque s’il la vocalise au sondeur, elle devient un délit.

     32

    Alerter
    • emmanueL // 03.05.2018 à 11h09

      “Ce mot d’opinion fait rêver”.

      (Re)Lire “Réflexion sur la question juive” de JP Sartre. Pas long et, quoiqu’on pense du bonhomme certes pas irréprochable par ailleurs, très éclairant sur l’antisémitisme – dont l’expression “d’opinion antisémite” donc.

       0

      Alerter
  • yack2 // 03.05.2018 à 06h27

    La seule et unique question qui vaille: Pourquoi de telles voix (juives) sont absentes du débat dans les médias dominants?
    Le jour ou leurs paroles auront l’aura correspondant à leur profondeur et leur espoir….Peut être que l’antisémitisme retournera aux poubelles de l’histoire et ne sera pas recyclé par les pousses aux crimes et autres extrémistes habituels.

     12

    Alerter
  • Aladin0248 // 03.05.2018 à 07h42

    Voila un article auquel il sera impossible de répondre honnêtement sans tomber dans la trappe de la modération. Quand les idées sont criminalisées à coup de hache, fatalement, elles ne s’expriment plus publiquement, ne peuvent plus être débattues … non seulement elles ne meurent pas mais se renforcent naturellement. Donc ce qu’on appelle l’antisémitisme, c’est à dire ce qui ne peut plus s’exprimer publiquement est naturellement amené à se renforcer. Bien entendu, le conflit israélo-palestinien demeure emblématique.

     53

    Alerter
    • Le Minotaure // 03.05.2018 à 16h55

      Je ne suis pas pour la criminalisation des idées et de leur expressions, même les plus nauséabondes. Ceci-dit si vous pensez ne pas pouvoir vous exprimer “honnêtement” sans tomber sous le coup de la modération (et de la loi ?) , peut-être devriez-vous pensez à vous remettre en question.

       1

      Alerter
      • lon // 03.05.2018 à 17h28

        Tomber sous le coup de la modération, c’est par exemple dire que ” l’identité juive” est bien plus de nature ethnique et culturelle que religieuse ( voir le nombre important de juifs athées en occident et même en Israël )
        Mais cela va à l’encontre de la conception commune admise de citoyens appartenant à la même nation mais de religions différentes , religion qui appartiendrait au domaine “privé” ..
        Etonnant dans une époque où les petits nationalismes de tout bord ressurgissent en Europe, encouragés en cela par l’Union Européenne et le fantasme récurrent de la destruction de l’Etat Nation européen traditionnel et la création de “régions” dont certaines se feraient et se feront probablement sur sur des lignes ethniques ( Catalogne , Pays Basque , Bretagne, Haut Adige , etc..)

         11

        Alerter
        • Sandrine // 03.05.2018 à 21h17

          Vous mettez le doigt sur un point essentiel. Mais il faut aussi comprendre que cette idée de la religion qui serait du domaine privé alors que la nation devrait ignorer les frontières religieuses est très française (héritée de la révolution).
          Pour les Russes, par exemple, il va de soi que être juif définit une nationalité (et accessoirement une religion). C’était d’ailleurs la conception soviétique (on inscrivait « juif » sur le passeport, comme on inscrivait « ukrainien », « moldave », »géorgien » ; et tous avaient la citoyenneté soviétique sans distinction. )

           6

          Alerter
  • Toutatis // 03.05.2018 à 08h51

    On reste pantois devant un tel déni de la réalité. L’exode massif des Juifs de la Seine-Saint-Denis n’a rien à voir avec l’ “extrème-droite”.

     18

    Alerter
    • Patrique // 03.05.2018 à 10h29

      ça a, permettez-moi de vous contredire, au contraire tout à voir avec l’extrême droite musulmane.
      Il y a des extrême-droites, des gauches, des droites, des extrême-gauches.
      Il ne faut pas utiliser le singulier.

       6

      Alerter
      • Le Minotaure // 03.05.2018 à 17h02

        Des statistiques sur l’exode massif des Juifs de Seine Saint Denis ?

         6

        Alerter
      • marc // 03.05.2018 à 18h09

        moi j’aurais plutôt dit que c’est l’influence de l’extrême droite israelienne

        “Il est peut-être temps de dire aux Français juifs : la France n’est pas votre pays, ce n’est pas votre terre. Quittez-la et venez en Israël” a dit avigdor liberman en 2016

         19

        Alerter
  • max // 03.05.2018 à 09h02

    Ce texte, qui vient de mediapart, est surtout gênant de par les conclusions qu’il fait des constats.
    Ce texte ne nie pas l’antisémitisme des banlieues, c’est plus subtile, mais veille à le relativiser et même à le marginaliser en en rendant la société responsable.
    Ce nouvel antisémitisme issu des banlieues, n’est qu’un aspect du problème, il n’y a pas que les juifs qui y vivent dans la peur, il en va de même des homos et des filles, et qui instaure des polices parallèles sur fond de commerces de drogues et de prostitutions.

     16

    Alerter
    • emmanueL // 03.05.2018 à 11h12

      Pour information, que le texte vienne d’un blog de Mediapart n’a pas de signification particulière. Les blogs n’engagent pas le journal et, comme leurs commentaires, ils ne sont pas contrôlés.

       6

      Alerter
    • Ploupy // 03.05.2018 à 15h57

      Mais a aucun moment ce texte ne marginalise quoi que ce soit. Arrêtez de toujours vouloir minimiser l’effet de la société, du fait social, sur le corps. Si tout le monde crie au loup, l’apparition d’un loup justifiera la battue, même si c’est le dernier. L’humain, bête et moutonnier est ainsi fait. De dire que la déshérence économique, éducative et social des classes les plus modestes est vecteur de haine n’est pas une manière d’excuser ou de minimiser quoi que ce soit mais juste le rappel d’un fait. Maintenant si vous pensez que chacun pense librement émancipé des contingences de ce monde : libre à vous. Mais sachez que vous allez à l’encontre de toutes les études statistiques faites depuis l’existence de la sociologie.

       14

      Alerter
  • Maxhno // 03.05.2018 à 09h15

    Ce faux débat démontre encore une fois que la sphère médiatique est utilisée par des groupuscules pour détruire toutes formes de sens critiques, leur amalgame est détestable pour tous mais encore plus pour les Juifs qui n’avalisent pas l’idéologie du gouvernement Israélien.
    Est-ce que c’est l’antisémitisme qui pousse des Juifs Israéliens à couper les ponts avec leur pays de naissance ? non ce nouvel antisémitisme est réservé à ces populations qui ont fauté et qui ne méritent plus le dialogue mais la cravache.

     5

    Alerter
  • vlois // 03.05.2018 à 09h43

    Je voulais ajouter qu’il y a tellement de courants et de pensées contradictoires dans le judaisme, il a été prosélyte par moment, puis un héritage matrilinéaire. Après le Sanhédrin, le judaisme rabinnique ayant produit des fruits divers et variés dans l’histoire, semblable aux combats entre Hillel et Shammaï, de la culture d’exclusion à l’ouverture qui vont parfois jusqu’à la haine entre eux : ex. Spinoza…

    C’est triste de voir que le piège des manipulateurs et des démagogues (quelquesoit leurs couvertures confessionnelles ou politiques d’ailleurs, l’étiquette ne fait par le contenu) pour filer la responsabilité des problèmes qu’ils ont eux-mêmes provoquer à une communauté. Verticaliser les luttes fonctionnent et fonctionnera toujours.

    Je paraphrase Laborit, il faut vraiment apprendre le fonctionnement du cerveau à tout le Monde pour progresser, j’ajouterais qu’apprendre le raisonnement, la rhétorique, la dialectique en tant qu’arme redoutable pour contourner les mécanismes de défense du cerveau sont aussi importantes.

     3

    Alerter
  • LEVYATHAN // 03.05.2018 à 09h47

    Dès qu’on veut aller au fond des choses on vous assomme rapidement avec l’antisémitisme. L’exemple le plus dramatique : BHL. Les idées de ce charlatan chimiquement pures de toute trace d’antisémitisme, sont de la nitroglycérine pour toute manipulation critique. Voltaire a dit “pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer” … c’est si vrai, même pas une petite moquerie, pas une critique et surtout pas une critique bien construite: nous ne pouvons que baisser le regard, avaler leur vérité amer et noir, sourire et dire merci

     35

    Alerter
    • Pastounak // 03.05.2018 à 14h09

      Au hasard..

      “Ceux qui sont « opaques », ce sont ceux qui refusent tout débat public contradictoire. Ceux qui agissent sournoisement en coulisses. Comme Bernard-Henri Lévy qui promeut le « travail » de Monsieur Reichstadt tout en exerçant sur les médias une emprise énorme, ainsi que l’explique la journaliste Aude Lancelin dans son récent livre « Le Monde libre » (Prix Renaudot 2016). Elle cite notamment la Société des journalistes de L’Observateur dénonçant « la servilité dont une grande partie de la presse française a fait preuve vis-à-vis de Bernard Henri Lévy » (p 137). Lancelin décrit : « Bernard-Henri Lévy faisait en l’occurrence régner à Paris une véritable terreur durant toutes ces années, distribuant des brevets de bonne conduite intellectuelle aux uns, appelant les patrons des autres pour les faire sanctionner, usant du train de vie que lui autorisait une fortune paternelle immense pour s’attacher les faveurs de tout un milieu » ( p. 55).”

      “Calomnies sur France 3 : Michel Collon réclame un droit de réponse” (investigaction, 19/04/2018)

       16

      Alerter
      • Le Minotaure // 03.05.2018 à 17h04

        Je veux pas dire mais BHL est l’une des personnes les plus critiquées et les plus ridiculisées, depuis longtemps et à juste titre.

         2

        Alerter
        • Alfred // 03.05.2018 à 18h10

          Je ne veux pas dire mais il est encore “là” (comprendre omniprésent et omnipotent et pas “sur terre” évidemment). Est-ce à juste titre?

           14

          Alerter
          • Le Minotaure // 03.05.2018 à 22h31

            Sans aucun doute mais ne dites pas que toute critique ou moquerie est interdite concernant BHL. Elle font l’actualité plusieurs fois par an… Pierre Vidal-Naquet, Desproges, les entarteurs, Debouzze, le Canard enchaîné, ACRIMED, ses films-fiasco, Eric Dupont-Morreti, Gilles Deleuze…

             1

            Alerter
            • Alfred // 03.05.2018 à 23h14

              Vous faites semblant de ne pas comprendre. Ce qui nourrit l’antisémitisme ce n’est pas que toute critique serait interdite envers bhl mais le fait que ce personnage emblematique dispose d’un pouvoir manifestement dans rapport avec ces talents montrés au public, et ce sur une période extrêmement longue. C’est proprement inexplicable pour les oreilles chastes des petits enfants.

               13

              Alerter
            • Pastounak // 04.05.2018 à 03h20

              “Les techniques secrètes pour contrôler les forums et l’opinion publique”
              (korben.info, 02/08/2012)

               1

              Alerter
  • Lapin compris // 03.05.2018 à 09h55

    Vous parlez de hiérarchie des racismes. Mais c’est la hiérarchie dans les crimes et délits de même nature qui est la source du problème. Et c’est vous qui faites progresser cette hiérarchisation, en tentant d’imposer systématiquement vos théories d’excuse sociale à chaque crime ou délit.
    Vous finissez de briser la notion républicaine de peuple, qui bien qu’imparfaite était un ciment solide pour lier les français entre eux.
    Et c’est la que se développe des phénomènes comme les racismes ou l’antisémitisme. Dans l’ignorance crasse que laisse l’absence de république dans les quartiers ou le bien-pensant l’en a chassé.

     6

    Alerter
    • RGT // 05.05.2018 à 11h14

      Cher Lapin compris, vous avez tout à fait raison.

      Si la discrimination envers les lyonnais est tout à fait tolérée dans notre société, il est inacceptable d’émettre la moindre critique du “peuple élu”.

      Par contre, et ça n’engage que moi, je trouve que le comportement d’un certain “état exemplaire” est franchement antisémite : Les palestiniens sont des sémites (musulmans, chrétiens… même juifs) et toute action visant à les expulser, les parquer dans des “réserves” ou les massacrer sans vergogne devrait être conspuée par la “communauté internationale”.

      Deux poids et deux mesures, avec des résolutions de l’ONU qui ne sont JAMAIS respectées.

      L’antisémitisme n’est qu’une discrimination aussi nauséabonde que les autres. La seule différence tient au fait que les “cibles” ont un accès illimité aux médias dominants alors que les victimes d’autres discriminations végètent dans le silence le plus total.

      Prenez simplement le cas des amérindiens, il est assez évocateur…

       0

      Alerter
  • P’tetbenkwui // 03.05.2018 à 10h01

    ANTISÉMITISME : un miroir de réflections hasardeuses

    “Annette Wieviorka, je vous connais depuis des décennies et j’ai pour vous sincèrement beaucoup d’estime intellectuelle …./… ”
    Mais ….
    “L’auditeur naïf doit se demander alors ce que vous faites au micro de France Inter et pourquoi vous avez signé le Manifeste.” .

    Après les déclinaisons d’usage d’auto-satisfaction entre membres de même coterie,
    une lichette de mépris tout en délicatesse pour clôturer. Vous en prendrez bien encore une petite gorgée !

     2

    Alerter
    • FrédéricB // 03.05.2018 à 11h25

      En parlant de mépris, vous n’êtes pas mal non plus…

      J’ai écouté l’émission de France-Inter et j’ai ressenti la même chose que Dominique Vidal. Je me suis même demandé à un moment si Annette Wieviorka avait bien lu le texte qu’elle avait signé, tellement la façon dont elle le défendait était approximative et sans conviction. De plus, ce qui était problématique c’est qu’elle représentait le monde des historiens et des universitaires et en donnait ainsi une bien mauvaise image.

       9

      Alerter
      • P’tetbenkwui // 03.05.2018 à 11h54

        FredericB je dis la même chose que vous. Relisez-moi au lieu d’extrapoler !
        Après les flagorneries d’usage réservées à l’aimable attention d’Annette Wieviorka, “l’auditeur naïf” est une image bien charpentée selon vous ?

         1

        Alerter
  • Mike // 03.05.2018 à 10h06

    Pure rhétorique, après les quelques chiffres du début interprétés par l auteur de l article on à le droit a du “culminé, augmenté, diminué; absolument rien de concret, aucune rigueur, pas de référence.
    Ce genre de discours ne sert à rien. Le thème de la destruction de la machine assimilationniste Française n’est même pas effleuré.

    L auteur oppose à un article “simpliste et alarmiste” un papier “simpliste et infantile” : les musulmans ont des choses pas bien dans leur coran….eh bien les juifs aussi !

     9

    Alerter
  • WASTERLAIN // 03.05.2018 à 10h24

    2éme partie car la première n’est pas acceptée par la modération et je ne sais pas pourquoi !
    1°) Oui, le soutien inconditionnel du gouvernement israélien par le CRIF, qui prétend représenter tous les juifs de France, contribue à la montée de l’anti sémitisme.
    2°) Oui, le traitement indigne que fait subir l’État Juif d’Israël (c’est sa loi fondamentale qui le qualifie ainsi, pas moi) aux palestiniens contribue à la montée de l’anti sémitisme.
    3°) Oui, les deux poids deux mesures concernant le conflit israélo/palestinien par nos medias et nos politiques contribue à la montée de l’anti sémitisme. Dernière exemple en date, les propos limites du Président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas fait plus le buzz que les 50 palestiniens tués et les centaines de blessés à la frontière ( !?) de la bande de Gaza depuis début avril. Pour rappel ils sont tirés comme des lapins par Tsahal avec des balles conçues pour faire le plus de dégâts possibles, l’armée la plus morale du monde selon un certain député franco/israélien.
    4°) Oui, l’inaction de la communauté internationale tant vantée par nos medias et nos politiques lorsqu’il s’agit de bombarder la Serbie, le Kosovo, la Lybie, la Syrie, le Yémen… envers le non-respect des résolutions de l’ONU par l’État Juif d’Israël contribue à la montée de l’anti sémitisme.
    5°) Oui, la double nationalité automatique française/israélienne des juifs nés en France et allant faire leur service militaire en Israël contribue à la montée de l’anti sémitisme. Considérant le fait qu’ils participent à l’occupation illégale des territoires palestiniens, on est en droit de se demander pourquoi la justice française n’intervient pas…
    J’arrête, je vous laisse compléter la liste…

     60

    Alerter
    • vert-de-taire // 03.05.2018 à 16h49

      Et il faut ajouter le formidable développement du wahhabisme (en fait un salafisme) grâce à des pétro-dollars (sans renier tout autre propagande de masse ..).
      Cette manne pétrolière qui permet de fabriquer des petits soldats dociles, soumis et chair à explosion.
      Cet endoctrinement (une pratique religieuse très courante de ‘notre’ histoire) permet d’activer une violence dévastatrice pour notre société précarisée, ayant perdu son futur (préempté par la ploutocratie).
      En fabriquant des Zones A Délabrer en toutes connaissance de cause, nos politiques élus ont fortement facilité ces nids. Je pense encore et toujours à la destruction des polices de proximité et autres mesures qui fonctionnaient, c’est pour cela qu’il fallait les détruire. Un des moyens de capter des voix FN, de fabriquer montrer des ennemis, etc ..

      Cela-dit l’antisémitisme et autres racismes, xénophobies etc font ‘vibrer’ nos neurones reptiliens, cela rend la lutte contre, très difficile, surtout quand l’instruction publique fait défaut. Quand l’actualité envahissante démontre combien la violence est moyen efficace de pouvoir, de domination – la méritocratie comme moteur de gain ..

      Je ne regarde ni TV ni films .. Pourtant par hasard j’ai pu voir qqs films ‘ordinaires’ (le tout venant, tout public), la violence épouvantable ordinaire de ces productions (essentiellement étasuniennes) ne peut pas ne pas influencer nos cerveaux. C’est atroce ! car nécessairement mon cerveau intègre ce comportement. La vie d’autrui et/ou de l'”ennemi” n’est plus qu’un objet ordinaire à exterminer.
      Cette éducation non filtrée, sans évitement possible nous imprègne malgré nous et crée des circuits neuronaux mal contrôlés en cas de déstabilisation, précarisation ou autre traumatisme.

      La violence au service des pouvoirs, promue comme modèle non-dit et interdite par exclusivité régalienne : une contradiction schizophrénique qui nous habite.

       5

      Alerter
      • Paul // 04.05.2018 à 18h53

        La chair à ” canon ” se prépare à l’école et se conditionne devant la télé….

         1

        Alerter
    • Sybillin // 04.05.2018 à 10h35

      Je pense comme vous que le conflit israélo palestinien est le nœud du problème, d’autant que les médias mainstream passent quasiment sous silence les exactions dont sont victimes les palestiniens. Il suffit de comparer la carte de la Palestine dans les années 40 et celle d aujourd’hui pour comprendre que dans quelques années ce pays n existera plus …avec la bénédiction de notre bonne “communauté internationale “.
      L’histoire montre que durant des siècles juifs et arabes ont cohabité paisiblement dans le monde arabe notamment dans le Magrheb. On peut comprendre aujourd’hui hui le ressentiment du monde arabe…sans qu’ il soit nécessaire de se référer au Coran. Le cynisme et l’arrogance des dirigeants israéliens n’aident pas leurs compatriotes…quand a leur alliance avec les Seoud…on sait depuis longtemps “que l’argent n’a pas d’odeur”.

       6

      Alerter
    • Julien // 04.05.2018 à 21h20

      Totalement en accord avec vous je n’aurai pas mieux dit. Le plus scandaleux c’est que votre opinion est considérée par ces gens comme étant “antisemite”. Jamais vous ne verrez votre publication publiée sur le figaro ou le monde. La preuve est que les modérations des médias dominant on des consignes précises afin d’éviter de laisser passer des messages qui mettrait la puce à l’oreille de l’opinion voir lui ouvrirai les yeux. Il faut qu’en tant que Français nous nous battions contre cette dictature de la pensée instaurée par une poignée de personnes malveillantes liée éternellement à un autre pays que le leur. Nous avons le droit de penser et de dire ce que l’on veut le délit d’opinion c’est la dictature. Bonne soirée à tous.

       4

      Alerter
  • John B // 03.05.2018 à 10h39

    Je suis ni musulman ni juif, mais quand j’analyse le comportement et les paroles de la majorité des gens, c’est pas contre les juifs qu’y en ont mais contre les musulmans … et c’est 80-90% des gens. Ca devient gentiment un racisme général “autorisé”, avec des remarques ou propos sur les musulmans (voir simplement arabes) qui deviennent de plus en plus graves, décomplexées et banalisées.

    Si ca continue comme ca, ca va finir en guerre civil. Et je dis ca, mais en Suisse ca à l’air beaucoup moins explosif qu’en France, mais en France sérieux ca va pas continuer longtemps comme ca, en tout cas pas sans que ca s’aggrave. C’est hallucinant les propos anti-musulmans tenu dans vos medias ou ailleurs. Le quart de ce qui se dit sur eux serait dit sur les juifs et y’aurait 10 manifestes de ce genre …

    Alors dans ce contexte, un manifeste contre l’antisémitisme, je trouve ca extrêmement déplacé, voir carrément provocateur. De l’exagération même.

    On peut tout dire et poser toute les question sur les musulmans, que cela soit dans la société ou à la télé, sans être trop embêté. Des exemples y’en a à la pelle.

    Peut-on faire pareil avec les juifs ? réponse : non.

    Donc au bout d’un moment …

    2 poids 2 mesures = les choses ne vont pas aller en s’améliorant.

    C’est dommage car, comme dit plus haut, les frustration refoulées ne disparaissent pas comme par magie …

     49

    Alerter
    • Sandrine // 03.05.2018 à 20h23

      En tout cas ce n’ est pas l’impression qui se dégage de l’ensemble des commentaires de ce billet…

       0

      Alerter
      • John B // 04.05.2018 à 01h41

        @Sandrine, c’est peut-être la différence entre internet et la vie réelle.

        Ou entre ce que racontent 300 personnalités (politisées et pour beaucoup déconnectées du réel) qui signent un manifeste et la réalité quotidienne vécu par une majeure partie de la population.

        C’est pas impossible, on le voit très souvent au travers des billets de ce blog sur quantité de sujets différents.

         2

        Alerter
        • Mike // 04.05.2018 à 18h02

          Un peu difficile de se faire une opinion sur la situation Française depuis les montagnes Suisses ! Venez passer un été à Trappe et nous en reparlerons.

           2

          Alerter
  • FrédéricB // 03.05.2018 à 11h08

    Ne pas oublier que Philippe Val est celui qui a viré de Charlie-Hebdo le dessinateur Siné, sous une accusation d’antisémitisme. Siné antisémite ! Quand on connait l’oeuvre de Siné, l’accusation d’antisémitisme est à peu près aussi crédible que si on l’accusait d’être royaliste…

    Val n’est pas autre chose qu’un malfaisant qui essaie d’attirer l’intérêt médiatique sur lui par tous les moyens, dont ce manifeste lamentable.

     33

    Alerter
    • marc // 03.05.2018 à 21h58

      siné viré pour avoir écrit ces lignes en 2008 dans charlie hebdo, propos manifestement antisémites selon certains :

      « Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général de l’UMP, est sorti presque sous les applaudissements de son procès en correctionnelle pour délit de fuite en scooter. Le Parquet a même demandé sa relaxe! Il faut dire que le plaignant est arabe! Ce n’est pas tout : il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit ! »

      non mais allo quoi

       7

      Alerter
  • st3fc10 // 03.05.2018 à 11h10

    Plus que l’absence d’autorité morale (y’en a quand même une c’est l’Université de théologie Al-Azar du Caire) le frein à toute réforme c’est le coran et le fait qu’il soit incréé (parole directe de Dieu), donc interdit de le critiquer ou réformer, donc on garde la misogynie, la judéophobie, la christianophobie, la glorification du massacre et de la mort violente.
    En fait le musulmans vont avoir le même problème que tout peuple qui a une faction radicale violente en son sein. La majorité est pacifique et ne s’arme donc pas. Pas envie de combattre « les autres », pas concevable de combattre leurs propres élément radicaux.
    Arrive le passage à l’acte des élément radicaux armés jusqu’au dents. Quelques membres modérés de la communauté s’interposent, se font exécuter pour l’exemple. Alors le dilemme se pose ainsi : se faire flinguer pour rien ou laisser faire par ce que c’est pas toi qui massacre, donc pas ta faute.
    Les modérés étaient majoritaires en Chine maoïste, en URSS stalinienne, en Allemagne hitlérienne. Combien de massacre ont ils empêchés ? Aucun, par ce que structurellement les modérés se retrouvent systématiquement sous-armés quand çà pète.
    Aller voir le Yt de Majid Oukacha sur le terrorisme et l’islam. Vérifiez les sources avec quran.com et les pdf des hadith bukarim et muslimi. Tout est tracé et de facto in fine assez appliqué.

     1

    Alerter
    • Christian Gedeon // 03.05.2018 à 11h52

      Je retiens ,les modérés sont systématiquement etc… Relire le poème,et quand ils sont venus me chercher…quant à Al Azhar,elle joue depuis toujours un double jeu ét encourage en sous main un islam rigoriste . Le problème d’un livre dicté par un ange de Dieu,c’est qu’il est non modifiable,dan s toutes ses sourates. Pour que les autorités religieuses musulmanes puissent fair,e un aggiornamento,il faudrait qu’elles reconnaissent que le Coran n’a pas été dicté par l’ange,sous la dictée d’Allah, soit que la dictée a ete mal prise par Mohammad,soit que Allah s’est en quelque sorte planté sur le futur….trois hypothèses impossibles à envisager une seule seconde. Céux qui espèrent une modification des versets violents du Coran sont en dehors des réalités.

       6

      Alerter
      • Sandrine // 03.05.2018 à 14h07

        Tout à fait.
        Sans compter qu’il est faux de faire le parallèle avec Vatican II, où l’on a évidemment pas changé le texte sacré mais simplement quelques phrases de la liturgie du vendredi saint – ce qui est très différent.

         3

        Alerter
      • vert-de-taire // 03.05.2018 à 17h08

        Attention pas tout à fait juste.
        Car depuis longtemps, des siècles, il existe de nombreuses écoles de pensée musulmanes qui discutent de cela. Cela pose problème depuis longtemps et comme pour les chrétiens, c’est irrésolu car insoluble. Il y a contradiction dans les termes (comme tu ne tueras point et tu dois tuer les ennemis …). Donc on discute … si on le souhaite et le peut.

         1

        Alerter
    • Dominique // 03.05.2018 à 13h26

      « Arrive le passage à l’acte des élément radicaux armés jusqu’au dents. »
      Et s’il combat Assad, il est soigné en Israël. Ce pays ne craint pas l’Islam, même pas le fondamantaliste, sinon il ne s’acoquinerait pas à l’Arabie Saoudite, porteuse et pourvoyeuse du wahhabisme. Ce qu’il craint par dessus tout, c’est la critique de son régime d’extrême droite. C’est pour cela qu’il fait passer toute critique d’Israël pour de l’antisémitisme. C’est paradoxal du reste, puisque des intellectuels issus du judaïse expliquent en France que tout mouvement d’extrême droite est antisémite. Si on poursuit leur résonnement, on doit conclure que le gouvernement israélien est antisémite. D’une certaine façon, c’est vrai.

       17

      Alerter
      • Subotai // 04.05.2018 à 23h43

        C’est bien pour ça que je dis que les “Guerres de Religion” n’existe pas.
        Cherchez derrière elles et vous trouvez un motif Politique bien gras.
        Si les pékins moyens acceptent de s’entretuer pour une variante de signe de croix, c’est qu’ils méritent ce qui leur arrive… Vous me direz qu’il y en a qui se sont entretués pour couleur d’équipe de course de chevaux – qu’on dit…

         2

        Alerter
  • max // 03.05.2018 à 11h42

    Sur le manifeste des 300, que je soupçonne faire référence a la bataille de Thermopyles, et dans ce cas présent l’élite contre les gueux, même si Israël n’y est pas mentionné ont peut raisonnablement penser que nombre de signataire ont fait leurs la phrase de DSK : « Je me lève chaque matin en me demandant comment je pourrai être utile à Israël »
    Avoir des signataires comme Sarkozy en dénature donc le sens surtout depuis le massacre libyen.
    Nombre de dirigeants israéliens veulent que chaque juif dans le monde soit de fait citoyen israélien et donc les juifs français se retrouveraient israéliens malgré eux avec les conséquences que l’on imagine.
    Il faut bien séparer le fait d’être juif et le fait d’être pro israélien.

     15

    Alerter
  • BOURDEAUX // 03.05.2018 à 11h54

    Je considère depuis longtemps le thème de l’antisémitisme et du racisme comme un fromage pour vieil intellectuel fatigué, une occupation pour dame-patronnesse. C’est sans intérêt. L’énergie que déploie notre intelligentsia pour corriger la pensée populaire dans ce domaine va bien au-delà du raisonnable. La circonstance aggravante de crime raciste est, par exemple, une innovation juridique qui m’échappe encore aujourd’hui ; comment peut-il se trouver qu’en une république laïque, le législateur s’attache à sanctionner la motivation du crime davantage que le crime lui-même ? Pourquoi s’acharner autant à « corriger » ce qu’il y a dans les têtes, et si peu à faire simplement respecter les lois ? Après les violences invraisemblables du 1er mai, j’observe que nos « penseurs » sont très préoccupés par la question de savoir si les milices cagoulées et armées qui ont ravagé un quartier sont de droite ou de gauche, mais aucun ne se demande si, par leurs procédés, elles ne sont pas simplement criminelles. Encore une fois, ce qui trotte dans les têtes parait plus important que les actes…

     28

    Alerter
    • Sandrine // 03.05.2018 à 12h49

      Vous avez tout à fait raison de pointer cet aspect : il me semblait que notre droit était construit de tel sorte que l’on punisse les actes et non pas les intentions.
      Punir l’intention, cela revient à légitimer de facto le délit d’opinion.

       12

      Alerter
      • lon // 03.05.2018 à 17h08

        C’est la porte grande ouverte à la dictature de la pire espèce, une dictature qui ne contraint pas les individus au respect de la loi peu importe ce qu’ils peuvent penser , mais qui exige une pureté de pensées et d’intentions , “ennemi du peuple” , ” antisémitisme” ou ” propos de haine”, la même éternelle salade destinée à réformer l’être humain , la même utopie grotesque d’un être nouveau délivré de ses démons .

         6

        Alerter
        • Seraphim // 05.05.2018 à 09h35

          Exact. Il faut rentrer dans les consciences. La soi-disant lutte contre l’antisémitisme est le premier outil de cette pénétration. L’auteur souligne que du point de vue des statistiques les Français ne sont pas racistes. 89% considèrent les juifs comme des français, point. Mais mais mais…voilà, il y aurait encore des “préjugés”, pour quasiment 40% des français, sur les juifs et l’argent, la loyauté etc.. C’est cela qui leur est insupportable. Extirper les préjugés, non pas en actes mais “en pensée”, c’est aussi extirper la liberté, l’intégrité, l’autonomie, tout ce qui fait la valeur d’un être humain.

           0

          Alerter
    • Amsterdammer // 03.05.2018 à 17h44

      Pourtant, l’intention d’un acte joue un rôle important et depuis longtemps en droit pénal.

      Ce n’est pas sans raison que l’on distingue l’homicide involontaire du meurtre et du meurtre avec préméditation.
      On distingue aussi les crimes crapuleux des crimes passionnels.
      On punit également plus sévèrement les violences commises contre des détenteurs de l’autorité, ou des membres des services de secours, etc
      Donc pourquoi pas une circonstance aggravante de crime raciste?

       2

      Alerter
      • Subotai // 05.05.2018 à 01h45

        Oui mais il faut qu’il y ait crime.
        Aujourd’hui le seul fait de s’interroger sur telle ou telle chose fait déjà de vous un criminel au yeux d’une certaine opinion; que votre interrogation soit une vrai interrogation, une question rhétorique, de la provocation, de la satire et même de l’humour.

         1

        Alerter
    • Amsterdammer // 03.05.2018 à 18h00

      Je vous ferais par ailleurs remarquer que ce qui distingue un acte terroriste d’un acte commis par un déséquilibré, c’est l’intention.

      Par exemple, l’acte fou du co-pilote de German Wings précipitant son avion sur une montagne pour s’offrir un suicide ‘grandiose’ n’est pas classé dans la même catégorie que celui des Saoudiens du 11 septembre 2001.

       1

      Alerter
      • BOURDEAUX // 03.05.2018 à 19h59

        Vous mélangez complètement deux notions qui n’ont rien de commun : l’intention (ou la préméditation), et la motivation du crime. Moi je parle de la différenciation entre les mobiles, pas entre ce qui est prémédité et ce qui ne l’est pas.

         5

        Alerter
  • Ubu // 03.05.2018 à 12h49

    Ce qui m’interpelle, c’est le terme “nouveau” qui précède “antisémitisme”.
    L’antisémitisme avait-il disparu ?
    A-t’il une nouvelle forme ?
    Ou sont-ce les raisons de l’expression de l’antisémitisme que l’on questionne ?

     2

    Alerter
  • DUGUESCLIN // 03.05.2018 à 13h03

    Je ne peux m’empêcher d’être étonné par la loi contre le racisme et l’antisémitisme.
    Il est donc possible d’être raciste ou antisémite ou les deux à la fois?
    Il est donc possible de ne pas être raciste, mais d’être antisémite. Ou d’être uniquement raciste, mais sans être antisémite? Ou d’être raciste et antisémite en même temps?
    Pourtant il me semblait que l’antisémitisme était du racisme au même titre que le racisme envers les russes, les chinois, les arabes, les africains etc.. Mais d’après la loi ce serait donc deux choses différentes. La “sémito-phobie” est-elle du racisme au même titre que la “russo-phobie” par exemple? Je m’interroge.
    Le racisme est le racisme et concerne toute l’humanité.

     26

    Alerter
    • Amsterdammer // 03.05.2018 à 18h12

      En effet, il est possible d’être raciste sans être antisémite… Il y a, par exemple, des Juifs racistes, voyez-vous?

      Considérez les partis d’extrême-droite qui participent actuellement à la coalition gouvernementale israélienne, et dont les membres tiennent des propos indubitablement racistes à l’encontre de leurs concitoyens d’origine palestinienne, et des arabes en général; les mêmes ne se privent également pas de tenir des propos racistes sur les immigrants originaires d’Afrique noire.

       9

      Alerter
      • marc // 03.05.2018 à 19h05

        je pense que duguesclin avait fait une petite erreur… il y a aussi des racistes blancs qui n’aiment pas les noirs mais aiment bien les jaunes etc

        cependant, ce problème relevé par duguesclin est évidemment très important… déjà le terme de sémite porte à confusion car incluant des non juifs, et par ailleurs, c’est une sorte de privilège pour les juifs d’avoir leur propre terme désignant les gens qui ne les aiment pas, beaucoup d’autres catégories n’ont pas cette chance…

         5

        Alerter
        • Georges // 03.05.2018 à 21h51

          @marc et @Amsterdammer et @Duguesclin.

          Tout à fait d’accord avec marc. “Antisémite” est un terme qui signifie “racisme anti-juif” bien qu’il y ait des sémites qui ne soient pas juifs. Et effectivement il y a un terme spécial tout comme il y de façon scandaleuse un terme spécial qui a été créé pour l’armée israélienne comme pour lui donner une âme et qui est repris par nos médias. Dès que ce terme est employé (à la place de “armée israélienne”), on sait déjà la position de la personne qui l’emploie.

          Il n’y a pas d’antisémite qui ne soit pas raciste. L’antisémitisme est un racisme particulier tout comme le racisme de certains noirs contre des blancs (par exemple pour ne pas toujours citer le racisme des blancs envers ….) mais ce dernier racisme ne porte pas de nom spécifique.

          Je ne dis rien de nouveau mais je le formule à ma façon car je pense que l’utilisation des termes a une très grande importance.

           6

          Alerter
      • Subotai // 06.05.2018 à 22h21

        Raciste c’est raciste. Quelque soit le sujet du racisme.
        Antisémitisme a été inventé pour parler d’UN racisme particulier et pire d’un type particulier dans de l’ensemble sémite.
        Pour dire que parler de racisme ET d’antisémitisme c’est de la connerie.
        Si on est antisémite, on est raciste.
        [modéré]
        Bref le tralala sur le racisme et les racistes c’est encore de l’embrouille.
        Pendant ce temps là…

         1

        Alerter
    • J // 03.05.2018 à 20h21

      Si on utilise un terme spécifique (fort mal choisi, “sémite” n’ayant plus de sens qu’en linguistique), lancé par Willhelm Marr dans les années 1870, pour l’antisémitisme, c’est que c’est quelque chose de singulier. Il n’a jamais visé que des Juifs vrais ou supposés [modéré].

       0

      Alerter
    • Dominique // 05.05.2018 à 18h56

      « Il est donc possible d’être raciste, mais sans être antisémite »
      Oui, parce que le très mal nommé antisémitisme (en réalité judéophobie) est en réalité une aversion aux personnes de religion juives. Il ne s’agit donc pas d’un racisme (plusieurs ethnies fort différentes sont juives et dans les mêmes ethnies, tous ne sont pas juifs). C’est donc pour cela que les législateurs ont ajouté l’antisémitisme à leur catalogue, car sinon des petits malins judéophobes auraient pu passer au travers des filets en prétextant qu’ils n’avaient pas commis de racisme au sens propre du mot.

       0

      Alerter
  • ZX // 03.05.2018 à 14h16

    “Il en va d’ailleurs de même du judaïsme, où personne n’est en droit de censurer les commentaires du Talmud contre les goyim et encore moins les nombreux appels au génocide que contient l’Ancien Testament”.

    Et sur les nouveaux Corans, on mettra des co-auteurs ? qui pourront toucher des droits ? C’est une absurdité qui montre aussi la méconnaissance ou/et le mépris pour l’Islam. La mesure est non seulement impossible mais injuriante pour le musulman qui croit à une révélation de son livre. C’est comme demander aux juifs de renoncer à ses croyances de peuple élu.

    Le problème n’est pas la croyance, sinon il faut une police de la pensée, chacun est libre de croire ce qu’il veut, mais l’interprétation que l’on en fait et les actes que l’on commet.

    Une vidéo de bon sens d’une jeune youtubeuse :
    https://www.youtube.com/watch?v=ESUC0EMMDgg

     7

    Alerter
    • J // 04.05.2018 à 02h57

      Chacun est libre de croire et exprimer ce qu’il veut, y compris sur les croyances et expressions des autres. La limite à ne pas franchir, c’est de s’attaquer aux personnes.

       2

      Alerter
  • marc // 03.05.2018 à 19h00

    beaucoup de bruit pour rien moi je dirais! surtout que des français qui n’aiment pas les juifs, il n’y en a vraiment pas beaucoup, étant donné le travail des profs etc et qu’en plus ils sont quasiment invisibles, blancs et habillés à la mode occidentale, et peu nombreux (300 000 sur 66 millions de francais..)

    par contre :
    – il y a bien plus de français qui n’aiment pas les américains
    – encore plus de français qui n’aiment pas les russes
    – et encore plus de français qui n’aiment pas les arabes

    mais comme avec charlie hebdo, “l’anti-arabisme” est toléré, au nom de la critique des idées… aie aie aie

    non, des français qui n’aiment pas les juifs, il n’y en a quasiment pas, c’est juste un truc médiatique pour que les gens ne critiquent pas trop israel qui massacre des palestiniens en masse en ce moment…

     17

    Alerter
    • ledufakademy // 03.05.2018 à 22h17

      Oui je le pense aussi mais tu fais, néanmoins, des clichés un peu trop rapide à mon goût.
      La question est complexe d’autant plus qu’en France seul le CSA peut se permettre de faire des statistiques ethniques …
      Moi je dit que tout ce “show business” et cette triste montée de mayonnaise bien foireuse va mal finir : car à vouloir protéger une minorité, certains (valls, bhl, meyer habib etc) sont en train de produit l’effet totalement inverse … et ça c’est très fâcheux et triste.

       8

      Alerter
    • caliban // 03.05.2018 à 23h40

      “non, des français qui n’aiment pas les juifs, il n’y en a quasiment pas”

      Je ne serais pas si catégorique, du moins rien ne me semble permettre de faire un constat figé. Pour deux raisons fondamentales / historiques :
      01 • Les Français n’aiment pas les communautarismes, par culture politique je pense (il faudrait remonter à la Révolution et à la constitution du citoyen né libre et égal en Droit)
      02 • Les “foules”, quel que soit leur niveau d’éducation (et il est très élevé en France), ne sont jamais à l’abri de voir resurgir de vieilles failles (l’Affaire Dreyfus avait divisé la France en 2)

      Du premier point je tire comme conclusion qu’il faut combattre les communautarismes, et concernant la question des Français de confession juive, sanctionner le CRIF dès qu’il déborde de son rôle associatif. Sa prétention à être une ambassade bis est insupportable à beaucoup de Français. Il risque, par exemple en organisant des manifestations de soutien à l’armée israélienne sur le sol français, ou en appelant à l’émigration en Israël, de redonner vie à de vieux stéréotypes (point 02) :
      • les “juifs” bénéficiant d’une impunité du fait d’un puissant réseau de relations
      • les “juifs” perçus comme de faux citoyens français, des apatrides
      • les “juifs” sont partout etc.

      Les dirigeants israéliens et le CRIF savent parfaitement tout cela, ils occupent les failles mémorielles ici pour mieux faire oublier qu’ils occupent illégalement des territoires là-bas. Cela pourrait très mal finir : recrudescence effective de l’antisémitisme et fractionnement du corps social en communautarismes.

       14

      Alerter
      • ledufakademy // 05.05.2018 à 09h23

        sans vouloir froisser qui que ce soit, mon prof d’histoire géo de seconde (année 89) nous disait que les Juifs étaient apatrides : cela serait-il faut maintenant ?

         2

        Alerter
      • caliban // 06.05.2018 à 20h10

        @ledufakademy

        A moins que votre prof s’appelait Faurisson, vous avez dû mal comprendre.
        Apatride signifie littéralement “sans patrie” et c’était le reproche constant des antisémites au XIXe siècle alors que les Nations se constituaient.

        Il y a des Français de confession juive, ce serait bien ne pas les confondre avec ceux des autres pays [modéré].

         0

        Alerter
  • ledufakademy // 03.05.2018 à 22h13

    Je conseille à beaucoup ici , olivier en premier lieu, de lire le livre de Bernard Lazare (Critique littéraire, journaliste politique, anarchiste et polémiste français juif) :
    “L’Antisémitisme, son histoire et ses causes”.
    Cela va en éclairer plus d’un et surtout poser les vrais questions afin d’éviter les tabous et non dits malsains.

     4

    Alerter
  • Richard // 04.05.2018 à 08h15

    Tout texte ou toute prise de parole qui parle de ‘racisme et d’antisémitisme’ est par nature raciste car il place un certain racisme au dessus des autres (l’antisémitisme est une forme de racisme et le mot racisme devrait se suffire à lui-même. Si l’on veut parler exclusivement de l’antiSémitisme, inutile de parler dans la même phrase du racisme). Pourtant, cette formule malheureuse est reprise quasiment systématiquement par les journalistes et hommes politiques français.
    Le marketing de certaines associations communautaires a bien travaillé les esprits.

     7

    Alerter
    • caliban // 04.05.2018 à 17h47

      C’est l’intitulé même de la loi qui institue cette distinction malsaine entre racisme et antisémitisme.

      N’importe quel enfant qui joue à dessiner des “patates” en classe comprend qu’il y a un souci de logique : l’antisémitisme est un sous-ensemble du racisme, qui est l’essentialisation d’un groupe humain. Distinguer l’antisémitisme dans l’intitulé de la loi consiste à sortir ce sous-ensemble, et donc en poussant le raisonnement, à distinguer le groupe humain qui est la cible de l’antisémitisme.

      Les législateurs se sont mis dedans. Il va être compliqué à présent de remettre de la logique dans la loi sans déchaîner les passions communautaristes. Bref, bel exemple de ratage d’une loi qui n’apaise pas les conflits.

       3

      Alerter
  • Julien // 04.05.2018 à 10h06

    Une chose est sûre le puissant communautarisme juif et surtout ses dirigeants ou représentants sont en partie responsables du sentiment d’antisemitisme en France. Quand on les écoute on ne peut s’empêcher de s’énerver sur leur propos. Non la France n’est pas antisemite et oui on a compris que les juifs avaient souffert mais c’est pas une raison pour utiliser cela quotidiennement comme levier pour se donner une position dominante et destructrice sur la société française. Je le dis et je le pense, ras le bol d’entendre parler d’antisemitisme et de tout ce qui y est rattaché comme le nazisme, la Shoah etc… Nous sommes toutes les semaines bombardés d’émissions, d’interviews, de témoignage sur le sujet et ce depuis des années particulièrement depuis le dernier mandat de Sarkozy. Oui cette époque était dure difficile et horrible mais maintenant stop. Cela fait 70 ans et se servir de la mort de millions de personnes pour justifier des positions politico-communautaires devient scandaleux. Et pour finir parlons du racisme en général au lieu de catégoriser. Merci bonne journée à tous.

     10

    Alerter
    • Seraphim // 05.05.2018 à 09h47

      En effet, c’est là le problème: ce sujet n’est pas intéressant. L’oublier, eh oui!, serait sain, comme toutes les vieilles lunes historiques, le massacre des Chouans, le royalisme. Que quelques livres ou films en parlent comme du massacre des chrétiens dans les arènes de Rome, pourquoi pas, ça peut instruire et distraire. Mais ça n’est pas l’alpha et l’oméga ni de “l’humain” ni de la modernité, ni de la politique.

       0

      Alerter
  • Jean-Luc // 04.05.2018 à 10h42

    Qui cela arrange-t-il ?
    Pourquoi, ces quelques dernières années, voire derniers mois, cinq ou six (minimum) agressions antisémites ?
    L’un qui s’envoie des tweets haineux, l’autre qui s’auto-mutile au couteau, un autre meurtre prétendument antisémite alors que l’agresseur fréquentait sa victime régulièrement avant son crime crapuleux, etc.
    Ou est l’œuf, ou est la poule ?
    Une vieille ruse consiste à faire porter à d’autres les mauvaises actions pour les faire déconsidérer par l’opinion publique.
    Cela me rappelle le meurtre d’une ministre suédoise pro-UE deux jours avant un référendum sur l’UE, malgré cela, le vote populaire n’a pas été en faveur des intérêts de l’UE.
    F.A. en avait parlé juste avant le référendum britannique sur le brexit en souhaitant qu’il ne se passe pas la meme chose au royaume uni et tac !
    C’est encore arrivé avec le meurtre d’une élue pro-UE juste avant le vote, malgré cela le peuple britannique s’est opposé à l’UE.
    Cette époque de mensonge systématique de ceux qui devraient avoir le devoir d’informer (les médias) est significative d’une sorte de fascisme qui ne dit pas son nom…

     6

    Alerter
  • Grub // 04.05.2018 à 12h51

    Des centaines de milliers de familles fuis certains quartiers depuis des décennies, arrétez de parler d’épuration c’est juste fuir les incivilités la perte de valeur de son bien. Si c’est dupont c’est un bon vieux raciste xénophobe si c’est lévy c’est une victime. Juste ridicule.

     24

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications