Les Crises Les Crises
29.mai.201929.5.2019 // Les Crises

Le gouvernement veut durcir le référendum d’initiative partagée que Macron avait promis de faciliter

Merci 751
J'envoie

Source : Huffington Post, AFP, 22-05-2019

Edouard Philippe veut empêcher qu’un projet de loi non encore promulgué puisse être attaqué.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Eric83 // 29.05.2019 à 07h41

L’arsenal dictatorial mis en oeuvre par le régime de Macron ne cesse de s’étendre depuis 2 ans.

Propagande de masse, fakes-news et mensonges pour manipuler l’opinion publique, répression de plus en plus violente, qu’elle soit psychologique ou physique, ostracisation des dissidents et plus généralement de tous ceux qui ne rentrent pas dans la case « bien-pensant », graves atteintes à la liberté d’expression et d’information, « justice » expéditive – contre notamment les GJ’s – aux ordres de l’exécutif, utilisation abusive des « ordonnances » pour s’affranchir de lois en vigueur…et le refus de prendre en compte les résultats du scrutin.

Dans le contexte de cette politique qui consiste à soumettre et à écraser toute contestation et tout contestataire, qui pense une fraction de seconde que le régime de Macron aurait la volonté de faciliter un quelconque référendum donnant un pouvoir au peuple et/ou au parlement ?

76 réactions et commentaires

  • hansolo // 29.05.2019 à 06h34

    La guerre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage, l’ignorance c’est la force. George Orwell;
    1984

      +36

    Alerter
    • babas // 29.05.2019 à 07h09

      La démocratie c’est l’impuissance politique, la liberté c’est la sécurité, la réforme c’est la corruption. New Novlangue

        +23

      Alerter
  • Fabrice // 29.05.2019 à 06h36

    Traduction pas d’opposition, ni contestation à nos décisions vous avez trouvé une faille ça ne durera pas plus longtemps.

    Ceci dit le RIP n’est déjà pas satisfaisant, donc on peut affirmer que le RIC est mort.

    Le vote des européennes les a rassuré cette bipolarisation avec le RN, leur assure une quasi réélection.

    Ce matin Bourdin se moquait de Mélenchon qui avait dit que Macron passerait en dessous des 10% et devrait abandonner sa politique conclusion… C’est très révélateur de ce que cela sous entend chez notre élite, le seul risque désormais c’est une vrai révolution on verra ce qui va germer dans leur esprit malade pour l’empêcher.

    https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSAeYk6LM56bIc3r0tMR7iUrvDaiF5QGxHeHHrcAedOgb5OhIq6hg

      +27

    Alerter
    • calal // 29.05.2019 à 08h48

      Le RN c’est un one night stand, un coup tire vite fait et qui soulage. Un mandat de 5 ans a l’echelle d’une vie ou d’un pays c’est comme la duree d’un acte sexuel moyen de 5 minutes.Call the bluff…

        +4

      Alerter
  • Guadet // 29.05.2019 à 06h49

    On pensait que Macron voulait juste tirer un trait sur les acquis du Conseil national de la Résistance. En fait, il veut aussi détruire ce qui reste de la démocratie. Au train où il va, il se donnera la présidence à vie et les pleins pouvoirs avant la fin de son mandat. Tous ceux qui connaissent un peu le fonctionnement des monuments historiques ont été ébahis de le voir se comporter en despote absolu à propos de Notre-Dame. Même Louis XIV ou Napoléon n’auraient pas osé s’approprier comme lui le patrimoine symbolique fondamental des Français.

      +28

    Alerter
    • Blabla // 29.05.2019 à 09h33

      Je ne pense pas qu’il e donne la présidence à vie : la dictature moderne se pare d’un habit de démocratie.
      Qu’on change de pantin tous les cinq ans, que les candidats s’écharpent dans un beau cirque médiatique, pourvu que les lois soient toujours au profit de la classe supérieure!
      De même que les “citoyens” romains du II° siècle voyaient les empereurs défiler sans aucune amélioration de leur condition, les “citoyens” européens voient défiler les présidents nationaux et les europarlementaires sans changement de direction politique

        +38

      Alerter
      • Bernard // 31.05.2019 à 17h55

        Vous avez raison, mieux valait à l’Antiquité être du côté “barbare”. Une espérance de vie largement inférieure (20 ans vs 30 ans), mais libre ! Libre de quoi au fait ? D’obéir au chef de la tribu ?

        Ou alors votre modèle est la démocratie athénienne ? Même espérance de vie, même recours à l’esclavage, même manie d’aller coloniser tout ce qui se présente. Mais ça s’appelle démocratie (on ne peut moins universelle), alors les colonisés sont plus heureux ?

          +0

        Alerter
  • Fritz // 29.05.2019 à 06h59

    « Toute loi que le peuple en personne n’a pas ratifiée est nulle : ce n’est point une loi ».
    Jean-Jacques Rousseau, Le Contrat Social (1762).

    « Ce n’est pas sain quand la représentation parlementaire corrige ce qu’a voté le peuple ».
    Edouard Philippe (2019), qui fait évidemment allusion à la « correction » par le Parlement du vote populaire contre le Traité constitutionnel européen (29 mai 2005, il y a 14 ans jour pour jour).

    Question : entre Jean-Jacques Rousseau, Edouard Philippe, et les parlementaires qui ont ratifié le Traité de Lisbonne contre le Peuple souverain, qui est démocrate ?

      +47

    Alerter
    • Brossa Dante // 29.05.2019 à 07h28

      Qu’est ce qu’un peuple pour Rousseau ? une assemblé de Citoyens (qu’il distingue de l’homme). Et comment forge-t-on un citoyen pour celui qui n’a pas assumé sa paternité ? il suffit de lire «  Émile, ou De l’éducation » : en usant de ruses pédagogiques et en maintenant le sujet dans une forme savante d’ignorance pour qu’il ne sorte jamais des clous. Edouard Phillippe me semble tres rousseauiste.

        +5

      Alerter
      • Fritz // 29.05.2019 à 07h35

        Les procès intentés à Rousseau pour refus de paternité remontent au bienveillant Voltaire. Pour y voir plus clair, je vous invite à lire ou relire les écrits du doyen Carbonnier. Et qu’entendez-vous par « une forme savante d’ignorance » ?
        Allez, une autre tirade « rousseauiste » : « La loi n’étant qu’une déclaration de la volonté générale, les députés du peuple ne sont ni ne peuvent être ses représentants, ils ne sont que ses commissaires ; ils ne peuvent rien conclure définitivement ».

          +15

        Alerter
        • Brossa Dante // 29.05.2019 à 13h23

          La question de la paternité de Rousseau est factuelle. Je ne fait aucun procès, on ne peut pas comprendre le citoyen de rousseau si on ne sais pas comment il advient et comment on le forge, pour quelle liberté. A ce sujet Emile, qu’il fait orphelin, et ses abandons sont étroitement lié.

          L’education d’Emile est pleine de ruse et de stratagèmes ( canard aimanté, la promenade, etc, jusqu’a son mariage !) Oppression, mensonge, isolement, refus d’amour, pieges. Il n’est jamais question de la pleine liberté d’Emile. Le percepteur reglemente chaque aspect de sa vie jusqu’a sa reproduction, sans que jamais il ne puisse le remettre en question.

          « Sans doute ne doit-il faire que ce qu’il veut ; mais il ne doit vouloir que ce que vous voulez qu’il fasse ; il ne doit pas faire un pas que vous ne l’ayez prévu, il ne doit pas ouvrir la bouche que vous ne sachiez ce qu’il va dire » E, p. 150 « Tu es mon bien, mon enfant, mon ouvrage.»

          Avant d’invoquer la politique de rousseau vous devriez gratter la couche du dessous, celle de son citoyen. Vous ne pouvez pas comprendre pleinement le contrat social si vous ne comprenez pas Emile. Le fait que vous posiez la question m’indique que vous n’avez pas dépassé le stade superficiel des usages. Vous ne comprenez donc pas qu’edouard est un fruit de rousseau et qu’il en applique les méthodes.
          Mais libre a vous de poursuivre vos copier coller.

            +2

          Alerter
          • Fritz // 29.05.2019 à 15h56

            Mes copier-coller ? J’ai cité Rousseau de mémoire, d’après des livres sur papier, sans aucun procédé informatique. Et je viens de vérifier mes citations, elles étaient exactes.

            J’ai bien pris note de vos citations, que je vérifierai aussi. Et je vous invite à vous demander si l’origine protestante du citoyen de Genève, et son retour tardif dans l’église réformée, ne l’ont pas empêché d’assumer sa paternité dans un pays où les enfants des « hérétiques » étaient réputé bâtards depuis la Révocation.

            Mais bon, le ricanement d’usage sur le « rousseauisme » tient lieu de pensée à certains. Allez, regardez la vidéo du Stagirite recommandée par @RGT.

              +5

            Alerter
            • Brossa Dante // 29.05.2019 à 17h34

              Je ne vois pas bien ou vous avez lu que je contestait la validité de vos citations… si reproche il y aurais ce serait pour souligner qu’il est souvent necessaire de sortir du littéral décontextualisé sous peine de tomber dans un beni-oui-oui pret à penser.

              Vous pouvez résumer ma pensée à un ricanement, et avec les critiques qui ne manquent pas sur rousseau et sa pensée (aussi brillante soit-elle) mais je ne peux m’empecher de penser que c’est une attitude un peu legere. Je regrette que vous passiez à côté de ce que je vous ecrit (Attention a ne pas confondre Rousseau avec le rousseauisme qui est autre chose, produit par d’autres).

              Je constate que vous ne répondez pas sur le fond et vous n’apportez pas d’arguments ( la paternité n’est qu’un detail de mon propros). Le reste ne m’interesse pas, restons-en là. Je vous invite à lire attentivement Emile. Bonne soiree.

                +0

              Alerter
      • RGT // 29.05.2019 à 09h08

        Je vous conseille vivement de visionner cette vidéo du Stagirite qui vous fera mieux comprendre les “ambiguïtés” de la pensée de Rousseau : https://www.youtube.com/watch?v=-NoyIwo05WU

        Le principal problème, c’est que la langue française a beaucoup évolué et que les termes employés par cet homme ont changé depuis. Il faudrait un “dictionnaire” permettant de traduire ses expressions en termes plus “modernes”.

        il en va de même pour tous les écrits plus ou moins anciens. Je ne vous inviterais pas à lire Rabelais en vieux françois, c’est très difficile.

        Même les écrits de Proudhon, étant pourtant bien plus “récents” (un peu plus de 150 ans) s’avèrent assez “délicats” à comprendre.

          +14

        Alerter
        • Véronique // 29.05.2019 à 11h11

          Merci pour la vidéo. Elle est très utile pour la bonne compréhension de la pensée de Rousseau.

            +2

          Alerter
  • BrianDu64 // 29.05.2019 à 07h08

    [i]”Donc il faut s’assurer que le [b]RIP reste un outil de démocratie directe et ne devienne pas un instrument de contestation du Parlement”[/b], a déclaré le Premier ministre au Monde en marge d’un déplacement de campagne.”[/i]

    ce qui est bien la preuve qu’on peut produire des phrases contradictoires devant une large audience, sans que personne n’ait assez de force pour le contester.

      +25

    Alerter
    • Catalina // 29.05.2019 à 09h01

      sans que personne n’ai assez de COURAGE pour contester, sans que personne ne l’ouvre sous peine de perdre ses avantages du à sa corruption et/ou voir les dossiers sur sa personne mis de côté par ses “partenaires” mis au grand jour.

        +13

      Alerter
  • Alfred Amonbophis // 29.05.2019 à 07h34

    A l’instar des royaumes de haute Egypte et basse Égypte il nous faut distinguer la haute France et la basse France qui seront à nouveau réunies un jour peut être.

      +6

    Alerter
  • Eric83 // 29.05.2019 à 07h41

    L’arsenal dictatorial mis en oeuvre par le régime de Macron ne cesse de s’étendre depuis 2 ans.

    Propagande de masse, fakes-news et mensonges pour manipuler l’opinion publique, répression de plus en plus violente, qu’elle soit psychologique ou physique, ostracisation des dissidents et plus généralement de tous ceux qui ne rentrent pas dans la case « bien-pensant », graves atteintes à la liberté d’expression et d’information, « justice » expéditive – contre notamment les GJ’s – aux ordres de l’exécutif, utilisation abusive des « ordonnances » pour s’affranchir de lois en vigueur…et le refus de prendre en compte les résultats du scrutin.

    Dans le contexte de cette politique qui consiste à soumettre et à écraser toute contestation et tout contestataire, qui pense une fraction de seconde que le régime de Macron aurait la volonté de faciliter un quelconque référendum donnant un pouvoir au peuple et/ou au parlement ?

      +95

    Alerter
    • Eric83 // 29.05.2019 à 08h45

      Je vous invite à écouter le véritable “show” de Macron à la sortie d’une réunion du Conseil de l’Europe sur la “nouvelle donne” européenne suite au scrutin, les futures nominations à la commission européenne – le plus grand exécutif européen – dont celle du futur président qui devra avoir “la main mise” sur la commission ET sur le parlement …la démocratie et le “progressisme” selon Macron.

      https://youtu.be/4Q7Skf2ncLA

        +11

      Alerter
      • In CO2 Veritas // 29.05.2019 à 09h25

        “le “progressisme” selon Macron. ”

        Oui, le progrès vers un renforcement de la dictature.

          +16

        Alerter
    • marc // 29.05.2019 à 10h08

      le problème est simple : macron et sa clique considèrent que leur prise de pouvoir a été tout ce qu’il y a de plus légitime, constitutionnellement… le peuple s’est exprimé…

        +9

      Alerter
      • Haricophile // 30.05.2019 à 18h49

        Citation d’actualité, de la part d’un connaisseur qui en est mort :

        « Il y a trois sortes de violence.

        – La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’Hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés.

        – La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première.

        – La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres.

        Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »

        Don Helder Camara (7 février 1909 – 27 août 1999)

          +3

        Alerter
  • calal // 29.05.2019 à 07h53

    Ce nouveau délai restrictif figurerait dans le projet de révision constitutionnelle préparé par l’exécutif, qui vise dans le même temps à faciliter le RIP sur d’autres critères, comme l’avait annoncé Emmanuel Macron fin avril lors de sa conférence de presse.

    Vous allez faire confiance a ces gens pour une changer la constitution?
    Ils vont vous entuber sous un flot de jolis mots appetissants et plus prometteurs les uns que les autres…

    Que macron convaint une deuxieme fois les francais de le reconduire a leur tete et apres il sera legitime pour changer la constitution.

      +17

    Alerter
  • calal // 29.05.2019 à 08h08

    a priori c’est une reaction aux parlementaires pas trop stupides (lfi,lr il me semble,les deputes rn y en a quasi pas dans l’assemblee) qui ont reussi a s’entendre pour declencher une procedure de rip-ric quelque chose pour gener la privatisation d’aeroport de paris.

    Les francais n’auraient jamais du s’abstenir en masse aux legislatives de 2017:Les dominants francais ont les coudees franches pour accentuer la pression sur leurs domines.
    On peut penser que les dominants ont confiance dans leurs outils de domination (propagande de la tele) et ne craignent pas le ric.L’avenir nous le dira.

    Rappel: le role d’un domine c’est de rendre sa domination la plus couteuse possible pour que dominant renonce ou au moins lache du lest…

      +7

    Alerter
    • Véronique // 29.05.2019 à 08h57

      Les français ne devraient jamais s’abstenir en masse.
      Il est vrai que depuis des années on leur met dans la tête que “citoyenneté = tri des ordures ménagères”, et qu’ils n’ont peut-être pas réalisé que le dernier mot de la formule était inutile.

        +13

      Alerter
    • SanKuKai // 29.05.2019 à 19h45

      Sauf que pour ceux qui se sont déplacés, qu’on les apprécie ou pas, le RN est le 1er parti de France et ils n’ont pratiquement pas de députés. Il n’est donc pas évident que l’abstention soit responsable de la couleur de l’assemblée.

        +3

      Alerter
  • RGT // 29.05.2019 à 08h10

    Vous comprenez pourquoi “notre” cher gouvernement à choisi le nom de Référendum d’Initiative Partagée (RIP) au lieu de celui de Référendum d’Initiative Citoyenne ?

    – 1/ Si l’initiative est “partagée”, elle doit automatiquement être approuvée par les citoyens et les “Divins Élus” qui bien sûr refuseront de remettre en cause les “lois” qu’ils ont approuvé sous peine de devoir “renier” leurs “convictions”.

    – 2/ RIP, en anglais, ça veut dire “Rest In Peace” (repose en paix) et est gravé dans le marbre des pierres tombales des défunts. Un acronyme parfait pour nommer un “machin” enterré avant même d’avoir vu le jour.

    Sérieusement, que tous ceux qui étaient sincèrement convaincus que “notre” gouvernement allait faire un grand pas vers la “démocratie” se fassent connaître afin que nous puissions déterminer le pourcentage de crédules parmi les lecteurs de ce blog.

    Cordialement.

      +69

    Alerter
    • Fredp12 // 29.05.2019 à 08h25

      « RIP » vient du latin « Requiescat in Pace »

        +23

      Alerter
    • calal // 29.05.2019 à 08h27

      Ils comptent sur le fait qu’apres 3-4 ans de lois mises en application,les francais s’y soient habitues et qu’ils oublient de revenir dessus par un rip-ric.Ils savent qu’ils ont mis en place toute une technique efficace de manipulation de l’opinion en faisant voter des lois en 2019 qui seront effectives en 2023+ ( les citoyens s’inquietent moins se disant que 2023+ c’est loin) et qu’ils sont capable de distraire l’opinion par la quantite du flux de “news” que la tele met en avant a grande vitesse.

      Nous assistons aux effets du subtil dosage de la vitesse de l’augmentation de la temperature du bain ( tonte et controle du troupeau par les exploitants) et de la perception qu’a la grenouille de la temperature de l’eau (rapport entre les avantages et inconvenients d’etre un membre du troupeau de la ferme france). il semble bien que la ferme france soit une exploitation agricole en difficulte…

        +20

      Alerter
      • Catalina // 29.05.2019 à 12h20

        oui, d’ailleurs ils sont en train de concocter “une loi” pour ne pas pouvoir réformer pendant 4 ans, 3 auparavant.

        AHAHAHAAHAHAAHAHA, quand aurons-nous enfin 40 millions de vrais citoyens adultes qui se bougeront le c** pour leurs mômes qui subiront, subissent d’ores et déjà leur lâcheté ?
        Ah mais, c’est bien sûr, où donc sont passés les “adultes” ??? oui, où ? ceux qui ont le devoir de protéger une progéniture qui ne leur a hjamais demander à venir au monde ?

          +5

        Alerter
        • Yannis // 29.05.2019 à 19h54

          D’où l’échange sur la paternité (chez Rousseau) qui prend toute sa pertinence ici. La transmission aussi est un gros mot actuellement.

          Mais pour l’instant on prèfère continuer de creuser, afin d’enterrer le “patriarcat” intolérable de la société française, qui a comme chacun l’a constaté, a augmenté considérablement son emprise depuis au moins Mai 68, Après féminisme et racisme, on a encore de la réserve. Ensuite on pourra tous se mettre dedans et se couvrir de tous les communautarismes restant. Quand on n’aura plus moyen de ressortir, qui en appelera au bon berger, pardon, à la future sauveuse de l’humanité ??

          Une nouvelle Jeanne d’Arc en quelque sorte..

            +3

          Alerter
      • sg // 30.05.2019 à 14h16

        C’est pire que l’oubli : ils comptent sur le fait qu’en 3-4 ans il ne soit plus possible en pratique (juridiquement) de revenir en arrière. Par exemple dans le cas d’ADP, deprivatiser après 3-4 ans signifie de déposséder des acteurs privés de leur bien et contre leur gré. Autant dire que c’est impossible. C’est l’opposé de l’Etat qui choisit lui-même de céder ses propres biens. C’est très vicieux et ça rend tout usage de contestation du RIP effectivement nul.

          +3

        Alerter
  • Kasper // 29.05.2019 à 08h25

    Pas folle la guêpe. Dans le cas d’une loi de privatisation comme pour ADP empêcher que le RIP l’annule avant promulgation revient à evicerer totalement le dispositif, déjà pas bien dangereux. C’est pas une fois que les aéroports auront été vendus qu’on pourra rétroactivement annuler la privatisation.

    L’argument de l’efficacité est inopérant: il vaut bien mieux annuler ou amender une loi impopulaire tant qu’elle est en projet qu’une fois qu’elle a commencé à être appliquée. C’est comme si on voulait changer le nom du héros dans un roman: c’est bien plus facile de le faire sur le manuscrit qu’une fois qu’on en a vendu 10000 exemplaires.

    Manifestement E. Philippe n’a pas compris qui est le patron.

      +14

    Alerter
    • MDacier // 29.05.2019 à 12h03

      “Manifestement E. Philippe n’a pas compris qui est le patron.”

      ou alors il l’a très bien compris …

        +7

      Alerter
    • Alfred Amonbophis // 29.05.2019 à 17h06

      Je suis désolé de vous le dire tant je me sens proche de vous mais c’est vous qui n’avez pas compris qui est le patron. Sur le papier c’est le peuple souverain mais dans la vraie vie c’est le tyran de circonstance aujourd’hui comme il y a 2500 ans.

        +8

      Alerter
  • In CO2 Veritas // 29.05.2019 à 09h22

    En Suisse, une loi ne peut être promulguée que si le délai référendaire est dépassé. Si un groupe de citoyens se mobilise pour obtenir le nombre de signatures suffisantes, la loi passe devant le peuple qui l’accepte ou la refuse. Une loi constitutionnelle passe obligatoirement devant le peuple. Les impôts ou les taxes passent aussi souvent devant le peuple (exemple: vignette autoroutière [augmentation de 40 à 100 CHF/an refusée]; en France le peuple ne peut jamais décider des augmentations des péages; à bon entendeur).

    Voilà. C’est la différence entre un peuple souverain et une dictature. La constitution française (qui n’est même pas respectée) est un chiffon de papier.

      +30

    Alerter
    • zozefine // 29.05.2019 à 09h40

      ne pas oublier non plus toute la “pédagogie” qui entoure chaque votation, le temps laissé aux citoyens pour lire le petit livret reçu dans les foyers contenant tous les tenants, aboutissants et prises de position pour se faire une opinion (on l’espère) éclairée, de manière générale le respect qui entoure le citoyen votant. la majorité se fait par majorité des voix ET des cantons. et avoir en tête que la démocratie directe n’est pas un “contenu” mais un mode de fonctionnement, et un fonctionnement usuel. sans plus mais pas moins, tout est là
      en contre exemple total, le consternant referendum non significatif de tsipras sur le OXI/NAI, bricolé à l’arrache (annoncé le 27 juin, votation de 7 juillet !) et dont le OXI a été purement et simplement oblitéré par le NAI du “gendre idéal” à la signature une semaine après du 3ème memorandum de la trahison du peuple…
      le problème est que les gens pas habitués à la démocratie directe et qui se sont faits tellement truander à chaque “referendum” confondent plébiscite et vote souverain.

        +6

      Alerter
      • In CO2 Veritas // 29.05.2019 à 09h53

        “la majorité se fait par majorité des voix ET des cantons.”

        Seulement pour les lois constitutionnelles. Donc pour toutes les initiatives populaires (ce que les Français appellent le RIC) qui sont automatiquement des lois constitutionnelles. Ne pas oublier que le système des initiatives (lois proposées par des citoyens) et des référendums (approbation ou censure d’une loi votée par un parlement) existent non seulement au niveau fédéral, mais aussi cantonal et municipal. Et les cantons sont souverains en quantité de matières: éducation, culture, police, impôts, etc.

        Imaginez si en France, il n’y avait quasiment plus de police nationale, mais des polices régionales… La police fédérale suisse est réduite à la portion congrue.

          +6

        Alerter
        • zozefine // 29.05.2019 à 10h20

          oui oui, bien sûr pour le cantonal et municipal ! mais inconcevable pour des français tellement jacobins d’imaginer une autonomie régionale voire communale (financière, linguistique, etc). en fait, en suisse, il y a quand même des domaines fédéraux qui sont trans-cantonaux : l’armée, l’énergie, les grandes voies de circulation comme les autoroutes, certaines études comme la médecine (mais pas le droit), etc. c’est justement très intéressant de voir le maillage cantonal X fédéral. PS : je sais pas si tu étais en CH et si tu as voté au moment de l’initiative sur l’armée : le traumatisme total au résultat, tant de gens CONTRE l’armée, alors qu’est-ce que la suisse, qu’est-ce qu’être suisse si le seul domaine réellement commun à la nation disparaît ? (participation 70%, initiative rejetée à 65% donc quand même 35% de gens pour la suppression de l’armée)

            +3

          Alerter
          • In CO2 Veritas // 29.05.2019 à 11h01

            ” l’initiative sur l’armée “… “rejetée à 65%”

            Oui, mais acceptée à Genève. J’ai voté POUR l’initiative et donc contre l’armée.
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Initiative_populaire_%C2%AB_pour_une_Suisse_sans_arm%C3%A9e_et_pour_une_politique_globale_de_paix_%C2%BB

            Pour les routes, les cantons sont à la manœuvre et reçoivent des subventions fédérales quand les projets sont d’intérêt national.

            Autre exemples:
            https://www.letemps.ch/suisse/jour-suisses-ont-refuse-avion-larmee

            Malgré la révolution la France reste une terre monarchique, avec des fiefs locaux où les manants n’ont rien à dire. En Suisse n’existe pas l’équivalent du préfet départemental.

              +7

            Alerter
          • Véronique // 29.05.2019 à 11h36

            On n’est pas obligé non plus d’imiter la Suisse pour tout. Si en France l’organisation est à la base jacobine, c’est en raison du principe d’égalité. L’autonomie régionale, les français d’antan l’ont connue, et à l’époque de la révolution française, lui ont trouvé des inconvénients. Et quand on voit la régionalisation qui s’opère actuellement en France (décentralisation de plus en plus importante), on se dit que les révolutionnaires n’avaient pas tort.
            Et puis au fond c’est une question d’échelle et de culture. Et peut-être que cette échelle diffère d’un pays à l’autre.

              +6

            Alerter
            • Catalina // 29.05.2019 à 12h22

              La Suisse, toujours citée comme exemple ? lol,
              Tous les Suisses qui se sont installés en France recoivent les votations 15 jours après qu’elles soient passées, oui, une vraie démocratie, cela va sans dire !!!
              ;o)

                +1

              Alerter
            • zozefine // 29.05.2019 à 12h28

              “On n’est pas obligé non plus d’imiter la Suisse pour tout.” il ne s’agit pas d'”imiter”, mais de comprendre le fonctionnement d’une démocratie directe. ce qui manifestement, en lisant votre exemple, vous échappe. quant à ce “pour tout” j’aimerais bien savoir ce qui est déjà “imité” qui serait ce presque “tout” !!!!

                +3

              Alerter
            • Véronique // 29.05.2019 à 16h40

              @zozefine

              Je ne parle pas de la démocratie directe, qui ne m’échappe pas du tout, je parle juste de votre critique sur les français qui auraient du mal à vous lire à imaginer une autonomie régionale.

                +1

              Alerter
            • In CO2 Veritas // 29.05.2019 à 19h03

              Il ne s’agit pas d’imiter la Suisse, il s’agit de rendre au peuple sa souveraineté.

              “Si en France l’organisation est à la base jacobine, c’est en raison du principe d’égalité.”

              Parce que l’égalité existe en France? Je n’en suis pas persuadé… Les régions et les villes sont autant de fiefs avec des clientèles, des baronnies avec le petit dictateur local qui reproduit au niveau de la région ou de la ville la structure du pouvoir parisien. D’une manière générale, la vie politique en France se résume à des confrontations pour le pouvoir, un pouvoir qui s’exerce sans partage du fait du système électoral. Discuter avec l’adversaire, c’est impossible, on passe pour un traître. Les compromis? Qu’est-ce que sait? Ce qui est recherché: écraser l’autre. Il n’y a aucune égalité sans respect de l’autre. C’est pourquoi les débats tournent au pugilat.

                +2

              Alerter
      • Loxosceles // 29.05.2019 à 11h30

        C’est vrai qu’en revanche, chez nous, la notion de “pédagogie” ne s’applique que pour faire comprendre au peuple que toutes les décisions qui sont prises contre ses intérêts sont en fait incontestablement bonnes… Une notion totalement invertie et paternaliste de la pédagogie qui accrédite l’idée que le peuple ne serait jamais apte à se gouverner (ou à participer activement à son propre gouvernement) puisqu’on l’infantilise sans fin…

          +6

        Alerter
        • zozefine // 29.05.2019 à 12h42

          “pédagogie” n’est pas très bien choisi. il faudrait que vous ayez accès à un de ces petits livrets pour voir ce que j’entends. on y trouve la position et les arguments en résumé puis très détaillés et du conseil fédéral et des initiateurs (de l’initiative/referendum), de manière à présenter le pour/contre une décision qu’on pense mûrement réfléchie au moment de la votation et ce hors partis. c’est très respectueux des citoyens qui ne sont jamais pris pour des cons.
          mais il faut toujours se rappeller que la démocratie directe ne garantit en rien les résultats (espérés ou non par telle ou telle personne), c’est juste un fonctionnement, une manière de faire.
          en 2010, un sondage avait été fait sur le fonctionnement du système politique suisse avec 67% de satisfaits… le même sondage en france ??? indice de satisfaction qui a même tendance à augmenter avec les années, peut-être en contemplant ce qui se passe chez les voisins européens…

            +7

          Alerter
    • septique // 29.05.2019 à 16h44

      La Suisse un peuple souverain bien à l’abri de ses banques, compagnies d’assurances, Nestlé, un prédateur international, les banques discrètes, les comptes secrets, l’industrie mondiale du médicament, le recyclage de l’argent des traffics d’armes et du traffic de la drogue.
      Les collections d’art que l’on peut voir au musée de l’Hermitage à Lausanne ou ailleurs dont une partie provient de la spoliation des collections par les allemands entre 1933 et 1945..
      L’industrie d’armement.

      Les USA ont fait plier la Suisse en la menacant de ne plus avoir accès au marché financier américain ce qui a obligé a lever le secret bancaire pour les américains résidant en Suisse..pour les autres comme d’habitude.

      Churchill voulait bombarder en Suisse les usines d’armement qui jusqu’au dernier jour ont alimenté l’armée allemande, paiements en or, c’est Roosevelt qui a fait opposition.

      Voilà. C’est la différence entre un peuple souverain et une dictature ? Vraiment ? Quel pays au fait ?

        +2

      Alerter
      • Loxosceles // 29.05.2019 à 19h03

        La Suisse est donc mauvaise en soi parce qu’elle a des banques et qu’elle vend des armes. Un peu comme nous et tous les autres pays occidentaux, quoi.

        Est-ce une raison suffisante pour ne pas considérer ce qu’elle fait mieux que nous ?

        Ce culpabilisme (largement basé sur le passé, qui plus est) n’amène pas grand chose…

          +6

        Alerter
        • septique // 29.05.2019 à 21h20

          La Suisse baigne dans l’hypocrisie généralisée, la seule passion suisse c’est le pognon, rien d’autre…et pour les référendums suisses vous baignez dans les illusions…la Croix Rouge c’est pour le décor.

          Culpabilisme ? La politique de Nestlé en Afrique ? Les banques suisses maintenant et leurs comptes à numéro ? Un des grands lieux de l’évasion fiscale…La Suisse le siège de la FIFA, du CIO, etc, des organisations ou circulent l’argent opaque..

          Pour la vérité sur la Suisse référez-vous donc a Ziegler

          https://www.wikiwand.com/en/Jean_Ziegler

          et lisez donc son livre – La Suisse lave plus blanc –

          Mieux que nous ? Pour l’hypocrisie élevée au niveau d’une religion ce sont les meilleurs.

            +3

          Alerter
          • In CO2 Veritas // 31.05.2019 à 00h37

            Vous confondez politique et économie. La démocratie en Suisse est politique. L’économie n’est pas démocratique. Votre procès tombe à plat. Je suis le premier à regretter l’absence de démocratie économique. Mais cette démocratie économique n’existe nulle part. Encore moins en France qu’en Suisse. En Suisse nous avons pu voter sur la “monnaie pleine”, ce qui est totalement impensable en France. La propagande des possédants a fait capoter cette initiative. Et aussi le fait qu’une telle initiative est tout simplement inimaginable ailleurs. Dans vos insultes vous oubliez l’échange automatique d’informations entre les banques. Vous mentez bien sûr quand vous écrivez que la Croix-Rouge c’est pour le “décor”. Si les banques suisses hébergent bien des fortunes de pays du Sud, c’est bien parce que les puissances ex-coloniales et maintenant néo-coloniales entretiennent et protègent des clients qui exploitent leur pays.

            Au moins la Suisse n’a pas – comme la France – les mains sales de la destruction de pays: Libye, Ukraine, Syrie et Yémen. Elle n’entretient pas des troupes à l’extérieur de ses frontières, ni ne bombarde des civils ou n’invente des attaques chimiques qu’elle a aidé à organiser.

            Quant à la passion pour le pognon, regardez d’abord autour de vous avant de critiquer les autres. La haine vous aveugle.

              +1

            Alerter
            • In CO2 Veritas // 31.05.2019 à 01h02

              Nestlé tue des bébés. C’est ce qui était expliqué. Comment est-ce possible? Et d’abord où? En Afrique subsaharienne. Dans des pays colonisés par la France où au lieu de développer les pays, d’y construire des écoles et des hôpitaux, la France y a d’abord effectué la traite négrière, puis l’exploitation des ressources, avant d’y installer des nègres blancs à sa dévotion. Et de faire assassiner ceux qui s’y opposaient.

              Les Français ne venaient pas seulement déposer leur argent en Suisse. Ils venaient aussi y assassiner:

              http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Fwww.journalducameroun.com%2Farticle.php%3Faid%3D18794

              A côté des crimes commis par la France, la Suisse est un parangon de vertu. Algérie, Madagascar, Indochine…

              Si ces populations avaient été instruites elles seraient mieux à même de résister à la propagande de Nestlé.

              Et pour les ventes d’armes, vous deviez plaisanter…

              https://www.24heures.ch/brider-les-ventes-d-armes-l-initative-a-deja-fait-mouche/story/19330832

              Parce que vous feriez mieux de vous préoccuper de ce qui se passe (ou ne se passe pas) chez vous. La paille et la poutre.

                +0

              Alerter
          • septique // 31.05.2019 à 04h25

            CO2 Veritas tente péniblement de défendre la Suisse…malheureusement pour lui je connais très bien ce pays et pas seulement comme visiteur ou comme touriste. Si je recommande le livre de Ziegler (mis au ban de la Suisse) ce n’est pas non plus par hasard, le titre à lui seul – La Suisse lave plus blanc – se suffit à lui même.
            La Suisse reste un paradis fiscal, l’un des centres du recyclage de l’argent des traffics, le siège d’organisations ou circule l’argent opaque…Il suffit de se promener a Lausanne ou Genève pour voir toutes ces banques discrètes, l’industrie du conseil financier, etc..
            Quand je dis la Croix Rouge c’est du décor…ceci fait partie de la soi-disante neutralité ou bienveillance suisse qui n’est qu’un rideau de fumée, derrière un capitalisme sans pitié, Nestlé le premier exemple mais les firmes pharma et chimiques barbotent dans le même marigot.

              +1

            Alerter
            • corrigendum // 01.06.2019 à 00h15

              “(mis au ban de la Suisse)”

              Correction: mis au banc de la Suisse.
              Car Ziegler a siégé 16 ans sur un banc de l’Assemblée Nationale.

                +0

              Alerter
  • charles // 29.05.2019 à 09h43

    Qui osera encore dire que les gouvernements travaillent pour leurs peuples. Reconnaissez le, à minima, se sont les émissaires envoyés par la banque pour s’assurer que les dettes seraient remboursées.
    On est exactement dans le cas d’un sur-endétté qui “se fait aider”, sauf que là, c’est le dealer qui te tend la main après avoir vomi ta tentative de sevrage.

    Et ils ont voté pour cela, DEUX FOIS DEJA…… Quand il aura fini son travail de destruction amha ce ******** de macron aura passer +10 ans dans les hautes sphères de l’état, JAMAIS INQUIETE.

      +5

    Alerter
    • charles // 29.05.2019 à 09h44

      ;… et il viendra réclamer sa retraite. j’en fulmine déjà.

        +7

      Alerter
      • Catalina // 29.05.2019 à 12h03

        Ce serait une honte que celui qui a vendu la France touche un seul centime une fois à la retraite, je ne cotiserai pas pour ce pauvre type !! l’Île d’Elbe est une excellente villégiature pour ce genre d’olibrius et sera mieux pour lui que la prison de fresnes où il risque juste de survivre 3 secondes.

          +6

        Alerter
  • Charles de // 29.05.2019 à 09h55

    RIP sur les tombes, ça veut dire EN LATIN requiescat in pace ( qu’il repose en paix).

      +4

    Alerter
  • Myrkur34 // 29.05.2019 à 10h30

    Redonner un peu de pouvoir à l’opposition au Parlement, vous n’y pensez pas quand même!

    De toute façon, la privatisation d’ADP, c’est pour faire la culbute sur l’énorme patrimoine foncier en île de France que possède cette entreprise. Après privatisation, la région IDF devra acheter au privé pour n’importe quel projet d’infrastructures.

      +8

    Alerter
  • Arcousan09 // 29.05.2019 à 11h57

    Quelle surprise !!!!
    Les élections sont passées donc les vannes sont grandes ouvertes pour toutes les turpitudes et tous les reniements.
    Largement prévisible ….

      +13

    Alerter
  • Chris // 29.05.2019 à 12h16

    Une décentralisation/régionalisation à la française (sans contre-pouvoirs qui plus est!) qui donne des devoirs, mais pas les moyens financiers pour les assumer. On ne fait que passer du macro au micro-jacobin.
    Autant pisser dans un violon !

      +3

    Alerter
    • Véronique // 29.05.2019 à 16h44

      tout-à-fait. Sauf que ce n’est pas pisser dans un violon. Parce que les citoyens en subissent les conséquences.

        +3

      Alerter
  • Louis Robert // 29.05.2019 à 12h32

    On ne conteste pas « les traités »… encore moins « le parlement ».

    Et vive la démocratie légitime du moins de 20%… qui est désormais “le peuple”!

    Allez, rentrez tous chez vous et taisez-vous!!! Pas un mot! Maintenant qu’on a bien voté, tout va changer.

      +7

    Alerter
  • Larousse // 29.05.2019 à 16h12

    Personnelllement
    Tout se résume à une réalité : à Belfort avec la CGE et à Amiens avec l’ancien site de Whirpool. Ces 2 faits furent volontairement masqués par l’Elysée, le gouvernement et les médias complices, avant les Elections européennes.
    Quand j’écris “masqués volontairement” c’est ce qu’ont dit les responsables syndicaux du site de la CGE à Belfort.
    Ces “gens-là” au pouvoir feront tout dans leur plan d’asservissement du pays aux ploutocrates européistes. Rien ne les arrêtera.
    La fin de pans entiers industriels et majeurs ! pour un pays n’est plus leur souci. Ils accepteront cela même pour l’industrie d’armement.
    Macron “européiste” forcené pense pouvoir être “leader” dans une Europe de l’Ouest et centrale déjà allemande !!! . Il n’a qu’une issue – accepter d’être un commis (peut-être l’a-t-il déjà fait?)
    Peut-être violent ? seul un sursaut patriotique majeur, des Français et de corps sociaux solidement constitués mettra fin au déclin. .. mais c’est une hypothèse peu probable dans l’immédiat.
    Ce n’est pas tous les jours qu’un “Grand Charles” apparaît dans un pays. (beaucoup d’officiers généraux français sont très contents de leur “carrière OTAN”)
    Enfin ce projet cité vise tout simplement à valider coûte que coûte la privatisation d’ADP

      +8

    Alerter
  • septique // 29.05.2019 à 16h30

    Le référendum..le dernier gadget. Il y a un pays qui pratique ceci depuis longtemps. La Suisse. Les études menées sur ces référendums sont claires.
    Seuls les groupes très organisés et bien financés parviennent à les utiliser peu importe le niveau (commune, canton, fédéral). Au niveau cantonal ou municipal ceci peut mener a une paralysie totale de fonctionnement.

    Pour empêcher la privatisation de ADP il faudra réunir au moins 4.8 millions de signatures. procéder à la validation, etc. 4.8 millions c’est plus ou moins 10 % du corps électoral, offrir la même possibilité de se prononcer aux expatriés (plus de 1 million), bonne chance…Rien n’est prévu dans l’administration française pour supporter ce mécanisme donc au départ se pose le problème du financement…et ce n’est pas avec des volontaires que ceci va fonctionner…

    Dès que l’on atteint des grands nombres ces fantasmes de démocratie directe ne fonctionnent plus. Ca n’a pas fonctionné au moment de la Révolution Française alors qu’il y avait 27 millions d’habitants et que le pays était très décentralisé..

    De plus ces référendums sont la porte ouverte à tout et a son contraire, comme en Suisse. Pourquoi pas un référendum pour rétablir la peine de mort ou un autre pour interdire la contraception ou interdire l’avortement. En Suisse il y a eu un référendum pour interdire la construction de minarets et un autre pour pénaliser les couples mariés versus ceux en union libre, un autre pour limiter le pouvoir des banques en 2018 (échec…).

      +1

    Alerter
    • kasper // 29.05.2019 à 16h57

      Quel est le problème d’un référendum concernant la peine de mort ou la contraception ? Je suis respectivement contre et pour, mais si une majorité est pour il faut savoir accepter d’être minoritaire. Si vos idées sont si bonnes, vous ne devriez pas avoir de mal a en convaincre les gens. C’est ça la démocratie. Vos lieux communs ne font pas une pensée.

        +10

      Alerter
      • septique // 29.05.2019 à 17h06

        Et vos lieux communs…a vous…la peine de mort..pourquoi pas en effet. Il y a justement des choses inacceptables peu importe ce qu’en pense la majorité silencieuse. Ce sont les gens qui se sont battus contre cette majorité silencieuse qui ont fait progresser les droits humains pas les autres..comme Badinter en 1981 l’abolition de la peine de mort (je me souviens de la question odieuse de Elkabach a ce sujet a Mitterrand).

        Le moustachu autrichien entre 1933 et 1945 a été approuvé par une majorité d’autrichiens quand il a procédé à l’annexion de leur pays, Petain a été approuvé par une majorité de français en 1940…Vos lieux communs…

          +1

        Alerter
        • Fritz // 29.05.2019 à 17h19

          Ah oui, les opposants à la peine de mort ont un cœur gros comme ça, et ils le font savoir. Saint Robert Badinter, priez pour nous.
          Au passage, écoutez ce que dit le père de Mathias Duchemin, 4 ans et demi, violé et tué par un assassin à Moulins-Engilbert en 2006 (à partir de 3′) : https://www.dailymotion.com/video/x3ojlw

          Jugé en appel (merci Guigou), l’assassin a vu sa « perpétuité » réduite à 30 ans, dont 20 de sûreté. 20 ans de séjour aux frais du contribuable. Ça, c’est humain.

            +8

          Alerter
        • kasper // 29.05.2019 à 23h30

          Toujours du simplisme… Le petit moustachu avait avec lui toute une armée et des flics qui massacraient tout ce qui émettait une idée contraire aux siennes. L’approbation obtenue le couteau sous la gorge ne compte pas. C’est pour ça que le seul vote ne suffit pas pour une décision démocratique, il faut un échange d’idées avant.

          Quand aux courageux défenseurs des droits humains qui guident le troupeau, ils sont persuadés d’avoir le bon droit pour eux mais les mollahs iraniens, les dictateurs de tout bords, les technocrates, les néo cons aussi sont tous persuadés d’avoir raison. Personne n’agit en se disant qu’il a tort.

          Si le fait d’être certain qu’on a raison est un critère suffisant pour justifier qu’on impose ses vues, alors je ne vois pas pourquoi les imbéciles et les crapules, qui sont tout autant persuadés qu’ils ont raison, se priveraient.

            +6

          Alerter
    • Wolfgang67 // 30.05.2019 à 14h25

      Je suis citoyen suisse engagé en politique au niveau communal. A priori le référendum n’exiSté pas à ce niveau, d’autres moyens de contrôle de l’executif sont mis en œuvre. Je ne sais pas d’ou vous tenez les études qui expliquent que les référendums bloquent des situations. Si il est évident que l’existence du référendum et de l’initiative peut ralentir des évolutions législatives, elle est surtout une épée de Damoclès sur la tête de nos représentants politiques.
      L’initiative sur l’interdicton des minarets est un bon exemple. Malgré que la presque totalité des partis et de la presse y soient opposées, la population en a accepté le principe. Il n’est dès lors plus possible d’ignorer les préoccupations de population sur ce sujet.
      De plus si il est évident que seul des groupes organisés et riches peuvent gagner, un petit paysan à provoqué une votation nationale sur un soutien financier aux propriétaires de vaches qui leur laisseraient les cornes.
      Bien qu’imparfait, ce système apporte un certain contrôle sur nos représentants mais permet aussi aux citoyens que nous sommes d’influencer un peu le sens des réflexions du politique. En votant contre la libre circulation des personnes dans le cadre des relations bilatérales avec l’un Européenne la population a contraint le Conseil fédéral à introduire certaines mesures de contrôle

        +3

      Alerter
  • Jean // 29.05.2019 à 17h04

    “Ce n’est pas sain quand la représentation parlementaire corrige ce qu’a voté le peuple, et inversement”.
    Edouard Philippe met sur le même plan la légitimité du peuple et celle de ses représentants.
    C’est oublier un peu vite l’article 3 de la Constitution : “La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum. Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice.”
    Les représentants n’ont aucune légitimité à prendre une décision dont le peuple ne veut pas alors que le peuple est parfaitement légitime à décider par référendum contre l’avis d’un individu ou d’une section du peuple, fussent-ils élus.

      +9

    Alerter
  • rafades // 29.05.2019 à 19h47

    Décisions annoncées en moins d’une semaine :
    1. “Le gouvernement veut durcir le RIP que Macron avait promis de faciliter”. Il s’agirait de combler la brèche constitutionnelle qui a permis aux oppositions d’enclencher le processus du RIP contre la privatisation d’ADP”
    2. “Emmanuel Macron veut remplacer des hauts fonctionnaires pas assez loyaux”. Chamboulement dans l’administration centrale. Emmanuel Macron a demandé que certains dirigeants d’administration centrale en désaccord avec la politique du gouvernement commencent à être remplacés dès le mois de juin”.
    3. “Limitation du temps de parole des députés votée sans l’opposition”. L’Assemblée a en effet adopté une limitation du temps de parole des groupes dans les discussions générales sur les textes de loi, dénoncée comme “un déni de démocratie” par l’opposition qui a quitté l’hémicycle avant le vote en signe de protestation.
    Après plus de trois heures de débats acharnés, d’éclats de voix, d’amendements de suppression, de rappels au règlement, de suspensions de séance et de tractations en marge de l’hémicycle: l’article le plus controversé de la réforme du règlement de l’Assemblée a été adopté par les seuls députés de la majorité dans une ambiance tendue”.

    Une chose est claire et limpide désormais : la dictature est en Marche. Celle dont parle Onfray dans son livre.
    Et elle ne se cache même plus.

      +9

    Alerter
  • Catalina // 29.05.2019 à 22h32

    rafades,
    Merci infiniment.
    Bien.
    L’arrogant n’est plus supporté,
    je dis “bien”.
    ça promet des moments chauds et il faut abolument aller les filmer !!
    Je me réjouis, le valet des multinationales parvient décidément à se faire détester de tous.
    Tiens, Brigitte, prends un mouchoir en…. papier, pas en soie,
    Désolée.
    ;O)

    ;O)

      +4

    Alerter
  • Boychevix // 30.05.2019 à 16h53

    Je me demande comment aurait réagi Macron dans le cas d’une majorité à l’Assemblée nationale qui lui aurait été hostile en 2017? Il n’est pas normal non plus que les élections législatives se tiennent à peine un mois les élections présidentielles.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications