Les Crises Les Crises
3.avril.20183.4.2018 // Les Crises

Les nominations entachées de torture rappellent qu’il n’y a pas eu de poursuites pour les abus de l’ère Bush

Merci 0
J'envoie

Source : Nat Parry, Consortium News, 14-03-2018

Les standards des droits de l’homme déclinants avec la révélation des nominations de Haspel et Pompeo sont les plus récents dans une longue liste d’échecs politiques qui incluent l’absence de poursuite de l’administration Obama contre les tortures pratiquées sous l’ère Bush, remarque Nat Parry.

Les nominations par le président Donald Trump de Gina Haspel pour diriger la CIA et de Mike Pompeo pour devenir le premier diplomate américain sont les dernières indications de l’érosion constante des normes des droits de l’homme aux États-Unis et du recul de la primauté du droit qui caractérise les politiques antiterroristes américaines depuis le 11 septembre 2001.

Le président Donald Trump choisit Mike Pompeo, directeur de la CIA, pour remplacer Rex Tillerson au poste de secrétaire d’État, et Gina Haspel pour remplacer Pompeo en tant que première femme directrice de la CIA.

Haspel, un agent de la CIA qui a supervisé la torture des personnes soupçonnées de terrorisme dans une prison secrète en Thaïlande et qui a ensuite aidé à détruire les enregistrements des interrogatoires, et Pompeo, qui a fait des déclarations en faveur de la torture et de la surveillance de masse, devraient tous deux être confirmés par le Sénat sans tambour ni trompette.

Après tout, lorsque Pompeo a été nommé à son poste actuel de directeur de la CIA, sa confirmation a passé au Sénat par un vote de 66-32. Ceci, malgré ce que Maria McFarland Sanchez-Moreno de Human Rights Watch a qualifié de « dangereusement ambiguës » les réponses aux questions sur la torture et la surveillance de masse.

« Le fait que M. Pompeo n’ait pas désavoué sans équivoque la torture et la surveillance de masse, ainsi que son plaidoyer en faveur de la surveillance des Américains et son appui passé au programme de torture de la CIA, montrent clairement qu’il ne devrait pas diriger cette dernière », a déclaré M. Sanchez Moreno en janvier 2017.

Peu après la confirmation de Pompeo, son directeur adjoint à la CIA a été nommé Gina Haspel, qui « a joué un rôle direct dans le programme “de transferts extraordinaires” de la CIA, dans le cadre duquel les activistes capturés ont été remis à des gouvernements étrangers et détenus dans des installations secrètes, où ils ont été torturés par le personnel de l’agence », a rapporté le New York Times l’an dernier.

Elle a également dirigé la première prison de la CIA sur un site noir [les « sites noirs » désignent des prisons clandestines contrôlées par la CIA dans différents pays, NdT] et a supervisé les interrogatoires brutaux de deux détenus, Abu Zubaydah et Abd al-Rahim al-Nashiri. En outre, elle a joué un rôle vital dans la destruction des cassettes vidéo d’interrogatoire qui montraient la torture des détenus, tant sur le site noir qu’elle dirigeait que dans d’autres lieux secrets de l’agence. La dissimulation de ces enregistrements d’interrogatoire a violé à la fois les multiples ordonnances des tribunaux ainsi que les exigences de la Commission du 11 septembre et les conseils des avocats de la Maison-Blanche, comme l’a rapporté Glenn Greenwald.

Malgré ces réserves sérieuses, le leader de la minorité au Sénat Charles Schumer (Démocrate – État de New York) a déclaré qu’il n’exhorte pas actuellement les démocrates à s’opposer à la nomination de Pompeo au poste de secrétaire d’État ou à la nomination de Haspel à la tête de la CIA. Tant pis pour la #Résistance.

L’acquiescement démocratique suit une longue tendance à tolérer les violations des droits de l’homme et à normaliser la torture. Lorsque le président Barack Obama a déclaré qu’il voulait “regarder en avant, pas en arrière” et fermer le chapitre sur les pratiques de torture de la CIA sous l’administration Bush sans autoriser de poursuites pour les crimes commis, il s’est assuré que la torture resterait une « option politique » pour les futurs présidents, selon les termes de Human Rights Watch.

Le débat sur la torture

Nous avons commencé à voir cela lors des débats des primaires républicaines en 2016, lorsque les candidats du GOP [parti républicain, NdT] étaient tous en train de se chamailler pour le vote pro-torture. À l’époque, Trump a clairement exprimé son soutien sans ambiguïté à l’utilisation de la torture. Quand il a été pressé sur ses déclarations sur le retour du waterboarding [simulacre de noyade, NdT] et la conception de méthodes de torture encore plus brutales, Trump a décidé de doubler la mise plutôt que de revenir en arrière.

Le 7 février 2016, le candidat Trump est apparu sur « This Week » avec George Stephanopoulos. « En tant que président, vous autoriseriez la torture ? » a demandé Stephanopoulos.

« J’autoriserais absolument quelque chose allant au-delà du waterboarding », a dit Trump. « Et croyez-moi, ce sera efficace. Si nous avons besoin d’informations, George, nos ennemis coupent la tête des chrétiens et de beaucoup d’autres, par centaines, par milliers ».

Lorsqu’on nous a demandé si nous « gagnons en étant plus semblables à eux », c’est-à-dire en imitant les tactiques des terroristes de l’État islamique, Trump a répondu catégoriquement « oui ».

« Je suis désolé », a-t-il précisé. « On doit faire comme ça. Et je ne suis pas sûr que tout le monde soit d’accord avec moi. Je suppose que beaucoup de gens ne le sont pas. Nous vivons à une époque qui est aussi horrible que n’importe quelle autre époque. Quand j’étais jeune, j’ai étudié l’époque médiévale. C’est ce qu’ils faisaient, ils coupaient des têtes. »

« Alors, on va couper des têtes ? » a demandé Stephanopoulos.

« Nous allons peut-être faire des choses allant au-delà du waterboarding, si cela doit être fait », a répondu Trump.

Trump a même insinué que son concurrent dans la course du GOP Ted Cruz était une « mauviette » pour laisser entendre qu’il pourrait faire preuve d’un certain degré de retenue dans l’utilisation de la torture. Alarmés, plusieurs groupes de défense des droits de l’homme sont intervenus pour rappeler aux États-Unis leurs obligations morales et juridiques de ne pas s’engager dans des pratiques sadiques et cruelles comme le waterboarding.

Naureen Shah d’Amnesty International a réfuté le débat sur la simulation de noyade, qu’elle a qualifié de « suffocation au ralenti ». Elle a souligné l’évidence que « les atrocités du groupe armé qui se dit État islamique et d’autres groupes armés ne rendent pas la simulation de noyade acceptable ».

Choix politique

Ce que le « débat » sur le rétablissement de la torture a souligné, et ce que les nominations actuelles des partisans de la torture pour diriger le Département d’État et la CIA introduisent dans le pays, c’est pourquoi les poursuites contre le programme de torture de la CIA de l’ère Bush étaient indispensables, et pourquoi il était si désastreux que l’administration Obama ait fui ses responsabilités à cet égard pendant huit ans.

Comme les défenseurs des droits de l’homme l’affirment depuis longtemps, il était nécessaire de poursuivre l’administration Bush et les fonctionnaires de la CIA impliqués dans la torture des personnes soupçonnées de terrorisme après le 11 septembre 2001 afin que la torture ne soit pas répétée à l’avenir par des administrations ultérieures qui pourraient se considérer comme au-dessus de la loi.

En effet, c’est précisément la raison pour laquelle le droit international exige que les allégations de torture fassent l’objet d’enquêtes et de poursuites – de sorte que la torture ne devienne pas une option politique à utiliser ou à mettre en veilleuse en fonction des caprices politiques du moment.

C’est un point que le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’homme et la lutte contre le terrorisme, Ben Emmerson, a soulevé à la suite de la publication du rapport du Sénat sur la torture à la fin de 2014. Les hauts fonctionnaires de l’administration Bush qui ont approuvé les crimes, ainsi que les fonctionnaires de la CIA et du gouvernement américain qui les ont commis, doivent faire l’objet d’enquêtes et de poursuites, a dit M. Emmerson.

« Il est maintenant temps de passer à l’action », a déclaré Emmerson le 9 décembre 2014. « Les individus responsables de la conspiration criminelle révélée dans le rapport d’aujourd’hui doivent être traduits en justice et doivent faire face à des sanctions pénales proportionnelles à la gravité de leurs crimes. Le fait que les politiques révélées dans ce rapport ont été autorisées à un niveau élevé au sein du gouvernement américain ne fournit aucune excuse. En effet, cela renforce la nécessité d’une responsabilité pénale. »

Le droit international interdit d’accorder l’immunité aux fonctionnaires qui se sont livrés à des actes de torture, a souligné Emmerson. Il a en outre souligné l’obligation internationale des États-Unis de poursuivre pénalement les architectes et les auteurs des méthodes de torture décrites dans le rapport :

« En vertu du droit international, les États-Unis ont l’obligation légale de traduire les responsables en justice. La Convention des Nations Unies contre la torture et la Convention des Nations Unies sur les disparitions forcées exigent des États qu’ils poursuivent les actes de torture et les disparitions forcées lorsqu’il y a suffisamment de preuves pour fournir une perspective raisonnable de condamnation. Les États ne sont pas libres de maintenir ou de permettre l’impunité pour ces crimes graves. »

Zeid Raad al-Hussein, le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a déclaré qu’il est d’une « clarté cristalline » que les États-Unis ont l’obligation, en vertu de la Convention des Nations Unies contre la torture d’en assurer la responsabilité.

« Dans tous les pays, si quelqu’un commet un meurtre, il est poursuivi et emprisonné. S’ils commettent un viol ou un vol à main armée, ils sont poursuivis et emprisonnés. S’ils ordonnent, autorisent ou commettent la torture – reconnue comme un crime international grave – ils ne peuvent tout simplement pas bénéficier de l’impunité pour des raisons d’opportunisme politique », a-t-il dit.

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a exprimé l’espoir que la publication du rapport sur la torture était le « début d’un processus » vers des poursuites, parce que « l’interdiction de la torture est absolue », a déclaré le porte-parole de Ban Ki-moon.

Il va sans dire que ces appels sont en grande partie tombés dans l’oreille d’un sourd et qu’aucune enquête criminelle n’a été ouverte. Au lieu de cela, le Congrès américain a répondu par une « réaffirmation » symbolique de l’interdiction de la torture – une législation largement redondante et inutile puisque la torture est depuis longtemps interdite sans ambiguïté en vertu du droit international, de la Constitution des États-Unis et des lois pénales américaines.

Pour sa part, M. Obama a profité de la publication du rapport du Sénat pour vanter les vertus des États-Unis et a félicité la CIA pour son professionnalisme dans l’exercice de ses responsabilités.

Exceptionnalisme américain

À la suite de la publication du rapport du Sénat, M. Obama a dit, dans une déclaration qui fut en fait une proclamation indirecte de la notion de « l’exceptionnalisme américain » : « Tout au long de notre histoire, les États-Unis d’Amérique ont fait plus que toute autre nation pour défendre la liberté, la démocratie, la dignité inhérente et les droits de l’homme des peuples du monde entier ». Il a ensuite offert une défense tacite des techniques de torture tout en vantant sa propre vertu en mettant fin à ces politiques.

« Dans les années qui ont suivi les attentats du 11 septembre, avec la crainte légitime d’autres attentats et la responsabilité de prévenir d’autres pertes de vie catastrophiques, l’administration précédente a dû faire des choix difficiles sur la façon de poursuivre Al-Qaïda et de prévenir d’autres attentats terroristes contre notre pays », a-t-il dit. Bien que les États-Unis aient fait « beaucoup de bonnes choses pendant ces années difficile », il a reconnu que « certaines des mesures qui ont été prises étaient contraires à nos valeurs ».

« C’est pourquoi j’ai interdit sans équivoque la torture lorsque j’ai pris mes fonctions », a dit M. Obama, « car l’un de nos outils les plus efficaces pour lutter contre le terrorisme et d’assurer la sécurité des Américains est de rester fidèle à nos idéaux au pays et à l’étranger ».

Il a poursuivi en affirmant qu’il utiliserait son autorité en tant que Président « pour s’assurer que nous n’aurons plus jamais recours à ces méthodes ».

Mais il est clair qu’en bloquant les enquêtes criminelles sur les architectes de la politique, Obama n’a pas fait grand-chose sur le plan pratique pour s’assurer que ces méthodes ne soient plus jamais utilisées. Et maintenant que nous sommes confrontés à la probabilité de l’utilisation dégradante de la torture par des responsables de la CIA et du Département d’État, on nous rappelle une fois de plus l’importance de faire respecter les lois du pays.

Nat Parry est coauteur de Neck Deep : The Disastrous Presidency of George W. Bush.

Source : Nat Parry, Consortium News, 14-03-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Alfred // 03.04.2018 à 07h30

Voilà qui résume parfaitement la maladie des americanophiles:
“Tout au long de notre histoire, les États-Unis d’Amérique ont fait plus que toute autre nation pour défendre la liberté, la démocratie, la dignité inhérente et les droits de l’homme des peuples du monde entier ”
Ils ne trouvent cela ni ridicule ni choquant. La rengaine est toujours la même (à savoir oui mais là Chine et la Chine c’est pire).
Il leur suffirait pourtant de remplacer le nom du pays dans la phrase ci dessus par Russie ou Chine et aussitôt elle deviendrait ridicule voire inquiétante. Cette phrase n’est acceptable de la part d’aucun pays et tout pays qui l’emploie doit être regardé avec animosité (car dangereux).

6 réactions et commentaires

  • Alfred // 03.04.2018 à 07h30

    Voilà qui résume parfaitement la maladie des americanophiles:
    “Tout au long de notre histoire, les États-Unis d’Amérique ont fait plus que toute autre nation pour défendre la liberté, la démocratie, la dignité inhérente et les droits de l’homme des peuples du monde entier ”
    Ils ne trouvent cela ni ridicule ni choquant. La rengaine est toujours la même (à savoir oui mais là Chine et la Chine c’est pire).
    Il leur suffirait pourtant de remplacer le nom du pays dans la phrase ci dessus par Russie ou Chine et aussitôt elle deviendrait ridicule voire inquiétante. Cette phrase n’est acceptable de la part d’aucun pays et tout pays qui l’emploie doit être regardé avec animosité (car dangereux).

     37

    Alerter
    • Koui // 03.04.2018 à 09h21

      C’est comme certains qui voient la France en patrie des droits de l’homme. Un passe parfois glorieux n’est pas un passe droit pour le présent.

       19

      Alerter
  • petitjean // 03.04.2018 à 12h41

    un exemple : intervention américaine en Irak sur un faux prétexte = un demi million de morts et des millions de personnes qui fuient sur les routes
    Depuis sa création sur les charniers amérindiens, les USA sont en guerre contre la terre entière
    plus de 800 bases militaires dans le monde, un budget de guerre de plus de 700 milliards par an !
    quand donc sera instruit le proçés de cet impérialisme belliqueux ?
    et l’Europe, toujours occupée, qui accepte sa vassalisation, quelle honte………………….

     22

    Alerter
  • petitjean // 03.04.2018 à 12h53

    Interventions militaires des États-Unis dans le monde
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Interventions_militaires_des_États-Unis_dans_le_monde

    Les Etats-Unis ont été en guerre 93% du temps de leur existence depuis leur création en 1776 c’est à dire 222 des 239 années de leur existence

    http://reseauinternational.net/les-etats-unis-ont-ete-en-guerre-222-des-239-annees-de-son-existence/

     12

    Alerter
  • Vincent P. // 03.04.2018 à 22h16

    Parce qu’il existe encore des gens qui croient que le Droit International n’est pas mort ?!

    Au regard par exemple des guerres illégales, des énormes mensonges ou encore du pillage de nos biens et acquis que nous laissons pratiquer avec allégresse, s’indigner de l’impunité de nos dirigeants est un minimum bien commode pour épargner sa (non) conscience de con-sommateur déresponsabilisé jusqu’à l’infantilisme.
    Et puis quoi ? Elle est où l’union sacrée ?
    Enterrée avec les restes du CNR; avec pour épitaphe :
    “Ci gît le Bien Commun”.

    Au milieu de ce cauchemar, restent les rêves :
    J’y raccourcis volontiers un Rumsfeld, un Cheney, un Bush, un Fabius, un Valls ou un Macron.
    Lentement.

     1

    Alerter
  • René Fabri // 04.04.2018 à 15h36

    “ce sera efficace.” Pourtant, la torture engendre de nombreuses fausses déclarations et faux aveux, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles, elle avait été abandonnée.

     1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications