Suite du billet précédent sur l’Ukraine
Index de la série

1.2 L’Histoire des frontières

Dans l’Antiquité, la steppe de l’Ukraine n’est qu’une terre de passage.

L’Ukraine est en fait le berceau de la civilisation slave car au VIe siècle, des tribus slaves arrivent du Nord et s’installent le long des rives des principaux fleuves.

Cliquez pour agrandir

Voici le premier État slave de l’histoire : « la Rous’ de Kiev » (ou Rus’), qui a existé du IXe au XIIIe siècle et était alors le plus vaste et le plus puissant des États d’Europe, stratégiquement placé à un important carrefour commercial.

Les princes de Kiev vont jusqu’à assiéger Constantinople en 911 et à obtenir un traité de commerce avec l’empire byzantin.

Cet État prospéra pendant trois siècles, avant de se dissoudre sous le double effet de luttes intestines de successions et de l’essor de l’empire mongol. La Russie se voit comme une descendante de la Rous’. Pour elle, la Rous’ perdure et la Russie doit en rassembler les héritiers. C’est la raison pour laquelle ils appellent l’Ukraine, Malo Russia, « petite Russie ».

C’est un point très important pour les Russes :

« Permettez-moi de dire très franchement que ce qui se passe actuellement en Ukraine nous touche profondément, et qu’il est douloureux pour nous de voir la souffrance de la population et son incertitude sur la façon de s’en sortir aujourd’hui et sur ce qui l’attend demain. Nos préoccupations sont compréhensibles parce que nous ne sommes pas simplement de proches voisins, mais, comme je l’ai dit plusieurs fois déjà, nous sommes un même peuple, une même nation. Kiev est la mère des villes russes. La Rus’ de Kiev ancienne est notre source commune et nous ne pouvons pas vivre l’un sans l’autre. » [Vladimir Poutine, 18 mars 2014] À lire en intégralité ici sur ce blog

Depuis près de mille ans, cette partie de l’Europe a été au cœur des luttes d’influence et de constitution des grands ensembles européens.

Après la disparition de la Rous’, l’Ukraine est est écartelée entre les puissances de l’époque et devient le jouet de leurs luttes.

Le mongol Batu Khan, petit-fils de Gengis Khan, détruit alors Kiev en 1240 ; il devient alors le premier khan du nouveau royaume de la Horde d’Or. Cette date est l’acte de séparation du peuple de la Rus’ de Kiev en deux peuples distincts : les Russes qui ont fui vers le Nord et l’Est et qui vont organiser la reconquête sur les Mongols à partir du 14ème siècle, et les Ukrainiens restés sur place et qui seront soumis à la Lituanie et la Pologne. C’est pourquoi la Russie a montré une tendance, depuis, à « réunifier » le peuple russe, tandis que les Ukrainiens ont eu l’impression d’entrer dans la sphère occidentale avec la conversion des nobles lituaniens au catholicisme.

Invasion Mongole
Invasion Mongole

 

Prise de Kiev en 1240 - Miniature Russe
Prise de Kiev en 1240 – Miniature Russe
La Horde d'Or vers 1300
La Horde d’Or vers 1300

La pression mongole fait naître une multitude de principautés qui peinent à demeurer indépendantes. La Galicie est ainsi autonome au XIIe siècle. Elle s’unit ensuite à la Volhynie et le prince de Galicie-Volhynie reconnait l’autorité de Rome en 1253. La première tradition catholique sur une terre ukrainienne nait alors dans sa frange occidentale. La dynastie s’éteint et l’invasion lithuanienne fait disparaitre cette principauté en 1340.

Les Lithuaniens repoussent les Mongols au-delà du Dniepr et occupent Kiev en 1362, constitutant le Grand duché de Lituanie, en occupant la majeure partie de l’Ukraine.

Puis en 1385, la Pologne s’empare de la Volhynie et de la Galicie. La Lituanie se trouve alors (déjà…) au centre de la lutte entre le monde russe-orthodoxe et le monde polonais-catholique.

En 1569, l’Union de Lublin consacre l’union du royaume de Pologne et du Grand-duché de Lituanie (dite « République des Deux Nations »). L’Ukrainien est désormais en situation d’infériorité dans une société très stratifiée :

  • l’aristocratie polonaise domine et assimile peu à peu une partie de la noblesse ukrainienne ;
  • la bourgeoisie demeure un mélange de peuples essentiellement non ukrainiens (Juifs, Allemands) ;
  • la paysannerie, seule, demeure ukrainienne mais ne dispose d’aucun droit ni politique, ni civil ; elle est totalement dépendante des seigneurs – situation qui laissera des rancunes tenaces.

Au niveau religieux, le catholicisme gagne les élites aristocratiques ukrainiennes polonisées tandis que les paysans demeurent fidèles à l’orthodoxie. En 1596, le concile de Brest-Litovsk reconnait l’autorité du Pape : c’est la naissance de l’Église ukrainienne gréco-catholique, dite uniate, qui marque le début de tensions religieuses fortes (soulignons que ce catholicisme ukrainien est de rite grec qui est « intermédiaire » entre le catholicisme polonais et l’orthodoxie russe). Chaque parti cherche des appuis extérieurs : les catholiques vers la Pologne et les orthodoxes vers la Moscovie.

Ces derniers trouvent un relais chez les Cosaques zaporogues qui naissent dans les steppes du bas Dniepr ; ceux-ci s’organisent avec un gouvernement autonome et qui élit un chef, l’hetman. La Pologne leur reconnait une certaine autonomie en 1572.

C’est alors que l’hetman cosaque, Bogdan Khmelnitsky, pour s’opposer à la domination polonaise, recherche la protection de la Moscovie et signe alors le traité de Pereislav en 1654. Le Tsar reconnaît les droits des hetmans et les libertés cosaques. En fait, les Russes y trouvent l’occasion de réunifier la Rous’ sous leur domination et de vassaliser l’Ukraine, cette Petite-Russie. Après la mort de Khmelnitsky, ils s’entendent rapidement avec les Polonais lors de la paix d’Androusovo en 1667, pour se partager l’Ukraine de part et d’autre du Dniepr et dissoudre toute velléité d’autonomie. La plus grande partie, vingt-deux millions d’habitants, est soumise à l’autocratie russe. Cet État centralisé et patrimonial met sous dépendance la Petite-Russie, partie intégrante de l’Empire.

Un protectorat, l’hetmanchthina, laisse subsister une certaine autorité aux hetmans mais leurs prérogatives sont progressivement rognées ; le bref État cosaque, très réduit, a pris le nom d’Ukraine – signifiant « Notre pays » en ukrainien. L’Eglise orthodoxe ukrainienne est soumise à l’autorité du patriarcat de Moscou. En 1720, toute publication en ukrainien est interdite. L’intégration complète de l’Ukraine à la Russie est réalisée par le Tsar Pierre le Grand. En 1722, elle n’est qu’une simple province russe et les hetmans disparaissent.

En parallèle, la Russie affirme son emprise sur la paysannerie ukrainienne. Il est interdit aux paysans de quitter la terre et donc de fuir vers les terres libres des steppes. Les terres riches sont distribuées et constituent de grands domaines où les paysans sont soumis à la corvée. Catherine II poursuit cette politique de dépendance ; son oukase du 3 mai 1783 introduit le servage en Ukraine. La liberté séculaire du paysan ukrainien disparaît et toute mobilité sociale est de facto interdite.

La Russie ne peut cependant pas laisser libre les steppes du sud de l’Ukraine. Les Tsars cherchent donc à reconquérir ces territoires et à obtenir ainsi un débouché sur la Mer Noire. La Russie affronte alors l’empire ottoman et en 1771, les Russes conquièrent la Crimée. La paix de Kouchouk-Kainardj avec la Turquie en 1774 donne l’indépendance à la Crimée, mais dans l’orbite russe, et avalsie l’occupation russe.

À suivre dans le billet suivant sur l’Ukraine

Ce billet fait partie d'une série sur la situation en Ukraine. Il vise à donner des regards différents de ceux diffusés en masse par les grands médias, afin d'élargir votre champ de réflexion. [Lire plus]. Notre souhait est de sortir des présentations binaires "gentils / méchants", afin de coller de plus près à une réalité complexe. Nous rappelons enfin que par principe, nous ne "soutenons" aucun gouvernement nulle part sur la planète (et donc pas le gouvernement russe non plus). Nous sommes au contraire vigilants, tout gouvernement devant, pour nous, justifier en permanence qu'il ne franchit aucune ligne jaune. Mais nous sommes évidemment également attachés à lutter contre le deux poids 2 mesures, et à présenter tous les faits.

70 réponses à [U1-2] Comprendre l’Ukraine – L’Histoire du pays (1/2)

  1. abfab Le 28 avril 2014 à 07h30
    Afficher/Masquer

    Hyper intéressant. Factuel, concis et détaillé, comme d’habitude !
    Travail de qualité à continuer.


  2. Patrick Luder Le 28 avril 2014 à 08h21
    Afficher/Masquer

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que les frontières ne sont pas fixes, elles ne sont qu’une invention de l’homme poussé par la peur, la peur de l’autre, la peur de l’inconnu, la peur de la perte de maîtrise de son propre monde.

    Ces cartes sont aussi très intéressantes pour l’histoire de l’Europe de l’Ouest, merci pour ce rappel historique 😉


  3. FL Le 28 avril 2014 à 09h20
    Afficher/Masquer

    Ce qui émerge de ce racourci historique, c’est que les frontières ne sont jamais définitives et que leur tracé correspond à un instant donné, au rapport de force entre les peuples largement définis par l’appartenance linguistique.
    Les forces en présences sont en ordres de bataille, celles de toujours, Pologne, Lithuanie, Russie, Allemagne etc. et les Etats-Unis du fait entre autre que les minorités issues de ces pays y sont pour certaines puissamment représentées …
    La rancœur est très profondes en Pologne et en Lituanie, ailleurs les appétits opportunistes, le tout sur fond d’intérêts considérables pour les ressources stratégiques et le commerce liés à la région.
    Les causes sont très nombreuse à la modification géopolitique de la région.
    Nous assistons à un mouvement historique, dans le sens ou l’équilibre antérieur est rompu et ou un nouvel apparait. Ce mouvement à commencé en 1989/91 et ne s’arrêtera pas en Ukraine.
    Espérons que cela ne tourne pas à un nouveau désastre pour l’Europe.

    Merci Olivier et à toutes les personnes qui élaborent cette formidable synthèse. Elle est essentiel à la compréhension des évènements.

    Quand à la France dans cette histoire, c’est pitoyable.


  4. Theoltd Le 28 avril 2014 à 09h40
    Afficher/Masquer

    Ce dont a peur l’Europe a présent, c’est réellement d’un retour au grand Bloc Sovietique. En Realité, ce n’est pas, me semble t il, la Russie qui reve a la reconstruction d’un empire perdu. Ce seraient plutôt les habitants Russophones ou Russophiles des Pays baltes, de la Bulgarie, de la Roumanie, de la Moldavie, qui voyant le niveau de vie des Russes augmenter quand le leur au mieux, stagnent, qui souhaiteraient rejoindre le giron du grand frère protecteur.

    En Fait, un journaliste américain a comparé la Russie a une gigantesque station service. Et en ces temps de pénurie qui s’annoncent, il parait judicieux pour certains de se rapprocher de la source d’approvisionnement principale du Monde.

    C’est une des raisons pour laquelle on assiste a une guerre médiatique sans precedent, une propagande inouïe anti russe, pour couper aux habitants toute velléité de se rapprocher de la Russie. (Voir les commentaires anti russes dans les Pays baltes, ou on a carrément interdit la Tele russe! et en Roumanie.)


    • Kiwixar Le 28 avril 2014 à 10h01
      Afficher/Masquer

      Oui, c’est l’ironie de l’histoire, on va être obligés de construire un rideau de fer (bon, en ferraille par manque de moyens) pour empêcher les habitants de l’UERSS de s’enfuir vers la Russie pour avoir une vie meilleure.
      On va se retrouver avec des dissidents réfugiés dans des ambassades pendant des années (ah non, déjà fait) ou d’autres se réfugiant à Moscou (ah non, déjà fait)… voire même une clique d’oligarques non-élus, une sorte de Politburo décidant de tout (ah non, déjà fait)… 🙂
      C’est bien la peine d’avoir gagné la guerre froide pour que le la dictature soit chez nous! 🙂


    • Olposoch Le 28 avril 2014 à 10h43
      Afficher/Masquer

      Un jour je suis rentré chez moi, allumé la Télé et vu avec stupéfaction un quidam assis sur le mur de Berlin, signifiant la fin de la guerre froide, la fin de cette merde idéologique et la promesse d’un avenir différent.
      Avec ma copine on s’est embrassés et on est ressortis boire un coup au futur (Paris, 1989, XVeme arrdt…)
      Aujourd’hui j’ai passé les 50 ans, je vois les fondés de pouvoir des précédents essayer de construire un nouveau mur, de “notre” côté…


    • Julian Le 28 avril 2014 à 16h25
      Afficher/Masquer

      “La Russie… gigantesque station service” certes.

      Et surtout le dernier grand État de hémisphère nord disposant de colossales réserves territoriales tout simplement non occupées.

      Enjeu majeur :

      – pour la Chine et l’Inde qui “étouffent” littéralement dans leurs limites.

      – pour Washington qui redoute que Moscou ne fasse de cette carte une carte maitresse dans le jeu des 20-30 prochaines années.

      La géo… a toujours une longueur d’avance sur l’Histoire !


  5. ErJiEff Le 28 avril 2014 à 10h13
    Afficher/Masquer

    excellente présentation, qui tire un maximum des données cartographiques et géopolitiques.
    Avec en conclusion un point crucial : les racines de la rancœur que peuvent éprouver les Ukrainiens vis-à-vis d’une annexion violente suivie d’une colonisation inique de la part des tsars moscovites.
    Ce qui n’excuse en rien l’exploitation cynique et le détournement infondé de cette rancœur au profit d’intérêts commerciaux Etats-Uniens (la géostratégie US n’a d’autres mobiles qu’économiques).

    Petit rappel : c’est exactement par des motivations du même ordre que l’Athènes de Périclès s’est lancée contre Corinthe dans une affaire de colonie inextricable qui a débouché sur la Guerre du Péloponnèse et cent ans plus tard à sa destruction.

    L’Histoire ne se comprend et ne se décode que par des analogies : il y a aujourd’hui un gros souci du devenir plus que probable de la domination arrogante et pluriséculaire de l’Occident sur le reste du Monde.


  6. perceval78 Le 28 avril 2014 à 10h18
    Afficher/Masquer

    Une perte de contrôle sur les évènements est elle envisageable :

    http://www.dedefensa.org/article-les_sc_narios_du_pire_28_04_2014.html


    • C Balogh Le 28 avril 2014 à 14h17
      Afficher/Masquer

      à Perceval,
      Merci pour le lien,
      extrait traduit:
      “L’accord conclu le 17 Avril entre la Russie , l’Ukraine , l’Union européenne et des États-Unis afin de désamorcer la crise en Ukraine escalade , est prête à s’effondrer parce que Washington et le «gouvernement de coup d’Etat ” de l’UE et l’Ukraine refusent de désarmer les milliers Pravy Sektor terroristes néo-nazis qui ont maintenant le statut au sein du gouvernement de l’Ukraine.”


    • gil Le 28 avril 2014 à 15h26
      Afficher/Masquer

      Bonjour

      Oui une perte de contrôle est envisageable. Tristement envisageable.
      D’ailleurs les US viennent ce jour de prendre de nouvelles mesures de sanctions. Cette fois, 17 entreprises russes seraient visées.

      Cordialement


  7. izarn Le 28 avril 2014 à 10h33
    Afficher/Masquer

    Ce qui prouve que les USA sont devenus une ploutocratie qui n’a cure de l’histoire des peuples, se fiche de l’Europe (Le “fuck” de Nulland).
    Mais fallait-il encore le prouver tellement c’est devenu évident?
    Oui, car la propagande est bombardée comme sur Dresde en 1945….


    • maboiteaspam Le 28 avril 2014 à 14h30
      Afficher/Masquer

      Muep bein malgré ces évidences rondement énoncées.
      Ces ploutocrates nous emmènent chaque jour un peu plus vers la guerre, la dette, la libéralisation.
      Une évidence à géométrie variable ?

      Selon moi, il n’y à rien d’évident dans toutes ces histoires.
      Ce qui pour certains transpirent, voir, s’affichent à leurs yeux, depuis toujours, ou si longtemps, reste un véritable schisme pour la plupart des autres.

      tldr, continuons d’en parler autour de nous.


  8. tchoo Le 28 avril 2014 à 11h11
    Afficher/Masquer

    L’histoire racontée ici par ces cartes, nous prouve au moins une chose, c’est que cette région au passé complexe ne doit pas être soumise à des surenchères quelles soient, sinon nous allumons la mêche d’une poudrière dont l’explosion fera d’énormes dégats.
    L’exacerbation des nationalismes locaux rouvrent les anciennes plaies mêmes très anciennes et engendre des comportements barbares que l’on croyait nous, européens loin de nous pour toujours.
    Et la légitime révolte du peuple ukraine contre son oligarchie kleptomaniaque a été dévoyée et récupérée avec l’aide de l’occident par des fachos nazis qui vont nous conduire au chaos.
    l’Europe prend une grande responsabilité à jeter de l’huile sur le feu dans le sillage des américains.
    Avant de négocier avec le gouvernement illégitime d’ukraine, elle devrait exiger la création d’une assemblée constituante pour reconstituer une état légitime ukrainien en capacité de négocier avec la Russie et avec l’Europe si possible comme médiateur.
    Nous n’avons pas besoin de USA dans cette affaire.


    • Nicolas V Le 28 avril 2014 à 23h58
      Afficher/Masquer

      N’est il pas difficile de mettre en place un état nouveau lorsque l’on est en même temps au bord de la guerre et de l’invasion ?

      La Russie n’a aucun intérêt à voir une démocratie réelle s’installer…. et elle agit en conséquence …

      pis si en plus elle reprends la Crimée, alors elle s’offre même des zones de forages en plus, ainsi que le retour à une parfaite gratuité pour sa base navale de la mer noire ^^ … sans oublier l’aspect politique ou le président actuel montre une fois de plus qu’il est un homme fort qui influence l’échiquier international… ( quitte à lourdement le bousculer)

      hélas l’annexion de terres étrangères au nom des peuples sympathisants qui y habitent, cela rappelle de sombres heures du passé…. La Russie n’y gagne pas en splendeur pour le coup … Loin de là ….


  9. yt75 Le 28 avril 2014 à 12h20
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    Encore bravo pour le travail et les épisodes à suivre !

    Je suppose que cela sera traité dans les futurs épisodes, mais un point me parait clé dans cette affaire et toujours pas très clair pour moi, lié aux négociations Ianoukovitch/Europe, chronologie, et “positions” des divers acteurs dans ce domaine.

    D’après ce que dit Stephen Cohen ci dessous à partir de 18:55 :
    http://www.democracynow.org/2014/4/17/we_are_not_beginning_a_new

    Novembre 2013 : Ultimatum de l’union Européenne à Ianoukovitch : tu signes avec nous un accord mais pas d’accord en parallèle avec la Russie
    (pression Russe pour qu’il ne signe pas à ce moment ?)

    Le bordel à Maidan s’intensifie

    7 février : publication de l’enregistrement Nuland / Pyatt (date enregistrement pas claire apparemment), important du fait que deux citoyens US discutent du futur gouvernement, plus ou autant que le côté “fuck the UE” (qui pour moi sonne comme un message passé par Nuland à Pyatt du genre : “n’oublie pas qui est le boss ici, vis à vis d’Ashton ou autres”)

    20 février 2014 : tuerie de Maidan, ça part en vrille

    21 février 2014 (à vérifier si première visite du trio ou visites avant) :

    “A quoi sert en Europe le « triangle de Weimar », qui réunit la France, l’Allemagne et la Pologne ? Les trois pays ont souvent eu du mal à apporter une réponse cohérente depuis son invention, en 1991. Jusqu’au 21 février, lorsque Laurent Fabius, le ministre français des affaires étrangères, et ses homologues, l’Allemand Frank-Walter Steinmeier et le Polonais Radoslaw Sikorski, sont allés à Kiev et ont obtenu de Viktor Ianoukovitch et de l’opposition ukrainienne qu’ils signent un accord de sortie de crise.

    Certes, celui-ci ne sera pas respecté : il n’était pas prévu que le président ukrainien quitte le pays dans les heures qui suivent et que l’opposition prenne le pouvoir. Mais peu importe : « Aucun de nous trois n’aurait pu obtenir, seul, cet accord », résume M.Sikorski, venu à Berlin lundi 31 mars inaugurer l’Institut Jacques-Delors. Les trois ministres étaient ensuite le soir à Weimar, là où leurs prédécesseurs avaient scellé leur alliance. Ils devaient se rendre, ensemble, mardi après-midi, à Bruxelles, au sommet de l’OTAN.”
    http://abonnes.lemonde.fr/europe/article/2014/04/01/paris-berlin-et-varsovie-pour-une-politique-d-ouverture-a-l-est_4393477_3214.html?xtmc=fabius_kiev_ianoukovitch&xtcr=1

    S Cohen mentionne que cet accord c’est : prochaine élection presidentielle 2014, entre temps élections parlementaires, et “gouvernement d’union”. Ianoukovitch signe cet accord, les Russes sont présents, ne signent pas formellement mais sont OK.

    Clairement la tuerie de Maidan sabote complétement cet accord (qui devait être en discussions depuis au moins quelques jours), et plusieurs jours de tuerie, non ?

    Cela sabote donc aussi une nouvelle position démocratique Ukrainienne pour ses dirigeants, et position aussi sur le futur vis à vis de l’Europe.

    Avez vous dans vos cartons une “chronologie resserrée” autour de tout ça ?

    Note : peut-être dans l’article d’Ahmed Bensaada , à relire (avec la chronologie pré évènements).

    Une chronologie en table avec évènements majeurs sur la transition aiderait bien!


    • yt75 Le 28 avril 2014 à 12h32
      Afficher/Masquer

      Et par ailleurs à quand étaient fixées les prochaines élections selon la “constitution normale” ?

      précision : pour l’accord trio Europe/Ianoukovitch, les prochaines élections présidentielles étaient fixées à décembre 2014, élections parlementaires avant, possible de connaitre la date dans l’accord ?


      • yt75 Le 28 avril 2014 à 12h57
        Afficher/Masquer

        Note : SC mentionne aussi une proposition Russe pour résoudre la crise, (après novembre mais je ne sais plus quelle date exacte), et qui pour lui était (et est toujours) une base tout à fait raisonnable, des infos là dessus ?


      • yt75 Le 28 avril 2014 à 15h26
        Afficher/Masquer

        Merci,

        Dernières news :
        ” 15:11 Ukraine : les Etats-Unis sanctionnent 7 responsables et 17 entreprises russesWashington a décidé d’imposer lundi des sanctions contre sept responsables et dix-sept entreprises russes jugés proches du président Poutine en raison de l’attitude de la Russie à l’égard de l’Ukraine. Les personnes sanctionnées, dont l’identité n’a pas été dévoilée, sont notamment frappées par un gel des avoirs et une interdiction de visa pour se rendre aux Etats-Unis, a précisé la Maison Blanche. (Reuters) ”

        La situation est vraiment gravissime, et votre video et livrets(serie de post) peut certainement changer des choses, sans doute vraiment serrer le factuel entre les dents avec un certain détachement.

        Merci encore pour les infos.


    • Andrea Le 29 avril 2014 à 16h11
      Afficher/Masquer

      Voici le calendrier des jours cruciaux, selon moi, identique au votre, avec qqes ‘détails plus’, yt75:

      L’accord dit “Steinmeier” a été signé matin, vendredi 21 février, 2014.

      Annoncé en public par Yanukovitch début après-midi.

      >> L’ accord stipulait également une amnistie pour des ‘agitateurs’ ou autre (sauf crime grave..), le retrait des protestateurs de l’espace public, la remise d’armes (non poursuivi en cas de remise.) (voir PDF en bas.)

      Il a été rapporté que secrètement, l’accord comprenait la libération de Timoshenko, bon, jnsp.

      Les snipers ont commencé à agir **le jour d’avant** – le jeudi 20 février, quand les négotiations étaient en cours. (Les meetings ont duré 30 heures en tout – les parties sont arrivés mardi, mercredi au plus tard.)

      Yanukovitch s’est enfui le samedi 22, tôt le matin.

      Notons: Timoshenko était sur l’estrade en chaise roulante le soir du samedi 22.

      — de divers sources… qqes ex. – en anglais

      Guardian http://goo.gl/P5bFRg

      RT vid http://on.rt.com/l6q3bh

      PDF accord http://tinyurl.com/nbjw8b4

      —-

      Il est vital de faire attention aux dates, et même heures, car ‘un petit changement’ – heh, une erreur (??), ou les difficultés, de dates d’événements /vs/ publication, ainsi que les fuseaux horaires peuvent changer l’écriture de l’histoire, son interprétation, etc.

      Il suffit de ‘flipper’ un truc avant un autre, et la lecture change du tout au tout..


  10. C Balogh Le 28 avril 2014 à 12h22
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    Monsieur, l’heure est grave, il faut être précis, pourquoi écrivez-vous “ce Poutine d’alors”?
    moi, je fatigue beaucoup devant ces raccourcis faciles.
    L’époque, les personnages ont changé, mais peut-être ne vous en étiez vous pas rendu compte.
    Avez-vous oublié que la Russie nous a aidé à nous débarasser de l’horrible moustachu?
    Comment pouvez-vous comparer la Russie d’aujourd’hui avec celle d’hier?
    Dans ce cas, nous avons alors “un De Gaulle d’alors”?
    Ben, je sais pas vous, mais moi, j’ai rien vu hormis quelques pauvres hannetons rampants.
    Que viennent faire les USA dans cette histoire?hormis essayer de vendre de l’armement et s’approprier les derniers puits de pétrole puisqu’ils n’ont bientôt plus rien, que leur pétrole est de plus en plus cher à extraire et en voie d’extinction.et qu’ils vivent, gaspillent largement au-dessus des moyens de l’humanité.De quoi se mêlent-ils?
    Notre gouvernement va t-il enfin se bouger, montrer un peu ses muscles(tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir…)
    Il y a trente ans, j’ai eu l’occasion de discuter avec des spécialistes, ils prévoyaient que le pétrole et le charbon disparaitraient aux environs de 2030.
    Donc, les états sont au courant.Mais leur arrogance et surtout leur course maladive au profit les ont aveuglé.
    Le commerce mondial et cette saloperie de mondialisation sont des alccoliques accrocs au pétrole, sans lui, ils meurent dans les affres du manque, c’est pourquoi l’heure est très très grave.
    Sans pétrole, c’est l’effondrement total.
    Je pense que cette pénurie est assez grave pour qu’en effet, ils(USA et UE cherchent à obtenir par la force ce qui leur manque., d’une pierre deux coups:
    vente d’arme=des dollars, encore des dollars
    récupération des puits dans l’Est du monde=pétro-dollar.
    J’en viens presque à souhaiter que les USA sombrent dans la plus noire des ruines, malheureusement le peuple américain qui n’a pas grand chose à voir avec ses représentants(tout comme presque partout ailleurs) paiera très cher la folie maladive de ses gouvernants.
    Le contre-poids aujourd’hui reste l’opinion publique et les pays alliés à la Russie.
    J’espère que cela sera assez.


    • yt75 Le 28 avril 2014 à 13h19
      Afficher/Masquer

      Juste une petite précision : de fait clairement le pétrole (et hydrocarbures en général) sont au coeur de la crise économique actuelle, et la propagande “nous on en a plein” des US à ce sujet de plus en plus hystérique ou désespérée, et cela bien évidemment n’est en rien étranger à toute la géopolitique et crise actuelle avec la Russie bien sûr.

      Par contre il ne faut pas raisonner en : à cette date il n’y en aura plus.
      Le problème est un problème de débit, du genre aujourd’hui autour de 86 millions de baril par jour consommés dans le monde, dans quelques années (ou déjà le cas suivant la manière de compter), quelques % en moins par an sur ces 86 millions. (certains disent 3, d’autres plutôt 6, etc)

      Mais ce qui n’est en rien moins dramatique, d’une certaine manière.


      • C Balogh Le 28 avril 2014 à 14h01
        Afficher/Masquer

        Bonjour yt75,
        Je n’affirme pas quà telle date, il n’y en aura plus, je rapporte les pronostics de spécialistes de 1983, pronostics à l’époque traités de “n’importe quoi” et pourtant si proches de notre réalité….


        • yt75 Le 28 avril 2014 à 15h15
          Afficher/Masquer

          Bonjour C,

          Les spécialistes n’ont jamais dit “il n’y en aura plus”, c’est un problème de débit, de nombre de barils dispo par jours, mois ou années (mais pour tout le monde), voir par exemple :
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Pic_p%C3%A9trolier
          ou graphes de synthèse situation actuelle :
          http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopic.php?f=7&t=28903

          Note : Laherrère, ASPO (association for the study of peak oil and gas) France, et ancien patron technique d’exploration du groupe total, est clairement l’un des meilleurs si ce n’est le meilleur expert mondial de la question.

          Vous pouvez aussi lire (anglais) , l’article qu’il a co-écrit en 98 avec Collin Campbell et qui a relancé le sujet (initié par l’Américain King Hubbert en 1956) :
          http://tribune-pic-petrolier.org/wp-content/uploads/2012/03/campbell-laherrere1998.pdf

          Et il est aussi co-signataire de la tribune/appel parue dans le monde.fr à ce sujet (avec Jancovici, Cochet, Yves Mathieu, PR Bauquis, etc) en mars 2012 (à laquelle j’ai aussi participé), et toujours ouverte à signature :
          http://tribune-pic-petrolier.org/


  11. Stephanie Le 28 avril 2014 à 12h45
    Afficher/Masquer

    Ukraine: des forces françaises se déploient à Malbork, en Pologne

    http://www.rfi.fr/europe/20140427-ukraine-des-forces-francaises-deploient-malbork-pologne-rafale-armee/


  12. Hellebora Le 28 avril 2014 à 14h15
    Afficher/Masquer

    Le maire de Kharkov, Gennady Kernes, entre la vie et la mort après qu’on lui ait tiré dans le dos ce matin – http://rt.com/news/155320-kharkov-mayor-shot-ukraine/

    “(H)e has been shot in the back by unidentified gunmen, the city council’s press service reports.
    At about 11:30 am (8:30 GMT) local time Kernes was taken to the local hospital. The City Hall’s website says that doctors are fighting to save his life.
    “They shot him in the back from the forest,” Kernes’s friend Yury Sapronov told Vesti Ukrainy news outlet. “The injury is serious. His lung is pierced and his liver pierced all the way through.”

    Portrait d’un personnage multi-facettes, ce qui rend hasardeuses les hypothèses sur les auteurs de cette tentative d’assasinat


  13. Hellebora Le 28 avril 2014 à 14h22
    Afficher/Masquer

    Cher Olivier,
    Pouvez-vous nous indiquer où il est préférable d’envoyer nos commentaires pendant la diffusion de la série dès lors qu’ils ne portent pas précisément sur telle ou telle partie ?
    Idem pour les articles que l’on repère et qui sont susceptiibles d’alimenter votre revue de presse mais qui peuvent diluer les échanges quand ils arrivent ex abrupto…

    Merci infiniment pour ce travail passionnant et énorme que vous accomplissez (“petit dormeur ?…) et dont vous nous faites bénéficier. De notre côté, et dans la mesure de nos moyens, nous faisons de la dissémination positive car il y a grande urgence, c’est certain 🙂


  14. Crapaud Rouge Le 28 avril 2014 à 14h31
    Afficher/Masquer

    A l’heure où les Européens se targuent des “racines chrétiennes de l’Europe”, au point de les mentionner dans leurs traités à valeur constitutionnelle, ils ne peuvent pas dénier aux Russes le droit de revendiquer leurs “racines ukrainiennes”…


  15. gil Le 28 avril 2014 à 15h16
    Afficher/Masquer

    Bonjour

    28/04/2014 vers 15h10

    7 nouvelles personnalités russes ainsi que 17 entreprises russes frappées de sanctions par les US.
    La liste n’est pas encore dispo. Les européens divergent des US malgré les pressions d’appliquer de nouvelles sanctions.


    • vérité2014 Le 28 avril 2014 à 15h27
      Afficher/Masquer

      CEO Of Russia’s Largest Oil Company, Rosneft, On US Sanctions List.

      The following individuals have been added to OFAC’s SDN List:

      BELAVENCEV, Oleg Evgenyevich (a.k.a. BELAVENTSEV, Oleg); DOB 15 Sep 1949; Russian Presidential Envoy to the Crimean District; Member of the Russian Security Council (individual) [UKRAINE2].

      CHEMEZOV, Sergei (a.k.a. CHEMEZOV, Sergey Viktorovich); DOB 20 Aug 1952; POB Cheremkhovo, Irkutsk, Russia (individual) [UKRAINE2].

      KOZAK, Dmitry; DOB 07 Nov 1958; POB Kirovograd, Ukraine; Deputy Prime Minister of the Russian Federation (individual) [UKRAINE2].

      MUROV, Evgeniy Alekseyevich (a.k.a. MUROV, Evgeny; a.k.a. MUROV, Yevgeniy; a.k.a. MUROV, Yevgeny); DOB 18 Nov 1945; POB Zvenigorod, Moscow, Russia; Director of the Federal Protective Service of the Russian Federation; Army General (individual) [UKRAINE2].

      PUSHKOV, Aleksei Konstantinovich (a.k.a. PUSHKOV, Alexei); DOB 10 Aug 1954; Chairman of State Duma Committee on International Affairs (individual) [UKRAINE2].

      SECHIN, Igor; DOB 07 Sep 1960; POB St. Petersburg, Russia (individual) [UKRAINE2].

      VOLODIN, Vyacheslav; DOB 04 Feb 1964; POB Alexeyevka, Khvalynsk district, Saratov, Russia; First Deputy Chief of Staff of the Presidential Executive Office (individual) [UKRAINE2].

      The following entities have been added to OFAC’s SDN List:

      AQUANIKA (a.k.a. AQUANIKA LLC; a.k.a. LLC RUSSKOYE VREMYA; a.k.a. OBSHCHESTVO S OGRANICHENNOI OTVETSTVENNOSTYU RUSSKOE VREMYA; a.k.a. RUSSKOE VREMYA OOO; a.k.a. RUSSKOYE VREMYA LLC), 47A, Sevastopolskiy Ave., of. 304, Moscow 117186, Russia; 1/2 Rodnikovaya ul., Savasleika s., Kulebakski raion, Nizhegorodskaya oblast 607007, Russia; Website http://www.aquanika.com; alt. Website http://aquanikacompany.ru; Email Address office@aquanika.com; Registration ID 1075247000036 [UKRAINE2].

      AVIA GROUP LLC (a.k.a. AVIA GROUP LTD), Terminal Aeroport Sheremetyevo Khimki, 141400 Moskovskaya obl., Russia; Website http://www.avia-group.su/ [UKRAINE2].

      AVIA GROUP NORD LLC, 17 A, Stratoyava St., Saint Petersburg, Russia; Website http://www.ag-nord.ru [UKRAINE2].

      CJSC ZEST (a.k.a. ZEST LEASING), pr. Medikov 5, of. 301, St. Petersburg, Russia; 2 Liter a Pl. Rastrelli, St. Petersburg 191124, Russia; Website http://www.zest-leasing.ru; Registration ID 1027809190507; Government Gazette Number 44323193 [UKRAINE2].

      INVESTCAPITALBANK (a.k.a. INVESTKAPITALBANK; a.k.a. OJSC INVESTCAPITALBANK; a.k.a. OPEN JOINT STOCK COMPANY INVESTCAPITALBANK), 100/1, Dostoevskogo Street, Ufa, Bashkortostan Republic 450077, Russia; SWIFT/BIC INAKRU41; Website http://www.investcapitalbank.ru; License 2377 [UKRAINE2].

      JSB SOBINBANK (a.k.a. SOBINBANK), 15 Korp. 56 D. 4 Etazh ul. Rochdelskaya, Moscow 123022, Russia; 15/56 Rochdelskaya Street, Moscow 123022, Russia; SWIFT/BIC SBBARUMM; Website http://www.sobinbank.ru; Registration ID 1027739051009; Government Gazette Number 09610355 [UKRAINE2].

      SAKHATRANS LLC (a.k.a. OBSHCHESTVO S OGRANICHENNOI OTVETSTVENNOSTYU SAKHA (YAKUTSKAYA) TRANSPORTNAYA KOMPANIYA; a.k.a. SAKHATRANS OOO), 14 ul. Molodezhnaya Rabochi Pos. Vanino, 682860 Vaninski, Raion Khabarovski Krai, Russia [UKRAINE2].

      SMP BANK (a.k.a. BANK SEVERNY MORSKOY PUT; a.k.a. SMP BANK OPEN JOINT-STOCK COMPANY), 71/11 Sadovnicheskaya Street, Moscow 115035, Russia; SWIFT/BIC SMBKRUMM; Website http://www.smpbank.ru; Email Address smpbank@smpbank.ru [UKRAINE2].

      STROYGAZMONTAZH (a.k.a. LIMITED LIABILITY COMPANY STROYGAZMONTAZH; a.k.a. STROYGAZMONTAZH CORPORATION; a.k.a. “SGM”), 53 prospekt Vernadskogo, Moscow 119415, Russia; Website http://www.ooosgm.com; alt. Website http://www.ooosgm.ru; Email Address info@ooosgm.ru [UKRAINE2].

      STROYTRANSGAZ GROUP (a.k.a. STROYTRANSGAZ; a.k.a. “STG GROUP”), 3 Begovaya Street, Building #1, Moscow 125284, Russia; Website http://www.stroytransgaz.ru [UKRAINE2].

      STROYTRANSGAZ HOLDING (a.k.a. STG HOLDING LIMITED; a.k.a. STG HOLDINGS LIMITED; a.k.a. STROYTRANSGAZ HOLDING LIMITED; a.k.a. “STGH”), 33 Stasinou Street, Office 2 2003, Nicosia Strovolos, Cyprus [UKRAINE2].

      STROYTRANSGAZ LLC (a.k.a. OOO STROYTRANSGAZ), House 65, Novocheremushkinskaya, Moscow 117418, Russia [UKRAINE2].

      STROYTRANSGAZ OJSC (a.k.a. OAO STROYTRANSGAZ), House 58, Novocheremushkinskaya St., Moscow 117418, Russia [UKRAINE2].

      STROYTRANSGAZ-M LLC, 26th Meeting of the Communist Party Street, House 2V, Novy Urengoy, Tyumenskaya Oblast, Yamalo-Nenetsky Autonomous Region 629305, Russia [UKRAINE2].

      THE LIMITED LIABILITY COMPANY INVESTMENT COMPANY ABROS (a.k.a. LLC IC ABROS), 2 Liter a Pl. Rastrelli, St. Petersburg 191124, Russia; Government Gazette Number 72426791; Telephone: 7812 3358979 [UKRAINE2].

      TRANSOIL (a.k.a. LIMITED LIABILITY COMPANY TRANSOIL; f.k.a. OBSHCHESTVO S ORGANICHERNNOI OTVETSTVENNOSTYU TRANSOIL; a.k.a. TRANSOIL LLC; a.k.a. TRANSOYL SNG LTD.), 18A Petrogradskaya nab., St. Petersburg 197046, Russia; Website http://www.transoil-spb.ru; alt. Website http://transoil.com; Email Address info@toil.spb.ru; Registration ID 1037835069986 [UKRAINE2].

      VOLGA GROUP (a.k.a. VOLGA GROUP INVESTMENTS; f.k.a. VOLGA RESOURCES; f.k.a. VOLGA RESOURCES GROUP), 3, rue de la Reine L-2418, Luxembourg; Russia [UKRAINE2].

      http://www.zerohedge.com/news/2014-04-28/ceo-russias-largest-oil-company-rosneft-us-sanctions-list

      Une véritable déclaration de guerre (au moins économique),la boite de Pandore est ouverte..


      • gil Le 28 avril 2014 à 15h38
        Afficher/Masquer

        Oui la boite de pandore est ouverte, c’est ce que je me suis dis.
        On va voir la suite.

        Cordialement


      • Andrea Le 29 avril 2014 à 17h10
        Afficher/Masquer

        Rosneft et ExxonMobile poursuivent leur collaboration, en Arctique et ailleurs, selon presse, ex. Business News (anglais) du 28 Avril, 2014.

        http://tinyurl.com/mxwegwe

        Même topo pour le controle et l’exploration de l’espace, US-Russie sont soudés.

        Les ‘sanctions’ contre les individus impliquent: en gros, il s’agit de refus d’un Visa Schengen (de la part de l’UE) et d’un visa US. Les vacances, pas de prob, le Brésil c’est cool..

        De ‘geler’ leurs avoirs, heh bonne chance déjà pour les identifier, et même si tout le monde est d’accord, il est impossible de le faire.

        Compte aux Seychelles? Actions Apple, Google, ou participations Chinoises? Propriété à Londres? Possession de matériel industriel en Russie, en Ukraine, en Pologne? Actif dans la bank-assurance? etc. etc. (Mondialisation.)

        Ce qui peut faire mal (à tout le monde, toutes les parties, y compris la Russie) c’est le refus de marchander, donc d’acheter.

        Avec l’Iran, cela n’a pas très bien fonctionné. Ou en partie seulement (mais voir Iraq..et l’escalade aboutissant à une destruction du pays..)

        Bon, il ne faut pas sous-estimer cette guerre économique, qui remplace les troupes nationalistes, prêtes à mourir pour la Patrie, c’est clair. Mais les intérêts commerciaux et des ‘corporations’ (qui ont besoin de stabilité politique pour agir et gagner de l’argent) sont opposés. Il y aurait bcp plus à dire. (…)


  16. yt75 Le 28 avril 2014 à 15h18
    Afficher/Masquer

    Interview de Fabius sur TV5Monde :

    http://www.dailymotion.com/video/x1rw9hx_ukraine-laurent-fabius-appelle-a-la-desescalade_news?start=7

    “il n’est pas question d’aller faire la guerre à la Russie, ça n’a pas de sens”
    (espérons qu’il n’ait pas connaissance de plans ou visées consistant plutôt en l’inverse …)


  17. Arnould Le 28 avril 2014 à 15h24
    Afficher/Masquer

    Et pour l’anecdote j’avais entendu il y a longtemps sur ARTE que les Russes pourraient être des descendants de Vikings. Leurs embarcations permettaient de naviguer sur les mers mais aussi facilement sur les fleuves comme la Seine (à partir de 841) ou la Volga…

    En tout cas voici un extrait de l’article wikipedia Vikings:

    ” Les peuples en contact avec les Vikings leur ont donné différents noms : Normands pour les Francs, Danois pour les Anglais, Rus pour les Slaves, les Arabes et les Byzantins. Ils étaient parfois aussi qualifiés de “païens” ou d’”étrangers”. Varègue est le nom donné aux Vikings exerçant sur la route de l’Est (en Russie). ”

    Russes et Normands seraient donc cousins: heureusement que les Normands sont bien intégrés à la France moderne, ouf, on a eu chaud, car ça aurait pu donner des idées à l’affreux Poutine!


    • Fool Prophet Le 28 avril 2014 à 18h28
      Afficher/Masquer

      Il me semble pourtant bien que les Varègues sont effectivement des Vikings ayant fait le choix de descendre par les fleuves d’Europe orientale vers la Mer Noire de façon à ouvrir des routes commerciales vers le Sud de l’Europe par voie continentale.


    • Spipou Le 28 avril 2014 à 23h10
      Afficher/Masquer

      Ah non, ce n’est pas du flan en ce qui concerne la Russie !

      Il y a très longtemps que l’on pense que le mot Rus’ lui-même vient des Vikings, mais selon les plus récentes découvertes historiques, le mot Rus’ (prononcer Rous en français) viendrait de la région suédoise du Roslagen (prononcer à peu prêt Rousslagueune).

      La route, en majeure partie fluviale et maritime, Novgorod – Bagdad était un axe commercial primordial pour les Vikings de l’est (autrement dit, de ce qui sera plus tard la Suède).

      Il est fort probable que des Vikings aient créé des principautés – des Rus’ – à commencer par celle de Novgorod, mais la majorité des habitants étaient slaves, et auraient repris le mot à leur compte.

      Bon, je n’ai pas fait d’études approfondies sur le sujet, mais en tout cas, ce qui est formellement attesté, ce sont :

      – l’existence et l’importance de la route Viking de la Mer Baltique à Bagdad.

      – la présence importante de Vikings de l’est, en position sociale élevée sinon dominante, auprès des slaves, notamment dans la région de Novgorod.

      ———————————————

      Olivier, j’ai corrigé un mot important dans ma traduction d’une vidéo sous le billet précédent. Désolé, j’ai été un peu vite… J’ai mis un deuxième commentaire avec la correction, je ne sais pas si vous pouvez rectifier dans le premier commentaire pour que les lecteurs s’y retrouvent plus facilement.

      Vraiment désolé.


      • Spipou Le 28 avril 2014 à 23h22
        Afficher/Masquer

        Ah… Un autre argument en faveur de l’interpénétration Vikings – Protorusses, c’est le nombre incroyable de mots du vocabulaire archaïque qui sont passés d’une langue à l’autre.

        Quand je dis vocabulaire archaïque, je veux parler de mots de la langue la plus courante, c’est-à-dire pas d’inventions “modernes”, telles que “charrue”, “train”, “livre” (ou “fauteuil”, qui lui est passé du français au suédois au grand siècle avec la même prononciation, mais sous l’orthographe “fåtölj”), mais bien de mots comme “je”, “se souvenir”, et même des prépositions comme “sur”, qui sont les mêmes en russe et en suédois, alors que l’une des langues est slave et que l’autre est germanique.


      • Spipou Le 28 avril 2014 à 23h50
        Afficher/Masquer

        Dites-moi, pourquoi ne peut-on éditer ses propres commentaires que pendant 5 minutes ? J’aurais bien préféré corriger mon erreur moi-même sans venir vous embêter pour ça. J’imagine que vous avez déjà bien assez de travail, au vu de tout ce que vous nous donnez à lire.


      • Arnould Le 29 avril 2014 à 00h16
        Afficher/Masquer

        Mais non, rien d’autre a faire, c’etait juste pour rappel, et de toute facon ta presentation commence apres les invasions Vikings.


      • Spipou Le 29 avril 2014 à 01h08
        Afficher/Masquer

        J’imagine ! Mais si on pouvait corriger ses commentaires au-delà de 5 minutes, je l’aurais fait moi-même. Vraiment navré !


    • landstrykere Le 09 juin 2014 à 12h29
      Afficher/Masquer

      Mon commentaire rejoint en partie ceux qui ont rappellé la théorie dite “normandiste” sur l’origine de la Russie, à savoir l’influence viking.

      Lisant cet apercu historique, je suis en effet surpris que les cartes-résumés sautent d’une cartographie ethno-culturelle des zones anciennes de peuplement des slaves à la carte de la Russie kiévienne, en négligeant l’étape centrale de la Russie Novgorodienne.
      En effet, il y a, corroboré par les données historiques et les données linguistiques, une influence des Varègues, càd. Vikings de la Baltique, essentiellement mais pas uniquement suédois, sur la structuration étatique des villes du nord-ouest de la Russie actuelle.

      Pour donner une idée, on peut comparer avec la manière dont les Francs de l’ouest, originaires donc comme leur nom l’indique, de Franconie (actuellement Allemagne: Francfort…) jouent un rôle sur la re-structuration étatique post-romaine dans le nord de la Gaule Romaine et le bassin parisien, où se forme le premier royaume des Francs, donnant la France. Ce qui ne veut pas dire du tout que les francais, même vers l’an 700, sont des Francs, mais simplement qu’une classe guerrière conquérante avait joué un rôle clef dans la modification/reconstruction d’un état dans cette zone. Le terme “Francs” correspond à une fait historico-politique plus qu’ethno-linguistique. Les population étaient essentiellement inchangés, les castes supérieures guerrières des nouveaux conquérants n’apportant dans leur suite qu’une faible population de colons, se mêlant progressivement aux populations pré-existantes.

      C’est évidemment analogue au rôle plus tard des Vikings dano-norvégiens en ce qui deviendra la Normandie.
      Ou encore, à ce que deviendra l’Anatolie et l’ancienne Byzance sous l’influence des élites conquérantes turques (les Turcs étant un peuple des steppes asiatiques, voisins des Mongols, donc des asiatiques, yeux bridés). La Turquie actuelle, bien que portant le nom Turquie, et ayant adopté une langue turque méridionale, a peu à voir avec les Kazakhs ou Mongols actuels.
      En France, les Francs n’avaient pas un poids démographique suffisant et la langue francaise est une dérivation très modifiée du latin, mais pas une branche de langue germanique.
      De même le russe est une langue slave, l’influence Varègues centrée sur un noyau ethno-culturel suédois mêlé de finnois et baltes, n’ayant pas été démographiquement significative.

      Le rôle de clans guerriers suédois dans la Baltique, et notamment dans les régions aux confins des populations baltes, finno-ougriques et slaves, à savoir les régions de Pskov, Novgorod et Vieux Ladoga, est l’élément fondateur de l’ancienne Russie. Pas les terres de l’Ukraine actuelle!

      Ce n’est pas du flan, mais c’est attesté par les fouilles, les monuments survivants les plus anciens, les textes existants, la linguistique et histoire de la langue, les généalogies princières, et “en dur” par des sites à demi ruinés tels ceux de Izborsk, aux lisières de la Lettonie et Estonie, ou Vieux Ladoga (dans le temps simplement Ladoga) à l’est de Saint Petersbourg près de la rive sud du lac Ladoga, et bien sûr la ville monumentale de Novgorod, ensemble unique, site du patrimoine mondial de l’UNESCO, et qui fut la PREMIÈRE VILLE fondée par un état russe, AVANT la Kiev russe.
      A savoir que la ville de Kiev existait déjà avant, depuis longtemps, mais la forme d’état connu sous le nom “russe” n’apparaît qu’avec l’arrivée, par voie fluviale des novgorodiens-varègues.

      Vieux-Ladoga (Staraya Ladoga) est un site clef, faisant l’objet de fouilles et études non seulement de la part de russes, mais aussi de finlandais et suédois. Et par exemple des pièces de monnaie arabes avaient été excavés là, et aussi se retrouvent sur d’anciens sites archéologiques viking en Suède. Témoignages de l’activité commerciale viking fluviale le long des fleuves russes, la route dites des “Varègues aux Grecs” puisqu’il s’agissait de commerce entre la Scandinavie baltique et Constantinople.
      A Constantinople et à Kiev, les ambassadeurs, émissaires et marchands capétiens de l’époque ainsi que les arabes, témoignaient de ce que les “Russ” qu’ils rencontraient avaient les attributs de Varègues. Tel que consigné dans les manuscripts de l’époque.

      Le terme “russe” était le nom slave donné localement du côté de la Baltique, aux élites politiques d’origine varègue.
      Ce terme entre en collusion de similarité avec une forme ancienne du ruthène: le rusyn, laquelle est native de régions de l’ouest ukrainien.
      Les ultra-nationalistes ukrainiens jouent là-dessus, pour nier ce qui est pourtant une donnée historique établie: le rôle des “russ” novgorodiens.

      Un autre piège est que les “aryenistes” des 19e/20e siècles ont manipulé et détourné l’origine varègue, un peu comme les proto-nazis et nazis avaient détourné les influences germaniques/scandinaves, dans la construction fumeuse des théories au sujet d’une “race” nordique supérieure. Ils ont exagéré et essentialisé cette composante.
      C’est par amalgame que certains nationalistes ukrainiens récusent la réalité et importance de Novgorod, en associant abusivement la composante baltique-suédoise avec les délires aryanisant ultérieurs de certains.

      Pour simplifier la Russie est fondée vers 850 à Novgorod, quelques décennies avant l’état dit “Russ de Kiev” , fondé autour de la ville pré-existante de Kiev.
      Mais dans les cartes et la manière dont vous présentez les débuts historiques, Novgorod n’apparaît pas.
      Un autre centre clef de la Russie ancienne est la région du Lac Blanc, Belozeroo, Belozersk, dans la province actuelle de Vologda, et un peu plus au sud, Vladimir.
      Lorsque les Mongols progressent vers Kiev, le clergé local se réfugie non pas sur l’ouest ukrainien, vers la Ruthénie, mais dans les principautés du nord, vers Vladimir (et Rostov).

      Bon, ceci est un commentaire déjà assez long, et je ne fournis pas de bibliographie, car il est assez aisé de vérifier par soi-même. Ce sont des moments d’histoire pas très familiers au grand public francophone, mais relativement certains et triviaux. Des bases.


  18. Olposoch Le 28 avril 2014 à 16h02
    Afficher/Masquer

    Sur le site du “monde” aussi on fait aussi “de la pédagogie” avec des cartes et des vidéos…
    Intéressant d’ailleurs, parce que rien n’y est vraiment faux, mais les mots choisis, l’accent mis sur certains évènements, l’occultation de certains autres en partie ou en totalité mériteraient un traitement spécial “auto-défense intellectuelle”…

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/04/28/les-occidentaux-prets-a-de-nouvelles-sanctions-contre-la-russie_4408183_3214.html


    • yt75 Le 28 avril 2014 à 16h31
      Afficher/Masquer

      Oui, comme pour la Syrie, religions, ethnies, tout ça, tout ça, intérêts en jeux ? Gazoducs ? Pipelines ? : Strictement RIEN.


  19. nouche Le 28 avril 2014 à 17h08
    Afficher/Masquer

    j’aime ce genre de billet car cela nous donne des informations, un contexte, afin de nous aider a comprendre l’actualite.
    Cela va bien au contraire de la propagande, ou on vous donne des conclusions, estimant que nous sommes trop betes pour comprendre l’actualite.

    bref dans la lignee du guide d’autodefense intellectuelle.


  20. lamarck Le 28 avril 2014 à 17h25
    Afficher/Masquer

    Les USA prétendent depuis Bush père et sans doute avant vouloir “exporter” la démocratie et libérer les peuples opprimés par des Tyrans ( Sadam Hussein, Milocevic, ……) Dans l’intention avouée d’instaurer une économie de marché, au bénéfice des USA. La méthode douce est celle des révolutions orange . La méthode forte est la guerre ( Irak kossovo ).

    Par ailleurs la Russie possède les plus vastes réserves d’hydrocarbures, Qu’il convient de mettre au service des pétroliers Anglo saxons. L’économie US est au bord de l’effondrement . le prix du barril doit impérativement monter.

    D’autre part Poutine à passablement contrarié les dessins US recemment: Afganistan ,Syrie, Iran, gazoduc vers la Corée, velleité d’imposer le rouble dans ses transactions ……

    L’objectif de la crise en Ukraine , n’est pas de provoquer une guerre , mais de provoquer Putine, pour justifier ensuite des sanctions économiques. Lesquelles sanctions devraint affaiblir Putine chez lui et permettre à la CIA de pousser les opposants en Russie à la révoluition ” orange ” . mettre ensuite en place un nouveau chef plus accomodant. et Proclamer la vistoire de la liberté.

    IL FAUT REGARDER CE REPORTAGE DE 2005 sur Canal . vous comprenderez clairement le méchanisme machiavélique.

    https://www.youtube.com/watch?v=1zUg9NrkcAQ


    • yt75 Le 28 avril 2014 à 18h55
      Afficher/Masquer

      Il faut revoir les discours “déclarations ” de guerre des bush père et fils, le dernier discours de Kerry reprenait quasiment les mêmes accents je trouve.


      • lamarck Le 28 avril 2014 à 19h33
        Afficher/Masquer

        à la fin du reportage , la Russie de Poutine est clairement désignée comme la prochaine cible .Cétait en 2005 !

        Dans cette affaire l’Ukraine, nous l’avons bien compris, n’est que la prétexte, l’alibi monté pour mettre en oeuvre un plan certainement établi de longue date.


        • lamarck Le 28 avril 2014 à 19h44
          Afficher/Masquer

          Nous possédons environ 60 % des richesses mondiales, mais seulement 6,3 % de la population mondiale… Notre tâche dans l’avenir est… de maintenir cette situation de disparité.°” George Kennan, responsable de la planification politique du département d’État, 1948

          rien de nouveau donc , suite logique


        • yt75 Le 28 avril 2014 à 19h48
          Afficher/Masquer

          Oui très probablement, et quand on voit la montagne d’ultra cynisme sous drapeau liberté disneyesque que tout cela trimbale, on se demande vraiment comment ça peut évoluer, si des voix importantes en Europe n’arrivent pas à sortir pour enclencher une véritable crise diplomatique Europe/US.
          Et aux US aussi beaucoup de gens sont aussi profondément écœurés, zerohedge certainement pas le meilleur thermomètre, mais enfin quasiment tous les commentaires sont “anti Empire”.
          (sinon le reportage CIA et révolutions orange avait été posté en billet dédié par Olivier)
          Toute la veulerie de la chose, le t shirt genre tournée groupe de rock, dans le bureau fondation McCain à la fin (à côté d’un grand drapeau Américain) :
          http://iiscn.files.wordpress.com/2014/03/orangetour.jpg


    • Theoltd Le 28 avril 2014 à 20h31
      Afficher/Masquer

      Oui, mais ils n’avaient pas prévu:
      1/ Que Poutine prendrait la Crimée si facilement. On parle de buildings réservés aux américains en construction en Crimée, ce qui prouve que les US ont été pris de court.

      2/ Que la cote de popularité de Poutine en Russie (et dans le monde comme défenseur du Monde libre, j’entends par la- libre de la dictature financiere des banksters) atteindrait des sommets.

      3/ Que le prix du pétrole resterait durablement au dessus de 100 dollars, d’ou enrichissement des Russes, émergence d’une classe moyenne, et donc peu de chance de le renverser a cours terme.

      4/ Ils ne comprendront donc jamais que La Russie, c est pas la Georgie, ni Ianoukovitch, et si le KGB veut pas être renversé, c est pas un sbire payé par la CIA qui y arrivera. Quand les Russes rigolent pas, ils ne rigolent pas. Les opposants vont désormais gouter du Goulag a très long terme. Ca sera difficile de les recruter.


  21. vérité2014 Le 28 avril 2014 à 18h22
    Afficher/Masquer

    Pour ce qui est des sanctions pour ce lundi c’est complètement raté.

    “Costs” – Russia +2.35%; Nasdaq -0.3%

    http://www.zerohedge.com/news/2014-04-28/costs-russia-235-nasdaq-03

    Visiblement ça déconne grave à DONETSK

    Donetsk Riots Break Out In “Scenes Of Absolute Brutality”.
    http://www.zerohedge.com/news/2014-04-28/donetsk-clashes-break-out-scenes-absolute-brutality

    1 mort et un blessé grave(militaires régime sous réserve de confirmation)

    RIA Novosti: Bomb Kills Soldier in Ukraine’s Donetsk Region

    “When on duty, in the course of daily inspection of reinforcing obstacles, two contract soldiers of the armed forces of Ukraine were injured. According to preliminary information, the cause of injury was the explosion of an unknown improvised explosive device,” the statement said.

    /u/jeghi

    Manifs pro Maidan et anti Maidan à DONETSK.


  22. vérité2014 Le 28 avril 2014 à 18h34
    Afficher/Masquer

    Visiblemennt c’est l’anarchie totale(voulue j’imagine par l’OTAN et la Junte?).
    Des milices de pravi sector et des agents provoc sont envoyés dans l’Est histoire de tout faire pour que le Russie intervienne après le 1er mai(date qui circule).Le régime a complètement perdu le contrôle je ne vois plus qu’un contre coup d’état avec soutien Russe pour rétablir l’ordre et virer CIA et consorts…arrêter les pravi sector,milices,mercenaires et autres parasites.

    Et revoila les NAZIS canal historique dans l’OUEST qui commémorent les WAFFEN SS..
    de mieux en mieux..dire qu’on doit tout cela à la brillante politique étrangère de la bande à Ashton/Barroso

    Neo-Nazis march in Lvov ‘in honor’ of Ukrainian Waffen SS division.

    Hundreds took part in a march to mark the anniversary of the formation of the Ukrainian SS division, which fought for the Nazi’s against the Soviet Union during World War II, in the city of Lvov in the western Ukraine.

    Around five hundred neo-Nazi supporters took to the streets in the center of the city on Sunday to celebrate the creation of the 14th SS-Volunteer Division ‘Galician’ on April 28, 1943.

    Many of the participants wore embroidered national Ukrainian shirts and held SS Galician divisional insignias (a yellow lion and three crowns on a blue background) in their hands.

    The demonstrators made their way from the monument to the Ukrainian nationalist icon of Stepan Bandera, and to the local cemetery where a memorial to the Galician soldiers is erected.
    http://rt.com/news/155364-ukraine-nazi-division-march/


  23. vérité2014 Le 28 avril 2014 à 18h41
    Afficher/Masquer

    ‘Washington organized events happening in Ukraine’ – ex-OSCE Veteran

    https://www.youtube.com/watch?v=J5gUhV-8qT4#t=152


    • C Balogh Le 28 avril 2014 à 19h11
      Afficher/Masquer

      Dommage, pas de sous-titre,
      Décidément l’hémonie américaine, anglo-saxonne est partout.


      • Kiwixar Le 28 avril 2014 à 21h49
        Afficher/Masquer

        C’est lié à l’imprimante à billets verts. Les Chinois ont compris qu’en achetant les bonds du Trésor US, ils finançaient l’armement US (contre eux bientôt), c’est pour ça qu’ils ont arrêté. Maintenant c’est la FED qui achète les bonds…


  24. vérité2014 Le 28 avril 2014 à 19h47
    Afficher/Masquer

    Ajoutant que la situation s’étant déjà «  renversée en Ukraine et l’euphorie du Maïdan étant passée, il est tout naturel qu’aujourd’hui l’armée s’affirme comme la principale force politique du pays  ». La situation intérieure de l’Ukraine étant à ce point dégradé qu’« aujourd’hui le gouvernement de Kiev craint que les militaires ne fomentent un coup d’État en vue de rétablir l’ordre  ». Igor Korotchenko, rédacteur en chef de la revue moscovite “Défense nationale” partage ce point de vue  : «  L’armée ukrainienne refusera simplement d’obéir aux ordres. Aujourd’hui elle passe de facto du côté du peuple et c’est un facteur crucial qui déterminera à terme la dynamique d’évolution de la situation dans le sud-est de l’Ukraine où ont lieu des manifestations de masse contre le régime de Kiev…  l’armée a fait un “choix historique” en décidant de ne pas tirer sur les civils. Le passage de l’armée ukrainienne dans le camp de l’opposition montre que jusqu’à un certain point l’armée a déjà effectué ses choix politiques et ceux-ci ne seront pas en faveur de Tourtchinov et d’Iatseniouk »

    http://www.geopolintel.fr/article829.html


  25. FDS Le 28 avril 2014 à 20h04
    Afficher/Masquer

    Les frontières sur une partie du continent eurasien (trouvée sur votre site, je crois, grâce à un de vos commentateurs, merci à lui ! )

    1 > mille ans d’évolution des frontières en 11 minutes chrono !

    https://www.youtube.com/watch?v=u8tUHR04xWw

    2 > Les Russes n’en pouvaient plus de se faire rouler :

    http://www.courrierinternational.com/article/2014/03/20/les-russes-bernes-par-l-otan

    http://www.legrandsoir.info/survol-geopolitique-post-revolution-ukrainienne-ce-dont-les-gens-n-ont-pas-l-air-de-se-rendre-compte.html

    3 > perspectives

    http://www.legrandsoir.info/reflexions-sur-l-ukraine-et-le-changement-de-regime-berkeley-daily-planet.html


    • Kiwixar Le 29 avril 2014 à 00h13
      Afficher/Masquer

      Merci pour les liens :
      “Poutine dit qu’à partir de ce moment-là il a acquis la conviction qu’on ne pouvait pas négocier avec l’Occident et qu’il fallait tout simplement l’empêcher de nuire.”

      > Tout à fait d’accord, l’Occident (US, UE) nuit à la fois en interne (misère, austérité, délocalisations, faillite morale, pravda, politburo, UERSS) et en externe (coups d’état, ravages de pays, drones, doubles standards).

      Concernant la Syrie, Poutine a quand même trouvé une solution pour qu’Oblabla sauve la face (démantèlement des armes chimiques). Pas sûr qu’il ait cette courtoisie pour l’Ukraine…
      Les Russes ne répondent plus au téléphone : ils ont compris que la fiabilité de Washington sur sa parole était de 0.
      Les Russes ont peut-être aussi entrevu un avantage stratégique qu’ils peuvent exploiter : en secouant le cocotier (guerre, économie), ils vont peut-être pouvoir faire éclater l’OTAN en Europe. Sur ce sujet, voir aussi Erdogan qui accuse à mots couverts les US de vouloir le dégommer.


  26. vérité2014 Le 28 avril 2014 à 20h06
    Afficher/Masquer

    Mélenchon en pointe sur l’Ukraine:

    Alors qu’elle devrait être une force d’apaisement dans cette escalade, l’Europe met de l’huile sur le feu. Elle l’a encore fait la semaine dernière, lorsque le Conseil des ministres des Affaires étrangères des 28 a sommé la Russie de retirer ses troupes stationnées à la frontière avec l’Ukraine. Comment l’Europe peut-elle ainsi prétendre régenter le déploiement de l’armée russe sur son propre territoire ? Pourquoi l’Europe n’enquête-t-elle pas, à l’inverse, sur la présence suspectée en Ukraine de soldats des sociétés militaires privées états-uniennes DynCOrp et Greystone Limited, ne parlant ni le russe ni l’ukrainien, mais en uniforme ukrainien ? Pourquoi ne s’alarme-t-elle pas que l’essentiel des victimes tuées dans les heurts des dix derniers jours soient des militants pro-russes ? Pourquoi ne dénonce-t-elle pas l’intégration sous uniforme ukrainien des milices ultra-nationalistes de Pravyi Sektor ? Pourquoi ne s’émeut-elle pas que des membres du pouvoir de Kiev appellent à mobiliser les cadets des lycées militaires (entre 15 et 18 ans) alors que l’UE est d’habitude si prompte à dénoncer les enfants soldats ? Pourquoi ne s’étonne-t-elle pas que des unités entières de l’armée ukrainienne (des unités parachutistes et blindées s’ajoutant désormais aux unités marines refusant l’autorité du gouvernement de Kiev) préfèrent déserter plutôt que de réprimer dans le sang les manifestations pro-russes ? Au lieu de ça, le Parlement européen a encore voté le 17 avril une résolution nuisible qui « prie instamment le Conseil et la Commission d’aider le gouvernement de Kiev ». Ce gouvernement est composé comme on le sait de ministres néo-nazis membres du parti Svoboda. Je rappelle que c’est le même Parlement qui, le 13 décembre 2012, appelait « les partis démocratiques siégeant au Parlement ukrainien à ne pas s’associer avec le parti Svoboda, ni à approuver ou former de coalition avec ce dernier » !

    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/04/23/la-vie-pour-la-raconter/#article3


  27. FDS Le 28 avril 2014 à 22h14
    Afficher/Masquer

    MERCI A mr

    Petrus 28/04/14 à 19h12

    dans “comprendre l’Ukraine U1-1”

    Je viens d’écouter mr Jean – Pierre Arrignon, dans l’émission de Radio Courtoisie que vous recommandé, et dont voici, à nouveau , le lien, pour ceux que ça intéresse. Formidable !

    http://www.radiocourtoisie.fr/19269/libre-journal-des-historiens-du-22-avril-2014-le-putsch-davril-1961-actualite-russie-ukraine/

    Aller directement à la deuxième partie qui elle, traite de la Russie et de l’Ukraine ( début, environ au premier quart de l’émission )

    Où l’on y apprend les choses suivantes, entre autres…grâce à mr Arrignon.

    1 > le mot “Ukraïna” n’apparait qu’au 13 ième siècle ; ce n’est pas du slavon.

    Donc, il est évident que l’on peut difficilement affirmer que

    “1-2 L’histoire des frontières…”l’Ukraine est le berceau de la civilisation slave car au 6 ième siècle…”

    Ce mot a pour sens, au treizième siècle, toujours selon mr Arrignon, “zones de marches, zone de mouvance,où il n’y a plus de civilisation, de société, zone de passage ; les premiers qui s’y installeront sont les Cosaques.

    Merci mr Arrignon, merci mr Petrus !


    • Crapaud Rouge Le 28 avril 2014 à 23h20
      Afficher/Masquer

      1) En français, l’abréviation de monsieur n’est pas “mr” mais “M.” Quand on se pique d’érudition, c’est la première chose à savoir.
      2) On aimerait comprendre pourquoi, le mot “Ukrainia” n’étant pas du “slavon”, cela aurait empêché les slaves d’occuper l’actuelle Ukraine dès le VI ième siècle. Au vu des nombreuses cartes présentées, il ne vous est pas venu à l’esprit que cette région avait plusieurs fois changé de nom ?


  28. Kiwixar Le 29 avril 2014 à 06h25
    Afficher/Masquer

    La question n’est pas “WFT is the US trying to do to the EU” (les US protègent leurs intérêts, c’est normal), la question est :
    “MAIS P****AIN, POURQUOI LES DIRIGEANTS DES PAYS DE L’UE SONT-ILS EN TRAIN DE TRAHIR LEURS PAYS !”


  29. BM Le 29 avril 2014 à 06h43
    Afficher/Masquer

    Je ne comprends pas pourquoi Jabrun utilise le terme de “reconquête” des steppes au Sud de l’Ukraine à la fin du 18ème siècle, alors qu’il s’agit d’une conquête de nouveaux territoires qui jusque-là n’avaient jamais appartenu à la Russie et qui seront affectées à l’Ukraine en 1920.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle_Russie
    La “reconquête” a été prévue comme possible dans une seconde étape, après la reconquête de la Crimée à laquelle nous venons d’assister, si l’on se réfère aux termes qu’il a utilisés dans sa vidéoconférence du mois d’avril 2014.

    Par ailleurs, il serait sans doute utile d’ajouter à cette histoire de l’Ukraine par cartes interposées le regard d’un vrai historien, Daniel Beauvois, qui permet d’élucider comment est né le mythe de “Kiev, berceau de la Russie”, un mythe que Poutine a rappelé de façon insistante dans son discours devant la Douma. Car les seules considérations géographiques ne permettent pas de comprendre pourquoi une grande partie des habitants de l’actuelle Ukraine sont très attachés à l’indépendance politique et culturelle de leur état , ce qui s’était d’ailleurs déjà exprimé dans le référendum de décembre 1991 sur l’indépendance, où les oui avaient atteint le niveau de 90 % des voix :

    http://www.diploweb.com/forum/ukraine06112.htm


    • FDS Le 29 avril 2014 à 18h18
      Afficher/Masquer

      Complètement d’accord !

      Les cartes ne sont pas “parlantes” à elles seules !

      Il faut une argumentation historique, entre autres.

      Je ne connais pas l’historien auquel vous faites référence.

      Par contre, si vous remontez un peu dans les commentaires, et prenez le temps de cliquer sur le lien de radio courtoisie ( merci encore Petrus ), je pense que vous saurez apprécier l’érudition de Mr Jean-Pierre Arrignon. La deuxième partie de l’émission, et avancer jusqu’au début du second sujet traité : Russie/Ukraine.
      Je vous laisse seul juge de la qualité de l’intervention, mais je suis resté scotché !


  30. Xavier Le 29 avril 2014 à 09h38
    Afficher/Masquer

    Merci monsieur Berruyer pour ce superbe travail que vous avez accompli avec cette compilation de cartes. Je crois que vous avez l’habitude de favoriser dans vos analyses économiques les graphiques toujours parlants sur les textes plus susceptibles d’être partisans. De même ici : cette suite de carte parle mieux que tous les discours.


  31. ANDRE MARTINEZ Le 24 mai 2014 à 03h04
    Afficher/Masquer

    Ce qui me trouble le plus est la reprise sans nuance de la version “officielle” russe : la Russie viendrait de Kiev…hélas (voir France Culture émission N° 1 des 4 émissions consacrées à l’Ukraine par “La fabrique de l’histoire”) selon Daniel BEAUVOIS, spécialiste incontesté : la Russie ne vient pas de migrations par Kiev mais de la Moscovie….la nuance est importante.


  32. Remy Le 17 octobre 2014 à 23h49
    Afficher/Masquer

    bonjour

    si quelqu’un peut m’éclairer là-dessus. j’ai un peu de temps en ce moment pour essayer de comprendre la situation en ukraine et le net se prête bien à cette pratique (rapidité de la recherche d’info). j’ai trouvé ce blog que j’apprécie. j’en profite puisque je n’ai pas bcp de temps à consacrer à la recherche, de poser une question qui me paraît peut-être “simplet” à l’égar de la qualité des commentaires que j’ai lues.

    d’abord une remarque. je trouve qu’il y a un biais d’une certaine façon à se réfèrer à “l’Ukraine d’aujourd’hui” en remontant le court de l’histoire. c’est que ma principale interrogation est ; qui est ce peuple que l’on nomme “Ukraine”, qui sont ces “ukrainiens”? et franchement malgré tout ce que je lis j’ai un peu de difficulté à cerner.

    pour le moment je pense que ces “ukrainiens” naissent à la conquête mongol lors des flux migratoires des slaves vers la moscovite je pense. ce sont ceux qui sont demeuré que j’identifierais d’ukrainiens. plus précisément dans un rayon de peut-être 250 km2 autour de kiev….

    en tout cas, si quelqu’un a plus de génie que moi je lui en serais fort gré.


Charte de modérations des commentaires