Toujours ce respect scrupuleux de la Démocratie…

Vous pensez comme on aurait un tel article en cas d’une pétition pro-Trump si Hillary avait gagné…

Source : 20 minutes, 13/11/16

Hillary Clinton reconnaissant sa défaite, lors d'un discours à New York, le 9 novembre 2016. — JEWEL SAMAD / AFP

Hillary Clinton reconnaissant sa défaite, lors d’un discours à New York, le 9 novembre 2016. — JEWEL SAMAD / AFP

Les signataires estiment que Donald Trump représente « un danger pour la République »…

Et si l’élection présidentielle américaine connaissait un nouveau rebondissement ? C’est en tout cas ce qu’espèrent plus de 3,8 millions de personnes, ayant signé une pétition lancée sur le site Change.org. Intitulée «Collège électoral : élisez Hillary Clinton présidente, le 19 décembre», celle-ci s’adresse aux 538 grands électeurs qui se réuniront, lors de cette prochaine date, en vue d’élire le 45e président des Etats-Unis.

La pétition leur demande ainsi de choisir, non pas le milliardaire républicain, mais la démocrate. Car si Donald Trump a été fraîchement élu, mercredi, ce sont les grands électeurs qui doivent conduire à son élection définitive.

Clinton remporte le vote populaire

Pour étayer cette démarche, la pétition s’appuie notamment sur le fait, incontestable, que Hillary Clinton est la grande gagnante du vote populaire. La candidate démocrate a en effet recueilli 1 300 000 voix de plus que son adversaire, selon les résultats provisoires donnés par les médias américains.

Au scrutin direct, l’ex-secrétaire d’Etat serait donc sortie victorieuse dans cette course à la Maison Blanche. Mais le système électoral américain repose sur un suffrage indirect. Ainsi, fort de ses 290 grands électeurs (il en faut 270 pour remporter l’élection présidentielle), c’est Donald Trump qui a remporté l’accession au bureau Ovale, mercredi dernier.

Mais le collège électoral peut-il changer le cours de l’élection, comme le souhaitent ces millions de signataires ? Techniquement, c’est possible. Toutefois, dans les faits cette demande a peu de chances d’aboutir. Elus Etats par Etats, les grands électeurs sont en effet choisis avec le plus grand soin par les partis qu’ils représentent et envers lesquels ils restent loyaux. Normalement, leur vote relève donc d’une simple formalité.

Néanmoins, ils pourraient choisir d’élire Hillary Clinton au risque de payer une «petite amende», estiment les initiateurs de la pétition. «Même dans les États où ce n’est pas autorisé, leur vote serait toujours compté, et ils devraient tout simplement payer une petite amende», est-il écrit dans le texte. Une amende que ces supporters de Clinton seraient «très heureux» de payer, assurent-ils.

Trump, « inapte à servir » son pa

Enfin, c’est aussi le visage révélé par le magnat de l’immobilier au cours d’une campagne électorale particulièrement virulente, qui inquiète les signataires de la pétition. « Monsieur Trump est inapte à servir. Le fait qu’il ait désigné comme boucs émissaires tant d’Américains, son impulsivité, l’intimidation, le mensonge, le fait qu’il ait reconnu une agression sexuelle et son absence totale d’expérience font de lui un danger pour la République », est-il écrit.

Sur Twitter et Facebook, les internautes font donc circuler la pétition dans l’objectif d’atteindre les 4,5 millions de signatures. Parmi elles, la fille de l’acteur Bruce Willis, Rumer, ou la joueuse de tennis Jamie Hampton.

capture-decran-2016-11-13-a-18-27-35

capture-decran-2016-11-13-a-18-27-54

capture-decran-2016-11-13-a-18-28-07

capture-decran-2016-11-13-a-18-28-19

Source : 20 minutes, 13/11/16

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

62 réponses à Etats-Unis : près de 4 millions de personnes signent une pétition pour que Clinton soit présidente

  1. Spectre Le 23 novembre 2016 à 01h17
    Afficher/Masquer

    Intéressant. Plutôt que de se battre sur le terrain, et participer à (re)fonder une vraie gauche populaire (à distinguer de la « gôche » caviar clintonienne) qui puisse donner de l’air aux pauvres et aux classes populaires, ces gens préfèrent donc tout bonnement réclamer une guerre civile. Parce que dans un pays aussi polarisé et avec autant d’armes en circulation, c’est ce qui se passerait après une élection volée…

    Que je sache, militer pour la fin du collège électoral ou la réforme de ce système de corruption institutionnalisé qu’est le financement de la vie politique là-bas, ce n’est pas interdit. Mais cela demande un peu plus d’efforts qu’un clic sur Internet pour exiger une forfaiture pure et simple !

    Enfin, je ne sais pas pour vous, mais vu toutes les casseroles que traîne le Trump, je le vois assez mal finir son mandat. S’il est détesté par le sérail et qu’il s’avère un peu trop remuant, ils trouveront bien de quoi lui coller une procédure d’impeachement sur le dos…


    • geedorah Le 23 novembre 2016 à 02h32
      Afficher/Masquer

      ouai mais aux états unis ils n’ont pas la culture du socialisme, faut pas rêver le socialisme c’est un peu (bcp) la mutualisation et aux states c’est l’individualisme qui prime..comment veux tu que les ricains deviennent socialistes…

      ps: c’est possible, mais il faudra qu’ils endurent énormément de “pression” de la part des classes supérieures… et visiblement ils sont capable d’endurer (vu le systeme actuel)


      • Julien Le 23 novembre 2016 à 09h13
        Afficher/Masquer

        Il est étrange de constater que dans les pays qui se réclament officiellement du socialisme; la mutualisation concerne tout le monde SAUF quelques lobbyistes et politiciens qui doivent y trouver leur intérêt…

        Par contre, ne confondons pas “individualisme” et “égoïsme”. Individualiste n’est pas un gros mot.
        Un égoïste dit “c’est pour ma gueule”. Un individualiste dit : “j’aimerais décider moi même comment mes ressources sont dépensées”. L’individualiste peut donc très bien vouloir se montrer solidaire ou monter des association, il veut juste pouvoir décider lui même comment faire. Ainsi, individualisme ne s’oppose pas à la mutualisation, ça y ajoute juste du consentement.. Et ça tombe bien, la notion de consentement figure dans la DDHC de 1789.


        • Philippe, le belge Le 23 novembre 2016 à 09h53
          Afficher/Masquer

          Oui, l’individualiste est pour la charité! Envers ceux qui lui plaisent…
          La charité c’est loin d’être la justice sociale…


          • Julien Le 23 novembre 2016 à 10h02
            Afficher/Masquer

            Pas forcément “qui lui plaisent” en fait, c’est plus subtil que ça. Je disais juste qu’il y a quand même une grosse différence avec l’égoïsme.

            Ceci étant dit, “justice sociale” ne veut rien dire : la justice est censée être juste, donc ne pas distinguer les individus.
            Prétendre qu’on fait “de la justice sociale”, c’est prétendre qu’il est possible de classer les causes les unes par rapport aux autres, et surtout prétendre que cela est du ressort d’une autorité.

            Un mec veut ouvrir une école ou un projet éducatif parce que c’est une cause qui lui parait importante? “Non, pas prioritaire, donne tes ressources pour que d’abord on règle telle autre cause dont on a décrété qu’elle était plus importante ”
            Un mec est plus sensible à la cause animale, ou à la protection des forêts et veut monter une autre association pour promouvoir cette cause? “Non, pas prioritaire, donne tes ressources pour que d’abord on règle telle autre cause dont on a décrété qu’elle était plus importante “


          • Cincinnatus Le 23 novembre 2016 à 10h13
            Afficher/Masquer

            Exactement, envers ceux qui lui plaisent ! Et c’est complètement légitime.

            Il n’y a que dans un pays socialiste qu’on OBLIGE à être “solidaire”, avec les résultats brillants que l’on a vu depuis un siècle et que l’on continue à voir chez nous : paupérisation croissante, dette abyssale, déficits de tous les systèmes sociaux, salaires stagnants…

            Et qu’on ne vienne pas me rétorquer que c’est la faute du turbo-néo-libéralisme avec 57% du PIB en dépenses publiques…


            • clauzip12 Le 24 novembre 2016 à 00h06
              Afficher/Masquer

              Les pays socialistes ont pour eux le principe initial d’agir pour faire société.
              C’est à mon sens ce qui a permis à l’humanité d’évoluer depuis son aube.
              L’intérêt commun est le premier but.
              Dans les systèmes dits ‘libéraux’ le premier choix est l’intérêt individuel dans la liberté.
              LE TPG(tout pour ma gueule) n’est pas la démarche systématique mais suffisante pour permettre l’appropriation des résultats du collectif au dépens de tous ceux qui l’ont valorisé.
              Certes les pays à gestion socialiste ont souvent des bilans comptables négatifs.
              Les TPG pensent société à la lecture des bilans comptables. Le compte humain n’y est pas.
              Les besoins et satisfactions d’une société devraient prendre en compte le degré de satisfaction intimes des individus.
              Le BOUTANG l’a fait.le niveau de développement BONHEUR est dans le PIB


          • patrick Le 23 novembre 2016 à 12h44
            Afficher/Masquer

            Nous pouvons constater dans notre pays “collectiviste” que la charité faite par le gouvernement est également vers ceux qui lui plaisent ( ça s’appelle une clientèle électorale ).
            L’égoisme a beaucoup plus de chance de se développer dans un système collectiviste parce que la coercition est bien plus forte et celui qui est bien placé dans le système a beaucoup plus de moyens de vivre sur le dos des autres.


            • Yann06 Le 24 novembre 2016 à 08h21
              Afficher/Masquer

              Cher Patrick, rappelez moi l’une des règles sine qua non du collectivisme que l’on pourrait retrouver dans notre pays qui en ferait une patrie du”Socialisme”?

              Hmmm, l’abolition de la propriété privé…? Pas vu.
              La dictature du prolétariat…? Haha, on se marre.
              L’instauration de soviets dans les pouvoirs publics, les entreprises…? Arf, c’est pas pour demain.

              Bref, vous devriez retourner lire “l’Opinion”.


      • eole Le 23 novembre 2016 à 09h33
        Afficher/Masquer

        “comment veux tu que les ricains deviennent socialistes… ”

        Ils ont déjà essayé, c’est la signification de la fête de Thanksgiving.
        Historiquement, Thanksgiving commémore la survie des pélerins du Mayflower (1600 ou quelque chose comme ça) après deux ans de famine.
        Au début, ils avaient décidé que tout le travail agricole serait fait en commun (mutualisation), et pendant deux ans ils ont eu de la famine et de la pauvreté. Le gouverneur a alors arrêté cette expérience, a accordé à chacun un même lopin de terre sur lequel les gens pouvaient cultiver et commercer à leur guise; et les récoltes ont été excellentes. Depuis, ils fêtent ça tous les ans.

        En fait, thanksgiving, c’est la fête nationale américaine ou ils commémorent la fin du socialisme chez eux.


        • CQFD Le 23 novembre 2016 à 11h33
          Afficher/Masquer

          C’est marrant, parce que dans le milieu de la décroissance et de la “permaculture”, il se dit qu’il faut trois ans pour arriver à quelque chose de raisonnablement productif. Qui sait? Ils auraient commencé par la privatisation des terres, peut-être que les Etats-Unis seraient devenus le premier pays communiste.


        • Nataly Le 24 novembre 2016 à 11h39
          Afficher/Masquer

          salut eole, merci de cette info.

          Mais… J’ai cherché à creuser et n’ai rien trouvé qui corréla l’info.
          J’ai consulté des sites d’Histoire qui racontent tous à peu près la même chose : 1620 une centaine de colons débarque, la moitié meure dans l’année, puis rapprochement avec les indigènes qui transmettent techniques de chasse, pêche et culture du maïs. C’est la première récolte de maïs qui est fêtée (actions de grâce). Même wikipédia raconte un truc semblable…
          J’imagine que tu faisais appel à de vieux souvenirs, peut-être même à de la propagande scolaire. Si ce n’est pas le cas, je veux bien que tu nous fournisses les sources de la théorie du communisme avorté.
          Merci en tous cas, j’ai encore appris des trucs \o/


    • lou Le 25 novembre 2016 à 20h28
      Afficher/Masquer

      Il n y a pas de gauche aux états unis. Les états uniens n aime pas la gauche chez eux il n y que des droites.


  2. silk Le 23 novembre 2016 à 01h20
    Afficher/Masquer

    Très drôle.
    En plus comme tous le monde peut voter, les européen comptent aussi dans ce chiffre.
    Il y a pas eu une pétition contre le Brexit ?
    De toute façon, 400 000 voix c’est très peu.
    Leur système, c’est le leur et ca se change pas en cours de route quand les résultats plaisent pas.
    Et même si on considérait (ce qui semble peu probable), que seul des américains aient signé cette pétitions, ca faut toujours beaucoup moins que ceux qui ont voté Clinton.
    De toute façon , ils n’avaient qu’à adopter le référendum révocatoire ou une variante avant.
    Mais pas bon : ils risqueraient d’être viré pour leur trahison régulière. Trop démocratique .
    Ils ne parlent de démocratie que quand ca les intéresse, et de toute façon la démocratie a parlé.
    Ils peuvent essayer un putsch politique, les électeurs risquent de très mal le prendre et les émeutes sanglantes (et ça serait une insurrection démocratique si les grands électeurs ne respectaient pas leurs électeurs respectifs …).


  3. Fritz Le 23 novembre 2016 à 01h27
    Afficher/Masquer

    Clinton n’a pas 400 000 voix de plus que Trump, mais 1 754 000 à ce jour.

    Je suis surpris par cet écart grandissant en faveur d’Hillary Clinton, mais apparemment, elle est largement majoritaire dans les États “sûrs”, comme la Californie, alors que Donald Trump a fait la différence dans les États instables (“swing states”), ce qui lui assure une avance nette et définitive (306 grands électeurs contre 232).
    http://cookpolitical.com/story/10174

    Dans les 13 États instables, Trump a une avance de 858 000 voix sur Clinton.
    Dans les 37 États stables, Clinton a une avance de 2 612 000 voix sur Trump.

    Cela ne justifie en rien la pétition contre la victoire de Donald Trump.


    • silk Le 23 novembre 2016 à 02h36
      Afficher/Masquer

      C’était peut-être le chiffre au début de la pétition.
      En tout cas vos stats sont interessantes.
      Dans les Etats instables, les électeurs démocrates comme républicains se sont déplacés vu que ce n’était pas joué d’avance dt qu’il y avait un enjeu à aller voter.et ca explique un score plus serré.
      Cependant sur 13 Etats instables,on arrive à une moyenne de 66-67000 électeurs de pour Trump par Etat.

      Alors que pour Clinton, les 37 Etats “sûr”, ça fait une moyenne de 70 000 voix de plus pour clinton par Etat. Alors que les électeurs républicains se sont moins mobilisés sachant que ca ne servait à rien.
      Ca confirme bien la chute de 5 millions d’électeurs pour le parti démocrates contre l’augmentation de 1 million pour les républicains.


      • Feubeuh Le 23 novembre 2016 à 04h52
        Afficher/Masquer

        Raisonnement extrêmement douteux puisqu’il y a beaucoup plus d’etats sûrs coté républicains que démocrates.
        Indiana, Texas, Missouri, Utah, Montana, Dakota Nord et Sud, Tenesse, Alaska, Kansas,Nebraska, Arkansas, Kentucky, Louisiane, Alabama, Idaho etc … ou la mobilisation démocrates ne sert à rien.


        • Django Le 23 novembre 2016 à 08h03
          Afficher/Masquer

          Rien de douteux dans le raisonnement, ce sont des faits : le mode de scrutin fait qu’effectivement dans les états gagnés d’avance, les partisans du futur perdant “localement” vont beaucoup moins voter et ça se vérifie sur les chiffres de l’abstention. Donc dans un sens ou un autre le nombre de vote total ne reflète pas forcément la vraie tendance.

          Maintenant j’entends ce que tu dis : il y avait beaucoup plus d’états gagnés d’avance pour les républicains, mais c’est plus complexe que cela, il faut comparer le nombre d’électeurs dans tous ces états avec celui des états promis aux Démocrates et pondérer avec le taux d’abstention de chacun…


          • RonRon Le 23 novembre 2016 à 09h32
            Afficher/Masquer

            Les modes de scrutin en vigueur partout dans le monde influence fortement le résultat de l’élection, seul le jugement majoritaire utilisé nul part est équitable.

            En face à face, il est probable que Sanders les battent tous, comme Bayrou en France.

            Donc non Hilary n’est pas plus légitimes que Trump. Et oui, au suffrage universel, Trump aurait pu gagner.

            A noter aussi qu’avec notre système à deux tours, rien ne prouve qu’Hilary ou Trump ne se qualifie au second tour.


            • Cincinnatus Le 23 novembre 2016 à 10h16
              Afficher/Masquer

              Ha ? Bayrou a déjà gagné une élection présidentielle ? Je devais être en hibernation ces années là !


            • Fritz Le 23 novembre 2016 à 16h14
              Afficher/Masquer

              Bayrou aurait pu gagner l’élection présidentielle en 2007, s’il était passé au premier tour devant Royal ou Sarkozy. En fait, il avait de fortes chances de battre au second tour la candidate PS comme le candidat UMP.
              D’où la satisfaction des médias-Système lorsque Bayrou a commencé à descendre dans les sondages, en mars 2007 (il talonnait Royal à 23 %).
              Quelle époque, où un Bayrou fait figure de dissident…


  4. Nerouiev Le 23 novembre 2016 à 03h36
    Afficher/Masquer

    “Ce n’est pas quand on s’est fait dessus qu”il faut serrer les fesses”. Le système d’élection aux USA est ainsi fait qu”il n’était pas en cause ni avant ni pendant. Mais vu les résultats c’est la classe dominante qui vient de se faire contrer par la politique étrangère de Trump en acceptant l’inacceptable à leurs yeux vis à vis de leurs ambitions hegemoniques et leur besoin d’un grand ennemi comme la Russie. Alors cette classe dominante, petite en nombre mais forte en pouvoir et en ressources, fait tout pour faire obstacle tant qu”il reste un espoir de pouvoir encore contrer les résultats. Une sorte d’ingérence en interne, comme ils en ont l’habitude ailleurs. Mais 4 millions de clics sur un PC c’est loin d’une majorité type référendum.


  5. Martin Le 23 novembre 2016 à 04h53
    Afficher/Masquer

    Contester les règles est assez tentant – surtout quand on a perdu – mais dans ce cas il faudrait pousser la logique jusqu’au bout : un sénateur du Vermont représente 300 000 personnes, un sénateur de Californie en représente 20 000 000 (deux sénateurs par état, quel que soit le nombre d’habitants). La discordance est nettement plus marquée que pour la présidentielle…

    … dont les résultats “agrégés” n’ont d’ailleurs aucun sens, puisque les électeurs votent dans le cadre des règles établies. Personne n’a la moindre idée du nombre de républicains qui voteraient en Californie s’ils n’étaient pas persuadés d’avance, à juste titre, que leur vote ne sert strictement à rien puisque les grands électeurs iront, tous, aux démocrates. Pas plus que quiconque ne peut dire combien de démocrates supplémentaires voteraient au Texas si l’élection était “nationale” et non par état. Il s’ensuit que personne ne sait, de près ou de loin, ce que donnerait une élection “fédérale”.

    Last but not least il y avait d’autres candidats qui ont totalisé quelques millions de voix…majoritairement “à droite” de Trump. Alors proclamer que Clinton devrait être élue “parce que c’est elle la gagnante du vote populaire” est, à la fois, un non sens et un mensonge. Ce qui fait tout de même beaucoup pour une seule pétition…


    • Fritz Le 23 novembre 2016 à 07h03
      Afficher/Masquer

      Vous avez raison, @Martin :
      Si on additionne les voix d’Hillary Clinton et celles de Jill Stein, on a 65 113 364 voix.
      Si on additionne les voix de Donald Trump et celles de Gary Johnson : 66 396 294 voix.

      Soit 1 282 930 voix de majorité pour les candidats de “droite”, et je n’ai pris en compte que les quatre candidats les plus connus.


      • sissa Le 23 novembre 2016 à 15h49
        Afficher/Masquer

        En même temps, ceux qui ont voté pour Stein ou Johnson (on pourrait rajouter Mc Mullin et autres)l’ont fait très probablement parce qu’ils ne voulaient ni de Trump, ni de Clinton.


        • Fritz Le 23 novembre 2016 à 15h59
          Afficher/Masquer

          Bien sûr, et il n’y a pas de “petits candidats”.
          Mais s’il y avait eu un deuxième tour, il y aurait eu des reports de voix.


  6. Feubeuh Le 23 novembre 2016 à 04h54
    Afficher/Masquer

    Trump avait quand même déclaré, et plus d’une fois, que s’il perdait il ne reconnaîtrait pas les résultats …


    • Subotai Le 23 novembre 2016 à 18h07
      Afficher/Masquer

      Ne faites pas votre “journaliste”.
      En réponse à la question de la reconnaissance de la victoire de Clinton, Trump a déclaré qu’il aviserai à ce moment là.
      Il y avait à ce moment là discussion sur d’éventuels traficotages des votes.


  7. Globule rouge Le 23 novembre 2016 à 06h09
    Afficher/Masquer

    Il ne faut pas oublier que si l’election aux USA est indirect, c’est tout a fait coherent avec le systeme federal ou le choix de la representation a ce niveau, est lié a une logique territoriale.

    Qu’importe donc les “qui a plus de voix”, l’election se joue par etat en conformité avec l’etat d’esprit federaliste choisit au depart.
    Remettre en cause l’election a partir de cet argument revient a remettre en question le federalisme etasunien.


    • sissa Le 23 novembre 2016 à 18h52
      Afficher/Masquer

      Il se trouve qu’une majorité d’étatsuniens souhaiterait une réforme du système. Il existe bien des états fédéraux où le décompte des élections majeures se fait au niveau national.
      La raison pour laquelle le système est celui-ci est un héritage historique de l’époque où les grands électeurs étaient désignés par les états sans recours au vote populaire.


  8. atanguy Le 23 novembre 2016 à 08h02
    Afficher/Masquer
    • Balthazar Le 23 novembre 2016 à 13h39
      Afficher/Masquer

      Si si, c’est fini. Pas la peine de se pignoler intellectuellement.
      Il y a même un précédent.
      Après, effectivement, nous ne sommes pas à l’abri d’une procédure de destitution par des gens corrompus (là aussi, regardez ce qui se passe depuis des années aux Amériques).
      Ou un geste imprévisible d’un “déséquilibré” (là aussi, l’Histoire a quelques exemples à proposer).


    • Fritz Le 23 novembre 2016 à 16h01
      Afficher/Masquer

      @atanguy
      Une réponse possible, qui évoque les contestations dans le Michigan, la Pennsylvanie et le Wisconsin :
      http://www.dedefensa.org/article/la-grande-guerre-civile-a-t-elle-deja-commence


      • atanguy Le 23 novembre 2016 à 21h41
        Afficher/Masquer

        Effectivement,si l’élection de Trump est remise en cause officiellement,disons par l’équipe Clinton,cela conduira a une possibilité de guerre civile aux US,d’un autre côté la démocratie américaine est basée sur des élections,bien sur truquées par l’argent,mais ici avec une possibilité de fraude directe,une triche,peut-être meme aidée par des actions extérieures, qui dans l’esprit (justicier?) américain devrait être condamnée et sévèrement sanctionnée.
        Que va-t’il se passer? A mon avis ils,les démocrates,vont laisser Trump gouverner,jusqu’à ce qu’il démissionne ou soit démissionné suite a ses propres erreurs politiques ou des problèmes insolubles pour lui.
        Qui vivra verra…


  9. LBSSO Le 23 novembre 2016 à 08h10
    Afficher/Masquer

    – Dans notre société l individualisme l’emporte sur le “nous” pour des raisons historiques propres à la France que vous connaissez aussi bien que moi.
    L’argent ,la prédominance du marché , a transformé l’agora ,les citoyens,en foules dans les supermarchés.
    Aussi,j’ai le sentiment (empirique) que le consensus est plus facile à trouver dans un “petit” pays ou dans ceux à tradition autoritaire (sic).
    La France recherche cette autorité perdue d’autant plus que si l’on en croit E Todd elle a conservé un fond vichyssois.

    -Quand aux US ,j’ai trouvé la remarque d’OB (dans son interview qu il a récemment supprimée) concernant le report de voix virtuel des autres candidats (libertarien et écologiste) pertinente.Combien de français savent qu’il y avait d’autres prétendants ?

    Pour finir un trait d’humour en référence à la Nouvelle Zélande :
    http://www.leparisien.fr/flash-actualite-culture/consensus-au-parlement-pour-restituer-les-tetes-maories-a-la-nouvelle-zelande-04-05-2010-909474.php


  10. Kilsan Aïetous Le 23 novembre 2016 à 08h15
    Afficher/Masquer

    Et combien de voix aurait obtenu Trump si les médias mainstream avaient été plus impartiaux ?

    Trump ou Clinton : quel candidat la presse américaine soutient-elle ?
    http://www.lefigaro.fr/elections-americaines/2016/10/25/01040-20161025ARTFIG00018-trump-ou-clinton-quel-candidat-soutient-la-presse-americaine.php


  11. RGT Le 23 novembre 2016 à 08h16
    Afficher/Masquer

    Élections = piège à cons…

    Simplement parce que les systèmes électoraux sont biaisés, parce que les campagnes sont biaisées, parce que l’information est biaisée, parce que le “clivage” est biaisé, parce que tout est biaisé.

    Ensuite ne vous étonnez pas si le “candidat élu à l’unanimité” se retrouve avec 4% d’opinions positives au bout de quelques mois de mandat et qu’il reste malgré tout accroché à son poste comme une moule à son rocher.

    Finalement, le seul qui ait réellement eu le courage de consulter le peuple était le “dictateur” De Gaulle qui avait fait un référendum concernant une réforme qui lui tenait à cœur.

    Croyez-vous que Hollande, Valls et Macron auraient osé affronter le peuple par voie référendaire au sujet de la “loi travail” ?
    Assurément pas, ils l’ont passé à grands coups de calibre 49.3 dans la gueule des électeurs et n’ont surtout pas souhaité les affronter dans un référendum à l’issue duquel ils auraient dû sortir la queue entre les jambes.

    C’est beau la “démocratie”.


    • xc Le 23 novembre 2016 à 18h25
      Afficher/Masquer

      On ne répètera jamais assez que 49.3, c’est pas le gvt qui impose un projet de loi contre la volonté des parlementaires. Mais la mise des députés devant un choix, soit censurer le gvt, qui, si la motion est adoptée, saute mais entraine probablement dans sa chute une dissolution de l’Assemblée Nationale, avec le risque que les députés ne récupèrent pas leur siège, soit ne pas censurer, la loi est adoptée, et tout le monde reste à son poste.
      L’expérience montre que ce qui était inacceptable hors 49.3 devient tout à fait acceptable s’il est appliqué….


      • RGT Le 24 novembre 2016 à 08h13
        Afficher/Masquer

        Sachant que les “z’élus” s’accrochent à leur siège à tout prix, le 49.3 n’est AUSSI qu’une vaste escroquerie.

        En passant “avec courage” un 49.3, le gouvernement a la garantie que les godillots ne voteront jamais une motion de censure car les “censeurs” sont bien trop attachés à leurs privilèges.

        Comme d’habitude, je te tiens, tu me tiens par la barbichette…

        Pour le reste, ce sont les “généreux donateurs” du parti qui décident.

        Il suffirait que les électeurs puissent simplement pouvoir révoquer leur député en cas de désaccord.
        Je pense que ça changerait beaucoup la donne et que d’un seul coup, entre voter une motion de censure avec l’approbation des électeurs qui reconduiront le candidat ou ne pas la voter et se retrouver sous les ponts ils n’hésiteraient pas une seule seconde.

        Comme je le dis et le maintiens, ce sont les institutions qui sont biaisées. Et c’est bien là la meilleure preuve.


  12. Joanna Le 23 novembre 2016 à 08h47
    Afficher/Masquer

    Dans le même temps Kellyanne Conway, ancienne responsable de campagne du républicain et actuellement membre de l’équipe de transition, a déclaré que Donald Trump ne relancera pas l’enquête sur l’affaire des courriels privés d’Hillary Clinton.

    Je pense qu’on n’est pas bien inspiré en étant magnanime avec celle ou celui qui ne l’aurait jamais été avec vous et qui ne cesse de vous nuire par tous les moyens.

    Un nouvel engagement de la campagne qui est abandonné ce sera vu par les opposants irascibles à Donald Trump comme un signe de faiblesse.


    • Pierre T. Le 23 novembre 2016 à 12h45
      Afficher/Masquer

      Bonjour Joanna
      Il ne s’agit de ma part que de suppositions, mais au sujet des poursuites contre HRC il est à mon avis très improbable que Trump agisse ainsi par pure bonté d’âme. Je pencherais plutôt vers une désescalade de la tension politique mutuellement profitable (Trump a tout de même quelques cassroles derrière lui), voire la volonté de ne pas mettre trop tôt un coup de pied dans la fourmilière (un “Dallas” est si vite arrivé…), voire même, le jeu politique US étant ce qu’il est, réserver les coups de pied à des moments et dans des directions stratégiquement opportunes. Dernière hypothèse, mais non la moindre, le caractère “anti-système” de Trump n’est qu’une facade habilement utilisée par un type qui sera ni plus ni moins corrompu que ses prédécesseurs…


      • Pierre T. Le 23 novembre 2016 à 13h38
        Afficher/Masquer

        En appui à mon propos, j’ajoute ce lien vers infowars.com, site qui n’a certes pas mes faveurs, mais qui a été d’une importance capitale dans la diffusion des arguments de campagne de Trump versus la campagne de dénigrement des médias mainstream à son égard.
        http://www.infowars.com/breaking-trump-criminal-investigation-still-on-the-table/
        NOTA BENE: je ne prétend aucunement que ces types soient dans le secret des dieux…


      • Subotai Le 23 novembre 2016 à 18h16
        Afficher/Masquer

        Pour conforter votre propos, ce que j’ai expliqué hier à des amis.
        Le pays est en ébullition, l’anti-trumpisme s’active, le risque de “Coup d’Etat” est grand, le Président élu n’aura les rênes du pouvoir que dans deux mois.
        Il est donc parfaitement stratégique de faire baisser la pression par avec des déclarations faites par le biais de ses collaborateurs, le temps qu’il prenne la main.
        On verra ce qu’il en sera quand il aura prêté serment.


  13. Alain Hache Le 23 novembre 2016 à 09h05
    Afficher/Masquer

    Ces quatre millions de signatures montrent qu’il y a de mauvais perdants, ce qui ne peut que choquer la masse des électeurs pour qui la Constitution doit être respectée à la lettre. D.Trump a remporté le plus grand nombre de grands électeurs.Point barre.
    Dans le passé déjà des présidents ont été élus avec une majorité de grands électeurs et une minorité de votes populaires.Tout le reste est de l’ordre de la manœuvre orchestrée par la galaxie Soros.


  14. Crazydick Le 23 novembre 2016 à 09h17
    Afficher/Masquer

    “Au scrutin direct, l’ex-secrétaire d’Etat serait donc sortie victorieuse”, affirmez-vous
    Affirmation gratuite et contestable. Au scrutin direct, les électeurs auraient eu à voter non pour des grands électeurs (sénateurs, etc…) mais pour les candidats à la présidence eux-mêmes. Rien ne dit qu’ils auraient voté de la même manière. Un citoyen américain qui a voté pour un sénateur démocrate qu’il apprécie (lequel votera en principe pour Clinton) n’aurait pas forcément voté pour Hillary Clinton au scrutin direct


  15. RonRon Le 23 novembre 2016 à 09h55
    Afficher/Masquer

    En France, ça fonctionne pareil, le parti qui gouverne est celui qui est majoritaire à l’assemblé nationale, hors les députes ne représentent pas le même nombres d’électeurs comme les grands électeurs aux US.

    On peut théoriquement imaginer le même problème en France.


  16. RonRon Le 23 novembre 2016 à 09h59
    Afficher/Masquer

    Le deuxième amendement de la constitution des États-Unis sert justement à éviter qu’une faction prenne illégitimement le pouvoir aux états-unis, c’est bien là sont seul intérêt !

    On va voir si ça fonctionne vraiment 🙂


  17. Arcousan09 Le 23 novembre 2016 à 11h40
    Afficher/Masquer

    L’élection de Trump est très mal perçue par le système et cette pétition est la preuve de la manipulation et de la main mise des fonds de pension, des banques, des multinationales et des faucons sur le “pouvoir officiel” en place
    Il me semble avoir lu que Soros serait derrière ces “manifestations” bien entendu “spontanées” car c’est l’inconnu avec Trump …. sera-t-il aussi manipulable que l’a été Obama et comme l’aurait été Clinton.
    Si Trump obtient un espace de liberté nous aurons, peut être, quelques bonnes surprises mais le risque est grand qu’il lui arrive un deuxième Dallas s’il ne se montre pas suffisamment docile.


    • Fritz Le 23 novembre 2016 à 12h25
      Afficher/Masquer

      “le risque est grand qu’il lui arrive un deuxième Dallas”

      Et si cela devait arriver, je suppose que le pigeon ne serait plus un marine-marxiste-revenu-d’URSS-avec-l’accord-de-la-CIA, le pauvre Lee H. Oswald, mais pour être à la mode, un type “d’extrême droite” qui serait un agent de Poutine ? De quoi déclencher la grande guerre des démocraties-contre-les-dictatures.


    • Alain Rousseau Le 23 novembre 2016 à 14h21
      Afficher/Masquer

      Je ne vois pas en quoi l’élection de Trump serait de nature à déranger en quoi que ce soit le Système. Trump n’est nullement contre le Système, puisqu’il y est jusqu’au cou et qu’il n’a aucune chance de survie en dehors de lui. Il est tout simplement pour une autre façon de faire tourner le Système. Il est contre le Système tel que le représentent les Clinton et Obama, mais les Clinton et Obama ne sont pas tout le Système, Soros non plus.


  18. Eric83 Le 23 novembre 2016 à 12h24
    Afficher/Masquer

    Heureusement, au sein de l’UE, Merkel veille sur nous et sur nos lectures afin que ne votions pas pour des “populistes” tels que Trump.

    “Je crois que nous ne devons pas sous-estimer ce qui se passe (…) avec la digitalisation et internet”, a-t-elle assuré dans un discours de politique générale devant les députés du Bundestag. “Nous avons aujourd’hui beaucoup de gens qui consultent des médias qui sont basés sur des règles bien différentes” des critères journalistiques en vigueur jusqu’à récemment.

    Oui, Madame Merkel, aujourd’hui nous pouvons, grâce à des sites Internet, nous informer à la place de nous laisser conditionner par les médias MSM aux ordres. Et je comprends que cela vous déplaise et vous inquiète énormément.

    http://www.romandie.com/news/Merkel-face-au-populisme-qui-se-nourrit-de-fausses-informations/755404.rom


  19. Titi Le 23 novembre 2016 à 12h32
    Afficher/Masquer

    Comme disait Coluche, Si voter changeait quelque chose, il y a longtemps que ça serait interdit !


  20. Catherine Le 23 novembre 2016 à 14h26
    Afficher/Masquer

    Il faut observer pour relativiser, que Trump n’a pas jugé utile d’aller chercher des voix en Californie ou à New York, sachant que en raison de ce mode de scrutin précisément, c’était de l’énergie gaspillée et que ce n’était pas par là qu’il pouvait gagner.


  21. nico Le 23 novembre 2016 à 14h52
    Afficher/Masquer

    Une pétition de 4 millions de personnes …

    OUAHHH !!!!! OH MY GOD comme ils diraient là bas.

    Ah mais oui au fait …

    Les États Unis c’est un pays qui compte … 324 MILLIONS de personnes …

    Donc compte avec moi …

    4 x 100 / 324 = 1,23 % de la population totale.

    Donc en gros ça fait pas grand chose quoi.

    Mais tout de même soyons plus objectif et référons nous au nombre de votants total qui ont exprimés leur suffrage dans cette élection qui est de 134 millions de personnes.

    Voir ici :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lection_pr%C3%A9sidentielle_am%C3%A9ricaine_de_2016#R.C3.A9sultats

    Refaisons donc le calcul :

    4 x 100 / 134 = 2,9 % des suffrages exprimés.

    Et je suis sympa je fais cadeau de l’abstention car la participation a été de 56,9 %.

    Donc comme dirait Olivier , Caramba ! Encore pas grand chose !

    Enfin comment vous appelez ça vous une petite minorité qui veut imposer sa loi sur la majorité … ?

    Allez un petit effort quoi …

    La dictature hééé oui messieurs dames !


  22. Fritz Le 23 novembre 2016 à 19h14
    Afficher/Masquer

    Nouveau ! Trump est un pédophile qui louche vers sa fille :
    http://www.journaldemontreal.com/2016/11/23/donald-trump-attire-par-sa-fille
    C’est beau, la presse démocratique.

    Reste à interdire la propagande russo-terroriste, nos eurodéputés y veillent :
    https://francais.rt.com/international/29453-ue-russie-daesh-propagande


  23. Kiwixar Le 23 novembre 2016 à 20h03
    Afficher/Masquer

    Merci pour l’éclairage sur la notion de consensus, divergence démocratie/république.

    Sans vouloir idéaliser la NZ (beaucoup de pauvreté, et des prix immobiliers à Auckland complètement fous), il me semble que la démocratie est de proximité, proche des aspirations des gens, et avec une population assez soudée. Un député avait été forcé de démissionner il y a deux ans parce que, bourré, il avait pris de haut un serveur “vous savez qui je suis?!”… Bien que peu peuplé (4,7 millions hab), c’est un pays souverain avec sa propre monnaie, et un dirigeant actuel (John Key) de qualité même si je ne partage pas ses vues, notamment en embrigadant le pays dans le TPP.

    Le TPP est d’ailleurs une des grandes orientations du pays où il n’y avait pas de consensus politique, et où le parti au pouvoir (“National”) a profité de son avantage “démocratique” passager pour faire passer un Traité capital qui aurait dû faire l’objet d’un débat national, et d’un consensus politique.


  24. sergio Le 23 novembre 2016 à 20h08
    Afficher/Masquer

    C’est curieux. Quand le vote donne le résultat espéré par les médias. On ne se pose pas de questions. Dès qu’il va dans le sens inverse, alors il faut trouver le moyen d’en changer la signification. Drôle de démocratie!


    • Le modéré Le 23 novembre 2016 à 22h28
      Afficher/Masquer

      Il faut avouer que les médias ne disposent pas d’une autonomie. Ils ne reflètent dans la majorité des cas que l’opinion de leurs patrons ou de leurs propriétaires


      • Catalina Le 24 novembre 2016 à 00h40
        Afficher/Masquer

        à ce point là, il n’y a plus besoin de journalistes, remplaçons-les par des robots, ils feront aussi bien le travail !
        ;O)


  25. s Le 23 novembre 2016 à 21h04
    Afficher/Masquer

    Rencontre entre Trump et Tulsi Gabbard, membre de la Chambre des représentants, « vétérane » et ancienne spécialiste de politique étrangère, très anti-néocons, de la campagne Sanders.

    https://consortiumnews.com/2016/11/21/trumps-tulsi-gabbard-factor/


  26. Krystyna Hawrot Le 24 novembre 2016 à 15h06
    Afficher/Masquer

    Pendant 200 ans les élections indirectes ont convenus aux citoyens états uniens. Quand Bush a été “élu” avec les problèmes de comptage dont on se souvient, personne n’a manifesté! Et la brusquement parce que l’oligarchie corrompu est freinée dans son élan guerrier, il faudrait chambouler la Constitution à cause d’un pétition internet! Je me tue à le dire à mes amis gauchistes: c’est pas parce que des lycéens manifestent à NY contre Trump que 1. Ces manifestations ne sont pas orientées, le summum de l’orientation c’est de faire croire aux gogos que c’est eux qui organisent les manifestations… 2. que changer les règles du jeu en cours de route peut mener à la guerre civile…. regardez l’Ukraine et le Donbass!


Charte de modérations des commentaires