Source : Buzz Feed News, David Perrotin, 16-11-2016

Depuis novembre, Mediapart et Le Monde ont publié de nombreuses révélations sur un possible versement de fonds par Kadhafi lors de la campagne de Sarkozy en 2007. Une seule question a été posée à l’ancien président pourtant interviewé plus de huit fois ce mois-ci.

«Entretien vidéo exclusif – Takieddine: “J’ai remis trois valises d’argent libyen à Guéant et Sarkozy.”» Mediapart, en partenariat avec l’agence Premières lignes, a lâché un nouveau témoignage mardi qu’on aurait pu penser accablant. Et pourtant, cet énième élément de l’affaire du financement libyen présumé de la campagne de Sarkozy en 2007 a été traité plutôt discrètement. Il ne fait ni la une des journaux, ni celle des JT, et n’est pas, loin s’en faut, le sujet principal abordé dans les interviews politiques. Et si certains médias jugent que les déclarations de Takieddine doivent être prises avec des pincettes, il faut rappeler que ce témoignage n’est pas isolé. Le 3 novembre dernier, Le Monde publiait d’autres révélations tout aussi explosives —renforçant celles déjà publiées par le site Mediapart depuis 2011— à propos de la campagne de 2007.

S’il n’y a toujours aucune preuve tangible concernant un financement de la campagne de Sarkozy par le réseau de l’ex-dictateur Mouammar Kadhafi, les indices accablent le clan Sarkozy. Selon les deux sites d’information, qui ont eu accès à l’enquête, les magistrats instructeurs jugent même désormais «probable l’hypothèse d’un financement libyen». Notamment après ces éléments de l’enquête (non exhaustifs):

  • Les enquêteurs ont obtenu pas moins de sept témoignages qui accréditent ­l’hypothèse du versement de fonds par Mouammar Kadhafi à l’équipe de Nicolas Sarkozy.
  • La justice dispose aussi d’écoutes téléphoniques accablantes. «Oui, ils cherchent le lien avec Kadhafi mais ils ne cherchent pas au bon endroit», dit par exemple l’avocat franco-djiboutien Mohamed Aref dans une conversation interceptée par la police.
  • Mediapart a révélé l’existence d’un carnet d’un ancien ministre du pétrole libyen, Choukri Ghanem, qui mentionne ­plusieurs versements pour un montant de 6,5 millions d’euros. Ce dernier sera retrouvé mort le 29 avril 2012 dans le Danube, en Autriche.
  • Une conversation interceptée prouve que Nicolas Sarkozy aurait demandé en 2014 une lettre à Alexandre Djouhri et qui l’innocenterait.
  • Selon un autre témoin cité par Mediapart, des mallettes de plusieurs millions d’euros ont été données directement à Boris Boillon (ex-conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy à l’Élysée) et à Claude Guéant et ont été ramenées dans un voyage en avion privé de Syrte au Bourget.
  • Boillon, enfin, percevait selon ce témoin «des petits cadeaux», sous forme d’enveloppes avec des milliers d’euros. Et justement, le 31 juillet 2013, Boris Boillon est interpellé à la gare du Nord, avec un sac contenant 350.000 euros d’argent liquide.

Même s’il n’y a pas de preuve irréfutable, même si l’enquête est toujours en cours, il paraît tout de même logique que des journalistes interrogent le candidat à la primaire de droite sur ces nouveaux éléments.

8 interviews de Sarkozy, 1 question sur la Libye

Depuis les révélations du Monde le 3 novembre, Nicolas Sarkozy a été interrogé par TF1, France 2, France 3, Le Parisien, Valeurs actuelles, RTL et, Public Sénat avec Sud Radio (sans parler des médias spécialisés comme Terre-net.fr ou Business immo). Aucune question ne lui a été posée sur ce sujet. Il aura fallu attendre ce jeudi pour que la seule et l’unique lui soit posée par Le Figaro près de deux semaines après les premières révélations.

Le15 novembre, le candidat à la primaire de la droite est l’invité de la matinale de RTL pendant une quinzaine de minutes. La journaliste cherche à savoir s’il a «la pêche» avant de l’interroger sur la primaire, ses concurrents, François Bayrou, Donald Trump, l’Europe, la double ration de frites pour les enfants musulmans ou juifs, Notre-Dame-des-Landes. Rien sur la Libye.

Le13 novembre, Nicolas Sarkozy est l’invité exclusif du 20h de TF1. Il est interrogé sur les commémorations des attentats, le groupe État islamique, les manifestations de policiers, la victoire de Donald Trump, la primaire de la droite, sa carrière politique en cas de défaite, mais pas un mot sur les accusations liées à sa campagne de 2007.

sub-buzz-4113-1479219520-5

Le 12 novembre, Le Parisien publie une interview fleuve de l’ex-chef d’État. Deux questions sont bien posées sur «les affaires», mais n’abordent pas le financement supposé libyen.

sub-buzz-31075-1479231849-1

Le 10 novembre, Nicolas Sarkozy est interrogé dans la matinale de France 2. Il est invité à répondre sur l’élection de Donald Trump, l’Europe et la primaire. Le nom de Kadhafi ne sera jamais évoqué.

sub-buzz-31057-1479231702-3

Le 8 novembre, l’ancien chef de l’État est interrogé pendant une heure par cinq journalistes sur Public Sénat avec Sud Radio. Rien ne sera évoqué.

Le 6 novembre, il est l’invité de l’émission Dimanche en politique de France 3. Sur les 28 minutes du programme, pas une seconde ne sera accordée pour évoquer l’enquête en cours sur le financement de la campagne de 2007.

Par ailleurs, le 3 novembre dernier, lors du second débat entre les différents candidats à la primaire de la droite aucune question n’a été posée sur toutes ces révélations. Même chose dans l’interview publiée par Valeurs actuelles.

Il aura fallu attendre le 17 novembre— plus de 15 jours après les premières révélations— pour que le candidat à la primaire soit interrogé pour la première fois sur le sujet dans le Le Figaro. «Je n’ai que mépris pour cette officine qui depuis des années essaye sans succès de me salir», a-t-il notamment répondu. Il n’a toutefois pas été relancé par les journalistes.

Silence radio dans les JT de France Télévisions

 

Lire la suite sur : Buzz Feed News, David Perrotin, 16-11-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

41 réponses à Révélations sur Sarkozy et la Libye : « le traitement médiatique est hallucinant» par David Perrotin

Commentaires recommandés

Logic Le 22 novembre 2016 à 01h46

Maintenant qu’il n’est plus présidentiable peut-être que les journalistes vont retrouver une once de courage.
Le temps où la presse était un contre-pouvoir est révolu.

A écouter aussi sur France culture La question du jour (sur la fiabilité de Takieddine), où on apprend aussi que 33 proches de Sarkozy sont mis en examen mais pas seulement. La corruption est endémique, touchant toute la classe politique française.

  1. Logic Le 22 novembre 2016 à 01h46
    Afficher/Masquer

    Maintenant qu’il n’est plus présidentiable peut-être que les journalistes vont retrouver une once de courage.
    Le temps où la presse était un contre-pouvoir est révolu.

    A écouter aussi sur France culture La question du jour (sur la fiabilité de Takieddine), où on apprend aussi que 33 proches de Sarkozy sont mis en examen mais pas seulement. La corruption est endémique, touchant toute la classe politique française.


    • Julien Le 22 novembre 2016 à 08h59
      Afficher/Masquer

      “Le temps où la presse était un contre-pouvoir est révolu.”

      C’est logique, les gens ont milité sans cesse pour que ce soit l’état qui finance la presse. Au titre de “l’aide à la presse” ou de “la diversité culturelle”.

      Ce faisant, on a oublié le principe qu’on ne mord pas la main qui nous nourrit, valable aussi pour la presse.

      La presse, nourrie par les hommes d’état, n’ira jamais faire office de contre pouvoir parce qu’elle n’est pas indépendante de ce même pouvoir; et l’indépendance commence déjà par l’indépendance financière.
      Pas étonnant dès lors que certains blogueurs ou youtubers soient plus mordants vis à vis des politiciens que ne l’est la presse : eux n’ont pas le pistolet sur la tempe qui dit “gaffe à ce que tu dis, sinon je te retire tes subventions”.


      • Gérard du Biolo Le 22 novembre 2016 à 12h44
        Afficher/Masquer

        Plus que les subventions publiques je crois que c’est le fait qu’en France 90% des médias soient la propriété de 9 milliardaires qui est responsable de l’absence de sens critique des journalistes contre tout ce qui fait partie de “l’establishment” ….


    • Barbe Le 22 novembre 2016 à 11h18
      Afficher/Masquer

      Il n est plus présidentiable. Mais comment le croire quand il dit qu’il renonce ?
      Je le vois bien ministre de la justice du gouvernement fillon.


  2. Geronimo Le 22 novembre 2016 à 02h40
    Afficher/Masquer

    Il s’agit pourtant d’envoyer au trou tous les corrompus qui gravitent autour de Sarkozy, la plupart sont encore en état de nous nuire.


    • Winstonsmith Le 22 novembre 2016 à 09h55
      Afficher/Masquer

      Aucun n’ira au trou. Vous en connaissez un qui est passé par la case prison? Les élites sont solidaires. Elles se tiennent toutes entre-elles “tu me lâches, tu coules”

      Nous le peuple, le sommes pas.

      En complément des témoignages accablants il y a aussi et pas évoqué par le clergé médiatique le rapport du parlement anglais sur le rôle et l’empressement de Sarkozy à l’intervention en Libye.
      [modéré]


  3. RonRon Le 22 novembre 2016 à 06h04
    Afficher/Masquer

    Rien d’irréfutable, alors quelle question posée qui ait le moindre intérêt ?
    Soyons clair, Sarko serait sûrement condamné, si le monde tournait rond et sur le base de l’intime conviction. Il est coupable pour les journalistes de ne pas parler des indices. Mais quel intérêt de lui poser des questions dont on connait parfaitement les réponses ?
    Si le monde tournait rond, ça fait un bail que cette affaire aurait été jugé.


    • bof Le 22 novembre 2016 à 06h39
      Afficher/Masquer

      C’est la règle pour un bon enquêteur de poser les questions dont il connaît les réponses.

      Mais il faut des preuves pour condamner de manière certaine.

      Les militants de droite l’on exclu d’une responsabilité probable.
      Personne n’est dupe.


    • SanKuKai Le 22 novembre 2016 à 10h31
      Afficher/Masquer

      Mais l’interêt majeur serait simplement de le mettre mal à l’aise, pardi!
      Comme dit Bof, c’est la règle de tout enquêteur qui cherche la vérité. Une fois le suspect émotionnellement atteint il y a plus de chances de lui soutirer des informations.

      Quand l’interviewé est Jacques Cheminade, les questions agressives, à charge et sans preuves ne manquent pas. Donc les journalistes en sont tout à fait capables.


  4. Bolivarien Le 22 novembre 2016 à 06h21
    Afficher/Masquer

    Ah bon ? ” qu’on n’en parle plus ? ”
    Le devoir de mémoire à géométrie variable ?
    Combien de morts à cause de Sarkozy/BHL avec la guerre en Libye et toute la suite?

    Traiter les causes est une urgence aussi extrême que traiter les symptômes.
    Arrêter d’entretenir le chaos au Moyen Orient, ou la pauvreté en Afrique, dans le seul but d’ exploiter les richesses .

    Malheureusement cet individu n’ira jamais en prison (c’est la Justice à géométrie variable..)
    On imagine facilement le deal avec Fillon : je vote pour toi, mais quand tu seras Président tu feras en sorte “qu’on n’en parle plus”.

    Idem pour Clinton , Trump ne parle plus de la mettre en prison.


  5. Joanna Le 22 novembre 2016 à 06h50
    Afficher/Masquer

    L’éventuel financement n’est qu’un aspect de ce qui nous est peut-être caché.
    Le reste ce serait la vérité sur ce qui s’est peut-être passé sur le sol libyen en octobre 2011.

    On peut remarquer que N. Sarkozy en tant que Président, F. Fillon en tant que Premier ministre et A. Juppé en tant que ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, étaient tous aux manettes dans cette période.


    • Eric83 Le 22 novembre 2016 à 10h11
      Afficher/Masquer

      Comme vous avez raison de rappeler ces faits concernant les trois “vainqueurs” des primaires des républicains.
      Dans un véritable Etat de Droit, Sarkozy, Fillon et Juppé n’auraient pas pu se présenter à une quelconque élection car ils auraient à minima été déchus de leurs droits civiques.
      Dans un véritable Etat de Droit, ils auraient déjà été jugés et condamnés pour avoir déclenché une guerre illégale et illégitime en Lybie, guerre qui a des conséquences catastrophiques pour l’Humanité depuis 2011 et pour nombre d’années encore.


      • Ghislaine ROUDIL Le 22 novembre 2016 à 11h17
        Afficher/Masquer

        Pourquoi Fillon ? Il n’a rien à se reprocher . Et jusqu’à présent, il n’y a pas de preuves tangibles concernant N Sarkozy ! Seul Jup
        pé se trimbale des casseroles avérées + son implication dans l’affaire du Génocide des Tutsis de l’Intérieur au Rwanda et son refus d’intervenir pour sauver les Moines de Tibhirine !


        • Didier Le 23 novembre 2016 à 01h51
          Afficher/Masquer

          A part son utilisation des avions du GLAM pour aller passer un week-end dans sa gentilhommière, peut-être ?

          Mais voyons… c’est tellement bénin…


    • LBSSO Le 22 novembre 2016 à 21h33
      Afficher/Masquer

      F Fillon a reconnu son erreur:

      « Nous aurions dû nous en tenir à la résolution des Nations unies. Mais nous sommes allés bien au-delà. Ce fut une erreur d’analyse. »
      « Nous aurions dû nous en tenir à la résolution des Nations unies. Mais nous sommes allés bien au-delà. Ce fut une erreur d’analyse. »

      Propos tenus le 13 juillet à Paris,


      • patrick Le 23 novembre 2016 à 19h36
        Afficher/Masquer

        Une erreur d’analyse qui est devenu un crime de guerre


  6. Alain Le 22 novembre 2016 à 06h54
    Afficher/Masquer

    A quoi cela aurait-il servi de poser une question? Quelqu’un pourrait-il croire que Sarkozy allait tout d’un coup se mettre à table? Qui plus est en pleine campagne électorale? Qu’il pourrait être déstabilisé? Il est bien trop malin pour cela


    • Prométhée Enchaîné Le 22 novembre 2016 à 13h06
      Afficher/Masquer

      Ne pas poser la question, qui bien évidemment devait être balayée d’un revers de main, c’est aussi nourrir le soupçon de complaisance des journalistes à l’égard des politiques. Un peu comme si les journalistes n’avaient pas posé la question à Cahuzac au moment des révélations Mediapart. Bien sûr qu’il allait nier farouchement. Mais au moins, a posteriori, l’intégrité des interviewers est sauve, quand en parallèle, certains confrères des journalistes de Mediapart les traînaient dans la boue.
      En outre, la réponse de “l’accusé” peut aussi fournir diverses indications.
      Quand M. Sarkozy se défend en montrant qu’il peut lui aussi calomnier un journaliste (il avait simulé une calomnie faite à un journaliste pour montrer qu’il était facile d’asséner : la conclusion à tirer de son petit jeu de rôle était que les journalistes le calomniaient) plutôt qu’en se réfugiant derrière le processus judiciaire et la présomption d’innocence, ou tout autre argument purement rationnel, on apprend quand même un peu sur le personnage… Même si on commence à le connaître. Ne pensez-vous pas ?


  7. Nade Le 22 novembre 2016 à 07h23
    Afficher/Masquer

    Poser la question, c’est ce positionner. Pas faire comme si ça nous était égal, consentants et moutonniques.

    C’est aussi faire passer une info, instiller le doute.

    C’est ma grande question à moi : pourquoi tant de gens ne se posent pas de question ?


  8. Duracuir Le 22 novembre 2016 à 07h27
    Afficher/Masquer

    Les patrons de presse sont entrain de casser leur poupée.


  9. LA ROQUE Le 22 novembre 2016 à 07h27
    Afficher/Masquer

    Par contre des ouvriers désespérés qui déchirent la chemise de leur patron cela fait
    la une de tous les médias avec des titres bien choisis pour salir ces malheureux.
    Avec en plus les invectives du procureur lors de l’audience:

    “Casseurs”, “voyous”…
    “Lors de ses réquisitions dans le cadre de l’affaire de la chemise arrachée d’Air France, le procureur a requis des peines relativement légères. Mais les mots ont pesé lourd dans les débats”.
    Auraient t’ils (médias et procureurs) les mêmes adjectifs si un procès avait lieu pour
    Mr Sarkozy?


  10. reneegate Le 22 novembre 2016 à 08h01
    Afficher/Masquer

    allez dire cela à tous ceux qui sortent du tribunal menottés, à ceux aussi qui voient leurs allocations suspendues pour ne pas avoir répondu dans les délais à pole emploi, et ce sur des injonctions de plus de sévérité par ce même individu que vous souhaitez laisser hors la loi tranquille. L’urgence comme vous dites est justement à la justice et à l’égalité. Vous laissez penser à de l’acharnement alors qu’il s’agit dans son cas de laxisme. Qu’il soit poursuivit pour des délits aussi graves et des sommes aussi élevées s’est vraiment le minimum.


  11. larousse Le 22 novembre 2016 à 08h01
    Afficher/Masquer

    Sous prétexte de “convenances” ou de “politesse”, les journalistes français sont souvent des “cireurs de pompe” face aux hommes politiques de la Droite aux Socialistes, il n’y a que face aux extrêmes et minorités : du FN, Dupont-Aignan à Melenchon qu’ils osent les bousculer. Bref des “pétochards”…


    • sissa Le 22 novembre 2016 à 21h35
      Afficher/Masquer

      Et encore, ils sont devenus nettement moins “courageux” avec le FN depuis que l’accession au pouvoir de ce parti appartient au domaine du possible…


    • clauzip12 Le 24 novembre 2016 à 00h38
      Afficher/Masquer

      Quand Mr Hollande parle de lâcheté à l’ endroit des magistrats,il a certainement ,au poste de président notamment,des éléments non publics qui le lui permettentmalheureusement.
      J’ai appris plus d’un an avants le décès du président Pompidou qu’il était condamné médicalement.
      Je me suis tu totalement parce, que tenant l’info d’une personne liée par le secret professionnel.
      Le milieu des affaires et politique parisien a eu connaissance de cette info.
      Pourtant rien n’a filtré dans les médias alors que lors des derniers mois ,sa capacité à gouverner devait être pour le moins réduite.
      Les milieux dont je parle plus haut son détenteurs d’informations majeures qui expliquent le pourquoi de décisions et actes politiques incompréhensibles soit par leurs insuffisances ou leur intentions trop spécifiques et enfin l’absence de décision .


  12. Philippe30 Le 22 novembre 2016 à 08h13
    Afficher/Masquer

    Bien sûr pourquoi pas ….

    Une sorte d’immunité pour certains et par contre le pauvre gars qui va voler une boite de conserve à 2 € sera jeter en prison ….

    Voila une vision très seigneuriale de la justice et du droit.

    En France il y a des lois , des règles et des délits.

    Il me semble que Sarkozy en tant qu’avocat doit connaitre ces règles et les conséquences de ses actes délictueux

    Philippe


  13. RGT Le 22 novembre 2016 à 08h30
    Afficher/Masquer

    “S’il n’y a toujours aucune preuve tangible concernant un financement de la campagne de Sarkozy…”

    Si vous arrivez à trouver une preuve tangible de financement nauséabond d’un candidat “honorable” je vous décerne immédiatement la Haute Croix Wikileaks.

    Seuls les crétins réellement finis se font prendre le doigt dans le pot de confiture, tellement imbus de leur “immunité” qu’ils finissent par commettre des fautes que ne feraient pas un gamin de 3 ans.

    La base du financement occulte, c’est justement de pouvoir passer à travers les mailles du filet.

    Ils sont tellement cons qu’il n’arrivent même pas à prendre les précautions élémentaires pour ne pas se faire choper.

    Et vous allez voter pour ces gugusses ?
    Quels qu’ils soient d’ailleurs, le financement d’un parti et d’une campagne nécessite des sommes colossales qu’il est impossible de trouver par des moyens légaux.


  14. Nicolas D. Le 22 novembre 2016 à 09h45
    Afficher/Masquer

    Ce genre d’affaires emm… les journalistes. C’est ne pas tant qu’ils ne veulent pas en parler. C’est qu’ils n’ont pas le début d’une piste à creuser. Il y a un média – Médiapart (un peu Le Monde aussi pour être honnête) – qui suit cette affaire et qui a tous les contacts. Les autres ne savent pas où commencer. Est-ce qu’il y a du vrai, ou non, ils n’en savent rien. Or, le demander à Sarko ne sert pas à grand chose quand on n’a aucun argument à lui opposer. Je parle d’arguments tangibles pas que des accusations d’un intermédiaire aux abois. Donc, ils ne savent pas quoi faire.

    Reprendre l’enquête en cours serait la solution. Mais c’est super difficile. Même la justice qui possède des pouvoirs d’investigation a du mal, imaginez un journaliste… Et puis entrer en contact avec les protagonistes de l’affaire est plus que complexe – vous savez comment obtenir des informations d’anciens agents des services secrets libyens ?

    Bref, ce n’est pas pour excuser les journalistes – ils auraient dû commencer à enquêter bien plus tôt – mais c’est typiquement l’exercice difficile pour eux. Un peu comme les infos de Denis Robert sur Clearstream. Pas facile d’aller les confirmer ou les infirmer…


    • RGT Le 22 novembre 2016 à 18h12
      Afficher/Masquer

      Les “journalistes” n’osent pas enquêter sur ce genre d’affaire…

      Sans doute aussi à cause de la “proximité” des actionnaires de leur torchon avec les inculpés.
      On ne sait jamais, peut-être qu’en grattant un peu ils auraient des révélations pour le moins “gênantes” pour leur employeur bien-aimé.

      Je te tiens, tu me tiens par la barbichette…

      Dans le cas des “journalistes”, ils ne tiennent personne, ils se contentent d’être tenus, et bien fermement.


    • Alfred Le 22 novembre 2016 à 18h28
      Afficher/Masquer

      Pour confirmer les dires de Denis Robert… Ben faut faire comme lui: enquêter. …
      C’est sur c’est pas facile. C’est pour ça que Denis Robert est un journaliste respecté (et pas les autres).
      Concernant Sarkozy et la lybie c’est peut être assez important pour que quelques journalistes se décident à mériter leur salaire.
      Votre commentaire finalement illustre bien l’effondrement de cette profession et des médias en général: il est devenu normal d’être payés pour un service NON RENDU au public. Enquêter? Mais ça demande des efforts et ça coûte cher! Sans blagues. C’est quoi déjà le salaire d’un grand reporter en PQN? La pub NOUS la payons. Les aides à la presse NOUS les payons. L’obole pour le torchon il ne reste plus grand monde pour la payer. C’est bien normal.


  15. Farah Le 22 novembre 2016 à 10h05
    Afficher/Masquer

    Si Takieddine remettai une petite enveloppe à Tartempion ou Barbanchu de la fonction publique (Policier, Douanier, Juge, etc…) tout le monde va crier halte à la corruption et personne ne va chercher à savoir à quoi pourrait servir cet argent. Il serait étonnant qu’un journaliste ait un apriori favorable et émette l’hypothèse que ces braves messieurs/dames vont dépenser cet argent uniquement pour promouvoir leur image en vue d’obtenir un avancement de leurs supérieurs.

    Par contre lorsque le même Takieddine remet des valises bourrées des billets à des oligarques on nous rabat les oreilles avec des arguties genre financement de campagne électoral, patati patata…. vous êtes sûr qu’ils ne font pas autre choses avec tous ces blés ? par exemple s’acheter des Rolex ou des costards.


  16. Larousse Le 22 novembre 2016 à 11h39
    Afficher/Masquer

    D’après mes souvenirs, dans une émission de télévision, il fut dit que les Français ont beaucoup contribué au repérage de la colonne de voitures où se trouvait Khadafi et à son immobilisation avec les insurgés. Donc : Etats-Unis, France : kif, kif dans la responsabilité de son assassinat.
    ps; ou alors les Français se sont encore vantés ?


  17. Julie Le 22 novembre 2016 à 12h28
    Afficher/Masquer

    Ne soyons pas injustes; ces révélations ont bien fait une victime collatérale: D. de Villepin, qu’on entendait ci et là en quête de maroquin futur.


  18. djodan Le 22 novembre 2016 à 16h40
    Afficher/Masquer

    Il semble que l’ex aime beaucoup les valises remplies de billets. N’était-il pas le trésorier de Ballamou lorsque des valises de billets de 500 F étaient déposées sur un compte d’une banque parisienne?


  19. Yonatan Le 22 novembre 2016 à 16h57
    Afficher/Masquer

    “La justice dispose aussi d’écoutes téléphoniques accablantes. «Oui, ils cherchent le lien avec Kadhafi mais ils ne cherchent pas au bon endroit», dit par exemple l’avocat franco-djiboutien Mohamed Aref dans une conversation interceptée par la police.”

    C’est là que BHL est venu. Il savait (ou avait-on dit) qui contacter pour ouvrir la voie à Sarkozy de l’intervention. [Anglais traduit par Google, pardonnez-moi]


  20. amer Le 22 novembre 2016 à 22h58
    Afficher/Masquer

    Un peu d’humour avec Coluche : les hommes politiques

    https://m.youtube.com/watch?v=zSmbM3aa3hs


  21. FracoisG Le 23 novembre 2016 à 07h34
    Afficher/Masquer

    Question: pourquoi sarko fait il renverser khadafhi – qui sera linché et tué publiquement – alors que celui ci a financé sa campagne? Quelqu’un peut expliquer?


    • djodan Le 23 novembre 2016 à 18h26
      Afficher/Masquer

      La réponse paraît évidente vu la façon dont est posée la question!


      • FracoisG Le 23 novembre 2016 à 23h17
        Afficher/Masquer

        Si on ajoute ceauchesku exécuté dans le même scénario, ça fait vraiment beaucoup. Lorganisation tribunaux de guerre doit être revue il me semble.


  22. L'illustre inconnu Le 25 novembre 2016 à 17h11
    Afficher/Masquer

    Vous avez oublié le débat de la primaire le 17 novembre. Pujadas lui a posé la question et sarko lui à demandé s’il n’avait pas honte de colporter ce genre de rumeur..etc etc.
    http://www.20minutes.fr/politique/1963923-20161117-video-primaire-droite-honte-sarkozy-esquive-question-financement-libyen

    Cependant ça ne change pas grand chose dans le fait qu’il s’agit en effet d’un silence plutôt assourdissant dans nos medias.


Charte de modérations des commentaires