Les Crises Les Crises
9.février.20199.2.2019
Article LesCrises

Conspiracy Watch : Analyse de leur second fake sondage : « Êtes-vous un con ? »

Il y a un an, nous avions réalisé une longue analyse (voir ici) du premier sondage Conspiracy-Watch/Fondation Jean Jaurès (PS) sur « le complotisme », qui avait lancé la Fake-News de “79 % de Français complotistes”. Nous étions d’ailleurs loin d’être les seuls à avoir dénoncé la vaste fumisterie de ce précédent sondage. Vous retrouverez tout cela […]
Merci 1612
J'envoie

Il y a un an, nous avions réalisé une longue analyse (voir ici) du premier sondage Conspiracy-Watch/Fondation Jean Jaurès (PS) sur « le complotisme », qui avait lancé la Fake-News de “79 % de Français complotistes”.

Nous étions d’ailleurs loin d’être les seuls à avoir dénoncé la vaste fumisterie de ce précédent sondage. Vous retrouverez tout cela en détail dans le lien précité.

La deuxième vague est donc sortie hier – et pose pratiquement les mêmes problèmes.

Comme l’objectif revendiqué du site Les-Crises.fr est de lutter contre TOUS les complotismes, nous allons donc nous intéresser à ce sondage, qui relève de ce que Frédéric Lordon appelle avec une justesse « le complotisme de l’anti-complotisme » (nous vous recommandons son article majeur où il analyse le phénomène), et vous montrer qu’il est cette fois encore pratiquement inexploitable, car grandement manipulateur.

Sources : Sondage 2019 ; Analyse du Sondage 2019 ; Sondage 2018 ;

Plan du billet :

    1. Présentation méthodologique de l’étude
    2. Le mépris politique et de classe
    3. Le rendu presse : panique à tous les étages
    4. Analyse du sondage : les questions centrales
    5. Les autres problèmes méthodologiques de cette étude
    6. L’énorme biais de principe de ce genre d’étude
    7. Quels objectifs ? Cibler Internet ?
    8. Quels objectifs ? Psychiatriser l’adversaire ?
    9. Un exemple de psychiatrisation : l’échelle de Bruder
    10. Quels objectifs ? Limiter la liberté d’expression ?
    11. Cadeau pour l’Ifop : les réactions à son sondage
    12. Le pompon : Bonus « Gilets Jaunes »
    13. Boycott de l’Ifop
    14. Résumé de cette étude et Conclusion

I. Présentation méthodologique de l’étude

Depuis l’année dernière, un seul progrès a été accompli au niveau de la méthodologie : il y a enfin une réponse possible « Sans opinion » (ce qui était quand même la BASE à respecter pour prétendre être en présence d’un sondage réalisé par des professionnels).

Hélas, l’étude reprend à peu près tous les autres biais présentés l’année dernière, et il en ressort qu’elle cherche surtout à convaincre que le « complotisme » est un problème répandu – ce qui pose question quant à sa bonne foi. C’est d’ailleurs assez logique, car il s’agit ni plus ni moins du fonds de commerce de l’officine Conspiracy Watch (dont nous avons déjà présenté les méthodes douteuses dans ces billets) qui l’a créé. En somme, c’est un bon moyen de donner du sens à l’activité terriblement creuse de « la chasse aux conspis ».

Le problème majeur est que ce sondage vise à mieux comprendre un phénomène marginal, qualifié hâtivement de : « LE complotisme ». On voit que la stratégie à l’œuvre consiste à accréditer l’idée qu’il existerait « UN complotiste », un individu louche, a priori normal, mais doté d’un esprit pathologique, sous-éduqué et votant bien sûr aux « zestrèmes ».

Bien entendu, dans certains cas, nous ne nions évidemment pas qu’il y ait un sujet d’analyse. Mais on voit bien ici qu’il y a une volonté d’essentialiser les personnes.

Or, le problème qu’on observe en réalité est que, sur un sujet particulier, une personne peut AVOIR une croyance « complotiste », erronée (ou stupide), mais c’est déjà très différent que de dire qu’une personne EST complotiste.

Ce passage de l’avoir à l’être est assez important à relever, car c’est une rhétorique qui peut vite devenir dangereuse, amener aux amalgames et aux généralités idiotes. Car ainsi, il y aurait les individus « malades » (complotistes) et les individus « sains », miraculeusement protégés de toute forme de « complotisme »…

Ce mode de pensée est inquiétant, car, sous la pression du pouvoir en place (lequel tend à se radicaliser de plus en plus), il conduit à des idées et actions liberticides, pour mettre au pas ceux qui auraient une pensée jugée « déviante ».

II. Le mépris politique et de classe

Une forme de mépris, politique et de classe, est éminemment présente dans cette étude. Cependant, il est vrai que le mépris de classe semble s’être rependu dans la plupart des grands médias (on le voit tout particulièrement en cette période de manifestions des gilets jaunes).

Nous le soulignons tout de même avec insistance, car cela montre que l’étude en question poursuit également une finalité politique – elle est cofinancée par la fondation Jean Jaurès, une officine du PS. Jugez-en par vous même :

Les jeunes, les bêtes ?

Les pauvres, les « riens » ?

Les ZÉSTRÊMES !

Le meilleur rendu de ce mépris s’est probablement retrouvé dans le Figaro :

Nous nous proposons d’ailleurs dans le point suivant une analyse du rendu dans les titres de presse.

III. Le rendu presse : panique à tous les étages

La presse semble avoir de nouveau oublié tout esprit critique.

Elle n’a d’ailleurs généralement interviewé aucun spécialiste des sondages pour donner un autre point de vue sur cette étude. Le rendu s’est limité à reprendre le communiqué de Conspiracy Watch, les articles devenant donc du « publi-reportage ». Ils ont ainsi contribué à inquiéter la population sans grande raison :

Inquiétude ou Alarme ? – telle est la question… (sources : 1, 2)

Et en plus, ils sont « stupides » ces Français (sources : 1, 2, 3) :

Notons qu’avec 21 % de complotistes, il semble y avoir du « progrès » par rapport à l’année dernière, comme on le voyait ici (source) :

Il y a eu ceci aussi (source – on note qu’il y a eu une dépêche AFP) :

La question sur l’attentat de Strasbourg a fait recette (sources : 1, 2, 3, 4, 5, 6) :

Ceci est encore plus intéressant (source : 1, 2) :

Car, outre pointer les jeunes (qui justement n’achètent plus guère cette presse…), il est stupéfiant de voir se répandre l’idée que ce phénomène marginal serait en développement, alors que rien ne prouve que c’était mieux il y a 10, 50 ou 100 ans…

Mais par chance, Le Parisien a identifié les coupables (source) :

Les réseaux sociaux, les jeunes, les zéstrèmes… Or, comme :

Vite : il faut que le gouvernement vote une loi pour nous protéger ! (source)

Bref, le fléau du mal-journalisme : une menace pour la Liberté d’expression !

IV. Analyse du sondage : les questions centrales

Le cœur du sondage est là, avec ces 10 « affirmations complotistes » :

Comme on va le voir, ce sondage contient de nouveau de très nombreuses questions vagues, trompeuses et/ou à signifiants multiples, comme celle sur le ministère de la Santé.

Il mélange aussi des questions qui relèvent de « complotismes » très différents – entre « le ministère de la Santé n’est pas toujours un exemple d’éthique » et « Les Américains ne sont jamais allés sur la lune », il y a une sacrée marge… Que les créateurs assument d’ailleurs totalement, comme on le verra plus loin.

Penchons-nous donc sur ces questions :

1/ « Le ministère de la Santé est de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins ». Que va vouloir dire quelqu’un qui dit « Plutôt d’accord » ? Qu’il y a une collusion entre le ministère et l’industrie (c’est déjà arrivé), que le ministère peut cacher certaines vérités au public dont il ne défend pas les intérêts (on se souvient du scandale du sang contaminé…), etc. ? Bref, c’est une question construite pour maximiser le nombre de réponses positives, car de toute évidence le domaine de la santé est très émotionnel et a connu par le passé de nombreux scandales…

2/ « L’accident de voiture au cours duquel Lady Diana a perdu la vie est en fait un assassinat maquillé » : ici, la question est claire. Mais le problème est qu’on parle d’un événement qui a donné lieu à de nombreuses polémiques et accusations, qui a aussi été beaucoup récupéré et « romancé », qui a donné lieu a de nombreux reportages à la télévision, avec en particulier les accusations du père d’une des victimes, Mohamed Al-Fayed, milliardaire Président du Conseil administration des hôtels Ritz (source). Bien sûr tout ceci ne justifie pas de déclarer qu’on est certain qu’il y a eu un complot (c’est stupide, car il n’y a pas eu de complot). Mais voilà, cela explique que beaucoup des personnes peuvent en effet émettre quelques doutes (« Plutôt d’accord » ou « Plutôt pas d’accord »). Or, l’essentiel est que 90 % des sondés ne déclarent pas qu’ils sont sûrs qu’il y a eu « complot » !

3/ « Les Illuminati sont une organisation secrète qui cherche à manipuler la population ». Ici, cela confine à la plaisanterie, car on peut vraiment répondre oui. C’est la définition même de ce qu’on appelle « Illuminati ». Tout comme on peut dire oui à : « Une licorne est un cheval avec une corne ». Ou « Luke Skywalker est un jedi », « Bugs Bunny est un lapin »… Cela ne veut pas dire que ça existe ! Et ils ont même écrit « cherche à manipuler » et pas « manipule », ce qui est aussi très différent. Il y a plein de gens qui cherchent à manipuler la population (suivez mon regard d’ailleurs…). Peut-être même qu’il existe quelque part un groupuscule de 7 personnes dans une cave qui a choisi de s’appeler Illuminatis, qui « cherchent à manipuler la population », en priant très fort… Ainsi il y a probablement plein de « sociétés secrètes » qui « cherchent à manipuler » (le monde ne manque pas de fous et de manipulateurs) ; mais fort heureusement, à peu près aucune n’y arrive…

Notons que l’Ifop a retweeté l’article du Point dont le titre ne correspond radicalement pas à la question que l’Ifop a posée…

4/ « L’immigration est organisée délibérément par nos élites politiques, intellectuelles et médiatiques pour aboutir à terme au remplacement de la population européenne par une population immigrée ». On retrouve à peu près les mêmes problèmes que l’année dernière, avec une amélioration de son ancienne formulation très confuse. Voilà l’étude 2018 :

On voit qu’en précisant un peu mieux la question , on est passé de 48 % d’approbation globale l’année passée à 25 % – une paille !

Là encore, on voit que le choix de cette question est contestable pour tester un »complotisme ». Bien sûr que, littéralement, l’énoncé proposé est en effet absurde et délirant. Mais la plupart des répondants ne le prennent probablement pas ainsi – on peut douter que 25 % des Français pensent que le but des dirigeants est de gouverner une France composée uniquement de 100 % d’Africains. Mais que voient beaucoup de citoyens ? Que 1/ il y a eu une politique favorisant l’immigration, en particulier au temps des colonies puis des Trente Glorieuses et que 2/ ayant parqué beaucoup de ces populations dans des ghettos, certaines personnes ont le sentiment que, dans quelques endroits, la population a ethniquement changé. Dès lors, peut-on reprocher à des citoyens de considérer (bien à tort à notre avis) que nous sommes gouvernées par des personnes intelligentes et qu’ils ont désiré les conséquences logiques de leurs décisions ? Ainsi, bien sûr qu’il n’y a pas de « grand remplacement », mais il est malhonnête de considérer comme « complotiste »quelqu’un qui répond simplement « Plutôt d’accord » à cette question. Ainsi, c’est en fait davantage une question politique qui fait appel au sentiment d’insécurité sur lequel les politiques jouent constamment.

5/ « Seule une poignée d’initiés est capable de décrypter les signes de complot qui ont été inscrits sur les billets de banque, les logos de marques célèbres ou dans des clips musicaux ». Question très importante, nous y revenons ci-après. Soulignons cependant que, là encore, à cause de la mauvaise rédaction, on peut aussi répondre oui : car oui, il faut être sacrement « initié » pour « décrypter les signes de complot » sur des billets de banque. Mais bien entendu, ces complots-ci sont complètement imaginaires.

6/ « Il existe un complot sioniste à l’échelle mondiale ». Là encore, que veut dire cette question ? On parle de la pire rhétorique antisémite, ou bien des gens vont-il comprendre ceci comme l’influence – réelle ou supposé – de l’État d’Israël ? Ce n’est pas tout à fait la même chose quant à la proportion de réponses « Plutôt » qu’on obtiendra. Bien sûr, il n’y a pas de « complot sioniste », et 93 % des sondés n’affirment d’ailleurs pas qu’il y ait un tel complot.

En tout cas, on comprend qu’ils aient reformulé leur question en la rendant beaucoup plus floue. Car c’était pénible pour eux, puisque les réponses à celle de l’année dernière donnaient enfin une image positive et humaniste des Français ! :

7/ « Le trafic de drogue international est en réalité contrôlé par la CIA ». Question claire, mais de nouveau sur un périmètre douteux. Les accusations et preuves d’implications de la CIA dans des trafics locaux de drogues sont multiples (voir cet article ici ; rappelons-nous des Contras [Pensée pour Gary Web, traité à tort de complotisme, et poussé au suicide]. Bien sûr, cela n’a pas grand-chose à voir avec le contrôle du trafic international. Mais ceci va donc renforcer les réponses « Plutôt d’accord ».

8/ « Le gouvernement américain a été impliqué dans la mise en œuvre des attentats du 11 septembre 2001 ». Là encore, certaines personnes risquent de répondre « Plutôt d’accord », car le Gouvernement est responsable de n’avoir pas assez donné la priorité à la lutte contre al-Qaïda, pas écouté assez de personnes (sans avoir voulu l’attentat). Sans même parler du fait qu’ils ont fortement soutenu Ben Laden en Afghanistan ; si le gouvernement américain avait toujours été non-interventionniste, Ben Laden n’aurait jamais créé Al-Qaïda, et le World Trade Center serait toujours là… Mais il est rassurant de voir que seuls 6 % des sondés répondent « Tout-à-fait d’accord »… À comparer avec la question de l’année dernière :

On ne peut que recommander à l’avenir d’utiliser une formulation du genre « Le 10 septembre 2001, le Président américain George Bush savait qu’un terrible attentat frapperait sa population le lendemain ». Ce n’est pas si difficile quand même !

9/ « Certaines traînées blanches créées par le passage des avions dans le ciel sont composées de produits chimiques délibérément répandus pour des raisons tenues secrètes ». À comparer à la même question l’année dernière :

Avec 5 +10 % = 15 %, il y a 25 % de soutien en moins par rapport à l’année dernière pour la même question, ce qui montre la très faible robustesse de la mesure.

10/ « Les Américains ne sont jamais allés sur la lune et la NASA a fabriqué des fausses preuves et de fausses images de l’atterrissage de la mission Apollo sur la lune ». Cela aurait gagné à être plus clair, comme nous l’avons observé l’année dernière. À comparer à la même question l’année dernière :

Avec 3 + 6 % = 9 %, il y a 43 % de soutien en moins par rapport à l’année dernière pour la même question, ce qui montre encore la très faible robustesse de la mesure.

On constate ainsi que sur ce genre de questions la marge d’erreur pratique est donc d’au moins 5 points, et peut-être jusqu’à 10 points.

Mais ces écarts importants (et assez logiques, vu qu’on sonde un phénomène marginal !) ne gênent pas Rudy Reichstadt :

« Comme les « Tout-à-fait d’accord » varient peu, ce n’est pas très grave si les « Plutôt d’accord » varient beaucoup – vu que je somme les deux pour définir l’adhésion au complotisme ! » On en rirait presque, si ce n’était pas si grave…

Enfin, on peut sans doute faire un lien entre ce problème méthodologique et ce résultat de la question annexe qui a été posée sur l’attentat de Strasbourg :

d’autant qu’on peut la mettre en relation avec une question très proche, posée l’année dernière, au résultat assez différent :

On soulignera enfin que ce genre d’attitude déplorable du Gouvernement, qui ne génère aucune protestation publique ne peut qu’accentuer ces déplorables tendances « complotistes » (source) :

V. Les autres problèmes méthodologiques de cette étude

Comme l’année dernière, soulignons qu’un des gros problèmes est lié au fait qu’on interroge et publie les opinions des gens sur des théories « complotistes » qu’ils ne connaissent généralement pas :

Quand 69 % des gens n’ont jamais entendu parler de la théorie des traînées d’avion, quelle valeur accorder aux réponses « Oui » ou « Non » réalisées par 79 % des gens ?

Il semblerait logique de ne s’intéresser qu’aux réponses des personnes qui ont entendu parler de la théorie – ou même qui ont vraiment étudié un peu la question.

Mais on tombe sur ce type de conséquence – on a d’ailleurs ici du grand Rudy Reichstadt :

=> Hé oui, les théories du complot que personne ne connait sont étonnement très peu populaires… ! (sic.)

On arrive en fait à un deuxième biais, puisqu’on dispose du résultat suivant :

Nous avons lu de mauvaises interprétations du fait, par exemple, que 31 % des sondés déclarent connaître la théorie des traînées d’avions et que 15 % (5+10 %) y adhèrent plus ou moins.

Bien sûr que ces derniers chiffres sont probablement exagérés, mais le ratio 15/31 (signifiant que « la moitié des gens qui connaissent la théorie y adhéreraient ») n’est pas en soi un indice d’erreur.

Le souci est en effet que, plus on cible des théories délirantes, plus on cible des théories marginales, donc ceux qui la connaissent sont de plus en plus des « complotistes » – car qui aura principalement entendu parler de délires complotistes, perdu du temps à les analyser, à part les complotistes ?

À la limite, cette diapositive montre en réalité qu‘il y a une très forte proportion de « complotistes » chez les « complotistes »…

 

Mais le problème le plus gênant est en fait lié à ceci – qui jette une énorme suspicion sur les créateurs de l’étude :

« Un éventail très large de théories du complot ». Eh bien pas du tout en fait, l’éventail n’est large que sur la plausibilité, mais c’est un point secondaire.

Le biais colossal est que ne sont testées QUE des théories du complot « non-mainstream », dont on se doute bien qu’elles vont aboutir à ces résultats prévisibles quant à la corrélation avec le niveau d’étude ou le positionnement politique. Par exemple, ceci n’est jamais testé :

Comme l’a noté aussi Guillaume Champeau dans ce billet :

« Mais il faut constater son biais idéologique qui annihile, selon moi, une part du crédit scientifique que l’on peut accorder à cette étude, et impose de prendre avec pincettes les conclusions sociologiques que l’on peut en tirer. Tout est en effet dans le choix des « théories du complot » qui sont testées dans le sondage. […] on peut supposer par avance qui si elles sont populaires, elles seront plutôt populaires chez les individus qui n’ont pas une place élevée dans la hiérarchie sociale. Dès lors, il est logique et attendu que les conclusions de l’étude démontrent que ceux qui croient aux théories du complot sont surtout des pauvres, mal éduqués, qui votent pour les extrêmes, et des jeunes qui n’ont pas de recul sur l’actualité ou sont intoxiqués aux réseaux sociaux.

Or quels auraient été les résultats si l’on avait proposé d’autres théories du complot ? Par exemple :

  • Les gilets jaunes sont un mouvement créé ou entretenu par la Russie pour déstabiliser le gouvernement ;
  • Christophe Dettinger a été aidé par un avocat d’extrême-gauche, ça se voit, il n’a pas les mots d’un boxeur gitan ;
  • Le RIC est une idée poussée par l’extrême-droite pour faire revenir la peine de mort ;
  • Les serveurs Huawei sont équipés de mouchards qui permettent aux Chinois de nous espionner ;
  • Donald Trump est un agent russe ;
  • Mediapart est une officine au service de l’opposition.

Ce sont tout autant des théories du complot non démontrées (ce qui ne veut pas dire qu’elles sont toutes fausses), mais ce ne sont pas celles retenues et donc testées par Conspiracy Watch et la Fondation Jean Jaurès. Il est pourtant probable qu’au moins une partie de ces théories aurait été approuvée, pour le coup, par des citoyens parfaitement bien informés, éduqués, rémunérés… ce qui aurait beaucoup modifié la cartographie sociologique des résultats. Le choix des propositions énoncées oriente donc la conclusion des réponses. »

Et comme l’a justement écrit Acermendax ici :

« Les sondeurs ont choisi un certain nombre de croyances conspi, mais ils n’ont pas épuisé tout le spectre. Dès lors se hasarder à faire (comme il y a un an) un comparatif entre les différentes sensibilités politiques pour voir « qui c’est les plus conspis » est une faute. On pouvait appeler ça une erreur il y a un an, désormais c’est plus grave.« 

Il est quand même scandaleux qu’une fondation qui porte le nom de Jean Jaurès ait ce genre de comportement.

 

Autre problème, très important : l’étude parle de « complotisme » pour les personnes qui adhèrent « Tout à fait » ou « Plutôt » à une théorie du complot. C’est un choix vraiment discutable. Ou vous croyez à la théorie, ou vous n’y croyez pas ; que vous doutiez un peu, beaucoup passionnément ou à la folie c’est un point subalterne.

D’ailleurs, le choix de 4 réponses possibles peut pousser plus de sondés vers la rubrique « Plutôt ». On pourrait aussi considérer que, une théorie du complot, on y croit ou on n’y croit pas, le « peut-être » est ici ambigu.

Cela apparait dans le choix qu’a fait Conspiracy Watch de gommer les sans-opinions dans certains graphiques, comme ici pour le plus important :

Si on trace correctement le graphique, on a ceci – ce qui change la perception :

Bien entendu, si on veut se concentrer sur les « complotistes », et pas simplement des personnes qui ont quelques doutes, on peut réaliser ce graphe, qui relativise le phénomène :

Comme quoi, il est assez facile de modifier les perceptions d’un même phénomène.

 

Dernier problème, lié à un des précédents : comme l’année dernière, regroupant choux et carottes, l’étude agrège toutes les réponses pour créer une sorte d’indicateur de complotisme (que le commanditaire a intérêt à gonfler au maximum, vu que c’est son fonds de commerce) :

D’ailleurs, il est sûr que si l’auteur teste 200 théories du complot (surtout qu’il y met tout et surtout n’importe quoi), il va bien arriver à prouver qu’une vaste majorité des Français croit au moins à 5 théories…

On voit que Rudy Reichstadt accrédite en l’espèce l’idée que 21 % des Français seraient « très poreux » aux théories du complot. Le chiffre devrait tout de même interpeller, quand on voit le niveau de la plupart des théories, et induire une réflexion méthodologique. Il n’en a rien été ; nous allons donc nous en charger.

VI. L’énorme biais de principe de ce genre d’étude

Il y a un point central, que personne ne relève : que teste-t-on dans ce sondage en réalité ? Le « complotisme », certes. Mais, pour faire simple, cela revient à tester, la crédulité, voire la franche stupidité des sondés (rappelez-vous de la question « la Terre est-elle plate ? » de l’année dernière). En plus, les sondés ont bien vu l’utilisation politique qui a été faite de ce sondage l’année dernière – pour dire qu’une part importante de Français sont bêtes.

C’est assez inédit dans le monde du sondage ! Mais peut-on sérieusement penser que sonder les gens sur « Êtes-vous un con ? » ne va pas avoir des conséquences quant à leur façon de répondre ? D’autant que l’objet du sondage est de ne s’intéresser qu’à ceux qui répondront oui…

Ainsi, qui peut répondre « Tout-à fait d’accord » à « Seule une poignée d’initiés est capable de décrypter les signes de complot qui ont été inscrits sur les billets de banque, les logos de marques célèbres ou dans des clips musicaux » et autres questions stupides de ce genre ? D’accord, il y aura en fait de vrais « complotistes » endurcis ; mais il n’y a pas qu’eux. Il y aura aussi, par exemple :

  • des personnes atteintes de troubles psychiatriques légers (qui figurent statistiquement dans l’échantillon Ifop) ;
  • plus important, des blagueurs, se moquant du sondeur ayant compris la tonalité des questions. Quand on vous a demandé votre avis sur le complot anti-vaccin, l’assassinant de Lady Di pui les Illuminatis, le sondé se rend clairement compte de ce que vous voulez savoir, et cela va probablement influencer ses réponses aux autres questions ;
  • des « provocateurs« , qui vont choisir les réponses mal vues par la société ;
  • des « protestataires » qui pourraient protester contre le climat maccarthyste « anti-complotistes » actuel, en cochant oui ;
  • et aussi des « torpilleurs« , bien décidés à ne pas répondre correctement par principe à un quelconque sondage venant du « système » ;
  • ainsi que des « vengeurs » bien décidés à ne pas répondre correctement à ce sondage précis, car ayant compris la finalité du sondeur, et étant échaudés par le traitement médiatique l’année dernière. Ces personnes seront évidemment surreprésentées au niveau du vote « antisystème » Mélenchon ou Le Pen.

Cela fait déjà au moins 7 catégories de répondants possibles, pas 1. Or ces biais importants ne sont volontairement pas étudiés, comme nous l’avions pourtant demandé l’année dernière.

Comme on ne sait pas si quelqu’un répond « Je suis d’accord » à une théorie du complot stupide, car c’est vrai ou car il plaisante, il convient de rajouter des questions de type « étalon » ou « placebo ». C’est-à-dire d’autres questions stupides, mais ne relevant pas du tout du complot, pour voir ce que répondent les gens ; du genre « Si on court, assez vite, il est possible de voler » ou « En réalité, Jules César est toujours vivant ». On ne pourra commenter les (rares) réponses d’adhésion forte aux théories du complot qu’en les comparant à ces questions étalons. Si 5 % des sondés blaguent, ce n’est pas la peine de s’affoler s’il y a 7 % d’adhésion à une théorie complotiste : ce sera non significatif.

L’année dernière, une question se rapprochait de l’étalonnage : « la Terre est-elle plate » (oui, Rudy Reichstadt avait bien compté ce délire dans « théorie complotiste » !)

2 % + 7 % = 9 %

Mais il se trouve que cette année il y a deux questions qui ne sont toujours pas « étalons », mais qui s’en rapprochent également. La première que nous n’avons pas analysée :

7 % + 16 % = 23 %

Cette question ne veut vraiment pas dire grand-chose, et ne va « parler », peut-être qu’à quelques personnes très intéressées par le « complotisme ».

D’ailleurs 68 % des gens n’en ont jamais entendu parler : mais au final, seuls 30 % des gens ne répondent pas, ce qui est très étonnant : sur quoi se prononcent les 38 % qui n’avaient pas compris de quoi il s’agissait, et qui ne peuvent toujours pas le faire au vu de la question ?

Ils en ont testé une seconde, assez hallucinante : « Il est possible d’entrer en contact avec les esprits de personnes mortes » ! :

5 % + 16 % = 21 % !!

Alors bien sûr, pour certains il s’agira peut-être d’une croyance religieuse (même si ce point ne figure pas dans la plupart des religions pratiquées en France…) ou d’une croyance spirituelle quelconque. Mais cela ne devrait représenter que quelques pourcents, pas 21 % !

La décomposition est encore plus étonnante :

On voit bien qu’une part importante des personnes qui déclarent adhérer à toutes les théories complotistes semblent également prêtes à cocher « Oui » à toutes les questions. En revanche, on reste étonné par le fait que ceux qui n’adhèrent à aucune théorie complotiste soient 11 % à répondre qu’on peut communiquer avec les morts…

On voit donc qu’on peut se dire que sur ce genre de sondage il y a un seuil de non-fiabilité de 10 à 20 % des répondants globalement d’accord – dont environ 5 % au niveau des Tout-à-fait d’accord.

En réponse à une question, on ne peut considérer qu’il existe un penchant « complotiste » qu’au-delà d’un écart significatif à ces seuils.

Et au final, on observe dans les 10 questions de l’étude un niveau significatif que pour seulement 3 questions :

La théorie des Illuminatis ne semble pas réellement significative.

2 des 3 cas (« Le ministère de la Santé » et « L’immigration ») s’expliquent probablement par des raisons de rédaction de la question ; et « Diana assassinée » par la large médiatisation des polémiques. Bref, tout ceci s’explique par des raisons compréhensibles que nous avons développées plus haut, et le phénomène « complotiste » reste franchement limité.

Le cas des Illuminatis reste autour des 8 % d’adhésion dure, seuil que nous avons montré comme peu significatif, et est sans doute aussi accentué par une forme de « provocation ». De là à sonner le tocsin, il y a un pas :

Au passage, un problème supplémentaire est que Conspiracy Watch fait à ces théories une large publicité et contribue donc à leur plus large diffusion (mais l’officine pourra alors dire, du coup, l’année prochaine, que le complotisme se répand…).

Enfin, il n’y a donc pas de raison sérieuse de parler de « pouvoir de nuisance sociale » pour des sujets qui restent assez marginaux :

Le « complotisme » a en effet toujours existé sans empêcher la construction de sociétés démocratiques et libres – que ce genre d’étude et de psychose médiatique met en danger…

VII. Quels objectifs ? Cibler Internet ?

Après tout, on comprend assez bien que Conspiracy Watch veuille accréditer l’idée d’une menace complotiste pour la Démocratie – toute structure tente toujours de justifier au mieux son existence.

On comprend assez bien que la fondation Jean Jaurès / Parti socialiste instrumentalise le résultat contre Mélenchon et Le Pen – le sondage a clairement été construit dans ce but.

Conspiracy Watch ne cache pas, lui aussi, son parti-pris politique (bannière d’octobre 2018) permanent :

Voici d’ailleurs une sélection de ses derniers tweets sur Mélenchon, une de ses grandes cibles :

En revanche, Macron peut dormir tranquille – aucun tweet sur ses propos complotistes qu’il diffuse depuis plus d’un mois :

Le seul tweet qui ressort n’a aucun lien, le compte Macron est simplement en copie

Conspiracy Watch a aussi une option « International » – à peine orientée… Voici les derniers tweets sur Corbyn (pourquoi une micro-officine française s’occupe-t-elle de l’Angleterre, mystère…) :

Ou ici sur Maduro (cherchez le lien…) :

Mais comme Macron, le Président Brésilien Bolsonaro peut dormir tranquille (comme l’opposition venezuellienne), il ne sera pas dérangé sur Twitter :

Mais bon, après tout, le fascisme n’est peut-être pas « complotiste »… Ah non, tiens (source : 20 minutes) :

Pas de bol, pour une fois que la presse parle de complotistes, ça n’intéresse pas Rudy Reichstadt…

Bien entendu, on comprend mal qu’un institut comme l’Ifop rentre dans leur jeu, au mépris de la déontologie de la profession. De même pour les médias.

Mais on peut craindre que cela aille plus loin.

En effet, l’étude ne s’arrête pas aux questions complotistes.

Conspiracy Watch a décidé de poser des questions complémentaires dans deux parties supplémentaires, pour mieux « cerner » le phénomène « complotiste ». Cependant, leur choix soulève quelques questions quant aux objectifs des commanditaires de l’étude. Précisons que les questions de ces deuxième et troisième parties, quand elles ne font pas de lien avec le « complotisme » sont bien plus fiables que celles de la première – nous y reviendrons.

Voici donc la deuxième partie « Pratiques médias » – qui ne fait qu’une seule diapositive :

L’analyse est intéressante. Mais on voit, dans le titre, que la priorité d’analyse de Rudy Reichstadt (et donc en fait la cible) est Internet, alors qu’on voit bien que la source majeure d’information est la télévision (dont l’avenir s’annonce apparemment bien moins rose). Il ne s’en cache guère, notez (source) :

Hélas, cette question intéressante sur l’information des Français visait apparemment à simplement aboutir à ce graphique, pointant Internet :

Résultat parfaitement attendu par construction, puisque les « complots » évoqués par les questions retenus par l’auteur sont pour la plupart bien plus évoqués sur Internet qu’à la télévision.

Mais on notera en conclusion de cette partie sur les Médias que, par exemple, aucune question n’est posée sur l’Éducation – qui porte une part de responsabilité dans certaines croyances.

VIII. Quels objectifs ? Psychiatriser l’adversaire ?

Conspiracy Watch a donc ensuite décidé de dresser le « profil psychologique » des « complotistes » :

Et Rudy Reichstadt est très efficace : 2 questions lui suffisent. Le première concerne… la voyance :

Et la seconde, nous l’avons vue précédemment, c’est le spiritisme : « Il est possible d’entrer en contact avec les esprits de personnes mortes » !

Voilà, fin du « profil psychologique » !

Dès lors, on peut se demander si le but réel de l’étude ne serait pas simplement de laisser penser que : 1/ les complotistes sont dingues 2/ et de plus en plus nombreux, surtout chez les jeunes et les zéstrêmes.

En lien avec le point précédent, on notera aussi que, dans l’étude, aucune question n’est posée autour de la Télévision, qui a une grande part dans certaines croyances peu fondées :

Nous vous recommandons au passage cet article faisant un bref historique du paranormal à la télévision :

Mais il est vrai que, attaquer la télévision, c’est courir le très gros risque qu’on n’y parle pas de votre étude….

Ainsi, bien qu’ayant sonné le tocsin de toutes ces forces, Rudy Reichstadt prend grand soin de ne mettre en cause ni l’Éducation, ni la Télévision ni les grands Médias – chapeau !

IX. Un exemple de psychiatrisation : l’échelle de Bruder

Assez intéressant sur le raisonnement des créateurs de l’étude, Rudy Reichstadt indique avoir utilisé « l’échelle de Bruder » (source originale en anglais) pour mesurer la « Mentalité Complotiste » :

Répétons :

  • « Beaucoup de choses très importantes se produisent dans le monde dont le grand public n’est pas informé »
  • « Les politiciens ne nous disent généralement pas ce qui motive réellement leurs décisions »
  • « Les agences gouvernementales surveillent étroitement les citoyens »
  • « Des événements qui, en apparence, ne semblent pas avoir de lien sont souvent le résultat d’activités secrètes »
  • « Il existe des organisations secrètes qui influencent considérablement les décisions politiques »

On notera la grande imprécision sémantique de tous ces items. Dont on voit bien également l’orientation « mainstream » – visant à laisser croire par contrepoint que « le Pouvoir est exemplaire ».

Soulignons simplement que certaines personnes pourraient estimer que « Beaucoup de choses très importantes se produisent dans le monde dont le grand public n’est pas informé », par exemple au niveau de la politique nataliste chinoise, de la politique envers les minorités en Inde ou de la politique environnement au Brésil pour la forêt amazonienne. Nous n’en sommes pas informés non pas parce que les médias veulent nous cacher des choses, mais simplement car ils ne peuvent pas parler de tout…

Ou encore, pour « Les agences gouvernementales surveillent étroitement les citoyens » :

Il est donc assez simple de récupérer rapidement des « mauvais points » pour « complotisme » du coup, d’où ce résultat pour l’échelle :

L’Indicateur Psychiatrique de Complotisme montre que 38 % des personnes sont irrécupérables, 20 % gravement atteintes et 14 % vraiment touchées. 72 % de la population à Rééduquer, voilà une vie de travail assurée à Rudy Reichstadt…

Plus sérieusement, dans ce contexte, s’il peut être intéressant intéressant de se demander pourquoi 38 % des sondés répondent oui aux 5 items, il l’est tout autant de se demander pourquoi 16 % ne répondent oui qu’à 0/1.

Un « complotisme » débridé peut certes poser des questions, mais une portion de la population terrorisée par les accusations de complotisme et rétive à toute idée de « complot » pourrait aussi ne pas accepter l’existence de complots réels dans l’Histoire, ou d’actions non honorables du Pouvoir, ce qui poserait des questions quand à l’indispensable contrôle du Gouvernement. C’est ce qu’on peut craindre quand le promoteur de l’étude déclare à propos de la notion de doute que « la pensée du soupçon est l’antichambre du conspirationnisme ». Il faudrait donc aussi tester ce point dans une étude sérieuse. (Source)

Voici au final le croisement entre l’échelle de Bruder et les réponses au sondage :

On découvre au passage que le Docteur Reichstadt a classé en « mentalité conspirationniste » les personnes qui ont répondu oui aux 5 items – dont on mesure la haute fiabilité et robustesse. Au graphique suivant, les guillemets ont même déjà disparu :

X. Quels objectifs ? Limiter la liberté d’expression ?

On arrive enfin à la fin de l’étude, avec cette question totalement inattendue dans une étude sur le complotisme : « Accordez-vous de l’importance à vivre en Démocratie ? » :

On n’a pas le chiffre global, juste ceci, la répartition des « Très important » en fonction de l’adhésion aux « théories complotistes ».

Soulignons en effet que, contrairement à tous les usages, nous ne disposons non seulement pas des résultats détaillées de la plupart des questions dans la note Ifop, mais que même certaines questions n’ont pas été publiées du tout dans la note technique, comme celle sur l’attentat de Strasbourg (elle ne figure qu’un tableau extrait, dans le commentaire du sondage).

Remercions cependant Conspiracy Watch, car, grâce à son sondage, on est heureux de savoir où travaille désormais le stagiaire/graphiste BFM… 🙂 (cf. 42 % versus 65 %) :

Un léger problème – hélas au détriment des « complotistes »…

Soulignons enfin que la question n’est pas très précise : « Accordez-vous de l’importance à vivre en Démocratie ? » On peut y comprendre plusieurs choses. Par exemple, « Accordez vous de l’importance à voter pour vos Dirigeants ? » ; comme au vu de la construction du sondage, il y a probablement une forte corrélation entre la population « complotiste » et la population abstentionniste. Or cette dernière pourrait peut-être répondre plus fréquemment que ce n’est pas « très important » de vivre en Démocratie, s’ils entendent la question ainsi.

Il aurait été dès lors intéressant de conforter l’analyse avec la question « Accepteriez-vous de vivre en Dictature ? »

 

Vient alors la dernière question du sondage, assez stupéfiante, mais on peut vraiment remercier la Fondation Jean Jaurès de l’avoir posée, car elle ne concerne pas le complotisme, mais l’autoritarisme. Et son résultat est, lui, vraiment inquiétant :

Donc on observe ceci :

Étonnamment, préférant se concentrer sur ce qu’on pense dans certaines marges de la société, les médias n’ont nullement relevé que 60 % des électeurs de la Majorité sont prêts à réduire la Liberté d’expression sir Internet.

Cette question montre merveilleusement bien à quel point cette majorité qui se qualifie de « libérale » est en fait travaillée de pulsions illibérales pour ne pas dire franchement autoritaires – comme on le voit de plus en plus clairement.

Pour information, l’Ifop m’a publiquement répondu sur ce point sur Twitter :

J’y réponds donc – hélas, je pensais qu’ils auraient compris tout seul.

Ici, on a posé une question « habituelle » de sondage, plus « normale », et les sondés ne la trouveront pas « stupide ». Ils sont donc déjà plus à même d’y répondre honnêtement. De plus visant un phénomène qui n’est pas aux marges de la société, elle est plus robuste statistiquement (un item touchant 60 % des sondés est plus facile à mesurer qu’un item ne touchant que 1 % des sondés).

En synthèse : oui, leur sondage sur le « complotisme » est « hautement douteux ». Pour cette question, c’est simplement un sondage sur la « liberté d’expression », c’est donc différent.

Signalons au passage que lorsque l’Observatoire des Sondages a réalisé sa critique :

l’Ifop leur a aussi répondu – montrant à quel point elle est dans le dialogue et la critique constructive :

La fondation Jean Jaurès et Conspiracy Watch ayant liké ce tweet. Sacré trio…

XI. Cadeau pour l’Ifop : les réactions à son sondage

Si la presse a été « unanime », vu que les journalistes ont simplement copié-collé le communiqué de presse de Conspiracy Watch, les spécialistes (et pas seulement eux) sont également unanimes, mais différemment. Rappelons qu’ils l’avaient déjà été en 2018 :

Pour 2019, commençons, évidemment, par les experts de l’Observatoire des Sondages, vu que c’est son rôle : « Fake news », Imposture scientifique », « Une enquête calamiteuse », « Charlatanisme », « des humoristes », « une mauvaise blague » : on notera en préambule que, comme l’année dernière, le succès d’estime a été immédiat !

Ils se sont fendus d’une analyse dans ce billet :

Un an après la publication de leur étude sur le complotisme en France la fondation Jean Jaurès, organisation proche du Parti socialiste, l’Ifop et l’association Conspiracy Watch ont récidivé. Le battage médiatique suscité à l’époque explique peut-être l’obstination du trio. Les biais considérables qui entachaient irrémédiablement la qualité de l’étude n’avaient sans surprise pas empêché la presse d’en donner un large écho. Comme on pouvait s’y attendre la version 2019 présente exactement les mêmes « qualités ».

Quoi qu’il en soit notre constat de 2018, publié en deux parties, demeure entier (cf. Complotisme : fake news à la une (I) ; Complotisme : fake news à la une (II)). Comment pourrait-il en être autrement lorsque les auteurs, tout à leur œuvre de débusquer la « mentalité conspirationniste », proposent d’établir un profil type du complotiste à partir d’un QCM de trois questions seulement. […] Les profileurs de la police judiciaire, de la gendarmerie, ou du FBI n’ont qu’à bien se tenir.

Le profil des auteurs de cette « enquête » est quant à lui facile à dresser : des humoristes contrariés.

Ils n’ont pas été les seuls. Je vous recommande en particulier ces analyses, sites et personnes à suivre – on voit à quel point l’esprit critique est désormais absent des grands médias, alors que c’est un élément fondamental en Démocratie. Par chance, il y a un Internet libre – mais pour combien de temps encore dans ces conditions ?

Lire aussi cette analyse de La Tronche en biais.

Je souhaite terminer par ceci, qui signe la tristesse d’une époque.

Comme on l’a vu, les grands médias n’ont pas compris les problèmes de cette étude ; mais l’humoriste Un Monde riant a compris :

Nordpresse a également compris (ici, la question sur les Illuminatis) :

Mais Laurent Alexandre n’a pas compris (ou disons qu’il a probablement retweeté trop vite sans analyser…) :

Il est donc triste de pouvoir penser, sans se remettre en question, que le quart des Français sont des abrutis profonds

N’hésitez donc pas à suivre, pour les récompenser de leur esprit critique et de leurs efforts :

@TroncheBiais

@gchampeau

@epelboin

@Obs_sondages

@UnMondeRiant

@hadrienmathoux

@laurentcalixte

et allez… @Oberruyer aussi 🙂

XII. Le pompon : Bonus « Gilets Jaunes »

On apprend dans le commentaire que l’Ifop va prochainement aussi s’occuper des Gilets Jaunes :

Dès lors, il semble fort possible que nous allions avoir prochainement droit à une deuxième vague sur le thème « Les Gilets Jaunes, tous complotistes – ou presque ».

Voici d’ailleurs la bannière Twitter actuelle de Conspiracy Watch – spécial Gilets Jaunes :

On voit donc à quel point la Fondation Jean-Jaurès, satellite du PS, est dans un rôle politique – une étude de ce genre coûtant généralement 20 000 à 30 000 €.

Le fait que la Fondation Jean Jaurès, qui commandite ce genre d’analyses hautement douteuses, soit grandement financée par le Premier Ministre pose question :

Il conviendrait donc de confier la rédaction de ce genre d’études à un collectif composé exclusivement d’universitaires et d’enseignants renommés, indépendants, aux visions différentes, pour aboutir à une étude bien plus neutre – et donc intéressante.

XIII. Boycott de l’Ifop

Dans ces conditions, en raison :

  • des erreurs méthodologiques majeures ;
  • des présentations douteuses ;
  • surtout du manque évident de déontologie face à un client cherchant à ne pas informer correctement l’opinion – notre Démocratie devient de plus en plus malade en raison de sondages douteux ;
  • du fait qu’ils ont récidivé en dépit des lourdes critiques précédentes ;
  • du danger que représente cette étude au niveau de la liberté d’expression, du contrôle d’internet, du contrôle de l’information et de l’éducation à l’esprit critique des élèves.

Nous appelons très clairement à BOYCOTTER l’IFOP, et, à tout le moins pour ce genre d’étude. Il est très important de ne plus répondre à leurs questions sur le « complotisme ».

XIV. Résumé de cette étude et Conclusion

Ainsi, nous pouvons donc conclure que cette deuxième « vague » de l’enquête est à nouveau volontairement biaisée, et que ses résultats ne sont pas interprétables.

Résumons ici les principaux problèmes méthodologiques et biais détectés dans cette étude :

  1. le principal : ne sont testées ici que des théories du complot « non-mainstream ». Il faudrait tester aussi des théories du complot soutenues par le Pouvoir ;
  2. les questions sont vagues, trompeuses et/ou à signifiants multiples ;
  3. on interroge et publie les opinions des sondés sur des théories « complotistes » qu’ils ne connaissent généralement pas ;
  4. les questions relèvent d’intensités de « complotisme » très différentes ;
  5. l’étude agrège comme allant de soi en « complotistes » les personnes ayant répondu « Tout à fait d’accord » et « Plutôt d’accord » avec une théorie du complot ;
  6. l’indicateur de complotisme est donc biaisé et peu exploitable ;
  7. il n’y a pas de questions de type « étalon » ou « placebo » pour caler le sondage, alors que son but (mesurer un phénomène marginal et « honteux ») rend un tel besoin prégnant.

Au-delà, il convient d’avoir une brève réflexion sur le « complotisme » – qui touche, quoiqu’en disent les auteurs de l’étude, plus ou moins occasionnellement, toutes les strates de la société.

Ces postures psychologiques, parfois naturelles face à certains évènements, sont, certes, souvent regrettables.

Mais il faut se poser la question : à partir de quand est-ce vraiment grave ?

Si 2 ou 4 % des personnes croient sincèrement, profondément, aux Illuminatis ou au fait que personne n’est jamais allé sur la Lune : en quoi est-ce vraiment problématique ? Et que peut-on y faire ?

C’est bien un vrai article – il est ici -, mais voir ici cet article ou celui-là. Ce que pensent les dingues devient un sujet important…

Aujourd’hui, tout est à la disposition des citoyens, même les moins informés, pour pouvoir ne pas croire aux Illuminatis, ou à un bidonnage de la Nasa en 1969.

Un Droit de l’Homme fondamental est la Liberté d’Opinion. Et la Liberté d’Opinion, cela veut aussi dire la Liberté d’avoir des Opinions fausses, et de persister à les conserver même malgré l’évidence. C’est regrettable, certes, mais c’est un point fondamental que nous devrions tous défendre.

Car le modèle alternatif, c’est un modèle à base de camps de rééducation psychologique, dont vous pourrez-sortir, si vous êtes chanceux, en ayant abjuré votre foi dans les Illuminatis – ou dans le fait que le Boxeur Gilet Jaune n’était pas manipulé par un avocat de zéstrème-gauche et qu’il parlait bien avec des mots de gitan.

Le vrai danger, sur cette thématique, c’est toujours 1/ Les complots défendus par le Pouvoir 2/ Les atteintes aux Libertés fondamentales de Penser, de s’Exprimer, de s’Informer par le même Pouvoir, rendues nécessaires à cause du point 1/.

Le Pouvoir ne peut tolérer les personnes et organisations qui montrent ses mensonges et dévoilent ses secrets honteux. Le Pouvoir craint toujours les Médias honnêtes. Le Pouvoir ne craint jamais les Fake News le concernant – au contraire elles le renforcent lorsqu’il les démonte ; le Pouvoir ne craint que les True News dérangeantes.

Un phénomène se juge aussi par ses conséquences. à chacun de s’interroger en son âme et conscience sur cette question :

  • combien de morts dus aux théories du complot erronées : « Le gouvernement américain a organisé lui-même les attentats du 11 Septembre 2001 » ou « Les Illuminatis dirigent le Monde » ?
  • combien de morts dus aux théories du complot erronées : « Les Irakiens ont tué les nouveau-nés koweïtiens pour voler leurs couveuses » ou « Il y a des Armes de Destruction Massive en Irak » ?

La Liberté d’Information et d’Expression, le Doute raisonnable et l’esprit critique envers le Pouvoir, l’Exigence permanente envers lui de la Preuve de ses affirmations, sont des fondements majeurs de la Démocratie. Les agitations désordonnées autour de théories du complot stupides les mettent gravement en danger.

Commentaire recommandé

Fritz // 09.02.2019 à 07h36

Pauvre Jean Jaurès… Et merci à Olivier Berruyer, Frédéric Lordon, Guillaume Champeau, Régis de Castelnau.

Au moins, nous apprenons que 59 % des électeurs de Macron veulent « limiter la liberté d’expression sur internet et les réseaux sociaux », de même que 61 % des électeurs de Fillon. Le cercle de la raison, quoi.

Quant aux tarés, jeunes, pauvres et « peu éduqués », je propose leur radiation immédiate des listes électorales, comme le port d’un indice distinctif (en jaune, ça va de soi).

176 réactions et commentaires - Page 2

  • Patapon // 10.02.2019 à 00h01

    C’est vraiment un sondage-potin-de-cour-de-récré.
    Qu’est-ce qu’une assertion scientifique ? Une assertion réfutable. Une démarche qui définit les conditions de sa réfutabilité. Rien de tel ici, tout est fait pour échapper à la sanction scientifique, tout en usurpant ses oripeaux.
    Que ces gens sont malfaisants.

      +6

    Alerter
  • kapimo // 10.02.2019 à 01h37

    « ayant parqué beaucoup de ces populations dans des ghettos, certaines personnes ont le sentiment que, dans quelques endroits, la population a ethniquement changé. »
    Concernant l’ethnicité, il y a des chiffres de naissance (page 64 pour les % par région, page 66 pour l’evolution 2005-2015). https://www.yumpu.com/fr/document/view/56590552/bilan-afdphe-2015/7.

      +0

    Alerter
  • Pierre D // 10.02.2019 à 07h01

    Il est tout de même extraordinaire que le complotisme conséquence des complots (crime condamné à Nuremberg) soient à ce pont fustigé.

    Le crime dans une démocratie c’est le complot, pas le complotisme. Même pseudo-officialisé par des termes vagues et fourre-tout comme « secret d’État », « secret des affaires » et gravés dans le marbre des lois il reste un crime contre la citoyenneté… il n’y a guère que le « secret défense » qui puisse se justifier pour défendre la démocratie justement.

    l’objectif de ce complot d’inversement des valeurs est bien sûr d’amener petit à petit le « consommateur éteint » à avaler n’importe quelle couleuvre qui aurait interpellé le « citoyen éclairé ».

    La permanence du thème du « complotisme » suffit par elle même à révéler ce complot.

      +5

    Alerter
  • NICOLE DE NICOMAQUE // 10.02.2019 à 07h19

    Je remercie vivement M.Berruyer pour son analyse du sondage désormais ritualisé de la fondation Jean Jaures qui n’a visiblement que ça à faire. La démonstration soignée et rigoureuse du sites « Les Crises » s’apparente bien à une illumination raisonnée ouvrant l’esprit à un cogito bien plus sûr que toutes les fantasmagories ridicules et financièrement juteuses d’une officine subventionnée par les deniers publics et directement sponsorisée par le premier ministre à hauteur de 1 Million d’euros (!) :

    Où l’on voit que notre argent, que l’argent des contribuables, ne sert ici qu’à salir la majorité de la population en la traitant de « débile profonde » ou de « débile légère » via le choix hallucinant de l’échelle de Bruner (!) et que le sondage loufoque en question cache mal son but politique sous-jacent et inavouable qui est de museler Internet et d’attenter à la liberté d’expression. En testant via un ballon d’essai scientiste et une étude largement faussée, l’Ifop et Conspiracy Watch, ne font qu’accompagner les dernières visées autoritaitaires d’un gouvernement et plus particulièrement les dernières volontés présidentielles qui appellent directement à restreindre la liberté de la Presse.

      +4

    Alerter
  • Tardieu // 10.02.2019 à 07h41

    Ne voyez-vous que cette opération a pour seul but d’opposer les éléments les plus avancés des classes moyennes aux couches les plus défavorisées de la population ou à la classe ouvrière en générale, afin d’éviter qu’elles réalisent leur unité, ce qui constituerait la plus grande menace politique pour le régime en place.

    Cette combinaison d’amalgames quand on les prend dans leur totalité n’a pas d’autre objet. Et comme personne ne l’a souligné nettement, on peut en déduire que c’est une affaire qui marche assez bien, je ne parle pas des personnes qui ont laissé des commentaires dans le blog Les Crises, je précise.

    J’ai relevé des amalgames entre : vérités et contrevérités ; interprétation des faits contestées et propagande fabriquée par les idéologues néoconservateurs ; faits réelles et pures fabulations…

      +6

    Alerter
  • Wakizashi // 10.02.2019 à 07h59

    Bien que Conspiracy Watch me fasse rigoler comme presque tout le monde ici, je voudrais relever 2 détails critiquables de cet article :

    1- Les déclarations péremptoires comme celle-ci à propos de la mort de Lady Di (« c’est stupide, car il n’y a pas eu de complot ») ou celle-ci à propos des signes sur les billets de banque (« Mais bien entendu, ces complots-ci sont complètement imaginaires ») confondent savoir et croyance. Cet amalgame chez des gens qui font passer leurs croyances, aussi bien étayées soient-elles, pour des faits avérés, des savoirs, est un biais grossier que l’on retrouve très souvent (notez bien que je ne cherche pas ici à défendre l’existence d’un complot expliquant la mort de Lady Di ou les signes sur les billets de banque, mais juste à illustrer un phénomène).

    2- « La tronche en biais » n’est pas la source la plus objective que l’on puisse trouver, loin de là. C’est un site idéologiquement affilié au vaste mouvement rationaliste, sceptique, zététique ; mouvance d’athées militants qui sous le prétexte de science, cherchent à promouvoir le matérialisme philosophique avec des méthodes éminemment critiquables qui mériteraient un long article à elles seules. Voir ici par exemple :
    https://www.hominides.com/html/actualites/actu181105-thomas-johnson-homo-arte.php

      +4

    Alerter
    • Fritz // 10.02.2019 à 10h35

      Les zététiciens… Ce n’est pas l’honnêteté qui les étouffe.

        +3

      Alerter
    • Lysbeth Levy // 11.02.2019 à 12h18

      Exact ! Le site dit « Zététique » est une énième tentative de contrôler le discours avec une feuille de vigne « scientifique » alors qu’il n’en est rien, c’est purement « idéologique ». Le plus grave est qu’une foule d’universitaires, des spécialistes auto-proclammés » ou « complotologues » médiatiques, utilisent des outils internet pour mettre en « fiche » les supposés » méchants complotistes à l’aide d’amalgames, « maraboutdeficellisme » dans le style de Joel Gomblin,François Briatte, proche de R. Reichstadt : http://www.joelgombin.fr/complosphere/page.html De soit disant chercheurs, ou sociologues de l’extrême droite reprennent ces « travaux » pour en tirer les conséquences qui les arrangent ..https://politbistro.hypotheses.org/3236
      A voir la somme d’articles « es-complotologie » partout dans les médias est inquiétant, car ils fabriquent les « dissidents, résistants » qu’ils nomment « complotistes » ou « conspi », déshumanisant les gens qui pensent ou doutent sainement. Une catégorie de citoyens sont sommés de croire, lire et regarder la VO donné par les médias mainstream..

        +4

      Alerter
  • Narm // 10.02.2019 à 12h31

    les receveurs mais surtout les donneurs de plaquettes par exemple qui se voient entrer dans leur sang des particules grises (métal ? joint ?) des machines
    https://www.youtube.com/watch?v=jxuIwahPP3Y
    « Au cours de notre investigation, nous nous sommes intéressés à la dangerosité des machines Haemonetics qui produiraient des microparticules potentiellement cancérogènes, notre enquête a alors révélé la passivité des autorisé sanitaires qui tardent à prendre la mesure du problème. »

      +1

    Alerter
  • Betty // 10.02.2019 à 13h56

    Je voudrais partager avec vous ces informations assez révélatrices du climat (que je qualifie de nauséabond …mais cela n’engage que moi) dans lequel nous baignons. Elles émanent du rapport LA COMMISSION DES SONDAGES FACE AUX ELECTIONS PRÉSIDENTIELLE ET LÉGISLATIVES DE 2017: « (…)Telle est le cas par exemple de la publication le 28 mars sur le site « Sputniknews » d’une enquête de « Brand Analytics ». La commission a veillé à faire savoir, en recherchant la plus grande audience possible, que de telles enquêtes ne constituaient pas des « sondages » au sens de la loi du 19 juillet 1977 et ne pouvaient en aucun cas être présentées comme tels.(…) » OU « En premier lieu, de telles enquêtes échappent au contrôle de la commission dès lors qu’elles ne relèvent pas du champ d’application de la loi de 1977. Alors qu’elles ont occupé une place non négligeable dans le débat public (en particulier les enquêtes émanant de la société Filteris), l’absence de connaissance des méthodes utilisées et de toute forme de contrôle sur la qualité des résultats qu’elles donnent constitue un sujet de préoccupation sur lequel la commission souhaite appeler l’attention des pouvoirs publics. » http://www.commission-des-sondages.fr/hist/pdf/rapport-2017-final.pdf

      +2

    Alerter
    • NICOLE DE NICOMAQUE // 10.02.2019 à 21h27

      E.Macron lors d’un interview au journal Le Point – 31 janvier 2019 : « Il faut s’assurer qu’elle [l’information] est neutre, financer des structures qui assurent la neutralité. Que pour cette part-là, la vérification de l’information, il y ait une forme de subvention publique assumée, avec des garants qui soient des journalistes (…) Le bien public, c’est l’information. Et peut-être que c’est ce que l’Etat doit financer. Le bien public, ce n’est pas le caméraman de France 3. Le bien public, c’est l’information sur BFM, sur LCI, sur TF1, et partout » Emmanuel Macron a renchéri le vendredi 7 février 2019 face à des lycéens bourguignons : « Je ne veux plus de l’anonymat sur internet (…) on doit savoir d’où les gens parlent et pourquoi ils disent les choses ».

      Personnellement je préférerai toujours plus le cameraman de France 3 – ce galérien post-moderne et le nouveau crevard du monde contemporain – que ces abstractions sponsorisées par le CAC 40 que sont BFM, LCI ou TFI. Je sens bien quelque part – aux antipodes du président de la V° république-que je suis « irrécupérable » selon la novlangue macronistique de M.Reichstadt. Où l’on voit que l’un ne sert finalement que la politique de l’autre qui dans son ubris coutumière et jupitérienne à trois sous, veut en finir avec la liberté individuelle sur Internet sous le prétexte fallacieux de « transparence» cachant mal sa volonté d’omniscience proprement délirante.

        +2

      Alerter
      • NICOLE DE NICOMAQUE // 10.02.2019 à 21h27

        Je conseille à ce propos – pour sortir du dilemme foireux et largement orchestrée par la petite entreprise de M.Reichstadt qui ne connait pas la crise et son inénarrable marronnier des « conspis » – la lecture proprement effarante et jubilatoire du livre de M.Olivier Goujon – journaliste et photo-reporter – intitulé « Ces cons de journalistes » aux éditions Max Milo. Édifiant ! Chaque page est une découverte incroyable sur le monde englouti d’une profession sinistrée : Le Journalisme. Lire ce livre est de salubrité publique. Je le conseille ardemment à tout le monde, même à Rudy Reichstadt. Surtout à Rudy Reichstadt !

          +4

        Alerter
  • JC // 10.02.2019 à 20h40

    On peut avoir un tout autre regard sur ce sondage, et s’inquiéter du taux important de « pas du tout d’accord », c’est-à-dire de gens qui ne doutent de rien, sur des questions où il est certain qu’il n’y a pas une telle proportion à avoir enquêté sur le sujet. Et donc s’inquiéter de l’étouffement de l’esprit critique et de l’ouverture d’esprit, car il me semble que quand on ne sait pas, il est sain de suspendre son jugement, plutôt que de croire par défaut à la version la plus simple et naïve de l’histoire.

      +7

    Alerter
  • Irae // 10.02.2019 à 21h24

    Le complotisme progresse la preuve il atteint sévèrement la personne royale de manu 1er.

      +4

    Alerter
  • Marc Michel Bouchard // 11.02.2019 à 05h04

    Jeune adulte en 1984, j’ai lu un ouvrage colloque L’ère du Soupçon tiré des années soixante dont l’un des intervenants était Michel Foucault dont l’héritage intellectuel a des hauts et bas maintenant par la bêtise de ses disciples dans les universités actuelles qui ont construits des chapelles. Ce colloque et ce livre mettait en illustration: Marx, Nietzsche et Freud en tant qu’auteurs qui en Occident ont faits du soupçon la voie de l’esprit critique et la façon de ne pas permettre à de nouvelles tyrannies de s’établir longtemps. Un livre comme parmi des centaines et encore de nos attristés jours fait du soupçon une force démocratique et non un synonyme de complot et de fascisme.

    Bravo Olivier Berruyer pour vos alertes!
    Marx, Nietzsche et Freud, L’ère du Soupçon, Colloque de Royaumont de souvenir assez fort.
    La philosophie est complotiste?

      +4

    Alerter
  • Marc Michel Bouchard // 11.02.2019 à 05h05

    Par ailleurs, sur le sujet des gouvernements et de leurs secrets. Il a été prouvé que des expériences médicales sur des drogues ont été faites sur des patients cobayes involontaires à Montréal au Québec et Canada au début des années 60. Que les expériences d’explosions de bombes nucléaires dans les déserts du Sud Ouest américain dans les années 60 se sont faites en cachant à de nombreux soldats américains et à des soldats canadiens dans le cadre de l’Otan que les radiations seraient vraiment dangereuses parce que la distance envers les explosions eut été suffisante. Les responsables s’en doutaient et 35 ans plus tard maladies et décès prématurés ont à peine été reconnus par Washington et non reconnu par Ottawa. Sans oublier le fiasco de deux accidents nucléaires américains en Espagne en 1966 et au Groenland autour de 1970. Le problème des B52 U.S non infaillibles. La documentation écrite ou vidéo peut se trouver en recherche sur le net.

      +0

    Alerter
  • Ubu // 11.02.2019 à 12h05

    Rappelons à notre bon souvenir quels étaient les travaux de Edward Bernays :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Bernays
    et j’enjoins ceux qui en auraient la possibilité de consulter « Propaganda and control of the public mind » de Chomsky.

      +0

    Alerter
  • Vudenbas // 11.02.2019 à 12h51

    Bonjour,

    comme je le disais plus haut, l’amalgame a été réalisé avec les gilets jaunes et c’est l’Obs qui s’y colle.

    https://www.nouvelobs.com/societe/20190211.OBS9927/pres-d-un-gilet-jaune-sur-deux-croit-aux-theories-complotistes.html

    Et plus fort, je viens d’en apprendre une bonne :
    « Les « gilets jaunes » se recrutent majoritairement dans la France périphérique, en bas de l’échelle sociale. »

    Les GJ se font « recruter » maintenant, tout comme les apprentis djihadistes qui partaient en Syrie je suppose.

    J’attends avec impatience la suite.

    Et alors les commentaires qui suivent cet « article »… je n’ai pas de mots. Pour certains, misère économique = misère intellectuelle = vote rassemblement national…

    Ce n’est pas dans les forces de l’ordre où le vote RN est important ?

    https://www.lexpress.fr/actualite/politique/fn/ces-policiers-qui-votent-le-pen_1839779.html
    https://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/vote-fn-gendarmes-se-confirme-126224
    https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/05/05/pourquoi-le-front-national-seduit-les-forces-de-l-ordre_5122836_1653578.html

    On est mal.

      +3

    Alerter
  • Mostic // 11.02.2019 à 20h45

    Je ne vois pas de solution au problème. Nous sommes dirigés par des personnes corrompues et malfaisantes qui s’appuient sur une partie non négligeable de la population. Il n’y a aucun contre-pouvoir. De plus, la tutelle s’exerce par l’intermédiaire d’organisations Supranationales. Pas d’éducation militaire. La violence est du ressort de la police et des forces armées composées de professionnels – le terme correct est mercenaire. Alors que faire? Les réseaux de l’ombre. La résistance. Ou quitter le navire!

      +4

    Alerter
  • Tom Ross // 11.02.2019 à 21h58

    J’ai rédigé une analyse critique de 9 pages sur Conspiracy Watch, si ça vous intéresse elle est consultable ici 🙂
    J’ai indiqué toutes mes sources.
    https://drive.google.com/open?id=1hyZ30ccDq6hPTqCU8J_I0mIDLP7SSkPz

      +4

    Alerter
  • laurence // 12.02.2019 à 14h00

    Ils n’ont pas compris une chose simple pourtant qui est la suivante , à force de nous raconter tout et n’importe quoi et les années passant , nous avons développé un esprit plus que critique et pour ça il n’y a pas besoin de faire de haute études , juste se servir de sa réflexion ! Autre chose que montrent leurs graphiques , c’est que moins les gens sont diplômés , moins ils sont formatés et plus ils se servent de leur cerveau ! il n’y a qu’à voir l’état actuel de l’ENA , ce qui en sort n’est pas franchement brillant !

      +4

    Alerter
  • FLYING BLUE OBS // 12.02.2019 à 21h36

    Bravo encore et toujours !

    ex FlyingBlue (L’OBS)

      +1

    Alerter
  • nulnestpropheteensonpays // 13.02.2019 à 02h51

    loi en préparation?c’est tellement gros maintenant

      +0

    Alerter
  • Jacques F. // 13.02.2019 à 11h29

    > on est heureux de savoir où travaille désormais le stagiaire/graphiste BFM…

    Vous partez du principe qu’un histogramme doit *forcément* avoir son origine à 0. Pourquoi ?
    L’important est que les proportions soient correctes entre toutes les barres. Et ici, c’est le cas (contrairement à BFM).

      +1

    Alerter
  • Vudenbas // 13.02.2019 à 14h30

    Bonjour,

    je viens de mettre la main sur un nouveau complot, je vais donc parler tout bas, on ne sait jamais.
    Il semblerait que de nouveaux Dieux vont faire leur apparition en France, si si !
    Qu’ils vont devoir gérer des personnes pas bien malignes et inutiles, par exemples les gilets jaunes.
    Mais pour leur bien, on va pouvoir les rendre plus intelligents pour combler le « gap » entre les élites et les abrutis.
    Et ceci grâce à des implants basées sur l’IA.
    (N’est ce pas M. macron qui a lancé un grand plan de soutien à l’IA en France ?)

    Et bien ce type de discours a été tenu à l’école Polytechnique ce mois de janvier, par M. Alexandre Laurent, lors d’une table ronde sur le transhumanisme.

    Laurent Alexandre (ENA, HEC) : Chirurgien urologue et neurobiologiste, Fondateur de Doctissimo, Président de DNA Vision. Chroniqueur dans Le Monde, L’Express et au Huffington Post. Considéré comme le plus grand expert du transhumanisme en France. Soutien de M. Macron.

    Le tout parrainé par Lrem, avec la présence de la députée de l’Essonne Amélie de Montchalin (Lrem), marraine de l’événement, présente pour ouvrir cette semaine de réflexion.

    https://www.youtube.com/watch?v=-WRMZaGpCZ4

    L’intervention de M. Alexandre Laurent débute à 20 minutes de la vidéo.

    Et je le répète ça se passe à l’école polytechnique.

      +3

    Alerter
  • METZGER // 13.02.2019 à 14h43

    « Quand on voit ce que qu’on voit, qu’on entend ce qu’on entend, qu’on sent ce que cela sent, pas étonnant que l’on pense ce que l’on pense »… Merci à ce salvateur travail de Titan d’Olivier et de son équipe ! Je me suis aussi régalé des commentaires qui en résumé expliquent combien on nous prend pour des billes. Je crois que les mensonges des journalistes et leur manque d’indépendance ( litote ) sont le premier terreau du manque de confiance généralisée à la base des doutes que l’on baptise complotisme pour décrédibiliser l’esprit critique des citoyens. Mais c’est trop tard, nous savons lire, écrire, penser, surfer, décoder. Les officines de la pensée « publique » ne sont plus que des latrines d’échotiers. L’exécutif bureaucratique au service des multi-nationales met en force des lois au service des possédants. Cela va devenir bien difficile de se retenir de voir derrière chaque info la part d’intox qu’elle véhicule. Mais il y en restera toujours pour acheter la pâte chocolatée de graisse et de sucre si bonne depuis qu’on est petit …

      +0

    Alerter
  • juju77 // 14.02.2019 à 11h19

    pour citer Franck Lepage : « y’a 2 problèmes avec les complots : celui d’en voir partout et celui de n’en voir nulle part » .. fin de citation

      +1

    Alerter
  • Grégory // 14.02.2019 à 17h54

    Fascinant. D’un coté un gros effort sur un sondage, de l’autre coté un gros effort pour le critiquer, le tout sur un sujet, le « complotisme », qui est essentiellement fictionnel. Il n’y a pas de gens dans la vraie vie qui voient des complots partouts. Presque tout le monde en voit, consciemment ou non à certains endroit. Les complots, c’est une hypothèse de cause cachée, de plus ou moins bonne qualité, et vraie ou non (ce qui n’est d’ailleurs pas totalement corrélé à la qualité de l’hypothèse). En général tout ce que nous assumons de le réalité (complot ou non) est partiellement faux, parce que la réalité d’un groupe de million d’individu et trop complexe à connaitre, ou même à décrire.

    Les complotistes, donc. Huhu!

      +0

    Alerter
  • willie // 14.02.2019 à 21h27

    Ce soir,sur France Culture le sujet de « Grain à moudre » était justement ce sondage initié par la Fondation J.Jaurès et Conspiracy Watch,dont la vice-présidente était un des trois participants.Pour les courageux,c’est en podcast.
    Merci monsieur Berruyer pour votre édifiante et remarquablement précise critique de ce sondage malveillant.

      +0

    Alerter
  • PierreH // 15.02.2019 à 11h15

    « le mépris de classe semble s’être rependu dans la plupart des grands médias »
    Malheureusement, il ne s’est ni pendu ni rependu, on ne s’en porterait que mieux !! (Désolé, c’est facile mais ça me détend…)

      +0

    Alerter
  • buns // 15.02.2019 à 13h25

    En page 32 de leur machin (https://jean-jaures.org/sites/default/files/redac/commun/productions/2019/0211/enquete_complot_gj.pdf) doit-on comprendre que 59% des GJ sont daccord avec: « L’immigration est organisée délibérément par nos élites politiques, intellectuelles et médiatiques pour aboutir à terme au remplacement de la population européenne par une population immigrée ».
    Comment l’ifop peut-il arriver à ce chiffre aberrant? (que 59% des personnes d’accord avec cet énoncé se disent GJ, ça me parait plus probable,déjà).

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications