Les Crises Les Crises
15.mars.201915.3.2019 // Les Crises

Extraits du livre 
« Les Réseaux du Kremlin » 
de Cécile Vaissié. Par Olivier Berruyer

Merci 386
Je commente
J'envoie

Source : les-crises.fr, Olivier Berruyer, 13-03-2019

Extraits du livre
« Les Réseaux du Kremlin »
de Cécile Vaissié

« Ne bâillonnons pas Cécile Vaissié, lisons-la ! »

Pour tous ceux qui n’ont pas lu le livre « Les Réseaux du Kremlin » de Cécile Vaissié, nous avons réalisé ici une simple sélection de passages qui peuvent susciter un certain étonnement, venant d’une universitaire.

Nous les avons classés en fonction des multiples domaines que prétend traiter – et donc maitriser – Mme Vaissié dans son livre. Rappelons qu’elle semble pourtant s’étonner dans ses conclusions qu’un non-universitaire ait pu essayer de traiter un sujet sur un simple blog, sans être un spécialiste.

Nous vous en souhaitons une bonne lecture, qui vous permettra de mieux comprendre les débats à venir.

« Ne bâillonnons pas Cécile Vaissié, lisons-la ! »

Olivier Berruyer, 13/03/2019

Table des matières

I. « L’argent »
II. Le Physique et l’âge
III. Vie Privée et Affaires de famille
IV. Économie
V. Géopolitique
VI. Défense
VII. Psychologie
VIII. Littérature
IX. Histoire
X. Religion et Psychologie
XI. Droit Public
XII. La Justice
XIII. La Presse
XIV. « Réseau du Kremlin »
XV. Quelques-unes des calomnies du livre
XVI. « Les enfants malades »
XVII. Pour conclure

 


I. « L’argent »

Page 85 :

Il y aurait donc des gens payés pour mentir. Enfin, peut-être… Aucune preuve, aucune source.

Page 147 :

Toujours ce fantasme d’acteurs « payés » : où sont les noms, où sont les preuves ?

Page 45 :

Mme Vaissié endosse le fait que les signataires de la simple pétition de Dimitri Schakhovskoy auraient ainsi tous eu un « intérêt matériel » à la signer, pour tous « être invités à des réceptions à l’ambassade, où le caviar est servi à la louche ».

Comme il n’y pas de source claire et fiable sur ce fait, nous avons interrogé le service de presse de l’ambassade de Russie, voici sa réponse :

De : Serge PARINOV À : Olivier Berruyer

Envoyé le : Mardi 12 mars 2019

Objet : Re: Question à propos de l’Ambassade de Russie

Monsieur,

Malheureusement il me serait impossible de vous donner une réponse “100% officielle” car les menus des réceptions offertes à l’Ambassade ne sont pas conservés ni archivés.

Pourtant à ma mémoire (à savoir, j’ai travaillé à l’Ambassade de Russie à Paris de 1993 à 1997, de 2002 à 2008, de 2011 à 2016 et maintenant depuis 2018) je n’ai jamais vu à nos réceptions du caviar, ni à la louche ni tout simplement.

Nous proposons assez régulièrement à nos invités des œufs de saumon, du saumon mariné ou à la vapeur, des plats traditionnels de la cuisine russe (salaisons, pirojki etc.), mais le caviar ne figure hélas pas dans nos menus.

Respectueusement,

Serge PARINOV

Conseiller

Chef du Service de Presse

Ambassade de la Fédération de Russie

Page 112 :

Notons que les loyers sont « élevés » partout à Paris. Et on n’est jamais très loin de « lieux de pouvoir » dans les arrondissements centraux.

Page 114 :

Les dénégations de l’IDC n’y font rien, les insinuations sans preuve pleuvent.

Page 155 :

« L’argent circule »…

Le tout en raison d’un simple concours organisé en 2014-2015 par la structure « Material Evidence », qui promettait de faire distribuer par un jury 6 prix à 6 journalistes ayant travaillé sur des zones de guerre (Syrie, Ukraine, Afghanistan, Irak) :

https://web.archive.org/web/20141008130556/http://www.grant-jt.com/

Sans lien apparent avec « le Kremlin », on voit mal en quoi ceci prouve quoi que ce soit sur « l’argent circule », d’autant qu’elle écrit bien qu’il n’a évidemment « pas eu d’impact ».

Page 161 : à propos de l’écrivaine Hélène Richard-Favre :

« Qui a payé ? » : une question récurrente de Mme Vaissié, qui n’enquête donc pratiquement jamais pour apporter des réponses.

Page 269 :

Précisons que l’ancien chancelier allemand, Gerhard Schröder n’a pas été « nommé par le Kremlin » mais élu par le Conseil d‘administration de la joint-venture Gazprom-BASF (cependant, il est vrai que Vladimir Poutine a beaucoup œuvré pour qu’il accepte). L’ancien chancelier Gerhard Schröder s’est justifié, dans un entretien publié mardi 13 décembre par le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, d’avoir accepté l’offre russe.

Rappelons également que le chancelier allemand « reçoit un salaire de base qui correspond selon l’article 11 de la loi des ministres fédéraux à une valeur 5/3 plus élevée que celle d’un fonctionnaire du groupe B11. La somme s’élève alors à environ 226 000 euros par an » [Wikipédia, source “Bundesministeriums des Innern mit den Besoldungstabellen”]. Gerhard Schröder a déclaré à l’époque : « Pour moi c’est une question d’honneur que de participer à ce projet de gazoduc », se défend-il. « J’ai déjà dans le passé appuyé le projet politiquement, parce que je le tiens pour intéressant » [Le Monde, 13/12/2005]

Page 286 :

« Des rumeurs courent… »

« Homme d’argent »…

Pages 294-295 :

« Sans aucun doute reçus superbement, voire couverts de cadeaux ». Bref, de nouveau, aucune source solide, seulement une référence supposée aux « traditions russes ». De corruption ?

Page 297 :

DSK « ferait partie du conseil d‘administration d’une deuxième banque russe ». Vu la facilité à vérifier ce genre d’information, on voit que l’enquête, de nouveau, ne semble pas avoir été très poussée…

Page 55 à propos de 3 fondations russes :

Mme Vaissié n’ayant ni enquêté ni produit de preuve, on ne le saura probablement jamais…

II. Le Physique et l’âge

Page 94 :

L’expertise en physique « séduisant », une corde de plus à l’arc de Mme Vaissié – en plus de la délicatesse.

Page 50 :

« Il aurait dit à sa femme » : une source très solide… Et par ailleurs, il ne semble pas nécessaire d’être un oligarque pour « acheter des raisins à St Petersbourg en hiver ».

Page 301 :

« Très âgés » : Une information imprécise, de nouveau non sourcée et pas très capitale.

Page 325 :

« Une très vieille dame »…

Page 341 :

« Les Africains sont nombreux à clamer leur enthousiasme pour Vladimir Poutine » : source, intérêt, enquête sur ce sujet ?

Page 282 :

De nouveau, que vient faire ici l’âge de personnalités parmi les plus éminentes du pays ?

III. Vie Privée et Affaires de famille

Page 52 :

Mme Vaissié indique ici qu’elle n’a donc pas vérifié les affirmations du très controversé
M. Navalny, et on voit mal ce que ces insinuations malveillantes non prouvées sur la famille Ianoukine viennent faire dans « Les réseaux du Kremlin ».

Page 71 :

Ici c’est le fils de Dimitri Schakhovskoy qui devient un centre d’intérêt…

Pages 148-149 à propos d’Alexandre Latsa :

« Dit être né », « vers 20 ans », « aurait étudié le droit ou les langues slaves », « apparemment » : Mme Vaissié n’est même pas arrivée à confirmer ces faits basiques. Mais cela ne figurait pas sur Internet, il est vrai – il fallait plus que Google.

« Son déménagement est peut-être lié à son mariage ». Eh oui, peut-être. Ou peut-être pas, qui sait ? Là encore, on cite la femme de M. Latsa sans raison, autre que sa nationalité. Comme si épouser une Russe transformait quelqu’un en suppôt du Kremlin.

Page 241 :

De nouveau, la femme russe d’une personne visée est jetée en pâture.

Page 287, à propos de Thierry Mariani :

« Marié apparemment depuis 2005 » avec une Russe : de nouveau aucune enquête sérieuse menée en dehors de Google…

Page 289 à propos de Bernard Lozé :

« Une trentaine d’années de moins que lui » – et Mme Vaissié n’a même pas l’information exacte…

Page 307 :

De nouveau, la femme russe d’une personne visée est jetée en pâture et moquée. « Plus jeune d’une trentaine d’années » : Mme Vaissié, obsédée par ce sujet, n’a toujours pas l’information exacte…

Page 318 :

« Il aurait », « à une date non précisée », « pour le moins étrange » : une enquête sérieuse, sur Guy Mettan et sa fille adoptive…

Page 277 :

Ainsi, Pierre de Villiers a été nommé chef d’État–major de l’armée française « cinq mois avant que son frère ne soit reçu en tête-à-tête par Poutine » ! Hasard, coïncidence ? Allez savoir… !

En conclusion, un tel acharnement sur les familles des personnes que Mme Vaissié n’aime pas est très étonnant venant d’une universitaire traitant de la Russie. En effet, un tel état d’esprit n’est pas sans rappeler la sinistre loi soviétique sur la trahison de la patrie du 8 juin 1934 qui a frappé tant d’innocents, car elle prévoyait une responsabilité collective familiale, les proches des cibles se voyant appliquer des peines d’emprisonnement de 2 à 5 ans et/ou d’exil en Sibérie. (Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_sur_la_trahison_de_la_patrie )

IV. Économie

Page 102 :

« Les Kalachnikovs »…

Mme Vaissié ayant apparemment de sérieuses lacunes sur l’économie russe (mais ce n’est, à sa décharge, pas du tout son domaine de compétence). Voici la vision de Jacques Sapir, contacté par nous pour qu’il réagisse à ce passage de Mme Vaissié :

———-

De : Jacques SAPIR

À : Olivier Berruyer

Envoyé le : Mercredi 13 mars 2019

En tant qu’économiste spécialisé sur l’économie russe et responsable pour la partie française du séminaire sur le développement économique de la Russie, séminaire qui se tient deux fois l’an depuis juin 1991, j’ai été très surpris des affirmations de Mme Vaissié sur l’état de l’économie russe.

Je suis très étonné qu’une personne se disant linguiste se permette de porter de tels jugements sur l’économie russe.

Rappelons tout d’abord que le secteur des hydrocarbures (Pétrole, Gaz, produits raffinés) ne pèse que 12% à 15% dans le PIB. Dans les exportations, si ce secteur est important, il ne doit pas cacher la montée des autres exportations, qu’elles soient agricoles (blé et céréales) ou qu’elles concernent les produits industriels. De même, le secteur des services informatiques est marqué par le développement d’exportations importantes, qui sont le fait d’une grande société de taille mondiale, Kaspersky, dont Mme Vaissié utilise probablement les produits sans savoir qu’ils sont russes. De même, dans les équipements de transports (des camions Kamaz aux hélicoptères), les exportations de la Russie sont notoires et bien répertoriées.

Rappelons aussi que la Russie est redevenue exportatrice que ce soit pour les céréales ou pour les produits laitiers. Ces progrès sont directement les conséquences de la politique dite de « contre-sanctions » mise en place par le gouvernement russe à la suite des sanctions décidées par les États-Unis et par les pays de l’Union européenne en 2014. De fait, aujourd’hui, de nombreux produits russes de qualité se sont substitués aux produits importés. La Russie est donc bien lancée dans la voie de la souveraineté alimentaire. Bien entendu, des progrès doivent encore être réalisés, dans le domaine de l’élevage et de la filière viande en particulier. L’industrie du matériel agricole a connu une renaissance spectaculaire.

Rien ne serait plus faux que de considérer que l’industrie russe se limite au pétrole et aux armes. La métallurgie mais aussi l’industrie chimique ont connu des succès remarquables à l’exportation. De fait, la Russie, et ce contrairement aux affirmations de Mme Vaissié, comprend plusieurs entreprises de taille mondiale, que ce soit bien entendu dans le domaine du pétrole (Rosneft est l’une des toutes premières), mais aussi dans la métallurgie (Severstal, Rosal, Lipetsk et Magnitogorsk), dans le domaine de la chimie, et comme on l’a déjà dit dans le domaine des logiciels (Kaspersky est la première entreprise non américaine pour la production des “antivirus”). De nombreuses entreprises plus petites, de la start-up à des entreprises de plus de 1000 employés, sont très actives dans ce secteur des services informatiques et de l’économie de la connaissance.

Je pense que Mme Vaissié devrait se contenter de son domaine de compétence, la linguistique, au lieu de raconter d’énormes bêtises sur l’économie.

Cela ne veut pas dire que tout soit rose dans le développement économique de la Russie. On peut ainsi critiquer la politique monétaire et la politique fiscale du gouvernement. Considérer qu’il commet de grosses erreurs dans la politique sociale, erreurs qui contribuent à rigidifier le marché du travail et à freiner la croissance. Ces critiques sont partagées par de nombreux collègues russes. Je les ai faites publiquement à de nombreuses reprises. Mais, la description que Mme Vaissié fait de l’économie russe est juste risible.

Jacques Sapir

Directeur d’études à l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales

Directeur du CEMI

Membre étranger de l’Académie des Sciences de Russie

V. Géopolitique

Page 16 :

On apprend que « Le Kremlin » mènerait une « guerre » non seulement en Ukraine mais aussi « contre la population russe » – qui ne semble apparemment pas tenir trop de rigueur à son Président au vu des résultats des élections et des sondages.

Pages 266 :

François Fillon, un autre membre des « réseaux du Kremlin ». Et qui « suscite l’ironie » quand il sous-entend un lien de suivisme envers Obama de François Hollande – une accusation de suivisme envers Poutine ne générant évidemment jamais ce genre de réaction, surtout si on a pu émettre une once de familiarité (page 265) :

Bref, François Fillon, non prédisposé face aux « blondes peu farouches », cet « incroyable naïf », grand ignorant de la Russie actuelle – malgré ses conseillers et réseaux relationnels de Premier Ministre et de futur candidat à la Présidentielle.

Page 266 :

Mme Vaissié, linguiste, s’estime donc parfaitement compétente pour critiquer dans son ouvrage les visions géopolitiques d’un ancien Président de la République, et le faire figurer dans son ouvrage « Les réseaux du Kremlin ». Mais peut-être est-il lui aussi un autre membre stipendié de l’Internationale Poutinienne ?

Page 374 :

Une analyse toute en finesse et pondération, hautement sourcée…

Pages 376-377 :

« Permettrait », « Fantasmes », « Hypothèses » : non sourcé, tout ceci ne semble pas très solide.

Page 302 :

« La Russie d’aujourd’hui vient de l’URSS » : oui, plus que du Nicaragua, c’est certain. Et il est aussi probablement difficile de rayer 70 ans d’un trait de plume, en particulier au niveau des « élites » – un peu plus de subtilité dans l’analyse aurait été précieuse.

VI. Défense

Page 261, à propos d’Olivier Védrine et de la Revue Défense Nationale :

« Olivier Védrine ne semble pas avoir une grande expertise sur cette zone ni dans ce domaine [de la Défense] »…

Rappelons qu’Olivier Védrine est Conférencier de la Commission Européenne (TEAM-EUROPE France), Professeur à l’Iéseg School of Management, Université Catholique de Lille, Responsable du Energy & Sustainable Development Management MBA à l’IPAG Business School (Double diplôme avec Khazar University à Baku). Maître de Conférences et membre du comité d’admission pour le “Master in European Studies” à Nehemia University à Pogradec en Albanie. Professeur Honoris Causa de l’Unisersité de Kiev, il intervient aussi à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) à Strasbourg et à l’école de commerce NEGOCIA. Il est coéditeur de la revue européenne « European Union Foreign Affairs Journal » et il préside le Collège Atlantique-Oural, qui est un think-tank apolitique. Lieutenant-colonel dans la Réserve, il a été auditeur à l’IHEDN, éditeur du « European Union Foreign Affairs Journal » en Allemagne, Conférencier de la Commission européenne à Bruxelles, et professeur invité à l’Université Lomonossov à Moscou.

Quant à la revue, Madame Vaissié conclut page suivante :

« Un sentiment désagréable d’amateurisme […] qui fait craindre des manipulations possibles ». Cela pourrait s’appliquer à bien d’autres choses.

VII. Psychologie

Page 288-289 :

Bernard Lozé aurait donc « une personnalité plus complexe qu’il n’y parait. D’abord, il a une mère russe »…. On imagine l’émoi si une autre nationalité avec été ainsi visée.

Nous ne commenterons pas plus les attaques indirectes contre la culture du peuple tzigane.

VIII. Littérature

Page 161 à propos de l’écrivaine Hélène Richard-Favre :

Ses livres n’ont donc « aucun intérêt ». Sauf un, apparemment :

Ne plus être « femme au foyer » : chacun appréciera. Ainsi que ceci :

« En matière de talent, Richard-Favre n’a rien d’un Aragon, d’un Eluard ou d‘un Sartre. »…

IX. Histoire

Page 96 à propos de Gueorgui Chepelev :

Mme Vaissié semble s’indigner du fait que M. Chepelev dénonce les « commémorations en l’honneur de SS ukrainiens », au prétexte que ce serait « dans la droite ligne du discours du Kremlin ».

Or, ces commémorations publiques et officielles existent bien et il semble de bon ton, en effet, de s’en occuper… On voit mal pourquoi il faudrait s’en abstenir, au prétexte que le Kremlin le fait – ceci devrait rapprocher tous les Européens.

Source : Jewish News One, repris par Les-Crises.fr : https://www.les-crises.fr/u372-deputes-de-svoboda/

Cérémonie publique de ré-inhumation de Waffen-SS en Ukraine, en costumes d’époque. Source : Jewish News One, repris par Les-Crises.fr : https://www.les-crises.fr/u372-deputes-de-svoboda/

Page 349 :

Or le centre Simon Wiesenthal et le Comité Juif ukrainien se battent depuis des années pour dénoncer la complaisance du pouvoir ukrainien actuel – comme encore tout récemment :

Source :http://www.wiesenthal.com/site/apps/nlnet/content.aspx?c=lsKWLbPJLnF&b=8776547&ct=15022871&notoc=1

Traduction exclusive Les-Crises :https://www.les-crises.fr/le-centre-wiesenthal-critique-severement-la-decision-du-parlement-ukrainien-dhonorer-le-collaborateur-nazi-bandera/

X. Religion et Psychologie

Page 107 :

« Contrôler les paroisses permettrait de contrôler les comportements » – non sourcé.

XI. Droit Public

Page 113 :

De nouveau, on constate que Mme Vaissié ramène régulièrement toute vision, pensée ou analyse à « la conception du Kremlin ».

Comme elle s’essaye ici au Droit International Public, nous avons contacté un des grands spécialistes français, M. Denis Alland, Professeur agrégé de Droit Public à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas. Voici sa réponse :

———-

De : Denis Alland

À : oberruyer@yahoo.fr

Envoyé le : Mercredi 13 mars 2019

Objet : Quelques lignes sur souveraineté et intervention

Cher monsieur

Vous me demandez mon avis sur une phrase selon laquelle serait « néo-soviétique » la conception « selon laquelle il ne pourrait y avoir d’ingérence humanitaire car la souveraineté des Etats primerait ».

Outre que le concept de « néo-soviétisme » est trop flou pour pouvoir être analysé historiquement ou juridiquement, la formule appelle de sérieuses réserves du point de vue du droit international :

Le primat de la souveraineté est affirmé dans tous les textes internationaux les plus importants (certains antérieurs, faut-il le dire, à l’existence de l’URSS et d’autres qui ne doivent rien à la conception soviétique du droit international) dont naturellement la Charte des Nations Unies (art. 2 § 1, § 7) et de nombreuses résolutions ; mais surtout il est l’objet de constantes réaffirmations de la part de tous les Etats en pratique ; ceci se passe de démonstration.

La notion d’ingérence humanitaire est l’objet d’âpres discussions depuis le XVIIIème siècle ; c’est toujours le cas en droit international contemporain où demeure toutefois certain que certaines formes d’ingérence – quels qu’en soient les motifs allégués – sont unanimement rejetés par les Etats, de sorte que ce qu’a exprimé la Cour internationale de Justice en 1949 demeure actuel : « Le prétendu droit d’intervention ne peut être envisagé [par la Cour] que comme la manifestation d’une politique de force, politique qui, dans le passé, a donné lieu aux abus les plus graves et qui ne saurait, quelles que soient les déficiences présentes de l’organisation internationale, trouver aucune place dans le droit international » (Rec. 1949, p. 35). La Cour a d’ailleurs rappelé en 1986 dans l’un de ses plus importants arrêts où elle souligne le lien avec le primat de la souveraineté évoqué ci-dessus :

« Malgré la multiplicité des déclarations des États acceptant le principe de non-intervention, deux problèmes subsistent : premièrement celui du contenu exact du principe ainsi accepté et, deuxièmement, celui de la démonstration que la pratique lui est suffisamment conforme pour qu’on puisse faire état d’une règle de droit international coutumier. En ce qui concerne le premier problème – celui du contenu du principe de non intervention- la Cour […] note que, d’après les formulations généralement acceptées, ce principe interdit à tout Etat ou groupe d’Etats d’intervenir directement ou indirectement dans les affaires intérieures ou extérieures d’un autre Etat. L’intervention interdite doit donc porter sur des matières à propos desquelles le principe de souveraineté des Etats permet à chacun d’entre eux de se décider librement. Il en est ainsi du choix du système politique, économique, social et culturel et de la formulation des relations extérieures. L’intervention est illicite lorsqu’à propos de ces choix, qui doivent demeurer libres, elle utilise des moyens de contrainte. Cet élément de contrainte, constitutif de l’intervention prohibée et formant son essence même, est particulièrement évident dans le cas d’une intervention utilisant la force, soit sous la forme directe d’une action militaire soit sous celle, indirecte, du soutien à des activités armées subversives ou terroristes à l’intérieur d’un autre Etat […pour ce qui est du deuxième problème] La Cour doit examiner s’il n’existerait pas des signes d’une pratique dénotant la croyance en une sorte de droit général qui autoriserait les Etats à intervenir, directement ou non, avec ou sans force armée, pour appuyer l’opposition interne d’un autre Etat, dont la cause paraîtrait particulièrement digne en raison des valeurs politiques et morales avec lesquelles elle s’identifierait. L’apparition d’un tel droit général supposerait une modification fondamentale du droit international coutumier relatif au principe de non-intervention […] la Cour doit s’assurer que la pratique des Etats justifie cette conclusion. Or un certain nombre d’exemples d’interventions étrangères dans un Etat au bénéfice de forces d’opposition au gouvernement de celui-ci ont pu être relevés au cours des dernières années […] La Cour constate […] que le droit international contemporain ne prévoit aucun droit général d’intervention de ce genre en faveur de l’opposition existant dans un autre État ».

Avec mes sentiments les meilleurs

Denis Alland

XII. La Justice

Pages 277-278 :

Il est toujours important, avant de parler d’affaires commerciales en Russie, de commencer par parler du parcours judiciaire de la personne. Surtout si elle a été acquittée – on ne sait jamais. Car Mme Vaissié a raison : « le tribunal […] avait considéré quelques mois plus tôt les charges suffisantes pour renvoyer le jeune homme devant la Justice » – ce qui est fait le cas pour 100 % des acquittés.

Et cela permet ensuite de sortir des informations issues d’une source dont on ne saurait douter de la fiabilité dans un tel contexte, sans aucun besoin d’enquête complémentaire pour vérifier les faits…

XIII. La Presse

Page 154 :

Cela avait échappé à beaucoup, mais grâce à Mme Vaissié, on apprend que le journal L’Humanité a désormais « des positions similaires à celles l’extrême-droite » et proches « du discours du Kremlin » – Jaurès devant se retourner dans sa tombe. Cela ne semble cependant pas flagrant en particulier au niveau du capitalisme, des droits sociaux, des exportations d’armes, de l’immigration, etc., mais hélas Mme Vaissié a oublié de développer ce point.

Page 154 :

Ainsi, la peste poutinienne toucherait également « Atlantico, l’Express, le Figaro, BFM » ainsi que « etc. », médias qui déborderaient de personnes œuvrant continuellement à fournir « une image très positive de Poutine » – comme tout le monde l’a constaté (à part les membres présumés des “Réseaux du Kremlin”, étrangement presque jamais invités par eux). Le tout étant orchestré dans l’ombre « sans doute en partie » (sans preuves) par l’agence G+.

Et comment en douter vu l’évidence, raison pour laquelle il n’y a ni noms, ni sources ni analyse détaillée.

Et enfin, au vu de son texte, Mme Vaissié souhaite-t-elle d’ailleurs ôter la parole à ces « journalistes ou contributeurs » ?

Page 156 :

Ainsi, Mme Vaissié s’est essayé à la prévision, sans indiquer de sources : Zemmour, Elkabbach, PPDA arriveraient bientôt sur Russia Today. On les attend toujours.

On appréciera également la façon dont est calomnié le grand journaliste français Jean-Pierre Elkabbach.

XIV. « Réseau du Kremlin »

Page 273 :

La méthodologie de Madame Vaissié…

Nous nous permettons de compléter avec cet extrait des conclusions de Mme Vaissié concernant M. Berruyer :

Une seule reprise d’un article pour être classé dans le réseau ? Dans ces conditions, il est certain que le « réseau du Kremlin » va s’étendre très vite et très loin…

XV. Quelques-unes des calomnies du livre

Page 94 à propos de Pierre Cheremettief :

« Peut-être, peut-être pas… ». Les propos sur le KGB sont non sourcés, et sans rapport avec le sujet.

Pages 162-163 :

Ces calomnies ne sont même pas sourcées ni argumentées.

Page 237 à propos du micro-blog « L’Observateur du monde russe » :

Le blog est donc pointé du doigt comme un « média francophone du Kremlin » parce qu’il s’est arrêté fin 2014…

Page 301 :

Depardieu, Brigitte Bardot, les frères Bogdanov, le boxeur Roy Jones Jr, l’acteur Steven Seagal : un incroyable réseau d’influence russe ?

Page 310 :

Jacques Sapir ayant été victime d’une Fake News extrêmement préjudiciable, Mme Vaissié semble lui reprocher une vive réaction, et conclut en faisant croire qu’elle n’aurait jugé tout à fait « normal » et n’aurait donc rien trouvé à redire dans l’hypothèse où il aurait été directeur de thèse de la fille de Poutine… « S’agirait-il d’une question sensible ? »

Page 314 :

Donc Emmanuel Todd et Michel Onfray témoigneraient « de ces passerelles entre extrême droite et extrême gauche », une preuve en serait par exemple que Florian Philippot aurait aimé leur livre…

Page 320 :

Peut-être que Mme Vaissié aurait du coup pu enquêter ?

Page 320 :

« Il dit avoir terminé Saint-Cyr » : là encore, aucune vérification d’un fait simple.

Page 356 :

On peut évidemment critiquer Sartre, mais une universitaire sérieuse emploierait-elle dans un livre où elle parle de lui l’expression « revenant d’URSS en 1954 après un quasi-coma éthylique » alors qu’elle fait référence à des entretiens accordés au journal Libération (pas l’actuel – ce quotidien a publié de 1941 à 1964) ?

XVI. « Les enfants malades »

Page 269 :

Est-il bien utile de commenter de tels propos, non sourcés, accusant d’une part la Russie d’un quasi « nettoyage » d’enfants malades qu’elle aurait expulsés, et d’autre part le chancelier Schroder d’avoir eu un passe-droit ?

Nous fournissons simplement cette confirmation du service de presse de l’ambassade russe, interrogé par nos soins :

———-

De : Serge PARINOV À : Olivier Berruyer

Envoyé le : Mercredi 13 mars 2019

Suite à votre question sur l’adoption, je vous confirme que la loi russe ne prévoit ni n’a jamais prévu que “seul les enfants malades seraient adoptables à l’étranger”. […]

Je peux vous confirmer que de nombreux enfants bien portants ont déjà été adoptés par des familles étrangères, et ce de tout temps.

Serge PARINOV

Conseiller – Chef du Service de Presse

Ambassade de la Fédération de Russie

XVII. Pour conclure

Après, entre autres, Nicolas Sarkozy, BFM TV, Dominique Strauss Khan, Jean-Pierre Elkbbach, L’Humanité, François Fillon, Thierry Desmaret, Brigitte Bardot, les frères Bogdanov et Steven Seagall, nous conclurons cette présentation des marionnettes poutiniennes des « Réseaux du Kremlin » selon Cécile Vaissié par Hélène Carrère d’Encausse, Valery Giscard D’Estaing, Hubert Védrine et Jean-Pierre Chevènement.

Page 301 :

Voici donc comment Mme Vaissié présente Hélène Carrère d’Encausse, qui est sans doute la plus grande historienne française spécialisée sur le monde russe, première femme secrétaire perpétuelle de l’Académie Française, et ce depuis 20 ans…

Elle serait donc la source de « la plupart des arguments erronés des pro-Poutine » – la source d’une telle affirmation n’étant pas indiqué, si ce n’est qu’il s’agit d’un « descendant de cette émigration blanche » dont on peut penser qu’il n’est même pas historien !

C’était bien la peine pour Mme Vaissié de se plaindre ainsi page 123 :

Il n’y a donc pas que sur Internet que se « [brouillent] les frontières entre […] le spécialiste reconnu par ses pairs et l’expert proclamé (voire le voyou idéologique) », dans son livre aussi : Hélène Carrère d’Encausse ou « un descendant russe » non identifié, c’est pareil.

Page 302 :

Valery Giscard d’Estaing aurait « sans doute » été induit en erreur par Hélène Carrère d’Encausse – simplement car il partage son analyse historique plutôt que celle contraire de Vaissié ?

Mais il est apparemment pour Mme Vaissié un autre membre du « réseau du Kremlin » – et a priori un doyen (page 266) :

Enfin, soulignons qu’un tel manque de respect de Mme Vaissié étonne particulièrement quand on sait qu’elle a eu la chance d’avoir Hélène Carrère d’Encausse comme Directrice pour sa Thèse :

Source : https://www.theses.fr/050743198

Page 315 :

Hubert Védrine, sans conteste un de nos plus grands Ministres des Affaires Étrangères, est donc réduit à « un homme politique français connu pour ses sympathies pour le Kremlin ». On en déduit que pour Mme Vaissié tout homme politique honnête ne peut avoir que de l’antipathie pour le Kremlin.

Enfin, Jean-Pierre Chevènement est donc dans le même cas qu’Hubert Védrine, et Mme Vaissié traite son cas page 251 :

Ainsi, pour Mme Vaissié, l’ancien énarque, l’ancien attaché puis conseiller commercial au ministère de l’Économie et des Finances (1965-1973), l’ancien Dirigeant du Centre d’études, de recherches et d’éducation socialiste (CERES), l’ancien responsable de l’élaboration du programme du PS à la demande de François Mitterrand, l’ancien Ministre de la Recherche puis de l’Éducation Nationale puis de la Défense puis de l’Intérieur, l’Ancien Président de Parti, l’ancien Candidat à la Présidentielle n’aurait donc « aucune expérience des affaires économiques », et rien ne permettait de penser en 2012 que « ses connaissances sur la Russie et l’ex-Union soviétique dépassaient celles du Français moyen ».

Pourtant, deux Ministres des Affaires Étrangères successifs l’ont nommé comme représentant personnel pour la Russie, avec l’accord de deux Présidents de la République…

La raison de l’attitude de Mme Vaissié se comprend bien ici (page 251) :

Or, il n’y a que deux positions possibles pour un pays par rapport à l’indépendance du Kosovo : on la reconnait ou on ne la reconnait pas. C’est binaire. La France l’a reconnue, la Russie ne l’a pas reconnue – et elles n’ont pas été les seules :

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Indépendance_du_Kosovo

On constate que la position majoritaire sur la planète (pondérée par la population des pays) est de ne pas reconnaitre l’Indépendance du Kosovo – qui pose de gros problèmes en termes de Droit International. La même logique pousserait par exemple à reconnaitre celle de la Catalogne par exemple, raison pour laquelle l’Espagne n’a pas reconnu celle du Kosovo.

Sur ce sujet du Kosovo, Jean-Pierre Chevènement a donc défendu une position contraire à celle du Quai d’Orsay, mais qui était la position majoritaire mondiale, et cette position était soutenue en France par de nombreux spécialistes du droit International. Il a ainsi simplement émis une opinion politique d’opposition. Cela pourrait en rester là.

Mais cela devient pour Mme Vaissié un alignement « avec les positions des idéologues russes » – ce qui est factuellement vrai. Mais il y a corrélation, et non pas causalité – problème classique en science. Jean-Pierre Chevènement est donc aussi aligné sur la position des gouvernements espagnol, chinois, indien, brésilien, sud-africain, argentin, etc. Et on peut raisonnablement penser qu’il n’est pas membre de « réseaux d’influence » de ces pays-là…

Comme l’a écrit le grand psychologue américain Abraham Maslow en 1966 dans son livre The Psychology of Science « Si le seul outil que vous avez est un marteau, vous tendez à voir tout problème comme un clou ».

Cet exemple final illustre bien « la méthode Vaissié » : focaliser toute une analyse en fonction de la position russe. Ce biais méthodologique ne peut donc qu’induire des conclusions faussées.

Source : les-crises.fr, Olivier Berruyer, 13-03-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fritz // 15.03.2019 à 07h29

Lire Cécile Vaissié, c’est la condamner. Du sable, encore du sable et rien que du sable, voilà pour les fondations de cette démonstration “universitaire”. L’indélicatesse et l’ingratitude incarnées, à en juger par ses propos sur sa directrice de thèse, Hélène Carrère d’Encausse. Seule compte l’intention : salir et calomnier. Honte à Politis qui prend la défense de ce livre infect.

Que dirait-elle si on utilisait ses méthodes envers elle ? C’est bon, le caviar de l’ambassade de Lettonie ? Et le coca cola de l’ambassade américaine ?

82 réactions et commentaires

  • Fritz // 15.03.2019 à 07h29

    Lire Cécile Vaissié, c’est la condamner. Du sable, encore du sable et rien que du sable, voilà pour les fondations de cette démonstration “universitaire”. L’indélicatesse et l’ingratitude incarnées, à en juger par ses propos sur sa directrice de thèse, Hélène Carrère d’Encausse. Seule compte l’intention : salir et calomnier. Honte à Politis qui prend la défense de ce livre infect.

    Que dirait-elle si on utilisait ses méthodes envers elle ? C’est bon, le caviar de l’ambassade de Lettonie ? Et le coca cola de l’ambassade américaine ?

      +120

    Répondre Alerter
    • Basile // 15.03.2019 à 07h36

      j’enlève mon commentaire posté en même temps sous le vôtre, pour mettre à la suite, car il confirme.

      ça ressemble en tout point à du délayage, du remplissage pour faire du volume, comme on l’apprend adolescent au lycée. Mais sans le style, sans la culture, on puise alors dans le propos de comptoir.

      Linguiste ne veut pas dire expert en français.

      madame Vaissié semble s’y connaître en trolls, vrai ou faux profiles, (sont-ils fichés ?) mais ne semble pas voir les trolls anti Poutine qui pullulent. Toujours ce deux poids deux mesures propre au camp du bien

      • tepavac // 18.03.2019 à 23h52

        Juste pour rappeler pourquoi Olivier, au nom du site, à sommer cette affreuse personnes à justifier ses accusations de roman noir, mais sur des personnes ou groupe de personnes réelles…

        https://www.liberation.fr/france/2019/03/16/la-russie-mobilise-beaucoup-d-energie-pour-cultiver-ses-idiots-utiles-ses-relais-d-opinion_1715540

        Dans une époque où on chasse les fausses informations destinées à tromper les populations, ce brulot écrit par un esprit en perdition devrait simplement être prohibé en l’état actuel, que les parties de l’écrit ayant pour finalité une accusation envers une personne réelle soient retirées de toutes les parutions. Que la même publicité doit être faîte pour dénoncer ce charlatanisme du 21me S.
        Ouais sur toutes les chaines et toutes la journée pendant dix ans…..

        • tepavac // 19.03.2019 à 00h41

          Ah j’oubliais, libé pour citer les noms devrait aussi revenir sur terre, car pour dire ce genre de fausse question, on peut rappeler que nous avons un état pour cela, la défense du territoire qui regroupe l’ensemble d’une population unie par un destin commun, ça fait beaucoup, beaucoup plus sérieux ….

          Après avoir appris que Vaissié, invoque “la faute à Poutine” pour ses diffamations publiques, voilà maintenant Libé et ses préoccupations dans le monde de wall Disney . C’est véridique, c’est écrit dans leur truc;
          “Mais ce procès est un bâillon. Si Cécile Vaissié est condamnée et la maison d’édition ruinée, qui voudra explorer le sujet des réseaux d’influence d’une puissance étrangère en France, qui est un véritable sujet ?»

          Bon on tient à rassurer Libé, la France n’est pas encore tombée, la République est bien là et la Déclaration encore plus unificatrice que jamais.

          Quand à Libé, qu’il s”adresse à la sureté, ou au fbi, et au lieu de cautionner des ragots offensants, qu’ils nous donnent de vrais infos.

          Par exemple de souligner, qu’il n’y a aucune intention de ruiner qui que ce soit, mais de faire cesser un préjudice morale. Due les suppositions de mme Vaissié ne lui permettent en aucun cas d’accuser une personne ou un groupe sur ses simples spéculations et associations d’éléments choisis dans la bibliothèque des faits divers et variés. C’est scandaleux.

        • Surya // 19.03.2019 à 08h45

          Un article de Veronika Dorman , grosse qualité à prévoir…

    • kess // 15.03.2019 à 08h56

      Par acquis de conscience, j’aurais aime lire les meilleurs passages du livre de Madame Vaissé. Que dis-je la Professeure Vaissé! Il me semblerait juste de le faire pour ne pas reproduire les biais methodologiques de cette universitaire.

      Mais a la verite, les quelques passages lus m’ont decourage d’aller plus loin. Je rejoins donc la Professeure Vaissé sur ce point: on est pas oblige de terminer le caca que l’on vient de gouter pour l’identifier comme tel.

      Par contre, le rapprochement s’arrete la et je ne ferais pas un livre sur les cacas que j’ai malencontreusement goute et dont fait partie la prose de cette illustre Professeure. Nulle doute que cette dame vieillissante saura profiter des eloges que lui font les reseaux de l’union atlantique. Elle saura sans nul doute y satisfaire sa gourmandise et sa curiosite intellectuelle.

      Bruit de chasse d’eau …

      • Dominique65 // 15.03.2019 à 11h50

        « cette dame vieillissante saura profiter des eloges que lui font les reseaux de l’union atlantique »
        Et pas que. Michel Eltchaninoff jouissant d’une page impeccable sur Wikipedia, les valeureux soldats que nous avons tous subis pourront s’appuyer sur son tweet pour défendre le torchon (voyez, je sais être mesuré) de Vaissié, qui, par ailleurs, n’en doutons pas, sera une référence pour tout article impliquant la Russie dans cette encyclopédie collaborative.
        Je viens de regarder l’article Wikipedia sur les Gilets Jaunes. Et qui trouve-t-on cité ? L’inénarrable Rudy Reichstadt, bien sûr !

      • V_Parlier // 15.03.2019 à 19h36

        La liste des soutiens était déjà si prévisible: Toujours les mêmes frustrés, dont les plus virulents parmi cette frange ultra-minoritaire de la diaspora russe en France. Ces derniers ne mentent pas par ignorance mais délibérément, souvent pour prétendument régler des comptes personnels envers la Russie. (Ackerman qui a raté sa vie conjugale et sa vie tout court (*), Eltchaninoff qui se rêve en dissident de la vieille époque de l’URSS des années 30, comme les grands, mais parce-que maintenant ce n’est plus dangereux, Prokopiev qui es malade de voir que les partis libéraux pro-OTAN se prennent à chaque fois une veste magistrale aux élections russes, etc…).

        (*) https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/histoire-d-une-anti-russe-190154 .

    • Vladimir K // 15.03.2019 à 13h59

      Une des principales défenses de Vaissié, de son éditeur et de leurs amis, c’est cette idée de “procédure baillon” contre un tout “petit” livré, vendu à 2500 exemplaires seulement.

      Il ne s’agit pas seulement d’un petit livre à faible tirage : il s’agit du fait, que ce livre est largement mentionné sur le net, et qu’une recherche Google, Bing, Yahoo sur Olivier, Emmanuel Todd, Jacques Sapir, etc. risque de renvoyer sur des mentions de ce livre

      Il s’agit aussi du fait que cette personne enseigne en université, et transmet donc un savoir – au mieux – incomplet, voire – au pire – biaisé.

      Ce n’est pas si anodin que cela, c’est pourquoi il faut se défendre.

      • Chris // 15.03.2019 à 16h12

        Bref, Madame Vaissié est à l’université ce que Madame Fourest est au journalisme.
        Merci OB pour ce travail de santé publique.
        Vaissié ? Ce patronyme proviendrait-il de “vesse-de-loup”, ces champignons très communs et sans pied, qui, lorsqu’ils sont vieux, se transforment en sacs remplis d’une poussière brune qui éclatent quand on appuie dessus… ce que vous venez de faire !

        Certaines vesses ont des propriétés hallucinogènes : ceci pourrait expliquer cela.

      • lvzor // 15.03.2019 à 23h19

        Soyons indulgent : on a là une pipelette qui, en bonne pipelette, rapporte des ragots souvent grossis, voire inventés, pour se rendre intéressante. Sans se rendre compte apparemment que, depuis le titre jusqu’à la quasi totalité des extraits qu’on en peut lire, elle atteint au complotisme de magnitude exceptionnelle!

        Tant que les larbins de l’atlantisme béat seront de cet acabit, on pourra continuer à en rire 😀

    • Tonton Poupou. // 15.03.2019 à 14h27

      En fait le florilège des extraits de la prose de Mme Vaissié sont bien à l’image – un condensé résumé – de l’information journalistique des médias principaux français que l’on peut voir lire et entendre depuis l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en Russie il y a 20 ans : Des rumeurs. Des allégations. Des théories du complot. Bref toute la panoplie du parfait petit poutinophobe russophobe. Je me suis lassé de lire cette logomachie au raisonnement spécieux, dans laquelle je m’étonne de ne pas avoir vu y paraître – sous réserve que je me trompe – les deux personnages préférés des russophobes poutinophobes : le mafieux russe (toujours en cheville avec l’oligarque proche du Kremlin. Bien sûr.) et la sempiternelle prostituée. Dommage ! Avec le caviar à la louche ça aurait bien fait dans le décor sur le plateau du Petit Théâtre des Horreurs sur laquelle nos fringants défenseurs du camp du bien aiment mettre en scène la Russie de façon récurrente.

      • Vladimir K // 15.03.2019 à 14h43

        En parlant de caviar à la louche, l’année dernière (et toutes les années d’avant), c’était foie gras et champagne à volonté pour le 14 juillet du consulat de France à Québec, mais chuuuut…

    • Beatrix // 16.03.2019 à 02h57

      Je n’aurais que peu de mots pour qualifier l’universitaire Vaissié. Elle a sûrement consacré beaucoup de temps et d’énergie pour enfanter cet opuscule qu’on pourrait rebaptiser “Le Bréviaire des calomnies”.
      Si je devais me former à la critique d’un pays, en l’occurrence de la Fédération de Russie, je me dirigerais vers une autre direction que la sienne. Les quelques extraits mis en ligne par O. Berruyer m’indiquent clairement que Mme Vaissié s’épanche beaucoup trop sur la vie privée des individus et qu’elle choisit des références anecdotiques sur les personnes outre que son style est plus proche du colportage de bas étage que de la rigueur académique.
      On ne se sent ni grandir ni devenir plus intelligent à la lire.
      N’apportant pas le moindre éclairage sur ce pays et son peuple, ni sur les enjeux politiques et économiques dont la Russie doit faire face tout au long de son histoire, ses éructations sont sans intérêt pour moi.
      Avec ses mots, elle a délibérément et gratuitement fusillé ces personnes mentionnées dans son livre. Gardons nous de lui donner plus de moyens d’en tuer d’autres: la justice devrait s’inquiéter et s’émouvoir d’un un tel cas de contagion de paranoïa, car la santé publique va en pâtir encore plus sérieusement.

  • Foussignargue // 15.03.2019 à 08h05

    Dans sa nomenclature des présidents “membres du réseau” (VGE, Sarkozy), mme Vassié oublie François Hollande, qui écrit incidemment, en page 73 de son dernier livre, “la Crimée, province ukrainienne qui a choisi la Russie”, en allusion, je suppose, au réferendum…
    Encore une louche de caviar, François ?

  • Graindesel // 15.03.2019 à 08h09

    “L’expertise en physique « séduisant », une corde de plus à l’arc de Mme Vaissié ”

    En effet, parole d’experte:

    https://histoireetsociete.wordpress.com/2016/07/19/dernieres-nouvelles-du-front-du-neo-maccarthysme-cecile-vaissie-et-mediapart-suite/

    • chr bernard // 15.03.2019 à 10h57

      J’ai opéré la même démarche que vous (chercher une photo de cette experte) et j’arrive aux mêmes conclusions.
      Quand on insulte les autres, il faut tout de même faire un peu attention à l’effet boomerang…

  • ien // 15.03.2019 à 08h13

    Mme Vaissié illustre à merveille l’effondrement de l’Éducation Nationale et son corollaire, la médiocrité de tant d’ “intellectuels” qui sont promus au terme de leurs études dites supérieures. On peut en outre supposer que ce livre est commandité, à l’heure où M. Macron dénonce le “danger russe”. Affirmer à l’emporte pièce sans preuve des “vérités” parfaitement compatibles avec la ligne présidentielle, c’est un peu du BHL, qui a donc fait des émules.

  • Kiwixar // 15.03.2019 à 08h18

    La linguistique inclut-elle l’apprentissage de la langue (fourchue) du serpent? Ça vaudrait le coup de comparer, en termes de moyens et d’influence, les “réseaux du Kremlin” avec les “réseaux de la Maison-Blanche” ou “de Langley” (a.k.a les visages pâles à la langue fourchue).

    Quelle espérance de vie pour une société basée sur le mensonge et la fraude?

  • Graindesel // 15.03.2019 à 08h23

    “Est-il bien utile de commenter de tels propos, non sourcés, accusant d’une part la Russie d’un quasi « nettoyage » d’enfants malades qu’elle aurait expulsés, …”

    Exemple: Guy Mettan, père adoptif d’une enfant russe.

    Pour rappel:

    https://thesaker.is/guy-mettans-book-on-russophobia-is-a-must-read-for-any-person-interested-in-russia/

    Question: Monsieur Mettan est-il mentionné dans li livre torchon de l’autre?

    • Sybillin // 16.03.2019 à 09h08

      Mon cousin germain a adopté trois enfants russes : deux : frère et sœur en 2008 et une autre petite fille en 2012 et je peux confirmer que ces enfants sont en excellente santé et tout à fait normaux sur le plan intellectuel même s’ils ont souffert dans leur prime enfance comme tout enfant en orphelinat. Ils ont aujourd’hui 18, 17 et 11 ans et ne diffèrent en rien des enfants français et sont parfaitement adaptés.
      C’est peut être la exception qui confirme la règle !
      Cela dit on est confondu par la médiocrité du discours et des arguments d’une universitaire! Piètre carte de visite pour l’Universite.
      Quant à mettre l’accent sur le rôle de la Russie dans les déboires de politique intérieure…cela permet d’éviter de s’interroger sur les causes réelles des crises puisqu’une fois de plus on a trouvé un bouc émissaire! Lamentable!!!
      Si ma mémoire est bonne, Poutine a multiplié le PIB de la Russie par plus de 7 pendant son mandat! C’est dommage qu’il n’influence pas le gouvernement français dans ce domaine!

  • Graindesel // 15.03.2019 à 08h26

    “Est-il bien utile de commenter de tels propos, non sourcés, accusant d’une part la Russie d’un quasi « nettoyage » d’enfants malades qu’elle aurait expulsés, …”

    Exemple: Guy Mettan, père adoptif d’une enfant russe.

    Pour rappel:

    https://worldpeacethreatened.com/2015/06/19/russie-occident-une-guerre-de-mille-ans-la-russophobie-de-charlemagne-a-la-crise-ukrainienne-pourquoi-nous-aimons-tant-detester-la-russie/

    Question: Monsieur Mettan est-il mentionné dans le livre torchon de l’autre?

  • Catalina // 15.03.2019 à 08h26

    Ceux qui commentent sur sputnik…… sur le Donbass etc “, madame vassié je ne vous ai pas vu à Donetsk, ni ailleurs au Donbass et mes contacts sur place non plus !!!
    Au-delà, se revendiquer d’être une experte quand on n’a rien à dire à part salir, je plains ceux qui sont inscrits à vos cours, en fait d’expertise, l’endoctrinement digne de l’ex-URSS que vous prodiguez à vos élèves devraient pour le moins faire sourciller leurs parents et les faire quitter immédiatment l’amphithéâtre dans lequel vous sévissez. Comme vous semblez être une adoratrice de l’argent, je prie pour que ce procès vous coûte cher, très cher, ça vous fera les pieds et que votre livre soit retiré de la vente. Quand on a votre niveau, on se demande ce que vous foutez comme professeur en uni. Mais en fait vous êtes l’idiote utile volontaire, combien donc êtes-vous payée pour salir la Russie et par quels réseaux ?Quand aux enfants malades, la Russie affrête des cars pour amenener les enfants gravement malades du Donbass se faire soigner chez elle, sans doute pour les faire adopter ? vous êtes ignoble, madame, abjecte et ignoble.
    On comprend mieux ‘l’incomptétence des hauts dirigeants français actuels, avec des profs tels que vous c’est sûr, le niveau s’affaisse!!!

  • Catalina // 15.03.2019 à 08h44

    On dit que la vieillesse est un naufrage, à lire vassié on voit bien que parfois la jeunesse aussi !
    Mais peut-être que ce livre est son passeport pour la nouvelle promo young-leader française ?
    ;O)

    • Tepavac // 15.03.2019 à 10h41

      Il ne faut pas en vouloir a cette pauvre femme, aussi exécrable soit elle. Nul n’est a l’abris des “maladie d’amour “, or tout dans les sujets empruntés par mme Vaissié, ainsi que les tournures de phrase, expriment un fort manque affectif, teinté il est vrai, par une certaine rancoeur qui transpire dans ses analyses.

      Il serait bon, pour la paix sociale, de lui temoigner un peu d’amour, cela ne coûte rien a celui qui le donne, et enrichie tant celui qui le reçoit.

  • Graindesel // 15.03.2019 à 08h46

    Et puisqu’il est question de Madame Richard-Favre:

    http://voix.blog.tdg.ch/

  • renansavage // 15.03.2019 à 08h48

    Personne n’écrit de livres sur les réseaux américains. Ils sont pourtant bien plus nombreux et bien plus influents que les prétendus réseaux russes (Young leaders entre autres). D’ailleurs, tous ces journalistes ne font que déployer les mêmes attaquent russophobes que celles qui sont déployées aux États-Unis. Ils colportent eux mêmes des thèses complotistes qu’ils sont incapables de prouver. Cela démontre bien qu’il s’agit d’actions préméditées et coordonnées.

    PS : Je me demande combien de crétins peuvent croire qu’avec quelques milliers de compte Twitter russes (dont il n’existe aucune preuve de l’authenticité de la provenance), on peut influencer quelques dizaines de millions de votes. Plus c’est gros, plus ça passe.

    • chr bernard // 15.03.2019 à 11h04

      Je me suis déjà scandalisé de cette différence faite entre l’acceptation de l’influence massive des EU et la recherche vétilleuse d’une micro-influence russe..
      En fait, il me semble que l’influence américaine n’est tout simplement plus vécue comme procédant d’un réseau (nécessairement caché et contrariant un courant opposé), ni même comme une influence extérieure à nous : plus même qu’un amour affiché, c’est une identification pure et simple avec l’Amérique que ressentent les traitres qui nous dirigent ou nous informent.
      (cf Comment nous sommes devenus américains, Gallimard, 2017, Regis Debray)

    • Chris // 15.03.2019 à 16h28

      L’historien tessinois, Daniele Ganser, a énormément écrit et conférencé sur les réseaux américains.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Daniele_Ganser

    • Claude // 15.03.2019 à 19h10

      Au coeur de la guerre froide. Les hommes de l’ombre

      Pendant la guerre froide, l’OTAN a créé le réseau Gladio, une armée secrète destinée à résister à une éventuelle conquête soviétique.

      En Suisse, les organisations P26 et P27, dont faisait partie notamment le Conseiller national genevois Jacques-Simon Eggly, remplissaient la même fonction. Grâce aux témoignages exclusifs de plusieurs anciens agents, ce documentaire revient sur cette page méconnue de l’histoire européenne.

      https://pages.rts.ch/docs/6221630-au-coeur-de-la-guerre-froide-les-hommes-de-l-ombre.html

  • Rond // 15.03.2019 à 08h49

    Logorrhée d’affirmations “à la Prévert”, pardon à Prévert. Faut-il être “universitaire” pour compiler tant de fadaises invérifiables ? Madame Vaissié est fâchée avec poutine ? Grand bien lui fasse. Je n’aime pas mon voisin, devrais-je en faire un livre ?
    Non Olivier, je ne lirai pas voici-voilà, ici Tokyo, top discret, ni le livre de madame Vaissié !

  • Kokoba // 15.03.2019 à 09h20

    Merci pour cette lecture commentée.
    Cela nous permet de voir le niveau de cette dame qui se prétend compétente…

    La partie sur l’économie Russe est (comme le dit Sapir) risible.
    A un tel point qu’on comprend immédiatement que ce livre n’est pas simplement mauvais, il s’agit juste d’idéologie.

    • Balthazar // 15.03.2019 à 15h54

      J’ai assisté à quelques unes de ses interventions sur France 5 (émission C dans l’air) lorsque Yves Calvi et ses invités “decryptaient” l’actualité en Ukraine (2014_2015) et effectivement elle ne m’a pas laissé un bon souvenir.
      bravo Olivier pour votre action, c’est instructif.

  • George // 15.03.2019 à 09h20

    Est-ce Vaissié publie à titre universitaire, donc se vantant d’avoir fait un travail universitaire, ou publie t-elle juste un “essai” contre les réseaux du “Kremlin” ? A t-elle utilisé son statut universitaire pour faire la promotion de son travail ou ce sont les journalistes qui se sont servis de ce titre pour crédibiliser un discours qu’ils apprécient ?

    • Tepavac // 15.03.2019 à 10h55

      Mme Vaissié agit par dépit affectif, et les journalistes par opportunisme.
      Il est “probable “, pour reprendre sa “méthodologie ” , que perdue dans la souffrance et la violence de ses émotions, elle ait été utilisé par des coquins malintentionnées, pour orienter et évacuer son mal-de-vivre sur des sujets exotiques.

  • Theoltd // 15.03.2019 à 09h58

    Vous remplacez les ss par un ch, et vous avez le mode d’emploi de cet ouvrage.

  • Pepin Lecourt // 15.03.2019 à 10h08

    Est-ce utile de commenter les délires d’une russophobe ?

    Mais au fait, selon sa méthodologie qui a fiancé le livre de Mme Vaissié, la NED, USAID, l’Open Society ou les 3 à la fois ?

    • Arnaud // 15.03.2019 à 11h10

      Département de Russe – Université Rennes 2 Directrice. Même pas dans un labo de recherche CNRS. Une nullarde qui a su bien se placer

  • Charles Michael // 15.03.2019 à 10h32

    C’est affligeant mais sans être surprenant, car cette médiocrité est extrémement répandue en Rance, province soumise à l’Otan et rongée par la Bruxellose et son racisme anti-russe bien ancré.

    Ces Russes que le défunt Cavana dans son livre Les Rouges remerciait d’avoir libéré l’Europe des armées Allemandes et leurs divisions de Kollabo SS venues de toute l’Europe.

    Mais c’est vrai que la linguiste franchit le mur du çon
    et c’est pas flatteur pour ses lecteurs
    et supporteurs.

    • Basile // 15.03.2019 à 12h10

      on attend en effet de cette personne brillante qu’elle se penche maintenant sur le miracle qui a fait que la pays qui a commis les pires atrocités au monde, assassinats de masse, expériences médicales sur les déportés, est devenu notre grand ami, et pas la Russie.

      et en admettant qu’il y ait des réseaux d’influence russes, qu’elle en analyse les raisons. Car ce n’est pas la Russie qui encercle l’Europe, mais l’Europe et l’Otan qui encerclent la Russie. Après, facile de critiquer le fait que celui qui est menacé se défende et cherche des soutiens .

  • Arnaud // 15.03.2019 à 10h32

    Ne me dîtes pas que vous vous êtes ingurgités cette bouillie immonde en entier ? J’ai pas réussi à lire tout votre article tellement c’est imMonde. Je suis en train de lire
    Bégaudeau Histoire de ta Bétise, jouissif, il met des mots sur mes idées
    Ruffin, Ce pays que tu ne connais pas, drôle et triste
    Wolfgang Sachs et Gustavo Esteva Des ruines du développement, démoralisant

    Pourquoi perdre du temps avec des trucs pareils. Par exemple ce matin on m’envoie cette bouze intersidérale https://www.ladepeche.fr/2019/03/10/ruffin,8059542.php
    Lu la 1ere phrase et hop je ferme
    Quel intérêt de perdre du temps à écouter, lire, regarder tout ces éditorialistes, politiques, chercheurs creux et nuls ?
    Qui des les-crises .fr lira ce type de livre ? Et j’irai plus loin qui lira cette merde ? Par exemple, là où je bosse (bibliothèque universitaire) 2 exemplaires achetés (près de 120000 lecteurs potentiels) et 0 prêt…. Je connais pas le tirage de ce livre depuis 2016. Une idée ?
    Du coup, est-ce vraiment une bonne idée de lui faire de la pub en faisant un procès, un article dans le blog ?

    • Tepavac // 15.03.2019 à 16h00

      “Pourquoi perdre du temps avec des trucs pareils.”

      Si ce n’était que Vaissié seule, cela n’aurait pas fait reagir une mouche, mais voila, c’est tombé en même temps qu’une hystérie collective de propos va-en-guerre et de menaces multiples, a peine voilées contre tous ceux qui osent débattre sur le sujet des “ingérences humanitaires”.

      Je rappelle que nous sommes réunis sur ce site par son engagement principal evident qui est la recherche du mieux-vivre, du progrès et par definition nous tentons par nos debats a viser l’entente, alors que les écrits de mme Vaissié suscitent et crées artificiellement des rivalités conflictuelles en propageant des accusations d’une gravité certaines avec de surcroît des accusations nominatives qui insinuent explicitement, mais sans en apporter de preuves, que les opposants aux delires bellicistes sont des agents, conscient ou non, du Kremlin.

      Dit plus simplement elle accuse toutes les critiques de son opinion, comme venant de traitres, donc d’ennemis.

      Cette seule affaire suffirait deja à engager une poursuite judiciaire, mais a cela s’ajoute un environnement mondiale assez explosif où les missiles se disputes le ciel aux drones et pour couronner ce tableau, nous avons en plus un tas de psychopathes en liberté qui parfois passent aux actes de leur folie meurtriere par des attentats sur des innocents.

      Toutes les paroles et tous les ecrits ayant pour pour finalité la création de rivalités meurtrières devraient et doit être bannis sous peine de favoriser la guerre.

  • Philou // 15.03.2019 à 11h06

    Cette dame se permet des remarques déplacées, désobligeantes et réitérées sur l’âge et le physique de nombreuses personnalités, dont certaines sommités comme Mme Carrère d’Encausse, remarques qui prennent dialectiquement valeur d’arguments voire de preuves (d’incompétence, de gâtisme..) dans son “essai”. Mais c’est une grande universitaire… je suppose donc qu’un simple humain lambda comme moi n’aura aucune qualité pour estimer, même en se déclarant totalement subjectif, que la physionomie de ladite dame respire plus la roublardise que la franche intelligence… je ne le ferai donc pas !
    https://www.lemonde.fr/international/article/2016/08/05/cecile-vaissie-moscou-a-developpe-plus-qu-un-soft-power-une-politique-d-influence_4978882_3210.html

  • Edmond Q.Cédupoulè // 15.03.2019 à 11h29

    Madame Vaissié devrait se concentrer sur son domaine d’expertise et s’intéresser par exemple au joli mot “baltringue”.

  • Le turk // 15.03.2019 à 11h51

    Qu’il y est des réseaux russes en France , rien de nouveau sous le soleil , comme il y a des réseaux US , British et des réseaux français à Moscow , tout fonctionne en réseaux , influence , espionnite et business , un livre de plus ne changera rien.

  • Patrique // 15.03.2019 à 11h59

    Comment un livre complotiste peut-il être accueilli comme étant un livre “universitaire” ? La faillite de l’Université française ?

  • Kasper // 15.03.2019 à 12h35

    J’aime beaucoup le passage sur le blog dont la preuve qu’il est aux ordres du Kremlin est qu’il s’arrête le jour anniversaire de la révolution d’octobre… Ça ne saurait être une coïncidence, évidemment. On est au niveau des analyses numérologiques de comptoir façon “enquête sur les illuminatis”, vraiment.
    Ca en dit long sur les gens qui défendent ce torchon.

  • René Fabri // 15.03.2019 à 13h03

    Pour la Crimée, Mme Cécile Vaissié est une exception parmi ceux qui connaissent le monde russe. Je me souviens que M. Alexandre Adler, anti-Poutine, avait dit lors d’un débat télévisé, qu’il était absolument indiscutable que les Criméens ont librement choisi leur rattachement à la Russie. C’est d’ailleurs tout à fait simple à comprendre pour trois raisons.

    Primo, la Crimée a été détachée de la Russie relativement récemment, en 1954, par Khrouchtchev contre la volonté de la grande majorité des Criméens.

    Secundo, la Crimée dépend économiquement de la Russie beaucoup plus que de l’Ukraine continentale ou de l’Europe occidentale. Elle a deux grandes ressources qui sont le tourisme russe et les bases militaires russes. Elle est en plus relativement autonome au niveau de l’agriculture.

    Tertio, les habitants de Crimée ont la langue russe pour langue maternelle, mais le gouvernement de Porochenko veut imposer une langue unique différente, qui est l’Ukrainien. C’est très dur de changer de langue, et c’est incompréhensible de le faire quand la nouvelle langue est beaucoup moins répandue et moins utile économiquement. Il aurait fallu que l’Ukraine accepte d’être un pays ayant plusieurs langues officielles, comme c’est le cas de la Belgique, la Suisse et le Canada.

  • Louis Robert // 15.03.2019 à 13h15

    Renversant!

    Je crois que nous pouvons tous qualifier ce travail éminemment « scientifique » de littéralement délirant.

    Dommage tout de même, j’aime bien le caviar (servi à la louche…) et la vodka, consommés avec des Russes en toute amitié…

    • Tepavac // 15.03.2019 à 16h17

      Oui j’ai bien aimé son accusation de “voyous ayant des opinions”

      Il faudrait peut-être l’informer que les hors-la-loi sont par definition des opposants a toute forme d’autorité, c’est leur philosophie, c’est dans leur nature.
      D’ailleurs bien souvent, ils sont les premiers a entrer en résistance contre les oppressions et autres agresseurs.

  • ger0725 // 15.03.2019 à 13h38

    ” Cancans , ragots et autres médisances ” , un titre sûrement plus adapté à ce défouloir classe comptoir , mais certes moins vendeur que l’original . Ce brûlot ne réhausse pas le niveau de l’université française et de certains de ses représentants !

  • Vladimir K // 15.03.2019 à 13h48

    Pour abonder dans le sens de Jacques Sapir, au sujet des exportations russes, je peux ajouter cela :

    Le pneus hivers réputés les meilleurs au Canada sont des Nokian Hakkapeliitta de fabrication russe (comme tous les pneus Nokian vendus en Amérique du Nord). Aussi, les pneus de la marque Ghislaved (filiale de Continental) sont de fabrication russe, eux aussi.

    Rostselmash a racheté une usine à Winnipeg au Canada pour y fabriquer du matériel agricole. De plus, les tracteurs russes Kirovets sont en vente au Canada, tout comme les véhicules tous-terrains Sherp.

    Si vous voulez acheter une moto Oural flambant neuve au Canada ou aux États-Unis, il vous en coûtera entre 12 et 19 mille dollars.

    La plupart des films russes récents sont doublés en anglais et en français (Salyut 7, le temps des premiers, l’équipage, Sobibor…) et comment ne pas parler des dessins-animés Masha et Misha et Smeshariki (Gogoriki en France et dans les pays anglophones) ?

    La messagerie Telegram, d’invention russe, est utilisée partout dans le monde. De nombreux bloggeurs/Youtubers russes (AcademeG, Igor Negoda, Vladimir Zelentsov, Eldar Murtazin, Artemii Lebedev) ont une renommée internationale, y compris en Occident.

    Mais à part ça, la Russie n’exporte rien d’autre que des vieilles Kalashnikovs et du gaz.

  • Marie Genko // 15.03.2019 à 14h27

    Il me semble que lorsque les individus bâtissent leur raison de vivre sur une agressivité permanente envers leurs semblables, nous devrions sincèrement les plaindre!
    Toutefois il n’est pas possible de laisser les nuisibles projeter leur fiel indéfiniment sur leurs semblables ! Et trop c’est trop!

  • MichelR // 15.03.2019 à 15h07

    Olivier fait du bon boulot sur ce brulot

    • Vladimir K // 15.03.2019 à 16h14

      Olivier fait du bon boulot sur ce brulot écrit par un bulot

    • Scytales // 16.03.2019 à 15h15

      Olivier fait également du bon boulot sur tout le reste ;-).

  • Cassandre // 15.03.2019 à 15h44

    Selon un article du Spiegel de 2017, Schröder peut recevoir de Rosneft un salaire de 600 000 euros. Où se trouve la source du chiffre de 250 000 euros ?
    http://www.spiegel.de/politik/deutschland/gerhard-schroeder-altkanzler-erhaelt-561-000-euro-fuer-buero-aus-staatskasse-a-1170471.html

    • Chris // 15.03.2019 à 16h39

      Avec ou sans jetons de présence et autres actions spéciales ?

      • Cassandre // 16.03.2019 à 15h32

        Dans l’article on dit textuellement: “Le politicien SPD après un reportage sur les salaires du Conseil d’administration de Rosneft qui s’élèvent à 6 millions d’euros, avait dit lui-même, qu’il peut obtenir moins d’un dixième – alors 600 000 euro.

  • inement // 15.03.2019 à 17h11

    Nouvelles sanctions économiques de l’UE envers la Russie qui se précisent puis le livre de Mme Vaissié….n’en jetez plus !

    Bon, il y a au moins “quelqu’un” qui fait bien son boulot de coordinateur : fake/complot ? Pardon, “en même temps” les coincidences fortuites existent !

    Dans un monde où l’inversion est reine, Mme Vaissié peu bien être Déesse de beauté et de jeunesse…..oui,on tient peut-être là un début d’explication pour l’élaboration de ce livre ?

  • moshedayan // 15.03.2019 à 17h53

    Bonjour j’ai fait l’effort d’écouter votre universitaire et de lire le résumé officiel de sa thèse source :
    La parole contre les mythes : les dissidents de Russie (1968-1987) site thèses.fr sous la direction d’Hélène Carrère d’Encausse. et puis j’ai lu votre compte-rendu de ce livre.
    Le bilan : je suis atterré par le niveau médiocre de ce livre. Il en dit long sur le niveau dans certaines universités françaises concernant les analyses ou études sur l’Europe de l’Est.
    Son parcours témoigne de ce que j’ai dit ici plusieurs fois : quand, en France, vous avez votre “carte antisoviétique” ou “anti-Poutine” vous êtes assuré de faire carrière.
    Dans ses interviews, on sent aussi une hostilité viscérale de cette personne à l’égard de la Russie mais aussi de toute l’émigration russe qui, bien qu’à l’étranger, reste majoritairement favorable à son régime actuel, et aussi des Russes blancs, comme Carrère d’Encausse qui ont renoué avec la Russie orthodoxe. ça la rend malade, visiblement.
    Bref, je termine – cette dame peut m’inscrire comme agent du Kremlin et opérant dans un ancien pays du Pacte de Varsovie ! et le KSS (Parti Communiste slovaque) ou d’autres sont pour elle de la même engeance, puisqu’ils réclament le retrait des bases de l’OTAN du pays…

  • Serge F. // 15.03.2019 à 18h02

    Cet article me fait penser à l’échange mémorable qui a eu lieu en 1979 entre Pierre Vidal-Naquet et BHL, suivi d’une remarquable conclusion de Cornelius Castoriadis :

    http://www.pierre-vidal-naquet.net/spip.php?article49

    Extrait :

    « La première concerne les « auteurs » eux-mêmes. Il leur faut être privés du sentiment de responsabilité et de pudeur. La pudeur est, évidemment, vertu sociale et politique : sans pudeur, pas de démocratie. (Dans les Lois, Platon voyait très correctement que la démocratie athénienne avait fait des merveilles aussi longtemps que la pudeur, aidôs, y régnait.) En ces matières, l’absence de pudeur est ipso facto mépris d’autrui et du public. Il faut, en effet, un fantastique mépris de son propre métier, de la vérité certes aussi mais tout autant des lecteurs, pour inventer des faits et des citations. »

    « Le respect des standards formels de rigueur n’est pas une question « formelle ». Le critique doit me dire si l’auteur invente des faits et des citations, soit gratuitement, ce qui crée une présomption d’ignorance et d’irresponsabilité, soit pour les besoins de sa cause, ce qui crée une présomption de malhonnêteté intellectuelle. Faire cela, ce n’est pas être un cuistre, mais faire son travail. Ne pas le faire, c’est abuser son public et voler son salaire. Le critique est chargé d’une fonction publique, sociale et démocratique, de contrôle et d’éducation. Vous êtes libre d’écrire et de publier n’importe quoi ; mais si vous plagiez Saint-John Perse, sachez que cela sera dit haut et fort. Fonction d’éducation des futurs auteurs et des lecteurs, d’autant plus vitale aujourd’hui que l’éducation scolaire et universitaire se dégrade constamment. »

    Voici la misère intellectuelle dans laquelle notre société est plongée depuis de nombreuses années. On reconnaîtra dans celle-ci les écrits non seulement de BHL, mais aussi ceux de Michel Onfray, Eric Zemmour et tant d’autres. A de rares exceptions près, la critique littéraire n’existe plus.

  • Paul Atreide // 15.03.2019 à 19h06

    Si je condamne la nature des propos qui semble contenu dans cet ouvrage

    je pense qu’il faut éviter ce genre de démarche qui consiste à prendre un livre extrait par extrait pour illustrer une argumentation, argumentation qui semble aussi s’abaisser à la moquerie et à la bassesse, comme le passage sur l’ambassade semble le montrer.

    Nous ne combattrons jamais efficacement ceux aux idée nauséeuse en adoptant leur pratique reprochable, et leur facilité.

    donc pour moi cet article d’aujourd’hui ne peut pas avoir grand de valeur

  • tchoo // 15.03.2019 à 19h54

    Je comprends pourquoi elle n’en a vendu que 2500.
    Et c’est encore beaucoup
    Combien regrette leurs achats?
    Oh pardon je fais du Vaissié

  • Catalina // 15.03.2019 à 20h11

    il est 20H10, quel est le verdict ? est-ce que l’affaire a été renvoyée ? je brûle d’impatience !

  • Catalina // 16.03.2019 à 07h39

    bon ben du coup, rien !!!! ça serait quand même sympa de nous tenir au jus de l’issue du procès !!!! je vois de nouveaux billets et rien sur ce truc, que disent les gens qui y sont allés ? disparus dans la nature ?

    • Fritz // 16.03.2019 à 20h03

      La sentence est mise “en délibéré” (encore un truc pour allonger les délais de justice). Elle sera rendue le 31 mai.

  • Ando // 16.03.2019 à 09h18

    Une commère qui fait des commerages. La pensée raisonnante ramenée au niveau du ragot. Les habitants de son immeuble ont peut être des soucis a se faire. Mais ce n’est pas vraiment ce travail indigent qui etonne, plutôt qu’il ait été aussi celebre par des russophobes apparemment tout aussi éveillés intellectuellement.

  • Pepin Lecourt // 16.03.2019 à 10h27

    Il y aurait un moyen simple de réhabiliter ce bouquin pour en faire un livre digne d’intérêt, en changer seulement le titre : RAGOTS ET INTOX SUR LA RUSSIE, Petit bréviaire du russophobe.

  • Vadim de Chevreuse // 16.03.2019 à 10h30

    Autour de Mme Vaissié et de son livre il y a vraisemblablement aussi de l’argent qui circule. Au moins, cette hypothèse n’est pas moins fondée que les siennes. Mais, quand même, quelle chasse aux sorcières! Si cela continue de la sorte en Europe, on finira par une grande expédition européenne à l’est, équivalente à celles de 1812 et de 1941. Cela fait froid au dos….

  • Pol ux // 16.03.2019 à 10h40

    Tous ces gens qui soutiennent Vaissié, de quel réseau font-ils partie ?

  • Catalina // 16.03.2019 à 11h08

    Pol UX

    Apparemment, du réseau des crétins qui ont une chaise dans nos universités qui n’ont que le nom et plus la mission ?
    ou au réseau des crétins apatrides qui pensent que commissaire priseur est LA carrière qui a de l’avenir ?

  • Ruoma // 16.03.2019 à 13h30

    Merci encore une fois pour ce remarquable travail de “décryptage”.
    C’est terrible de voir tout ce travail de fourmi réalisé pour prouver que ce livre est un torchon de propagande !
    Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose…
    Elle aurait pu, elle devrait, se livrer à un travail comparable en étudiant les réseaux d’influence américains…
    Là, il y a matière !

    Et malheureusement, nous sommes cernés, submergés de nos jours, par tous ces bonimenteurs propagandistes, menteurs invétérés, bandes d’hypocrites, à qui malheureusement, on tend toujours micros, caméras ou maisons d’édition avec empressement.

    Mais qui est donc ce “ON” ?
    Tous ces autres bonimenteurs professionnels, propres sur eux, cravatés : politiciens, journalistes, chroniqueurs, éditorialistes, philosophes, etc.
    Les mêmes qui se retrouvent au dîner du Siècle ou qui ont une invitation au Bilderberg.

    Et, aussi propres sur eux et cravatés, ceux qui pullulent dans les banques, places de marché, conseils d’administration des multinationales ou dans nos institutions gangrenées : Élysée, Matignon, Assemblée, Sénat, etc.

    Je crois que nous arrivons vraiment à saturation.
    Et, comme les #GiletsJaunes ou les Algériens, nous crions : ÇA SUFFIT !!

    Il est temps de rétablir une démocratie dans ce pays.
    Et donc de recouvrer souveraineté et indépendance nationales.
    Et donc pour commencer d’aboutir au #Frexit !
    Il y a URGENCE !

  • METZGER // 16.03.2019 à 18h51

    Marié à une russe naturalisée française depuis plusieurs lustres, et n’ayant aucun compte touiteur, fessebouc, youtube ni instagramme, russophone féru de littérature, d’histoire et de sociologie russe, trésorier d’une association d’amitié franco-russe je suis ravi d’apprendre appartenir ENFIN à un réseau souterrain de propagande russe, grâce à Mme W.C. Je le confesse, j’aime la Russie, Vous pouvez m’envoyer des magnum de caviar, ma louche est prête. Je creuse mon jardin chaque jour dans l’espoir de trouver la source souterraine des roubles de notre ami Vladimir.
    J’espère que ce galimatias de stupidités malveillantes sera sanctionné sévèrement par le tribunal, sinon, suivant la logique de l’auteuse, on pourrait supputer une corruption ? Voire plus, si affinité ?

  • LUKI // 17.03.2019 à 01h21

    Laissons braire Cécile Vaissié, en effet … tout en m’insurgeant de la manière avec laquelle elle dénigre l’excellent travail d’Olivier Berruyer, quand ce n’est pas carrément ad hominem

    C’est du même tonneau chez son soutien mentionnant texto que Nadine Morano est une lobbyiste pro-Poutine comme suit “Notons, à droite et à l’extrême-droite, Thierry Mariani et Valérie Boyer, le RN/FN qui a été chercher une reconnaissance et des financements chez Poutine et a intégré en troisième position de sa liste aux européennes le lobbyiste quasi-officiel Mariani, mais aussi Nadine Morano (qui a créé au Parlement européen un groupe de pression nommé ” Pour un nouveau dialogue avec la Russie”) http://info-antiraciste.blogspot.com/2019/03/contre-lintimidation-des-relais-de.html

    Bizarre mais au Parlement européen, Nadine Moreno a voté “pour” les récentes et nouvelles sanctions contre la Russie (https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/le-parlement-europeen-adopte-une-80958)

    Comme contradiction, difficile de faire mieux, sauf à considérer Nadine Morano bonne à être enfermée très rapidement, ce que je ne crois pas…

  • Wollaston // 17.03.2019 à 11h16

    Écrire du vide et occulter les vrais critiques qu’il y aurait a porter est doublement honteux.
    Le gouvernement de ce pays fait un bon travail depuis 20ans (vérifiable).
    Pour autant il régresse dans certains domaine difficilement justifiable (persécutions des pacifiques temoins de Jehovah, saisie de leur lieux de cultes, violences policières et mise en prison de certains pratiquants).
    Le silence des pro- anti- ou soit disant neutre sur la Russie concernant ce sujet est une honte.
    Défendre des innocents, même agaçant comme peuvent l’être les membres de cette religion, devrait être la base des gens honnêtes.
    Merci

  • Denis // 17.03.2019 à 12h54

    En clair et en vite dit, elle reproche à la Russie (de Vlad le méchant)
    de faire les actions de propagande que s’autorisent les gentils des
    États Unis d’Amérique du Nord et leurs vassaux européens.

    Problème: en n’en faisant trop, ça devient hilarant de bêtise! 🙂

  • Jerome_Montreal // 18.03.2019 à 01h16

    En russe, caviar, ça se dit ” ikra “. Ca concerne aussi bien les oeufs de saumon que les oeufs d’esturgeon. L’aubergine, on l’oublie quand on peut … En France, eh bien l’on parle de d’oeufs de saumon (parfois), de caviar (moins souvent, sauf rive gauche), et d’oeufs de lump pour les gilets jaunes qui commencent a exagérer. Il serait bon sinon que le boyard goguenard de l’Ambassade de Russie se rappelle que mal nommer les choses, c’est rajouter, à la louche ou a la cuillère, à la misère du monde :-).

  • Scops // 19.03.2019 à 12h56

    Il faudra absolument décerner le prix Nobel de littérature à cette brillante intellectuelle, en même temps que le prix Nobel de la paix, qu’elle a bien mérité. Et aussi le prix Nobel de médecine, ce qui lui permettra de se faire des relations et, qui sait, de se faire soigner…

  • Afficher tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires

Et recevez nos publications